Skip to navigation – Site map
Approches croisées écologie/sociologie

Approche socio-écologique des parcs publics marseillais

Relations entre gestion et biodiversité urbaine
A socio-ecological approach for Marseille public parks: relations between management and urban biodiversity
Marie-Hélène Lizée, Chloé Bourdil, Carole Barthélémy and Magali Deschamps-Cottin
p. 123-132

Abstracts

In the face of strong urban development pressure, the maintenance of nature in the city depends on the green spaces, in particular the public parks. These often artificialized spaces shelter a particular kind of biodiversity, and for this reason are being re-planned in relation with the more general environmental quality of the city. Long associated with the quality of life and the living environment of the inhabitants, public parks should fulfil a new function, as the site of biodiversity.

The inter-disciplinary approach presented here focuses on the relations between the management and biodiversity of public parks in a Mediterranean metropolis: Marseille. The ecological approach was based on the study of butterfly communities whereas the sociological approach consisted in a survey among maintenance staff in order to determine their perceptions and practices. Comparing the two types of data provides a basis for demonstrating that the practices and perceptions of the gardeners differ according to the urban development context. This differentiation has an impact on the type of management and the specific richness of the butterflies. There would appear to be a link between lay perceptions of nature in the city, their influence in terms of management practices and, in fine, their impact on the biodiversity.

Top of page

Full text

Nous remercions vivement le Service espaces verts et nature de la ville de Marseille pour l’accueil et la disponibilité de ses agents et plus particulièrement, Patrick Bayle et Dominique Sarrailh.

Cette étude a été possible grâce au financement des programmes de recherche Ville et Environnement CNRS MEEDDAT ( no 6-1025) et ANR Ville Durable (#VD08 321105).

1La diffusion des préoccupations environnementales appelle, depuis la fin des années 1970, à une nouvelle orientation des villes européennes vers des politiques dites plus « vertes » (AGGERI et DONADIEU, 2000). Dans ce contexte idéologique, de nouvelles fonctions sont attribuées aux espaces verts publics établis et reconnus comme des équipements urbains depuis au moins le xixe siècle (BONNIN et CLAVEL, 2010). Ces derniers ne sont plus seulement destinés à fournir une qualité de vie en milieu urbain pour les habitants en termes d’espaces extérieurs et de lieux de respiration, mais ils doivent également contribuer à la qualité environnementale des villes (DUBOST, 2010). Ce glissement lexical entre qualité de vie et qualité environnementale témoigne de l’intérêt écologique apporté aux parcs publics. La biodiversité qu’ils sont susceptibles d’héberger devient un argument politique à l’échelle locale. Ainsi, durant les années 1980-1990, via de nombreux colloques, séminaires et publications, l’idée d’une gestion alternative plus écologique prend forme au sein des villes pionnières de Rennes, Orléans et Paris (ALLAIN, 1999). Cette nouvelle manière de gérer les espaces verts reçoit, lors du colloque européen Espaces verts urbains : la différence écologique tenu à Rennes en 1993, l’appellation de « gestion différenciée ». Celle-ci se définit comme une approche raisonnée de la gestion des espaces verts avec comme principe d’appliquer à chaque espace le mode de gestion le plus adapté en tenant compte de sa situation et de ses usages. Elle vise donc à concilier à la fois des enjeux environnementaux, sociaux et économiques et s’inscrit, en ce sens, dans le cadre du développement durable (AGGERI, 2010).

2Ainsi, le parc public permet d’observer le passage d’une gestion technicienne de la nature, dans le cadre de laquelle l’intervention humaine et technique est fortement valorisée, à une gestion dite écologique, qui prône, au contraire, le minimum d’impacts humains. Dans ce processus de changement, le parc apparaît également comme un objet d’étude hybride, permettant à la fois des mesures écologiques relatives à la biodiversité présente en milieu urbain et des approches en sciences sociales qui s’intéressent, quant à elles, aux formes et aux acteurs de la gestion.

3C’est dans le cadre d’un doctorat en écologie réalisé au sein d’Aix Marseille Université et du Laboratoire Population Environnement Développement (LPED) que des suivis ont, tout d’abord, été réalisés dans les parcs publics de Marseille (LIZÉE, 2011). Le modèle biologique choisi comme descripteur a été le papillon de jour ou Lépidoptères Rhopalocères. Ce choix s’explique par le fait que les papillons sont très sensibles aux changements environnementaux et constituent, à ce titre, un modèle d’étude adapté pour appréhender l’effet des pratiques d’aménagement et de gestion sur la biodiversité (HERMY et CORNELIS, 2000 ; ANGOLD et al., 2006). De nombreuses données écologiques ont été collectées permettant de mieux comprendre la répartition des papillons dans les espaces publics urbains et leurs interactions avec les espaces naturels adjacents. Le périmètre de Marseille intègre en effet, de nombreux massifs collinaires d’Est en Ouest qui représentent de potentielles zones sources pour les populations de papillons (en particulier pour les espèces méditerranéennes). D’après cette lecture écologique, des différences majeures existent entre les parcs publics de centre-ville et ceux situés en périphérie (LIZÉE, 2011).

4Suivant cette distinction, une étude interdisciplinaire a alors été menée afin de confronter ces résultats à la gestion actuellement appliquée dans les parcs publics à Marseille (BOURDIL, 2010) : la gestion est-elle uniforme sur l’ensemble de la ville ou est-elle différente en fonction des lieux ? Comment les agents des parcs appréhendent-ils la notion de biodiversité et intègrent-ils (ou pas) sa prise en compte dans leurs activités ? Pour répondre à ces questions, une enquête sociologique a été réalisée auprès d’agents du service des Espaces Verts de la ville. Les discours ainsi recueillis ont non seulement permis d’étudier les activités professionnelles des jardiniers dans les parcs publics mais ils nous ont également conduits à élaborer une analyse transversale inédite entre écologie et sociologie : en quoi et comment les représentations des agents publics quant à la fonction des parcs publics influencent-elles la gestion préconisée, qui, elle-même, impacte sur la biodiversité ? Notre approche méthodologique tente de croiser l’expérience vécue des jardiniers à la modélisation statistique de la biodiversité. Par cette approche, nous nous proposons de questionner les enjeux contemporains de la qualité environnementale des parcs publics urbains.

1 - De l’expérience de terrain à la description statistique : une méthodologie interdisciplinaire

5La commune de Marseille et plus particulièrement le Service espaces verts et nature (SEVN) gère 54 parcs publics de plus d’un hectare qui représentent une surface totale de 294 hectares.

6Les 15 parcs sélectionnés pour cette étude (fig. 1) ont été choisis dans le but de représenter 3 contextes d’urbanisation.

Fig. 1

Fig. 1

Ville de Marseille avec les 15 parcs étudiés (1‑5 : parcs de centre-ville, 6‑10 : parcs en première couronne, 7‑15 : parcs périphériques). L’occupation du sol correspond à la nomenclature Corine Land Cover, 2006

Source tous droits réservés.

7Afin de confirmer cette discrimination, le paysage autour de chaque parc a été caractérisé dans un buffer de 250 m. Chaque parc a ensuite été décrit par trois grands types de variables : la quantité d’habitats disponibles (densité de milieux ouverts et fermés et densité de bâti), son isolement vis-à-vis du massif périphérique le plus proche, et le degré de fragmentation (taille moyenne des parcelles cadastrales) (LIZÉE, 2011). L’analyse en composante principale réalisée sur ces variables montre une discrimination satisfaisante des trois contextes d’urbanisation (fig. 2 ; LIZÉE, 2011) que nous avons choisi de nommer centre-ville, première couronne et périphérie.

Fig. 2

Fig. 2

Analyse en composantes principales (ACP) réalisée sur les variables paysagères, montrant la discrimination des 3 contextes d’urbanisation (cercles : parcs de centre-ville, carrés : parcs en première couronne, triangles : parcs périphériques)

D’après LIZÉE et al., 2011.

8La biodiversité de ces 15 parcs publics urbains a été abordée via la richesse spécifique (S : nombre d’espèces) des communautés de Lépidoptères Rhopalocères. Ces communautés ont été inventoriées de mai à août 2008 (LIZÉE, et al., 2011). En fonction de la taille du parc, 7 à 12 relevés ont été effectués dans chaque parc et répliqués 4 fois. Ils correspondent à des transects linéaires (25 m x 10 m) sur lesquels tous les papillons rencontrés durant 5 minutes ont été inventoriés dans des conditions climatiques standards (entre 9 h et 17 h, température supérieure à 20° C, couverture nuageuse inférieure à 50 %, vitesse du vent inférieure à 20 km/h). Les 5 parcs sélectionnés pour représenter chaque contexte d’urbanisation correspondent à un même effort d’échantillonnage de 44 relevés par contexte.

9Un des résultats majeurs réside dans la mise en évidence de la diminution de la richesse spécifique de la périphérie vers le centre-ville. Les 15 parcs sélectionnés correspondent à 36 espèces de papillons (1 699 individus). Avec 35 espèces observées dans les parcs périphériques, on passe à 25 en première couronne, puis à 20 dans les parcs de centre-ville. Les espèces répertoriées dans ces différents contextes ne sont pas forcément les mêmes et les travaux conduits par LIZÉE et al., (2011) ont montré une augmentation des caractéristiques généralistes des espèces de la périphérie vers le centre-ville, avec une perte des espèces typiquement méditerranéennes.

10Pour confronter ces résultats écologiques aux impacts potentiels de la gestion appliquée, l’enquête sociologique a concerné 12 agents de maîtrise, personnes de terrain en charge de la gestion des 15 parcs sélectionnés pour l’approche écologique (tab. 1 ; BOURDIL, 2010).

Tableau 1 – Profil des agents interrogés

Tableau 1 – Profil des agents interrogés

Ce sont majoritairement des hommes (11 sur 12) âgés de plus de 40 ans. 7 agents sur 12 ont ainsi choisi ce métier par vocation « Je ne me voyais pas faire autre chose que ça » ou par désir de travailler au contact de la nature « Ça me plaisait ce métier, travailler dans la nature ». Ils ont suivi une formation professionnelle de l’enseignement secondaire dans le domaine horticole et paysager afin d’obtenir la qualification d’agent d’entretien des espaces verts. Pour les autres, il s’agit plus d’un choix par défaut, parfois dans le cadre d’une reconversion professionnelle, que d’une réelle motivation « Je n’ai pas choisi. Il fallait bien que je travaille », « J’ai eu l’opportunité de rentrer dans l’administration ». Au regard des années passées au sein du SEVN (moyenne : 25 ± 9 ans), les agents interrogés possèdent une longue expérience, après avoir souvent travaillé dans plusieurs parcs de la ville. De plus, cela fait déjà plusieurs années qu’ils travaillent respectivement dans les parcs (moyenne : 11 ± 6,3 ans) sur lesquels nous avons basé les entretiens. Ils témoignent donc d’une bonne connaissance de ces lieux et des pratiques qui y sont associées.

Source : Bourdil, 2010.

11Les entretiens semi-directifs ont permis de recueillir les points de vue des agents sur l’aménagement, la fréquentation et les usages des parcs ainsi qu’une description des pratiques d’entretien (interventions dans la dynamique de végétation, de plantations et gestion raisonnée). À une analyse de contenu classique par thématiques, a été associée une Analyse factorielle des correspondances (AFC) afin de mettre en évidence certaines associations observées entre différentes évocations. Par la suite, une Analyse en composantes multiples (ACM), également réalisée à partir des discours, a permis de mettre en évidence les relations entre les perceptions des agents vis-à-vis de la fréquentation et des usages des parcs publics, et l’appartenance de ces mêmes parcs aux 3 contextes d’urbanisation. Enfin, les données relatives à l’entretien des parcs ont permis de catégoriser le type d’entretien selon un gradient d’intensité (qui prend en compte la fréquence de tonte, l’utilisation de produits chimiques, etc...) et de le mettre en corrélation avec la richesse spécifique des parcs (BOURDIL, 2010).

Tableau 2 – Variables retenues pour caractériser les pratiques d’entretien dans les parcs

Tableau 2 – Variables retenues pour caractériser les pratiques d’entretien dans les parcs

Source : Bourdil, 2010.

Méthodologie

a) Relation entre contexte paysager et pratiques d’entretien

Pour tester l’existence d’une éventuelle relation entre contexte paysager et pratiques d’entretien, nous avons réalisé une analyse de co-inertie entre l’AFC réalisée sur les pratiques d’entretien et l’ACP réalisée sur les caractéristiques décrivant le paysage entourant chaque parc (fig. 2). Il s’agit en réalité d’analyser la corrélation pouvant exister entre ces 2 matrices caractérisant chacun des 15 parcs au niveau de son entretien et au niveau du paysage environnant. Ce lien est évalué à partir du coefficient de corrélation vectorielle, RV (ESCOUFIER, 1973), qui est l’équivalent entre deux tableaux d’une corrélation entre deux variables.

b) Influence relative des pratiques d’entretien et du contexte paysager sur la richesse spécifique des communautés de Lépidoptères Rhopalocères

Dans le brut d’appréhender la part de variation, concernant la richesse des communautés de Rhopalocères, conditionnée respectivement par l’effet pur du paysage, l’effet pur des pratique de d’entretien, et l’effet conjoint des 2 types de variables, une partition de variance a été réalisée sur la richesse. Pour réaliser cette analyse, nous avons utilisé comme variables prédictives les coordonnées des parcs sur le plan [1,2] de chacune des analyses réalisées précédemment (AFC-entretien et ACP-paysage).

Toutes les analyses ont été réalisées à partir des packages Ade4 et Vegan sur le logiciel R version 2.9.2. (R DEVELOPMENT CORE TEAM, 2008).

1.1 - Centre et périphérie : une distinction opérante

12En écologie, l’analyse des parcs urbains selon un gradient « centre-périphérie » a permis d’expliquer la distribution des espèces de papillons. À notre grande surprise, l’enquête sociologique réalisée auprès des jardiniers a également mis en évidence non pas l’idée d’un gradient mais d’une distinction clairement explicitée entre les parcs du centre-ville et ceux de la périphérie. Plusieurs éléments corroborent cette distinction. Tout d’abord, les jardiniers partagent un certain nombre de critères pour décrire les parcs. Parmi ces critères, la question de l’entretien des parcs est majoritairement invoquée pour les distinguer.

13Les évocations relatives au degré d’entretien représentent ¼ de l’ensemble des 32 évocations. La qualité de l’entretien des parcs est un facteur important pour leur différenciation (Il y a les parcs soignés versus Pour moi il est à l’abandon). D’autres éléments sont convoqués par les jardiniers, notamment les usages associés aux parcs : Il y a les parcs qui sont familiaux; versus Il y a les parcs où c’est plutôt pour la promenade (représentant 7 évocations). Le degré de naturalité opposant le parc façonné par l’Homme (…la maîtrise du sauvage, de contenir tout ça) au parc considéré comme plus naturel (Vous avez les parcs un peu plus sauvages) est exprimé dans 6 évocations sur 32. La localisation géographique, dissociée en centre/périphérie, représente 5 évocations. Enfin, le critère « Esthétique » (Il y a les beaux parcs comme Borély) et le budget sont les critères les moins représentés dans les discours des agents (respectivement 4 et 2 évocations sur 32). Le critère budget fait référence aux moyens financiers mis à disposition pour l’entretien des parcs, sauf pour un seul agent qui a évoqué les inégalités sociales entre les différents quartiers de Marseille (Nous, les pauvres du Nord).

14Les représentations des agents concernant les parcs publics à Marseille se structurent majoritairement autour de la notion d’entretien et donc de leurs propres activités sur ces milieux.

15L’analyse factorielle des correspondances (AFC), présentée dans la figure suivante, a été construite à partir des 6 critères de distinction des parcs présentés ci-dessus afin de rendre compte des associations entre les critères utilisés par les agents (fig. 3 ; BOURDIL, 2010). Trois combinaisons possibles de représentations sociales des différents parcs ressortent dans les discours : la première relie la naturalité des parcs avec le degré d’entretien et leur localisation géographique, la seconde lie l’esthétique avec le budget, et la troisième lie la localisation géographique des parcs et leurs usages.

16Dans le processus de catégorisation empirique réalisé par les jardiniers, le niveau d’entretien s’articule à la « naturalité » du parc considéré et implique une certaine localisation. Pour d’autres agents, distinguer les parcs revient à associer des usages et des lieux. Enfin, de manière moindre, le budget peut être associé aux jugements esthétiques du parc.

Fig. 3

Fig. 3

Analyse factorielle des correspondances (AFC) des différents critères cités par les agents pour classifier les parcs (sur 32 évocations)

Source : Bourdil, 2010.

17Les agents ont, par la suite, plus amplement précisé les usages observés dans les différents parcs de la ville (tab. 3 ; BOURDIL, 2010).

18Les « activités ludiques et sportives » sont les plus évoquées (9 évocations sur 22). La catégorie « nature de proximité » représente 8 évocations sur 22. Elle fait référence au rôle d’exutoire que certains agents attribuent aux parcs face aux nuisances urbaines, ainsi qu’à leur usage en tant qu’agrément de proximité. Enfin, la fonction de “lieux de passage” est la moins mentionnée avec seulement 5 évocations.

Tab. 3

Tab. 3

Catégories d’usages des parcs publics (réponses à la question « Pourquoi pensez-vous que les gens se rendent dans ce parc ? »)

Source : Bourdil, 2010

19Une analyse en composantes multiples (fig. 4 ; BOURDIL, 2010) a été élaborée afin de corréler l’ensemble des critères cités. Les résultats sont présentés selon les deux premiers axes factoriels qui retiennent 61 % de la variance totale. L’axe 1 individualise deux groupes de parcs. On retrouve en effet une structure à peu près semblable pour chacune des variables, leurs modalités étant réparties de part et d’autre de l’axe 1. Les variables « contexte d’urbanisation », « fréquentation », « activités ludiques et sportives » et « nature de proximité » sont corrélées à l’axe 1 et présentent une forte contribution à l’inertie de cet axe. Cette association « type de parc » et « usages associés » met en évidence une polarisation entre les parcs considérés comme des lieux à forte fréquentation liée aux « activités ludiques et sportives » et situés en centre-ville. En revanche, d’après les discours des agents, il semble que l’utilisation des parcs en tant que « nature de proximité » soit associée aux lieux considérés comme peu fréquentés, qui correspondent aux parcs situés plus en périphérie. L’évocation de « lieux de passage » semble également liée aux parcs considérés comme peu fréquentés.

Fig. 4

Fig. 4

Analyse en composantes multiples (ACM) du contexte d’urbanisation et des représentations (22 évocations) des agents concernant la fréquentation des parcs publics urbains et leurs usages – Sur cette représentation, le même plan factoriel est répété pour chacune des variables étudiées. Les ellipses résument la dispersion des points

Source : Bourdil, 2010

20Les agents distinguent les parcs du centre-ville de Marseille, consacrés à des usages ludiques et sportifs avec une forte fréquentation et ceux de la périphérie, considérés plutôt comme des lieux de passage ou une nature dite « de proximité », utilisée majoritairement par les riverains. Les parcs de centre-ville semblent donc devoir répondre à une demande en équipements sportifs et d’accueil pour les enfants notamment plus grande que ceux en périphérie.

21Les jardiniers sont très attentifs aux demandes des usagers qui conditionnent, en partie, leur niveau d’entretien.

2 - Des pratiques d’entretien spatialement distinguées

22Une analyse factorielle des correspondances (fig. 5 ; BOURDIL, 2010) a été réalisée à partir des cinq variables choisies pour caractériser ces pratiques d’entretien. L’axe 1 individualise clairement deux groupes de parcs selon trois variables qui contribuent fortement sur cet axe (Zones_ enherbées_touchee ≤ 1/an, Déchets_tonte, Prod_chimiques). Les parcs regroupés sur la droite du graphique, situés en périphérie et en première couronne, sont associés à la présence de zones enherbées peu touchées (≤ 1 fois par an) et à des déchets de tonte laissés sur place. Ils n’utilisent pas ou peu de produits chimiques contrairement aux parcs situés sur la gauche de l’AFC. Ceux-ci sont caractérisés sur l’axe 2 par la présence de fleurissements pour certains et par une fréquence d’intervention sur la strate arbustive plus élevée, caractéristiques des parcs de centre-ville.

Fig. 5

Fig. 5

Analyse factorielle des correspondances (AFC) des pratiques d’entretien effectuées dans les parcs

Source : Bourdil, 2010

23Les parcs de centre-ville sont définis comme des lieux où « l’aspect esthétique est recherché » et qui bénéficient d’un « entretien suivi » ne laissant pas de place pour le sauvage « le sauvage est maîtrisé ». Ce style de jardin est assimilé notamment aux parcs labellisés jardin remarquable, certains étant caractérisés par une partie de leur aménagement dit « à la française ». À l’inverse, les parcs situés plus en périphérie sont perçus par les agents comme « plus sauvages », « plus naturels », où « l’entretien est restreint ».

24Les pratiques de jardinage représentent un aspect important de l’identité professionnelle des jardiniers (KIESLING et MANNING, 2010 ; CLAYTON, 2007). La classification des parcs par les agents en est une illustration. Elle met en avant l’importance du degré d’entretien, considéré comme un élément structurant, qui définit l’apparence des parcs. Cette étude ainsi que des recherches antérieures montrent que pour les personnes pratiquant le jardinage, la perception d’un paysage qualifié de « propre » et « entretenu » est opposée à la perception d’un paysage dit « naturel » (CLAYTON, 2007). Nos résultats soulignent une vision anthropocentrique de la nature chez les jardiniers, ainsi qu’une importante dualité sur le plan symbolique, entre la nature domestiquée en ville et la nature sauvage, associée à « ce qu’il y a autour de la ville ».

25Les attentes des usagers sont, dans ce contexte, au centre de l’attention des jardiniers. Les pelouses tondues, les plates-bandes fleuries, les arbustes taillés participent du parc tel que souhaité par les usagers : « Dans la tête des gens, on est encore très carré, très gazon», « C’est pour montrer aux Marseillais ce que l’on sait faire». À l’inverse, interrogés sur la mise en place d’une gestion différenciée, les agents peuvent invoquer le mécontentement présumé des usagers : « Les gens, ils vont dire, ils laissent le jardin sale, ils n’entretiennent plus », « Si je diminue l’arrosage et qu’après c’est tout jaune, ça ne passera pas ».

26L’absence d’une gestion interventionniste « qui se voit » peut également être vécue comme une dévalorisation du métier de jardinier : « Ce qu’ils n’avaient pas compris au début, pour le développement durable. Ils disaient oh les gars vous ne branlez plus rien ! » La gestion différenciée est malencontreusement interprétée comme une « non-intervention » alors qu’il s’agit toujours d’intervenir mais de manière plus cohérente avec les conditions climatiques et une gestion raisonnée de la ressource.

3 - L’impact des pratiques d’entretien sur la biodiversité

27La dernière étape de notre raisonnement devait permettre de répondre à la question suivante : l’entretien des parcs publics agit-il ou pas sur la richesse en espèces ? Pour ce faire, nous avons réalisé des analyses qui croisent donc contexte paysager, gestion et biodiversité (BOURDIL, 2010 ; LIZÉE, 2011).

28La corrélation positive entre la richesse en espèces de papillons et les scores des parcs obtenus sur l’axe 1 de l’ACP-paysage (fig. 2) montre que la richesse spécifique des papillons est plus faible dans les parcs situés en centre-ville que dans ceux situés en périphérie. De même, la corrélation positive entre la richesse et les scores des parcs obtenus sur l’axe 1 de l’AFC-gestion (fig. 5) indique un nombre d’espèces plus faible dans les parcs gérés de manière intensive que dans les parcs gérés de manière plus extensive.

  • 1 Sur le plan représenté par les axes 1 et 2 de l’analyse de co-inertie, sont retenus respectivemen (...)

29L’analyse de co-inertie montre l’existence d’une part importante de variation commune entre les 2 matrices de description des parcs : le paysage et l’entretien, ce qui vient confirmer notre hypothèse de départ. On obtient ainsi un coefficient de corrélation vectorielle indiquant une forte corrélation entre les 2 matrices1 (fig. 6a). Sur le plan représenté par les axes 1 et 2 de l’analyse de co-inertie, sont retenus respectivement 89,5% de la variance initiale de l’AFC caractérisant l’entretien et 95,3 % de la variance initiale de l’ACP caractérisant le paysage. L’essentiel de l’information retenue dans cette analyse de co-inertie est contenu au niveau de l’axe 1.

  • 2 L’effet pur du contexte paysager (de type antagoniste – valeur négative du R² ajusté) est non sig (...)

30Enfin, les résultats de la partition de variance indiquent que 79 % de la variation de la richesse en espèce des communautés de Rhopalocères est expliquée conjointement, et de façon statistiquement significative (p<0,01), par les 2 matrices. 52 % de cette variation est expliquée conjointement par le contexte paysager et les pratiques d’entretien. Les pratiques d’entretien expliquent à elles seules 29 % de la variation du nombre d’espèces entre les parcs, indépendamment des facteurs paysagers. Elles apportent ainsi une part d’explication bien supérieure à celle du contexte paysager2 (fig. 6b).

Fig. 6

Fig. 6

(a) Représentation du plan [1,2] de l’analyse de co-inertie (98,2% de la variance totale dont 94,5% pour l’axe 1) – (b) Diagramme de Venn représentant l’analyse de partition de variance réalisée sur la richesse en espèces des parcs. Les valeurs affichées dans le diagramme correspondent aux R² ajustés

Source : tous droits réservés.

31La richesse spécifique diminue des parcs de périphérie vers ceux du centre-ville. Ce phénomène correspond à une réponse classique des communautés animales à l’intensité croissante des perturbations humaines le long du gradient rural-urbain (augmentation de l’isolement, de la fragmentation et de la perte des habitats) (BLAIR, 1999 ; ANGOLD et al., 2006 ; DOVER et SETTELE, 2009).

32Il apparaît ainsi clairement que l’entretien des parcs joue un rôle important sur la richesse des communautés de Lépidoptères, indépendamment du contexte paysager. En effet, la richesse spécifique diminue avec l’intensité de l’entretien. Pourtant, il n’est pas évident que les agents en charge de cet entretien soulignent l’importance de leurs pratiques sur la biodiversité par rapport à d’autres facteurs contraignants tels que le contexte d’urbanisation.

  • 3 PICKETT et WHITE (1985) définissent la perturbation comme « tout événement discret dans le temps (...)

33En altérant le régime des perturbations naturelles, les pratiques d’entretien modifient la structure et la disponibilité de ces habitats (type, quantité et arrangement spatial des patchs de végétation) (SMALLIDGE et LEOPOLD, 1997). L’hypothèse de CONNELL (1978) prédit une diversité maximale pour un niveau de perturbations3 naturelles intermédiaire. Un niveau de perturbation faible favorisera l’installation d’espèces spécialistes, capables d’exploiter leur habitat de façon très performante. En revanche, un régime élevé de perturbation (en intensité et/ou en fréquence) favorisera la présence d’espèces généralistes supportant une plus grande gamme de variations en termes de conditions environnementales. Ainsi, un niveau de perturbation intermédiaire permet aux deux types de cortèges d’espèces de coexister, augmentant par là même la richesse spécifique de la communauté. D’après MC DONNELL et al. (1993), ce patron peut également s’appliquer aux perturbations générées par l’Homme. Ceci suggère qu’une intervention (la tonte par exemple) trop fréquente et trop sévère dans la dynamique de végétation détruit les habitats nécessaires au maintien des communautés de Lépidoptères.

34La disponibilité en plantes hôtes et en plantes nectarifères est un facteur clé qui détermine la répartition des Lépidoptères, puisqu’elles fournissent respectivement les ressources nourricières pour les larves et les adultes. Ces ressources varient entre les parcs suivant les différents niveaux de gestion (photographies 1 & 2). Dans les parcs gérés de manière extensive, la présence de zones enherbées peu tondues favoriserait la présence d’une flore spontanée, exploitable par de nombreuses espèces méditerranéennes de Lépidoptères. En remplaçant cette flore locale par des plantes ornementales, souvent exotiques, et des gazons, les parcs de centre-ville, gérés de manière plus intense, ne constituent plus une zone refuge pour ces espèces spécialistes incapables d’exploiter cette nouvelle ressource (BLAIR et LAUNER, 1997 ; BERGEROT et al., 2010).

35Des espèces plus généralistes qui s’adaptent en milieu urbain ainsi que des espèces exotiques (comme Cacyreus marshalli, originaire d’Afrique du Sud, qui utilise des Pélargonium) pourraient donc être favorisées au dépend d’espèces à caractère patrimonial (MC KINNEY, 2002 ; GRAVES et SHAPIRO 2003). De plus, l’utilisation de produits chimiques tels que les pesticides et les herbicides – qui réduisent la diversité de la flore spontanée et donc les sources de nectar et de plantes nourricières pour les larves – est impliquée dans le déclin de l’abondance des papillons (DOVER et al., 1990).

Photographie 1

Photographie 1

Parc du 26e Centenaire, parc de centre-ville avec des pelouses régulièrement entretenues

Source : M. Deschamps-Cottin, juin 2013

Photographie 2

Photographie 2

Parc de la Mirabelle, parc en périphérie avec des prairies et des habitats diversifiés

Source : M. Deschamps-Cottin, juin 2011

Conclusion

36Cette étude, basée sur une démarche pluridisciplinaire, montre que la collaboration des sciences naturelles avec les sciences sociales permet d’appréhender la diversité des modes de perceptions et de pratiques et amène à une meilleure compréhension des interactions avec les systèmes écologiques (LOWE et al., 2009). La distinction opérée par les jardiniers de la ville de Marseille, entre les parcs centraux et périphériques agit, de manière certaine, via la gestion appliquée, sur la biodiversité mesurable dans ces espaces urbains.

37Lors des entretiens, les attentes supposées du public ont été largement abordées par les jardiniers comme un frein potentiel à une gestion moins drastique des parcs publics. Le souhait d’une nature entretenue est également le fait des habitants. La reconnaissance du travail effectué par les agents est donc soumis à des impératifs apparemment contradictoires, entre une gestion bénéficiant « à la biodiversité » et celle à destination des usagers. Certains agents associent d’ailleurs la gestion différenciée à une solution pour palier les manques de finances publiques de la ville de Marseille et non à des pratiques innovantes sur le plan conceptuel et pratique. On imagine aisément que le passage à la gestion différenciée, ainsi appréhendée, soit vécu comme une dépréciation de son métier dans un contexte politique récurrent de restrictions budgétaires.

38Il faudrait également prendre soin de caractériser le profil sociologique des usagers des parcs publics car dans certains quartiers populaires, un parc moins géré pourrait contribuer à renforcer le sentiment d’abandon de la part des pouvoirs publics.

39La recherche d’une nouvelle qualité environnementale dans la ville ne peut donc faire l’impasse d’un effort conséquent de médiation et d’informations auprès des habitants comme des acteurs professionnels. Elle ne peut non plus s’amender d’un questionnement concernant la biodiversité que l’on souhaite conserver en ville (DEARNBORN et KARK, 2010); ne faut‑il pas alors envisager de « sacrifier » le centre urbain à une gestion drastique et esthétique pour concentrer les efforts de gestion différenciée plus en périphérie ?

Top of page

Bibliography

AGGERI G., (2010), Inventer les villes-natures de demain, Dijon : Educagri éditions, 199 p.

AGGERI G., DONADIEU P., (2000), La gestion différenciée des parcs publics-une nouvelle orientation des politiques des villes européennes in Actes du séminaire Étapes de recherches en paysage no 2, Versailles : École nationale supérieure du paysage.

ALLAIN Y.‑M., (1999), La ville : un territoire nouveau pour la nature ? La gestion différenciée en Europe, in LIZET B., WOLF A.E., CELECIA J., Sauvages dans la ville. De l’inventaire naturaliste à l’écologie urbaine, Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, p. 197‑217.

ANGOLD P.G., SADLER J.P., HILL M.O. et al., (2006), Biodiversity in urban habitat patches, Science of the Total Environment, vol. 360, p. 196‑204.

BERGEROT B., FONTAINE B., RENARD M., CADI A., JULLIARD R., (2010), Preferences for exotic flowers do not promote urban life in butterflies, Landscape and Urban Planning, vol. 96, p. 98‑107.

BLAIR R.B., (1999), Birds and butterflies along an urban gradient: surrogate taxa for assessing biodiversity? Ecological Applications, vol. 9, p. 164‑170.

BLAIR R.B., LAUNER A.E., (1997), Butterfly diversity and human land use: species assemblages along an urban gradient. Biological Conservation, vol. 80, p. 113‑125.

BONNIN P., CLAVEL M., (2010), Introduction. Quand la nature s’urbanise, Ethnologie française, coll. Natures urbanisées, vol. 40, no 4, Paris : Puf, p. 581‑588.

BOURDIL C., (2010), Approche socio‑écologique des relations entre gestion et biodiversité des parcs publics urbains, Mémoire de Master 1 BGAE parcours IEGB, 25 p.

CLAYTON S., (2007), Domesticated nature: Motivations for gardening and perceptions of environmental impact, Journal of Environmental Psychology, vol. 27, p. 215‑224.

CONNELL J.H., (1978), Diversity in Tropical Rain Forests and Coral Reefs, Science, vol. 199, no 4335, p. 1302‑1310.

DEARBORN D.C., KARK S. (2010), Motivations for conserving urban biodiversity, Conservation Biology, vol. 24, p. 432‑40.

DOVER J., SOTHERTON N., GOBBETT K., (1990), Reduced pesticide inputs on cereal field margins: the effects on butterfly abundance, Ecological Entomology, vol. 15, no 1, p. 17‑24.

DOVER J., SETTELE J., (2009), The influences of landscape structure on butterfly distribution and movement: a review. Journal of Insect Conservation, vol. 13, p. 3‑27.

DUBOST F., (2010), Les paysagistes sous la bannière de l’écologie urbaine, Ethnologie Française, coll. Natures urbanisées, vol. 40, no 4, Paris : Puf, p. 629‑638.

ESCOUFIER Y., (1973), Le traitement des variables vectorielles, Biometrics, vol. 29, p. 750760. 

GRAVES S.D., SHAPIRO A.M., (2003), Exotics as host plants of the California butterfly fauna, Biological Conservation, vol. 110, p. 413–433.

HERMY M., CORNELIS J., (2000), Towards a monitoring method and a number of multifaceted and hierarchical biodiversity indicators for urban and suburban parks, Landscape and Urban Planning, vol. 49, p. 149‑162.

KIESLING F.M., MANNING C.M., (2010), How green is your thumb? Environmental gardening identity and ecological gardening practices, Journal of Environmental Psychology, [doi10.1016/j.jenvp.2010.02.004].

LIZÉE M.‑H., (2011), Diversité, organisation spatiale et fonctionnelle des communautés de Papillons (Lépidoptères, Rhopalocères) en milieu urbain et périurbain. Rôle des espaces artificialisés en termes de conservation et de connectivité, Thèse de l’Université Aix‑Marseille I, 249 p.

LIZÉE M.‑H., MAUFFREY J.‑F., TATONI T., DESCHAMP-COTTIN M., (2011), Monitoring urban environments on the basis of biological traits, Ecological Indicators, vol. 11, p. 353‑361.

LOWE P., WHITMAN G., PHILLIPSON J., (2009), Ecology and the social sciences, Journal of Applied Ecology, vol. 46, p. 297‑305.

Mc DONNELL M.J., PICKETT S.T.A., POUYAT R.V., (1993), The application of the ecological gradient paradigm to the study of urban effects, in Mc DONNEL M.J., PICKETT S.T.A. (Eds), Humans as components of ecosystems, New York : Springer, p. 175‑189.

MCKINNEY M.L., (2002), Urbanization, biodiversity, and conservation, Bioscience, vol. 52, p. 883890.

PICKETT S.T.A., WHITE P., (1985), The ecology of natural disturbances and patch dynamics, New-York : Academic Press.

R DEVELOPMENT CORE TEAM, (2008), R: A Language and Environment for Statistical Computing, Vienna (Austria) : R Foundation for Statistical Computing, [en ligne].

SMALLIDGE P.J., LEOPOLD D.J., (1997), Vegetation management for the maintenance and conservation of butterfly habitats in temperate human-dominated landscapes, Landscape and Urban Planning, vol. 38, p. 259280.

Top of page

Notes

1 Sur le plan représenté par les axes 1 et 2 de l’analyse de co-inertie, sont retenus respectivement 89,5 % de la variance initiale de l’AFC caractérisant l’entretien et 95,3 % de la variance initiale de l’ACP caractérisant le paysage. L’essentiel de l’information retenue dans cette analyse de co-inertie est contenu au niveau de l’axe 1.

2 L’effet pur du contexte paysager (de type antagoniste – valeur négative du R² ajusté) est non significatif (p=0,69).

3 PICKETT et WHITE (1985) définissent la perturbation comme « tout événement discret dans le temps qui désorganise la structure d’un écosystème, d’une communauté, ou d’une population et modifie la disponibilité des ressources, du substrat ou l’environnement physique ».

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
Caption Ville de Marseille avec les 15 parcs étudiés (1‑5 : parcs de centre-ville, 6‑10 : parcs en première couronne, 7‑15 : parcs périphériques). L’occupation du sol correspond à la nomenclature Corine Land Cover, 2006
Credits Source tous droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7470/img-1.png
File image/png, 334k
Title Fig. 2
Caption Analyse en composantes principales (ACP) réalisée sur les variables paysagères, montrant la discrimination des 3 contextes d’urbanisation (cercles : parcs de centre-ville, carrés : parcs en première couronne, triangles : parcs périphériques)
Credits D’après LIZÉE et al., 2011.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7470/img-2.png
File image/png, 89k
Title Tableau 1 – Profil des agents interrogés
Caption Ce sont majoritairement des hommes (11 sur 12) âgés de plus de 40 ans. 7 agents sur 12 ont ainsi choisi ce métier par vocation « Je ne me voyais pas faire autre chose que ça » ou par désir de travailler au contact de la nature « Ça me plaisait ce métier, travailler dans la nature ». Ils ont suivi une formation professionnelle de l’enseignement secondaire dans le domaine horticole et paysager afin d’obtenir la qualification d’agent d’entretien des espaces verts. Pour les autres, il s’agit plus d’un choix par défaut, parfois dans le cadre d’une reconversion professionnelle, que d’une réelle motivation « Je n’ai pas choisi. Il fallait bien que je travaille », « J’ai eu l’opportunité de rentrer dans l’administration ». Au regard des années passées au sein du SEVN (moyenne : 25 ± 9 ans), les agents interrogés possèdent une longue expérience, après avoir souvent travaillé dans plusieurs parcs de la ville. De plus, cela fait déjà plusieurs années qu’ils travaillent respectivement dans les parcs (moyenne : 11 ± 6,3 ans) sur lesquels nous avons basé les entretiens. Ils témoignent donc d’une bonne connaissance de ces lieux et des pratiques qui y sont associées.
Credits Source : Bourdil, 2010.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7470/img-3.jpg
File image/jpeg, 144k
Title Tableau 2 – Variables retenues pour caractériser les pratiques d’entretien dans les parcs
Credits Source : Bourdil, 2010.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7470/img-4.jpg
File image/jpeg, 140k
Title Fig. 3
Caption Analyse factorielle des correspondances (AFC) des différents critères cités par les agents pour classifier les parcs (sur 32 évocations)
Credits Source : Bourdil, 2010.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7470/img-5.jpg
File image/jpeg, 80k
Title Tab. 3
Caption Catégories d’usages des parcs publics (réponses à la question « Pourquoi pensez-vous que les gens se rendent dans ce parc ? »)
Credits Source : Bourdil, 2010
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7470/img-6.jpg
File image/jpeg, 128k
Title Fig. 4
Caption Analyse en composantes multiples (ACM) du contexte d’urbanisation et des représentations (22 évocations) des agents concernant la fréquentation des parcs publics urbains et leurs usages – Sur cette représentation, le même plan factoriel est répété pour chacune des variables étudiées. Les ellipses résument la dispersion des points
Credits Source : Bourdil, 2010
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7470/img-7.jpg
File image/jpeg, 116k
Title Fig. 5
Caption Analyse factorielle des correspondances (AFC) des pratiques d’entretien effectuées dans les parcs
Credits Source : Bourdil, 2010
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7470/img-8.jpg
File image/jpeg, 112k
Title Fig. 6
Caption (a) Représentation du plan [1,2] de l’analyse de co-inertie (98,2% de la variance totale dont 94,5% pour l’axe 1) – (b) Diagramme de Venn représentant l’analyse de partition de variance réalisée sur la richesse en espèces des parcs. Les valeurs affichées dans le diagramme correspondent aux R² ajustés
Credits Source : tous droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7470/img-9.jpg
File image/jpeg, 52k
Title Photographie 1
Caption Parc du 26e Centenaire, parc de centre-ville avec des pelouses régulièrement entretenues
Credits Source : M. Deschamps-Cottin, juin 2013
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7470/img-10.jpg
File image/jpeg, 280k
Title Photographie 2
Caption Parc de la Mirabelle, parc en périphérie avec des prairies et des habitats diversifiés
Credits Source : M. Deschamps-Cottin, juin 2011
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7470/img-11.jpg
File image/jpeg, 342k
Top of page

References

Bibliographical reference

Marie-Hélène Lizée, Chloé Bourdil, Carole Barthélémy and Magali Deschamps-Cottin, « Approche socio-écologique des parcs publics marseillais », Méditerranée, 123 | 2014, 123-132.

Electronic reference

Marie-Hélène Lizée, Chloé Bourdil, Carole Barthélémy and Magali Deschamps-Cottin, « Approche socio-écologique des parcs publics marseillais », Méditerranée [Online], 123 | 2014, Online since 20 December 2016, connection on 25 June 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/7470 ; DOI : 10.4000/mediterranee.7470

Top of page

About the authors

Marie-Hélène Lizée

Aix Marseille Université, Laboratoire Population Environnement Développement (LPED), UMR 151, IRD, Site Saint-Charles, 3 place Victor Hugo, 13331 Marseille cedex 3, France,

Chloé Bourdil

Chargée de mission, Agence régionale pour la biodiversité en Aquitaine, France

Carole Barthélémy

Maître de conférence en sociologie, Aix Marseille Université, Laboratoire Population Environnement Développement (LPED), UMR 151, IRD, Site Saint-Charles, 3 place Victor Hugo, 13331 Marseille cedex 3, France, Carole.barthelemy@univ-amu.fr

Magali Deschamps-Cottin

Maître de conférences en écologie Aix Marseille Université, Laboratoire Population Environnement Développement (LPED), UMR 151, IRD, Site Saint-Charles, 3 place Victor Hugo, 13331 Marseille cedex 3, France, magali.deschamps-cottin@univ-amu.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals