Skip to navigation – Site map
Les mobilités entrepreneuriales transméditerranéennes au regard de l'histoire

De la Méditerranée aux Caraïbes

Les réseaux et les stratégies entrepreneuriales des Catalans (1780-1850)
From the Mediterranean to the Caribbean: networks and entrepreneurial strategies of the Catalans (1780-1850)
Gracia Dorel‑Ferré
p. 13-19

Abstracts

Catalonia is a mountainous triangle bordered by the sea: it is part of its history. Its involvement in the Mediterranean, especially the Western Mediterranean, is well known, as are its early relations with the North Sea and the Baltic Sea. In the eighteenth century, another maritime space is added to the previous ones: the Caribbean Sea. The entrepreneurial paths that we will discuss moved in these areas, following strategies of alliances and movements we can outline. We have thus identified networks and were able to clarify their nature and the way they work. They defined the new Catalan industrial landscape that formed during the nineteenth century, in particular, but not exclusively, by participating in the textile industry, in its most original form: industrial colonies. Converging towards Barcelona, these industrial networks helped shaping the city and giving it the appearance that we know today.

Top of page

Full text

1La Catalogne est un bout de Pyrénées, le nez sur la Méditerranée : la complémentarité entre la mer et la montagne est ancienne et fondatrice. Lorsque les axes de la politique européenne semblent la délaisser, au xviisiècle, elle se tourne vers le commerce des spiritueux en direction des ports de l’Europe atlantique, jusque dans la Baltique, suivant une route que ses marchands sillonnaient depuis le xiiie siècle (DOREL-FERRÉ, 2010). Elle échange ses vins et ses alcools contre du blé. Le bon accueil fait à ses produits favorise la spécialisation des régions viticoles et les alliances entre viticulteurs, marins et commerçants. Suivant l’expression de Pierre Vilar, elle s’habitue à produire pour vendre (VILAR, 1962). La fin du xviiie siècle voit un changement dans les destinations et les produits. Sans délaisser complètement l’Europe du Nord, la Catalogne viticole se tourne vers l’Amérique, en établissant de complexes réseaux commerciaux, concentrés pour la plus grande partie dans les Caraïbes. Là les Catalans installent des boutiques, où se fournissent les plantations, puis fortune plus ou moins faite, ils rentrent au pays ils se montrent très actifs. Dans quelle mesure leurs investissements ont‑ils contribué à lexpansion économique de la Catalogne de la première moitié du xixe siècle ?

1 - La levée de l’exclusif ouvre la route des Indes, pour les Catalans aussi

2Dès la fin du xviiie siècle, les Catalans, mettant à profit les dispositions favorables concédées par Charles III et son entourage, se lancent dans le commerce outre-mer (MARTINEZ-SHAW, 1981). Jusque-là, leur participation aux affaires indiennes, sans qu’elle soit écartée, était rendue dissuasive par le monopole qu’ont exercé Séville puis Cádiz (CHAUNU, 1977). Les nouvelles mesures qui ouvrent le commerce colonial à plusieurs ports d’Espagne, puis qui lèvent l’exclusif, modifient la donne (DELGADO RIBAS, 1981). Cependant, du fait de la faiblesse démographique de l’Espagne, les législateurs ont soumis les éventuels départs pour l’Amérique au consentement du père ou de la mère à défaut de celui-ci, s’il s’agit d’un fils, ou d’une épouse, s’il s’agit d’un homme marié. Enfin, ces départs ne peuvent être définitifs, et au bout de quelques années – trois, six ans ou neuf ans –, l’émigrant doit retourner au pays. S’instaure alors un système très astucieux, une sorte de noria de départs et de retours formée de parents (pères, fils, neveux…) non exclusivement, le plus souvent associant des amis ou encore des voisins de la même localité. Ce mouvement affecte avant tout la côte catalane, et pour certaines localités, le nombre des départs peut atteindre, dans le premier tiers du xixe siècle, 20 % des hommes entre 15 et 30 ans. Trois ensembles côtiers, du nord au sud, alimentent ces départs : le premier, formé par un échelonnement de petits ports au nord de Mataró ; le second, Barcelone, qui fournit elle-même un gros contingent d’émigrants ; enfin, le troisième ensemble côtier, la zone de Vilanova i la Geltrú et de Sitges, semble avoir eu un poids très lourd sur l’ensemble de ces départs, comme le démontrent les lettres de consentement émanant de ces villes (DOREL‑FERRÉ, 1995 ; 2010). Au début du xixe siècle, 24 % des Catalans outre‑mer étaient originaires de la seule ville de Vilanova i la Geltrù. Une étude analogue faite d’après les départs de Cadiz, aux Archives des Indes, à Séville, confirme les résultats, en ce qui concerne la côte catalane. Fortune faite, riches ou moins riches, la particularité de ces indianos a été de réinvestir massivement les biens (mal) acquis dans l’économie de leur pays d’origine. Mal acquis, car le résultat des travaux de ces vingt dernières années a été de mettre en évidence le fait que les plus grandes fortunes étaient dues, directement ou indirectement, à la traite négrière. Cet aspect, précocement mis en avant (MALUQUER DE MOTES, 1973, 1974 ; DELGADO RIBAS, 1981 ; 1988 ; FRADERA, 1987), mais discuté, contesté, ne fait plus de doutes aujourd’hui.

3Parmi ces indianos enrichis, ceux qui ont bénéficié de l’intérêt des chercheurs sont ceux que l’on identifie le plus aisément, ceux qui, à leur époque, on fait un certain bruit, comme la nébuleuse des Samà, originaire de Vilanova i la Geltrú (VIRELLA BLODA 1990 ; PEREZ TARRAU, 2007). Une étude récente (RODRIGO ALHARILLA, 2007) élargit léchantillon des très riches et recense leurs investissements massifs dans l’urbanisme et l’économie : ils ont agrandi les villes, construit les chemins de fer, créé les banques, mis en place les compagnies de navigation, et bien sûr, largement pesé dans les décisions politiques de l’État. C’est ainsi que Josep Xifré, l’une des plus grandes fortunes rassemblées outre-mer, offre à Barcelone la suite des immeubles, les Portiques, près du port, qui portent son nom. Miquel Biada, autre grande fortune, de retour à Barcelone, prend la tête d’une société qui comprend aussi son neveu, indiano enrichi, et un des Samà, afin de construire le premier chemin de fer de la péninsule, la ligne Barcelone-Mataró, inaugurée en 1848 (PASCUAL DOMENECH, 1999). Les López, venus de la côte cantabrique mais liés à des familles catalanes, négriers notoires, sont à l’origine de la Compagnie transatlantique et de l’industrie minière aux Asturies, mais aussi de la politique colonialiste de l’État. Installés au Palais Moja, sur les Ramblas de Barcelone, ils sont à linitiative de la Compagnie générale de tabac des Philippines. Alliés aux Güell, anciens négriers eux aussi qui ont investi dans l’industrie textile, ils partagent avec eux la gloire du mécénat auprès des grands écrivains, comme le poète Jacinto Verdaguer, ou les grands architectes comme Domènech i Muntaner ou Gaudí.

4Leur présence aveuglante nous ferait oublier tous ceux qui sont revenus chez eux avec un pécule d’une importance variable, qu’ils ont placé, pour vivre de leurs rentes. Ce ne sont pas les plus grands, ni les plus renommés, mais ils forment la masse de ces petits et moyens, responsables de l’expansion immobilière sur la côte, dans sa diversité, et du tissu industriel catalan, tel qu’il émerge vers le milieu du xixe siècle, caractérisé par une multiplicité de petites et moyennes entreprises. Pour les connaître de l’intérieur, déceler leurs stratégies, préciser leur profil, la reconstitution des familles, croisée avec les archives notariales et les archives d’entreprises, paraissait être la meilleure méthode (DOREL-FERRÉ, 1995 ; 2010). Ces familles constituent une véritable nébuleuse, ou plutôt un iceberg dont les grands entrepreneurs seraient la partie visible. Les réseaux familiaux en forment l’essentiel de la clientèle, mais aussi les amis, les gens d’un même village, dune même comarque. On décrypte ces alliances à travers les sociétés commerciales qu’ils montent pour exploiter un négoce sur lequel ils sont d’une discrétion absolue. Pour partir en Amérique, ils ont souvent établi une escale sur la côte atlantique de l’Espagne, de la Galice aux Asturies, voire le Pays Basque (PEREZ PICAZO, SEGURA MAS, FERRER ALOS, 1996), et souvent leurs correspondants locaux y ont fait souche, en participant à d’autres sociétés commerciales et en épousant les filles de leurs associés. Cette dernière piste a été encore trop peu approfondie, mais les liens de personnes que nous connaissons entre la Catalogne et la côte cantabrique nous aideraient certainement à mieux comprendre les modalités des passages vers les Amériques. Sur place, ils se sont situés dans la mouvance des plus grands auxquels les liait une origine commune et ont pu leur servir de prête-nom, quand ceux-ci ont souhaité mettre un voile sur certaines de leurs activités. Sans remettre en cause les résultats du traitement de sources officielles et bien identifiées (notariales, chambre de commerce, etc.), cela nous porte à les considérer toutefois avec prudence : nous sommes, quand nous évaluons les grandes fortunes, probablement en dessous de la réalité.

2 - Les Indes, pour quoi faire ? Le vin et le trafic négrier

5Les études de cas réalisées jusqu’ici (YAÑEZ GALLARDO, 1996 ; DOREL-FERRÉ, 1995 ; 2011) révèlent que ces entrepreneurs établissent de part et d’autre de l’Atlantique une sorte de circuit dont chaque étape est contrôlée par un membre de la même famille ou du même réseau, suivant une pratique déjà rôdée depuis le xviie siècle (VALLS JUNYENT, 2004). Au départ, ces immigrants vont surtout commercialiser l’eau-de-vie en Europe du Nord, puis dans l’Amérique coloniale. Les Catalans se concentrent surtout dans les Caraïbes, aussi l’indépendance des colonies espagnoles dans le premier tiers du xixe siècle n’apportera aucun changement à la situation que nous décrivons. Une chaîne d’intérêts lie le producteur viticole au tonnelier, au capitaine de vaisseau, au boutiquier installé outre-mer. Des destinations communes regroupent les émigrés d’une même localité : Matanzas, à Cuba, a été une ville de Catalans et surtout, de Catalans issus de Vilanova i la Geltrú, au point que plus tard, rentrés chez eux, ces indianos de Matanzas feront construire à Vilanova une grand’ place à l’imitation de celle qu’ils avaient contribué à édifier outre-mer.

6Sur place, nos indianos vont établir une relation de symbiose avec les plantations de canne à sucre. Si le principe en a été introduit dès le début de la colonisation, la tendance se renforce à la fin du xviiie siècle par la mise en place d’une économie sucrière sur toute l’île de Cuba. Celle-ci génère la demande croissante d’une main‑d’œuvre à bas prix. La traite, bien qu’abolie en 1803 par le Danemark et en 1808 par la Grande-Bretagne et les États-Unis d’Amérique (avec cependant la liberté de transporter des esclaves !), connaît une nouvelle flambée, illégale cette fois, dans laquelle les Catalans prendront leur part.

7À cette même période (soit fin xviiie-début xixe siècle), Liverpool est le premier port de traite négrière en Europe, avec 80 % du commerce de bois d’ébène réalisé par les Européens. En France, pour donner une échelle du phénomène, la ville de Nantes intervient pour 10 %, tandis que les autres villes, Bordeaux y compris, se partagent les 10 % restants. Amsterdam avait montré le chemin, mais son rôle au début du xixe siècle est négligeable. Le poids réel de la traite dans l’économie a été discuté et revu à la baisse, en ce qui concerne la France, dans la mesure où il ne semble pas que les bénéfices aient été employés à d’autres fins qu’aux placements dans l’immobilier et dans de fastueuses résidences (PETRE-GRENOUILLEAU, 1996). Ces conclusions sont totalement à l’opposé de celle du Musée de l’esclavage récemment ouvert sur le Dock Albert à Liverpool, en ce qui concerne l’Angleterre. La démonstration y est éclairante : le commerce négrier n’a pas cessé, dans le premier tiers du xixe siècle, d’irriguer l’économie de Liverpool et des environs. L’argent de la traite a payé les routes et les canaux, les équipements urbains, les immeubles de prestige. Il a largement financé l’industrie textile, qui en partie alimentait le commerce triangulaire. Le lien entre le commerce triangulaire et l’industrialisation est clairement établi aujourd’hui (RICHARDSON, SCHWARZ, TIBBLES, 2007). On peut transposer ces résultats à la Catalogne : nul doute que le rapide démarrage de l’industrie à partir des années 1840 et la croissance soutenue au long du xixe siècle, sont en partie dus aux capitaux accumulés à Cuba et dans le commerce colonial et ce, malgré le tragique épisode de « la faim du coton », provoqué indirectement par la guerre de Sécession. La demande d’esclaves est restée forte, d’autant que le sud des actuels États-Unis se couvrait de champs de cotons. Les Catalans ont bien compris le lien qui pouvait s’établir entre le sucre et le coton : certains d’entre eux, possesseurs de plantations, avaient acquis des maisons de commerce à la Nouvelle Orléans. Lorsque le sucre de canne a été moins demandé par lEurope qui se tournait vers le sucre de betterave, les balles de coton ont rempli les cales des navires en partance pour l’Europe.

8À Cuba, dans les premières décennies du xixe siècle, les plus importants négriers ont pignon sur rue. Ils forment la classe dominante, ceux qui ont acquis des plantations et qui accèdent aux honneurs militaires et civils. Pourtant, leur position n’est pas sans nuages. La main‑d’œuvre servile est loin d’être soumise et les rébellions ne se comptent pas. C’est pourquoi, plutôt que de concentrer les esclaves sur une plantation, on préfère les louer pour les périodes de pointe. C’est ce type de « marchandise » que l’on trouve dans les arrière-boutiques de La Havane et autres lieux : les noirs pour la revente et surtout pour la location. C’est là que se fait la « fortune » du boutiquier catalan. Celui-ci vend de tout, depuis les clous jusqu’aux cotonnades, à tel point qu’aller chez le boutiquier ou aller chez le Catalan, veut dire la même chose. Ce Catalan vit chichement, en économisant sur tout, dans le but de rentrer au pays avec un pécule. Un refrain esclave dit bien à l’époque : « Que ne suis-je blanc, ma mère, au pire Catalan ! ». Mais le boutiquier vend aussi, ou loue, suivant le cas, des esclaves noirs, surtout au moment des grands travaux, comme la zafra, la récolte de la canne. La boutique est le complément et l’appendice de la plantation. Un petit nombre de Catalans accède de la boutique au négoce, dans ce que l’on pourrait appeler l’import-export. Ils frayent avec les négriers et les planteurs auprès de qui ils sont indispensables puisqu’ils contrôlent le trafic des ports : La Havane, Matanzas, Santiago… C’est ainsi que deux hommes contrôlent les quais du port de la Havane : l’un est Samà, que nous connaissons bien (VIRELLA BLODA, 1990 ; PEREZ TARRAU, 2007) ; l’autre est José Carreras. Celui-ci, originaire de Mataró, aurait peut-être formé des liens à Santander avant de partir pour La Havane, où il s’est marié et a fondé une famille. Il a été l’ami, l’homme de paille et le paravent de Samà (DOREL‑FERRÉ, 1992), tout en se partageant avec lui le « gâteau » que représentait le trafic du port (PEREZ TARRAU, 2007 ; RODRIGO ALHARILLA, 2007).

9Face aux révoltes endémiques, et dans une île où l’on ne peut pas beaucoup compter sur les ressources de l’hydraulique, les plantations les plus riches ne tardent pas à s’équiper en machines à vapeur. Une ligne de chemin de fer est même mise en place pour transporter la canne, de La Havane à Bejucal (1836) et à Güines (1839), la première de toute l’Amérique latine, avant l’Espagne. Mais on note, dans ces mêmes années, un premier mouvement de retours vers la petite patrie : l’équipement des ingenios en vapeur rendait la main-d’œuvre moins nécessaire et la boutique, dont on a vu le rôle clé, aussi. Parmi ces Catalans de retour chez eux, un échantillon d’une centaine de personnes, correspondant à cinq familles élargies en relation entre elles, nous permet d’approcher les stratégies du quotidien et de l’entreprise (DOREL‑FERRÉ, 1992).

3 - Le retour au bercail : l’implication dans la vie économique

10De retour chez lui, le premier acte de l’indiano, hier encore petit boutiquier ou commerçant, est d’investir dans l’immobilier pour se construire une belle maison ou pour acheter des biens qui lui donneront le statut envié de propietario. La côte va ainsi se couvrir de résidences pour lesquelles on fait appel à des architectes en vue. La décoration intérieure est souvent luxueuse (RODRIGO ALHARILLA, 2004), mais surtout, à côté de la maison, l’indiano va vouloir aménager un jardin avec des essences tropicales, dont le Park Samà, près de Cambrils, est encore aujourd’hui le plus bel exemple. Un superbe ensemble de ces maisons, au sud de Barcelone, entre Vilanova et Tarragone, rend compte d’une stupéfiante diversité (COMAS i GUELL, 1990). Parfois, la maison est entourée, tout ou partiellement, de portiques qui rappellent les maisons de maître des plantations cubaines, où ce type d’aménagement permettait de conserver la fraîcheur.

11Ils vivent de leurs rentes. L’inventaire après décès de l’un d’eux, Cristobal Puig Catasús, est caractéristique : outre son appartement à Barcelone, confortable et spacieux, mais sans luxe ostentatoire, il a investi 10 000 duros dans l’entreprise de son frère, l’usine moderne d’Esparreguera (DOREL-FERRÉ, 1992) ; il possède 1/24 de la frégate Antonieta, 10 actions à La Catalana de Gas et… une loge au Liceu, le théâtre d’opéra de Barcelone.

Photographie 1 : Maison du directeur de l’usine de Sant Benet de Bages

Photographie 1 : Maison du directeur de l’usine de Sant Benet de Bages

Elle multiplie les allusions aux maisons des plantations cubaines.

Cliché Gracia Dorel‑Ferré.

12D’autres, dans sa famille élargie, sont plus actifs. Prenons le cas de figure de Pedro Carbó Rovira, dont nous avons pu reconstituer la trajectoire. Elle n’est pas un cas isolé et sa biographie peut servir de modèle. Né en 1804 à Sant Sadurní de Noya, le berceau du vignoble catalan, Pedro Carbó passe à La Havane en 1817, selon une lettre de consentement conservée aux Archives des Indes à Séville. Il y rejoint Joan Giralt, dont la boutique fournit vraisemblablement les plantations avoisinantes en eau‑de‑vie. Il a alors 13 ans. Cinq ans plus tard, il est revenu en Catalogne pour se marier à Vilanova i la Geltrú, l’un des ports les plus dynamiques de la côte, avec la fille d’un des plus gros tonneliers de la ville, Magdalena Ferrer Fontanals. La sœur aînée de celle-ci, Antonia, a épousé en 1813 Magin Puig i Catasus, qui, bien que déclaré tonnelier, se retrouve à plusieurs reprises commandant de navires. On voit ici se former cette alliance vignerons‑tonneliers‑marins, qui est la base même du réseau commercial vers Cuba. Magdalena et Pedro ont une fille, en 1823, Magdalena Carbó Ferrer. Pendant ce temps, le jeune frère de Pedro, Miquel, et le frère puîné de son beau-frère, Cristobal Puig, sont installés à Cuba. Ce sont eux que Pedro va retrouver en 1831. Dans les années qui suivent, Antonia, devenue veuve de Magin Puig i Catasús, envoie ses fils, successivement, à Cuba, pour travailler auprès des frères Carbó. En 1841, ils sont en contact avec les Gatell et leurs ramifications. Esteve Gatell, originaire de Torredembara, est un de ceux qui ont fait une écrasante fortune (RODRIGO ALHARILLA, 2007), et qui attire auprès de lui la dense clientèle de ceux qui se réclament du même coin de terre. Les Carbó sont du nombre. Les Gatell sont unis aux Casas, autre famille enrichie, auxquels les Carbó vont lier leur sort.

13Entre 1841 et 1845, après un quart de siècle, à peu près, d’allers et retours et de séjours plus ou moins prolongés à Cuba, où la commercialisation des vins et spiritueux produits dans le Penedés semble être l’essentiel du commerce, les frères Carbó réalisent une partie de leurs biens et rentrent en Catalogne. Ils investissent dans les usines textiles, dont le nombre se multiplie en ces années 1840 (RAVEUX, SANCHEZ, 2010). Ainsi, en 1842, les Carbó et leur belle-sœur Antonia Ferrer s’associent à la famille de son défunt mari, les Puig, eux-mêmes rentrés de Cuba, pour faire fonctionner une petite filature à vapeur, au 22 de la rue Trentaclaus, à Barcelone, derrière les anciens chantiers navals. Au bout de cinq ans, les bénéfices sont réalisés pour être investis dans une société fondée en 1846, destinée à la création d’une vaste entreprise à Esparreguera, dont la direction est confiée au beau-frère d’Antonia, Miquel Puig i Catasús (DOREL-FERRÉ, 1992). Parallèlement, en 1845, Pedro Carbó avait investi dans une autre filature à vapeur, avec d’autres associés, Casanovas et Vallés, rue Robadors, à Barcelone. Il s’en dégage quatre ans après, pour s’impliquer davantage dans la société d’Esparreguera. Quand Pedro meurt, en 1852, il possède des participations dans une usine de coton de Badalona, qu’il a montée en collaboration avec d’autres, Furnells et Viñas, et dans celle d’Esparreguera. Il a des parts dans une maison de commerce de la Nouvelle‑Orléans, au nom des fils de sa belle-sœur Antonia (Puig Hermanos), dans une société de commerce à la Havane, où l’on retrouve les mêmes et un autre associé (Puig Llopart) et une autre (Magin Puig i Cia) également à la Havane. En outre, il possède 36 actions sur la ligne de chemin de fer Barcelone-Mataró et une vingtaine sur la compagnie de gaz d’éclairage.

14Ses héritiers sont nombreux et le réseau d’intérêts particulièrement complexe. D’une part, ses neveux Puig Ferrer, les fils de sa belle-sœur, ont les parts les plus importantes sur la plantation de sucre de Matanzas et sur les sociétés de commerce de La Havane et de la Nouvelle Orléans. Ses autres héritiers sont ses trois filles et son fils. Sa fille aînée a épousé le propre frère de Pedro, une pratique fréquente qui permet de ne pas disperser l’héritage, et les deux autres ont épousé les deux frères Casas Gatell, avec lesquels Pedro Carbó travaillait depuis longtemps. Enrique est encore un jeune garçon, et en attendant sa majorité c’est son oncle et beau-frère qui gère les affaires de famille. Les deux branches, Puig Ferrer et Carbó Casas sont très unies, du moins en affaires. C’est ainsi que les Puig Ferrer vendent une grande partie de leurs biens à Cuba, dans les années 1850, afin de pouvoir réunir les sommes nécessaires pour acheter une chute d’eau près de Manresa, à Navarcles, achat auquel participent les Carbó. C’est aussi d’un même mouvement que les Puig et Carbó se désistent de l’usine d’Esparreguera lorsque la crise du coton générée par la guerre civile américaine plonge l’industrie catalane au bord de la faillite. Passée cette crise, seul Isidre Puig Ferrer rejoindra à nouveau l’entreprise, tout en gardant la main sur l’usine de Navarcles, construite entre temps. Au total, la « fortune » rassemblée permet de vivre sans luxe excessif, de faire fonctionner une usine, sans recherche technique particulière, en bénéficiant des salaires modestes de l’arrière-pays, au moins 20 % inférieurs à ceux de Barcelone, et d’une énergie bon marché. Isidre Puig Ferrer est à cheval entre les deux usines (Esparreguera et Navarcles). Il touche presque jusqu’à sa mort les dividendes de sa maison de commerce de la Nouvelle‑Orléans, vestige de l’époque où il possédait avec ses frères, une plantation à Cuba. Il a une fille unique, qu’il marie à un noble aristocrate. Pour lui, le but ultime est atteint. Mort en 1893, sa nièce Elisa Carbó Ferrer et sa famille s’installent dans l’ancien couvent de Sant Benet de Bages, tout proche de l’usine. Elisa fait fructifier ses biens et vit confortablement de ses rentes. Son fils, le célèbre peintre Ramón Casas Carbó a su représenter dans quelques-uns de ses plus beaux tableaux le genre de vie confortable, mais sans excès, de cette bourgeoisie catalane.

15Leur prospérité suit celle de la ville : ils habitent d’abord un appartement dans le quartier ancien, mais lorsque l’extension de Barcelone se fait, ils émigrent pour le « Carré d’Or » dans un somptueux immeuble digne de leur rang.

Photographie 2 : La galerie des appartements de la famille du peintre Ramon Casas

Photographie 2 : La galerie des appartements de la famille du peintre Ramon Casas

Aménagée par le grand architecte Puig i Cadafalch à Sant Benet de Bages

Cliché Gracia Dorel‑Ferré.

16Combien d’usines furent fondées par des indianos ou grâce à eux ? Il faudrait une étude fine des actes de constitution de sociétés industrielles pour arriver à le déterminer, et c’est un travail d’archives qui ne sera sans doute jamais terminé. On peut dire sans exagérer que la plupart des entreprises côtières, et une partie à l’intérieur des terres, ont à voir avec l’argent des indianos ; notre échantillon a participé, pour sa part, à la construction et au fonctionnement de près d’une demi-douzaine, si l’on compte les premiers essais à Badalona et à Barcelone, puis la très grande usine d’Esparreguera (DOREL‑FERRÉ, 1992), celle de Monistrol, crée par la branche Puig Carsi (DOREL‑FERRÉ, 2010) et celle de Navarcles. Ces usines sont gérées par des sociétés familiales, dans lesquelles on assemble les fortunes, souvent médiocres, prises individuellement mais qui constituent, globalement, un joli pactole. Ils ont été nombreux à opérer de cette façon. On sera sans doute proche de la vérité en disant que leur participation financière, sans être omniprésente, aura été néanmoins décisive. Elle a eu un effet d’entraînement, à minima. Et si l’on considère l’ensemble des aspects de l’économie catalane dans lesquels l’injection de finances a été faite, pendant une grande partie du xixsiècle, l’impact est éclatant. On ne peut plus, comme il a été de bon ton pendant des années, minimiser le rôle joué par les indianos dans l’expansion de la Catalogne, mais aussi dans les Asturies et le Pays basque où le même phénomène s’est produit.

Conclusion. Pour une chronologie des entreprises fondées avec des capitaux indianos

17Ce qui nous manque le plus, c’est une tentative de mise en ordre chronologique de ces migrations pendulaires et de leurs conséquences, sans laquelle le phénomène décrit reste à l’état d’une accumulation de données. La décennie 1840 est sans conteste celle d’un premier retour, avec une volonté réelle d’investir dans l’industrie. À côté des familles qui composent notre échantillon, on note aussi le retour au moins partiel de grands noms comme les Guëll, les Samà, qui, s’ils ne rentrent pas tous, commencent à rapatrier des capitaux. L’hypothèse suivant laquelle la boutique catalane est devenue moins rentable semble garder toute sa vraisemblance. Une deuxième étape correspond à la fin de la crise du coton (1866-1867) et à la restructuration de l’industrie textile catalane : de nouveaux capitaux sont injectés, tous cubains, dans les entreprises que nous connaissons. C’est à ce moment-là que Samà et Carreras renflouent l’usine d’Esparreguera qui, après deux bilans négatifs, est en passe d’être fermée. Mais cela, on ne le saura qu’au détour d’une correspondance privée, les sources officielles sont muettes là-dessus (DOREL‑FERRÉ, 1999). La troisième étape est celle de la fin du siècle, quand les biens détenus dans les îles sont définitivement rapatriés, après les dernières guerres coloniales (1898). Mais pour la Catalogne, il ne s’agissait pas de monnayer des plantations. Il s’agissait de récupérer des avoirs, qui peut-être sont restés en partie sur place, car on sait que l’Espagne continuera encore longtemps à être présente à Cuba, par l’intermédiaire de ses possessions. Entre temps, l’argent des indianos avait largement contribué au démarrage économique, en Catalogne en particulier. Certains, parmi les plus modestes des indianos, avaient épuisé leurs ressources ; dautres encore lavaient fait prospérer. À la fin du xixe siècle, ils s’étaient fondus dans la masse des actionnaires des différentes entreprises, mais c’était bien grâce à eux qu’une économie dynamique avait pu voir le jour, vers le milieu du xixe siècle, prospérer et briller de ses feux, et le mythe de l’indiano avait accompagné leur geste. Chaque famille avait son « oncle d’Amérique ». C’était parfois l’indiano qui revient cousu d’or et d’autres fois, celle du laissé-pour-compte qui revient sans un sou. Santiago Rusiñol l’a mis en scène dans l’une de ses pièces les plus poignantes, L’Apatride (1912), en se faisant l’écho de cette double image.

Top of page

Bibliography

CHAUNU P., (1977), Séville et l’Atlantique, 1504-1650, Flammarion, Paris, 368 p.

COMAS i GUELL M., (1990), « Els fons americans de la biblioteca-museu Victor Balaguer de Vilanova i la Geltrú », Quartes Jornades d’Estudis Catalano-Americans, Comissió catalana del Cinquè Centenari del Descobriment d’Amèrica, p. 71‑75.

DELGADO RIBAS J.-M., (1981), Cataluña y el sistema de libre comercio (1778-1818), thèse de doctorat inédite, Université de Barcelone.

DELGADO RIBAS J.-M., (1988), « Els comerciants Catalans en la cursa de les Indies durant el sele XVIII », Terceres Jornades d’Estudis Catalano-Americans, Comissió catalana del Cinquè Centenari del Descobriment d’Amèrica, p. 75-87.

DOREL-FERRÉ G., (1992), Les colonies industrielles en Catalogne, le cas de la Colónia Sedó d’Esparreguera, Arguments, Paris, 296 p.

DOREL-FERRÉ G., (1995), « Los orígenes del capital industrial catalán : el ejemplo de la familia Puig de Vilanova i la Getrú », Historia Industrial, 8, p. 173‑192.

DOREL-FERRÉ G., (1999), « L’eau ou le charbon ? L’alternative énergétique de l’économie catalane au xixe siècle » Homenatge à Jordi Nadal, La industrialització i el desenvolupament económic d’Espanya, Universitat de Catalunya, p. 1057-1067.

DOREL-FERRÉ G., (2010), Atlas historique de Catalogne, Autrement, Paris, 80 p.

DOREL-FERRÉ G., (2011), « La contribution des indianos à la formation du territoire et du paysage industriels catalans durant la seconde moitié du xixe siècle », dans LE BOT F. et PERRIN C. (dir.) Les chemins de l’industrialisation en Espagne et en France, PIE Peter Lang, Bruxelles, p. 283-299.

FRADERA J.-M., (1987), Indústria i mercat, editorial Crítica, Barcelone, 330 p.

MALUQUER DE MOTES J., (1973), « El mercado colonial antillano en el siglo XIX », dans NADAL J. et TORTELLA G., Agricultura, comercio colonial y crecimiento económico en la España contemporánea, Ariel, Barcelona, p. 322‑357.

MALUQUER DE MOTES J., (1974), « La burgesia catalana i la esclavitud colonial: modes de producció i práctica política », Recerques, 3, p. 83‑136.

MARTINEZ-SHAW C., (1981), Cataluña en la carrera de las Indias (1680-1756), Editorial Crítica, Barcelona, 396 p.

PASCUAL DOMENECH P., (1999), Los caminos de la era industrial, Edicions de l’Universitat e Barcelona, 510 p.

PETRE-GRENOUILLEAU O., (1996), L’argent de la traite. Milieu négrier, capitalisme et développement : un modèle, Aubier, Paris, 424 p.

PEREZ PICAZO M.-T., SEGURA MAS A., FERRER ALOS L. (dir.), (1996), Els Catalans a Espanya, 1760-1914, Universitat de Barcelona, Generalitat de Catalunya, 502 p.

PEREZ TARRAU D. M., (2007), La saga cubana de los Samà, Viena Ensayo, Barcelona, 404 p.

RAVEUX O., SANCHEZ A., (2010), « Territoires, innovations techniques et dynamiques industrielles : la Catalogne et la filature du coton (1772-1885) », dans TISSOT L., GARUFO F., DAUMAS J.-C., LAMARD P. (dir.), Histoires de territoires, les territoires industriels en question, xviii-xxe siècles, Alphil, Presses universitaires Suisses, Neuchâtel, p. 371-399.

RICHARDSON D., SCHWARZ S., TIBBLES A., (2007), Liverpool and the transatlantic slavery, Liverpool University Press, Liverpool, 315 p.

RODRIGO ALHARILLA M., (2004), Cases d’Indians, Caixa Manresa-Angle Editorial, Manresa, 250 p.

RODRIGO ALHARILLA M., (2007), Indians a Catalunya, capitals cubans en l’economia catalana, Fundació Noguera, Barcelona, 320 p.

VALLS JUNYENT F., (2004), La Catalunya atlántica. Aiguardent i teixits a l’arrencada industrial catalana, Eumo Editorial, Universitat de Vic, 415 p.

VILAR P., (1962), La Catalogne dans l’Espagne moderne, SEVPEN, 3 volumes, 1873 p.

VIRELLA BLODA A., (1990), L’aventura ultramarina de la gent de Vilanova i la Geltrú, i la nissaga dels Samà, Museu de Vilafranca del Penedés, Vilafranca, 170 p.

YAÑEZ GALLARDO C., (1995), Emigración ultramarina y familia catalana en el siglo XIX. Los Moreu Rabassa de Calella, Caixa d’Estalvis Laietana, Mataró, 206 p.

COMAS i GUELL M. et al., (1995), Arquitectura i urbanisme al Garraf, Penedés i Tarragonès, segles XVIII-XX, Biblioteca-Museu Balaguer, Vilanova i la Geltrù, 266 p.

GARATE M. M., (1986), « Sobre la presencia catalana en el comerç colonial privilegiat basc del segle XVIII », Segones Jornades d’Estudis Catalano-Americans, Comissió catalana del Cinquè Centenari del Descobriment d’Amèrica, p. 153-164.

GUIMERA RAVINA A., (1986), « Marins catalans en el tràfic d’esclaus : els viatges del capità Llopis i Llopis (1817-1819) », Segones Jornades d’Estudis Catalano-Americans, Comissió catalana del Cinquè Centenari del Descobriment d’Amèrica, p. 291-312.

JOU I ANDREY D., (1988), « Els sitgetans a Amèrica, un intent de valoració quantitativa », Terceres Jornades d’Estudis Catalano-Americans, Comissió catalana del Cinquè Centenari del Descobriment d’Amèrica, p. 109-121.

JUNQUERAS O., (1998), Els Catalans i Cuba, Proa, Barcelona, 222 p.

LOUREIRO C., (1992), Fons americans en arxius de Catalunya, Generalitat de Catalunya, Barelona, 148 p.

MALUQUER DE MOTES J., (1986), « L’emigració i el comerç català a les Antilles durant la primera meitat del segle XIX », Segones Jornades d’Estudis Catalano-Americans, Comissió catalana del Cinquè Centenari del Descobriment d’Amèrica, p. 349-360.

MALUQUER DE MOTES J., (1993), « Els Catalans a Amèrica, una diáspora comercial (c.1750-1898) », Quintes Jornades d’Estudis Catalano-Americans, Comissió catalana del Cinquè Centenari del Descobriment d’Amèrica, p. 9-26.

MARTINEZ-SHAW C., (1984), « Repercussions economiques i culturals d’Amèrica a Catalunya », Primeres Jornades d’Estudis Catalano-Americans, Comissió catalana del Cinquè Centenari del Descobriment d’Amèrica, p. 95-113.

MORENO FRAGINALS M., (1995), Cuba/España, España/Cuba, Historia Común, Editorial Crítica, Barcelona, 312 p.

OLIVA MELGAR J.M., (1986), « El cotó americà en la primera fase de la industria moderna de Catalunya », Segones Jornades d’Estudis Catalano-Americans, Comissió catalana del Cinquè Centenari del Descobriment d’Amèrica, p. 165‑172.

ROY J., (1986), « L’origen comercial i geogràfic dels dirigents de la societat de beneficiència de naturals de Catalunya de l’Havana », Segones Jornades d’Estudis Catalano-Americans, Comissió catalana del Cinquè Centenari del Descobriment d’Amèrica, p. 397-420.

RUSIÑOL S., (1957), L’apatride, dans Œuvres complètes de Santiago Rusiñol, Editorial Selecta, Barcelone, p. 1101-1128 [1e éd. 1912].

SAZATORNIL RUIZ L., (2007), Arte y mecenazgo indiano, del Cantábrico al Caribe, Ediciones Trea, Gijón, 670 p.

SOLER I BECERRO R., (2002), « L’emigració del negoci. Una aproximació microhistórica : Gregori Ferrer i Soler (Vilanova i la Geltrú, 1791‑1853)», Illes i Imperis, 6, Estiu, 5-34.

TORNERO P., (1990), « Comerç colonial i projecció de la población: l’emigració catalana a Cuba a l’època del creixement sucrer (1790‑1817) », [Trad. « Comercio colonial y projección de la población: La emigración catalana a Cuba en la época del crecimiento azucarero (1790-1817) »], Jornades d’Estudis Catalano-Americans (3ª, 1988, Barcelona), p. 235-266.

VICENS VIVES J., LLORENS M., (1961), Industrials i políics, Editorial Vicens Vives, Barcelone, 444 p.

YAÑEZ GALLARDO C., (1996), Saltar con red. La temprana emigración catalana a América (1830-1870), Alianza América, Madrid, 272 p.

Top of page

List of illustrations

Title Photographie 1 : Maison du directeur de l’usine de Sant Benet de Bages
Caption Elle multiplie les allusions aux maisons des plantations cubaines.
Credits Cliché Gracia Dorel‑Ferré.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7629/img-1.png
File image/png, 6.5M
Title Photographie 2 : La galerie des appartements de la famille du peintre Ramon Casas
Caption Aménagée par le grand architecte Puig i Cadafalch à Sant Benet de Bages
Credits Cliché Gracia Dorel‑Ferré.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7629/img-2.png
File image/png, 6.4M
Top of page

References

Bibliographical reference

Gracia Dorel‑Ferré, « De la Méditerranée aux Caraïbes », Méditerranée, 124 | 2015, 13-19.

Electronic reference

Gracia Dorel‑Ferré, « De la Méditerranée aux Caraïbes », Méditerranée [Online], 124 | 2015, Online since 15 June 2017, connection on 19 June 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/7629 ; DOI : 10.4000/mediterranee.7629

Top of page

About the author

Gracia Dorel‑Ferré

Langages Littératures, Sociétés, Université de Savoie, gracia.dorel@gmail.com

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals