Navigation – Plan du site

AccueilNuméros113Comptes rendusVincent Kaufmann, (2008), Les par...

Comptes rendus

Vincent Kaufmann, (2008), Les paradoxes de la mobilité, bouger, s’enraciner

Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, 115 p.
Juliette Maisons
p. 154-155
Référence(s) :

Vincent Kaufmann, (2008), Les paradoxes de la mobilité, bouger, s’enraciner, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, 115 p.

Texte intégral

1Nos sociétés sont-elles de plus en plus «mobiles» au même titre que les individus qui y vivent ? C’est l’hypothèse que formule Vincent Kaufmann dans Les paradoxes de la mobilité, bouger, s’enraciner, publié en 2008 par les Presses polytechniques et universitaires romandes. Pourquoi bouge-t-on et dans quelles mesures nous déplaçons nous aujourd’hui ? Cette question découle de l’observation des modes de vie contemporains en ce qu’ils auraient fait évoluer le rapport que nous entretenons avec l’espace et le temps, en permettant l’augmentation des distances parcourues et l’apparition de nouvelles formes de déplacement.

2L’auteur fait part, tout au long des huit chapitres de ce livre, d’une somme de réflexions à ce propos dont « Liberté, lointain, vitesse, inégalité » sont les mots clés. D’emblée, un point essentiel est soulevé : le déplacement se distingue de la mobilité : « un déplacement dans l’espace devient mobilité lorsqu’il implique aussi un changement social ». La migration, exemple de mobilité, vient illustrer ce propos, puisqu’il faut au migrant être en mesure de s’adapter à un nouvel espace produit par son déplacement. La mobilité recoupe aussi selon l’auteur trois dimensions qui correspondent respectivement à des conditions (« champs du possible »), des aptitudes (« motilité ») et des mouvements (« déplacements »). Celle-ci est aussi présentée comme étant devenue une « dimension incontournable des inégalités ». En sciences humaines et sociales, l’inégalité est une question largement abordée dans toutes les thématiques. Il insiste alors sur le concept phare de « motilité », aptitudes diverses propres à chacun à se déplacer, comme élément du capital social des individus. Il mène des enquêtes à Paris différenciant des types d’acteurs selon leur motilité ou encore à Zurich sur la localisation des quartiers en fonction des transports de la ville…

3Enfin, une dernière partie s’attarde plus longuement sur le rapport entre mobilité et milieu urbain, un thème propre à l’auteur et aux recherches sociologiques qu’il mène depuis plusieurs années en Suisse comme en France. La mobilité y est présentée comme le « symbole de la ville en mutation ». À travers l’exemple du « modèle suisse » des villes de Bâle, Bernes et Zürich, concernant la gestion du trafic grâce à de bonnes pratiques (offre, régulation, plan de circulation…), il montre comment des choix politiques permettent de réduire les choix de chacun et les inégalités engendrée par le recours social à la mobilité. Cependant ne doit-on pas voir là, à travers ces bonnes pratiques, un système de mobilité durable, notion à la mode en science de la ville ? À travers ce questionnement, on retrouve tout à fait ceux d’ouvrages récents faisant déjà référence à ce propos comme Regards sur les mondes hypermobiles. Mythes et réalités (Fabrice Clochard et Anaïs Rocci, 2008) Automobilités et altermobilités. Quels changements ? (Stéphanie Vincent, 2008)

4Dans cet ouvrage relativement court, d’une centaine de pages, le cheminement original de la pensée de l’auteur, nous offre une vision assez complète de ce que révèle la mobilité. Des petits points historiques comme sur les Trente Glorieuses ou des planifications urbaines, permettent de replacer les événements dans leur contexte et de montrer efficacement comment l’évolution de la mobilité est étroitement liée à celles du monde moderne. Le dernier chapitre de l’ouvrage est quelque peu inhabituel et résume en 10 points clés la réflexion de l’auteur avec un but de généralisation.

5À la manière des travaux de Mathis Stock ou de Rémy Knafou publiés à la fin des années 1990, l’auteur nous permet de nous interroger une fois encore quant à l’impact de la mondialisation sur les sociétés et d’examiner les stades d’une hypothétique « transition mobilitaire » (R. Knafou, 1998) dont le stade ultime serait une mobilité généralisée au point qu’il serait difficile d’identifier une résidence principale d’une résidence secondaire.

6Le livre de Vincent Kaufmann permet, grâce à une mise au point très efficace des définitions, un développement d’exemples concrets allant du général au particulier, d’apporter des nuances ; par exemple, se déplacer plus vite et plus loin ne signifie plus nécessairement être mobile. Il replace alors la mobilité au sein d’un paradoxe plus général: celui de se déplacer pour se sédentariser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juliette Maisons, « Vincent Kaufmann, (2008), Les paradoxes de la mobilité, bouger, s’enraciner », Méditerranée, 113 | 2009, 154-155.

Référence électronique

Juliette Maisons, « Vincent Kaufmann, (2008), Les paradoxes de la mobilité, bouger, s’enraciner », Méditerranée [En ligne], 113 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2009, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/3859 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mediterranee.3859

Haut de page

Auteur

Juliette Maisons

Ingénieure d'études , service Oenoview & Pixagri, EADS ASTRIUM Geo Information Services

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search