Skip to navigation – Site map

Introduction

Sylvie Daviet and Xavier Daumalin
p. 3-5
Translation(s):
Foreword [en]

Full text

La mobilité des activités et ses différents visages

1En abordant la mobilité des activités, ce numéro de la revue Méditerranée s’inscrit dans une réflexion sur l’une des transformations majeures qui se sont opérées à la fin du xxe et au début du xxie siècle : la poussée des investissements directs étrangers (UNCTAD, 2014), le développement des zones franches (BOST, 2010) et l’essor considérable de l’internationalisation des entreprises sous l’effet de la libéralisation du mouvement des capitaux et de l’ouverture des marchés (CARROUÉ, 2015). Ayant favorisé un redéploiement décisif de la géographie des activités, cette dynamique s’incarne, selon le lieu, dans les phénomènes de délocalisations – facteurs de crise territoriale – ou dans l’émergence de nouveaux territoires porteurs de croissance et d’attractivité (MOUHOUD, 2006). C’est finalement un véritable « basculement du monde » qui s’opère sous nos yeux (OCDE, 2010 ; BEN HAMMOUDA et al., 2012), face à l’émergence capitaliste des Suds (PIVETEAU et al., 2013).

2Ces transformations en Méditerranée revêtent un sens particulier. Elles se sont inscrites dans un projet de zone de libre‑échange, se déclinant sous des formulations sans cesse renouvelées depuis l’avènement du processus de Barcelone en 1995. Mais elles sont désormais marquées par les soubresauts d’une crise multidimensionnelle : économique et financière d’abord, depuis que l’onde de choc des subprimes, partie des États‑Unis en 2007, a atteint l’Europe, et tout particulièrement l’Europe du Sud ; politique et sécuritaire ensuite, lorsque la dynamique du « Printemps arabe », partie en 2011 de Sidi Bouzid en Tunisie intérieure, s’est propagée en Méditerranée orientale comme un séisme suscitant de multiples répliques. Au-delà des aspects systémiques de cette crise globale, les transformations que nous observons dans ce numéro sont porteuses d’enjeux sociaux, spatiaux et épistémologiques nouveaux.

3Au cours des années 1990 et 2000, plusieurs numéros de la revue Méditerranée ont étudié les mutations des activités, mettant tour à tour l’accent sur trois éléments moteurs : tout d’abord, l’irruption du concept de mondialisation (Industries en Méditerranée, de la marginalisation à la mondialisation, CÔTE et al., 1997) ; par la suite, la nécessité de redéfinir l’industrie (Redéfinir l’industrie, DAVIET, 1999) ; enfin, l’approche par l’entreprise pour mieux appréhender la dynamique des activités, dans un contexte où les frontières, tant géographiques que sectorielles, sont devenues floues (Entreprises en Méditerranée : héritages, modèles, redéploiements, DAVIET et al., 2006). Aujourd’hui, nous abordons la mobilité des activités comme un processus multiforme, en privilégiant trois entrées principales : premièrement, la mobilité des capitaux et des flux d’investissement ; deuxièmement, la mobilité des opérateurs économiques (commerçants, cadres et chefs d’entreprises qu’il serait vain de dissocier de leurs appartenances familiales, nationales et territoriales) ; troisièmement, la mobilité des modèles de développement (zones franches, technopôles ou pôles de compétitivité) car les modèles circulent mais s’incarnent sous des formes différentes en fonction de leur territoire d’élection.

4Les territoires se recomposent par conséquent autour de ces activités en mouvement, en posant un ensemble de questions empiriques et théoriques : (1) La question des acteurs et de leurs formes d’organisation est centrale dans la majeure partie des textes présentés ; (2) La question des facteurs, des contextes institutionnels et des politiques d’encouragement ou de maîtrise de ces mobilités ; (3) La question des impacts, en termes de transformations paysagères, de disparités socio-spatiales ou d’équilibres régionaux ; (4) La question des échelles à prendre simultanément en considération : échelle mondiale, macro régionale, nationale et locale ; (5) Enfin, la question des enjeux théoriques de ces mobilités mérite une attention particulière : alors que l’étude des entreprises et des activités économiques a longtemps été marquée en géographie par les théories de la localisation, puis de l’ancrage territorial, elle est ici posée sous l’angle des dynamiques transnationales, circulatoires, des concepts de réseaux, de diasporas et de territoires multi-situés, confirmant l’hypothèse d’un entrepreneuriat transméditerranéen (DAVIET, 2015). À travers un panel de contributions pluridisciplinaires associant historiens, géographes, économistes et politologues, ce numéro d’une dizaine de textes nous livre plusieurs enseignements.

Replacer la mobilité entrepreneuriale sur la longue durée : leçons d’hier et d’aujourd’hui

5Premièrement, ce numéro nous montre que ces mobilités s’inscrivent dans des dynamiques de plus longue durée, depuis la fin du xviiie siècle. Les contributions de Gracia DOREL-FERRÉ, Mohamed Lazhar GHARBI, Xavier DAUMALIN et Liliane NASSER sont issues d’une journée d’étude cherchant à interroger les mobilités entrepreneuriales, en partant de l’observation de pratiques pluriséculaires (BUTI, JANIN-THIVOS, RAVEUX, 2013). Dans le cadre d’un groupe de recherche (« D’une rive l’autre : les économies méditerranéennes et leurs mondes de l’époque moderne à nos jours ») du laboratoire TELEMME, à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH, Aix-en-Provence), la démarche scientifique de ce questionnement relève d’une longue tradition faisant émerger de nouvelles lectures de l’espace méditerranéen. À l’exception du cas atypique du banquier tunisien Ben Ayyed, étudié par Mohamed Lazhar GHARBI (Faculté de la Manouba, Tunisie), ces textes analysent, sur plusieurs générations, les trajectoires de familles d’entrepreneurs catalans, grecs ou libanais dont les circulations dépassent souvent le seul périmètre de la Méditerranée.

6Deuxièmement, les différents articles pointent les effets à long terme de cette mobilité entrepreneuriale sur les territoires actuels, notamment dans les régions métropolitaines où les entrepreneurs ont déployé leurs activités. Le texte de Gracia DOREL-FERRÉ (Université de Savoie), qui couvre une période allant de 1780 à 1850, s’intéresse au retour des Catalans ayant émigré dans les Caraïbes, dont les investissements ont participé à l’expansion économique de la Catalogne contemporaine, leurs réseaux industriels et commerciaux ayant contribué à façonner la ville de Barcelone. Xavier DAUMALIN (Aix-Marseille Université) n’hésite pas à aborder le concept de « diaspora grecque » en étudiant les entrepreneurs établis à Marseille au xixe siècle, tout en développant des réseaux commerciaux et industriels transméditerranéens ou s’étendant, au-delà de la Méditerranée, jusqu’en Afrique et en Europe du Nord. Liliane NASSER (Aix-Marseille Université) a suivi tout au long du xxe siècle des entrepreneurs libanais, bâtisseurs d’entreprises phares mais aussi d’institutions dans la cité phocéenne où ils ont élu domicile. La mobilité des activités est ici en résonnance avec des acteurs qui transforment en profondeur, et souvent avec succès, leur territoire d’élection, que ce soit en empruntant les voies tracées par des réseaux marchands hérités ou en créant de nouvelles connexions renouvelant les dynamiques de la mobilité entrepreneuriale.

La mobilité des activités et ses résultats contrastés en Méditerranée au tournant des années 2010

7Concernant la période actuelle, la littérature internationale est désormais marquée par les travaux de MICHAELIS (1990) et SAXENIAN (2006). Ces derniers ont étudié les réseaux de migrants entrepreneurs développant des affaires entre leur pays d’origine (Inde, Chine, Israël) et la mythique Silicon Valley où ils ont acquis des compétences scientifiques, technologiques et managériales. Si des formes approchantes de réussite ont pu être identifiées au sud de la Méditerranée (DAVIET, 2013 ; GRONDEAU, 2015 ; EL AMDOUNI, 2015), d’autres travaux soulignent dans ce numéro les limites d’un tel modèle. C’est le cas du texte de Linda GARDELLE, Josselin DROFF (ENSTA Bretagne) et Aziz NATAF (Cread, Alger) qui interrogent les intentions des jeunes Maghrébins étudiant dans des écoles d’ingénieurs françaises : sont-ils prêts à rentrer au pays pour y développer des entreprises technopolitaines ? Bien que l’Algérie renforce sa politique technopolitaine, la diaspora algérienne semble moins encline à soutenir de tels projets que la diaspora tunisienne ou marocaine, ce qui appelle bien sûr des éclaircissements.

8L’article de Badreddine YOUSFI (Université d’Oran) se place à léchelle nationale pour étudier la mobilité des cadres dans le Sud-Ouest algérien. Il pose la question de la structuration de cet espace Sahel-Maghreb où l’État algérien intervient massivement par la construction d’infrastructures. Mais les cadres originaires du Nord du pays ont du mal à s’engager durablement dans la vie sociale de cet espace d’accueil peu attractif. Le texte de Jean-Pierre CASSARINO (Institut universitaire européen de Florence) propose quant à lui une relecture du lien entre migration de retour et entrepreneuriat en Tunisie, à la lumière du cycle migratoire (complet, incomplet ou interrompu). Il montre que les entrepreneurs représentent seulement le tiers de l’échantillon enquêté ; les jeunes générations qui sont en difficulté pour accomplir leur cycle migratoire optent plus fréquemment pour une profession indépendante formelle ou informelle.

9Le texte d’Hamadi TIZAOUI (Université de Tunis) se concentre sur la mobilité des capitaux plutôt que sur la mobilité des opérateurs économiques. Il souligne que la diffusion de l’industrie, de la métropole tunisoise vers les régions intérieures du pays, est restée limitée, car les effets d’agglomération se concentrent dans la zone métropolitaine de Tunis. Enfin, les travaux d’Alessandra SCROCCARO (Université de Montpellier) et Angela ALAIMO (Université de Padoue) sur les réseaux du made in Italy entre Italie, Roumanie et Tunisie, visent à comprendre les trajectoires de vie de ces entrepreneurs qui contribuent à créer des territoires multi-situés.

10Les résultats de ces mobilités sont par conséquent contrastés. Les cinq textes ci-dessus mettent en exergue les difficultés plutôt que les success story, et la mobilité des hommes et des activités n’y a pas toujours l’impact positif attendu sur la recomposition des territoires. On n’en sera pas surpris, la Méditerranée est rarement l’archétype des modèles standards ; dès la révolution industrielle, ses secteurs en pointe étaient des secteurs « non leaders », au regard de ceux du reste de lEurope (CHASTAGNARET, 1997). Aujourd’hui encore – et dans un contexte particulièrement instable – elle cherche sa voie.

11En contre-point de ces études micro, le texte de Pierre BECKOUCHE (Paris 1, Ladyss) propose une vision macro de la Méditerranée à travers le programme européen ITAN (Integrated Territorial Analysis of the Neighbourhoods) piloté par le Collège international des sciences du territoire (CIST). En effet, en 2012, le programme ESPON (European Observation Network for Territorial Development and Cohesion) de l’Union européenne a lancé un projet de recherche sur les voisinages de l’Europe. Le but était de constituer une base de données des territoires locaux de ces pays, du Maroc à la Russie, Balkans occidentaux compris, et de mieux connaître les interactions entre ces territoires et ceux de l’Union européenne. Le projet s’est terminé fin 2014 et pourrait constituer la base d’un « Schéma de développement de l’espace des voisinages européens ».

Top of page

Bibliography

BEN HAMMOUDA H. et al. (dir), (2012), « Basculement du monde, émergence de nouveaux acteurs dans l’économie mondiale », Mondes en développement, 2012/2 n° 158, p. 7-12.

BOST F. (dir), (2010), Atlas mondial des zones franches, La Documentation française, Paris, 314 p.

BUTI G., JANIN-THIVOS M., RAVEUX O. (dir), (2013), Langues et langages du commerce en Méditerranée et en Europe à l’époque moderne, PUP, Aix-en-Provence.

CARROUÉ L., (2015), La planète financière : capital, pouvoirs, espace et territoires, Armand Colin, collection U, Paris, 256 p.

CHASTAGNARET G., (1997), « Lindustrie en Méditerranéeune histoire en construction », Méditerranée, revue géographique des pays méditerranéens, no 3-4, p. 5-12.

CÔTE M., COURTOT R., DAVIET S., JOANNON M. (dir), (1997), « Industries en Méditerranée, de la marginalisation à la mondialisation », Méditerranée, revue géographique des pays méditerranéens, n° 3‑4.

DAVIET S. (dir), (1999), « Microélectronique en Provence, une redéfinition de l’industrie par le territoire », Méditerranée - revue géographique des pays méditerranéens, n° 3, tome 92, p. 33-40.

DAVIET S. (dir), (2015), L’entrepreneuriat transméditerranéen. Les nouvelles stratégies d’internationalisation, Karthala, Paris, 368 p.

DAVIET S., (2013), « Entrepreneurs maghrébins, les horizons du Sud », L’Année du Maghreb, n° IX, MAHIOU A., BEN ACHOUR R., ELMADMAD K. (dir), Le Maghreb avec ou sans l’Europe ?, p. 193-210.

DAVIET S., MIOCHE P., WEBER S. (dir), (2006), « Entreprises en Méditerranée : héritages, modèles, redéploiements », Méditerranée, revue géographique des pays méditerranéens, n° 1-2, 138 p.

EL AMDOUNI S., (2015), « L’Atuge : fonctionnement d’une diaspora économique entre France et Tunisie », dans S. DAVIET (dir), L’entrepreneuriat transméditerranéen en question, Karthala, Paris, p. 283-299.

GRONDEAU A., (2015), « Réseaux transnationaux, cluster NTIC au Maroc : l’exemple du Technopark de Casablanca », dans S. DAVIET (dir), L’entrepreneuriat transméditerranéen en question, Karthala, Paris, p. 177-193.

MICHAELIS A., (1990), « Brain drain and brain gain », Interdisciplinary science reviews, vol. 15, n° 3.

MOUHOUD E. M., (2006), Mondialisation et délocalisation des entreprises, La Découverte, coll. « Repères », Paris, 121 p.

OCDE, (2010), Perspectives du développement mondial, le basculement de la richesse, OCDE, Paris, 194 p.

PIVETEAU A. et al. (dir), (2013), Émergence capitaliste aux Suds, Karthala, Paris, 360 p.

SAXENIAN A. L., (2006), The New Argonaut: Regional Advantage in a Global economy, Harvard University Press, Cambridge.

UNCTAD, (2014), World Investment Report, United Nations, New York, 264 p.

Top of page

References

Bibliographical reference

Sylvie Daviet and Xavier Daumalin, « Introduction », Méditerranée, 124 | 2015, 3-5.

Electronic reference

Sylvie Daviet and Xavier Daumalin, « Introduction », Méditerranée [Online], 124 | 2015, Online since 15 June 2016, connection on 25 June 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/7624

Top of page

About the authors

Sylvie Daviet

By this author

Xavier Daumalin

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals