Skip to navigation – Site map
Apports des géosciences

Le petit âge de glace (PAG) dans la vallée du Guadalentín (Sud‑Est de l’Espagne, région de Murcie)

The LIA in Guadalentín valley (Murcia, SE Spain)
Maryvonne Calmel‑Avila
p. 113-119

Abstracts

Located in southeastern Spain, the Guadalentín valley is characterized by a semi-arid Mediterranean climate. Precipitation changes have been recorded in its fluvial deposits. Cut-and-filled in Holocene alluvium, a low terrace formed between Antiquity and the 19th century. We used chronostratigraphy to investigate two sedimentary sequences. The first sequence was deposited between Antiquity and the 12th century, with a sedimentation rate of 3 mm per year. The second sequence comprises more than 3 m of alluvium that accreted from the 13th century to the late 19th century, with a sedimentation rate of 6 mm per year. This morphogenetic reactivation is linked to an increase in cyclone activity leading to numerous floods throughout the Little Ice Age and population growth. Important hydraulic works have been undertaken during the 18th century to protect the towns of Lorca and Murcia.

Top of page

Full text

1Située au sud-est de l’Espagne, sur le 38° de latitude nord, la région de Murcie et la vallée du Guadalentín appartiennent au bassin hydrographique du Segura et aux régions les plus sèches de la rive nord du bassin méditerranéen. Avec un total pluviométrique annuel normal de 290 mm réparti sur 40 jours de pluie pour la période 1971-2010, Murcie et sa région sont affectées par un grand déficit hydrique aggravé par des températures estivales très élevées: juillet et août ont une normale de 27°C (CMT). C’est aux saisons intermédiaires que se font l’essentiel des précipitations en liaison avec la reprise de l’activité orageuse. Octobre surtout et mars sont les mois les moins secs avec respectivement un total moyen de 45 et 32 mm de pluie. Ces précipitations prennent souvent un caractère torrentiel en automne et génèrent des crues parfois catastrophiques sur le Guadalentín dont les débits instantanés extrêmes peuvent passer de 3 à 1 500 m3/s dans sa zone de confluence avec le Segura. Les affluents du rio Guadalentín, les ramblas, à pente forte et à écoulement intermittent, jouent un rôle majeur dans la morphogenèse locale. Dans ce contexte, qu’en était-il du climat et en particulier de la pluviométrie de la période correspondant au PAG ? Quelles en sont les manifestations spatio-temporelles dans le SE espagnol ? Sachant que les premières observations météorologiques, à Murcie, ne sont pas antérieures à 1860, le recours à la géomorphologie peut apporter une première approche à travers l’analyse topographique et stratigraphique des dépôts et la datation des éléments carbonatés inter stratifiés dans la basse terrasse de niveau +5+6 m qui jalonne le cours d’eau entre Lorca et Murcie. Dans un deuxième temps, ces observations sont confrontées aux données historiques à partir des archives municipales et de celles de la Confederación Hidrográfica del Segura (CHS). La dernière partie est consacrée aux travaux de grande hydraulique entrepris dès le XVIIIe siècle pour lutter contre les inondations.

I ‑ L’approche géomorphologique de l’existence du PAG dans la vallée du Guadalentín

1.1 - Le cadre morphologique

2Principal affluent de rive droite du fleuve Segura, le río Guadalentín draine une dépression pré-littorale séparant les zones internes et externes des chaînes bétiques orientales qui marquent le relief du SE espagnol. Orientée SSW‑NNE, la vallée est séparée de la mer Méditerranée par la sierra de Carrascoy, 1 066 m. Au nord-ouest, la vallée est bordée par la sierra de Espuña culminant à 1 583 m. Cette dépression correspond à un fossé tectonique actif dont le remplissage a été étroitement conditionné par le rejeu des failles bordières (MONTENAT, 1976). La vallée acquiert sa plus grande dimension entre Lorca et Murcie avec 60 km de long sur 6 à 10 km de large (fig. 1).

Fig. 1 – Cadre morphologique de la vallée du Guadalentín

Fig. 1 – Cadre morphologique de la vallée du Guadalentín

3C’est dans ce secteur que l’on peut observer une grande variété de dépôts sédimentaires depuis le Pléistocène supérieur puis l’Holocène, T3, jusqu’à la période historique, T2, et contemporaine, T1. D’extension plus limitée que les niveaux antérieurs, la terrasse T2 forme une banquette alluviale discontinue, mieux conservée sur les rives convexes et dans les secteurs de confluence. Elle domine de 5-6 m le lit actuel du río Guadalentín et de 3 m la terrasse T1 (fig. 2).

Fig. 2 – Vue du méandre terminal du Librilla, affluent de rive gauche du Guadaletín. La surface de la terrasse T2 a été en partie remaniée pour les besoins de la citriculture

Fig. 2 – Vue du méandre terminal du Librilla, affluent de rive gauche du Guadaletín. La surface de la terrasse T2 a été en partie remaniée pour les besoins de la citriculture

1.2 - L’analyse stratigraphique de la terrasse T2

4L’étude des dépôts holocènes montre que la phase d’aggradation s’achève pendant la période pré-ibérique correspondant au Fer ancien. Les datations obtenues sur charbons de bois donnent les valeurs de 2520 ± 50 BP et 2505 ± 45 BP (CALMEL‑AVILA, 2000, 2001 ; SILVA et al., 2008). Ce niveau T3 est entaillé sur plus de 10 mètres par le río Guadalentín et ses affluents. À partir de l’Antiquité ibéro-romaine, une nouvelle phase alluviale, T2, entaille partiellement la terrasse holocène. Cette nouvelle terrasse présente sur toutes les coupes de terrain deux séquences séparées par les restes d’un paléosol attestant une pause dans la sédimentation (figure 3.1).

Fig. 3.1 – Coupe stratigraphique de la terrasse T2

Fig. 3.1 – Coupe stratigraphique de la terrasse T2

5Dans les vallées affluentes du Guadalentin, Algeciras, Librilla, la terrasse T2 se réduit à des lambeaux alluviaux-colluviaux torrentiels d’une hauteur de 4 m. Mais les séquences A et B y sont les mêmes (figure 3.2).

Fig. 3.2 – Photographie du rebord de la terrasse T2 dans la section amont de l’Algeciras

Fig. 3.2 – Photographie du rebord de la terrasse T2 dans la section amont de l’Algeciras

Elle montre la même succession des séquences A et B séparées par un paléosol gris, riche en charbons de bois (720 ± 40 BP, 1088-1370 cal AD). Les colluvions-alluvions sont de types torrentiels.

6La première séquence, séquence A, provient du remaniement de la terrasse holocène lors de son incision. Elle a une puissance moyenne de 2 à 3 m. Par son organisation grano-décroissante, elle a été mise en place dans un contexte de ralentissement progressif de l’hydrodynamisme des cours d’eau lié à un régime pluviométrique moins contrasté permettant le développement de lits sablo-limoneux.

7Une seconde séquence, « B », fossilise la précédente par contact ravinant. Sa puissance moyenne est de 3 mètres. À la base, elle a un faciès fluvio-torrentiel avec un banc hétérométrique de galets et de blocs, jusqu’à 40 cm de grand axe, emballés dans une matrice grossière témoignant d’une forte compétence des cours d’eau. Plusieurs échantillons de charbons de bois prélevés dans ce niveau concurrent à fixer autour du XIVe siècle l’arrêt de ce processus : 1070, 1370 cal. AD, 1305, 1374 cal. AD, 1291, 1471 cal. AD (CALMEL‑AVILA ; 2000, 2001, CALMEL‑AVILA et al., 2005, SILVA et al., 2008). La datation de cet épisode est importante pour cadrer le changement climatique qui introduit la période du PAG. Vers le toit, les éléments prennent un faciès plus nettement fluviatile où alternent lits de graviers, de sables et de limons indiquant un affaiblissement sensible de l’hydrodynamisme du Guadalentín et de ses affluents (CALMEL‑AVILA, 2000, 2001). Cependant, faute de marqueur chronologique, il est difficile de dater la fin de la séquence B avant la mise en place d’une dernière terrasse, T1, encore plus limitée dans sa puissance et son extension (CALMEL‑AVILA et al., 2005). Ce dernier niveau s’observe dans la région voisine de l’Andalousie et les études réalisées en attribuent la construction à l’extrême fin du XIXe siècle sinon au tout début du XXe siècle marqué par la reprise d’un régime pluviométrique beaucoup plus contrasté (DIAZ del OLMO et al., 1991 ; SCHULTE, 2002).

1.3 - La terrasse T2 confirme la dégradation du régime des précipitations pendant le PAG

8Commencée à l’époque pré-ibérique, au VIIIe siècle BC, elle s’est élaborée en deux périodes séparées par une pause. La première séquence s’est mise en place entre 2395 ± 50 BP et 1300 cal. AD puisque les charbons de bois récoltés dans le paléosol appartiennent aux XIIIe et XIVe siècles. Il s’est donc écoulé environ un millénaire au cours duquel se sont déposés entre 2 et 3 mètres d’alluvions. On peut avancer que le taux moyen annuel apparent de sédimentation est inférieur à 3 mm. La seconde séquence commence vers les XIVe et XVe siècles et semble s’achever vers la fin du xixe siècle si l’on se cale sur les datations obtenues dans la région voisine de l’Andalousie (DIAZ del OLMO et al., 1991, SCHULTE, 2002). Dans ce cadre, la mise en place de la séquence « B » aurait été plus rapide, moins de 5 siècles, permettant d’estimer le taux apparent moyen de sédimentation à 6 mm, soit le double de la séquence précédente.

2 - L’apport des données historiques

9Les indices de pluviométrie anormale apparaissent à travers les archives municipales de Murcie qui on enregistré les grandes inondations mais, faute de données pluviométriques quantifiables, on s’en tiendra aux descriptions des destructions et des victimes. Avec la rareté des documents anciens, on a peu de témoignages des grandes inondations attribuées à la première moitié du Moyen Âge. Les témoignages sont plus abondants à partir du XIIIe siècle, en particulier en 1258 où les pluies furent très abondantes d’août à décembre provoquant de nombreuses inondations qui détruisirent le système d’irrigation de la huerta de Murcie et de Lorca « asséchant la huerta de Murcie pendant 80 ans ». (CHS)

2.1 ‑ Les données du XIVe siècle

10Un tournant est pris, en 1338, avec la construction de la cathédrale de Murcie dont les murs vont jouer le rôle de limnographe pour enregistrer de façon moins subjective l’ampleur des inondations (MUÑOZ BRAVO, 1989). Ainsi, la première moitié du XIVe siècle correspond à une période fortement marquée par la succession d’inondations, dont une dizaine de très grande ampleur, entrecoupées de périodes de sécheresse de plus en plus marquées au cours de la seconde moitié du siècle. Ces crises climatiques accompagnent généralement les crises de subsistance, mais n’en sont pas les seules causes. Il faut les associer aux conséquences de la Reconquête du royaume musulman de Murcie par les rois catholiques après 1243. Après l’expulsion des musulmans vers Grenade, le territoire murcien devient une région frontalière vouée à l’insécurité et aux razzias jusqu’en 1492. Le reflux démographique entraîne le développement des troupeaux (PÉREZ PICAZO et al., 1984). La vallée du Guadalentín se convertit en une vaste zone de pâturages tandis que les versants retournent aux friches et à la forêt secondaire, limitant temporairement le ravinement des sols.

2.2 - Les manifestations du PAG à partir du XVe siècle

11Le XVe siècle est particulièrement touché par une succession d’inondations dont celle d’avril 1416 qui détruisit la huerta de Lorca et plus de 600 maisons à Murcie (MERINO ALVAREZ, 1915). Parallèlement, les sécheresses marquées sont aussi nombreuses, en particulier celle de 1413. Elles favorisent les grands incendies dans la sierra Carrascoy et contribuent à détruire les forêts de chênes et de pins en réactivant les processus d’érosion. On peut attribuer à cet épisode la mise en place de la séquence B de la terrasse T2 .

12Les XVIe et XVIIe siècles sont marqués par des conditions climatiques plus froides favorisant les gelées l’hiver, le renforcement de la sècheresse estivale et les pluies orageuses à l’automne (FONT TULLOT, 1988). Parallèlement, le début du XVIe siècle se caractérise par une nette récupération démographique et l’essor des surfaces cultivées en sec appelées cultures de secano, comme dans les zones irriguées (huertas) de Lorca et de Murcie. Du milieu du XVIe siècle au milieu du XVIIe siècle, la région est frappée par une grave crise économique et alimentaire, en particulier entre 1550 et 1600, où toutes les courbes décennales de céréales stagnent provoquant la disette et des migrations de la faim vers l’Andalousie voisine (PÉREZ PICAZO et al.,1984). L’été est souvent affecté par de longues périodes de sécheresse comme celle de 1605‑1611 ; les rendements des cultures en sec deviennent extrêmement faibles et les pâturages sont grillés (MERINO ALVAREZ, 1915). Entre les longues sécheresses s’intercalent les périodes de précipitations torrentielles de fin d’été dans un paysage ouvert, donc plus vulnérable aux processus d’érosion. Près d’une cinquantaine d’inondations sont recensées par la CHS parmi lesquelles celle de la San Lucas, le 18 octobre 1545, qui détruisit plus de 400 maisons à Murcie, et « encore plus terrible » celle de la San Calixto des 14 et 15 octobre 1651 fit plus de mille morts, suivie de celle du 5 novembre 1653 qui emporta 200 personnes et plus de 2 000 édifices. La petite ville d’Alcantarilla (voir figure 6), près de Murcie, dut être déplacée et édifiée sur les premières hauteurs « à deux tirs de mousquet » de son site primitif (MERINO ALVAREZ, 1915).

2.3 ‑ Évolution et fin du PAG dans la région de Murcie

13À partir du milieu du XIIIe siècle jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, le régime pluviométrique devient moins contrasté. Même si elles sont nombreuses, aucune inondation n’atteint le caractère tragique de celles de la période précédente. Les années sèches sont plus dispersées et moins marquées. L’essor démographique et économique entraîne un grand mouvement de défrichement des versants au profit de l’arboriculture, oliviers et amandiers. Les secteurs irrigués sont restaurés à Lorca et Murcie (AYUNTAMIENTO DE MURCIA, ordenanzas, 1712).

14Les dernières années du XVIIIe siècle et les premières années du xixe sont marquées par la réapparition d’une succession de mauvaises récoltes, en particulier entre 1780 et 1820. Cette crise de subsistance rappelle celle du XVIIe siècle (PÉREZ PICAZO et al., 1984). Elle se place dans une succession de sécheresses plus marquées et la reprise des grandes inondations. La mise en culture des pentes de la sierra de Espuña aggrave l’érosion des sols et désorganise les sources. Les épidémies reviennent, en particulier la malaria et la fièvre jaune : Lorca perdit près de 10 % de sa population de 1811 à 1812. C’est dans ce contexte que se place la campagne napoléonienne en Espagne et l’amorce de l’abolition du système féodal.

15La seconde moitié du XIXe siècle est mieux connue grâce aux premiers relevés météorologiques à Murcie. Les températures enregistrées indiquent que l’hiver et le printemps sont plus froids surtout entre 1880 et 1890 (FONT TULLOT, 1988). La période 1863‑1908 est considérée comme très pluvieuse par rapport au climat actuel ; l’année 1884 totalise 756 mm de pluie soit deux fois et demi le total annuel actuel. Elle est marquée par des inondations très importantes comme celle du 9 et 10 novembre 1853 qualifiée de extraordinaria (CHS) et surtout celle de la Santa Teresa, le 15 octobre 1879, considérée comme la plus importante de l’histoire de la région. À la confluence du Segura et du Guadalentín on enregistra des débits de plus de 1 500 m3/s pour un débit modal de 0,6 m3/s. Il y eut 13 morts à Lorca et 761 à Murcie, laissant près de 7 000 familles sans abri, noyant plus de 22 500 têtes de bétail (MUÑOZ BRAVO, 1989). L’inondation déposa une grande épaisseur de sables et de limons et, dans les zones marécageuses, le typhus et les maladies infectieuses réapparurent. Elle a été déterminante dans l’organisation de défense contre les inondations. On peut considérer que cet alluvionnement marque le début de la nouvelle terrasse T.1, emboîtée dans celle liée au PAG. Ce nouvel alluvionnement se serait poursuivi au cours de la première moitié du XXe siècle (SCHULTE, 2002).

3 - L’adaptation au changement climatique

16Dans une région fortement marquée par l’aridité, la préoccupation prioritaire des conseils municipaux était de développer l’irrigation des huertas de Lorca et de Murcie. Par contre, les initiatives pour lutter efficacement contre les inondations ont été négligées jusqu’au du XVIIe siècle faute de moyens techniques et de coordination entre les principaux partenaires. En 1647, un premier barrage réservoir fut édifié sur le Guadalentín supérieur, en amont de Lorca : Puentes Ier. L’édifice, fut emporté par une crue mineure avant d’être achevé. Un nouveau barrage, Puentes II, fut reconstruit sur le même emplacement, en 1786, tandis qu’un ouvrage complémentaire était érigé en amont, le barrage de Valdeinfierno, en 1791 (MUÑOZ BRAVO, 1989). Mal conçu, Puentes II céda le 30 avril 1802 (MUÑOZ BRAVO, 1990) (fig. 4).

Fig. 4 – Barrage de Puentes après sa rupture en 1802

Fig. 4 – Barrage de Puentes après sa rupture en 1802

Photo Laurent en 1867, reproduite dans Munoz Bravo, 1990.

17L’onde de crue fut telle qu’elle noya plus de 600 personnes et détruisit des centaines de maisons à Lorca (CHS). Après la grande crue de la Santa Teresa, en 1879, Puentes III fut construit un peu en aval, en 1884. En 2000, Puentes IV était mis en service pour accroître la capacité de rétention de Puentes III qui commençait à s’envaser. En aval de Lorca, en 1885, les municipalités de Lorca et de Murcie décidaient de dériver une partie des eaux du Guadalentín en crue vers la Méditerranée par le creusement d’un canal de dérivation à travers le seuil de Paretón, la presa de Paretón (fig. 5).

Fig. 5 – Aménagement du bassin hydrographique du Guadalentin depuis le XVIIIe siècle

Fig. 5 – Aménagement du bassin hydrographique du Guadalentin depuis le XVIIIe siècle

Les barrages de régulation de Romeral et Castellar ont été réalisés après 1990.

18Parallèlement une grande opération de reboisement des versants était lancée pour lutter contre le ravinement des pentes et la perte des sols. Dans la zone de confluence Guadalentin-Segura, le problème majeur restait qu’à chaque crue le río Guadalentín déposait une grande quantité d’alluvions entraînant une grande instabilité de son lit mineur (CALVO GARCIA‑TORNEL, 1969). Dès 1735, la construction du canal Regurón repousse la confluence entre les deux ríos en aval de Murcie (fig. 6).

Fig. 6 – Évolution et aménagement de la confluence Guadalentin-Segura

Fig. 6 – Évolution et aménagement de la confluence Guadalentin-Segura

Conclusion

19Le croisement des données sédimentologiques, hydrologiques et socio-économiques amènent à constater une certaine corrélation avec les fluctuations climatiques de la période du petit âge glaciaire. Dans cette région semi-aride, le renforcement périodique des contrastes pluviométriques semble à l’origine des processus d’incision et d’engravement des vallées du Guadalentín et de ses affluents. Ces processus dits « naturels » interfèrent avec les périodes de crises politiques et agro‑pastorales qui ont engendré des fluctuations démographiques. Dépopulation et repopulation ont amplifié les effets des fluctuations climatiques sur la morphogenèse et peuvent rendre compte de la réactivation des processus d’érosion pendant l’époque Moderne et le début de l’époque Contemporaine. Depuis un siècle, les travaux de grande hydraulique et de reforestation ont tenté d’assurer un meilleur contrôle des processus d’érosion dans une région qui reste soumise par sa lithologie et sa géologie aux risques majeurs d’instabilité des versants.

Top of page

Bibliography

AYUNTAMIENTO de MURCIA, Ordenanzas de Murcia, 1712, archivo 4, H, 23 y 4, C, 2.

CALMEL AVILA M., (2000), Proceso hídricos holocenos en el bajo Guadalentín (Murcia, España), Cuaternario y Geomorfologia, 14, p. 65-78.

CALMEL AVILA M., (2001), Géomorphogenèse dans le bas-Guadalentin, bassin du Segura, province de Murcie, Espagne, Presses universitaire du Septentrion, 323 p.

CALMEL AVILA M., SILVA P.G., BARDAJÍ T., GOY J.L., ZAZO C., (2005), Variations climatiques et morphologiques holocènes dans le bassin du Guadalentín, région de Murcie, SE espagnol, XVII Colloque international de climatologie, p. 139‑142.

CHS (Centro de estudios hidrográficos), Avenidas de los ríos Segura y Guadalentín y de las inundaciones en las vegas del río Segura desde 738 antes de J.-C. hasta 1982. Murcia, 302 p.

CMT (Centro meteorológico territorial), Diarios de variables climatológicas, temperaturas y precipitaciones en la estación de Librilla (1961‑1990 y 1991‑2006), Indicativo 7226, Murcia.

CALVO GARCIA‑TORNEL F., (1969), La huerta de Murcia y las avenidas del Guadalentín, Papeles del departamento de geografía, Murcia, 1, p. 111‑137.

DÍAZ DEL OLMO F., BORJA BARRERA F., (1991), Aluvionamentos recientes en Andalucía occidental (Guadalquivir-Tinto, España), Physio‑Géo, 22-23, p. 49‑54.

FONT TULLOT I., (1988), Historia del clima de España, cambios climáticos y sus causas, Instituto nacional de Meteorología, Madrid, 297 p.

MERINO ALVAREZ A., (1915), Geografía histórica del territorio de la actual provincia de Murcia desde la Reconquista hasta la época presente, Academía Alfonso X el Sabio, monografía de historia de Murcia, tercera edición 1981, Murcia, 571 p.

MONTENAT C., (1976), Les formations néogènes et quaternaires du Levant espagnol – Provinces d’Alicante et de Murcie, Thèse sciences, Paris Sud­Orsay, 1 135 p.

MUÑOZ BRAVO J., (1989), Enseñanza de las avenidas históricas en la cuenca del Segura, in Avenidas fluviales e inundaciones en la cuenca del Mediterráneo, Instituto universitario de geografía de la Universidad de Alicante, Murcia, p. 459‑482.

MUÑOZ BRAVO J., (1990), Avenida provocada por la rotura de una presa, Puentes, 1802. Terceras jornadas españolas de presas. Comite nacional español de grandes presas, Barcelona, p. 208‑220.

PÉREZ PICAZO M. T., LEMEUNIER G., (1984), El proceso de modernización de la región de Murcia (siglos XVI-XIX), Editora regional, Murcia, 422 p.

SCHULTE L., (2002), Evolución cuaternaria de la depresión de Vera y de Sobras oriental (SE-Península Ibérica), Reconstrucción de las fluctuaciones paleoclimáticas a partir de estudios morfológicos y edafológicos, Publicación Universitat de Barcelona, 251 p.

SILVA P.G., BARDAJÍ T., CALMEL AVILA M., GOY J.L., ZAZO C., (2008), Transition from alluvial to fluvial systems in the Guadalentín Depression (SE Spain) during the Holocene: Lorca fan versus Guadalentín River, Geomorphology, 100, p. 140‑153.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Cadre morphologique de la vallée du Guadalentín
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7177/img-1.png
File image/png, 102k
Title Fig. 2 – Vue du méandre terminal du Librilla, affluent de rive gauche du Guadaletín. La surface de la terrasse T2 a été en partie remaniée pour les besoins de la citriculture
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7177/img-2.png
File image/png, 459k
Title Fig. 3.1 – Coupe stratigraphique de la terrasse T2
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7177/img-3.png
File image/png, 99k
Title Fig. 3.2 – Photographie du rebord de la terrasse T2 dans la section amont de l’Algeciras
Caption Elle montre la même succession des séquences A et B séparées par un paléosol gris, riche en charbons de bois (720 ± 40 BP, 1088-1370 cal AD). Les colluvions-alluvions sont de types torrentiels.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7177/img-4.png
File image/png, 692k
Title Fig. 4 – Barrage de Puentes après sa rupture en 1802
Credits Photo Laurent en 1867, reproduite dans Munoz Bravo, 1990.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7177/img-5.png
File image/png, 228k
Title Fig. 5 – Aménagement du bassin hydrographique du Guadalentin depuis le XVIIIe siècle
Caption Les barrages de régulation de Romeral et Castellar ont été réalisés après 1990.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7177/img-6.png
File image/png, 97k
Title Fig. 6 – Évolution et aménagement de la confluence Guadalentin-Segura
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7177/img-7.png
File image/png, 72k
Top of page

References

Bibliographical reference

Maryvonne Calmel‑Avila, « Le petit âge de glace (PAG) dans la vallée du Guadalentín (Sud‑Est de l’Espagne, région de Murcie)  », Méditerranée, 122 | 2014, 113-119.

Electronic reference

Maryvonne Calmel‑Avila, « Le petit âge de glace (PAG) dans la vallée du Guadalentín (Sud‑Est de l’Espagne, région de Murcie)  », Méditerranée [Online], 122 | 2014, Online since 19 June 2016, connection on 25 May 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/7177 ; DOI : 10.4000/mediterranee.7177

Top of page

About the author

Maryvonne Calmel‑Avila

Docteur en géographie, Université de Pau et des Pays de l’Adour, maryvonne_avila@yahoo.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals