Skip to navigation – Site map

Introduction

Jean-Michel Carozza, Benoît Devillers, Nick Marriner and Christophe Morhange
p. 3-9
Translation(s):
Foreword [en]

Full text

1Ce numéro 122 (2014) de la revue Méditerranée, dédié au petit âge de glace en Méditerranée, est une contribution aux programmes de recherche suivants

2(1) laboratoire LABEX OT MED, (2) programme PALEOMEX-MISTRALS, en particulier ENVIMED, projet pluridisciplinaire consacré à l’étude des changements climatiques de l’aire méditerranéenne depuis 10 000 ans, (3) ANR GEOMAR. Cette publication a aussi bénéficié d’un financement complémentaire du programme IUF Mer Noire-Méditerranée (2011-2016) et du concours du LABEX ARCHIMEDE « Archéologie et Histoire de la Méditerranée et de l’Égypte Ancienne » et de l’UMR 5140 « Archéologie des sociétés méditerranéennes ».

1 - Le petit âge glaciaire : les ambiguïtés d’un terme

3Le terme de petit âge de glace, traduction littérale de l’expression anglaise Little Ice Age (LIA), puis de petit âge glaciaire (PAG), s’est imposée depuis une vingtaine d’années dans la littérature scientifique comme un objet de recherche majeur aussi bien en paléoécologie, qu’en histoire de l’environnement ou du climat (cf fig. 1). Cependant, ce terme reste marqué par des ambiguïtés multiples, liées à son histoire.

4En premier lieu, le terme de PAG a été initialement utilisé pour caractériser la fin du 19e s. AD et les crues glaciaires qui marquent les principaux massifs montagneux aussi bien en Europe qu’en Amérique du Nord (MATTHEWS et BRIFFA, 2005 ; WOODWARD, 2014). Ce n’est que dans un second temps que son acception a été étendue afin de couvrir une période plus large correspondant toujours à une phase d’extension des glaciers et du froid en Europe et en Amérique du Nord (LAMBS, 1965 ; LEROY-LADURIE, 1967). Construit pour décrire un processus, il a donc progressivement acquis une acception d’ordre chronologique ce qui ne va pas sans soulever quelques difficultés comme le souligne l’article de HUGHES (ce volume). Il est ainsi aujourd’hui utilisé pour désigner la phase de froid qui précède le réchauffement climatique global de l’extrême fin du 19e s. Ce passage à une acception chronologique s’est toutefois opéré sans réel consensus sur la période couverte par cet période. Si très tôt les travaux de LAMBS (1965) centrés sur l’Atlantique ont souligné la forte et nette opposition de cet épisode avec la phase chaude précédente (le petit optimum médiéval d’E. Leroy-Ladurie, aujourd’hui désigné sous le terme d’anomalie climatique médiévale, MCA, XOPLAKI et al., 2011), le point de départ du PAG reste fortement dépendant des indicateurs utilisés : vers 1250 si on considère la croissance des glaces en Atlantique, vers 1300-1310 si on prend en considération les hivers sévères en Europe (LEROY-LADURIE, 1967, 2004), 1550 pour l’extension globale des glaciers (BRADLEY et JONES, 1995 ; HUDDART et STOTT, 2010).

5La question des spécificités du PAG autour de la Méditerranée en terme de manifestations, de chronologie, de structure spatiale en liaison avec des situations aérologiques et de dynamique temporelle reste une question encore en débat mais cruciale du point de vue de la compréhension de la dynamique du climat et de ses effets potentiels sur les sociétés méditerranéennes.

2 - Quatre questions majeures émergent de ce constat

6Quelles sont les limites de début et de fin du PAG autour de la Méditerranée ? Sont‑elles identiques à celles proposées pour l’Europe atlantique ? Récemment, les premières modifications des dynamiques sédimentaires en Méditerranée occidentale ont été rapportés vers 1260-1270 AD (CAROZZA et al., 2011 ; SIMMONEAU et al., 2012 ; VELLA et al., ce volume), rejoignant ainsi les premières observations de BROCHIER (1983) autour du golfe du Lion. D’une manière plus générale, de nombreux auteurs soulignent que, durant la phase de transition entre MCA et PAG, la multiplication des événements extrêmes pourrait être à la norme (TROUET et al., 2009 ; MORELLÓN et al., 2012 ; MORENO et al., 2012 ; TROUET et al., 2012). Elle pourrait avoir été exacerbée d’un point de vue hydrosédimentaire par la destabilisation des paysages enregistrée par la palynologie et liée à la diminution de la pression humaine engendrée par les grandes pestes (RULL et al., 2011 ; EJARQUE et al., 2010).

7Les manifestations du PAG sont-elles homogènes à l’échelle de la Méditerranée ou bien faut-il envisager ses effets à l’échelle régionale ? Si autour du golfe du Lion les travaux récents ont montré une tendance à l’augmentation de l’hydraulicité et aux hivers froids, les données issues de la péninsule ibérique tendent à souligner, parallèlement à la baisse des températures, l’augmentation de la sécheresse. Il en va de même en Méditerranée orientale où, comme le montrent les travaux de SCHILMAN et al. (2001) et ROBERTS et al. (2012), le PAG est certes froid mais sec. La forte influence du mode La Niña-NAO+ en Méditerranée occidentale semble moins prégnant en Méditerranée orientale (GÖKTÜRK, 2011). Ce constat repose la question des critères qui doivent être utilisés pour définir cet épisode à l’échelle de la Méditerranée. Tout comme pour l’Europe du nord, la réflexion autour des indicateurs de ce changement (thermique, pluviométrique, rythmicité, intensité) doivent encore faire l’objet de nouvelles réflexions (NESJE et DALH, 2003). Par ailleurs, la question des impacts environnementaux et sur le peuplement du PAG en Méditerranée orientale nécessitait d’être reconsidérée (GROVE, 1988 ; DEVILLERS, 2005 ; DEVILLERS et LECUYER, 2008).

8La rythmicité séculaire interne du PAG telle qu’elle a été définie en Europe centrale est-elle transposable en Méditerranée et notamment l’opposition entre une phase précoce (dès la fin du xiiie s.) et une phase sévère ou hyper-PAG (débutant au milieu du xvie s) ? Par ailleurs, les travaux historiques ont montré qu’autour de la Méditerranée occidentale, le PAG était également marqué par des phases pluri-décennales faisant alterner des périodes de forte hydraulicité et de sécheresses sévères. Ainsi, la seconde moitié du xviie s. et le début du xviiie s. semblent marquées à l’échelle de l’ouest du bassin par une tendance à la sécheresse, suivie à partir de 1740-1750 d’une nouvelle phase froide et humide, bien enregistrée dans les Pyrénées (METAILIÉ, 1987), dans le Languedoc central (BLANCHEMANCHE, 2009), dans le Rhône inférieur (PICHARD et ROUCAUTE, 2009) et les Alpes (EDOUARD et al., 2009). De la même manière, si le xixe s. peut apparaître comme l’acmé du PAG, sa chronologie détaillée montre une opposition entre une phase très sèche centrée autour des années 1800-1820, enregistrée en Languedoc (GARNIER, 2009) et dans les Cévennes (ASTRADE et al., 2012). Dans le détail, il est de surcroît difficile de synchroniser de manière absolue ces épisodes. L’ensemble de ces éléments incite à penser le PAG dans sa structure interne et sa complexité qui ne peut être décrit simplement comme une vaste période froide et humide.

9Enfin, la question des effets sur les sociétés des modifications climatiques liées au PAG doivent être pensé dans le cadre spécifique des sociétés méditerranéennes où la question de la gestion de la ressource en eau et des excès d’eau est un problème récurrent. Appréhender cette question nécessite bien évidemment de prendre des précautions car la coïncidence chronologique ne saurait assurer en rien un lien causal. Le climat ne fait pas l’Histoire, mais il peut contribuer aux dynamique sociales et d’innovation en favorisant l’adoption de pratiques, de règlements ou de techniques (BUTZER, 2012 ; CAROZZA et PUIG, 2011 ; LEVEAU, ce volume). Les approches réellement pluridisciplinaires prennent ici toute leur place. Si l’exacerbation des irrégularités hydrologiques et du détritisme ont probablement eu un rôle négatif dans les zones d’altitudes et sur les milieux urbains confrontés à une aggravation de l’aléa, il n’est pas sûr qu’il en soit de même dans toutes les basses plaines agricoles avec les « terres nouvelles » gagnées sur la mer et les fleuves. Le changement de rapport de force entre ville et campagne à l’orée de la période moderne pourrait ainsi, de manière erronée, conduire à une lecture unilatéralement négative du PAG et il convient donc de placer les territoires au centre de la réflexion sur l’impact de cette crise environnementale (CAROZZA, 2012).

10Le constat général qui émerge des synthèses récentes (LUTERBACHER et al., 2012 ; CAMUFFO et al., 2010), est qu’il reste encore difficile de se faire une idée précise de l’évolution climatique au cours du PAG à l’échelle régionale, de sa variabilité spatiale et chronologique. La première raison en est l’hétérogénéité spatiale des sources documentaires. Si l’opposition entre données de la Méditerranée de l’Ouest et de l’Est reste encore prégnante, cette différence tend à se combler. C’est notamment le cas pour les données dendrochronologiques qui couvrent avec une maille encore lâche les Balkans et l’ouest de la Turquie ou des données issues des spéléothèmes, relativement mieux réparties. De la même manière, les approches historiques qui ont dans un premier temps principalement mobilisé les sources occidentales, s’ouvrent vers les sources byzantines et ottomanes. Enfin, les sources géomorphologiques relatives aux rythmes d’alluvionnement ont d’abord concerné la Méditerranée centrale avec les travaux pionniers de VITA-FINZI (1969), avant de s’étendre en Méditerranée occidentale puis orientale.

11De ces synthèses, se dégage toutefois une Méditerranée amputée de sa rive sud et donc une image nécessairement incomplète du PAG. D’un point de vue de l’histoire de l’environnement récent, la Méditerranée n’a encore qu’une rive. Les données dendrochronologiques y sont limitées au seul Atlas marocain. Les travaux sur les spéléothèmes y sont totalement absents. Les études sur le détritisme restent quant à elles cantonnées quasi exclusivement à la Tunisie (ZIELHOFER et FAUST, 2008 ; MATHIEU et al., 2004 ; BKHAIRI et KARRAY, 2008). Quand aux sources historiques, elles restent limitées à quelques sources arabes (VOGT et al., 2011 ; ELLENBLUM, 2012) ou arabo‑andalouses (GHOUIRGATE, 2011) largement sous-exploitées. Il y a là probablement, le champ de recherche le plus fécond des prochaines années pour accroître notre connaissance du PAG.

12Ce numéro rassemble treize articles de l’Espagne à la Syrie et même à la mer Caspienne, du Bas‑Rhône à la lagune de Venise, des derniers glaciers résiduels des Balkans à l’Atlas marocain, traitant des températures, des pluies, des variations du trait de côte, des modifications géomorphologiques fluviales, des variations du couvert végétal, des crues et des étiages… Cet inventaire à la manière de Prévert traduit à la fois la richesse des méthodes utilisées par de nombreuses disciplines et la complexité de la période étudiée ainsi que la diversité des milieux péri-méditerranéens.

13Une première partie de ce volume présente des apports des sciences historiques principalement à partir de l’étude des archives. Cette section regroupe trois articles. (1) CAMUFFO et al. présentent la montée du niveau relatif de la mer à Venise et les changements de température en Italie pendant le PAG, grâce à l’analyse des premières observations instrumentales qui datent de 1872 pour le niveau de la mer et de 1654 pour la température. Les auteurs montrent que la température est caractérisée par un maximum entre 1725 et 1730, probablement supérieur au niveau actuel. Pour les périodes plus anciennes, on connaît des hivers particulièrement rigoureux grâce aux sources écrites et à quelques peintures qui présentent des vues de la lagune gelée. De 1500 à 1758, le niveau de la mer a été reconstruit en utilisant la ceinture algale visible dans les peintures de Véronèse, de Canaletto ou de Bellotto, et l’estimation de l’immersion des escaliers d’honneur des palais du Grand Canal. Les résultats présentent une montée exponentielle du niveau marin qui traduit un réchauffement climatique. La même démonstration est faite pour les surcotes inondant Venise. (2) L’article de PICHARD et ROUCOTTE traite des pluies, plus rarement étudiées que les sécheresses, et des crues en Bas‑Rhône. Deux grandes phases de crues séparées par une période de ralentissement durant la première moitié du xviie siècle sont mises en évidence. À partir de longues séries de pluies (Marseille en particulier) des corrélations apparaissent au pas de temps mensuel, avec les hautes eaux mensuelles, et au pas de temps décennal avec les hauteurs moyennes du Rhône à Beaucaire depuis 1816. Les poussées glaciaires et l’abondance des crues laissent présupposer des phases de grande pluviosité. Les auteurs démontrent en particulier une variabilité des pluies plus importante qu’au xxe siècle. (3) Dans un troisième article, PICHARD et al., traitent des transformations géomorphologiques des embouchures du Rhône à partir de l’étude de cartes anciennes depuis la fin du xvie siècle. Les auteurs démontrent une relation étroite entre les périodes de fortes crues à la fin du xvie et au début du xviiie siècle et la vitesse de progradation des rivages. Les périodes de « pause » hydrologique provoquent des phénomènes massifs d’engorgement sédimentaire. On retiendra surtout de ces travaux qu’une grande masse de matériaux historiques variés, abondants et hétérogènes, est encore disponible pour des études futures.

14Une deuxième section rassemble sept articles relevant des géosciences et classés selon un gradient altimétrique, des sommets au niveau de la mer. (4) Aujourd’hui, il ne reste que quelques rares glaciers dans les montagnes du bassin Méditerranéen, qui ont disparu pendant le vingtième siècle. Durant le PAG, les glaciers étaient beaucoup plus nombreux et étendus, présents dans des régions aussi méridionales que le Haut Atlas au Maroc et la Sierra Nevada en Espagne. Dans les régions septentrionales, des glaciers occupaient des centaines de cirques situés à des altitudes relativement basses. L’article de HUGHES présente de nouvelles preuves relatives aux changements glaciaires depuis le PAG ; il révise l’étendue, la chronologie et la signification climatique de cette période dans les principales régions montagneuses de Méditerranée. (5) JACOB-ROUSSEAU et ASTRADE abordent les flux hydro-sédimentaires de vallées cévenoles étudiés grâce à une combinaison de méthodes historiques, géographiques et géomorphologiques. L’analyse des phénomènes torrentiels montre que les modalités d’occupation du sol ont fortement orienté la sensibilité des versants vis‑à‑vis de l’érosion au xviiie et au xixe siècle. La cartographie et la datation des dépôts caillouteux permettent de reconstituer la dynamique des formes et d’évaluer la vitesse de transfert de la charge de fond à la fin du PAG et dans un contexte temporel plus long. (6) En Corse, VELLA et al., montrent comment les modifications climatiques et les activités anthropiques influencent l’évolution des versants du désert de l’Agriate en Corse. L’étude des documents fiscaux datant des xveet xvie siècles renseigne sur la position des sites médiévaux et la dynamique de la population. Les documents cartographiques permettent aussi de restituer l’organisation du territoire. L’analyse sédimentaire associée à une étude palynologique permet de préciser localement les modifications des paysages. Les auteurs observent une augmentation des processus d’érosion et de sédimentation à partir du xiie siècle en relation avec des changements du couvert végétal. Si cette augmentation est d’origine climatique, les phénomènes observés dépendent aussi de l’intensité des aménagements anthropiques. L’histoire de l’occupation humaine de l’île peut être ainsi reliée à des travaux importants de terrassement des versants. Ces aménagements attestent ainsi d’une connaissance des potentialités agricoles des terres ainsi que d’une perception du risque que constitue l’érosion des sols sur les potentialités agricole des terroirs. (7) Située au sud-est de l’Espagne, la vallée du Guadalentín étudiée par CALMEL-AVILA a un climat méditerranéen semi-aride dont les impacts des fluctuations pluviométriques ont été enregistrés dans les dépôts fluviatiles. Emboîtée dans les alluvions holocènes, une basse terrasse est construite entre l’Antiquité et le xixe siècle. L’analyse stratigraphique et les datations par le radiocarbone montrent l’existence de deux séquences. La première séquence s’est déposée de l’Antiquité à la fin du xiiie siècle avec un taux apparent de sédimentation inférieur à 3 mm/ an. La seconde séquence fossilise ces dépôts sous plus de 3 m d’alluvions à partir du xvie siècle avec un taux apparent de sédimentation annuel de 6 mm. Cette réactivation morphogénique est étroitement liée à une plus grande activité cyclonique attestée par de nombreuses inondations pendant le PAG ainsi qu’à un accroissement démographique notable. Des travaux de grande hydraulique sont entrepris dès le xviiie siècle pour protéger les villes de Lorca et de Murcie. (8) Par comparaison, RUIZ et al. ont étudié des milieux fluviaux au niveau de base. La fréquence et la saisonnalité des crues de deux fleuves méditerranéens (Júcar et Turia) de l’est de l’Espagne ont été analysées à partir d’une base de données couvrant environ 700 années, incluant le PAG ; 301 épisodes d’inondation de magnitude modérée à extrême ont été répertoriés. Les enquêtes de terrain et les documents d’archives ont permis d’identifier les causes des inondations du Júcar et du Turia depuis le xvie siècle. Les inondations ont été plus fréquentes au cours des périodes 1579‑1598, 1610‑1633, 1671‑1695, 1770‑1808, 1850‑1908, 1913‑1924 et 1947‑1958. Un changement de la saisonnalité des crues est parfois observé avec l’occurrence d’événements en dehors de l’automne. (9) Au niveau de base, DEZILEAU et CASTAINGS propose une étude concernant des archives sédimentaires pour suivre l’extension des cônes de débordement dans les lagunes du Languedoc. Ces structures sédimentaires sont associées à des évènements de tempêtes extrêmes. Les datations obtenues sur ces dépôts de tempête correspondent à la deuxième partie du PAG. Les auteurs supposent que l’augmentation des tempêtes intenses est liée à un refroidissement de l’Europe pendant cette période. (10) En Méditerranée Orientale, KANIEWSKI et VAN CAMPO ont analysé les dépôts alluviaux provenant de Jableh (Syrie côtière) et du Wadi Jarrah (Syrie intérieure). Les variations climatiques déduites du contenu pollinique de ces deux séries sédimentaires suggèrent que le passage à des conditions plus sèches a commencé au début du xve siècle. La période sèche et fraîche majeure enregistrée à la fois sur la côte et à l’intérieur de la Syrie se situe entre 1500 et 1850 ans cal AD durant le PAG. En Syrie, le PAG est non seulement frais, mais aussi beaucoup plus sec que le climat actuel. (11) La mer Caspienne, la plus grande mer intérieure du monde, est caractérisée par d’importantes variations de son niveau de base depuis le Pliocène, date à laquelle elle a été déconnectée de l’océan mondial. Ces oscillations ont eu des impacts géomorphologiques variés le long des littoraux. NADERI BENI et al. ont étudié l’avulsion du Gorgan au cours du PAG, à la suite d’une élévation rapide du niveau relatif de la mer et des précipitations plus abondantes au sein de son bassin versant au cours de la deuxième moitié du PAG.

15Par comparaison, nous avons tenu à publier deux articles concernant principalement la période postérieure au PAG dans une dernière section. (12) L’article d’ARNAUD‑FASSETTA et FORT traite de dynamique fluviale, en particulier de l’évolution du Guil depuis la fin du PAG. La tendance générale depuis 150 ans est dominée par l’incision et l’instabilité générale de la bande active principalement contrôlée par l’occurrence d’événements hydroclimatiques de haute magnitude comme lors des crues catastrophiques de 1957 et 2000. Les auteurs constatent que l’aménagement des rivières des cinquante dernières années a réduit la capacité du chenal, accroissant la vulnérabilité et les dommages aux installations humaines. (13) Dans un contexte de plaine littorale de niveau de base comparable, SICHÉ et ARNAUD-FASSETTA ont analysé L’Isonzo en Italie. Ce fleuve dispose d’une forte énergie en raison de gradients hydrauliques élevés, à l’origine de dommages causés aux ouvrages d’art. Depuis 200 ans, l’Isonzo montre une nette tendance à la contraction de sa bande active en amont de l’embouchure. Ce phénomène s’est accompagné d’une incision du chenal, estimée entre 0,5 m et 1,5 m dans les secteurs les plus touchés. Amorcé à la faveur d’une amélioration climatique depuis 1860, la contraction et l’incision du chenal se sont accélérées à partir des années 1880 puis des années 1920 et, surtout, depuis 1960, à cause des actions anthropiques (chenalisation, endiguement, barrages-réservoirs) et ce, malgré l’augmentation de la fréquence des crues. Le bilan hydro-morpho-sédimentaire montre que le fleuve est encore dans un stade de transition vers un équilibre physique qui se modifie à chaque intervention humaine.

16Chaque article a été soigneusement relu par deux correcteurs, dont au moins un externe à l’équipe éditoriale. Que soient ici remerciés tout particulièrement P. Allée, E. Anthony, G. Arnaud-Fassetta, L. Astrade, J.-F. Berger, P. Blanchemanche, D. Camuffo, H. Cubizolle, M. Delmas, F. Gob, M. Fort, S. Dufour, S. Jourdain, P. Leveau, S. Muller, G. Pichard, M. Provansal, É. Roucaute, G. Sarti ainsi que les autres collègues qui ont préféré garder l’anonymat.

Top of page

Bibliography

ASTRADE L., JACOB-ROUSSEAU N., ALLIGNOL F., (2011), Les successions d’interactions entre climat, sociétés et paysages dans un contexte de changements : les moyennes montagnes du sud-est de la France à la sortie du Petit Âge Glaciaire. In : Lambiel, C., Reynard, E., Scapozza, C. (Eds). La géomorphologie alpine : entre patrimoine et contrainte. Actes du colloque de la Société Suisse de Géomorphologie, 3-5 septembre 2009, Olivone, p. 62-78.

BKHAIRI A., KARRAY M.R., (2008), Les terrasses historiques du bassin de Kasserine (Tunisie centrale). Géomorphologie, 3, p. 201-2013.

BRADLEY R.S., JONES P.D., (1995), Climate since A.D. 1500. Psychology Press, 706 p.

BROCHIER J.-E., (1983), Deux milles ans d’histoire du climat dans le Midi de la France. Étude sédimentologique de l’abri de la Font de l’Oule (Vaucluse) et de l’abri de Font-Juvénal (Aude). Annales E.S.C., 2, p. 425-438.

BUTZER K.W., (2012), Collapse, environment and society. Proc. Nat. Acad. Sci., 109, 10, 3632-3239.

CAMUFFO D., BERTOLIN C., BARRIENDOS M., DOMINGUEZ-CASTRO F., COCHEO C., ENZI S., et al., (2010), 500-year temperature reconstruction in the Mediterranean Basin by means of documentary data and instrumental observations. Climate Change, 101, p. 169–199.

CAROZZA J.-M., (2012), Les sociétés du passé face aux crises environnementales : une approche géoarchéologique et géomorphologique. Mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches, Paris 7, tome 1, 266 p.

CAROZZA J.-M., PUIG C., (2011), Changements environnementaux, vulnérabilité et adaptation des sociétés du passé : exemple du Petit Âge Glaciaire en Roussillon (XIII‑XVIe s.). Sud-Ouest Européen, 32, p. 6780.

CAROZZA J.-M., PUIG C., ODIOT T., VALETTE P., PASSARRIUS O., (2011), Lower Mediterranean plain accelerated evolution during the Little Ice Age: Geoarchaeological insight in the Tech basin (Roussillon, Gulf of Lion, Western Mediterranean). Quaternary International, 266, p. 94104.

DEVILLERS B., (2008), Holocene morphogenesis and anthropisation of a semi-arid watershed, Gialias river, Cyprus, BAR International, Series 1775, 197 p.

DEVILLERS E., LECUYER N., (2008), Le Petit Âge Glaciaire en milieu semi-aride : le bassin versant du Gialias (Chypre) et ses relations avec l’occupation des sols. Zeit. Für Geomorph., 52, 2, p. 207‑224.

EDOUARD E., CORONA C., THOMAS A., GUIBAL F., DENELLE N., (2009), Le Petit Âge Glaciaire dans les cernes de croissance des arbres des Alpes françaises. Approche dendrochronologique. Archéologie du Midi Médiéval, 27, p. 169177.

EJARQUE A., JULIA R., PALET J.-M., ORENGO H.A., MIRAS Y., GASCON C., (2009), Tracing the history of highland human management in the eastern Pre-Pyrenees : an interdisciplinary palaeoenvironmental study at the Pradell fen, Spain. The Holocene, 19, 8, p. 1241‑1255.

ELLENBLUM R., (2012), The collapse of the Eastern Mediterranean. Climate change and the decline of the east (950‑1072). Cambridge University Press, 261 p.

GARNIER E., (2009), Les sociétés méditerranéennes à l’épreuve du climat 1500-1850. Sud-Ouest Européen, 32, p. 21‑33.

GHOUIRGATE M., (2011), La gestion des crises de subsistance par les souverains almohades. Sud Ouest Européen, 32, p. 95102.

GÖKTÜRK O.M., (2011), Climate in the Eastern Mediterranean Through the Holocene Inferred from Turkish Stalagmites. Unpublished Ph.D. thesis, University of Bern, 113 p.

GROVE M., (1988), The Little Ice Age. Methuen, London, 498 p.

HORBERG L., (1954), Rocky Mountain and Continental Pleistocene Deposits in the Waterton Region Alberta, Canada. Bulletin of the Geological Society of America, 65, p. 1093‑1150.

HUDDART D., STOTT T., (2010), Earth environments: Past, present and future. Wiley, 912 p.

LAMB H.H., (1972), Climate: Past, Present and Future, 2 vol. , Methuen, London, p. 648 p.

LAMB H.H., (1995), Climat history and the Modern world. Routledge, London, 464 p.

LAMBS H.H., (1965), The Early Medieval warm epoch and its sequel. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 1, p. 13-37.

LEROY-LADURIE E., (1967), Histoire du climat depuis l’An Mil. Flammarion, Paris, 371 p.

LEROY-LADURIE E., (2004), Histoire humaine et comparée du climat. Canicules et glaciers, XIIe-XVIIIe s., Fayard, Paris, 737 p.

LUTERBACHER J., GARCIA HERRERA R., ALLAN R., ALVAREZ-CASTRO B. G., BENITO G., BOOTH J., BUNTGEN U., COLOMBAROLI D., DAVIS B., ESPER J., FELIS T., FLEITMANN D., FRANK D., GALLEGO D., GONZALEZ-ROUCO F. J., GOOSSE H., KIEFER T., MACKLIN M. G., MONTAGNA P., NEWMAN L., RIBERA P., ROBERTS N., SILENZI S., TINNER W., VALERO‑GARCES B., VAN DER SCHRIER G., VANNIERE B., WANNER H., WERNER J. P., WILLETT G., XOPLAKI C. S., ZEREFOS E., ZORITA E., (2012), A review of 2000 years of paleoclimate evidence in the Mediterranean. In: Lionello P. (ed.), The climate of the Mediterranean region: From the past to the Future. Elsevier, Amsterdam, p. 87186.

MANN M.E., BRADLEY R.S., HUGHES M.K., (1999), Northern Hemisphere Temperatures During the Past Millennium: Inferences, Uncertainties, and Limitations, Geophysical Research Letters, 26, p. 759762.

MATTHES F., (1939), Report of Committee on Glaciers, Trans. Am.Geophys. Union, 20, p. 518‑535.

MATHIEU J., WEISROCK A., WENGLER L., BROCHIER J.-E., EVEN G., FONTUGNE M., MERCIER N., OUAMMOU A., SENEGAS F., VALLADAS H., VERNET J.-L., WAHL L., (2004), Holocene deposits in the lower section of the Assaka wadi, south Marocco. Preliminary results. Quaternaire, 15, 12, p. 207218.

MATTHEWS J.A., BRIFFA K.R., (2005), The Little Ice Age: re-evaluation of an evolving concept. Geografiscka Annaler, A, 87, 1, p. 1736.

MÉTAILIÉ J.-P., (1987), The degradation of the Pyrenees in the nineteenth century: an erosion crisis. In: Gardiner V. (Ed). Proceedings of the first international conference on geomorphology, Manchester, September 1985, Chichester, Wiley, Part II, p. 533544.

MORELLÓN M., PÉREZ-SANZ A., CORELLA J.P., BÜNTGEN U., CATALÁN J., GONZÁLEZ‑SAMPÉRIZ P., GONZÁLEZ‑TRUEBA J.J., LÓPEZ-SÁEZ J.A., MORENO A., PLA‑RABES S., SAZ‑SÁNCHEZ M.A., SCUSSOLINI P., SERRANO E., STEINHILBER F., STEFANOVA V., VEGAS-VILARRÚBIA T., VALERO-GARCÉS B., (2012), A multi‑proxy perspective on millennium-long climate variability in the Southern Pyrenees. Climate of the Past, 8, p. 683700.

MORENO A., PÉREZ A., FRIGOL J., NIETO-MORENO V., RODRIGO-GÁMIZ M., MARTRAT B., GONZÁLEZ‑SAMPÉRIZ P., MORELLÓN M., MARTÍN-PUERTAS C., CORELLA J.P., BELMONTE Á., SANCHO C., CACHO I., HERRERA G., CANALS M., GRIMALT J.O., JIMÉNEZ-ESPEJO F., MARTÍNEZ-RUIZ F., VEGAS-VILARRÚBIA T., VALERO-GARCÉS B.L., (2012), The Medieval Climate Anomaly in the Iberian Peninsula reconstructed from marine and lake records. Quaternary Science Reviews, 43, p. 1632.

NESJE A., DAHL S.O., (2003), The Little Ice Age: Only temperature? The Holocene, 13, 1, p. 139‑145.

PICHARD G., ROUCAUTE É., (2009), Une déclinaison régionale du Petit Âge Glaciaire. Apport des archives historiques en Provence. Archéologie du Midi Médiéval, 27, p. 237247.

ROBERTS N., MORENO A., VALERO-GARCÉS B.L., CORELLA J.P., JONES M., ALLCOCK S., WOODBRIDGE J., MORELLÓN M., LUTERBACHER J., XOPLAKI E., TÜRKEŞ M., (2012), Palaeolimnological evidence for an east–west climate see-saw in the Mediterranean since AD 900. Global and Planetary Change, 84–85, p. 23‑34.

RULL V., GONZÁLEZ-SAMPÉRIZ P., CORELLA J., MORELLÓN M., GIRALT S., (2011), Vegetation changes in the southern Pyrenean flank during the last millennium in relation to climate and human activities: the Montcortès lacustrine record. Journal of Paleolimnology, 46, p. 387404.

SIMONNEAU A., CHAPRON E., COURP T., TACHIKAWA K,. LE ROUX G., GALOP D., GARCIA M., DESMET M., BARD E., (2012), Lacustrine archives of climate and recent human activities evolutions in Pyrenean mountains during the Holocene (Etang Majeur, Vicdessos valley, Pyrénées, France). Sud-Ouest Européen, 33, p. 101116.

SCHILMAN B., BAR-MATTHEWS M., ALMOGI-LABIN A., LUZ B., (2001), Global climate instability reflected by Eastern Mediterranean marine records during the late Holocene. Palaeogeography Palaeoclimatology, Palaeoecology, 176, p. 157176.

TROUET V., ESPER J., GRAHAM N.E., BAKER A., SCOURSE J.D., FRANK D.C., (2009), Persistent positive North Atlantic oscillation mode dominated the medieval climate anomaly. Science, 324, p. 7880.

TROUET V., SCOURSE J.D., RAIBLE C.C., (2012), North Atlantic storminess and Atlantic Meridional Overturning Circulation during the last Millennium: reconciling contradictory proxy records of NAO variability. Global and Planetary Change, p. 84-85.

VITA-FINZI C., (1969), The Mediterranean Valleys. Cambridge University Press, Cambridge, 140 p.

VOGT S., GLASER R., LUTERBACHER J., RIEMANN D., AL DYAB G., SCHOENBEIN J., (2011). Assessing the Medieval Climate Anomaly in the Middle East: the potential of Arabic documentary sources. Pages News, 19, p. 28‑29.

WOODWARD J., (2014), The Ice Age. A very short introduction. Oxford University Press, 184 p.

XOPLAKI E., FLEITMANN D., DIAZ H.F., (2011), Medieval Climate Anomaly. Pages News, 19, 1, p. 1-4.

ZIELHOFER C., FAUST D., (2008), Mid- and Late Holocene fluvial chronology of Tunisia. Quaternary Science Reviews, 27, p. 580‑588.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7002/img-1.png
File image/png, 28k
Top of page

References

Bibliographical reference

Jean-Michel Carozza, Benoît Devillers, Nick Marriner and Christophe Morhange, « Introduction », Méditerranée, 122 | 2014, 3-9.

Electronic reference

Jean-Michel Carozza, Benoît Devillers, Nick Marriner and Christophe Morhange, « Introduction », Méditerranée [Online], 122 | 2014, Online since 19 June 2016, connection on 20 July 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/7002

Top of page

About the authors

Jean-Michel Carozza

Maître de conférence, Laboratoire GEODE, Cnrs, Maison de la Recherche de l'Université du Mirail, Toulouse, carozza@unistra.fr

By this author

Benoît Devillers

Maître de conférence en géographie physique, université de Montpellier 3, UMR 5140, bdevillers@gmail.com

By this author

Nick Marriner

Chargé de recherche, CNRS, Laboratoire Chrono-environnement UMR 6249, Université de Franche-Comté, Besançon, nick.marriner@univ-fcomte.fr

By this author

Christophe Morhange

Université d’Aix-Marseille, UMR 7330 CEREGE, morhange@cerege.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals