Skip to navigation – Site map
Enjeux et effets des plans et projets d’aménagement et de requalification environnementale urbaine

Le concept de « corridors écologiques » en milieu urbain : enjeux et contraintes d’une approche de requalification environnementale

Les exemples de renaturation de l’Oued El Harrach (Alger) et du Ruisseau des Aygalades (Marseille)
Ecological corridors in urban areas, stakes and constraints of an environmental requalification approach. The examples of renaturation of Oued El Harrach (Algiers) and Ruisseau des Aygalades (Marseille)
Mohamed Srir and Ewa Berezowska-Azzag
p. 57-72

Abstracts

The creation of “green corridors” has become a major issue for environmental requalification in urban areas. Indeed, the structuring role of corridors has recently attracted the interest of several Mediterranean cities. Reflection is based on the analysis of two requalification operations of waterways and their territories in difficulty (pollution, nuisance, no man’s land…):  Oued El Harrach in Algiers and Ruisseau des Aygalades in Marseille which are integrated in large urban projects (Algie rs strategic plan 2029 and Euroméditerranée 2 project, respectively). Both projects are supported by public authorities who pursue a top-down approach and implement their policy vision of sustainability.

These two examples allow in their designing stage to observe new ways of urban production and to see build the process of urban space requalification. Thus we can analyze the evolution of changes in these two territories and observe the differences between the political speeches, projects and their actual implementation. The purpose of this article is not to conduct an evaluation exercise, but it aims through a reading grid, to compare the two fields of study, their sustainability stakes and goals, their integration into the metropolitan logic, their fields of action as well as the constraints of their implementation.

Top of page

Full text

Renaturer les cours d’eau pour requalifier l’espace urbain

1Les cours d’eau jouent un rôle majeur dans la configuration et le développement des villes. Ces écosystèmes ont non seulement été utilisés pour l’irrigation, le drainage et l’approvisionnement en eau potable, mais ils ont aussi une relation étroite avec les activités sociales et les pratiques économiques (BONIN, 2007). En phase d’industrialisation et d’urbanisation accélérée, les berges des fleuves, oueds et ruisseaux urbains deviennent les réceptacles d’activités nuisibles rejetées hors de l’espace habité, ce qui limite encore leur rôle d’urbanité à la seule fonction logistique, entrainant dans certains cas leur abandon.

2Cet article propose d’envisager sous un angle comparatif la teneur et la réalité de démarches de requalification environnementale de deux cours d’eau aux environnements très dégradés soumis à de fortes pressions urbaines. La réflexion est fondée sur l’analyse de deux opérations de requalification environnementale de cours d’eau et de leurs territoires en difficulté (pollution, nuisances, no man’s land, etc.) : l’oued El Harrach à Alger et le Ruisseau des Aygalades à Marseille, toutes deux intégrées dans de grands projets urbains (respectivement Plan stratégique d’Alger 2029 et Euroméditerranée 2). Ces deux projets sont portés par l’État et correspondent à des démarches top down qui adoptent la vision institutionnelle de la durabilité. Les deux exemples permettent, dans leur phase de conception, d’observer de nouveaux modes de faire et de voir se construire des processus de requalification de l’espace urbain. Ils éclairent en outre les logiques aménagistes adoptées ainsi que les dispositifs réglementaires axés sur le développement durable qui orientent les interventions urbaines concernant les cours d’eau. Les deux contextes témoignent d’une réalité urbaine complexe au travers de tensions entre les différents acteurs.

3Ce constat est très marqué à Alger, où l’oued El Harrach, pourtant engagé dans un projet de réhabilitation depuis 2012, continue à recevoir les rejets des installations industrielles et agricoles, ainsi que ceux des bidonvilles qui le bordent. À Marseille, le « Ruisseau des Aygalades », petit fleuve côtier qui a joué par le passé un rôle de vallée industrielle dans la partie nord de la ville se trouve aujourd’hui en friche. Ces deux cours d’eau connaissent actuellement des bouleversements majeurs liés à des projets de requalification. Inscrits dans les processus de métropolisation des deux grandes villes méditerranéennes, ils suscitent la curiosité scientifique en raison des transformations urbaines dans lesquelles ils sont engagés et de leur rôle futur dans l’amélioration de la qualité environnementale. Les stratégies mises en place dans les deux contextes étudiés semblent conforter les hypothèses de I. BERRY-CHIKHAOUI et al. (2007) et P-A. BARTHEL (2008) selon lesquelles les dynamiques de reconquête des fronts d’eau dans les métropoles méditerranéennes s’insèrent dans les tendances de mise à niveau urbaine sur fond d’internationalisation.

Fig. 1 – L’oued emblématique d’Alger

Fig. 1 – L’oued emblématique d’Alger

Vu du côté de l’embouchure où persistent encore quelques ripisylves malgré la forte pollution des eaux.

Source : M. Srir, décembre 2014

Fig. 2 – Le ruisseau des Aygalades

Fig. 2 – Le ruisseau des Aygalades

Il est là dans sa partie découverte, longeant la rue homonyme, canalisé et bordé de broussailles, de conteneurs et de tas de déchets.

Source : M. Srir, juin 2014

1 - La requalification des corridors écologiques – Contextes réglementaires comparés

1.1 - Diffusion d’une logique de projet

4À partir des années 1990, de nombreux projets de réhabilitation des écosystèmes aquatiques ont été conçus en Europe (Allemagne, Grande Bretagne, France, Pays‑Bas, Italie), aux États-Unis, au Canada et en Australie (BRUN et al., 2014). On assiste à un regain d’intérêt pour ces milieux biotiques qui sont perçus désormais comme un capital naturel méritant sauvegarde et valorisation. Cet intérêt peut être justifié selon P. CLERGEAU (2008, 2012) par l’analyse des services écosystémiques qu’ils rendent. Il s’agit des fonctions d’approvisionnement (fourniture de biens, ressources, matériaux, etc.), des services culturels (éthiques, esthétiques, récréatifs…) et des services de régulations environnementales (dépollution, régulations hydriques, cycles…). Cette conception appelle à une renaturation des berges, consacrant leur rôle important dans le renouvellement urbain. Ce concept de renaturation – ou renaturierung – a été utilisé pour la première fois en Allemagne au début des années 1980, avec une acception à la fois écologique et urbanistique (SCHERRER, 2004).

5Lorsqu’il s’agit de renaturer un cours d’eau, c’est le concept de « corridor écologique » qui semble être privilégié. « Un corridor écologique urbain peut correspondre à une gamme de qualité qui induira une gamme de richesse spécifique, depuis des corridors continus qui correspondent à des habitats linéaires (…) qui accueilleront de nombreuses espèces établies ou en déplacement jusqu’aux corridors discontinus… » (CLERGEAU et BLANC, 2013). Le terme « corridor » a ainsi été utilisé pour décrire des couloirs paysagers : ceux-ci sont constitués d’éléments de paysages divers, continus ou discontinus, qui offrent une couverture suffisante pour constituer un réseau d’espaces verts. Ces couloirs visent à maintenir ou à restaurer un certain degré de cohésion dans les écosystèmes aquatiques constitués de ripisylve le long des berges des rivières et des ruisseaux urbains. Dans cet article nous traitons donc de cette mise en corridor écologique.

6Ce processus est ensuite engagé dans les villes méditerranéennes, avec le projet phare de régénération du « Port Vell » en 1992 à Barcelone, le projet « Euroméditerranée » à Marseille, puis à partir des années 2006 par la mise en projet de requalification des fronts deau dans les capitales maghrébines au moment du décollage métropolitain et de larrivée en force des investisseurs arabes du Golfe. Ainsi, Dubaï Holding a signé avec les autorités marocaines et tunisiennes pour la construction dune marina à Casablanca et laménagement des berges du Lac Sud à Tunis. Al Maabar d’Abou Dhabi a pris également part à un partenariat stratégique avec le Maroc pour l’aménagement de la première tranche de la vallée de l’oued Bouregreg à Rabat. Par ailleurs à Alger, le groupe émirati Emaar a manifesté son intérêt pour l’aménagement de la baie d’Alger, avant de se retirer en 2009 en raison des hésitations du gouvernement algérien.

7Selon les contextes, le niveau de réponse à l’injonction de renaturation des cours d’eau urbains reste très disparate. En effet, les interventions relèvent principalement d’une approche empirique (BRUN et al., 2014). Si nous pouvons postuler que les « corridors écologiques » constituent des éléments structurants d’une approche de régénération urbaine basée sur la nature, qu’en est-il de l’opérationnalité de cette approche et des pratiques effectives d’aménagement ?

1.2 - De la conservation à l’aménagement urbain

8Ces « éléments linéaires du paysage » se définissent par leur propriété principale de liaison entre des zones d’habitats naturels (SOULÉ et GILPIN, 1991), (ROSENBERG et al., 1997), (HÉBERT-MARCOUX, 2009). Plusieurs études (F. BUREL et J. BAUDRY, 1999 ainsi que L.M. PUTH et K.A. WILSON, 2001) soulignent l’importance de la connectivité des corridors dans le paysage, notamment parce qu’elle permet de canaliser les flux écologiques à différentes échelles du territoire. 

9Les corridors écologiques sont conçus comme une solution à la fragmentation des milieux naturels. Leur potentiel de conservation de la biodiversité en ville se double d’un enjeu de qualité de vie pour les citadins. Ils sont en effet supposés améliorer la qualité de vie urbaine par l’amélioration quantitative et qualitative des espaces verts qui peuvent aussi servir de lieux de détente et de loisirs. Sur un autre registre, les corridors peuvent aussi être pensés dans un objectif de gestion des eaux pluviales et comme un moyen de restructuration de l’espace urbain. Ils ouvrent ainsi des perspectives nouvelles et offrent des opportunités pour un aménagement urbain prenant en compte des enjeux environnementaux, paysagers et sociaux (BRUN et al., 2014)

10Au-delà de l’objectif de restauration du système écologique et de la biodiversité par un retour à un état antérieur d’intégrité écologique, il s’agit de considérer le cours d’eau comme une ressource à la fois matérielle et immatérielle, esthétique et fonctionnelle (BONIN, 2007). Cette idée est défendue par P. CLERGEAU (2007) qui affirme que « prendre en compte l’environnement dans la ville, ce n’est plus seulement prendre un ensemble de mesures de précaution pour ne pas polluer ou ne pas dégrader. Cela revient aussi à mettre en place des actes de construction et de renforcement des espaces naturels avec l’objectif de pouvoir contempler des espèces végétales et animales et de pratiquer la nature. La création de l’espace vert pour des seules causes hygiénistes et esthétiques semble donc dépassée ». Ainsi, les projets de reconquête des cours d’eau urbains correspondent à une action volontariste des pouvoirs publics, souvent planifiée en lien avec une stratégie de requalification urbaine plus globale (BRUN, 2011), avec des visées multiples allant de l’aménagement paysager et récréatif à la valorisation du foncier, ou encore à la conservation du patrimoine (MARSHALL, 2001 ; BARVE et SEN, 2011).

1.3 - Contextes réglementaires comparés

  • 1 Plan-bleu : Environnement et développement en Méditerranée : www.planbleu.org/

11Les initiatives nouvelles concernant les cours d’eau urbains soulèvent ainsi des enjeux multidimensionnels. Le regain d’intérêt pour l’écologie et pour l’amélioration de la qualité environnementale en ville s’accompagne aujourd’hui d’adaptations juridiques et réglementaires qui encouragent les aménageurs à mieux prendre en compte les questions de développement durable dans les projets urbains. Des bilans institutionnels (CAT-MED, 2012 et Plan bleu1) et travaux de recherches récents portant sur la diffusion des démarches de développement durable dans les villes méditerranéennes soulignent les points communs dans l’ingénierie de ces projets urbains (BARTHEL et ZAKI, 2011 ; ZAKI, 2011 ; MESINI, 2012 ; LAGANE, 2013). Plusieurs études montrent les difficultés particulières que soulèvent la maitrise d’ouvrage, liées au portage politique des projets, à l’apprentissage difficile de la transversalité et à l’insuffisance de la pratique de la participation (BELLANTE et al., 2013). Dans le cas français, ces difficultés ont notamment été relevées à propos de Marseille et de la Communauté du Pays d’Aix.

  • 2 Schéma régional de cohérence écologique (SRCE) ; Plan d’aménagement et de développement durable ( (...)

12En France, l’évolution législative a été marquée par la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (SRU), adoptée en 2000 et portant de nouvelles exigences en matière de développement durable. Elle est renforcée depuis 2007 par les lois dites « Grenelle de l’environnement » qui ambitionnent de rénover la politique française en matière d’environnement, en particulier pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre, protéger ou restaurer la biodiversité. Plusieurs documents complémentaires de planification et d’urbanisme2 complètent la boîte à outils permettant la prise de décision, la conception et la programmation de l’action urbaine.

13À Marseille, le Schéma de cohérence territoriale communautaire (2012) et le récent Plan local d’urbanisme (2013) constituent le cadre pour la concrétisation du développement durable. En plus de ce contexte réglementaire, le ruisseau des Aygalades s’inscrit dans le cadre d’un grand projet spécifique, à savoir l’extension de l’opération d’aménagement Euroméditerranée (requalification des quartiers portuaires de Marseille) incluant un des 19 projets français d’Eco-cités soutenus par l’État.

14Vu du côté de la rive sud de la Méditerranée, l’ouvrage de P-A. BARTHEL et L. ZAKI (2011) Expérimenter la ville durable au sud de la Méditerranée analyse l’insertion du nouveau référentiel du Développement durable dans l’action urbaine de la région. L’amorce de ce changement de paradigme des politiques urbaines est observée depuis les années 2000 au travers d’une multiplication de grands projets urbanistiques. Leur mise en œuvre est caractérisée cependant par des situations souvent conflictuelles, et les ajustements juridiques devant accompagner ces nouvelles modalités d’action rencontrent de nombreux blocages. Dans cette perspective, l’ouvrage Villes réelles, villes projetées : villes maghrébines en fabrication, dirigé par N. BOUMAZA (2006) illustrait déjà les décalages observés dans les processus de fabrication des métropoles du Maghreb entre la vision projetée et la réalité de l’action urbaine. Dans ce contexte, les pouvoirs centraux intègrent désormais à leur agenda politique les impératifs du développement durable, malgré une prise de conscience tardive des enjeux globaux et locaux de la durabilité. Au Maghreb, la prise en compte de ces enjeux dépend fortement des modes de gouvernance, du développement économique et des singularités socio-culturelles de chaque pays. L’émergence au sud de la Méditerranée de modèles urbains «durables», souvent perçus localement comme un « luxe », est principalement liée aux opportunités offertes par les coopérations internationales (SOUAMI, 2011). Depuis les années 1990, le rôle d’acteurs internationaux, comme la Banque mondiale et des agences de coopération est important dans le processus de réappropriation de « bonnes pratiques » pour la conduite et la gestion des projets urbains, en particulier la promotion de la « participation » conçue comme approche corollaire au concept de durabilité (SAFAR ZITOUN, 2011).

  • 3 Loi n°01.20 relative à l’aménagement et le développement durable du territoire, 2001. Loi n°03.10 (...)
  • 4 Notamment l’Observatoire national de l’environnement et du développement durable (ONEDD) en 2002, (...)
  • 5 Stratégie nationale de l’environnement (2002), Plan national d’action pour l’environnement et le (...)
  • 6 Propos du directeur des travaux de l’Oued El Harrach (projet M24), Cosider TP. Entretien réalisé (...)

15En Algérie, la prise en charge du développement urbain durable, et notamment de son volet environnemental, est apparue dans les années 2000 avec la promulgation de textes juridiques3, la création du ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement (MATE) en 2001 et d’autres structures en charge de l’environnement4, l’élaboration de plans et de stratégies pour l’environnement5 (BEREZOWSKA-AZZAG, 2011). Toutefois, l’application effective des principes du développement durable tarde à voir le jour en l’absence de textes opératoires et d’outils appropriés. Ce n’est qu’à partir de 2011, avec la mise en application du plan stratégique d’Alger suite à la révision du Plan directeur d’aménagement et d’urbanisme (PDAU), que les questions environnementales ont enfin pu être traitées de façon sérieuse. Les actions envisagées concernent des opérations prioritaires de dépollution, de verdissement et de réhabilitation écologique. L’objectif prioritaire et spécifique qui était à la base du projet de l’Oued El Harrach émanait également d’un besoin pressant de sécuriser les riverains face au risque d’inondation, d’où l’ampleur des travaux hydrauliques engagés. Le volet paysager, bien qu’il représente 60 % du montant global de l’opération, est considéré comme la résultante d’un processus d’aménagement6.

Tableau 1 – Dimensions comparées des deux projets

Tableau 1 – Dimensions comparées des deux projets

Source  M. SRIR

2 - Le projet de Oued El Harrach ou l’esquisse d’un « couloir écologique structurant7 »

  • 7 Selon le Plan directeur d’aménagement et d’urbanisme PDAU d’Alger (WILAYA D’ALGER, 2011).

16Dans sa course à la métropolisation, Alger ambitionne de se positionner comme « perle » de la Méditerranée à lorée 2029. Cet objectif annoncé par le wali dAlger lors du lancement des travaux de dépollution de lOued El Harrach est soutenu par un plan stratégique qui présente pour la première fois une vision élargie et inscrite dans le long terme pour le renouvellement de la capitale (Europemaghreb, 2012). Cette opération d’envergure se base ainsi sur la requalification des berges de l’oued qui offrira l’image d’une nouvelle centralité au cœur de la baie d’Alger.

  • 8 Monsieur Hocine Necib.
  • 9 Monsieur Smain Amirouche.

17Ainsi, le fleuve emblématique des algérois, connu surtout pour sa pollution et ses mauvaises odeurs, est en passe de devenir l’un des grands projets du siècle à Alger : l’aménagement de l’oued en cours constitue une révolution urbanistique, sur un territoire en déshérence souffrant depuis des décennies de la pollution et du paysage industriel. Les travaux confiés au groupement algéro‑coréen  Cosider TP et Daewoo E&C (VIES DE VILLES, 2012) ont démarré officiellement en juin 2012 et la livraison est prévue en décembre 2015. Bien que l’horizon du plan stratégique se fasse de plus en plus lointain, le projet de l’oued avance « correctement » selon le ministre8 des Ressources en eau et le directeur9 des Ressources en eau de la wilaya d’Alger (APS, 2014).

2.1 - Contexte géographique (fig. 3)

Fig. 3 - L’oued El Harrach au cœur de la baie d’Alger

Fig. 3 - L’oued El Harrach au cœur de la baie d’Alger

Source : M. Srir, 2014

  • 10 Massif montagneux au sud d’Alger.

18L’oued prend sa source dans l’Atlas blidéen10. Il parcourt 67 km et occupe un bassin hydraulique amont/aval de plus de 1 200 km2. Son sous bassin maritime constitué de la plaine de la Mitidja et du versant du sahel s’étend sur 600 km2 avec une pente variant de 0 à 3 %. Il traverse les communes algéroises (Mohammadia, Hussein Dey, El-Harrach, Bourouba, Baraki, Gué de Constantine, Saoula, Sidi Moussa, Birtouta, Ouled Chebel) sur 18,2 km jusqu’à l’exutoire. Dans sa partie urbaine, il conserve encore quelques poches de ripisylve le long de ses berges sur 2,5 km environ du dernier tronçon de son parcours. À partir de l’exutoire, la majeure partie de l’oued sur le territoire algérois est masquée par des bâtiments, entrepôts et usines, affectant l’attractivité du site pourtant situé au centre des zones fonctionnelles. L’oued est ensuite bordé de parcelles plantées et de bidonvilles qui se sont établis aussi dans ses méandres. Dans la zone urbaine, l’accès à l’oued est pratiquement empêché par les clôtures des industries toujours en activité et le passage de la voie ferrée.

19Dans un passé très récent (les années 1970), l’oued était encore navigable ; on y pratiquait la nage et la pêche à la mouche (AROUA, 2012). Les berges offraient un lieu unique de villégiature pour pique-niquer les week-ends. Une belle époque que les riverains regrettent avec amertume en évoquant l’état actuel de leur oued mythique. L’oued souffre de la forte pollution de ses eaux, complètement noircies notamment à partir de la localité de Birtouta, en raison des rejets domestiques et industriels qui participent à la formation de boues noires fétides sédimentées le long de l’oued et à l’embouchure. Cet état écologique très médiocre, associé aux odeurs irrespirables qui s’en dégagent menace la santé publique et l’environnement des localités attenantes. Une étude, menée par l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) en 2005 a révélé une présence très élevée de polluants chimiques (plomb, chlore, zinc et chrome) avec des taux 30 fois supérieurs à la moyenne acceptable et 400 fois supérieurs aux normes de l’Organisation mondiale de la Santé (YOSHIDA et al., 2005 ; ONEDD et JICA, 2007).

Fig. 4 : Pollution de l’oued

Fig. 4 : Pollution de l’oued

Anciens entrepôts et usines en activités déversant leurs rejets directement dans l’oued, ce qui engendre l’étranglement du lit et augmente le risque d’inondation. Vue du pont blanc de la localité d’El Harrach.

Source : M. Srir, décembre 2014

2.2 - Des objectifs environnementaux aux retombées urbanistiques

20À l’échelle de la ville, le projet prévoit la réhabilitation d’un corridor écologique sur près de 19 km. Les berges de l’oued seront ainsi agrémentées d’une végétation variée et adaptée et son cours accueillera tout au long de l’année des barques de plaisance. Les travaux de reprofilage et de recalibrage hydrauliques visent notamment la réduction des risques d’inondation : il s’agit d’élargir des sections de son lit pour passer à des largeurs effectives entre 70 m et 210 m (jusqu’à près de 500 m dans certains endroits) permettant de contenir un débit de 2 500 m3/s correspondant à la crue centennale. Les ouvrages hydrauliques prévoient aussi la réalisation d’une station de pompage d’une capacité d’étiage de 90 000 m3/jour pour refouler les eaux épurées sur une longueur de 12 km. Ces travaux visent aussi à réactiver la fonction de navigation de l’oued sur une distance de 6 km jusqu’au centre‑ville d’El Harrach. Deux systèmes de suivi permanent sont envisagés : l’un pour le contrôle et la surveillance de la qualité de l’eau et l’autre pour prévenir les crues.

21Les aménagements portent par ailleurs sur des structures sportives et de loisirs. Il est ainsi prévu de réaliser 16 terrains de sport de proximité, trois piscines en plein air et des espaces de jeux pour enfants. Des cheminements piétonniers et près de 40 km de pistes cyclables sont également annoncées.

22Afin de réhabiliter les fonctions écologiques de l’oued, trois jardins filtrants sous forme d’étangs et de lagunes naturelles sont prévues le long du parcours prioritaire sur une surface aquatique de près de 193 m2. Les plantations sont choisies pour leurs qualités dépolluantes. L’option d’une zone humide est également retenue, à l’emplacement actuel des bidonvilles de la commune de Gué de Constantine (MAGHREBEMERGENT, 2014).

Fig. 5 – Travaux hydrauliques de reprofilage et de recalibrage de l’oued El Harrach.

Fig. 5 – Travaux hydrauliques de reprofilage et de recalibrage de l’oued El Harrach.

Source : M. Srir, décembre 2014

Fig. 6 – Plan d’aménagement du jardin filtrant (no 3) et du parc aquatique dans la localité de Baraki

Fig. 6 – Plan d’aménagement du jardin filtrant (no 3) et du parc aquatique dans la localité de Baraki

Source : Direction des ressources en eau de la wilaya d’Alger

23Les cours d’eau sont définis par le PDAU comme des « zones tampons qui correspondent à des couloirs écologiques structurants et cruciaux dans le processus de requalification et de valorisation du paysage ». LOued El-Harrach serait ainsi « un axe structurant de requalification du territoire de la Wilaya dAlger », qui doit permettre par son insertion géographique de valoriser les quartiers urbains limitrophes (WILAYA D’ALGER, 2010).

24L’oued passe par trois polarités urbaines : Mohammadia, El Harrach et la polarité naissante de la commune de Baraki. Ces trois communes sont désormais touchées par les nouvelles restructurations et accueillent plusieurs projets prioritaires qui sont en cours de réalisation : la grande mosquée d’Alger, le musée de l’Afrique, l’aménagement du front de mer, le nouveau complexe sportif international -Stade de Baraki-, le pôle urbain d’El Harrach/Baraki et le parc urbain d’El Harrach. Des retombées positives sont attendues sur les plans de l’attractivité des entreprises, du tourisme d’affaire, de l’ouverture à l’international et de la création d’emplois, impliquant cependant de nouvelles pressions urbaines et environnementales.

25L’intervention sur l’embouchure de l’oued, premier élément d’articulation du couloir vert avec la baie d’Alger, s’inscrit comme un facteur déclencheur de la requalification environnementale. Ce moment important vise à assurer une continuité urbaine et paysagère entre les berges du fil d’eau et les aménagements du waterfront « Les Sablettes » sur la baie (fig. 7).

Fig. 7 : Plan d’aménagement de l’embouchure de l’oued

Fig. 7 : Plan d’aménagement de l’embouchure de l’oued

Source : Direction des ressources en eau de la wilaya d’Alger

Fig. 8 – Aménagements livrés de la rive gauche à l’embouchure de l’oued sur la baie

Fig. 8 – Aménagements livrés de la rive gauche à l’embouchure de l’oued sur la baie

Source : M. Srir, décembre 2014

2.3 - L’Oued au cœur des priorités métropolitaines

26Le projet de renaturation de l’oued s’inscrit donc dans un projet urbain plus global, s’apparentant à la génération des grands projets urbains menés dans les grandes villes maghrébines telles que Casablanca, Rabat ou Tunis qui expérimentent ce nouvel urbanisme autour des fronts et des cours d’eau (BARTHEL et MOULOUDI, 2009 ; MOULOUDI, 2009). Ce nouveau territoire, bien qu’inscrit dans la rhétorique de la nature en ville et de la qualité de vie pour les riverains, soulève beaucoup de questionnements. Certes, des objectifs environnementaux sont affichés et se déclinent en une série d’actions d’aménagement ; néanmoins, les objectifs socio-économiques et ceux de gouvernance restent imprécis.

27Avec l’appui du gouvernement central, le wali (en sa qualité de délégué de l’État) demeure le véritable porteur du projet métropolitain. Les directions sectorielles de la wilaya d’Alger agissent comme maîtres d’ouvrage délégués, sans pour autant qu’une coordination intersectorielle soit assurée, d’où les conflits de prérogatives observés entre les services de la wilaya et ceux des ministères concernés. L’implication par exemple de la direction de l’environnement relevant du Ministère de l’aménagement du territoire et de l’environnement (MATE) ou celle de la ville du Ministère de l’habitat, de l’urbanisme et de la ville (MHUV) est exclue. Les décisions stratégiques relèvent largement du domaine du pouvoir central qui reste l’acteur principal dans la production de la ville (SIDI BOUMEDINE, 2006).

  • 11 Citons par exemple la holding semi-privée CDG Développement pour la corniche de Rabat et la marin (...)

28En ce qui concerne la gestion du projet, il est envisagé de mettre en place une Société de développement d’Alger (SDA), à l’instar des Sociétés d’économie mixte (SEM) et des structures dédiées d’aménagement en charge de la plupart des grands projets maghrébins11 (SIGNOLES, 2006 ; BARTHEL, 2008). Cette entreprise publique économique (EPE) sous tutelle de l’État sera chargée de piloter et de coordonner les projets du plan stratégique. Elle est susceptible entre autres de générer des recettes récurrentes à travers des montages financiers et des partenariats public-privé. Son installation butte toutefois sur des blocages d’ordre structurel, juridique et politique.

  • 12 Lors de l’émission « Invité du Direct » de RadioM, du 09 septembre 2014, disponible sur : http:// (...)

29La structure institutionnelle de la ville d’Alger donne peu de poids au rôle des assemblées populaires communales (APC) face à l’administration. Pour l’architecte Larbi Merhoum12, les avancées constatées au début du lancement du plan stratégique avaient laissé présager une certaine « démocratisation de la décision » ; mais celle-ci a vite disparu en labsence dun « arbitrage démocratique » et dadhésion de la part de la population et des élus locaux. Larchitecte pense que la faiblesse de ce projet réside dans le fait « quil a été porté par lancien wali dAlger », et que le départ de ce dernier risque de « dévier le projet d’un certain nombre de décisions stratégiques qui ont été annoncées ». Ceci témoigne dun manque de continuité dans la planification publique et de labsence doutils intégrés permettant de consolider les décisions prises.

30Mises à part quelques séances de discussion avec les riverains au moment de la maturation des études ou du lancement des chantiers, il n’y a pas eu de véritable concertation. La communication sur le projet se limite souvent à du marketing territorial à travers des panneaux publicitaires géants implantés au-devant de chaque chantier ; mais les autres moyens d’information interactive (sites web, dépliants, affichage, forum….) sont déficients.

  • 13 Voir commentaires des internautes à propos de la vidéo : Projet d’aménagement de Oued El-Harrach - (...)

31La revue Vies de Villes a consacré un dossier au projet dans un numéro spécial portant sur le plan stratégique paru en juillet 2012 (hors-série n3). De son côté, la wilaya a organisé une exposition d’information, mais celle-ci n’a pas été suffisamment médiatisée ; elle a vite été fermée au public en 2013 suite au remplacement du wali et au changement de vision qui l’a accompagné. Le public a été très sceptique à l’annonce du projet, ne croyant guère à l’idée utopique de voir l’oued dépollué en l’espace de 24 mois13 ! Toutefois, les premiers aménagements ouverts sur la baie du côté de l’embouchure n’ont pas laissé indifférents les milliers de visiteurs qui ont pris d’assaut ces espaces de détente. Cependant, une crainte se fait jour parmi la population riveraine modeste qui soupçonne que ce projet entraîne une augmentation des valeurs immobilières, développe la spéculation et qu’il implique un déplacement des habitants pauvres.

2.4 - Le projet entre ambitions et contraintes du terrain

  • 14 L’idée est d’enclencher la régénération de l’ensemble de la ville en agissant sur un site particu (...)
  • 15 Décret exécutif n°14-63 du 9 février 2014 portant déclaration d’utilité publique l’opération rela (...)

32Les actions sont actuellement limitées au périmètre immédiat des rives qui attendent des aménagements permettant de les relier via des ponts et passerelles. Mais la contrainte foncière peut entraver cet objectif car les industries présentes occupent de grandes assiettes et laissent peu de marge de manœuvre pour créer des liaisons physiques ou des échappées visuelles. La « contamination positive »14 (EL WATAN, 2012), attendue à l’arrière-plan où le tissu est plus dense, s’avère ainsi problématique en l’absence d’une vision plus large sur la régénération des quartiers avoisinants. Par ailleurs, ce n’est pas le foncier urbain qui constitue la plus forte contrainte à la mise en œuvre du projet, car les berges sont non aedificandi (EL WATAN, 2013). En revanche, les exploitants des terrains agricoles s’y opposent fortement et bloquent l’avancement des chantiers sur le troisième pôle de l’oued (EL WATAN, 2012). Face à ce blocage, deux années après le lancement des chantiers, l’État algérien promulgue un décret exécutif15 déclarant le caractère d’utilité publique et d’intérêt général du projet, permettant ainsi de recourir à l’expropriation.

  • 16 Entretien avec A. Benaissa, architecte-urbaniste, expert en management des projets territoriaux e (...)

33En ce qui concerne la gestion des eaux usées industrielles, la mise en œuvre opérationnelle est également complexe. D’un côté, l’assainissement des rejets provenant des 473 unités réparties sur les quatre zones industrielles (Oued Smar, El Harrach, Gué de Constantine et Baba Ali) s’avère très coûteux (LIBERTÉ, 2013). De l’autre, le principe de pollueur-payeur est difficilement applicable en raison du nombre important de petits industriels qui ne peuvent assumer les charges supplémentaires afférentes. Ces derniers sont très ancrés localement et offrent des emplois aux populations locales. Les porteurs de projet considèrent qu’ils ne peuvent de ce fait être délocalisés au risque de créer d’autres problèmes socio-économiques induits par la suppression ou le déplacement des emplois. Après négociations, le compromis trouvé stipule que l’État finance deux unités de prétraitement moyennant une imputation aux industriels concernés au prorata de leur production de déchets liquides16.

34Au niveau du quartier des Trois-Caves, considéré comme une zone inondable, plus de 2000 habitations individuelles sont établies sur la lisière de l’oued sans que l’État ne puisse intervenir en l’absence de documents d’urbanisme (FERNINI‑HAFFIF, 2008). Les pouvoirs publics finissent par abandonner l’idée de leur déplacement devenu trop complexe, voire impossible, et procèdent à la viabilisation de cette zone. Ainsi, un ouvrage en béton de 4 km sera construit pour protéger le quartier.

35En attendant la dépollution définitive de l’oued prévue pour 2016, un procédé innovant dénommé « Projet Jasmin » (LIBERTÉ, 2013) devrait atténuer les odeurs méphitiques qui se dégagent tout au long du cours deau. La technique consiste en la brumisation dun gel à partir de conduites installées le long des ponts principaux, le gel est appliqué aussi sur les rochers du côté de lembouchure. Une réduction appréciée des odeurs a été signalée par la population interrogée lors dune enquête menée en 2009 par une équipe de la Société des eaux et de lassainissement dAlger (SEAAL) avec lappui de Suez Environnement et de lUniversité Paris V (LAZAROVA et al., 2012). Mais cette efficacité reste temporaire et restreinte aux endroits où le dispositif requis a été installé. En outre, ce palliatif mériterait d’être étudié afin de s’assurer de son caractère inoffensif pour l’environnement et la santé humaine.

4 - Le ruisseau des Aygalades, un projet de « jardin submersible17 » au cœur de l’opération Euromed 2 

4.1 - Le label EcoCité

  • 18 Intervention de Mr Guy Teissier, président d’Euroméditerranée lors du colloque « Les entretiens p (...)

36 Il sagit de reconstruire des continuités vertes et bleues, de maîtriser les risques dinondations et de corriger le déficit despaces verts (rééquilibrer la présence végétale entre le Nord et le Sud de la ville). Le parc des Aygalades : pensé comme une première pièce significative dans la géographie de la vallée des Aygalades 18.

Fig. 9 – Les secteurs de l’opération Euroméditerranée 2

Fig. 9 – Les secteurs de l’opération Euroméditerranée 2

Source : www.euromediterraneeacte2.fr

  • 19 Label du ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement.

37Comme 18 autres périmètres dans les villes françaises, Marseille a obtenu le label EcoCité 19 en novembre 2009 pour financer et valoriser l’opération d’extension du projet d’intérêt national Euroméditerranée. Euromed 2 poursuit deux objectifs principaux : créer une nouvelle centralité à Marseille et innover dans une logique de développement durable.

38Le parc des Aygalades, le long du ruisseau, constituera l’épine dorsale de tout le périmètre, où sera créé un pôle multimodal renforcé par le prolongement du métro. Le marché aux puces, haut lieu économique populaire des quartiers nord marseillais, sera réorganisé et sans doute déplacé. Les quartiers seront intégralement restructurés, autour d’un projet pilote en matière d’habitat durable et d’innovation technologique (îlot Allar).

39Ces actions correspondent à la volonté de rééquilibrage du développement de la ville vers le nord, tout en assurant la continuité avec la partie sud. Le programme établi vise l’accueil de 30 000 nouveaux habitants et 14 000 logements neufs dont 20 à 30 % de social, avec un nombre d’emploi en augmentation de 20 000 postes.

40La vision de l’EcoCité s’appuie sur quatre lignes directrices qui se déclinent sur l’ensemble du territoire de l’extension :

  • Recréer la ville sur elle-même en récupérant des friches à hautes potentialités.

  • Renforcer l’identité méditerranéenne du territoire : le projet ambitionne d’établir un modèle éco-conçu de la ville méditerranéenne et d’en éprouver l’opérationnalité.

  • Mettre en œuvre un laboratoire urbain de la ville durable : La démarche EcoCité se veut une démarche expérimentale à l’échelle du périmètre d’Euroméditerranée qui appelle des réponses spécifiques en matière de développement durable. Le projet cherche à mettre en œuvre des procédés à la fois innovants et low cost pour l’écoconception (COUARTOU, 2014). Les logements seront passifs (conception bioclimatique basée sur l’orientation, l’exposition et l’isolation, la ventilation naturelle, les ombres et protections solaires extérieures, les énergies renouvelables, etc.) ; une boucle de thalassothermie assurera l’alimentation en énergie par la création de réseaux de chaud et de froid basés sur l’énergie géothermique marine ; le parc urbain des Aygalades jouera aussi la fonction naturelle de rétention des crues par temps d’orages.

  • Redynamiser les quartiers en déclin par un développement des quartiers périphériques à la fois créateur d’emploi, de mixité sociale et de qualité environnementale. Le défi réside dans leur connexion au centre-ville et leur réinsertion dans une trame d’espaces publics via les réseaux de transport en commun (actuellement déficients).

4.2 - Le cours d’eau refait surface

41Le ruisseau des Aygalades, «les eaux» en provençal, est le nom du cours d’eau du quartier homonyme qui parcourt les quartiers nord de Marseille (Saint‑Antoine, Saint‑Joseph, Sainte‑Marthe, Le Canet et Saint‑Louis) et se déverse dans la Méditerranée. Le projet de renaturation s’inscrit dans le cadre de l’opération Eco-Cité projetée par l’établissement public Euroméditerranée. Imaginé par l’architecte François Leclercq, il prévoit de rendre à l’air libre le cours d’eau partiellement enterré et canalisé. Le projet est fortement marqué par l’objectif de créer à la fois un espace vert de récréation et un réceptacle naturel des eaux. Les enjeux majeurs de cette opération relèvent donc de plusieurs problématiques croisées : pollution, biodiversité, usages et enjeux hydroclimatiques et paysagers20.

  • 21 Visite sur site effectuée en juillet 2014.

42Situé dans les quartiers nord de Marseille, le territoire d’intervention de 170 ha – jusqu’alors abandonné – a constitué l’arrière-plan de la zone portuaire depuis le xixe siècle. Il est occupé dans sa majeure partie aval par un faisceau de voies ferrées et des installations industrielles et ferroviaires peu attractives et partiellement en friche. Les quartiers offrent aujourd’hui le visage d’un territoire mal desservi et un cadre bâti dégradé où prédomine un sentiment de non sécurité21.

Fig. 10 – Sites qui s’apparentent à un no man’s land et un caractère de transit renforcé par des activités en déclin

Fig. 10 – Sites qui s’apparentent à un no man’s land et un caractère de transit renforcé par des activités en déclin

De gauche à droite et d’en haut en bas : anciens ateliers des travaux électriques, parc des Aygalades séparé du ruisseau par une clôture, plate-forme de réception et de tri des déchets végétaux et des gravats, déchèterie Marseille nord

Source : M. Srir, juin 2014

43Le ruisseau, dévalant depuis les massifs de l’Étoile et de la Nerthe, passe par la Cité des arts de la rue « qui domine une cascade singulière s’écoulant sous le site de l’ancienne savonnerie l’Abeille » (ALLAIRE, 2014). Il traverse les quartiers nord dans un couloir formé par l’avenue des Aygalades à l’est et les rues Augustin Roux, chemin de la Commanderie et rue de Lyon à l’ouest, puis pénètre la gare du Canet où il est enfoui dans un canal souterrain jusqu’à l’exutoire en mer (dans la darse n64 du bassin d’Arenc du grand port de Marseille). Il draine les eaux de ruissellement en provenance d’un bassin versant d’environ 45 km2 et peut supporter un débit centennal de 130 m3/s. Cette capacité a été renforcée après des travaux récents de recalibrage.

44La réalisation de ce futur parc de 14 ha (sur 2 km de linéaire pour le secteur Euromed 2 et près de 8 km de trame verte à l’échelle du parc du vallon des Aygalades), sur le site de l’actuelle gare du Canet, sera entamée en 2017 et devrait être achevée à l’horizon 2030. Le site nécessite d’importants travaux de dépollutions des sols et de déplacement des infrastructures ferroviaires qui soulèvent de nombreux problèmes et contestations.

45Toutefois, des travaux sont engagés en 2014 ; il s’agit du prolongement du métro et de l’aménagement du parc Bougainville dans la limite sud de l’opération (entre le boulevard de Lesseps et la rue d’Anthoine). Cet aménagement de 4 ha abritera des structures sportives, des pistes cyclables, des zones de détente et des activités ludiques.

4.3 - La vision du politique VS la réalité du terrain

46Le projet de requalification vient donc projeter une vision et un argumentaire de développement durable sur le renouvellement urbain. Il s’inscrit dans une stratégie qui vise à lutter contre l’étalement urbain et à préserver ainsi les paysages naturels autour du centre d’agglomération. Toutefois, le projet suscite des controverses et des interrogations de la part de plusieurs acteurs, notamment des groupes de professionnels et d’habitants, dont témoignent nombre d’articles de presse et de réactions dans la presse locale et les forums citoyens22. Le projet saura-il répondre réellement et dans les délais aux exigences de durabilité du territoire marseillais ? Les objectifs environnementaux seront-ils conjugués aux exigences socio-économiques pour plus d’équité territoriale et sociétale ? Le projet permettrait-il aux quartiers dits sensibles d’intégrer la nouvelle configuration urbaine ? La population démunie des quartiers nord peut-elle profiter des activités tertiaires de haut niveau et du standing des nouvelles cités résidentielles qui sont prévues ?

47Le discours officiel présente le projet comme une ville durable exemplaire à l’échelle de la Méditerranée. D’ailleurs, les plans de l’architecte François Leclercq ont obtenu le label EcoCité grâce notamment à l’aménagement du parc des Aygalades. L’opération constituerait selon les décideurs publics un véritable nouveau centre de Marseille qui contribuerait à la hisser au rang des Top 20 des métropoles européennes (EPA EUROMÉDITERRANÉE, 2011).

Fig. 11 – Plan guide du projet.

Fig. 11 – Plan guide du projet.

Source : www.euromediterraneeacte2.fr

48Cependant, une autre réalité émerge du terrain. La question de délocalisation de la plateforme logistique de la gare du Canet, fermée depuis 2008, ne semble pas être résolue. Or, c’est sur son périmètre que le ruisseau doit refaire surface. La réalisation du terminal de Mourepiane23 sur le port qui devait recevoir les nouvelles installations ferroviaires semble buter sur des blocages d’ordres techniques et financiers notamment.

49S’ajoutent à cela des renvois de responsabilité entre les propriétaires du foncier sur le site du Canet, en l’occurrence les entreprises de la Société Nationale des Chemins de Fer français (SNCF) et des Réseaux ferrés de France (RFF), et entre les responsables d’Euroméditerranée. Ces derniers attendent la libération des terrains alors que la SNCF et RFF n’envisagent pas de déménager avant la réception du nouveau site sur le port. Or, sur le plan juridique, il y a une incompatibilité entre des activités ferroviaires et le statut de domaine public maritime du site de Mourepiane qui relève des compétences douanières. L’absence de hangars de stockage sur le port complique encore la situation.

Fig. 12 – Infrastructures ferroviaires de la gare de Canet en instance de libération

Fig. 12 – Infrastructures ferroviaires de la gare de Canet en instance de libération

Source : M. Srir, juin 2014

50Au-delà des problèmes techniques, la population, préoccupée par la situation urbaine et économique de la ville, s’est mobilisée pour dénoncer une « aberration environnementale24 » qui va contribuer à l’augmentation des nuisances et des déséquilibres entre les parties nord et sud de la ville. Les habitants des cités de Consolat et les riverains du bassin de Séon craignent une détérioration irréversible de leurs conditions de vie et des répercussions pouvant même altérer les massifs de la Nerthe pour les besoins de transport et de stockage des conteneurs. Le parc aura peut-être des conséquences positives sur la circulation et la mobilité locale aux alentours de son périmètre, mais le projet risque de repousser vers le nord le trafic des poids lourds qui pose a priori beaucoup de problèmes. Les connexions avec ces quartiers restent floues, ce qui nourrit les doutes des habitants sur l’aboutissement de cette opération. L’option du terminal de Mourepiane ne semble donc pas automatique. Reste à trouver un lieu de rechange.

51Le collectif des quartiers Nord de Marseille, bien que conscient de l’effet recalibrant du projet sur l’espace urbain, s’indigne toutefois du fait que ces opérations de rénovation risque de remplacer la population d’origine défavorisée, incapable de suivre les augmentations de loyers et charges, par une population plus aisée. Tout l’enjeu est donc dans « le niveau d’acceptabilité sociale de ces transformations et le niveau de renouvellement de la population, sur lequel repose pour une bonne part tout le projet » (BERTONCELLO et DUBOIS, 2010).

52Enfin, ceci donne un aperçu des priorités des Marseillais: qui s’inquiètent d’abord des problèmes de salubrité et d’incivilité plutôt qu’environnementaux ; c’est par ailleurs ce qu’a révélé une étude réalisée par la méthode de « focus groupe » pour analyser les discours des habitants sur les trames vertes dans trois villes françaises : Marseille, Paris et Strasbourg (CLERGEAU et BLANC, dir., 2013).

5 - Champs d’action et d’inaction communs

53L’approche comparative appliquée aux deux exemples montre que la réhabilitation des couloirs écologiques en ville constitue une source de renouveau pour des espaces urbains en déshérence. Ce travail nous conduit à formuler plusieurs hypothèses pour expliquer les avantages, les difficultés et les paradoxes des démarches analysées.

54Le constat commun sur ces territoires délaissés depuis des années par les politiques urbaines est qu’ils se trouvent aujourd’hui au cœur de territoires à enjeux majeurs et deviennent de surcroît des éléments pivots dans la métamorphose des métropoles. Du point de vue des ambitions, les objectifs des deux projets sont variés mais relativement convergents. Il s’agit en priorité de créer, sur un fond public d’investissement économique, un nouveau centre urbain et de rétablir la qualité environnementale devenue un impératif médiatique et une valeur nouvelle de la métropolisation des villes. Les deux cas d’étude semblent partager les mêmes enjeux en termes d’option environnementale de création de parcs urbains qui se rejoignent. Mais si les contraintes techniques peuvent être surmontées dans l’un comme dans l’autre, les tensions socio-économiques restent cependant présentes en force et méritent plus d’attention.

55À Alger, la réflexion sur les réaménagements ne va pas au-delà des rives de l’oued, ce qui peut être justifié par les ouvrages techniques d’envergure qu’il faut réaliser. Leffet dimage est aussi prépondérant dans lapproche globale qui cherche à convaincre par des livraisons partielles de travaux finalisés dans l’urgence.

56Sur ce point, l’approche à Marseille est beaucoup plus complète car le périmètre -bien délimité dès le départ- est subdivisé en secteurs avec des objectifs bien spécifiques et une programmation détaillée. Ainsi, les actions sur les principales zones d’intervention (Parc, Capitaine Gèze, Marché aux puces, îlot Allar, Crottes, Vintimille) sont préalablement identifiées. Les nouvelles infrastructures projetées visent, non seulement le maintien des emplois présents sur les périmètres des deux projets, mais aussi à valoriser les filières green et numérique en offrant aux entreprises 500 000 m2 de bureaux. Cette valorisation entend contribuer à l’amélioration de la qualité urbaine globale du fait de la diversité des espaces et des usages concernés.

57Sur les deux sites, les discours globaux mettent en avant une mise en connexion des projets avec les territoires attenants, en raison de leur position stratégique à la croisée des grands itinéraires d’entrée de la ville de Marseille et en plein milieu de la baie d’Alger. Mais la logique d’insertion semble bien difficile à mettre en pratique. Plusieurs contraintes sont apparues liées à l’accessibilité, aux statuts du foncier et des activités, aux ressources économiques ainsi qu’aux enjeux sociaux. Les options exprimées pour l’équipement et l’insertion d’activités sportives et de loisir, bien qu’elles ne s’opposent pas aux volontés de réhabilitation des fonctions écologiques, obéissent tout de même à des logiques sectorielles qui ne favorisent pas une démarche transversale des opérations.

58Si les projets proclament une démarche de développement durable, la sauvegarde du patrimoine et la mémoire du lieu ne devraient pas être occultées. À Alger, ces objectifs restent en filigrane pour le moment. À Marseille, on envisage de respecter les qualités villageoises du secteur et de préserver l’architecture industrielle existante, à l’image des opérations des docks et du Silo du secteur Euromed 1.

59Mais dans les deux cas, et au stade actuel des opérations, on ne peut pas considérer comme acquis l’objectif de développement durable affiché dans les discours. Le sens donné à la durabilité nest tangible que lorsquil se traduit en termes d’actions concrètes : des actions en matière de qualité de vie, d’épanouissement des riverains, de valorisation des ressources et des activités. À Alger comme à Marseille, les approches de la planification urbaine publique relèvent davantage de la gestion du territoire physique en tant que contenant. La gestion prospective du contenu, à savoir les fonctions économique et sociale, voire identitaire et humaine, est reléguée au second plan (par exemple à Marseille, la question du devenir du marché aux puces). De ce point de vue, les réponses apportées risquent d’être dépourvues de valeurs ajoutées. Pourtant, ces nouvelles dynamiques et les changements induits par les projets recherchent au final la reconnaissance d’un modèle nouveau de faire la ville.

60Enfin, à Alger, la communication et la participation sont pratiquement absentes dans la démarche du projet de Oued El Harrach. À Marseille, si le plan d’aménagement est soumis aux acteurs de la concertation (les habitants, les élus, les associations et les entreprises) pour exprimer leurs points de vue25, le niveau d’implication des citoyens reste insuffisant. 

Conclusion

61La tendance actuelle à la requalification des cours d’eau sert de cadre à l’action publique en faveur du renouvellement urbain et de la qualité de vie à l’échelle des métropoles. Les opérations engagées à Alger et à Marseille pour transformer des espaces riverains délaissés en territoires attractifs peuvent en témoigner. Le concept de corridor écologique peut constituer un outil de gestion voué à la préservation et à la mise en valeur des rivières et des ruisseaux en milieu anthropisé. Cependant, l’enjeu n’est pas seulement écologique ; le corridor – en tant qu’entité inscrite dans un territoire physique et social – est raisonné aussi en termes de ressources, d’usages, d’activités économiques et de services culturels.

62Enclencher un projet d’aménagement urbain par une entrée environnementale suggère que le processus de planification peut résulter d’une démarche globale de durabilité urbaine et intégrer des outils adaptés. Or la mise en œuvre de la ville durable ne sera donc pas effective sans le recours à une réflexion inclusive des enjeux écologiques, socio-économiques, politiques et de gouvernance.

63L’approche comparée au cœur de cet article permet d’une part de confirmer cette relation multidimensionnelle qu’entretiennent les cours d’eau avec leurs environnements biotiques et abiotiques ; dautre part, elle rend compte des logiques de la démarche publique dans sa quête damélioration de la qualité environnementale. In fine, les projets étudiés donnent matière à réflexion sur les modèles de reconquête urbaine basés sur des processus de requalification environnementale. Nos deux cas présentent des résultats partiels mitigés qu’il conviendrait d’optimiser. Une procédure d’évaluation via des évaluations in itinere et a posteriori, et à travers des indicateurs de performances (HENRY et al., 2002) pourrait aider à en améliorer l’efficacité. Les deux cas d’étude, à des niveaux différents, intègrent plusieurs aspects de la notion de qualité environnementale : dépollution, verdissement, loisirs, paysages et usages.

64Le projet de l’Oued El Harrach souffre de plusieurs insuffisances au premier rang desquelles un déficit de maturation : en dépit des effets d’annonce et des délais de réalisation très optimistes, les contraintes majeures du projet ne sont toujours pas levées, à savoir la déviation des réseaux souterrains, la délocalisation des bidonvilles et la dépollution des eaux. Ce déficit est lié à l’absence d’outils et d’instruments d’aménagement adéquats, ainsi que de procédures de concertation avec les riverains. Un autre registre de défaillance concerne l’inadaptation de certains choix aménagistes qui relèvent parfois du bricolage paysager.

65L’exemple marseillais montre que l’opérationnalité du projet de requalification est tributaire de la prise en compte des différentes échelles et des enjeux globaux de la planification urbaine. Par-delà les difficultés techniques, le projet de renaturation du Ruisseau des Aygalades témoigne des tensions que connaissent nombre de friches industrielles : libération et spéculation sur le foncier, injonction aux activités rentables, réhabilitation de l’image et de l’environnement et réinsertion de la population. Malgré des efforts importants de communication, le projet peine à fédérer tous les acteurs compte tenu de la situation de crise et de la sensibilité des quartiers nord de la ville.

66Les changements dans les modes de gouvernance à l’œuvre laissent présager une évolution considérable en matière de management des grands projets urbains. La tendance est marquée par la création de l’Etablissement public d’aménagement –Euroméditerranée- associant l’État et les collectivités locales qui décident ensemble des grandes orientations du projet marseillais. Cela ouvre sur un partenariat avec des acteurs privés institutionnels et économiques. Cette organisation était envisagée à Alger depuis le début de la réflexion sur le Plan stratégique, mais les autorités n’arrivent pas à la mettre en place. L’installation de cet organisme, qui aurait pu apporter un appui certain dans le pilotage des opérations, est mise en difficulté par le système de gestion très centralisé malgré les tentatives récentes d’ouverture sur d’autres acteurs. Ce mode de gouvernance très « protecteur » de l’État qui veut à la fois mener les opérations et contrôler les investissements engendre nombre de limites : primauté des considérations politiques sur les objectifs socio-économiques et sur le savoir aménagiste, insuffisance de l’implication des élus locaux et des habitants, manque d’insertion et de programmation des projets et multiplication des « impensés sociaux et spatiaux ».

Top of page

Bibliography

ALLAIRE W., (2014), Parc des Aygalades : la ville au fil de l’eau, Le Mook, Paris : Autrement, p. 92-93.

APS, (2014), Le projet d’aménagement de l’Oued El Harrach « avance très bien », Algérie Presse Service, en ligne : [http://www.aps.dz/regions/2718-le-projet-d-am%C3%A9nagement-de-l-oued-el-harrach-avance-tr%C3%A8s-bien-necib].

AROUA N., (2012), Facteurs de vulnérabilité et capacité de résilience du milieu urbain face aux risques hydro-climatiques dans la commune algéroise d’El Harrach, Thèse de Doctorat es sciences, Spécialité Urbanisme et Environnement, soutenue le 03 juin 2012, EPAU, Alger.

BARTHEL P-A., (2008), Faire du « grand projet » au Maghreb. L’exemple des fronts d’eau (Casablanca et Tunis), Géocarrefour, vol. 83, no 1, en ligne : [http://geocarrefour.revues.org/5293

BARTHEL P-A. et MOULOUDI H., (2009), Waterfronts de Casablanca et de Rabat : un urbanisme de projet, Urbanisme, vol. 369, p. 52‑56. 

BARTHEL P-A. et ZAKI L. (dir.), (2011), Expérimenter la « ville durable » au sud de la Méditerranée : chercheurs et professionnels en dialogue, La Tour‑d’Aigues : l’Aube, 352 p.

BARVE S. & SEN S., (2011), Riverside restoration – city planner’s viewpoint: case of Mutha riverfront, Pune, India, Water, Resources Management VI, WIT Transactions on Ecology and the Environment, vol. 145, p. 165‑176.

BELLANTE J., CHIAPPERO M. et LAZZERI Y., (2013), Construire des quartiers durables en Méditerranée : une ingénierie territoriale à renouveler, in LAGANE J. (dir.), Les défis de la durabilité urbaine en Méditerranée, Aix-en-Provence : PUP et PUAM, p. 45‑60.

BEREZOWSKA-AZZAG E., (2011), Projet urbain : guide méthodologique, Volume I : Connaître le contexte de développement durable, Alger : Synergie, 249 p.

BERRY-CHIKHAOUI I., DEBOULET A. et ROULLEAU-BERGER L. (dir.), (2007), Villes internationales. Entre tensions et réactions des habitants, Paris : La Découverte, coll. Recherches, 328 p.

BERTONCELLO B. et DUBOIS J., (2010), Marseille Euroméditerranée, accélérateur de métropole, Marseille : Parenthèses, coll.La ville est en train de se faire, 271 p.

BONIN S., (2007), Fleuves en ville : enjeux écologiques et projets urbains, Strates, no 13/2007, en ligne : [http://strates.revues.org/5963].

BOUMAZA N. et al. (dir.), (2006), Villes réelles, villes projetées : villes maghrébines en fabrication, Paris : Maisonneuve et Larose, 692 p.

BRUN A. COURSIÈRE S. et CASETOU E., (2014), Eau et urbanisme à Lyon : le projet de renaturation du ruisseau des Planches, Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement, en ligne : [http://tem.revues.org/2475;DOI:10.4000/tem.2475].

BRUN A., (2011), Politique de l’eau et aménagement urbain, La renaturation de la rivière Saint-Charles à Québec, Norois, vol. 219, p. 89‑107, en ligne : [http://norois.revues.org/3603].

BUREL F. et BAUDRY J. (1999), Écologie du paysage : concepts, méthodes et applications, Paris : TEC & DOC, 362 p.

CAT-MED, (2012), Modèles urbains durables : Méthodologie de travail et résultats, Malaga : Services de programmes de la Mairie de Malaga - Observatoire de l’Environnement Urbain – OMAU, Institut de la Méditerranée, 332p.

CLERGEAU P. et BLANC N. (dir.), (2013), Trames vertes urbaines : de la recherche scientifique au projet urbain, Paris : Le Moniteur, 340 p.

CLERGEAU P., (2007), Une écologie du paysage urbain, Rennes : Éditions Apogée, 142 p.

CLERGEAU P., (2008), Préserver la nature dans la ville, Responsabilité & Environnement, vol. 52, p. 55‑59.

CLERGEAU P., (2012), De la conservation de la nature au projet de ville « écologique », Modélisation urbaine : de la représentation au projet, Collection « RéférenceS » de la Direction de la recherche et de l’innovation (DRI) du Commissariat général au Développement durable (CGDD), p. 150-154.

COUARTOU M., (2014), Leclercq, Marciano, Sbiglio, Geiling : « Marseille est un laboratoire de larchitecture durable en Méditerranée », Le Mook, Paris : Autrement, p. 84-87.

EL WATAN, (2012), Les Travaux d’aménagement de Oued El Harrach confiés aux sud-coréens : Le futur centre de gravité de la capitale, édition du 06 mai 2012.

EL WATAN, (2013), Aménagement de l’Oued El Harrach : Les travaux seront achevés dans les délais, édition du 06 octobre 2013.

EPA Euroméditerranée, (2011), EcoCité Marseille-Euroméditerranée, Dossier de presse, Signature du protocole financier, jeudi 30 juin 2011.

FERNINI-HAFFIF A., (2008), Évaluation méthodologique de la vulnérabilité urbaine face aux risques majeurs naturels, simulation partielle sur un quartier témoin algérois, Mémoire de Magister en Architecture et Environnement, soutenu en mai 2008, EPAU, Alger.

HÉBERT-MARCOUX S.-E., (2009), Les écosystèmes riverains, les bandes riveraines et les corridors écologiques : regard sur la capacité des bandes riveraines définies selon la Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables du Québec de maintenir la fonction de corridor écologique, Maîtrise en biologie incluant un cheminement de type cours en écologie internationale, Sherbrooke : Faculté des Sciences Université de Sherbrooke, Québec (Canada).

HENRY C.-P., AMOROS C., ROSET N., (2002), Restoration ecology of riverine wetlands: a 5 year post-operation survey on the Rhône River, France, Ecological Engineering, vol. 18, p. 543‑554.

EUROPEMAGHREB, (2012), Un plan stratégique pour transformer Alger en « perle »de la Méditerranée à l’horizon 2029, édition du 15 juin 2012,
en ligne : [http://www.europemaghreb.fr/un-plan-strategique-pour-transformer-alger-en-perle-de-la-mediterranee-a-lhorizon-2029/].

LAGANE J. (dir.), (2013), Les défis de la durabilité urbaine en Méditerranée, Aix‑en‑Provence : PUP et PUAM, coll. Espace et développement durable, 248 p.

LAZAROVA V., MARKOVSKA G., ABED B., DEZENCLOS T., AMARA A., (2012), Social Acceptance and Efficiency of the Application of Masking Agents in Urban Areas, Chemical Engineering Transactions, 30, p. 241‑246, en ligne : [http://www.aidic.it/cet/12/30/041.pdf].

LE QUOTIDIEN D’ORAN, (2012), Les travaux d’aménagement lancés, hier : L’oued d’El Harrach pour transformer la capitale, édition du 14 juin 2012.

LIBERTÉ, (2013), Ce que sera Oued El-Harrach dans quatre ans, Algériens et Coréens à pied d’œuvre, édition du 06 mai 2013.

MAGHREBEMERGENT, (2014), Algérie : L’aménagement d’Oued El Harrach déclaré d’utilité publique, édition du 1er mars 2014.

MARSHALL R., (2001), Waterfronts in post-industrial cities, London : Routledge, Spon Press.

MCGRAHANAN G. & SATTERTHWAITE D., (2000), Environmental health or ecological sustainability ? Reconciling the brown and green agendas in urban development, Sustainable cities in developing countries, London : Earthscan, p. 73-90.

MEDDTL, (2009), Investissements d’avenir : l’État soutient 93 projets innovants présentés par les 13 EcoCités, dossier de presse, ministère français de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement.

MÉSINI B. (dir.), (2012), Aménagement durable des territoires méditerranéens, Aix‑en‑Provence : PUP et PUAM, coll. Espace et développement durable, 218 p.

MORETTI M., (2008), Cities on water and waterfront regeneration: a strategic challenge for the future, II meeting Rivers of Change - River/Cities, Warsaw (Poland), July 24th-27th 2008, International Centre Cities on Water.

MOULOUDI H., (2009), L’aménagement de la Corniche de Rabat (Maroc) face au défi de l’environnement et du développement durable : quand la société civile prend le devant de la scène publique, Les Cahiers d’EMAM, vol. 17, en ligne : [http://emam.revues.org/297].

ONEDD et JICA, (2007), État d’avancement Projet de coopération technique ONEDD-JICA renforcement de capacité de la surveillance environnementale en Algérie, Ateliers et séminaire conjoints Algérie-Japon sur les normes de qualité et les efforts de protection de l’environnement, Compte rendu de L’Observatoire National de l’Environnement et du Développement Durable (ONEDD) et des équipes d’experts de l’Agence japonaise de Coopération internationale (JICA), Alger, p. 72-86.

PALMER M.-A., BERNHARDT E.-S, ALLAN J.-D. et al., (2005), Standards for ecologically successful river restoration, Journal of Applied Ecology, vol. 42, no 2, p. 208‑217.

PUTH L.M. & WILSON K.A., (2001), Boundaries and corridors as a continuum of ecological flow control: lessons from rivers and streams, Conservation Biology, vol. 15, p. 21‑30.

ROSENBERG D.K., NOON B.R. & MESLOW E.C. (1997), Biological corridors: form, function, and efficacy, BioScience, vol. 47, p. 677‑687.

SAFAR ZITOUN M., (2011), Les quartiers marginaux à l’épreuve du développement durable : quelques leçons sur l’expérimentation de projets dits « participatifs » dans les villes algériennes, in BARTHEL P-A. et ZAKI L. (dir.), Expérimenter la « ville durable » au sud de la Méditerranée : chercheurs et professionnels en dialogue, La Tour-d’Aigues : l’Aube, p. 255‑282.

SCHERRER F., L’eau urbaine ou le pouvoir de renaturer, Cybergeo : European Journal of Geography, Dossiers, Séminaire de recherche du GDR Rés-Eau-Ville (CNRS 2524) « L’eau à la rencontre des territoires », Montpellier, France, 27-28 et 29 mai 2004, en ligne : [http://cybergeo.revues.org/1496], consulté le 17 juin 2015.

SIDI BOUMEDINE R., (2006), La fabrication urbaine au Maghreb au regard des changements contextuels et des procédures : L’exemple de l’Algérie, in BOUMAZA N. et al. (dir.), Villes réelles, villes projetées : villes maghrébines en fabrication, Paris : Maisonneuve et Larose, p. 71-80.

SIGNOLES A., (2006), Réforme de lÉtat et transformation de laction publique, in : PICARD E. (dir.), La politique dans le monde arabe, Paris : AColin, p239-262.

SOUAMI T., (2011), Les Suds face au modèle nord-européen des quartiers durables : exploration d’expériences au Maghreb, in : BARTHEL P-A. et Zaki L., (dir.), Expérimenter la « ville durable » au sud de la Méditerranée : chercheurs et professionnels en dialogue, La Tour‑d’Aigues : l’Aube, p. 133‑158.

SOULÉ M. E., GILPIN M. E. (1991), The theory of wildlife corridor capability. Nature conservation 2: the role of corridors, D. A. Saunders & R. J. Hobbs, eds. (Chipping Norton, NSW, Australia: Surrey Beatty & Sons), p. 3-8.

VIES DE VILLES, (2012), L’aménagement d’Oued El Harrach, Hors-série n3, p. 396‑403.

WILAYA D’ALGER, (2010), Révision du plan directeur d’aménagement et d’urbanisme de la wilaya d’Alger, Master plan, Livrable 10 : Stratégie et schéma d’aménagement des espaces naturels, agricoles et patrimoniaux remarquables, ParqueEXPO, Alger, 97 p.

Wilaya d’Alger, (2011), Révision du plan directeur d’aménagement et d’urbanisme de la wilaya d’Alger, Rapport d’orientation, ParqueEXPO, Alger, 158 p.

YOSHIDA M., MOALI M., HOUAS O. et al., (2005), Environmental pollution in Oued El Harrach area, Alger – A preliminary report on mercury and heavy metals contaminations –, compte rendu du Séminaire sur la pollution et la protection de l’environnement en Algérie, Alger 2005, p. 19‑37.

ZAKI L. (dir.), (2011), L’action urbaine au Maghreb : enjeux professionnels et politiques, Tunis : IRMC – Paris : Karthala, 290 p.

Top of page

Notes

1 Plan-bleu : Environnement et développement en Méditerranée : www.planbleu.org/

2 Schéma régional de cohérence écologique (SRCE) ; Plan d’aménagement et de développement durable (PADD), Plan climat‑énergie, Trame verte et bleue etc.

3 Loi n°01.20 relative à l’aménagement et le développement durable du territoire, 2001. Loi n°03.10 relative à la protection de l’environnement dans le cadre du développement durable, 2003.Loi n°07.06 relative à la gestion, à la protection et au développement des espaces verts, 2007.

4 Notamment l’Observatoire national de l’environnement et du développement durable (ONEDD) en 2002, les Directions de l’Environnement des wilayas, les inspections régionales de l’environnement en 2003, l’Agence nationale des déchets en 2003.

5 Stratégie nationale de l’environnement (2002), Plan national d’action pour l’environnement et le développement durable ou PNAE-DD, (2002), Plan directeur d’aménagement des ressources en eau et plan national de l’eau ou PNE (2010).

6 Propos du directeur des travaux de l’Oued El Harrach (projet M24), Cosider TP. Entretien réalisé le 23 décembre 2014.

7 Selon le Plan directeur d’aménagement et d’urbanisme PDAU d’Alger (WILAYA D’ALGER, 2011).

8 Monsieur Hocine Necib.

9 Monsieur Smain Amirouche.

10 Massif montagneux au sud d’Alger.

11 Citons par exemple la holding semi-privée CDG Développement pour la corniche de Rabat et la marina de Casablanca, l’Agence publique pour l’aménagement de la vallée du Bouregreg à Rabat‑Salé, et la société de promotion du Lac de Tunis.

12 Lors de l’émission « Invité du Direct » de RadioM, du 09 septembre 2014, disponible sur : http://www.maghrebemergent.com/actualite/maghrebine/item/40609-la-strategie-alger-2029-n-est-pas-loin-d-etre-enterree-mohamed-larbi-merhoum-sur-radiom.html

13 Voir commentaires des internautes à propos de la vidéo : Projet d’aménagement de Oued El-Harrach - Algeria Forever, disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=e9S3MwL_Xts

14 L’idée est d’enclencher la régénération de l’ensemble de la ville en agissant sur un site particulier.

15 Décret exécutif n°14-63 du 9 février 2014 portant déclaration d’utilité publique l’opération relative aux travaux d’aménagement de l’Oued El Harrach.

16 Entretien avec A. Benaissa, architecte-urbaniste, expert en management des projets territoriaux et urbains complexes, chargé du plan stratégique d’Alger. Entretien réalisé le 25 août 2014.

17 Concept employé par l’urbaniste en charge du projet (François Leclercq).

18 Intervention de Mr Guy Teissier, président d’Euroméditerranée lors du colloque « Les entretiens phocéens », 2009. 

19 Label du ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement.

20 http://www.euromediterraneeacte2.fr/developpement-durable/14-ha-despaces-verts/#sthash.tWBOmDJy.dpuf

21 Visite sur site effectuée en juillet 2014.

22 Voir www.marsactu.fr et www.laprovence.com

23 http://www.marsactu.fr/archi-et-urbanisme/le-parc-des-aygalades-a-larret-en-gare-de-mourepiane-32473.html

24 Pétition de l’association CAP AU NORD disponible sur : http://www.change.org/p/stop-au-gaspillage-de-notre-argent-public-au-profit-des-int%C3%A9r%C3%AAts-priv%C3%A9s

25 http://www.euromediterraneeacte2.fr/de-euromediterrannee-1-a-euromediterrannee-2/un-plan-guide-pour-demarrer/#sthash.71WfEPZA.dpuf

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – L’oued emblématique d’Alger
Caption Vu du côté de l’embouchure où persistent encore quelques ripisylves malgré la forte pollution des eaux.
Credits Source : M. Srir, décembre 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7537/img-1.jpg
File image/jpeg, 188k
Title Fig. 2 – Le ruisseau des Aygalades
Caption Il est là dans sa partie découverte, longeant la rue homonyme, canalisé et bordé de broussailles, de conteneurs et de tas de déchets.
Credits Source : M. Srir, juin 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7537/img-2.jpg
File image/jpeg, 276k
Title Tableau 1 – Dimensions comparées des deux projets
Credits Source  M. SRIR
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7537/img-3.jpg
File image/jpeg, 332k
Title Fig. 3 - L’oued El Harrach au cœur de la baie d’Alger
Credits Source : M. Srir, 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7537/img-4.jpg
File image/jpeg, 112k
Title Fig. 4 : Pollution de l’oued
Caption Anciens entrepôts et usines en activités déversant leurs rejets directement dans l’oued, ce qui engendre l’étranglement du lit et augmente le risque d’inondation. Vue du pont blanc de la localité d’El Harrach.
Credits Source : M. Srir, décembre 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7537/img-5.jpg
File image/jpeg, 144k
Title Fig. 5 – Travaux hydrauliques de reprofilage et de recalibrage de l’oued El Harrach.
Credits Source : M. Srir, décembre 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7537/img-6.png
File image/png, 743k
Title Fig. 6 – Plan d’aménagement du jardin filtrant (no 3) et du parc aquatique dans la localité de Baraki
Credits Source : Direction des ressources en eau de la wilaya d’Alger
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7537/img-7.jpg
File image/jpeg, 176k
Title Fig. 7 : Plan d’aménagement de l’embouchure de l’oued
Credits Source : Direction des ressources en eau de la wilaya d’Alger
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7537/img-8.jpg
File image/jpeg, 220k
Title Fig. 8 – Aménagements livrés de la rive gauche à l’embouchure de l’oued sur la baie
Credits Source : M. Srir, décembre 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7537/img-9.png
File image/png, 615k
Title Fig. 9 – Les secteurs de l’opération Euroméditerranée 2
Caption Source : www.euromediterraneeacte2.fr
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7537/img-10.jpg
File image/jpeg, 444k
Title Fig. 10 – Sites qui s’apparentent à un no man’s land et un caractère de transit renforcé par des activités en déclin
Caption De gauche à droite et d’en haut en bas : anciens ateliers des travaux électriques, parc des Aygalades séparé du ruisseau par une clôture, plate-forme de réception et de tri des déchets végétaux et des gravats, déchèterie Marseille nord
Credits Source : M. Srir, juin 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7537/img-11.png
File image/png, 989k
Title Fig. 11 – Plan guide du projet.
Credits Source : www.euromediterraneeacte2.fr
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7537/img-12.jpg
File image/jpeg, 320k
Title Fig. 12 – Infrastructures ferroviaires de la gare de Canet en instance de libération
Credits Source : M. Srir, juin 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7537/img-13.jpg
File image/jpeg, 204k
Top of page

References

Bibliographical reference

Mohamed Srir and Ewa Berezowska-Azzag, « Le concept de « corridors écologiques » en milieu urbain : enjeux et contraintes d’une approche de requalification environnementale », Méditerranée, 123 | 2014, 57-72.

Electronic reference

Mohamed Srir and Ewa Berezowska-Azzag, « Le concept de « corridors écologiques » en milieu urbain : enjeux et contraintes d’une approche de requalification environnementale », Méditerranée [Online], 123 | 2014, Online since 01 October 2017, connection on 15 December 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/7537 ; DOI : 10.4000/mediterranee.7537

Top of page

About the authors

Mohamed Srir

Architecte-urbaniste, maître-assistant A, Doctorant, chercheur au laboratoire VUDD (Ville urbanisme développement durable), École polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme – EPAU d’Alger, mohamed.srir@gmail.com

By this author

Ewa Berezowska-Azzag

Professeur, directrice de recherche, Laboratoire VUDD (Ville Urbanisme Développement Durable), École polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme – EPAU d’Alger

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals