Skip to navigation – Site map
Perceptions et représentations sociales de la qualité environnementale urbaine par les habitants et usagers

Une approche pragmatique de la qualité environnementale urbaine des quartiers populaires

Cas de Bourj Hammoud à Beyrouth
A pragmatic approach to urban environmental quality in popular neighborhoods : the case of Bourj Hammoud in Beirut
Jihad Farah and Raed Jouny
p. 75-88

Abstracts

In this article, we present a proposition for addressing urban environmental quality (UEQ) in a pragmatic perspective. We argue that it is possible to skirt the necessity of an a priori theoretical positioning of UEQ, by building progressively, and in a logic of inquiry, the meaning of this notion. The proposed methodology allows local actors (municipal administrations, local NGOs) with limited resources to grasp what is at stake in the confrontation and the articulation of the natural and the social in their local context. This could be done, on one hand, through mapping representations of UEQ among the population and users of the neighbourhood, on the other, through an “objectified” evaluation of UEQ. In the first part, we will go through different interpretations of UEQ and clarify our pragmatic positioning. In the second, we present the proposed methodlogy. In the third, we present the case of Bourj Hammoud popular neighbourhood in Beirut. In the conclusion, we identify the main contributions
and limitations of this methodology.

Top of page

Full text

1À l’ère des métapoles et du tout urbain, penser le développement durable ne peut se faire qu’en abordant une notion qui aurait semblé incongrue il y a encore quelques décennies : l’environnement urbain. La nécessité de transcender la rupture entre nature et culture et de penser l’humain, l’artificiel et le naturel comme appartenant à un même système est aujourd’hui un précepte relativement consensuel dans le monde scientifique et une injonction pesant sur les politiques urbaines se réclamant du développement durable. Toutefois, la façon de saisir l’articulation entre ces composantes de l’environnement urbain et leurs échelles, malgré la prolifération de théories à ce sujet, est loin de faire consensus.

2Doit-on, par exemple, pour comprendre l’environnement urbain, le penser comme une totalité, un système continu et unitaire intégrant l’ensemble des espaces urbains, les questions sociales et les métabolismes naturels comme le suggère par exemple l’écologie urbaine (McDONNELL, 2011) ? Doit-on, au contraire, le penser comme un ensemble de fragments plus ou moins autonomes faits de social, de naturel et surtout de « commun » – dans le sens d’OSTROM (1991) – la vie dans chacun de ces fragments étant question de gestion collective par ses usagers (METZGER, 1999) ? Les divergences entre ces deux lectures, parmi beaucoup d’autres, sont d’ordre analytique mais aussi philosophique et politique.

3Dans la première optique, analyser l’environnement urbain s’appuie sur une connaissance poussée des différents sous-systèmes le composant et leurs articulations multiples. Ceci veut dire aussi bien donner plus de matérialité à l’étude des phénomènes sociaux urbains (comme la pauvreté par exemple) que donner plus d’éléments anthropiques et sociaux à l’étude des phénomènes naturels urbains (comme considérer le poids des pratiques humaines sur la biodiversité urbaine). Gérer lenvironnement urbain, dans cette perspective, est une affaire stratégique à une échelle territoriale conséquente nécessitant une importante concentration de la décision et des moyens d’action. La question se pose en termes de « bon » équilibre holistique entre les différents éléments du système socio-naturel urbain et l’orientation de son évolution.

4Dans la seconde, la ville est un ensemble d’environnements urbains faits de lieux ayant leurs populations et leurs milieux physiques, mais définis à partir de la façon dont ces populations s’approprient et gèrent les composantes communes de ces lieux. Ici la gestion de la ville n’est plus un processus systémique orchestré – voir pris en charge – par l’autorité publique souveraine. C’est plutôt une multitude de processus basés sur des ententes sur la façon de gérer les différents « biens communs » par les acteurs concernés des multiples lieux de la ville. Dans ces processus, l’acteur public n’est qu’un des acteurs possibles et les modes administratifs et de gouvernances centrés sur cet acteur que certains des modes possibles.

5Ces divergences sont les plus claires dans une notion dérivée de l’environnement urbain, la qualité environnementale urbaine. Visant à qualifier l’environnement urbain, elle est par nature normative. Son usage récent est lié assez souvent à des attentes opérationnelles escomptées de cette qualification. Toutefois, le référentiel à partir duquel évaluer cette «qualité environnementale» et l’organisation de l’exercice d’évaluation restent eux aussi des chantiers en construction. Plus important, l’adoption de l’une ou l’autre des grilles d’évaluation concurrentes de la «qualité environnementale» butte souvent sur des réalités de contexte. D’une part, ces réalités peuvent représenter des distances par rapport aux composantes de la grille, non pertinentes dans ce contexte. D’autre part, le calcul ou l’évaluation de certains indicateurs de la grille peut bien nécessiter des ressources financières, techniques ou temporelles pas forcément disponibles. Ces problèmes sont d’autant plus lourds dans les localités de où les acteurs concernés ne disposent que de moyens réduits et où les données sont presque inexistantes.

6Dans cet article, nous présentons une proposition pour aborder la question dans une perspective pragmatique, en postulant qu’il est possible de contourner la nécessité d’un positionnement théorique a priori, en construisant progressivement et dans une logique d’enquête, dans le sens de Dewey (2006), le sens de la notion de Qualité environnementale urbaine.

7La méthodologie proposée permet à des acteurs locaux (administrations municipales, associations locales…) de faibles ressources de saisir les enjeux de la confrontation et de l’articulation du naturel et du social dans leur contexte local, à partir d’un côté des représentations de la population et des usagers du quartier et de l’autre d’une appréciation « objectivée » de celle-ci. L’identification de ces enjeux est plus productive pour l’orientation de l’action que toute grille préétablie.

8Dans une première partie nous revenons rapidement sur différentes interprétations de la qualité environnementale urbaine et précisons notre position pragmatique. Dans la seconde nous présentons la méthodologie proposée. Dans la troisième nous présentons le cas de du quartier populaire de Bourj Hammoud à Beyrouth. Dans la conclusion, nous revenons sur les principaux apports et limites de cette méthodologie.

1 - Saisir la notion de qualité environnementale urbaine

1.1 - Une notion floue

9Des travaux venant d’horizons différents semblent converger vers l’usage de la notion. Kamp et al. (2003) identifient six traditions de recherche différentes. Elles vont de l’écologie humaine, aux études sur la qualité de vie, l’urbanisme, le mouvement des indicateurs sociaux, les enquêtes de satisfaction et l’approche transactionnelle entre l’homme et son environnement.

10Dans ces différentes traditions on voit les auteurs se focaliser sur des éléments différents les considérant comme composantes de la qualité environnementale urbaine : aspects physiques, représentations sociales, aménités, facteurs économiques… Dans cet exercice de recensement Kamp et al. (2003) soulignent les recouvrements entre les notions de qualité de vie, habitabilité (livability), durabilité et qualité environnementale urbaine. À la liste de Kamp et al., on peut ajouter encore d’autres traditions comme celle de l’écologie urbaine (McDonnell, 2011), de la géographie sociale (Pacione, 2003), de la psychologie environnementale (Bonnes et al., 2007) ou encore de l’étude des inégalités environnementales et écologiques (Charles et al., 2007 ; Emilianoff, 2006). Cela sans compter les usages assez courants de la notion chez certains géographes et chercheurs qui se focalisent sur les apports de l’analyse des images satellitaires ou des SIG 3D (Nichol & Wong, 2005 ; MAGHALAES CARNEIRO, 2011) – ces derniers n’avancent pas pour autant des définitions claires de la qualité environnementale urbaine. En fait, le concept n’est pas encore clair (KAMP et al., 2003). Ce flou conceptuel n’est pas pour autant préjudiciable. Comme le souligne SZALAI (1980), pour toute notion émergente, ce flou peut être fertile permettant des croisements et des ponts entre différentes approches et disciplines.

  • 1 Entre autres, voir Graumann et Kruse (1990), Bonnes et Bonauto (1995), Uzzell (2000), Uzzell et a (...)

11Dans ce texte, nous n’entendons pas adopter une définition a priori arrêtée de la notion de qualité environnementale urbaine mais bien la mobiliser comme outil heuristique. En fait, nous sommes intéressés par l’opérationnalisation de cette notion comme révélatrice d’enjeux sociaux et spatiaux dans des quartiers populaires urbains, en vue d’informer la politique municipale dans un contexte où les communes n’ont pas les moyens d’investir dans des études environnementales coûteuses et où les données ne sont pas disponibles à cette échelle fine. Nous adhérons aussi à la position défendue par de nombreux auteurs1 soulignant l’importance d’une connaissance avertie, soutenue par des données qualitatives ou quantitatives, des citoyens et des acteurs locaux de la situation environnementale locale pour une meilleure prise en compte de celle-ci et des attitudes plus responsables. Le défi est double. D’un côté, on cherche à assurer une simplification conceptuelle et pratique, nécessaire dans un contexte opérationnel à faibles ressources, pour une question qui est fondamentalement complexe. De l’autre, il est important de saisir et mettre en perspective les distances entre réalités objectivables et représentations de ces réalités par différents profils de la population et usagers de l’espace urbain en vue de faire sortir les enjeux sociaux, spatiaux et politiques sous-jacents de la qualité environnementale urbaine.

1.2 - Une conceptualisation pragmatique de la qualité environnementale urbaine

12La majorité des conceptualisations proposées de la Qualité environnementale urbaine adoptent une approche holiste de celle-ci articulant thématiques et échelles. Ici, nous proposons une approche alternative pour saisir la Qualité environnementale urbaine, une approche qu’on pourrait qualifier de pragmatique. De fait, elle s’appuie sur deux caractéristiques chères à la tradition pragmatiste : le recours à des dispositifs de compromis cognitifs et pratiques en vue de contourner les problèmes et assurer le résultat attendu de l’action, et l’expérimentation directe comme principale source du savoir (Cometti, 2010). La tradition pragmatiste (Dewey, 2006) articule une approche opérationnelle incrémentale de l’action et une approche constructiviste du savoir.

13Notre positionnement découle d’une volonté de réponse pratique à une question complexe, dans un contexte de faibles moyens et de faible connaissance des particularités de l’environnement urbain et de ses enjeux dans un lieu donné. Ce positionnement a des conséquences sur la conceptualisation des deux versants de la Qualité environnementale urbaine : la qualité et les composantes de l’environnement urbain.

14La question de la qualité pose celles de l’évaluation, de ses auteurs et de ses normes. Choisir une position pragmatique pour aborder cette question signifie la primauté d’assurer cette évaluation quitte à confectionner – voire bricoler – des dispositifs de compromis. Le compromis ici est surtout entre les exigences strictes de la pratique expérimentale scientifique et les moyens de bord des acteurs locaux (administration municipale, association locale…) entreprenant cet exercice d’évaluation. De fait, même si ces acteurs arrivent à assurer l’assistance de scientifiques pour développer leur enquête, le défi reste pour ces acteurs de pouvoir la reproduire dans le temps de façon autonome. Ainsi, ces dispositifs doivent réussir à simplifier le processus d’évaluation tout en maintenant le sens de celui-ci. La question des composantes pose celle du choix des éléments à prendre en considération en pensant l’environnement urbain.

15Les deux questions de l’évaluation et des composantes sont toutefois liées. De fait, dans l’approche pragmatique, la construction du sens des choses se fait de façon constructiviste en « enquêtant sur elles ». Si comme dans le procédé expérimental des sciences dures, l’enquête pragmatiste – dans le sens de Dewey (2006) – démarre toujours d’une hypothèse, cette hypothèse est ici assez large pour permettre des mutations et adaptations cognitives au cours du processus. L’enquête sert par ailleurs comme un cadre cognitif évolutif qui permet de graduellement mieux saisir un phénomène. La méthodologie ainsi proposée dans cet article découle de ce positionnement conceptuel.

1.3 - Une méthodologie

16Cette méthodologie s’appuie sur un travail de préparation ainsi que sur deux exercices complémentaires permettant de saisir la géographie de la qualité environnementale urbaine, sur la base des représentations de la population et usagers du quartier ainsi que sur la base d’une appréciation objectivée. Le travail de préparation consiste principalement en une imprégnation de l’histoire et de la géographie du quartier concerné (revue de la littérature disponible, revue de la presse et entretiens avec des informateurs à l’extérieur et à l’intérieur du quartier). De ce travail ressort une première carte de la situation sociale et politique du quartier mettant en avant les polarisations et les controverses.

17Dans le premier exercice, il est proposé à un échantillon représentatif de la population et des usagers du quartier de marquer individuellement sur une carte des lieux ayant pour eux une bonne ou une mauvaise qualité environnementale urbaine. La carte simplifiée de base reprend les rues, les bâtiments et les principaux repères permettant à la personne enquêtée d’identifier les différents lieux du quartier. Les enquêtés sont invités à marquer les lieux évalués positivement par des formes circulaires et ovales et les lieux évalués négativement par des formes rectangulaires, chaque personne pouvant nommer plusieurs lieux à la fois. Pour chaque lieu noté sur la carte, il est demandé de préciser parmi une liste de quatorze attributs ceux qui marquent le plus ce lieu et qui justifient l’évaluation proposée de sa qualité environnementale. Ces attributs décrivent des caractéristiques physiques, sensorielles ou cognitives en lien avec des éléments souvent mentionnés dans la littérature comme composantes de l’environnement urbain : vert, minéral, propre, sale, bruyant, calme, malodorant, parfumé, comprenant ou non des jardins, à bâtiments bien conservés ou en mauvais état, dense, vide et « autre » que lenquêté peut préciser.

18La superposition des cartes permet de restituer la géographie des représentations de la qualité environnementale urbaine du quartier en soulignant de façon différenciée les lieux les plus et moins appréciés. L’analyse statistique des attributs permet de saisir ceux qui sont les plus déterminants pour l’échantillon. Elle permet aussi des corrélations entre le choix des attributs et différentes caractéristiques de l’échantillon ou de ses sous-groupes.

19Sur base de la liste des attributs les plus déterminants de la représentation de la qualité environnementale urbaine, on identifie les principales composantes à enquêter dans un exercice complémentaire visant à produire une appréciation objectivée de ces composantes.

20Nous parlons d’appréciation objectivée et non objective en raison des faibles moyens de l’enquête qui ne permettent pas d’avoir recours à des dispositifs complexes ou coûteux souvent nécessaires dans une évaluation scientifique conventionnelle. Toutefois, ce n’est pas pour autant que l’enquête perd sa valeur. De fait, c’est moins la précision de mesure que la capacité à identifier des repères comparatifs valables et identifiables par les membres de l’équipe d’enquête qui est cruciale ici. Nous reviendrons plus loin en détail sur des façons d’assurer cette exigence à travers le cas du quartier Bourj Hammoud à Beyrouth.

21La comparaison de la cartographie du quartier sur la base de cette appréciation objectivée et celle sur la base des représentations des enquêtés permet de confronter ces représentations et les relativiser. De cette confrontation transparaissent des enjeux et intérêts sociaux et spatiaux significatifs pour différents groupes sociaux. La reconnaissance de ces enjeux et intérêts a un sens pour des politiques municipales qui pourraient agir de façon précise sur des aspects et lieux spécifiques de l’environnement urbain afin de réduire des tensions et améliorer la qualité de vie de la population du quartier.

22Dans ce qui suit nous appliquons la méthodologie proposée sur la cas du quartier Bourj Hammoud à Beyrouth. Le but de cette application est autant de saisir la situation de l’environnement urbain à Bourj Hammoud et les enjeux qu’elle soulève que de tester cette méthodologie et penser ses limites et les moyens de la développer.

1.4 - Enquêter sur la qualité environnementale urbaine à Bourj Hammoud

23Bourj Hammoud est un quartier de près de 2 km2 dans les zones centrales de l’agglomération à deux kilomètres du centre-ville. Le développement de ce quartier est lié à l’histoire de l’immigration arménienne au Liban après les massacres qu’elle a connus dans ses régions historiques du sud de la Turquie actuelle durant et après la première guerre mondiale. Bourj Hammoud s’est développé à partir d’un nombre de lotissements construits par les associations d’émigrés arméniennes dans les années 1930 pour sortir leurs concitoyens des camps de réfugiés insalubres dans lesquels ils se sont installés dans les années 1920 (Kevorkian et al., 2006). À partir des années 1940, on voit sinstaller progressivement dautres populations venues des zones périphériques du pays à la recherche de travail dans la capitale. Après la guerre, on voit aussi se constituer des concentrations de travailleurs immigrés de Syrie, Asie et Afrique ainsi que de refugiés palestiniens, iraquiens et plus récemment syriens. Ces différents groupes et communautés se localisent parfois dans des zones spécifiques du quartier, comme par exemple le cas de la communauté chiite à Nabaa (HILY, 2009, HABIB et al., 2011). Ceci instaure une certaine géographie de polarisation communautaire et sociale au sein du quartier. Toutefois, le quartier à dominante arménienne reste fortement associé à l’image de l’enclave arménienne de Beyrouth.

  • 2 Le chiffre de 150 000 habitants est repris par différentes sources dont la municipalité. Toutefoi (...)

24Aujourd’hui Bourj Hammoud représente un quartier densément peuplé2 avec sa propre municipalité et une grande diversité d’activités économiques : souks, petits ateliers artisanaux, industries, bureaux et espaces logistiques (Khayat, 1999 ; Hediger et Lukic, 2009, Fadel, 2011). Sa position stratégique à la jonction de l’espace administratif de la ville de Beyrouth-centre et de ses banlieues nord-est et à l’articulation de plusieurs voies rapides a favorisé ce développement. Toutefois, cette même position représente un problème majeur pour le quartier qui se retrouve à la fois enclavé, coupé par des voies rapides et localisation prioritaire pour nombre de grands équipements et d’industries qui le privent de son front de mer.

25Ainsi deux images concurrentes marquent ce quartier. D’un côté, il représente un quartier populaire économiquement dynamique, communautairement mixte et qui garde une certaine authenticité et une atmosphère urbaine vibrante – notamment comparé à d’autres quartiers de la même couronne en proie à une gentrification plus importante. De l’autre, c’est un quartier qui subit d’énormes externalités environnementales négatives : la voie rapide liant le centre de l’agglomération vers le nord, la voie rapide surélevée qui coupe le quartier en plein milieu, l’ancienne « montagne de poubelles »/dépotoir sur son front de mer en traitement depuis un certain temps, lusine de compostage des déchets, le fleuve Beyrouth qui le longe et dans lequel se déversent les égouts de nombreuses localités en amont, la large zone industrielle et logistique assez polluante au nord du quartier et le projet toujours sur la table de linstallation à Bourj Hammoud d’une station d’épuration géante desservant de larges zones au centre et au nord de l’agglomération beyrouthine. Ces différents projets ont fait l’objet dans les deux dernières décennies de controverses, réserves, résistances et compromis entre la municipalité, les partis arméniens, les administrations centrales et d’autres acteurs concernés (Khayat, 2001 ; Asmar, 2008 ; Verdeil, 2013).

Carte 1

Carte 1

Externalités environnementales négatives

Sources : J. Farah et R. Jouny, 2014

  • 3 Ceci s’est accompagné toutefois par certaines actions d’intervention urbaine plus musclées sur le (...)

26Pour la municipalité de Bourj Hammoud, maintenir la partie la plus aisée de la population dans le quartier et soutenir l’attractivité de ses espaces commerciaux sont au cœur des préoccupations. Pour cela, la question de l’environnement urbain et de sa qualité gagne de l’importance. La municipalité a ainsi longtemps agi sur deux fronts. D’une part, elle s’est fortement mobilisée contre les sources d’externalités négatives, surtout les grands projets imposés par l’État central sur son territoire, en essayant de trouver des solutions pour minimiser leur impact sur le quartier. Il est à remarquer qu’à part la voie rapide surélevée, tous ces projets se trouvent aux périphéries du quartier. D’autre part, elle a multiplié dans certains points stratégiques au cœur du quartier des interventions de traitement de l’espace public et de création de nouveaux espaces verts et de terrains de jeux. De même, elle a tenté de penser avec certains bureaux d’urbanisme qui lui sont proches des propositions d’interventions pour le renouvellement du tissu urbain existant au cœur du quartier3.

27Reste qu’au-delà de la position réactive et les quelques interventions limitées, la politique municipale gagnerait d’avoir une meilleure connaissance de son environnement urbain et de ses représentations au sein de la population et des usagers du quartier. C’est dans ce sens, et dans un contexte de faibles moyens, que l’enquête ici présentée prend tout son sens.

2 - Restitution des résultats de l’enquête

28L’enquête s’est déroulée sur deux semaines dans le courant du mois d’avril 2014. Un échantillon aléatoire de 200 personnes a été questionné à différents moments de la journée et de la semaine dans les rues du quartier. La définition du nombre de personnes à questionner répond à des considérations dordre pratique, notamment en termes de disponibilité des enquêteurs.

29Dans cet échantillon on remarque une surreprésentation des hommes (60 %) par rapport aux femmes (40 %). Cela résulte directement du mode d’enquête aléatoire dans les rues où les hommes ont une plus grande présence. Au niveau de l’âge, l’échantillon est assez varié avec une prédominance de la tranche 35-65 ans. Dans cet échantillon, 35 % des répondants habitent et travaillent dans le quartier, 30 % y habitent seulement, 10 % y travaillent seulement et 25 % sont de passage. La très grande majorité de ceux qui travaillent à Bourj Hammoud sont indépendants ou employés dans de le secteur commercial ou artisanal (64 %) avec une autre proportion d’employés de bureaux (14 %).

2.1 - La géographie des représentations de la qualité environnementale urbaine

  • 4 Il est à noter que le mot « bi’a », traduction d’« environnement » en arabe est généralement ente (...)
  • 5 Ou de la majorité d’entre eux quand les enquêtés mentionnent différentes appellations pour un mêm (...)

30Pour saisir la géographie des représentations de la qualité environnementale urbaine à Bourj Hammoud, nous avons demandé aux enquêtés d’identifier sur une carte des lieux à Bourj Hammoud ayant une bonne et d’autres ayant une mauvaise qualité environnementale4 urbaine. Au total, on a 386 formes tracées par les enquêtés : 220 pour les lieux ayant une bonne qualité environnementale urbaine et 166 pour les lieux ayant une mauvaise qualité environnementale urbaine. La superposition des différentes formes circulaires et rectangulaires donne la carte 1. Il est à remarquer que si dans certains cas on observe des superpositions de formes circulaires et rectangulaires pour un même lieu ceci reste plutôt rare. Cela indique une convergence des représentations des enquêtés quant à l’appréciation des différents lieux à Bourj Hammoud. La carte 2 synthétise dans une graduation continue cette appréciation, le vert foncé représentant l’extrême positif et le rouge foncé (marron) l’extrême négatif. Le nom des lieux repris sur la carte est celui mentionné par les enquêtés5.

Carte 2

Carte 2

Tracé des enquêtés

Sources : J. Farah et R. Jouny, 2014

Carte 3

Carte 3

Graduation de l'appréciation des lieux par les enquêtés

Sources : J. Farah et R. Jouny, 2014

31On observe que certains lieux qui, en raison de leur poids dans le débat public comme source de pollution et de nuisances, devaient a priori être plus présents dans la géographie des représentations de la qualité environnementale urbaine à Bourj Hammoud ne sont que peu mentionnés sinon tout à fait absents de la carte.

32C’est le cas ainsi de la zone industrielle et la pollution qui s’en dégage, de la rue Yerevan et sa voie rapide surélevée qui passe en bordure des immeubles au milieu d’un espace résidentiel dense, du dépotoir réaménagé ou encore des rives du fleuve Nahr Beyrouth malodorant en été. BONNES et al. (2007) soulignent bien qu’assez souvent les habitants ont tendance à ne pas prendre en compte des éléments « latents » de pollution ou de changement environnemental dans leur localité, notamment en lien avec la qualité de l’air, la biodiversité ou le changement climatique. Toutefois, vu que les questions de pollution en lien avec des grands équipements à Bourj Hammoud ont fait l’objet de nombreuses controverses politiques entre la municipalité et l’État central, nous avons tendance à voir dans ce résultat de l’enquête un révélateur de la faible appropriation et implication de
la population dans ces controverses.

33Les lieux les plus mentionnés positivement sont marqués par un effort de valorisation du cadre de l’espace public ou représentent des zones résidentielles de classe moyenne dans le quartier. C’est le cas notamment des rues commerciales Arax et Arménie, de la place de la municipalité et du lieu‑dit des Terrains de jeux la municipalité a multiplié les actions dembellissement, de végétalisation et dorganisation de lespace public. Cest aussi le cas à un moindre degré des rues plus résidentielles de Père Aariss et Sainte Rita. En contrepartie, les lieux considérés comme ayant la plus faible qualité environnementale sont des lieux à caractère résidentiel ou commercial plus populaire comme les rues de Nabaa et de Maraach ou du Camp (Sandjak). C’est aussi le cas pour des lieux où l’aspect chaotique de l’espace public et la forte présence de la voiture et de commerces à caractère industriel, de fast food bas de gamme et de petits commerces ethniques, comme dans la zone autour du pont de Daoura.

34De cette carte, on peut dire que la qualité environnementale urbaine est surtout abordée à travers la perception visuelle du lieu et en référence à une image idéale d’un espace urbain ordonné et bien entretenu. Il est à noter toutefois que cette appréciation à partir de la forme visuelle porte aussi une dimension sociale évidente. La qualité environnementale urbaine serait ainsi en lien avec les attributs idéalisés des quartiers de classe moyenne et en opposition avec ceux des quartiers populaires.

Photo 1

Photo 1

Rue Arménie

Source : N. A. Heras, 2011

Photo 2

Photo 2

Ruelle à Nabaa

Source : N. A. Heras – 2011

Photo 3

Photo 3

Sous le pont Yerevan

Source : É. Dorier - 2011

2.2 - Les composantes de la qualité environnementale urbaine

35Quant aux attributs ayant influencé l’appréciation des lieux cités par les enquêtés, on compte au total 1 170 réponses reprenant un des 14 attributs définis dans la liste proposée : 645 réponses citent des attributs contribuant à la bonne qualité environnementale des lieux et 525 réponses citent des attributs contribuant à la mauvaise qualité environnementale urbaine des lieux. Le tableau 1 reprend les principaux attributs cités dans les deux cas.

36On peut voir que parmi les attributs identifiés la qualité des bâtiments, notamment leur bon état, et la question de la propreté sont pour cet échantillon au cœur des représentations. Si la présence de verdure représente un attribut positif, son manque ne semble pas nécessairement représenter un problème pour les enquêtés. La question sonore semble représenter le schéma inverse. Le bruit est clairement un problème, toutefois, le calme n’est pas perçu comme un attribut principal de la bonne qualité environnementale urbaine.

37L’enquête met en relief le poids d’autres éléments, cités dans la liste ou suggérés par les enquêtés, comme la mauvaise odeur et la présence d’« étrangers » comme attributs de la faible qualité environnementale urbaine ! Ces problématiques de la mauvaise odeur (très probablement en référence aux odeurs émises par le dépotoir, l’unité de compostage des poubelles, les égouts du fleuve et la pollution des usines et des voitures des routes rapides) et de la présence d’« étrangers » (en référence aux réfugiés et travailleurs étrangers) sont parmi les seules à être vraiment en lien direct avec les controverses qui ont longtemps dominé l’espace politique local du quartier.

38Il est assez curieux de voir que ces questions environnementales et sociales structurelles sont plus ou moins dissociées de la représentation de la qualité environnementale urbaine, ou ne représentant qu’un de ses attributs minoritaires. La représentation de la qualité environnementale urbaine reste fortement dominée par les questions d’ambiance.

39C’est le cas pour les quatre catégories d’attributs que nous avons choisi d’approfondir dans cette enquête : la qualité des bâtiments, la propreté, la verdure et la sonorité. Un autre attribut qui a cumulé un nombre assez important de réponses va dans le même sens, la densité. Il est toutefois assez curieux de voir qu’elle est considérée comme un attribut important (quatrième position et 10 % des réponses positives) de la bonne qualité environnementale et, en même temps, un attribut de la mauvaise qualité environnementale (cinquième position et 9 % des réponses négatives). Nous avons cependant choisi, pour des raisons pratiques, de nous focaliser seulement sur les premiers quatre.

2.3 - Habitants et passants : Qualité environnementale urbaine domestique ou scénique ?

40Un premier traitement approfondi de ces quatre catégories consiste à les croiser avec les caractéristiques de l’échantillon. Il en ressort que certaines de ces catégories ont plus d’importance selon qu’on habite le quartier ou qu’on est de passage. Ainsi on peut voir clairement que les questions de la sonorité et de la propreté sont mises en avant notamment par des personnes habitant le quartier que ce soit comme éléments nécessaires et positifs ou comme problèmes.

41En revanche, la verdure et la qualité des bâtiments, sont plus prises en compte par les gens de passage. Ceci s’explique notamment par l’impact différencié des quatre catégories sur l’environnement urbain comme espace habité. La verdure et la qualité des bâtiments peuvent être appréciées de différentes façons par une personne au sein d’un environnement urbain, mais ceci se fait surtout à travers le visuel. La propreté d’un environnement urbain peut être aussi saisie à travers le visuel, toutefois, elle est aussi liée chez la personne à d’autres sens et représentations comme l’odorat et la question d’hygiène. La question sonore, notamment dans une ville généralement assez bruyante comme Beyrouth, prend son importance dans la qualification d’un environnement urbain d’un lieu surtout quand on s’y attarde. Pour cela, les enquêtés habitant le quartier sont plus sensibles aux nuisances et aux éléments qui ont un caractère pesant sur leur cadre de vie quotidien comme le bruit, la propreté et dans une moindre mesure la verdure, alors que les gens de passage sont plus sensibles aux éléments pouvant fournir un cadre visuel favorable comme la qualité des bâtiments, la présence de la verdure et la propreté.

2.4 - Vers une appréciation « objectivée »

42Un deuxième traitement de ces quatre catégories consiste en un effort d’objectivation de la situation de celles-ci dans le quartier. Ceci nous a mené à définir pour chaque catégorie un ensemble d’indicateurs nous permettant de décrire de façon comparative la situation de ces quatre catégories dans les différents espaces du quartier. Nous avons retenu la distance de 200 m comme unité spatiale d’agrégation de base des résultats. Ceci émane du fait que cette distance, dans ce quartier, représente une échelle moyenne de continuité visuelle au sol. Ainsi le quartier a été subdivisé en des unités de 200 m. Le tableau M reprend les indicateurs et leur mode d’agrégation à cette échelle. Il est à noter que pour les indicateurs où on invite les enquêteurs à avancer une estimation globale, un nombre de photos-repères ont servi de benchmark. Ces photos produites par les dirigeants de l’enquête lors d’une première visite globale du quartier, au début de l’enquête, ont été sélectionnées comme représentatives sur la base d’une concertation entre les organisateurs de l’enquête.

43En reprenant la géographie des lieux du quartier comme identifiés par les enquêtés, nous avons défini pour chaque lieu (en rassemblant les tronçons dans son périmètre) et catégorie une moyenne générale. Ceci nous donne le tableau 2 et les cartes 3, 4, 5 et 6.

Carte 4

Carte 4

Évaluation objectivée de la qualité des bâtiments

Sources : J. Farah et R. Jouny, 2014

Carte 5

Carte 5

Évaluation objectivée de la propreté

Sources : J. Farah et R. Jouny, 2014

Carte 6

Carte 6

Évaluation objectivée de la verdure

Sources : J. Farah et R. Jouny, 2014

Carte 7

Carte 7

Évaluation objectivée de la sonorité

Sources : J. Farah et R. Jouny, 2014

  • 6 Les chiffres ici repris se basent sur deux opérations. La première est la soustraction du nombre (...)

44Dans ce tableau, en plus de la moyenne générale par catégorie et lieu, on identifie deux autres valeurs synthétiques. La première reprend, sur une échelle de 0 à 4, l’appréciation de l’ensemble de l’échantillon enquêté pour la qualité environnementale urbaine de chaque lieu6. La deuxième présente un indice de l’appréciation « objectivée » de chaque lieu. Cet indice est en fait la moyenne des quatre valeurs dans les quatre catégories étudiées ici.

45On peut voir clairement que l’appréciation faite par les enquêtés des lieux du quartier ne se superpose pas forcément avec l’appréciation objectivée de l’enquête (voir tableau 2). Les lieux qui ont la meilleure qualité environnementale urbaine pour l’échantillon, notamment la rue Arax, la place de la municipalité et la zone des Terrains de jeux, ne sont pas ceux les mieux cotés par l’enquête. De même, Nabaa Est et le pont de Dora, les lieux ayant la plus faible qualité environnementale urbaine aux yeux de l’échantillon, ne sont pas nécessairement ceux les moins cotés par l’enquête.

46De fait, des lieux qui n’ont pas beaucoup suscité l’intérêt des enquêtés et n’ont été que faiblement cités, comme rue AlSikkeh Est, rue Sainte Rita et rue Mar Youssof, sont parmi les mieux cotés. En revanche, AlSikkeh Sud, faiblement citée par les enquêtés, accumule les déficiences. Ces lieux sont ce qu’on peut appeler des « lieux ordinaires », des rues résidentielles avec une activité économique au rez-de-chaussée, comme on en retrouve de nombreux à Beyrouth. N’ayant pas de marqueurs territoriaux importants en leur sein et ne faisant pas l’objet d’une attention particulière de la part de la municipalité, en termes d’aménagement de l’espace public, ils ne se distinguent pas à première vue du lot. Ceci confirme notre première appréciation, sur base de l’analyse des attributs, qu’au-delà d’éléments particuliers physiques ou sensoriels, la dimension cognitive et notamment l’existence d’une « identité » particulière du lieu est une composante essentielle sinon centrale de la qualité environnementale urbaine.

47Parmi les quatre catégories identifiées par l’échantillon comme étant les principales composantes de la qualité environnementale urbaine, la sonorité semble avoir l’effet le plus contrastant par rapport à l’appréciation des enquêtés. À titre d’exemple, Nabaa Est – zone où se concentre le plus une population pauvre étrangère ou de communauté chiite – très mal appréciée par l’échantillon, est en fait la zone la plus calme du quartier. Aménité fortement appréciée par les habitants du quartier, la prise en compte de la sonorité pousserait à re-questionner la qualité environnementale urbaine et la dominance des dimensions scéniques et sociocognitives des lieux dans sa définition.

2.5 - Un environnement urbain en couches

48L’application de cette méthodologie pragmatique pour saisir la qualité environnementale urbaine à Bourj Hammoud nous livre une lecture de l’environnement urbain en trois couches. Nous parlons de couches pour souligner la superposition mais en même temps leur autonomie et leur complémentarité dans la construction de la représentation de c’est qu’est l’environnement urbain pour les acteurs, habitants et usagers du quartier. Chaque couche a sa propre consistance et se focalise sur des éléments particuliers de l’environnement urbain et intéresse des acteurs ou des groupes sociaux plus que d’autres. Toutefois, à Bourj Hammoud, on dirait que ces couches glissent aujourd’hui les unes sur les autres sans tenir a priori en un tout consistant.

49L’environnement urbain dans sa stricte dimension environnementale représente une première couche. Cette couche englobe les questions de pollution de l’air, des sols et des cours d’eau. C’est à partir de cette couche qu’a été posée par la municipalité la question de la qualité environnementale urbaine à Bourj Hammoud dans des controverses et confrontations politiques qui l’ont opposée au pouvoir central concernant l’implantation de grands équipements métropolitains dans le quartier.

50Dans la deuxième couche, l’environnement urbain est perçu notamment depuis l’angle scénique et paysager. Elle domine la représentation d’une large partie des usagers du quartier, surtout ses commerçants et ses visiteurs. C’est cette couche qui semble aussi le plus dominer les représentations de l’environnement urbain des acteurs municipaux dans leur action sur le quartier, notamment à travers les choix d’aménagement spatial.

51Dans la troisième couche, l’environnement urbain est l’espace de l’habitable en ville. C’est cette couche qui domine les représentations des habitants du quartier. Ces trois couches semblent exister et se développer les unes indépendamment des autres. Les acteurs concernés dans les trois couches se focalisent presque exclusivement sur leur propre couche.

52Seule la municipalité pourrait être présente dans les trois. De fait, elle est la seule capable de transcender cette fragmentation et de poser la question de la qualité environnementale urbaine comme un objet politique, et son amélioration comme un projet possible qui puisse faire converger acteurs et intérêts. Aujourd’hui, elle est fortement positionnée dans les deux premières couches. Concernant la troisième couche, celle de l’habitable, la municipalité veut maintenir dans le quartier la population résidente de longue date – en particulier la classe moyenne de la communauté arménienne qui de plus en plus quitte le quartier pour les quartiers périphériques de l’agglomération. Ceci est un enjeu politique important pour le parti Tachnak arménien majoritaire au sein de du conseil municipal. D’autant plus que cet exode provoque un influx de population pauvre, souvent d’origine étrangère, qui s’installe dans des bâtiments de moins en moins entretenus et qu’on subdivise. Toutefois, malgré cette volonté, la municipalité ne semble pas assez prendre en compte actuellement le rôle que jouent certaines composantes de l’environnement urbain, comme la sonorité, dans l’attractivité résidentielle.

Conclusions et perspectives

53L’exemple de Bourj Hammoud montre qu’une approche pragmatique de la question de la Qualité environnementale urbaine peut permettre une construction progressive de la notion. Cette construction a l’avantage de tracer les contours de la notion à partir des particularités du quartier étudié et des moyens disponibles pour la réalisation de l’enquête. Elle permet aussi et surtout de jeter des ponts vers l’action. La méthodologie proposée pouvant facilement être adaptée dans une logique d’enquête participative pourrait représenter un outil pour rassembler des acteurs, développer un apprentissage collectif des questions de l’environnement urbain ancré dans la pratique et dans la connaissance du contexte. Elle s’inscrit bien dans une tradition de l’urbanisme que Friedmann (1987) a qualifié d’« apprentissage social » à cheval entre le savoir et l’action. Notre méthodologie pourrait bien aussi bénéficier du développement des pratiques dinformation géographique volontaire (Goodchild, 2007 ; Flanagin & Metzger, 2008) qui se développent autour du Web 2.0. Ces pratiques, notamment sur les questions environnementales, représentent un potentiel énorme en termes de construction de données, mais aussi en termes de réflexivité et d’articulation à l’action (Farah, 2014).

54Toutefois, cette approche a aussi des limitations conséquentes. Elle ne permet pas de prendre en compte des enjeux environnementaux qui ne sont pas perçus comme prioritaires par les acteurs et les groupes sociaux locaux. C’est notamment le cas pour des questions comme le changement climatique et la biodiversité. Ces questions, faisant l’objet d’un consensus international « politiquement correct » quand on aborde les thématiques de durabilité et de résilience, peuvent être considérées comme très secondaires par les habitants et usagers du quartier comme on a vu à Bourj Hammoud. Encore plus que la pollution, la nécessité de moyens conséquents pour les qualifier à une échelle fine et leurs effets ressentis seulement sur le long terme les rendent souvent invisibles pour les acteurs locaux. Reste que ces questions sont mieux saisies et traitées à une échelle territoriale plus large qui dépasse la focale de cette méthodologie.

Top of page

Bibliography

BONNES M., BONAIUTO M. (1995), Expert and layperson evaluation of urban environmental quality : the natural versus the built environment, in GUERRIER Y., ALEXANDER N., CHASE J., et O’BRIEN M. Values and the environment, a social science perspective, p. 151-163

BONNES M., Uzzel D., CARRUS G., Kelay T., (2007), Inhabitants’ and Experts’ Assessments of Environmental Quality for Urban Sustainability. Journal of Social Issues, vol. 63, no 1 p. 59-78.

CHARLES L., EMELIANOFF C., GHORRA‑GOBIN C., ROUSSEL I., ROUSSEL F.-X., SCARWELL H., (2007), Les multiples facettes des inégalités écologiques. Développement durable et Territoire 9|2007, en ligne : [http://developpementdurable.revues.org/3892].

CHURCHMAN A., SADA E., (2004), Environmental design and planning and public participation, in SPIELBERGER C., Encyclopedia of applied psychology, p. 793‑800.

COMETTI J.-P., (2010), Qu’est-ce que le pragmatisme?, Paris : Gallimard, 2010.

DEWEY J., (2006), Logique (La théorie de l’enquête), Paris : Puf.

EMELIANOFF C., (2006), Connaître ou reconnaître les inégalités environnementales ?, ESO, Travaux et Documents no 25, p. 35-43.

FADEL N., (2011), La mutation du paysage commercial de la grande agglomération de Beyrouth à partir des années 90, entre Réaction et/ou Évolution des espaces existants et production de nouveaux espaces de grande envergure : Le cas de Bourj Hammoud , Zalka- Immaret Chalhoub et Le City Mall, dans la banlieue nord de Beyrouth, Thèse de doctorat en urbanisme, Université Lyon 2, 351 p.

FARAH J., (2014), Crowdsourced monitoring, citizen empowerment and data credibility : the case of Observations.be, in MURGANTE B. et al., Proceedings of the 2014 International Conference on Computational Sciences and its Applications, coll. Lecture Notes in Computer Sciences, Springer.

FLANAGIN A. J., METZGER M. J., (2008), The credibility of volunteered geographic information, GeoJournal, vol. 72, p. 137–148.

FRIEDMANN J., (1987), Planning in the public domain : From knowledge to action. Princeton University Press .

GOODCHILD M.F., (2007), Citizens as sensors : the world of volunteered geography, GeoJournal, vol. 69, no 4, p. 211‑221.

VAN KAMP I., LEIDELMEIJER K., MARSMAN G., DE HOLLANDER A., (2003), Urban environmental quality and human well-being : Towards a conceptual framework and demarcationof concepts ; a literature study, Landscape and Urban Planning, vol. 65, p. 5-18.

GRAUMANN K., KRUSE L., (1990), The environment : social construction and psychological problems, in Himmelveit H.T., Gaskell G. (dir.), Societal psychology, p. 212-229.

HABIB R., YASSINE N., GHANAWI J., HADDAD P., MAHFOUD Z., (2011), Double jeopardy : assessing the relation between internal displacement, housing quality and chronic illness in a low-income neighbourhood, Journal of Public Health, vol. 19, p. 171-182.

HEDIGER D., LUKIC A., (2009), The Armenian quarters in Beirut : Bourj Hammoud and Karm El Zeitoun, Basel : ETH Studio Basel, 232 p.

HILY M-A., (2009), Migrants dans une banlieue beyrouthine, Maghreb-Machrek, vol. 199, p. 61-70.

KEVORKIAN R., NORDIGUIAN L. et TACHJIAN V., (2006), Les Arméniens 1917-1939 : la quête d’un refuge, Beyrouth : Presses de l’USJ, rééd. 2007, 319 p.

KHAYAT T., (1999), Borj Hammoud, de l’espace communautaire à l’espace public : croissance d’un quartier commercial in HUYBRECHTS E., DOUAYHI C. (dir.), Reconstruction et réconciliation au Liban. Négociation, lieux publics, renouement du lien social, Beyrouth : Presses de l'ifpo, coll. Cahiers du CERMOC, p. 175-186.

KHAYAT T., (2001), La route de la discorde : construction du territoire municipal et aménagement métropolitain à Borj Hammoud,
in FAVIER A., éd., Municipalités et pouvoirs locaux au Liban. Beyrouth : Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain, 2001, p. 207-226.

FAVIER A., (dir.), Municipalités et pouvoirs locaux au Liban, Beyrouth : CERMOC, p. 207-226.

MAGHALAES CARNEIRO C., (2011), Extraction of Urban Environmental Quality Indicators using LiDAR-Based Digital Surface Models, Thèse en sciences environnementales, École fédérale polytechnique de Lausanne.

MCDONNELL M. J., (2011), The history of urban ecology : An ecologist’s perspective in NIEMELÄ J., BREUSTE J., ELMQVIST T. et al. (ed), Urban Ecology : Patterns, Processes and Applications. Oxford University Press, p. 5‑13.

METZGER P., (1999), Urban environment and risks : elements for discussion in FERNANDEZ M.A. (dir.), Cities at risk, La RED, p. 59‑76

NICHOL J., SING WONG M., (2005), Modeling urban environmental quality in a tropical city, Landscape and Urban Planning, vol. 73, p. 49-58.

PACIONE M., (2003), Urban Environmental Quality – A Social Geographical Perspective, Landscape and Urban Planning, vol. 65, p. 19-30.

SZALAI A., (1980), The meaning of comparative research on the quality of life in SZALAI A., ANDREWS F. M. (dir.), The Quality of Life, Sage Publications Beverly Hills, p. 7‑24.

VERDEIL E., (2013), Les services urbains à Beyrouth entre crises infrastructurelles et réformes contestées, Géosphères, vol. 33/34, p. 35-58.

Uzzell D.L., (2000), The psychospatial dimension to global environmental problems, The Journal of Environmental Psychology, vol. 20, p. 307-318.

Uzzell D.L., Po E., Badenas D., (2002), Place identification, social cohesion and environmental sustainability. Environment and Behavior, vol. 34, p. 26‑53.

Top of page

Notes

1 Entre autres, voir Graumann et Kruse (1990), Bonnes et Bonauto (1995), Uzzell (2000), Uzzell et al. (2003), Churchman et Sadan (2004) et Bonnes et al. (2007).

2 Le chiffre de 150 000 habitants est repris par différentes sources dont la municipalité. Toutefois, la fiabilité de ce chiffre reste contestable au Liban où il n’existe pas de chiffres officiels sur la population.

3 Ceci s’est accompagné toutefois par certaines actions d’intervention urbaine plus musclées sur le bâti au cœur du quartier. C’est le cas avec le soutien au développement du projet de bureaux et commerces sur des terrains de l’ancien Camp Sandjak (quartier informel parmi les premiers établissements du quartier) partiellement démoli.

4 Il est à noter que le mot « bi’a », traduction d’« environnement » en arabe est généralement entendu comme en français de deux façons : comme « milieu » ou comme « nature ».

5 Ou de la majorité d’entre eux quand les enquêtés mentionnent différentes appellations pour un même lieu.

6 Les chiffres ici repris se basent sur deux opérations. La première est la soustraction du nombre de réponses négatives des réponses positives pour ce lieu. Ensuite, sept classes ont été identifiées où des valeurs différentes ont été attribuées pour chaque classe (ex : 0,5 pour x<-25 ; 1 pour -25<x<-15 ;… ; 4 pour x>50).

Top of page

List of illustrations

Title Carte 1
Caption Externalités environnementales négatives
Credits Sources : J. Farah et R. Jouny, 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7390/img-1.jpg
File image/jpeg, 292k
Title Carte 2
Caption Tracé des enquêtés
Credits Sources : J. Farah et R. Jouny, 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7390/img-2.jpg
File image/jpeg, 392k
Title Carte 3
Caption Graduation de l'appréciation des lieux par les enquêtés
Credits Sources : J. Farah et R. Jouny, 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7390/img-3.jpg
File image/jpeg, 316k
Title Photo 1
Caption Rue Arménie
Credits Source : N. A. Heras, 2011
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7390/img-4.jpg
File image/jpeg, 152k
Title Photo 2
Caption Ruelle à Nabaa
Credits Source : N. A. Heras – 2011
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7390/img-5.jpg
File image/jpeg, 124k
Title Photo 3
Caption Sous le pont Yerevan
Credits Source : É. Dorier - 2011
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7390/img-6.jpg
File image/jpeg, 116k
Title Tableau 1
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7390/img-7.jpg
File image/jpeg, 132k
Title Tableau M
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7390/img-8.jpg
File image/jpeg, 332k
Title Tableau 2
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7390/img-9.jpg
File image/jpeg, 256k
Title Carte 4
Caption Évaluation objectivée de la qualité des bâtiments
Credits Sources : J. Farah et R. Jouny, 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7390/img-10.jpg
File image/jpeg, 336k
Title Carte 5
Caption Évaluation objectivée de la propreté
Credits Sources : J. Farah et R. Jouny, 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7390/img-11.jpg
File image/jpeg, 320k
Title Carte 6
Caption Évaluation objectivée de la verdure
Credits Sources : J. Farah et R. Jouny, 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7390/img-12.jpg
File image/jpeg, 312k
Title Carte 7
Caption Évaluation objectivée de la sonorité
Credits Sources : J. Farah et R. Jouny, 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7390/img-13.jpg
File image/jpeg, 290k
Top of page

References

Bibliographical reference

Jihad Farah and Raed Jouny, « Une approche pragmatique de la qualité environnementale urbaine des quartiers populaires », Méditerranée, 123 | 2014, 75-88.

Electronic reference

Jihad Farah and Raed Jouny, « Une approche pragmatique de la qualité environnementale urbaine des quartiers populaires », Méditerranée [Online], 123 | 2014, Online since 20 December 2016, connection on 23 June 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/7390 ; DOI : 10.4000/mediterranee.7390

Top of page

About the authors

Jihad Farah

professeur assistant, Département d’urbanisme à l’Université Libanaise, Unité de recherche Local Environment Management and Analysis à l’Université de Liège, Jihad.farah@ul.edu.lb

Raed Jouny

doctorant en urbanisme, unité de recherche CERDA (Centre d’études et de recherches en développement et aménagement), département d’urbanisme de l’Université Libanaise

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals