Skip to navigation – Site map
Les mobilités entrepreneuriales transméditerranéennes au regard de l'histoire

Les Grecs de Marseille et les investissements industriels transméditerranéens au xixe siècle

The Greeks of Marseille and trans-Mediterranean industrial investments during the 19th century
Xavier Daumalin
p. 29-36

Abstracts

This article analyses the role of Greek entrepreneurs in the industrialization of the Mediterranean basin from unpublished archives of the Zafiropulos and Zarifis, two of the largest Greek families in nineteenth-century Marseille. While remaining attached to the commercial and banking activities, these families invested in the industry in Ukraine, the Ottoman Empire, Spain, Greece, and especially in Marseille where they financed the development of several innovative industries such as oil and electricity. They also had industrial assets in the rest of France, Northern Russia, Britain, the US and South Africa. The entrepreneurial path of the Zafiropulos and Zarifis therefore enriches the interpretation of the industrialization process in the Mediterranean basin. Between the picture of a Mediterranean industrialization greatly depending on the industrial groups of Northwest Europe, and that of an industrialization driven by Mediterranean investors but restricted to a specific space and time, the investments of the Zarifis and Zafiropulos show a third way where Mediterranean entrepreneurs were involved in the industrialization of several Mediterranean and European areas.

Top of page

Full text

1Le capitalisme industriel méditerranéen existe-t-il ? Au‑delà de son caractère provocateur, l’interrogation n’est pas sans fondement. Une longue tradition historiographique insiste sur la défiance des entrepreneurs méditerranéens du xixe siècle vis-à-vis des immobilisations de capitaux – hormis dans la terre, le bâti ou les emprunts d’État – et, a contrario, sur leur prédilection marquée pour les activités commerciales favorisant une rotation rapide du capital et la multiplicité des opportunités de profits. Dans les conclusions du colloque Banque et investissement en Méditerranée à l’époque contemporaine (COURDURIÉ et TEMIME, 1985, p. 209‑211), l’historien Maurice LEVY‑LEBOYER oppose ainsi le « goût pour l’engagement capitaliste » des investisseurs du Nord « à “l’attitude rentière” du Méditerranéen », « à son refus du placement à risque », sous‑entendu, dans des immobilisations industrielles de longue durée au rendement incertain et modeste. Ce genre d’analyses a longtemps été conforté par la perception même du fait industriel autour du bassin méditerranéen. Hormis dans quelques travaux récents (CHASTAGNARET et RAVEUX, 2001 ; DAUMALIN et RAVEUX, 2001), la croissance industrielle a toujours été reliée aux stratégies d’investissements des groupes de l’Europe du Nord-Ouest, sauf à être réduite à un processus de développement régional, bien délimité dans l’espace et dans le temps, et avant tout fondé sur l’emploi d’une main-d’œuvre abondante et bon marché. Lorsqu’il existe, l’investissement industriel méditerranéen est nécessairement peu innovant, local et de courte durée, comme si « le caractère hautement spéculatif du milieu » et ses fragilités politiques ne permettaient pas un engagement de grande ampleur et un suivi à long terme (COURDURIÉ et TEMIME, 1985, p. 209‑211).

  • 1 Livres de compte de Zarifi & Zafiropulo entre 1899 et 1905, puis de Périclès Zarifi & fils de 1906 (...)

2Dans cette toile de fond toujours très prégnante, la diaspora grecque tient une place particulière. Très implantée à Constantinople, Odessa, Livourne, Marseille, Londres et Alexandrie, prépondérante dans les échanges entre l’Empire ottoman et l’Europe occidentale depuis la Révolution française, elle apparaît comme l’archétype de l’entrepreneuriat transméditerranéen du xixe siècle (DERTILIS, 1995). Les études sociologiques ont ainsi récemment rappelé quelques-unes des catégorisations externes employées pour définir l’homo oeconomicus graecus de Marseille (CALOPODIS, 2010, p. 15 et 238). Les entrepreneurs grecs sont régulièrement dépeints – et d’une certaine manière enfermés – sous les traits du négociant. On évoque à leur sujet les « firmes helléniques », les « maisons grecques », une « aristocratie commerciale » ou des « chefs de maisons de commerce puissants et riches » ayant réussi à constituer des fortunes par leur opportunisme, la hardiesse de leurs conceptions commerciales ou par des moyens plus ou moins recommandables. Les entrepreneurs grecs de Marseille sont aussi réputés pour leur engagement dans la préservation de leur identité culturelle et pour leur cohésion. Ils donnent le sentiment de former un groupe professionnel et confessionnel uni, avec des liens de parenté et d’amitié qui finissent par constituer des réseaux dans l’ensemble du bassin méditerranéen et, parfois même, au-delà (MANDILARA, 2001). Bref, un milieu d’envergure internationale, fortuné, soudé par des liens familiaux et des relations personnelles fortes, partiellement responsable aussi – du fait même de sa dominante commerciale et de ses capacités d’investissement – du faible développement industriel du bassin méditerranéen. Mythe ou réalité ? La consultation des archives privées de deux des plus grandes familles grecques de Marseille – les Zafiropulo et les Zarifi – est l’occasion de rouvrir le débat1.

1 - Origine et formation d’un réseau d’affaires transméditerranéen

  • 2 La société Argenti-Ralli a été fondée à Marseille en 1816 pour devenir Ralli, Schilitzi & Argenti e (...)

3Revenons, tout d’abord, sur les origines respectives de ces deux familles et sur la constitution de leur réseau d’affaires, même si de nombreuses zones d’ombres subsistent encore à propos des éléments qui ont pu favoriser leur ascension économique et sociale. Démétrius Zafiropulo (1790-1864) est originaire des environs de Ioannina, dans l’Épire. Il s’installe à Constantinople pour y poursuivre ses études avant de reprendre l’activité de son père, spécialisé dans le commerce des châles importés d’Inde. Son fils Étienne (1817-1894) poursuit un temps cette activité, puis s’oriente dans l’exportation des blés russes de la mer Noire et du Danube entre Odessa et Marseille, un marché en pleine expansion dans la première moitié du xixe siècle. Les Zarifi sont originaires de l’île d’Avlonia, en mer de Marmara. Ianko Zarifi pratique le commerce des vins dans le Bosphore depuis Constantinople. Suspectée d’avoir aidé financièrement l’insurrection grecque de 1821-1822 par l’intermédiaire de la Société des amis, la famille se réfugie un temps à Odessa (1821), puis à Nauplie (1824) où elle acquiert la nationalité grecque (CALOPODIS, 2012, p. 151-152). Elle revient à Constantinople vers 1832-1833 où Georges Zarifi (1806-1884), fils de Ianko, est employé dans la maison de commerce des Zafiropulo. En 1837, Georges Zarifi épouse Hélène Zafiropulo, sœur d’Étienne Zafiropulo, et se trouve associé plus étroitement aux affaires de la société. Les deux familles ouvrent un comptoir à Marseille vers 1842-1843 sous la raison sociale Zarifi & Zafiropulo. Ils rejoignent ainsi la petite communauté grecque réfugiée depuis les années 1815-1820, un groupe marchand de quelques centaines de personnes où plusieurs familles jouent déjà un rôle prépondérant : Ralli, Schilitzi, Argenti, Pétrocochino, etc. (ÉCHINARD, 1973, p. 2922). Mais à la différence de ces réfugiés, les Zarifi et les Zafiropulo s’installent à Marseille pour des raisons essentiellement commerciales. Après avoir été dirigée successivement par Étienne Zafiropulo – qui a conservé la nationalité ottomane –, puis par Georges Zarifi, la société Z & Z passe en 1884 sous la responsabilité de Périclès Zarifi (1844-1927), fils de Georges. À cette date, les deux familles sont aussi présentes à Odessa, Trieste, Paris, Liverpool et Londres.

  • 3 L’huilerie des Reggio est ainsi liée à leur présence dans le commerce des oléagineux.

4Les activités de ce réseau hellénique transméditerranéen sont alors essentiellement commerciales et bancaires. Grâce aux succès rencontrés dans le commerce des blés et à la qualité de leur réseau relationnel, les familles Zafiropulo et Zarifi ont réussi à intégrer les milieux financiers internationaux. En 1864-1865, on les retrouve à Londres dans le capital de l’Imperial Mercantile Credit Association – les Zarifi y ont même un siège d’administrateur –, à Marseille où ils participent à la création de la Société marseillaise de crédit (SMC) et surtout à Constantinople où Georges Zarifi préside aux destinées de la Société générale de l’Empire ottoman qui vient d’être constituée. Proche du sultan Abdul Hamid dont il est le conseiller financier, Georges Zarifi tient un rôle de premier plan. Il accorde des avances importantes au gouvernement ottoman et obtient en retour, entre autres privilèges, le contrôle des douanes de certains ports (EDHEM, 1999 ; LANDES, 1993). De façon plus marginale, la société Z & Z s’intéresse aussi à l’industrie. À Marseille, notamment. Pour utiliser les soldes des chargements de blé dont ils ne trouvent pas la vente, les Zarifi et les Zafiropulo ont fait construire en 1854, dans le quartier de la Viste, une minoterie « qui fut bientôt l’une des plus importantes et leurs noms, inscrits sur les sacs de farines, devinrent populaire dans tout le Midi de la France » (CATY, RICHARD et ÉCHINARD, 1999, p. 310-311). Cette première incursion dans l’industrie correspond à une stratégie de filière d’intégration verticale – depuis l’achat de matières premières jusqu’à la livraison du produit fini – destinée à mieux rentabiliser une position commerciale forte dans le commerce des blés. C’est un processus classique, pas spécifique aux Grecs d’ailleurs, que l’on retrouve chez d’autres familles helléniques de Marseille (les Caramano et les Agelasto dans la minoterie et la semoulerie) et dans d’autres branches comme l’huilerie3. En Grèce, la plupart des minotiers de Patras, de Syra ou du Pirée viennent aussi du négoce des blés. Par la suite, les investissements de Z & Z dans l’industrie, jusqu’à l’arrivée de Périclès Zarifi à la tête de la société, sont rares et toujours minoritaires. Ils traduisent, malgré tout, le souci de diversifier les actifs industriels et l’acceptation d’une prise de risque dans des branches où la société n’est pas en position de force d’un point de vue commercial, ni même présente : Raffineries de sucre de Saint-Louis (1867), Tanneries marseillaises (1881), Société nouvelle des huileries et savonneries méridionales (1881), Tanneries marseillaises réunies (1883). Périclès Zarifi, qui rejoint Marseille en 1871 après avoir été en poste dans l’agence de Constantinople pendant plusieurs années, poursuit dans la même voie. Jusqu’en 1899, date à partir de laquelle nous disposons d’informations plus complètes sur ses activités grâce aux bilans de l’entreprise, les actes de sociétés conservés dans les archives du Tribunal de commerce de Marseille montrent que les investissements industriels directs se poursuivent, tout en demeurant assez rares : Montmayeur, Amigues & Cie, pour l’épuration des huiles en 1890, les Grands travaux de Marseille en 1891, les Raffineries de soufre réunies en 1898. L’agro-industrie, l’industrie chimique et le BTP concentrent les investissements industriels marseillais de Z & Z.

5L’accès aux bilans de Z & Z, à partir de 1899, permet ensuite de mieux cerner l’évolution générale et la répartition géographique et sectorielle des affaires de la société jusqu’à la première guerre mondiale (tableau 1).

Tableau 1 – Évolution des actifs de Z & Z (1899-1906), puis de P. Zarifi & fils (1906-1913)

Tableau 1 – Évolution des actifs de Z & Z (1899-1906), puis de P. Zarifi & fils (1906-1913)

Sources : Archives famille Zarifi.

  • 4 Négociant d’origine grecque né à Alexandrie, Georges Zervudachi est spécialisé dans le commerce des (...)
  • 5 Archives de la Compagnie française d’Afrique occidentale, lettre de F. Bohn à J. Le Cesne, 27 nov. (...)

6Au cours de cette période, la valeur de l’actif suit une tendance globalement ascendante en dépit de deux reculs significatifs. Le premier, assez bref, se produit en 1906 après la séparation des familles Zarifi et Zafiropulo. Z & Z se scinde alors en deux entreprises : P. Zarifi & fils, une société en nom collectif d’un million de francs associant Georges et Théodore Zarifi, fils de Périclès, et Miltiade Mitaranga, son gendre, à partir de 1910 ; Démétrius & Georges Zafiropulo, une société en nom collectif de 100 000 francs. Les ressources de ces sociétés ne se limitent pas au montant de leur capital social. Il faut aussi y ajouter les comptes courants laissés par les proches et cela peut rapidement représenter plusieurs millions. Entre 1906 et 1913, le capital social de P. Zarifi & fils s’élève ainsi invariablement à un million de francs, mais avec les comptes courants des associés ou de la famille, on obtient 13 millions de francs de fonds propres pour l’année 1913. Le second coup d’arrêt à la progression de la valeur des actifs est plus grave. Il est perceptible dès 1908 dans le cadre d’une conjoncture économique moins favorable, et surtout en 1911 à la suite de la faillite d’une des plus grandes maisons d’Alexandrie, C. G. Zervudachi & fils4 : « Zarifi a été victime des filouteries des banquiers grecs d’Alexandrie dans des proportions inattendues et tout à fait déplorables… Il estime sa perte à près de 11 millions, soit le quart de sa fortune. Cette perte vient en grande partie de ce que ces banquiers ont volé et réalisé à leur profit les titres déposés chez eux par la maison Zarifi, titres appartenant en partie à des parents de Zarifi que celui-ci a voulu désintéresser personnellement5 ». Malgré cet important revers de fortune, sur l’ensemble de la période la progression de la valeur du portefeuille est sensible puisque sa valeur annuelle moyenne passe de 18 millions de francs en 1899-1901 à plus de 22 millions en 1911-1913.

7L’étude de la répartition des actifs révèle un certain nombre de permanences. Entre 1899 et 1913, les activités commerciales et bancaires continuent à prédominer de manière écrasante. Mais la part des investissements industriels est loin d’être négligeable. Elle représente parfois plus de 22 % de la valeur totale du portefeuille, pour une moyenne annuelle de 15,7 %. Dans le même temps, la souscription des emprunts d’État ne représente, toujours en moyenne annuelle, que 2,5 % des actifs de la société entre 1899 et 1913. C’est très différent de ce que l’on constate au niveau national puisqu’à la veille de la Première Guerre mondiale « 75 à 80 % des capitaux français exportés consistent en emprunts d’État ou assimilés » (BOUVIER, GIRAUD et THOBIE, 1987, p. 78). Les Grecs de Marseille restent avant tout des négociants et des banquiers, mais préfèrent l’industrie aux emprunts d’État. L’étude de la répartition des investissements de Périclès Zarifi fait aussi apparaître une autre réalité : la valeur de l’actif industriel est en progression. Elle passe d’une moyenne annuelle de 3 millions de francs en 1899-1903, à 4,4 millions en 1911-1913. À la veille de la Première Guerre mondiale, la société P. Zarifi & fils est ainsi présente dans plusieurs branches dont certaines sont très éloignées de son métier d’origine : l’énergie (pétrole, électricité) concentre 29 % de la valeur du portefeuille industriel, l’industrie chimique 20 %, les chemins de fer 14 %, l’agro-industrie 11 %, la construction mécanique 10 %, le textile 7,5 %, l’extraction minière 5 %, le cinéma 2,2 %, le BTP 1,2 %. Près de 80 % des investissements industriels de P. Zarifi & fils en 1913 peuvent ainsi être assimilés à de l’industrie lourde. On est loin de l’image de l’entrepreneur grec se détournant de l’industrie ou ne s’y intéressant que lorsqu’il s’agit de produire des biens de consommation courante.

2 - La primauté du bassin méditerranéen

8Quels sont les pays destinataires de ces investissements ? La situation évolue suivant la conjoncture et les chassés-croisés de marchés ne sont pas rares. Des constantes peuvent toutefois être dégagées (tableau 2).

Tableau 2 – Géographie des actifs industriels de Z & Z (1899-1906), puis de P. Zarifi & fils (1906-1913)

Tableau 2 – Géographie des actifs industriels de Z & Z (1899-1906), puis de P. Zarifi & fils (1906-1913)

Sources : Archives famille Zarifi.

  • 6 Quatrième producteur mondial d’articles de caoutchouc et premier de chambres à air, Provodnik possè (...)
  • 7 Dans les mêmes années, et contrairement à beaucoup d’autres investisseurs européens, le bilan de la (...)

9Certaines destinations semblent purement spéculatives et liées, pour l’essentiel, à des opportunités ferroviaires et minières ponctuellement ouvertes dans les jeunes pays industriels. C’est le cas du marché américain où, entre 1899 et 1913, 60 % des investissements industriels de Périclès Zarifi s’orientent vers plusieurs compagnies ferroviaires : Baltimore Ohio, Union Pacific Common, New York Central, Chemin de fer de Porto Rico, Saint-Louis San Francisco Railroad, Compagnie Sacramento Rio Janeiro. C’est aussi la situation de l’Afrique du Sud où, au cours de la même période, 89 % de ses investissements vont tout à tour dans différentes exploitations de mines d’or : General Mining and finance Co, West Roodpoort Deep Gold Mining, Village Main Reef Gold Mining, Rand Mines, Caratal Gold Mining, etc. Le marché de la Russie du Nord est d’un autre type. Périclès Zarifi participe – surtout après 1906, conformément à ce que l’on constate chez les investisseurs français – à la croissance industrielle accélérée voulue par le Tsar Nicolas II en répartissant cette fois durablement ses investissements dans des activités qui lui paraissent sûres et rentables, sans chercher à obtenir de positions dominantes : en 1911-1913, il est ainsi présent dans les charbonnages (64 % de la valeur des actifs industriels engagés en Russie du Nord), dans l’industrie du caoutchouc (35,5 %) – société Provodnik, à Riga, en association avec le clermontois Raymond Bergougnan, grand rival de Michelin6 – et dans le textile7 (0,5 %). Même constat pour les marchés d’Europe occidentale, comme la France (hors Marseille), la Grande-Bretagne et l’Allemagne. En 1911-1913, on le retrouve dans la production et la distribution d’électricité (70 % de la valeur du portefeuille industriel engagés en Europe occidentale), l’agro-industrie (11,4 %), la construction mécanique (9,3 %) et le cinéma avec Pathé frères (9 %).

10C’est toutefois dans le bassin méditerranéen que les investissements industriels de Périclès Zarifi sont les plus importants. Sur l’ensemble des années 1899‑1913, les rivages méditerranéens attirent, en moyenne, plus de 71 % du total de ses actifs industriels. C’est supérieur à la moyenne française évaluée à un peu moins de 55 % (BOUVIER, GIRAUD et THOBIE, 1987, p. 80). Là encore, l’importance des marchés fluctue en fonction des circonstances et des opportunités (tableau 3).

Tableau 3 – Géographie des actifs industriels de Z & Z (1899-1906), puis de P. Zarifi & fils (1906-1913) en Méditerranée

Tableau 3 – Géographie des actifs industriels de Z & Z (1899-1906), puis de P. Zarifi & fils (1906-1913) en Méditerranée

Sources : Archives famille Zarifi.

11Si en 1899-1903 les marchés espagnols, portugais et grecs sont en seconde position derrière Marseille, ils cèdent ensuite leur place au Levant qui est, à son tour, dépassé par l’ensemble Ukraine/Roumanie à partir de 1911. À noter aussi que les colonies françaises d’Afrique du Nord n’attirent pas beaucoup Périclès Zarifi, sauf à partir de 1909 où quelques investissements sont réalisés dans les phosphates tunisiens et dans la production de tabac au Maroc. Ces tendances confirment, en les amplifiant parfois, les constats établis par Jean BOUVIER, René GIRAULT et Jacques THOBIE dans les différentes études qu’ils ont consacrées aux investissements français à l’étranger à la veille de la Première Guerre mondiale : « les capitaux français se portent majoritairement vers les pays peu développés ou en voie de développement, extérieurs à l’empire colonial, et ne se dirigent que parcimonieusement vers les grands États industriels » (BOUVIER, GIRAUD et THOBIE, 1987, p. 81).

12Dans quelles branches s’orientent prioritairement les investissements industriels destinés aux marchés de l’Europe du Sud, du Levant et des rives de la mer Noire ? Entre 1899 et 1914, 56 % des investissements industriels effectués par Périclès Zarifi en Europe du Sud vont dans les chemins de fer (Pirée/Athènes/Péloponnèse, Madrid/Caceres, chemin de fer de Thessalie), 31 % dans l’agro-industrie (tabac portugais et raisins de Corinthe) et 13 % dans l’extraction minière (mines de fer et de manganèse de Seriphos et Spiliazeza). Les investissements réalisés en Égypte et dans l’Empire ottoman sont un peu plus diversifiés : 35 % des sommes sont immobilisées dans les chemins de fer (notamment la ligne Jaffa-Jérusalem), 30 % dans l’agro-industrie (tabacs ottomans), 24 % dans l’industrie chimique (soude/savonneries) et 11 % dans le textile (Oriental Carpet Manufacturers Ltd, Anglo Egyptian Spinning Weawing). En Ukraine, 69 % des investissements vont dans l’extraction minière (charbons de Nikitowka et du Donetz, manganèse de Darkvéti), 25 % dans l’industrie textile (Société des manufactures de jute d’Odessa en partenariat avec le groupe roubaisien Motte), 3 % dans les chemins de fer et 2 % dans l’industrie chimique (Société des huileries savonneries d’Odessa), tandis qu’en Roumanie la totalité des investissements est engagée dans l’agro-industrie (Société roumaine de fabrication et de raffinage de sucre). Ces pourcentages montrent que Périclès Zarifi participe à l’industrialisation du bassin méditerranéen (hors Marseille) à travers cinq branches principales, dont deux totalisent à elles seules plus de 55 % des investissements : la construction de lignes de chemin de fer (32 %), l’extraction minière (24 %), l’agro-industrie (21 %), l’industrie textile (11 %) et l’industrie chimique (10 %). Sa forte présence industrielle à Constantinople et à Odessa s’explique probablement par l’ancienneté et la puissance de ses réseaux marchands dans ces deux villes même si, dans l’état actuel des connaissances, nous percevons mal leur organisation et l’étendue de leurs ramifications. Sa bonne connaissance du milieu physique et humain a sans doute favorisé sa diversification dans l’industrie.

  • 8 Assemblées générales de l’Oriental Carpet Manufacturers Ltp, 25 janvier 1912, 17 avril 1912 et 27 j (...)

13Notons enfin que si certaines des sociétés dans lesquelles il est engagé – comme le Chemin de fer Jaffa-Jérusalem, construit pour le transport saisonnier des pèlerins – ont une envergure modeste et un rendement irrégulier, d’autres exploitent des usines qui emploient des centaines de personnes et génèrent des bénéfices substantiels. C’est le cas, par exemple, de la Société minière de Seriphos et Spiliazeza qui fait vivre un village de plus de 700 personnes, ou de la Régie des tabacs ottomans fondée sous l’égide de la Banque impériale ottomane. Forte de son monopole dans la production, la transformation et le commerce du tabac, la Régie des tabacs ottomans possède des usines dans les villes proches des grandes régions de culture : Beyrouth, Damas, Jaffa, Alep, Samsoun, Adana, Salonique, Smyrne et Magnésie. Entre 1899 et 1913, le taux moyen de rentabilité de ses capitaux propres s’élève à 66 % (THOBIE, 1977, p. 436-437). C’est trois à quatre fois plus que les plus performantes des sociétés industrielles marseillaises de la même époque (DAUMALIN, 2014). Citons encore l’Oriental Carpet Manufacturers Ltd, spécialisée dans la fabrication des tapis turcs, dont le site industriel de Smyrne comprend des ateliers de lavage, de teinturerie et une filature. Les tapis étant fabriqués par des milliers de nœuds exclusivement faits à la main, l’usine est faiblement mécanisée et emploie plusieurs centaines d’ouvrières. Initialement fondée avec un capital de 400 000 livres (1907), la société atteint progressivement un million de livres (1913) pour installer une filature en Perse et racheter l’Ottoman Cloth Co Ltd (Smyrne), une usine spécialisée dans la fabrication de draps de laine pour l’armée impériale ottomane à partir des déchets de la fabrication de tapis8. Grâce à ses agences commerciales implantées à l’étranger et aux différents partenariats commerciaux noués en 1912 avec les maisons Fritz et La Rue (New York et Philadelphie), Van Gasbeck et Arkoll (New York et Perse), Austro-Orientalische Handel Akticngcsllschaft (Vienne, Berlin, Constantinople et Perse) ou P. Andria & Co et Michel Pappadopoulo (Constantinople), l’Oriental Carpet Manufacturers Ltd est désormais présente dans les principaux marchés mondiaux du tapis oriental, depuis l’Inde jusqu’aux États-Unis.

3 - Au cœur de la deuxième industrialisation marseillaise

14Odessa, Constantinople, Smyrne... En réalité, c’est surtout Marseille, ville d’adoption de Périclès Zarifi, qui attire l’essentiel des investissements industriels (tableau 4).

Tableau 4 – Les actifs industriels marseillais de Z & Z (1899-1906), puis de P. Zarifi & fils (1906-1913)

Tableau 4 – Les actifs industriels marseillais de Z & Z (1899-1906), puis de P. Zarifi & fils (1906-1913)

Sources : Archives famille Zarifi.

  • 9 Ce chantier naval est un dédoublement de celui de Marseille, à la Madrague, devenu trop exigu. Il d (...)

15Entre 1899 et 1913, ces derniers représentent, en moyenne, 44 % des investissements réalisés dans l’ensemble du bassin méditerranéen. Au cours de ces quinze années, on assiste toutefois à une évolution assez nette dans la structure de ses actifs. Si en 1899-1901 l’agro-industrie, le BTP et l’industrie chimique prédominent en attirant respectivement 42 %, 20,5 % et 17 % des sommes investies dans l’industrie marseillaise, en 1911‑1913 ces branches ne représentent plus que 22 %, 4 % et 8 %. Dans le même temps, la construction mécanique et l’énergie sont respectivement passées de 13,5 % et 3 %, à 20 % et 37,5 %. L’énergie a remplacé l’agro-industrie dans les priorités industrielles de Périclès Zarifi. Cela se matérialise une première fois lorsqu’il participe à la création de l’Énergie électrique du littoral méditerranéen (1901), filiale de la Compagnie française pour l’utilisation des procédés Thomson-Houston ; puis une seconde fois lorsqu’il choisit d’accompagner la reconversion des frères Théodore et Louis Mante – jusque-là spécialisés dans le commerce et la transformation des oléagineux de l’Ouest africain et de l’Inde – dans l’extraction, le transport et le raffinage du pétrole brut roumain avec la fondation de trois sociétés : la Compagnie industrielle des pétroles (1904), Pétrole transport (1909) et Naphte transport (1912). Les oléonaphtes se substituent aux oléagineux. Les produits et les espaces se renouvellent mais la logique économique – importation, transformation, distribution – perdure. Dans la construction mécanique, Périclès Zarifi participe à la création des Chantiers & ateliers de Provence (1899) de la famille Fraissinet9, puis à celle de la Société mécanique de précision (1911). Comme dans les autres villes méditerranéennes ou européennes, les investissements dépassent toutefois rarement 10 % des sommes à souscrire. Ce ne sont pas des sommes destinées à obtenir nécessairement un poste d’administrateur ou une présidence. Il n’en demeure pas moins que la présence de Périclès Zarifi est recherchée par les entrepreneurs locaux. Son autorité morale et la qualité de son réseau relationnel facilitent la réunion des capitaux nécessaires au lancement d’une nouvelle société – notamment lorsqu’elle est innovante et donc risquée –, à la réussite d’une augmentation de capital ou l’obtention de commandes. Son assise financière peut aussi s’avérer précieuse en cas de manque ponctuel de trésorerie.

  • 10 Les deux premiers sont les fils de Constantin Zafiropulo, frère d’Étienne Zafiropulo ; le dernier, (...)
  • 11 Les Zafiropulo sont aussi des actionnaires importants de la firme lyonnaise de construction automob (...)

16Périclès Zarifi est-il une exception ? Pas vraiment, puisque d’autres hommes d’affaires grecs de la place – Démétrius, Georges et Polybe Zafiropulo par exemple10 – suivent une stratégie similaire. Malgré la séparation de leurs affaires, en 1906, les deux familles continuent à investir régulièrement et simultanément dans les mêmes sociétés. Le profil des actifs industriels de la famille Zafiropulo, tel qu’on peut le percevoir à travers les actes de sociétés conservés dans les archives du Tribunal de commerce de Marseille, est d’ailleurs assez proche de celui des Zarifi. À la veille de la Première Guerre mondiale, on la retrouve principalement dans la production et la distribution d’électricité (EELM), dans la construction de matériel électrique (Société d’électricité de la Méditerranée, Société des accumulateurs Tribelhorn), dans le pétrole (Compagnie industrielle des pétroles et Naphte transport des frères Mante, Hydrocarbur) et dans la construction mécanique (Chantiers & ateliers de Provence, Société marseillaise de construction mécanique11). Au total, entre 1890 et 1913, les Zarifi et les Zafiropulo ont ainsi investi près de 4 millions de francs dans des créations ou des augmentations de capital de sociétés industrielles marseillaises.

17Le poids – jusque-là méconnu – de ces familles grecques permet, en dernière analyse, de mieux comprendre l’évolution du financement de l’industrie marseillaise au tournant des années 1890-1913. Face à l’importance des investissements à réaliser pour renouveler leurs produits et améliorer la compétitivité de leurs unités de production, les entrepreneurs ne peuvent plus se contenter de recourir presque exclusivement à des sources de financement internes, comme ils le font depuis la première révolution industrielle. À de rares exceptions près, ils sont désormais contraints de faire évoluer leur mode de financement en s’ouvrant à des sources de financement externes. Et dans un contexte bancaire où les grands établissements nationaux – Crédit Lyonnais, Société générale – s’intéressent peu aux industries marseillaises, exceptées les plus grandes, ils n’ont d’autres choix que se tourner vers les agents de change de la bourse de Marseille, la bourgeoisie – les veuves en particulier – et les banquiers locaux (DAUMALIN, 2014). Plusieurs travaux ont déjà mis en évidence le rôle de la SMC (LESCURE, 1999) et du Crédit marseillais (EFFOSE, 2010), dans l’accompagnement des projets industriels du capitalisme familial local. On découvre ici que les familles grecques Zarifi et Zafiropulo ont aussi permis aux industriels marseillais d’élargir leurs sources de financement pour pouvoir faire face aux enjeux de la deuxième industrialisation. Elles font même jeu égal avec la SMC puisqu’entre 1890 et 1913 celle-ci a également souscrit pour près de 4 millions de francs dans des créations ou dans des augmentations de capital de sociétés industrielles. Les liens entre les deux groupes bancaires sont d’ailleurs assez étroits puisque les Zarifi – qui ont directement participé à la fondation de la SMC – disposent toujours d’un siège d’administrateur en 1913.

18Cette étude ne prétend pas à l’exhaustivité. Trop de zones d’ombre subsistent encore sur le parcours entrepreneurial de ces familles grecques installées à Marseille au milieu du xixe siècle pour des raisons commerciales et de nouvelles recherches doivent encore être entreprises pour compléter et affiner les portraits esquissés. Dans l’état actuel des connaissances, plusieurs réflexions peuvent néanmoins être dégagées. Il apparaît, tout d’abord, que la répartition de leurs investissements ne s’identifie pas aux représentations traditionnelles du capitalisme grec et, au-delà, du capitalisme méditerranéen. Même si le commerce et la banque restent leur cœur de métier, l’itinéraire des Zarifi et des Zafiropulo ne peut pas être résumé à celui de négociants-banquiers rebutés par les immobilisations industrielles, ni à celui de rentiers « tondeur de coupons ». L’industrie est une des composantes à part entière de leurs investissements, nettement plus importante que les emprunts d’État et bien supérieure à ce que l’on constate en France à la même époque. La deuxième observation concerne la nature de ces investissements industriels. Si, à l’origine, ils s’inscrivent dans une politique de valorisation de positions commerciales fortes – phénomène classique que l’on constate déjà à l’époque moderne (RAVEUX, 2015) –, ils correspondent ensuite à une véritable stratégie de diversification en direction de marchés éloignés des points forts commerciaux, souvent liés à l’industrie lourde et symboliques de la deuxième révolution industrielle (pétrole, électricité, construction mécanique). Ces investissements montrent aussi une attache forte de ces familles grecques à leur société d’accueil. En accompagnant à ce point la deuxième industrialisation à Marseille, en mêlant leurs capitaux à ceux des familles locales – y compris dans des activités innovantes et risquées comme l’électricité et le pétrole –, les Zarifi et les Zafiropulo donnent le sentiment d’une intégration réussie malgré un très fort attachement à leur culture d’origine (MANDILARA, 2001). Dans bien des domaines, ils sont même davantage en pointe que les familles bourgeoises implantées à Marseille depuis plusieurs générations. Le parcours entrepreneurial des Zarifi et des Zafiropulo permet enfin d’enrichir les interprétations du processus d’industrialisation du bassin méditerranéen et de l’Europe dans son ensemble. Entre l’image d’une industrialisation méditerranéenne très dépendante des stratégies d’investissement des groupes industriels de l’Europe du Nord-Ouest, et celle d’une industrialisation portée par des investisseurs méditerranéens mais limitée dans un espace/temps bien précis et cantonnées aux industries de consommation courante, les investissements des Zarifi et des Zafiropulo illustrent une troisième voie : celle des entrepreneurs méditerranéens impliqués dans l’industrialisation de plusieurs espaces méditerranéens et capables de se projeter au-delà du bassin méditerranéen pour participer à l’industrialisation – y compris dans l’industrie lourde – du reste de l’Europe, qu’il s’agisse de l’Europe du Nord-Ouest ou de l’Europe de l’Est. L’opposition entre entrepreneur d’Europe du Nord et entrepreneur méditerranéen doit donc être nuancée et les représentations de l’homo oeconomicus graecus replacées dans la diversité des contextes historiques du xixe siècle.

Top of page

Bibliography

BONIN H., (1987), CFAO. Cent ans de compétition internationale, Economica, Paris, 560 p.

BOUVIER J., GIRAULT R., THOBIE J. (1987), La France impériale 1880-1914, éditions Mégrelis, Paris, 326 p.

CALOPODIS M., (2010), La communauté grecque à Marseille. Genèse d’un paradigme identitaire 1793-1914, L’Harmattan, Paris, 348 p.

CALOPODIS M., (2012), Les Grecs de Marseille : minorité ethnique ou nation en diaspora, L’Harmattan, Paris, 320 p.

CATY R., RICHARD E., ÉCHINARD P., (1999), Les patrons du Second Empire. Marseille, éditions Picard, Paris, 332 p.

CHASTAGNARET G., RAVEUX O., (2001), « Espaces et stratégies industrielles aux xviiie et xixe siècles : exploiter le laboratoire méditerranéen », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 8 2/3, p. 11-24.

COURDURIÉ M., TEMIME E., (dir.), (1985), Banques et investissements en Méditerranée à l’époque contemporaine, Chambre de commerce et d’industrie de Marseille, Marseille, 211 p.

DAUMALIN X., RAVEUX O., (2001), « Marseille (1831-1865) : une révolution industrielle entre Europe du Nord et Méditerranée », Annales HSS, no 1, p. 153‑176.

DAUMALIN X., RICHARD E., (2007), Lettres d’un père à son fils. Jules Charles-Roux, éditions Jeanne Laffitte, Marseille, 332 p.

DAUMALIN X., (2014), Le patronat marseillais et la deuxième industrialisation (1880-1930), Aix-en-Provence, PUP, 326 p.

DERTILIS G.-B., (1995), « Entrepreneurs grecs : trois générations, 1770-1900 », dans ANGIOLINI F. et ROCHE D. (dir.), Cultures et formations négociantes dans l’Europe moderne, éditions de l’EHESS, Paris, p. 111-130.

DUMONT L., (1998), « Un cas de modernisation industrielle précoce : l’industrie française du caoutchouc (1880-1970) », Histoire économie et société, vol. 17, no 17-1, p. 83-100.

ÉCHINARD P., (1973), Grecs et philhellènes à Marseille de la Révolution française à l’Indépendance de la Grèce, Institut historique de Provence, Marseille, 1973, 331 p.

EDHEM E., (1999), A History of the Ottoman Bank, Ottoman Bank Historical Center, Istanbul, 608 p.

EFFOSSE S., (2010), «Le Crédit marseillais (1907-1966) : une banque locale provençale au xxe siècle», Industries en Provence. Dynamiques d’hier et d’aujourd’hui, n° 18, p. 29-37.

GIRAULT R., (1973), Emprunts russes et investissements français en Russie 1887-1914, A. Colin, Paris, 617 p.

LANDES D., (1993), Banquiers et pachas. Finance internationale et impérialisme économique en Égypte, Albin Michel, Paris, 404 p.

LESCURE M., (1999), « Banques régionales et croissance économique au xixe siècle. L’exemple de la Société marseillaise de crédit », dans LESCURE M., PLESSIS A. (dir.), Banques locales et banques régionales en France au xixe siècle, Albin Michel, Paris, p. 293-322.

MANDILARA A., (2001), «Les réseaux commerciaux grecs en Méditerranée au xixe siècle. Le point de vue de Marseille», Actes du colloque «Arméniens et Grecs en diaspora, approches comparatives», dans G. Grivaud, École française d'Athènes, Athènes, à paraître.

RAVEUX O., (2015), «L’Orient et l’aurore de l’industrialisation occidentale : les indienneurs arméniens de Constantinople à Marseille (1669-1686) », dans Actes du colloque «Goods from the East : 1600-1830, Trading Eurasia» organisé à Venise en janvier 2013 par The Warwick University, Palgrave Macmillan, Londres, p. 77-91.

SAUL S., (1997), La France et l’Égypte de 1882 à 1914. Intérêts économiques et implications politiques, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 787 p.

THOBIE J., (1977), Intérêts et impérialisme français dans l’Empire ottoman (1895-1914), Publications de la Sorbonne, Paris, 817 p.

Top of page

Notes

1 Livres de compte de Zarifi & Zafiropulo entre 1899 et 1905, puis de Périclès Zarifi & fils de 1906 à 1913 après la séparation des deux familles. Ces sources ont été complétées par la consultation des archives privées des Zafiropulo et par le dépouillement des archives du Tribunal de commerce de Marseille (actes de création, de modification et de dissolution des sociétés).

2 La société Argenti-Ralli a été fondée à Marseille en 1816 pour devenir Ralli, Schilitzi & Argenti en 1823. Il s’agit, là encore, d’un réseau international qui dispose d’agences à Constantinople, Odessa, Livourne, Trieste, Manchester, Liverpool et Londres. Initialement spécialisée dans le commerce des blés ukrainiens et roumains, Ralli, Schilitzi & Argenti diversifie ses activités au commerce du coton et élargit son réseau aux États-Unis et aux Indes. La famille Pétrocochino est spécialisée dans l’importation du cuivre de Constantinople, de la laine de Smyrne ou de la cire et des éponges de la côte de la Caramanie.

3 L’huilerie des Reggio est ainsi liée à leur présence dans le commerce des oléagineux.

4 Négociant d’origine grecque né à Alexandrie, Georges Zervudachi est spécialisé dans le commerce des blés et dans les opérations bancaires. Il est aussi fondateur et administrateur de la Land Bank of Egypt (présidée par son frère Ambroise) et de l’Union foncière d’Égypte, deux sociétés créées en 1905 qu’il gère aux côtés d’autres familles grecques comme les Rodocanachi, les Zarifi et les Zafiropulo. En 1911, Ambroise Zervudachi se suicide, tout comme Théodore Rodocanachi, directeur de C. G. Zervudachi & fils. Georges Zervudachi est emprisonné pour banqueroute frauduleuse et décède en prison en 1912 dans des conditions suspectes. Sa défaillance, provoque aussi une perte de 2 millions chez D. & G. Zafiropulo et de 2 autres millions à la SMC (SAUL, 1997).

5 Archives de la Compagnie française d’Afrique occidentale, lettre de F. Bohn à J. Le Cesne, 27 nov. 1911 (BONIN, 1987, p. 121). Voir aussi l’analyse de Jules Charles-Roux, président de la SMC, sur le « mauvais café » que les autorités égyptiennes – impliquées dans la faillite – auraient fait boire à Georges Zervudachi dans sa prison (DAUMALIN et RICHARD, 2007, p. 191).

6 Quatrième producteur mondial d’articles de caoutchouc et premier de chambres à air, Provodnik possède des filiales dans le monde entier et emploie plus de 14 000 personnes (DUMONT, 1998).

7 Dans les mêmes années, et contrairement à beaucoup d’autres investisseurs européens, le bilan de la société ne laisse apparaître aucun engagement direct dans des emprunts d’État. Sur les 12,3 milliards de francs qui sont ainsi investis par les Français en Russie en 1914, 10,1 le sont dans des emprunts publics et 2,2 seulement dans des entreprises privées (GIRAULT, 1973).

8 Assemblées générales de l’Oriental Carpet Manufacturers Ltp, 25 janvier 1912, 17 avril 1912 et 27 juin 1913.

9 Ce chantier naval est un dédoublement de celui de Marseille, à la Madrague, devenu trop exigu. Il doit permettre à la famille Fraissinet de disposer d’un site industriel moderne, organisé de façon rationnelle et rentable. Une cité ouvrière est spécialement construite à proximité pour assurer les besoins du chantier en main-d’œuvre.

10 Les deux premiers sont les fils de Constantin Zafiropulo, frère d’Étienne Zafiropulo ; le dernier, ingénieur, est le fils de Georges Zafiropulo, l’autre frère d’Étienne Zafiropulo.

11 Les Zafiropulo sont aussi des actionnaires importants de la firme lyonnaise de construction automobile Rochet-Schneider et des Carburateurs Zénith. À partir de 1912, on les retrouve aussi en Tunisie à la tête de la mine de plomb argentifère du Djebel-Hallouf, au Nord-Ouest de Tunis.

Top of page

List of illustrations

Title Tableau 1 – Évolution des actifs de Z & Z (1899-1906), puis de P. Zarifi & fils (1906-1913)
Credits Sources : Archives famille Zarifi.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7657/img-1.png
File image/png, 169k
Title Tableau 2 – Géographie des actifs industriels de Z & Z (1899-1906), puis de P. Zarifi & fils (1906-1913)
Credits Sources : Archives famille Zarifi.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7657/img-2.png
File image/png, 148k
Title Tableau 3 – Géographie des actifs industriels de Z & Z (1899-1906), puis de P. Zarifi & fils (1906-1913) en Méditerranée
Credits Sources : Archives famille Zarifi.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7657/img-3.png
File image/png, 152k
Title Tableau 4 – Les actifs industriels marseillais de Z & Z (1899-1906), puis de P. Zarifi & fils (1906-1913)
Credits Sources : Archives famille Zarifi.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7657/img-4.png
File image/png, 152k
Top of page

References

Bibliographical reference

Xavier Daumalin, « Les Grecs de Marseille et les investissements industriels transméditerranéens au xixe siècle », Méditerranée, 124 | 2015, 29-36.

Electronic reference

Xavier Daumalin, « Les Grecs de Marseille et les investissements industriels transméditerranéens au xixe siècle », Méditerranée [Online], 124 | 2015, Online since 15 June 2017, connection on 25 June 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/7657 ; DOI : 10.4000/mediterranee.7657

Top of page

About the author

Xavier Daumalin

Professeur d’histoire contemporaine, Aix-Marseille Université, CNRS, TELEMME UMR 7303, xavier.daumalin@free.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals