Skip to navigation – Site map

Introduction

Isabelle Berry-Chikhaoui, Élisabeth Dorier, Sinda Haouès-Jouve and Julien Dario
p. 3-11

Full text

1Le cadre théorique et normatif du développement durable, généralisé depuis plusieurs années comme référentiel international de l’urbanisme, est pour beaucoup dans l’engouement des acteurs urbains pour la notion de qualité environnementale. Ce numéro vise à confronter des travaux de recherche et des points de vue de chercheurs interrogeant cette notion à partir d’études empiriques, et au-delà des approches normatives qui sous-tendent aujourd’hui le discours et les politiques de la ville « durable ». Après avoir procédé à une brève revue critique de la notion dans les champs institutionnel et académique, ce texte introductif présente et met en perspective les neuf contributions constitutives de ce numéro.

La qualité environnementale dans le champ institutionnel

2Dans le champ institutionnel, la notion de qualité environnementale se construit à l’interface des politiques publiques et de logiques technologiques et économiques. Dans ses usages opérationnels les plus fréquents, elle renvoie à un panel de normes architecturales, de labels immobiliers, de prescriptions des politiques publiques d’aménagement et d’urbanisme, qui puisent souvent leurs références dans les « bonnes pratiques » développées au nord de l’Europe. On voit depuis une quinzaine d’années se multiplier des expériences en lien avec les modèles de la « ville durable », et plus récemment de la « ville en transition » ou de «  ville résiliente ». La qualité environnementale est bien désormais un construit technique et politique qui agence ces dispositifs normatifs à différentes échelles, depuis le bâtiment jusqu’à l’agglomération. En France, ces dispositifs (Réglementation thermique, démarche AEU®, label EcoQuartier, démarches HQE et HQE2R®, etc.), portés par des acteurs très divers (État, collectivités territoriales, associations, organisations professionnelles etc.), peuvent se traduire par de simples recommandations, se référer à de bonnes pratiques ou s’instituer en systèmes de labellisation ou de certification relativement complexes et contraignants. La notion a par ailleurs été diffusée à travers des instruments de planification entièrement rénovés depuis le début des années 2000 (Schéma de cohérence territoriale, Plan local d’urbanisme, Plan climat et énergie territorial, Schéma régional de cohérence écologique, etc.), dont les diagnostics et les plans d’action sont de plus fondés sur des outils de mesure et d’objectivation des conditions de vie urbaine.

3Au-delà du cas français, ces référentiels de la qualité environnementale se diffusent également à l’échelle internationale dans des contextes géographiques, politiques et économiques variés, notamment au sud de la Méditerranée, à travers divers projets-phares de requalification environnementale ou de renaturation urbaine. Les modalités particulières de transfert et d’appropriation au sud ont fait l’objet de plusieurs publications qui en soulignent les enjeux et les limites, notamment leur inscription dans des démarches d’internationalisation et de marketing territorial (BARTHEL P.-A. et alii, 2011 ; BERRY-CHIKHAOUI I. et HAOUES‑JOUVE S., 2011 ; NAVEZ BOUCHANINE F., 2007). Parallèlement, des indices et classements internationaux de « performance », d’« innovation » ou de « qualité » environnementale, pourtant difficilement transposables selon les contextes géo‑économiques (présentés ici par AZZAG E. et alii.), s’imposent de plus en plus dans la promotion des villes. Tout récemment, des « éco-projets » immobiliers, notamment dans les villes nouvelles ou quartiers périphériques, comme bio-Istanbul (ARIK E., 2014), apparaissent comme de nouveaux produits phares au sud de la Méditerranée

4Partout, cette approche normative de la qualité environnementale se traduit par la construction de nouveaux référentiels en matière de cadre de vie urbain, participant aux manières actuelles de faire la ville à toutes les échelles. Pour autant, la diffusion de ce référentiel n’est pas en soi un gage de qualité urbaine au regard de l’ambivalence de la production de la ville. D’une part, la performation environnementale escomptée demeure limitée dans la mesure où l’application de ce référentiel ne remet pas en cause les logiques économiques classiques à l’œuvre dans la production urbaine. D’autre part, les politiques de requalification urbaine et de marchandisation croissante des aménités environnementales ont indéniablement des impacts sociaux et d’injustice environnementale. Enfin, ce référentiel confère peu d’importance aux priorités et aux usages des habitants, malgré les injonctions de plus en plus fortes à la participation dans la mise en œuvre des politiques publiques (SENECAL G. et alii, 2005, SEMMOUD, N. 2008 ; RENAULD V., 2014).

La qualité environnementale dans le champ scientifique

5Avec la diffusion du paradigme du développement durable, la notion de qualité environnementale a gagné des disciplines diverses au sein des sciences humaines et sociales (géographie, sociologie, psychologie de l’environnement, urbanisme, économie, etc.) sans qu’une définition unique n’émerge. La construction de cette notion s’est largement nourrie des notions préexistantes et interconnectées de satisfaction résidentielle -qui renvoie à l’évaluation des aménagements de la ville, du quartier (accès à des services, desserte en transports) ou du logement (luminosité, confort thermique, insonorisation...), de qualité de vie et de bien-être qui puisent dans des référentiels plus subjectifs et se situent à l’interface entre sciences sociales et aménagement (CAMPBELL A., 1976 ; PACIONE M., 1984, TOBELEM ZINOU C., 1995 ; MARANS R., 2003 ; MOSER G. et WEISS K., 2003 ; VAN KAMP I., 2003 ; TAEEB‑RASHID S. et al., 2013).

6Le vécu de la qualité environnementale à travers les perceptions sensorielles et les représentations des habitants fait l’objet depuis longtemps de travaux de psychologie de l’environnement dont certains apports ont été intégrés dans des démarches géographiques. Généralement basés sur des enquêtes par questionnaires conduites auprès d’individus, les études de psychologie de l’environnement insistent sur l’aspect subjectif de la notion de « qualité » appréhendée à différentes échelles -ville, quartier, voisinage, logement- et sur la variabilité inter individuelle des hiérarchies d’appréciations, notamment selon les âges, le genre ou le contexte (CRAIK K., Zube E., 1976 ; GUSTAFSON P., 2001 ; MARANS R., 2003).

7Dès les années 90, des travaux pionniers (VAN POLL M., 1997) soulignent ainsi le fait que les évaluations des experts diffèrent souvent des perceptions des résidents. Ainsi, la thèse de Van Poll montre que la qualité perçue de l’environnement résidentiel urbain est conçue comme un concept hiérarchisé et multi-attributs où se combinent des critères physiques de stress ou de bien-être (liés aux caractéristiques du cadre urbain général et du bâti) avec des critères psychosociaux. Plus spécifiquement, plusieurs travaux analysent les effets de cumul et de compensations perceptives entre nuisances et aménités. Sont ainsi soulignés les effets positifs des aménités (telles que les espaces verts), des bonnes relations de voisinage ou de l’attachement affectif au quartier sur l’acceptabilité des nuisances de proximité, comme le bruit par exemple (GIDLÖF‑GUNNARSON A., ÖHRSTRÖM E., 2007).

  • 1 Parallèlement au développement d’études de cas territorialisées qui proposent des essais méthodolog (...)

8En géographie sociale et en sociologie, au-delà des approches sensibles et individu-centrées, la valeur qualité attachée aux lieux renvoie aussi à une dimension collective à travers les liens identitaires, les pratiques et les rapports sociaux qui traduisent diverses formes de territorialisation de l’espace urbain (DORIER-APPRILL É., 2006). Selon certains courants critiques, fondateurs de l’approche par la notion de « justice environnementale », l’évaluation d’une « qualité environnementale » renvoie à un système de valeurs environnementales socialement construites et structurellement inégalitaires (HARVEY D., 1996, PÉROUSE J‑F, 2006). Dans cette perspective, le questionnement porte sur les inégalités environnementales dans les espaces urbains et les relations entre inégalités environnementales et inégalités sociales. Ce champ de prospection scientifique et d’investissement politique, ancré dans la culture urbaine anglo-saxonne, est plus récent en France, où des recherches sont en cours, mais où la production scientifique demeure encore principalement théorique (LAIGLE L. et OEHLER V., 2004 ; EMELIANOFF C., 2007). Dans une perspective historique d’analyse des rapports sociaux, J. THEYS (2002) suggère ainsi que « la qualité de l’environnement – assortie d’une valorisation foncière – a été un facteur de ségrégation sociale». Ces inégalités ont été décrites aussi bien dans certains pays du sud, comme la Turquie (PÉROUSE, 2006), que du Nord (FABUREL G., 2003 ; GUEYMARD S., 2006 ; INSEE première, 2003)1.

9Nombre de projets urbains situent l’idée de qualité environnementale à un niveau de priorités qui porte en germe le risque d’éviction des populations pauvres. Dans cette perspective, l’attention est portée sur les effets pervers induits: l’inflation immobilière à proximité des espaces de nature en ville (LUTTIK J., 2000), l’ambivalence des pouvoirs municipaux entre la requalification de quartiers pauvres à fortes aménités environnementales et leur reconquête sociale (NAPOLEONE C., 2005 ; PÉROUSE J.‑F., 2006 ; BERRY‑CHIKHAOUI I ; DEBOULET A., 2007, BONO P. et al., 2008 ; BEAUDET G., BLANC N. et al., 2009). Des travaux réinterrogent également les disparités de traitement des territoires et des populations ou encore les externalités possibles, en termes de relégation sociale, de programmes de protection environnementale comme la création du Parc des calanques à Marseille (DELDRÈVE V., DEBOUDT P., 2012 ; DELDRÈVE V., HÉRAT A., 2012). Dans ce numéro, M. Srir et E. Azzag abordent justement dans le contexte d’Alger et de Marseille, les jeux d’acteurs et l’instrumentalisation du concept de requalification environnementale.

10Par ailleurs, des travaux de sciences sociales portant sur la qualité environnementale comme dimension de la qualité de vie interrogent la place de cette notion dans la pratique de l’aménagement urbain et comme enjeu d’attractivité. Cette notion y est déclinée en termes de performances et de confort du logement, d’aménagements paysagers des espaces communs et publics et de qualité de l’environnement urbain à une échelle plus large (renaturation de la ville, lutte contre la pollution de l’air, le bruit, les îlots de chaleur urbains, etc.). Un courant de la recherche urbaine voit ainsi dans la promotion de la qualité environnementale un ressort pour l’attractivité urbaine visant les « classes créatives » dans un contexte de forte compétitivité des villes (FLORIDA, 2002 ; CLARK, 2003). Si cette théorie a rencontré un vif succès auprès des acteurs institutionnels de l’urbain au point d’être incorporée dans leur référentiel d’actions, elle fait l’objet de nombreuses controverses dans le champ académique. L’une des critiques porte sur le caractère ségrégatif de l’action urbaine fondée sur cette approche sélective de la qualité environnementale (PECK J., 2005 ; MARTIN‑BRELOT H. et al., 2010, ECKERT D., GROSSETTI M. et al. 2012).

11La notion de qualité environnementale se prête particulièrement bien aux approches interdisciplinaires à l’interface des sciences humaines et sociales avec les sciences physiques et du vivant et les sciences de l’ingénieur. L’émergence et l’affirmation de cette interdisciplinarité s’ancre dans une construction de plus en plus consensuelle de la notion de qualité environnementale comme la résultante de valeurs objectives et subjectives qui caractérisent les espaces de vie des habitants à différentes échelles (VAN POLL R., 1997 ; BONAIUTO M. et alii, 1999 et 2003 ; PACIONE M., 2003 ; SENECAL G. et alii, 2005). Des approches pluridisciplinaires se penchent sur l’articulation entre les mesures des paramètres de l’environnement physique (confort thermique, ventilation, bruit, qualité de l’air, esthétique, etc.) et les notions de ressenti, de perception et de bien-être, associées à la dimension subjective de la qualité environnementale (KWEON et ELLIS, 2005 ; BLANC, 2000 ; BLANC, 2011 ; HAOUES‑JOUVE et al., 2010 ; SENECAL et al., 2005). Des approches sensibles visent à prendre en compte la multisensorialité des individus qui influe sur le ressenti des ambiances architecturales et urbaines (MARRY S., 2011). Dans ce numéro, Guillaume FABUREL et alii. abordent ainsi la richesse des perceptions associées à l’expérience des éco-quartiers, appréhendées à travers l’usage des « baluchons multisensoriels ».

12Malgré ces innovations et la conceptualisation précoce d’un cadre théorique (PICKETT S. et  alii, 1997), rares sont encore les travaux empiriques offrant une approche véritablement intégrée entre analyse des perceptions individuelles, indicateurs physico-naturels, critères socioéconomiques et analyses socio-politiques (FRONTCZAK M., 2012 ; FRONTCZAK M., VINTHER‑ANDERSEN R., WARGOCKI P., 2011, BONAIUTO M. et al., 2003 et 2006). Récemment, des travaux de géographie montrent que, dans des zones de nuisances fortes, la confiance que les habitants accordent à l’action publique, la conscience de leur capacité collective à modifier leurs conditions de vie, infléchissent leur niveau de gêne et de satisfaction, et en général leur évaluation environnementale (GUEYMARD S., 2009).

13Le récent projet de recherche EUREQUA (Évaluation mUlticritères et Requalification Environnementale des QUArtiers, 2012-2016), présenté dans ce numéro par l’étude de BERRY‑CHIKAHAOUI, DORIER, HAOUES-JOUVE et alii cherche à relever ce défi. Articulant une approche par la mesure et la modélisation de la matérialité de l’environnement urbain (climat urbain, acoustique et qualité de l’air), avec des approches sensibles et sociales de la relation à l’environnement, il vise à construire une expertise interdisciplinaire de la qualité environnementale du cadre de vie à l’échelle du quartier, en intégrant également l’évaluation par les acteurs et les habitants, susceptibles d’orienter des scénarios d’aménagement.

Objectifs et ligne directrice du numéro

14En tirant le bilan de cette littérature ainsi que de l’observation et l’analyse des projets institutionnels qui s’appuient sur le référentiel de la qualité environnementale, ce numéro de la revue Méditerranée vise à confronter des travaux de recherche qui interrogent la notion même de qualité environnementale urbaine, ses critères et enjeux d’évaluation. Au-delà des approches normatives qui sous-tendent aujourd’hui le discours et les politiques de la ville « durable », l’objectif est de comprendre la construction des systèmes des valeurs environnementales du cadre de vie dans leurs dimensions matérielle, politique, sociale et culturelle, et leurs enjeux pour les territoires.

15Nous partons de l’hypothèse que la notion de qualité environnementale est une construction socio-économique, culturelle et politique, à caractère multidimensionnel et à géométrie variable selon les acteurs concernés. Son caractère complexe (ÖHRSTRÖM E., 2007 ; SENECAL G. et alii, 2005) ne peut donc pas faire l’objet d’une acception univoque, que ce soit du côté des acteurs de l’urbain, d’habitants aux priorités et intérêts divergents, et même des différentes disciplines scientifiques. Cette approche constructiviste est le véritable fil directeur de ce numéro, où l’on voit se dessiner, dans des contextes territoriaux variés, et en s’appuyant sur des études empiriques approfondies, diverses définitions ou facettes de la notion de qualité environnementale selon les acteurs concernés.

16Dès lors, il s’agit d’abord d’enrichir les critères d’évaluation classiques de la qualité environnementale urbaine (qui procèdent habituellement par combinaisons d’indices quantitatifs et qualitatifs), en promouvant des approches empiriques et complexes des territoires urbains aux échelles fines.

17Ce choix méthodologique répond donc à l’enjeu de saisir la grande variation des définitions, de la perception et des représentations de la qualité environnementale urbaine selon les acteurs : habitants, décideurs politiques, opérateurs techniques, économiques et selon les contextes sociétaux et territoriaux.

18Le numéro entend rendre compte de ces variations et mettre en regard des approches fondées sur les paramètres mesurables de la qualité environnementale avec d’autres approches valorisant les perceptions, les rapports sociaux, les pratiques, les représentations, les revendications ou les mobilisations territoriales des habitants. Du reste, on considère que ces variations méritent d’être observées à des échelles micro-spatiales, car d’une part les composantes de l’environnement urbain peuvent être hétérogènes sur des périmètres restreints, et d’autre part elles sont généralement perçues différemment en fonction des individus et des groupes sociaux qui cohabitent.

19Un second axe d’interrogation porte sur les enjeux et les effets des politiques et des opérations de requalification environnementale dans les territoires urbains: renouvellement urbain, projets labellisés de développement urbain durable, interventions visant à corriger des nuisances ou à développer des aménités, que ce soit dans le cadre d’opérations publiques et/ou privées.

20Enfin, au travers de la diversité des profils de ses contributeurs, le numéro donne à voir plusieurs approches scientifiques (géographie, urbanisme, sociologie, écologie) qui mettent en lumière des facettes différenciées de la qualité environnementale.

Présentation des textes

21Cette livraison atteste d’une palette large de questionnements thématiques et de propositions méthodologiques autour de la qualité environnementale, par les pays traités, tout d’abord : France, Algérie, Liban, Turquie, Italie, Pays bas, Suède, Allemagne. Par les villes étudiées, ensuite, diverses par leur taille, leurs contextes économiques et des milieux divers : Alger Beyrouth Istanbul Marseille Rome Toulouse Paris, Rennes, Lauris, Melle, Saint-Pierre d’Oléron, Poitiers, Torcy, Lille, Amsterdam, Malmö et Hanovre.

  • Quatre textes sont centrés sur les enjeux et les effets des plans et projets d’aménagement et de requalification environnementale urbaine (DELPIROU ; BEREZOWSKA-AZZAG ; SRIR et AZZAG ; PÉROUSE) ;

  • deux articles mettent l’accent sur les perceptions et représentations sociales de la qualité environnementale urbaine par les habitants et usagers (FARAH ET JOUNY ; BERRY‑CHIKHAOUI, DORIER, HAOUÈS-JOUVE, FLAMAND et alii ) ;

  • un texte insiste sur l’intérêt d’approches multi-sensorielles pour tenir compte de l’épaisseur du « vécu environnemental » des habitants (FABUREL et alii) ;

  • deux textes fondés sur des approches croisées écologie/sociologie interrogent la représentation de la nature en ville par les acteurs « de terrain » de l’aménagement et les usagers(M.‑H. LIZÉE, C. BOURDIL, C. BARTHÉLÉMY et alii ; A. MARCO, M.‑J. MENOZZI, S. LÉONARD et alii).

22De nombreux rapports et études mettent en avant la vulnérabilité environnementale des villes du pourtour méditerranéen en lien avec l’émergence de l’enjeu du changement climatique et de la question des risques. Cette nouvelle focale tend aujourd’hui à s’imposer dans de nombreux projets tant dans le champ institutionnel que scientifique contribuant, comme le montre le texte d’E. BEREZOWSKA AZZAG et alii, à instiller des cadres de référence et de « bonnes pratiques » (CATMED). Se pose à travers ce texte la question de la pertinence de ces référentiels et dispositifs standardisés émanant principalement des pays du « Nord » pour des pays en voie de développement dont le cadre et les problématiques sont différents.

23Des réflexions menées notamment sur des projets de requalification des fronts d’eau (Srir et BEREZOWSKA-AZZAG) sur les deux rives de la Méditerranée (Alger‑Marseille) ainsi que les controverses environnementales à Istanbul (PÉROUSE) et à Rome (DELPIROU) mettent en avant les décalages pouvant exister entre un projet environnemental normé, impulsé par la puissance publique et son accueil par la société civile locale, parfois mitigé, laissant ainsi percevoir des problématiques de tensions sociales, de gouvernance et de communication. Le cas d’Istanbul avec les « événements de Gezi » souligne la possible instrumentation politique de l’argumentaire environnemental.

24Les problématiques environnementales se posent différemment selon l’échelle spatiale envisagée. Les cas d’Alger, Rome et Istanbul permettent d’analyser les problèmes posés par les politiques métropolitaines de péréquation et de « compensation » internes aux agglomérations lors de projets d’aménagement. Il est difficile de concilier les différentes échelles de la qualité environnementale. La question des « compensations » écologiques (en termes de superficie urbanisable vs la qualité de certains paysages) se retrouve au cœur des débats et des actions de densification urbaine, avec des appréhensions contradictoires. L’absence de consensus politique et culturel sur les notions de durabilité et de qualité environnementale peut contribuer, soit à « stériliser l’action publique » (DELPIROU : Rome), soit être source de malentendus, voire de conflits (PÉROUSE).

25Plusieurs textes s’intéressent aux échelles micro-locales, soulignant l’enchevêtrement des critères mesurées et perçus de la qualité environnementale avec les différents éléments individuels et sociaux qui construisent le vécu urbain. À travers le texte de Faburel, Manola et Geisler, on appréhende la richesse d’analyses possibles du cadre paysager et environnemental dans ce contexte a priori normé qu’est l’éco-quartier en s’appuyant sur une approche multisensorielle définissant des  paysages sensibles. Poursuivant ce questionnement, le texte de J. Farah et R. Jouny met en lumière le décalage entre une conception « experte » de la qualité environnementale et une perception habitante fondée sur une expérience quotidienne et sensible. Toujours sur cette question du référentiel sensible articulé aux représentations sociales, l’article d’I. BERRY‑CHIKHAOUI, É. DORIER, S. HAOUES‑JOUVE, A. FLAMAND et alii met en lumière les contrastes micro-territoriaux des évaluations d’habitants ainsi que l’importance des biais perceptifs liés à des interférences de stimuli et à des formes d’habitus sociaux.

26Les deux articles fondés sur une approche croisée entre sociologie et écologie (LIZÉE et alii ; MARCO et alii ) rappellent enfin que si la diversité écologique est une forme de qualité environnementale, elle n’est paradoxalement que rarement au centre des politiques publiques et des perceptions habitantes. Ces textes visent à mieux comprendre de quelle manière les usagers « composent » avec la dimension ambivalente de la nature en ville et montrent les contradictions internes dans l’évaluation de la place de la nature dans la qualité environnementale : la prégnance de la nature/naturalité est appréciée, pour peu qu’elle soit « domestiquée » et entretenue. Malgré les évolutions actuelles en matière de gestion raisonnée, beaucoup de citadins ont encore tendance à interpréter la présence de végétation urbaine spontanée dans leur voisinage comme une manifestation visible de négligence alors que celle-ci constitue un marqueur de richesse écologique. Le référentiel hygiéniste lié à l’« entretien » reste donc prédominant dans la manière de percevoir cette végétation.

27Dans ce panel d’études se pose la question du rôle du scientifique qui, à travers l’application de méthodologies intégrées peut contribuer à fournir des diagnostics territoriaux complexes de la qualité environnementale et à adapter l’approche normative des politiques publiques. Les méthodes des études originales, empiriques ou analytiques, présentées dans ce numéro, sont variées et innovantes :

  • Construction d’indices multicritères (BEREZOWSKA-AZZAG et alii)

  • Entrée par l’analyse des projets et de la rhétorique publique environnementale (BEREZOWSKA‑AZZAG et alii ; SRIR ET AZZAG ; DELPIROU ; PEROUSE)

  • Approches « par le bas » avec une attention portée aux hiérarchisations et discours des habitants (FABUREL ; FARAH ET JOUNY ; BERRY‑CHIKHAOUI, DORIER, HAOUES-JOUVE, FLAMAND et alii). Ces méthodes qualitatives et ouvertes acceptent les éventuels décalages entre les valeurs exprimées librement par les habitants et les référentiels qui leur sont proposés lors des enquêtes : Farah et Jouny qualifient de pragmatique cette approche alternative et complexe.

  • Méthodologies articulées à un diagnostic urbanistique et/ou paysager des quartiers concernés aux échelles d’une agglomération (BEREZOWSKA-AZZAG et alii) ou aux échelles fines: SRIR, FARAH, et JOUNY, BERRY‑CHIKHAOUI, DORIER, HAOUES‑JOUVE, FLAMAND et alii)

  • Approches centrées sur les perceptions et donc sur le sensible couplé aux discours : trois méthodes qualitatives originales sont ainsi proposées dans les études présentées ici (entretiens, parcours commentés et « baluchons multisensoriels »).

  • Approches pluridisciplinaires entre SHS et sciences du vivant : incidences des pratiques d’entretien des espaces urbains d’une part sur la faune (LISÉE et alii) d’autre part sur la flore (MARCO et alii). Ces études croisées entre sociologie et écologie permettent d’évaluer les effets de l’activité humaine sur la biodiversité à une échelle micro. Ces travaux interrogent les modalités et les effets concrets de nouvelles politiques de gestion des espaces végétaux urbains : interface entre politiques publiques, pratiques professionnelles et habitants et/ou usagers dans des contextes où le référentiel environnemental s’affirme.

28L’ensemble des études présentées ici approchent le référentiel de la qualité environnementale dans la diversité et la richesse des lectures que proposent les sciences humaines et du vivant. Si ces travaux n’ont aucunement l’objectif de fournir une définition arrêtée de la qualité environnementale, concept par nature labile et multiple, ils n’en constituent pas moins chacun à leur manière un apport heuristique.

29La qualité environnementale devient aussi une grille de lecture pour l’étude de perceptions, de pratiques qui fondent l’existence d’un territoire, à travers la profondeur des dimensions fonctionnelles, sociales, affectives, sensibles, constitutives de l’image d’un quartier, d’une ville, dont les limites perçues ne coïncident d’ailleurs que rarement avec les limites administratives, cadre privilégié de l’action publique. Ces travaux revendiquent donc le dépassement d’une vision morcelée des politiques de qualité environnementale dont la fragmentation peut mener à un décrochage avec les acteurs territoriaux (habitants, associations, etc.). Enfin, et sans pour autant constituer un « livret de prescriptions », les articles de ce numéro constituent un apport opérationnel pour la conception raisonnée de politiques urbaines relatives à la requalification environnementale des territoires, la densification urbaine, les éco-quartiers, la renaturation des cours d’eau, etc. En effet, si la perception citoyenne et habitante constitue en soi une grille de lecture de la qualité environnementale, elle représente aussi un enjeu de gouvernance pour les politiques publiques. Une vigilance aux impacts sociaux, politiques voire environnementaux est donc nécessaire dans la mise en œuvre de ces politiques, qui sinon courent le risque d’atteindre l’objectif inverse de celui affiché.

Top of page

Bibliography

ARIK E., 2014, « Le projet de ville nouvelle Bio-Istanbul: Un urbanisme spéculatif, ségrégatif et durable », [en ligne]

BARTHEL P-A. ET MOULOUDI H., 2009, Waterfronts de Casablanca et de Rabat : un urbanisme de projet, Urbanisme, vol. 369, p. 52-56. 

BARTHEL P-A. ET ZAKI L. (dir.), 2011, Expérimenter la « ville durable » au sud de la Méditerranée : chercheurs et professionnels en dialogue, Éditions de l’Aube, La Tour-d’Aigues (France), 352 p.

BARTHEL P-A., 2008, Faire du « grand projet » au Maghreb. L’exemple des fronts d’eau (Casablanca et Tunis), Géocarrefour [en ligne], vol. 83/1, mis en ligne le 28 septembre 2008.

BERRY-CHIKHAOUI I., DEBOULET A. et ROULLEAU-BERGER L. (dir.), 2007, Villes internationales. Entre tensions et réactions des habitants, La Découverte, coll. « Recherches », Paris, 328 p.

BERRY-CHIKHAOUI I., HAOUÈS-JOUVE S., 2011, « La fabrique du développement urbain durable à Marrakech : effets de contexte, interprétations et construction de l’Agenda 21 local. in BARTHEL A. et ZAKI L. (dir.), Expérimenter la “ville durable”au sud de la Méditerranée. Chercheurs et professionnels en dialogue, La Tour-d'Aigues: Éditions de l’Aube, p. 211‑241.

BLANC N., BRIDIER S., COHEN M. GLATRON S. GRÉSILLON L., 2011, « Interdisciplinarité et ville durable. Une pratique de recherche pour appréhender la ville comme (mi)lieu de vie », in MATHIEU N., GUERMOND Y., 2005, La ville durable, du politique au scientifique, Versailles : Quae, 285 p.

BONAIUTO M., AIELLO A., PERUGINI M., BONNES M., ERCOLANI A. P., 1999, « Multidimensional perception of residential environment quality and neighborhood attachment in the urban environment » in Journal of Environmental Psychology, vol. 19, no 4, p. 331‑352.

BONAIUTO M., FORNARA F., BONNES M., 2003, « Indexes of perceived residential environment quality and neighbourhood attachment in urban environments: a confirmation study on the city of Rome » in Landscape and Urban Planning, vol. 65, no 1-2, p. 41-52.

BONAIUTO M., FORNARA F., BONNES M., 2006, « Perception de la qualité résidentielle dans les villes italiennes de moyenne et petite étendues » in Revue européenne de psychologie appliquée, vol. 56, no 1, p. 23-34.

BONO P.-H., GRAVEL N., TRANNOY A., 2008, « L’importance de la localisation dans la valorisation des quartiers marseillais » in Economie Publique, no 2, [en ligne], 39 p.

BROWN A. L., 2003, « Increasing the utility of urban environmental quality information » in Landscape and Urban Planning, vol. 65, no 1-2, p. 85‑93.

CADENASSO M. L., GROVE M. J., PICKETT S. T. A., 2006, « Integrative approaches to investigating human-natural, p. 4‑14.

CAMPBELL A., CONVERSE P. E., RODGERS W. L., 1976, The Quality of American Life: Perceptions, Evaluations, and Satisfactions, New York, Russell Sage Foundation

CAT-MED, (2012), Modèles urbains durables : Méthodologie de travail et résultats, Services de programmes de la Mairie de Malaga - Observatoire de l’Environnement Urbain – OMAU, Institut de la Méditerranée, Malaga, 332 p.

COHEN M., BAUDOIN R., PALIBRK M., PERSYN N., RHEIN C., 2012, « Urban biodiversity and social inequalities in built-up cities: New evidences, next questions. The example of Paris, France » in Landscape and Urban Planning.

CRAIK H., ZUBE E. H., 1976, Perceiving environmental quality: research and applications, New York, Plenum Press, 310 p.

DEBOULET A., 2007, « Restructurer l’habitat précaire. Récits de « meilleures pratiques » » in Espaces et sociétés, vol. 2007/4, no 131.

DELDRÈVE V., DEBOUDT P., 2012, Construction territoriale, concertation et usages, Quae, 248 p.

DELDRÈVE V., HÉRAT A., 2012, « Des inégalités garantes de la protection des Calanques ? » in VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 12, no 2, [en ligne].

DORIER-APPRILL E., 2006, « La géographie, les villes et l’environnement : débats épistémologiques et enjeux contemporains », chapitre 1 de Ville et Environnement, Paris Armand Colin, coll. SEDES-DIEM, p. 5‑58.

EMELIANOFF C., 2007, « La ville durable: l’hypothèse d’un tournant urbanistique en Europe » in L’Information Géographique, vol. 71, no 2007/3, p. 48-65.

FLORIDA R. L., 2012, The Rise of the Creative Class: Revisited, Basic Books, 483 p.

FRONTCZAK M., VINTHER-ANDERSEN R., WARGOCKI P., 2011, « Questionnaire survey on factors inuencing comfort with indoor environmental quality in Danish housing » in Building and Environment, col. 50, p. 56‑64.

GIDLÖF-GUNNARSSON A., ÖHRSTRÖM E., 2007, « Noise and well-being in urban residential environments: The potential role of perceived availability to nearby green areas » in Landscape and Urban Planning, vol. 83, no 2-3, p. 115‑126.

GUEYMARD S., 2006, « Facteurs environnementaux de proximité et choix résidentiels » in Développement durable et territoires, Dossier hors-série 7 : Proximité et environnement, 17 p., [en ligne].

GUSTAFSON P., WALKER L. J., HENNIG K. H., 2001, « The consolidation/transition model in moral reasoning development » in Developmental psychology, Vol. 37, no 2, p. 187‑197.

HAOUES-JOUVE S. (coord.), 2010, Formes urbaines, modes d’habiter et climat urbain dans le périurbain toulousain. Projet exploratoire de recherche interdisciplinaire, Toulouse: PIRVE, 73 p. [en ligne].

HAOUES-JOUVE S., ROUYER A., SAIDI S., 2011, « Perceptions du climat et appréhension des enjeux climatiques dans les quartiers pavillonnaires de la périphérie toulousaine » in Sud-Ouest Européen, no 31, p. 55-66.

KUNG-JEN T., LI-TING L., 2008, « Evaluative structure of perceived residential environment quality in high-density and mixed-use urban settings: An exploratory study on Taipei City » in Landscape and Urban Planning, vol. 87, no 3, p. 157‑171.

KWEON B.-S., ELLIS C. D., LEE S.-W., ROGERS G. O., 2005, « Large-scale environmental knowledge : investigating the relationship between self-reported and objectively measured physical environments » in Environment and Behavior, vol. 38, Dossier hors-série 1, p. 72‑91.

LAIGLE L., OEHLER V., 2004, Les enjeux sociaux et environnementaux du développement urbain : la question des inégalités écologiques.

LAIGLE L. et TUAL M. 2007, « Conceptions des inégalités écologiques dans cinq pays européens : quelle place dans les politiques de développement urbain durable ? », Développement durable et territoires [en ligne], Dossier 9 : Inégalités écologiques, inégalités sociales, mis en ligne le 02 septembre 2007

LUTTIK J., 2000, « The value of trees, water and open space as reflected by house prices in the Netherlands » in Landscape and Urban Planning, n48, p. 161‑167.

MARANS R. W., 2003, « Understanding environmental quality through quality of life studies: the 2001 DAS and its use of subjective and objective indicators » in Landscape and Urban Planning, dossier hors-série 65, p. 73-83.

MARRY S., 2011. L’espace public sonore ordinaire : les paramètres de la perception sonore dans les espaces publics : contribution à une connaissance de l’ambiance sonore Thèse de doctorat en Sciences de l’homme, du politique et du territoire sous la direction de CHALAS Y. Grenoble.

MARTIN-BRELOT H., GROSSETTI M., ECKERT D., GRITSAI O., KOVÁCS Z., 2010, « The Spatial Mobility of the ‘Creative Class’: A European Perspective » in International Journal of Urban and Regional Research, vol. 34, no 4, p. 854‑870.

MATHIEU N., 2006, « Pour une construction interdisciplinaire du concept de milieu urbain durable » in Natures Sciences Sociétés, vol. 14, no 4, octobre‑décembre 2006, p. 376‑382.

MCINTYRE N. E., KNOWLES-YÁNEZ K., HOPE D., 2000, « Urban ecology as an interdisciplinary field: differences in the use of “urban” between the social and natural sciences » in Urban Ecosystems, vol. 4, no 1, [en ligne], p 5-24.

MOSER G ., WEISS K. dir, 2003, Espaces de vies. Aspects de la relation homme-environnement. Paris. A. Colin. Collection Sociétales. 396 p.

NAPOLÉONE C., 2006. Prix fonciers et immobiliers, et localisation des ménages au sein d’une agglomération urbaine Thèse de doctorat en Sciences économiques sous la direction de THISSE J.-F., École des hautes études en sciences sociales (EHESS): Marseille.

NAVEZ-BOUCHANINE F., 2007, « Le développement urbain durable : « best practice » ou leurre méthodologique » in Espaces et sociétés, vol. 2007/4, no 131, Dossier hors-série Ville et best practices, p. 101‑116.

PACIONE M., 1984, « Evaluating the quality of the residential environment in a high-rise public housing development » in Applied Geography, vol. 4, no 1, p. 59-70.

PECK J., 2005, « Struggling with the Creative Class », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 29, Issue 4, [en ligne], p.740–770

PICKETT S. T. A., BURCH W. R., DALTON S. E., FORESMAN T. W., GROVE J. M., ROWNTREE R., (1997), « A conceptual framework for the study of human ecosystems in urban areas » in Urban Ecosystems, vol. 1, no 4, p. 185-199.

SEMMOUD N., 2007, La réception sociale de l’urbanisme, Paris, Harmattan, 251 p.

SÉNÉCAL G., 2002, « Controverses en environnement et développement durable urbain : la formation d’un nouvel espace public » in VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 3, no 2, [en ligne], 6 p.

SÉNÉCAL G., HAMEL P. J., VACHON N., 2005, « Forme urbaine, qualité de vie, environnements naturels et construits : éléments de réflexion et test de mesure pour la région métropolitaine de Montréal » in Cahiers de géographie du Québec, vol. 49, no 136, p. 19-43.

SIRGY M. J., CORNWELL T., 2002, « How Neighborhood Features Affect Quality of Life » in Social Indicators Research, vol. 59, no 1, p. 79‑114

THEYS J., 2002, « L’approche territoriale du «  développement durable  », condition d’une prise en compte de sa dimension sociale » in Développement durable et territoires, 08 juin 2015, [en ligne].

TOBELEM-ZANIN C., 1995, La qualité de la vie dans les villes françaises, Rouen, Publications de l’université de Rouen, n° 208.

VAN KAMP I., LEIDELMEIJER K., MARSMAN G., DE HOLLANDER A., 2003, « Urban environmental quality and human well-being. Towards a conceptual framework and demarcation of concepts, a literature study » in Landscape and Urban Planning, vol. 65, no 1‑2, p. 5‑18.

VAN POLL R., 1997. The Perceived Quality of the Urban Residential Environment. A Multi-Attribute Evaluation Thèse de doctorat en Sciences naturelles sous la direction de HENDRICKX L. C. W. P., Rijksuniversiteit Groningen: Groningen, 228 p.

Top of page

Notes

1 Parallèlement au développement d’études de cas territorialisées qui proposent des essais méthodologiques, deux numéros spéciaux de revues récentes, le Dossier « Inégalités écologiques, inégalités sociales » (2007) de la revue Développement durable et territoires et le n°665-666 « Justice spatiale » des Annales de géographie 2009 interrogent l’émergence et les enjeux de cette thématique largement transposée du contexte urbain et scientifique anglo-saxon.

Top of page

References

Bibliographical reference

Isabelle Berry-Chikhaoui, Élisabeth Dorier, Sinda Haouès-Jouve and Julien Dario, « Introduction  », Méditerranée, 123 | 2014, 3-11.

Electronic reference

Isabelle Berry-Chikhaoui, Élisabeth Dorier, Sinda Haouès-Jouve and Julien Dario, « Introduction  », Méditerranée [Online], 123 | 2014, Online since 20 December 2016, connection on 25 June 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/7313

Top of page

About the authors

Isabelle Berry-Chikhaoui

Maître de Conférences en géographie, Université Montpellier 3, UMR 5281 ART-Dev, Monpellier, France, isabelle.berry-chikhaoui@univ-montp3.fr

By this author

Élisabeth Dorier

Professeur de géographie, Aix Marseille Université, IRD, LPED UMR_D 151, Marseille, France, dorier_elisabeth@yahoo.fr

By this author

Sinda Haouès-Jouve

Maître de Conférences en urbanisme et aménagement, Université Toulouse Jean-Jaurès, LISST-Cieu (Centre Interdisciplinaire d’Études Urbaines), UMR 5193, Toulouse, France, sinda.haoues-jouve@univ-tlse2.fr

By this author

Julien Dario

Doctorant en géographie, Aix Marseille Université, IRD, LPED UMR_D 151, Marseille, France, julien.dario1@gmail.com

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals