Skip to navigation – Site map
Enjeux et effets des plans et projets d’aménagement et de requalification environnementale urbaine

La recherche d’intercommunalité par l’évaluation des performances environnementales locales à Alger

Searching for inter-municipal cooperation links in Algiers by the assessment of the local environmental performances
Ewa Berezowska-Azzag, Isma Abdelatif, Nadia Akrour, Ouafida Bouallag-Azoui and Mohamed Srir
p. 31-47

Abstracts

The future challenges of climate change, food, water and energy crisis as well as the resurgence of major risks in the Mediterranean space, confirmed by the recent international conferences, place municipalities in difficulty between economic and social expectations on the one hand, and environmental threats from the other. Moreover, the major metropolitan projects, focused on quality housing development, urban space modernization and attractiveness equipment, are often localized on the coastal sites whose territorial carrying capacity is not verified. Thus, in the future, the objectives of quality and attractiveness could have to yield the priority to the environmental survival ones, for which the planning and urban management system should take responsibility.

By questioning the environmental resilience of Mediterranean metropolis from the Algiers’ Strategic Plan point of view, the paper suggests the methodology of assessment of the environmental performance index for the 57 Algiers’ municipalities, which is based on scientific approach and aims operational objectives. It proposes to create the “environmental equilibrium units”, where the weaknesses and the absence of strengths of each other could be balanced by the interdependent integral governance.

Top of page

Full text

  • 1 Il s’agit de Barcelone, Malaga, Séville, Valence, Communauté du Pays d’Aix, Marseille, Rome, Gênes, (...)
  • 2 Voir la Charte de Malaga signée en 2011 et le Manifeste de Gênes? La ville du XXIe siècle adopté l (...)

1La question récurrente de la qualité de l’environnement en milieu urbain se pose aujourd’hui à plusieurs échelles spatiales et sous des aspects très divers. D’une étude à l’autre, le foisonnement des méthodes d’évaluation de la qualité environnementale et de son management interroge leur efficacité : quelle capacité ont-elles, au-delà du simple diagnostic, d’induire une dynamique locale d’amélioration réelle ? Les arguments avancés pour réfuter leur usage universel sont nombreux : standards utilisés pour l’évaluation non transposables entre pays développés et en développement, référentiels non pertinents, échelles d’évaluation peu appropriées selon le thème traité, etc. Parmi les approches méditerranéennes, la plateforme CAT-MED, qui réunit 11 villes européennes partenaires du projet depuis 20091, vise à développer des modèles urbains durables basés sur les référents traditionnels de la ville méditerranéenne (compacité, complexité, proximité, efficience, cohésion) et propose un système d’indicateurs thématiques mettant en relation le développement urbain et la prévention du changement climatique. Le tableau de bord de CAT-MED, développé conjointement par les villes partenaires et considéré comme base commune d’évaluation de la durabilité, comprend 20 indicateurs structurés selon 4 axes thématiques : territoire et configuration de la ville, mobilité et transports, gestion des ressources naturelles, cohésion économique et sociale. Cette démarche a permis de mettre en place, entre autres, une approche de planification et de conception d’un îlot vert2, qui reste cependant au stade des avancées théoriques et peine à trouver une application, malgré l’adhésion des participants engagés dans le projet.

  • 3 Dans le cas présent, il s’agit de la wilaya d’Alger.

2La présente contribution tente d’introduire une autre approche de la qualité environnementale en milieux urbains, basée sur une auto-évaluation à réaliser par l’autorité métropolitaine3, qui intègre une vision stratégique de résilience proactive aux menaces climatiques à venir et qui pourrait être testée à Alger dans le cadre de la mise en place d’un observatoire de l’environnement en Méditerranée.

1 - Sollicitation accrue de l’environnement naturel, un nouveau défi urbain à Alger

1.1 - Défis de changement climatique en Afrique du Nord

3Le changement climatique en Méditerranée occidentale ne fait plus de doute aujourd’hui. De nombreuses études préfigurent les effets de ses impacts, qui iraient de la perturbation du cycle de l’eau avec l’alternance des phénomènes extrêmes de sécheresse/inondation, les orages et les vents violents, à l’augmentation des températures et des vagues de chaleur inhabituelles, au changement de stabilité des sols et à l’érosion des terres agricoles (BANQUE MONDIALE, 2011).

4L’Afrique du Nord est de fait une zone très vulnérable : le GIEC (2014) rapporte que, d’ici 2050, les températures devraient y augmenter de 3 à 6°, la hausse du niveau de la mer pourrait atteindre 30 cm, la production de blé baisser de 20 % d’ici 2030. La perturbation des cycles du carbone, du vent et de l’eau, le déséquilibre du métabolisme urbain entre les inputs que le greenfield fournit généreusement et les outputs que le brownfield n’arrive plus à digérer, la multiplication et l’ampleur des catastrophes naturelles provoquent des inquiétudes grandissantes sur les deux rives de la Méditerranée.

5Dans ce contexte alarmant, l’adaptation des villes côtières (plus de 60 millions d’habitants et 90 millions à l’horizon 2030) aux exigences du développement intégré et durable constitue aujourd’hui une stratégie incontournable pour faire face à l’épuisement des ressources foncières et hydriques, aux menaces sur la sécurité alimentaire, à la recrudescence des catastrophes et à la crise énergétique à venir doublée d’une crise économique qui progresse (CAT‑MED, 2012).

6Parallèlement à la dégradation de la situation environnementale liée aux mutations urbaines en cours, la progression constante de l’urbanisation ouvre aujourd’hui des chantiers nouveaux de planification et de gestion urbaine durables, censés trouver les voies et moyens pour résoudre la difficile équation d’équilibre entre la demande sociale et l’offre environnementale. Au-delà des exigences légitimes de qualité des espaces bâtis qui répondraient aux modes de vie, aux pratiques sociales, ainsi qu’au besoin de confort, de sécurité, d’identité et de qualité de vie, se pose en effet de plus en plus aujourd’hui la question des contradictions entre les revendications économiques et sociales et les défis environnementaux du développement durable urbain. Pour les concilier, les spécialistes prônent notamment le développement de l’agriculture urbaine climato-intelligente, l’amélioration de la résilience des villes avec la sobriété d’émissions de carbone, le progrès de l’efficience énergétique, le renversement de la balance entre les énergies fossiles et les énergies renouvelables, la protection de la biodiversité et la prévention des risques majeurs en milieux urbains.

1.2 - Dynamique de développement urbain à Alger face aux menaces environnementales

7Alger, capitale méditerranéenne de plus de 3 millions d’habitants sur un territoire fragile de 809 km² pris en tenailles entre le littoral et la plaine agricole de la Mitidja (fig. 1), n’échappe pas à ces défis.

8Pour soutenir son développement, l’agglomération a consommé depuis 1995 plus de 6 000 ha de terres agricoles (SAFAR-ZITOUN, 2009), dont 850 ha depuis 2010 ont été consacrés aux programmes d’habitat et industriels mettant en danger la sécurité alimentaire du bassin de vie algérois avec une diminution de production agricole de 30 % selon le MADR (2013). Par ailleurs, la ville affiche une consommation moyenne d’eau de l’ordre de 112 l/hab/j, une production de 0,6 kg/hab/j de déchets ménagers et une consommation de 3 143 kWh/an/ménage d’électricité d’origine non renouvelable (GUEST, 2014). Les émissions de carbone sont en constante augmentation avec le développement fulgurant du parc automobile, la faiblesse de l’offre de transport public en commun et la diminution du potentiel vert. Enfin, la fréquence des catastrophes, tant naturelles que technologiques et sanitaires, progresse aussi régulièrement.

Fig.1 – Aire métropolitaine d'Alger, contexte géographique

Fig.1 – Aire métropolitaine d'Alger, contexte géographique

Source : MATE, SDAAM 2010, Mission I

Fig. 2 – Projets structurants d’Alger dans le périmètre de la wilaya

Fig. 2 – Projets structurants d’Alger dans le périmètre de la wilaya

Source : PDAU 2011, wilaya d’Alger, rapport d’orientation

Fig. 3 – Structure écologique et urbaine de la wilaya d’Alger –

Fig. 3 – Structure écologique et urbaine de la wilaya d’Alger –

Source : PDAU 2009, WA, Mission I Diagnostic

9Bien que louable dans ses intentions, le Plan stratégique de développement d’Alger (PSDA), outil d’orientation et d’évolution de la wilaya à l’horizon 2031, ne tient pas vraiment compte de toutes ces contraintes. Ses objectifs restent essentiellement socio-économiques et visent, à terme, la consolidation du processus de métropolisation en cours, avec une attractivité urbaine développée par les opérations d’amélioration du cadre bâti et des espaces publics, l’accueil des activités métropolitaines, ainsi qu’une offre de qualité de vie et des milieux naturels de niveau international.

Fig. 4 – Enjeux de métropolisation selon le Plan stratégique de développement d’Alger 2031

Fig. 4 – Enjeux de métropolisation selon le Plan stratégique de développement d’Alger 2031

Source : E.Berezowska-Azzag, d’après ParquExpo, PSDA Rapport d’orientation 2011

10Le Plan directeur d’aménagement et d’urbanisme (PDAU), outil règlementaire finalisé en 2011 sur la base de ces orientations stratégiques, ne traduit cependant pas en règlements environnementaux les exigences de développement édictées par le PSDA. L’axe environnemental (éco-systèmes, cf. fig. 4) propose des éléments de programmation écologique qualitative et quantitative comme si la disponibilité des ressources naturelles ou financières était inéluctablement garantie. Aucune évaluation des performances environnementales actuelles n’y est pourtant prévue pour asseoir le monitoring d’évolution de la situation. Malgré la mise en place, dans le cadre du PSDA, d’un Plan vert et d’un Plan bleu, innovants mais non prescriptifs, et la formulation de la cible de l’éco-métropole à atteindre en troisième phase (2022‑2026), aucune étude prospective ne corrobore la justesse de la stratégie adoptée.

11Le plan prévoit par ailleurs la réalisation de plusieurs programmes d’habitat et d’équipements structurants, non seulement localisés dans la frange littorale d’Alger, mais aussi proposés sans tenir compte de la capacité de charge de ce territoire.

1.3 - Recherche de nouvelles solidarités territoriales

12Consciente de la difficulté de la mise en œuvre de sa stratégie de développement, la wilaya d’Alger cherche depuis peu à modifier son organisation administrative, en vigueur depuis 1997. La nouvelle conception prévoit une structure orientée vers des associations territoriales issues essentiellement de regroupement des communes par taille démographique, de gestion intégrée des équipements collectifs et d’affinités spatio-fonctionnelles de gestion économique.

Fig. 5 – Organisation administrative de la wilaya proposée par le PDAU 2011

Fig. 5 – Organisation administrative de la wilaya proposée par le PDAU 2011

Source : PDAU 2011, wilaya d’Alger, rapport d’orientation

13Cette approche risque cependant, encore une fois, de faire l’impasse sur une vision stratégique environnementale. Il n’est pas exclu que, dans un souci impératif d’accueil et de gestion des investissements, des erreurs de jugement ne soient commises qui mettraient à mal la mise en œuvre espérée du processus de métropolisation, faute de vérification de sa faisabilité environnementale. Une approche fine du fonctionnement de l’écosystème urbain s’avère alors nécessaire, non seulement pour estimer les faiblesses locales, mais aussi pour conduire un monitoring capable d’insuffler une dynamique d’adaptation pour atteindre les standards de résilience.

2 - Classement des communes algéroises selon leurs performances environnementales

2.1 - Alger dans les classements internationaux

  • 4 Voir les initiatives de 5+5, les récents « sommets » ministériels des pays méditerranéens sur l’agr (...)

14Dans ce contexte, étant donné les ambitions métropolitaines d’Alger et sa position stratégique dans les réseaux urbains du bassin méditerranéen occidental, l’évaluation des performances environnementales de la wilaya aurait pu s’inspirer des comparaisons à l’échelle des villes méditerranéennes où se construit progressivement une coopération entre les deux rives sur des objectifs environnementaux communs4. Cependant, cinq ans après la mise en place de la Charte de Leipzig pour la ville durable (2007), les 27 pays membres de l’Union européenne – riches des expériences réalisées – s’accordent à reconnaître que le développement urbain intégré constitue une condition essentielle pour la réussite de la politique de la ville durable (BEREZOWSKA-AZZAG, 2011 ; CAT-MED, 2012). Or les approches intégrées sont celles qui émanent du contexte local et qui sont bâties sur des évaluations holistiques et transversales ciblées.

  • 5 Dans le classement IPE, l’Algérie était évaluée pour la première fois en 2010 et apparaît en 42e po (...)

15Nous considérons ici que la « qualité » est une notion intrinsèque qui peut être ressentie et définie différemment selon le contexte socioculturel et/ou socioéconomique donné, tandis que la « performance », elle, implique l’idée de réussite remarquable : performance sportive, technique, énergétique, économique, de gestion, etc. La mesure de performance dans un domaine donne souvent lieu à des classements internationaux des pays, à l’exemple de l’Indice de Performance Environnementale IPE5, créé aux États-Unis en 2006 pour évaluer, comparer et améliorer l’efficacité des politiques environnementales nationales. Il établit une échelle d’évaluation sur 100 points selon 16 critères liés à l’exploitation des ressources naturelles, à l’émission des pollutions et des GES, à l’économie d’énergie ou à la santé de population.

16Les estimations de performances concernent aussi des villes, mais elles sont alors la plupart du temps à connotation socioéconomique, l’environnement n’apparaissant que comme un critère pour l’évaluation d’autres aspects. Par exemple, selon une échelle de valeurs prédéfinie souvent, il faut le dire, pour satisfaire des intérêts corporatistes des multinationales (JACOB, 2014), la ville d’Alger a été classée, en 2014, 135e sur 140 par l’EIU Liveability Ranking – mais aussi 4e sur 15 dans le classement de l’attractivité des villes pour les IDE en Afrique du Nord par ERNST & YOUNG (www.ey.com, www.cciae.org).

17Cependant, afin de prétendre à concourir dans les classements internationaux qui comparent souvent l’incomparable – les modes de vie, le niveau de développement, les enjeux et objectifs nationaux ou locaux n’étant pas compatibles –, la métropole d’Alger doit d’abord mettre à niveau ses propres équilibres urbains internes, a fortiori ceux environnementaux.

2.2 - Méthodologie de classement des communes par benchmarking interne des performances environnementales

18L’approche par comparaison interne entre les collectivités locales de la métropole semble être la meilleure voie pour identifier les déséquilibres environnementaux et, surtout, pour pouvoir y remédier. L’originalité de cette évaluation tient à la méthode d’analyse, adaptable aux autres grandes villes en voie de métropolisation et qui évite les écueils de transposabilité entre les différents contextes socioéconomiques, géoclimatiques ou culturels. Cette vision du classement des collectivités locales selon leurs performances environnementales offre ainsi un outil de monitoring du processus d’évolution de la ville capable d’aider les acteurs urbains à asseoir une stratégie de développement local intégré.

19Nous proposons ici un baromètre des performances environnementales locales d’Alger, qui permet de mesurer périodiquement l’Indice des performances environnementales locales (IPEL). Il s’agit d’une base de réflexion scientifique susceptible d’aider la prise de décision cohérente et intégrée dans le cadre de la stratégie de développement de la wilaya d’Alger 2031. Cette recherche fait partie d’un projet réalisé par le GUEScanTeam (Global Urban Environment Scanning Team GUEST), initié par l’équipe Qualité urbaine, environnement et développement durable (QUEDD) au sein du Laboratoire VUDD de l’École polytechnique d’architecture et d’urbanisme d’Alger (EPAU). Le projet a été élaboré en réponse au besoin pressant d’outils d’aide à la décision stratégique, constaté par les chercheurs sur le terrain dans le cadre de la mise en œuvre du Plan stratégique de développement de la ville (PSDA). En effet, les premières difficultés de la mise en œuvre de ce dernier ont surgi dès l’engagement des consultations locales autour de la concrétisation règlementaire de ses orientations, insuffisamment concertées en amont et posant le problème du diagnostic stratégique local.

20L’étude a été fondée en majorité sur l’exploitation de données existantes collectées auprès de sources officielles, l’observation de terrain n’étant qu’un moyen d’appoint. Les données proviennent de trois sources d’information : les sources officielles disponibles (Office national des statistiques ONS, les différents ministères, les directions de la wilaya d’Alger, les agences de gestion spécialisées, les organismes d’études et de recherches, les organismes internationaux) ; les informations et données collectées par les chercheurs dans le cadre de leurs recherches respectives ; les enquêtes effectuées par l’équipe GUEST. Elles se rapportent à la période 2008-2013 et concernent l’échelle communale.

21Il faut signaler l’existence de grandes disparités pour certaines données collectées auprès d’institutions ou organismes publics différents et se rapportant au même indicateur. Souvent, la cause de ces disparités incombe aux dissimilitudes de leur nomenclature. Dans les cas d’incertitude, la source officielle nationale a été privilégiée (ONS). Le choix d’indicateurs pertinents a été conditionné par la disponibilité de l’information. La nomenclature officielle des données n’étant pas harmonisée, les dé­ficits d’information ou la diversité des modes de production des données, tant en termes de périodicité que d’échelle d’analyse, n’ont pas toujours permis de pousser aussi loin que souhaité la finesse des analyses des différents domaines thématiques. C’est pourquoi la méthode de classement proposée reste ouverte à d’autres critères et indicateurs, qui pourront venir compléter l’outil lorsque les bases des données officielles seront harmonisées, étendues et actualisées. Par ailleurs, bien que cette étude ait été orientée vers la proposition d’un modèle et d’un système d’indicateurs des performances environnementales locales spécifiquement conçus pour les besoins de la wilaya d’Alger, elle reste adaptable à d’autres contextes urbains

22Malgré ces limites, le classement indiciaire proposé ci-dessous permet de visualiser l’état de la commune dans les trois domaines qui conditionnent la performance environnementale locale : identification des atouts, estimation des faiblesses et identification des facteurs de résilience locale. Le monitoring de l’indice IPEL et l’actualisation annuelle du classement (comme c’est le cas pour l’IPE des pays), rendraient possible l’observation de l’évolution des capacités des communes à répondre au défi de la métropolisation au regard des multiples contraintes environnementales. L’outil s’adresse donc en premier lieu aux gestionnaires de la wilaya et aux responsables des communes d’Alger, afin de les aider dans l’élaboration de politiques locales de développement partagées et de stratégies de management environnemental et de marketing territorial.

2.3 - Approche d’analyse et déclinaison des indices

23La logique de structuration de la grille d’évaluation obéit à la recherche de cohérence entre les quatre volets de l’écosystème urbain (social, économique, environnemental et organisationnel) et les enjeux stratégiques de métropolisation énoncés par le PSDA, qui vise à terme l’attractivité et la compétitivité du territoire de la wilaya, le développement socio-économique équitable et l’efficience environnementale.

Fig. 6 – Catégories d’évaluation versus enjeux stratégiques de métropolisation d’Alger 2031

Fig. 6 – Catégories d’évaluation versus enjeux stratégiques de métropolisation d’Alger 2031

Source : Berezowska-Azzag E., GUEST 2014

  • 6 Le référentiel de la grille d’évaluation est présenté en annexe.

24Pour chacune de 57 communes d’Alger, le baromètre de l’Indice des performances environnementales locales se décline en trois sous-indices thématiques (IAE, IVE, IRE), vingt-trois indicateurs et six bonus/malus6.

Fig. 7 – Structure logique de l’arbre indiciaire de l’Indice des performances environnementales locales

Fig. 7 – Structure logique de l’arbre indiciaire de l’Indice des performances environnementales locales

Source : Berezowska-Azzag E., GUEST 2014

25Les indices thématiques partiels prennent en charge les aspects suivants :

  • Indice des atouts environnementaux IAE (9 indicateurs, 2 bonus, fig. 8) : il désigne le niveau du potentiel naturel et anthropique susceptible de soutenir une qualité environnementale locale et qui participe à l’amélioration du climat local, à la diminution des émissions des GES, à la maîtrise d’usage du sol au sens de limitation des extensions de l’urbanisation sur les sols agricoles, à l’économie des ressources, à la maîtrise des rejets et à l’identité paysagère.

  • Indice de vulnérabilité environnementale IVE (9 indicateurs, 2 malus, fig. 9) : il permet d’identifier les facteurs de vulnérabilité écologique locale, en considérant les éléments qui caractérisent le niveau des pollutions, l’exposition aux risques majeurs, la consommation non durable des ressources et la fragilité du bâti.

  • Indice de résilience environnementale IRE (5 indicateurs, 2 bonus, fig.10) : il identifie le potentiel de réactivité de la commune face aux défis environnementaux, en identifiant les facteurs qui facilitent la mise en œuvre des systèmes de monitoring et d’alerte, l’éducation de la population et la gouvernance locale participative intégrée.

26Par l’agrégation de ces sous-indices, l’Indice de performance environnementale locale (IPEL) désigne pour chaque commune un score de performance qui peut être comparé avec celui des autres communes, score qu’il s’agit d’améliorer progressivement et qui devrait être annuellement actualisé. Le « produit finalé » de l’étude propose donc un modèle et un système ouvert d’indicateurs, une évaluation des indices partiels et de l’indice global pour les 57 communes de la wilaya d’Alger (profils des communes) et un classement des communes selon les trois indices partiels et selon l’indice global.

  • 7 Il s’agit du rapport CAT-MED intitulé « Modèles urbains durables. Méthodologie de travail et résult (...)

27C’est par ailleurs un modèle souple et applicable à d’autres contextes urbains, qui pourrait être exploité pour le monitoring des performances environnementales des autres métropoles algériennes, du fait de la disponibilité immédiate des données. La grille, compatible avec les tableaux de bord CAT-MED 20127, est bâtie uniquement sur les données actuellement disponibles pour l’ensemble des communes, ce qui n’exclut pas d’y intégrer d’autres données, au fur et à mesure de leur élaboration. Les indices thématiques permettent d’identifier les domaines d’inégalités et les défaillances sur lesquelles il faudrait construire une démarche d’amélioration urbaine.

Fig. 8 – Synthèse de la grille des indicateurs des atouts environnementaux (IAE, coefficient 1)

Fig. 8 – Synthèse de la grille des indicateurs des atouts environnementaux (IAE, coefficient 1)

Source : GUEST, 2014

Fig. 9 – Synthèse de la grille des indicateurs de Vulnérabilité Environnementale (IVE, coefficient 1)

Fig. 9 – Synthèse de la grille des indicateurs de Vulnérabilité Environnementale (IVE, coefficient 1)

Source : GUEST, 2014

Fig. 10 – Synthèse de la grille des indicateurs de résilience environnementale (IRE, Coefficient 2)

Fig. 10 – Synthèse de la grille des indicateurs de résilience environnementale (IRE, Coefficient 2)

Source : GUEST, 2014

28L’évaluation des indicateurs est basée sur une comparaison avec la valeur moyenne de l’ensemble des communes algéroises. On considère que la moyenne des valeurs minimales et maximales de l’ensemble des 57 communes d’une catégorie donnée constitue la valeur de référence. Les valeurs de référence décrivent donc la situation d’une commune virtuelle de référence ou le benchmark interne de la wilaya d’Alger, auxquelles sont ensuite comparées les valeurs enregistrées par chaque commune, selon une formule de fonction arithmétique linéaire, qui permet de situer le score obtenu de l’indicateur par rapport aux valeurs maximale et minimale issues du benchmarking. L’importance des indicateurs décrivant un indice est évaluée à partir des résultats d’entretiens ciblés réalisés parmi les experts locaux du domaine concerné.

  • 8 Voir l’annexe.

29Les indices partiels IAE, IVE et IRE sont évalués à partir de la moyenne des scores pondérés obtenus par leurs indicateurs. L’agrégation des trois indices partiels8 permet de classer les communes des plus performantes aux moins performantes et de mettre en exergue un palmarès TOP 10 et BOTTOM 10 des « communes vertes ». L’indice global de la wilaya d’Alger (IPEG) est une moyenne arithmétique pondérée des trois indices partiels (cf. l’annexe).

30Les indicateurs sont traduits sur une échelle normalisée de 0 à 10 divisée en cinq paliers à intervalle égal (insuffisant, peu performant, moyen, satisfaisant, performant). À la valeur maximale de l’indicateur, correspond un score maximal du barème. Pour les catégories à impact négatif, l’échelle d’évaluation des scores est inversée.

Fig. 11 – Exemple de correspondance des valeurs de référence au barème des scores de performance

Fig. 11 – Exemple de correspondance des valeurs de référence au barème des scores de performance

Source : GUEST 2014

31Certains indicateurs sont jugés distinctifs par le fait qu’ils traduisent une plus ou moins-value pour la catégorie correspondante, sans que ces indicateurs puissent être évalués pour l’ensemble des communes. Il s’agit ici des bonus/malus (comme par exemple la surexploitation des nappes phréatiques, la présence d’immeubles menaçant ruine, mais aussi l’existence d’un potentiel paysager, d’une plateforme d’échange, d’une planification verte ou d’unités de recyclage des déchets solides). Leur estimation s’effectue par le rajout d’un score dont la valeur oscille entre 0,25 et 1 point et qui n’est pas soumis à la pondération. Il est additionné à la valeur du score de la catégorie donnée, elle‑même pondérée.

2.4 - Baromètre IPEL d’Alger et résultats commentés de classement

32Les résultats de l’étude montrent des phénomènes intéressants. Il s’avère d’abord qu’aucune des communes d’Alger n’atteint le niveau de performance environnementale jugé optimal dans le contexte local (plage 8-10 sur le barème, fig. 11). Le TOP 10 des communes les mieux classées réserve quelques surprises en rapport avec certaines idées reçues : les communes les mieux classées ne sont pas celles que l’on juge généralement les plus performantes.

33La lecture globale des scores des indicateurs pour la wilaya d’Alger (fig. 12) montre une nette différence des niveaux de notation entre les indices en faveur de l’indice de vulnérabilité, lequel atteint un score honorable de 7,47/10. Cela peut paraître étonnant pour une ville où la notion de vulnérabilité est unanimement reconnue comme étant une caractéristique fondamentale de la qualité urbaine. Il faut cependant remarquer que les indicateurs adoptés pour son évaluation (fig. 9), qui se rapportent essentiellement aux aspects humains et écologiques, obtiennent des scores acceptables (maladies respiratoires, consommation électrique, hydrique et production des déchets par les ménages, présence d’établissements polluants) et témoignent d’un niveau et de modes de vie plutôt économes, ce qui contribue à rehausser leurs valeurs.

34Les valeurs moyennes particulièrement faibles pour les atouts (à l’exception de la réserve de densité et de l’assainissement) et pour la résilience environnementale (notamment pour l’organisation sociale, l’intégration des TIC et les finances locales) sont réellement inquiétantes. Ceci laisse entrevoir des besoins probables de recherche de coopération intercommunale dans l’avenir. Par ailleurs, l’indice global (IPEG) de la wilaya n’atteint pas la moyenne requise de 5/10. Cette contreperformance suggère la faiblesse de la prise en charge de la question de la valorisation environnementale, pourtant nécessaire compte tenu des enjeux futurs.

Fig. 12 – Scores moyens des indicateurs pour la wilaya d’Alger

Fig. 12 – Scores moyens des indicateurs pour la wilaya d’Alger

Source : GUEST 2014

35Parmi les communes qui se classent en tête des performances environnementales locales (fig. 13 et 14), dix seulement dépassent le score moyen, dont trois sur la façade littorale, deux en première couronne et deux en périphérie d’Alger. Les autres, c’est-à-dire plus de 80 %, peinent à obtenir des résultats satisfaisants malgré leur vulnérabilité relativement basse (47 communes dépassent le score de 6, dont 5 accusent un score supérieur à 8), soit pour cause de faiblesse de leur capacité de résilience (7 communes seulement arrivent à dépasser la moyenne), soit en raison de la faiblesse de leurs atouts (le seuil de 4 points n’est dépassé que par 4 communes). Il y a donc beaucoup à faire pour améliorer la situation face aux défis d’avenir.

36L’observation des indices partiels permet d’approfondir ces résultats. La lecture directe montre une disparité importante entre les valeurs des indices partiels de la wilaya . L’écart de près de 5 points entre les valeurs issues du benchmarking interne à l’agglomération pour les atouts (IAE) et pour la vulnérabilité (IVE), montre clairement que la forte vulnérabilité de certains indicateurs serait difficilement compensable par les atouts environnementaux dont la répartition spatiale s’avère très inégale (fig. 14). Une lecture plus fine fait ressortir par ailleurs les éléments suivants :

  • Si le niveau des scores des atouts est très bas à Alger, c’est essentiellement dû à la faiblesse de l’offre foncière encore urbanisable, d’où le risque de sur-densification illicite des tissus existants, de développement des bidonvilles et de recrudescence des pollutions diverses. C’est aussi dû à la défaillance de la capacité de stockage de l’eau potable et de l’efficacité de la collecte des déchets, ce qui fait chuter l’efficience environnementale des communes. Ces faiblesses pourraient être compensées par la mutualisation des moyens avec les communes voisines, notamment au travers de la délocalisation des activités et l’offre des logements-tiroirs dans le cadre des opérations de relogement, de la mise en place de systèmes communs de récupération des eaux pluviales et l’équipement de l’habitat en moyens de stockage individuels, de la mise en place de symbioses écologiques dans la collecte des déchets et enfin de l’exploitation mutualisée du potentiel agricole.

  • Malgré son bon score général, la vulnérabilité des communes d’Alger reste marquée dans certains domaines. La moyenne de performance n’est atteinte ou dépassée que par 18 communes sur 57 (environ 1/3). L’exposition aux risques majeurs naturels et technologiques, l’utilisation non durable des ressources (eau potable, électricité) et un fort taux de population fragile constituent les principales causes de cette vulnérabilité, dont le score particulièrement élevé est enregistré dans sept communes. Des véritables ceintures de fragilité sont lisibles sur le littoral ouest et centre, ainsi que sur la diagonale industrielle au contact avec la Mitidja agricole. Ces faiblesses relevant de l’inefficacité de la gestion locale, les communes devraient orienter leurs actions de sensibilisation, de protection, de planification et de préservation vers une collaboration avec les zones relativement épargnées qui présentent des atouts fonciers et une bonne résilience. L’organisation commune des plans ORSEC, des systèmes d’alertes et des réseaux d’évacuation et de secours, la mutualisation des moyens et des équipements sanitaires, les investissements communs dans les énergies renouvelables et les transports en commun locaux et le développement de technologies modernes de gestion de l’eau potable, pourraient être suggérés pour améliorer la situation.

  • C’est le niveau de résilience qui reste décisif dans la démonstration de performances environnementales urbaines. Si l’on considère que la gouvernance stratégique et participative, l’intégration des TIC et le potentiel de jeunesse sont susceptibles de venir à bout des inégalités sociales, d’accroître la richesse locale et de dynamiser l’économie verte, relever le défi n’est pas impossible. Une diagonale de résilience se dessine clairement sur l’axe du Sahel algérois en partant du centre d’Alger, dont les scores dépassent de loin la moyenne de la wilaya (3,13/10) et qui inclue notamment les équipements et activités des TIC de la future ville nouvelle de Sidi Abdellah. Cette opportunité constitue un atout fort pour la mutualisation des moyens de gouvernance de part et d’autre de cet axe (autoroute de fibre optique, formation, innovation, production).

  • Enfin, la lecture combinée qui confronte les différents indices entre eux, permet d’identifier les communes qui bénéficient :

  • de bons atouts, d’une faible vulnérabilité et d’une résilience relativement satisfaisante : ces caractéristiques confèrent à ces communes le rôle de pôles générateurs de plus-value environnementale dans le domaine de l’agriculture urbaine, de l’offre foncière pour les équipements de protection contre les risques, de mise en place des systèmes intelligents d’économie de ressources ;

  • de bons atouts et d’une résilience satisfaisante, mais d’une vulnérabilité élevée : ces localités ont intérêt à rechercher des associations communales pour la mise en place de programmes de maîtrise des ressources et de développement de l’éco-transport local de courtes distances ;

  • et enfin celles qui accusent des défaillances majeures dans les trois indices partiels : pour ces communes, la recherche de performance devrait porter sur la modernisation technologique, le complément des équipements et infrastructures et la restructuration des tissus bâtis, opérations qui nécessitent la mise en place de montages financiers de type Partenariats public-privé.

Fig. 13 – Top 10 du classement des indices IAE, IVE, IRE et IPEL

Fig. 13 – Top 10 du classement des indices IAE, IVE, IRE et IPEL

Source : DR

Fig. 14 – Répartition spatiale des indices IAE, IVE, IRE et IPEL

Fig. 14 – Répartition spatiale des indices IAE, IVE, IRE et IPEL

Source : GUEST, 2014

3 - Placer l’indice de performances environnementales locales au service de la résilience urbaine ?

37La résilience urbaine face aux changements climatiques exige aujourd’hui l’adoption par les villes de postures nouvelles. Moteurs essentiels de la croissance économique territoriale, mais destructrices de l’environnement en même temps, les villes s’acheminent progressivement vers le renforcement de l’économie du savoir, qui se veut holistique et transversale. L’environnement devient alors une préoccupation fondamentale de survie des écosystèmes urbains et l’intelligence urbaine le place en tête des facteurs essentiels de développement. La recherche d’intercommunalité est l’une des manifestations de cette intelligence.

3.1. Approche de covalence urbaine pour la constitution des unités d’équilibre environnemental

38Le PDAU 2011 d’Alger propose une approche d’organisation territoriale par affinités des réseaux de centralités urbaines (fig. 15). Cependant, si l’on considère que les réseaux de ce type débouchent souvent sur la création de couloirs fonctionnels de conurbation, et donc à la fragmentation du territoire avec toutes ses conséquences environnementales (ruptures de biodiversité, surconsommation des ressources naturelles, surdensification, pollutions étendues), l’étude suggère une approche complémentaire de vérification de la validité de cette conception.

Fig. 15 – Système de centralité algérois basé sur la gestion intégrée des équipements collectifs

Fig. 15 – Système de centralité algérois basé sur la gestion intégrée des équipements collectifs

Source : PDAU 2011, WA, rapport d’orientation

  • 9 Elle exprime la mise en commun d’un ou de plusieurs électrons « célibataires » entre des atomes de (...)

39La mutualisation des atouts environnementaux pourrait en effet donner lieu à la formation d’« unités d’équilibre environnemental », dans lesquelles les faiblesses des uns et l’absence d’atouts des autres seraient compensées par une gouvernance solidaire basée sur le principe de la covalence urbaine. La « liaison covalente » est une notion appartenant au domaine des sciences chimiques 9 qui présente un intérêt heuristique pour la gouvernance urbaine. Les collectivités locales peuvent en effet mettre en commun leurs potentiels (foncier, hydrique, végétal, agricole, infrastructurel, d’équipements publics, de service, financier, humain), en engageant entre elles des contrats ou des conventions portant sur le partage négocié et contrôlé des moyens qu’elles possèdent, au bénéfice d’un développement mutuel. Selon la nature de l’objet, diverses associations d’intérêt seraient ainsi possibles, qui pourraient dessiner alors une carte de périmètres de gestion locale dynamique et flexible dans le temps.

40Concrètement, ce type de coopération pourrait se réaliser par exemple par l’intégration de l’agriculture urbaine et des circuits courts de distribution, la mutualisation des ressources d’énergie renouvelable, la mise en place des « symbioses urbaines » d’écologie industrielle, l’aide à l’emploi, l’usage partagé des équipements et/ou infrastructures, la mise en place de circuits spécialisés des transports locaux et d’approvisionnement, la mutualisation des équipements de recyclage des déchets solides et de récupération des eaux de pluies, le relèvement coordonné du plafond des densités urbaines et la réalisation du zonage fiscal, la mise en place négociée des compensations foncières ou immobilières et bien d’autres solutions faisant appel au génie local.

41C’est ce type de gouvernance, censé accroître la résilience locale, qui serait alors le ciment des intercommunalités nouvelles, constituées de manière flexible sur la base de conventions de groupe, pour un temps déterminé, comme cela se fait déjà pour des programmes spéciaux de développement territorial dans certains pays (comme par exemple pour l’EPA Plaine de France au nord de Paris, les parcs naturels régionaux en Allemagne, le projet VINEX de la région de Randstad au Pays Bas, les zones à risque majeur en Australie, les expériences de la ville de Curitiba au Brésil ou les bassins fonctionnels en Pologne).

3.2 - Stratégie de développement urbain par l’évaluation des seuils-limites de résilience

42La logique de gouvernance solidaire interpelle évidemment celle de la planification urbaine. Les démarches actuelles de planification suivent une logique linéaire, à connotation économique, de réponses causales : il faut satisfaire les besoins en fonction de la demande. Cette logique a mené à l’épuisement des capacités environnementales disponibles. Or, la démarche de développement durable voudrait l’inverser pour aller vers des réponses systémiques : il faudrait satisfaire les besoins en fonction des capacités (BEREZOWSKA-AZZAG, 2012).

43La résilience environnementale devient alors la pierre angulaire de toute programmation urbaine, tant en termes de taille démographique qu’en termes d’étalement spatial ou de métabolisme urbain. Dans cette optique, la gestion urbaine doit moderniser ses systèmes d’observation, multiplier les outils d’alerte autant que les outils de guidage interactifs, qui améliorent le confort de vie et contribuent à la maîtrise des usages (smart grids).

44Dans cette optique aussi, la recherche de flexibilité d’aménagement, d’autonomie d’approvisionnement, d’accessibilité aux secours, de diversité des activités et de mixité d’usage des équipements, devrait remplacer les grilles normatives classiques, parce que l’adaptabilité aux phénomènes incertains l’exigera demain inéluctablement. Savoir gouverner voudra dire aussi savoir reconnaître les seuils de résilience environnementale, dont l’évaluation sera alors fondamentale. La performance environnementale se mesurera alors à l’aune des capacités de résilience.

3.3 - Observatoire de résilience environnementale des villes en Méditerranée

45Au vu de tout ce qui précède, et face aux enjeux d’avenir qui concernent l’ensemble des villes du bassin méditerranéen à divers degrés, il semble indispensable de mettre en place un Observatoire méditerranéen de résilience environnementale qui utiliserait le critère de planification urbaine aux états limites comme base fondamentale de développement, selon le principe de respect des seuils de croissance urbaine identifiés par l’évaluation prospective de la capacité de charge environnementale du territoire.

  • 10 Le TOD, Transit Oriented Development, est un concept américain d’aménagement des unités urbaines né (...)
  • 11 Smart Growth, théorie de planification territoriale proche du New Urbanism, conforme aux principe (...)

46La gouvernance intelligente et le progrès technologique pourraient chercher demain à repousser les limites de la résilience ; mais la conception du développement urbain ne pourrait plus suivre la courbe croissante exponentielle actuelle. La recherche d’autres modes de croissance urbaine, à l’instar des systèmes réticulaires TOD10 ou des principes de Smart Growth11, pourrait constituer une alternative raisonnable pour atteindre les objectifs de développement urbain intégré.

Conclusion

47Nous avons vu que le Plan Stratégique de développement d’Alger à l’horizon 2031 et son Plan Directeur d’Aménagement Urbain finalisé en 2011 proposent une restructuration du système urbain de la wilaya d’Alger en fonction d’objectifs socioéconomiques, sans tenir compte des défis environnementaux et des fortes disparités territoriales en termes d’atouts, de vulnérabilités et de potentiels, identifiées à travers une évaluation objective comparée des performances environnementales des communes de la métropole.

48Dans une perspective de développement durable intégré, la recherche d’intercommunalité devrait cependant se baser sur une gouvernance environnementale, qui passe par l’évaluation préalable des performances locales en vue d’identifier les noyaux urbains générateurs de plus-values environnementales et capables de fédérer les territoires autour des objectifs de résilience.

49Il reste beaucoup à faire pour adopter une démarche de développement intégré des métropoles côtières méditerranéennes. Dans le contexte de politiques urbaines encore fortement sectorisées, fragmentées et avec un pouvoir de décision toujours trop centralisé, l’environnement pourrait devenir la discipline transversale fédératrice de développement local par excellence. La perspective de survie des milieux urbains rassemble en effet autant les acteurs sociaux, politiques et économiques, que les acteurs scientifiques de tous profils. La conscience des dangers multiples qui guettent la société urbaine et rurale est bien plus importante aujourd’hui qu’hier, et c’est sur cette nouvelle donne qu’il faudrait bâtir une nouvelle logique de développement de l’éco-métropole, à Alger comme ailleurs.

Liste des abréviations 

50APC : Assemblée populaire communale
BM : Banque mondiale
CAT-MED : Changer les métropoles méditerranéennes avec le temps
CIHEAM : Centre international de hautes études agronomiques méditerranéennes
EIU : Economist Intelligence Unit
EPAU : École polytechnique d’architecture et d’urbanisme
GES : Gaz à effet de serre
GIEC : Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’évolution du climat
GUEST : Global Urban Environment Scan Team
IAE : Indice d’atouts environnementaux
IDE : Investissement direct étranger
IPEG : Indice de performances environnementales global
IPEL : Indice des performances environnementales locales
IRE : Indice de résilience environnementale
IVE : Indice de vulnérabilité environnementale
MADR : Ministère de l’Agriculture et de Développement rural
MATE : Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement
MATET : Ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Environnement et du Tourisme
MATEV : Ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Environnement et de la Ville
ONS : Office national des statistiques
ORSEC : Organisation des secours
PDAU : Plan directeur d’aménagement et d’urbanisme
PPP : Partenariat public-public et public-privé
PSDA : Plan stratégique de développement d’Alger
SDAAM : Schéma directeur d’aménagement de l’aire métropolitaine
TOD : Transit Oriented Development
VUDD : Ville, urbanisme et développement durable
WA : wilaya d’Alger

Top of page

Bibliography

BANQUE MONDIALE, (2011), Adaptation aux changements climatiques et aux désastres naturels des villes côtières d’Afrique du Nord, Marseille : CIM, 137 p.

BEREZOWSKA-AZZAG E., (2011), Connaître le contexte de développement durable, Guide méthodologique du Projet Urbain, Alger : Synergie, 245 p.

BEREZOWSKA-AZZAG E., (2012), « Comprendre la démarche du Projet Urbain », Guide méthodologique du Projet Urbain, Alger : Synergie, 388 p.

CAT-MED, (2012), Change Mediterranean Metropolis Around Time, Rapport Modèles urbains durables, Projet co-financé par le Fond européen de Développement régional, 332 p.

CNT, (2010), Transit Oriented Development and The Potential for VMT-related Greenhouse Gas Emissions Growth Reduction, Center for Neighborhood Technology (www.cnt.org) for the Center for Transit Oriented Development, 128 p.

DUANY A., SPECK J., LYDON M., (2010), The Smart Growth Manual, New York: McGraw-Hill.

ERNST & YOUNG, 2014, en ligne : [http://www.cciae.org/wp-content/uploads/2014/06/Revue-de-Presse-alg%E9ro-espagnole-Sem-5-mai-2014.pdf].

GIEC, (2014), Impacts des changements climatiques, la vulnérabilité et l’adaptation 5e rapport d’évaluation, Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat/PNUE, (www.ipcc-wg2.gov/AR5).

GUEST, (2014), Alger et ses communes. Classement des performances urbaines locales : GreenCity, ActivCity, LivelyCity, Projet de recherche P4, Global Urban Environment Scan Team, VUDD, EPAU.

JACOB S., (2014), Metrification of urban life, Future of Cities, en ligne: [www.dezeen.com/2014/sam-jacob-opinion-city-rankings/].

MADR (2013), Schéma Directeur de Développement agricole et rural de la wilaya d’Alger, Rapport de synthèse, ministère de l’Agriculture et de Développement rural, 245 p.

MATE (2010), Un territoire durable, compétitif, équilibré et solidaire, Schéma directeur d’aménagement de l’aire métropolitaine d’Alger, Rapport de synthèse, Mission 2, Diagnostic, enjeux et scénarii, Volume I : Ressources et espaces naturels, Alger : ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, 331 p.

MATEV, (2013), Étude sur la vulnérabilité et l’adaptation de la wilaya d’Alger au changement climatique et aux risques naturels, Rapport final de la Phase 1, CMI/EGIS/IAU/BRGM, 514 p.

NOLAND R. B., CHATMAN D. G. and KLEIN N. J., (2014), Transit Access and the Agglomeration of New Firms : A Case Study of Portland and Dallas, Mineta National Transit Research Consortium, en ligne : [http://transweb.sjsu.edu/PDFs/research/1145-transit-access-and-firm-births-portland-dallas.pdf].

PORTLAND, (2009), Portland Streetcar System Concept Plan : A Framework for Future Corridor Planning and Alternatives Analysis, Portland Bureau of Transportation, site : [www.portlandoregon.gov].

SAFAR-ZITOUN M., (2009), Alger d’aujourd’hui : une ville à la recherche de ses marques sociales, Insaniyat, no 44-45/2009, p. 33-55, en ligne : [http://insaniyat.revues.org/385].

VIES DE VILLES, (2012), Les projets qui transforment Alger, Hors-Série n° 3, Alger : éditions ALUR, 422 p.

VTPI, (2014), Transit Oriented Development, Using PublicNeighborhoods More Accessible and Livable, Chapitre III, Encyclopédie canadienne de transport, Victoria Transport Policy Institute, Canada.

WILAYA D’ALGER, (2010), Stratégie et schéma d’aménagement des espaces naturels, agricoles et patrimoniaux remarquables, Master Plan/PSDA, PDAU, Rapport d’orientation, L10, Alger, 97 p.

WILAYA D’ALGER, (2011), Plan Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme, Rapport d’orientation, Alger : Groupement PARQEXPO, 188 p.

Top of page

Annex

AE – Indice des atouts environnementaux

AE – Indice des atouts environnementaux

Potentialités locales susceptibles de favoriser l’amélioration des conditions du microclimat local, de biodiversité, de la maîtrise des ressources environnementales et contribuant à la qualité des milieux naturels.

IVE - Indice de vulnérabilité environnementale

IVE - Indice de vulnérabilité environnementale

Fragilités locales qui témoignent de la vulnérabilité environnementale de la commune face aux impacts de changement climatique, à la pollution des milieux et à l’épuisement des ressources hy driques et énergétiques.

IRE – Indice de la résilience environnementale

IRE – Indice de la résilience environnementale

Facteurs susceptibles de stimuler l’amélioration de la résilience environnementale en milieu urbain local par la bonne gouvernance, l’éducation et la participation citoyenne.

Abréviations

CNERU : Centre national d’études et de recherches en urbanisme

CTC : Organisme national de contrôle technique de la construction

OMS : Organisation mondiale de la Santé

ONS : Office national des statistiques

PAC : Plan d’aménagement côtier

PDU : Plan des déplacements urbains

PGDS : Plan de gestion des déchets solides

PPR : Plan de protection contre les risques

RGPH : Recensement général de population et de l’habitat

SEAAL : Société des eaux et d’assainissement d’Alger

SIG : Système d’information géographique

IPEL : Indice de performance environnementale locale (commune)
Formule d’agrégation des scores partiels :
IPELi = [(k) x (IAEi) + (k) x (IVEi) + (2k) x (IREi)]/(4k)
i – code de la commune [01 ;57], k – coefficient de base de pondération [01]

IPEG : Indice de performance environnementale globale d’Alger (wilaya)
Formule d’agrégation globale :
IPEG = ∑IPELi /57
i – code de la commune [01 ;57]

Top of page

Notes

1 Il s’agit de Barcelone, Malaga, Séville, Valence, Communauté du Pays d’Aix, Marseille, Rome, Gênes, Turin, Attique, Thessalonique.

2 Voir la Charte de Malaga signée en 2011 et le Manifeste de Gênes? La ville du XXIe siècle adopté lors du 2e forum des maires de la zone méditerranéenne le 9 juin 2014.

3 Dans le cas présent, il s’agit de la wilaya d’Alger.

4 Voir les initiatives de 5+5, les récents « sommets » ministériels des pays méditerranéens sur l’agriculture et la sécurité alimentaire, sur les changements climatiques ou sur les risques majeurs, conférences CIHEAM, etc.

5 Dans le classement IPE, l’Algérie était évaluée pour la première fois en 2010 et apparaît en 42e position sur 163 pays (67,4/100), ce qui n’est pas un mauvais résultat. La première classée dans le TOP 10 IPE est l’Islande (93,5/100 points), la France se range en 7e position (78,2/100), le dernier pays classé étant le Sierra Leone (avec un score de 32,1/100).

6 Le référentiel de la grille d’évaluation est présenté en annexe.

7 Il s’agit du rapport CAT-MED intitulé « Modèles urbains durables. Méthodologie de travail et résultats. »

8 Voir l’annexe.

9 Elle exprime la mise en commun d’un ou de plusieurs électrons « célibataires » entre des atomes de potentiel d’électronégativité différent. Les doublets liants ainsi créés permettent de former une molécule électriquement neutre. Cette notion suggère des analogies avec la structure urbaine.

10 Le TOD, Transit Oriented Development, est un concept américain d’aménagement des unités urbaines né dans les années 90, qui vise l’organisation de la structure urbaine autour des pôles de transport en commun (gares, stations de bus rapide, etc.), sous forme de pôles urbains mixtes, compacts, avec une densité du bâti forte à proximité du noyau de transport et décroissante en s’éloignant, dans un rayon d’accessibilité piétonne de maximum 600-800 mètres. Des unités de ce type peuvent abriter de 5 à 15 000 habitants et offrent de multiples avantages : libèrent des territoires naturels, diminuent les trajets, maîtrisent l’usage des véhicules et les émissions des GES, concentrent les parkings, rentabilisent les infrastructures et les équipements, les coûts du foncier et les investissements. Les métropoles et villes durables dans le monde emploient ce principe de plus en plus dans leurs plans d’aménagement (Curitiba, Montréal, Sydney, Brisbane, Stockholm, Varsovie et d’autres). (VTPI, 2014 ; CNT, 2010 ; NOLAND et al., 2014 ; Portland, 2009).

11 Smart Growth, théorie de planification territoriale proche du New Urbanism, conforme aux principes du développement durable, qui propose de concentrer le développement des villes de manière à le contenir et d’éviter l’étalement spatial. Cette théorie utilise aussi la notion de capacité de charge territoriale et de seuils de développement. (DUANY, SPECK et LYDON, 2010).

Top of page

List of illustrations

Title Fig.1 – Aire métropolitaine d'Alger, contexte géographique
Credits Source : MATE, SDAAM 2010, Mission I
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7366/img-1.jpg
File image/jpeg, 496k
Title Fig. 2 – Projets structurants d’Alger dans le périmètre de la wilaya
Credits Source : PDAU 2011, wilaya d’Alger, rapport d’orientation
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7366/img-2.jpg
File image/jpeg, 132k
Title Fig. 3 – Structure écologique et urbaine de la wilaya d’Alger –
Credits Source : PDAU 2009, WA, Mission I Diagnostic
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7366/img-3.jpg
File image/jpeg, 936k
Title Fig. 4 – Enjeux de métropolisation selon le Plan stratégique de développement d’Alger 2031
Credits Source : E.Berezowska-Azzag, d’après ParquExpo, PSDA Rapport d’orientation 2011
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7366/img-4.jpg
File image/jpeg, 64k
Title Fig. 5 – Organisation administrative de la wilaya proposée par le PDAU 2011
Credits Source : PDAU 2011, wilaya d’Alger, rapport d’orientation
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7366/img-5.jpg
File image/jpeg, 108k
Title Fig. 6 – Catégories d’évaluation versus enjeux stratégiques de métropolisation d’Alger 2031
Credits Source : Berezowska-Azzag E., GUEST 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7366/img-6.jpg
File image/jpeg, 44k
Title Fig. 7 – Structure logique de l’arbre indiciaire de l’Indice des performances environnementales locales
Credits Source : Berezowska-Azzag E., GUEST 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7366/img-7.jpg
File image/jpeg, 92k
Title Fig. 8 – Synthèse de la grille des indicateurs des atouts environnementaux (IAE, coefficient 1)
Credits Source : GUEST, 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7366/img-8.jpg
File image/jpeg, 132k
Title Fig. 9 – Synthèse de la grille des indicateurs de Vulnérabilité Environnementale (IVE, coefficient 1)
Credits Source : GUEST, 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7366/img-9.jpg
File image/jpeg, 140k
Title Fig. 10 – Synthèse de la grille des indicateurs de résilience environnementale (IRE, Coefficient 2)
Credits Source : GUEST, 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7366/img-10.jpg
File image/jpeg, 88k
Title Fig. 11 – Exemple de correspondance des valeurs de référence au barème des scores de performance
Credits Source : GUEST 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7366/img-11.jpg
File image/jpeg, 40k
Title Fig. 12 – Scores moyens des indicateurs pour la wilaya d’Alger
Credits Source : GUEST 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7366/img-12.jpg
File image/jpeg, 116k
Title Fig. 13 – Top 10 du classement des indices IAE, IVE, IRE et IPEL
Credits Source : DR
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7366/img-13.jpg
File image/jpeg, 868k
Title Fig. 14 – Répartition spatiale des indices IAE, IVE, IRE et IPEL
Credits Source : GUEST, 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7366/img-14.jpg
File image/jpeg, 484k
Title Fig. 15 – Système de centralité algérois basé sur la gestion intégrée des équipements collectifs
Credits Source : PDAU 2011, WA, rapport d’orientation
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7366/img-15.jpg
File image/jpeg, 144k
Title AE – Indice des atouts environnementaux
Caption Potentialités locales susceptibles de favoriser l’amélioration des conditions du microclimat local, de biodiversité, de la maîtrise des ressources environnementales et contribuant à la qualité des milieux naturels.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7366/img-16.jpg
File image/jpeg, 852k
Title IVE - Indice de vulnérabilité environnementale
Credits Fragilités locales qui témoignent de la vulnérabilité environnementale de la commune face aux impacts de changement climatique, à la pollution des milieux et à l’épuisement des ressources hy driques et énergétiques.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7366/img-17.jpg
File image/jpeg, 896k
Title IRE – Indice de la résilience environnementale
Caption Facteurs susceptibles de stimuler l’amélioration de la résilience environnementale en milieu urbain local par la bonne gouvernance, l’éducation et la participation citoyenne.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7366/img-18.jpg
File image/jpeg, 602k
Top of page

References

Bibliographical reference

Ewa Berezowska-Azzag, Isma Abdelatif, Nadia Akrour, Ouafida Bouallag-Azoui and Mohamed Srir, « La recherche d’intercommunalité par l’évaluation des performances environnementales locales à Alger », Méditerranée, 123 | 2014, 31-47.

Electronic reference

Ewa Berezowska-Azzag, Isma Abdelatif, Nadia Akrour, Ouafida Bouallag-Azoui and Mohamed Srir, « La recherche d’intercommunalité par l’évaluation des performances environnementales locales à Alger », Méditerranée [Online], 123 | 2014, Online since 01 October 2017, connection on 25 June 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/7366 ; DOI : 10.4000/mediterranee.7366

Top of page

About the authors

Ewa Berezowska-Azzag

Professeur des universités, directrice de recherche, architecte-urbaniste chercheur dans le laboratoire VUDD (Ville Urbanisme Développement Durable), et l’École polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme - EPAU d’Alger, em.azzag@epau-alger.edu.dz

By this author

Isma Abdelatif

Maître-assistant B, architecte-urbaniste chercheur dans le laboratoire VUDD (Ville Urbanisme Développement Durable) et l’École polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme - EPAU d’Alger

Nadia Akrour

Maître-assistant B, architecte-urbaniste chercheur dans le laboratoire VUDD (Ville Urbanisme Développement Durable) et l’École polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme - EPAU d’Alger

Ouafida Bouallag-Azoui

Maître-assistant, architecte-urbaniste chercheur dans le laboratoire VUDD (Ville Urbanisme Développement Durable) et l’École polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme - EPAU d’Alger

Mohamed Srir

Maître-assistant A, architecte-urbaniste chercheur dans le laboratoire VUDD (Ville Urbanisme Développement Durable) et l’École polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme - EPAU d’Alger, mohamed.srir@gmail.com

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals