Skip to navigation – Site map
Les mobilités entrepreneuriales transméditerranéennes au regard de l'histoire

L’entrepreneuriat issu de l’immigration libanaise à Marseille au xxe siècle : l’exemple d’Édouard Saman

Entrepreneurship resulting from Lebanese immigration in Marseille in the twentieth century: the example of Edouard Saman
Liliane Rada Nasser
p. 37-41

Abstracts

Through in history, Saman Edward, born in Beirut in 1912, is a cross‑border individual (MAALOUF, 1998). He grew up between Smyrna and Beirut and studied in Genoa. He chose Marseille, a crossroads between the Levant and Africa, as an ideal place to develop his economic activities. He created, in 1937, a dried fruit trading company that he developed thanks to his network in the French, Mediterranean and French West African area. Proving highly adaptable, Saman SA quickly became an internationally recognized company. The personal and professional story of Edward Saman is exceptional in many ways, but it illustrates perfectly the successful career of some Lebanese company managers in Marseille. The Antouns in the hospitality business, the Maouads in the health sector or the Saades in the maritime sector have also marked Marseille’s economic history...

Top of page

Full text

1L’une des caractéristiques des immigrés libanais à Marseille est d’être principalement actifs dans le secteur tertiaire. Par ailleurs, un certain nombre d’individus issus de cette immigration se sont inscrits dans le milieu d’affaire marseillais aux xixe et xxe siècles. Ils ont investi les domaines liés aux activités portuaires de la ville en tant que lieu de passage et de redistribution des marchandises mais aussi des hommes. Ils ont créé des entreprises-phares dans le secteur maritime, l’hôtellerie ou le négoce. Quelques noms tels Antoun, Saman, Maouad, Saadé, Daher se succèdent depuis le début du xxe siècle jusqu’à nos jours dans l’histoire économique de la ville. Ces entrepreneurs ont commencé leur activité en utilisant un savoir-faire préalablement acquis, en s’appuyant sur des réseaux ethniques et en mettant à profit leur relation avec leur région d’origine. D’une manière ou d’une autre, ils ont conservé et renforcé la dimension familiale de l’entreprise. L’histoire d’Édouard Saman illustre précisément ces différents aspects tout en révélant la singulière dimension humaniste de cet entrepreneur. Après avoir présenté son itinéraire personnel, nous décrirons les phases successives du développement de son entreprise. Nous reprenons ici les sources orales que constituent les entretiens recueillis auprès d’Édouard Saman (1er décembre 1983), de son fils Christian (29 avril 2004) et de Michel Raphaël, ancien rédacteur en chef de la revue économique Entreprendre Méditerranée (10 janvier 2003).

1 - Édouard Saman, un être frontalier

2Sa vie durant, Édouard Saman a côtoyé des univers historiques, géographiques et culturels différents. C’est en ce sens que l’on peut reprendre à son propos les termes d’Amin MAALOUF (1998), parlant d’être frontalier, de trait d’union, de passeur, de médiateur. Édouard Saman a en effet connu différentes phases de l’histoire du Liban : celle de la fin de la domination ottomane (dès la fin de la première guerre mondiale), puis celles du mandat français (1920), de l’indépendance (1943) et de la guerre du Liban (1975-1990). Dans ce monde en mutation, sans doute a-t-il acquis une aptitude à analyser son époque et une grande capacité à s’adapter. Il a également vécu personnellement l’histoire mouvementée de la Méditerranée orientale. Dans cette vaste région, la circulation de biens et des personnes est longtemps restée une pratique habituelle. Beyrouth, Alep, Damas, Constantinople ou Smyrne constituent des lieux de rencontres et d’échanges. Ce sont bien les cités qui tiennent lieu de référence identitaire durant la période où tous les habitants natifs de la région sont considérés comme sujets ottomans.

1.1 - Des racines méditerranéennes

3Sa vie est étroitement liée à cet espace méditerranéen qui symbolise le berceau de ses origines, le creuset de son activité professionnelle, le terreau de son engagement social et culturel. Son père, Constantin Saman, était originaire d’Alep, un des principaux carrefours commerciaux de la région, à la frontière entre l’Anatolie et le plateau syrien. Sa mère, Alexandra Hadjithomas, était originaire de Grèce : c’est une des raisons pour lesquelles Édouard Saman, né à Beyrouth en 1912, passe son enfance à Smyrne (Izmir). Ce port de premier plan est alors connu pour son cosmopolitisme et son image de cité occidentale (GEORGELIN, 2003 ; SMYRNELIS, 2003). Il est aussi un enjeu que se disputent l’armée grecque et les nationalistes turcs de Mustapha Kemal.

4Lorsqu’en septembre 1922 un incendie ravage la ville de Smyrne tout récemment conquise par les kémalistes, les populations d’origines grecque et arménienne fuient la côte orientale de la mer Égée. La famille d’Édouard Saman retourne vivre au Liban sur lequel la France exerce le mandat que lui a confié la Société des Nations. Durant ces premières années d’après-guerre, Beyrouth reprend son élan (KASSIR, 2003). Grâce à la remise en fonction de son port, elle redevient une base maritime de choix. Sa croissance démographique et ses modifications urbanistiques en font une métropole. Le réseau scolaire et universitaire, essentiellement composé d’établissements privés, conforte son attractivité. C’est dans un lycée jésuite de Beyrouth qu’Édouard Saman poursuit sa scolarité et présente son baccalauréat (arabe-français-italien) en 1929. Puis il s’inscrit à l’École royale supérieure de Commerce de Gênes dont il obtient le diplôme en 1935. On peut se demander si le renforcement du mouvement fasciste incarné par Mussolini ne l’a pas incité à quitter l’Italie. Toujours est-il qu’il choisit Marseille pour effectuer son stage de fin d’étude. En raison de ses origines et de sa formation, Édouard Saman est polyglotte. Il maîtrise l’arabe, le français, le grec, le turc, l’italien, l’espagnol ainsi que l’anglais ; autant d’atouts pour mener à bien des projets de portée internationale. Une fois son stage achevé, Édouard Saman décide de rester à Marseille, ce point de passage vers l’Afrique qu’il considérait comme le « continent d’avenir » (entretien avec E. Saman, 1983). Il y crée en 1937 une entreprise de négoce de fruits secs en provenance de la Méditerranée et jouit ainsi de nombreuses facilités pour pénétrer dans le marché des colonies françaises – Côte d’Ivoire, Sénégal, etc. – rassemblées dans l’Afrique occidentale française (AOF). C’est à Marseille en effet qu’a été fondée la Compagnie française de l’Afrique occidentale (CFAO) en 1887. La présence dans cette société de grands noms du monde financier (Société marseillaise de crédit) et du milieu des affaires (Vermink, Cyprien-Fabre, Zarifi), montre à quel point la ville est en prise avec le marché africain.

5Le fait de se former à Gênes et à Marseille résulte d’une décision mûrement réfléchie. Le dynamisme économique des deux cités méditerranéennes est sensiblement égal et leur concurrence est depuis longtemps à l’œuvre. Au xixe siècle déjà, elles étaient en compétition pour le transport des émigrants : la filière italo-allemande passait par Gênes ou Naples puis rejoignait le port de Hambourg tandis que la filière française passait par Marseille puis rejoignait d’autres ports français tels Boulogne, Le Havre, Cherbourg, Saint-Nazaire ou Bordeaux pour les destinations transatlantiques. Mais en s’installant à Marseille, Édouard Saman peut bénéficier des relations privilégiées que la France entretenait autrefois avec le Levant et plus tard avec le Liban et la Syrie, deux pays restés sous mandat français de 1920 à 1943. En 1943, à Marseille, il épouse Simone Hoschet, fille d’un brasseur belge qui gère des entreprises en Argentine et en AOF, notamment les brasseries La Gazelle, dont le siège est au Sénégal. À travers ses activités, il continue d’établir des passerelles entre sa région d’origine et la société qui l’accueille. De 1944 à 1946, il occupe la fonction de délégué économique du gouvernement français au Proche-Orient, un poste de confiance qui lui est attribué en raison de ses capacités d’initiative et de sa connaissance du terrain.

6Il reste toujours en prise avec la vie économique du Proche-Orient. De 1960 à 1985, il assure la présidence de la Chambre de commerce franco-libanaise (CCFL) qui a été créée dès 1950. La CCFL a pour objectif de promouvoir et d’organiser les relations économiques entre la France et le Liban. Elle rassemble des entreprises de transport (Air France, les Messageries maritimes, Daher, Eurotrans, etc.), de chimie (Air Liquide, la Compagnie française des pétroles, Naphtachimie, etc.) et d’autres productions industrielles (les Raffineries de sucre Saint-Louis, Saman SA, Unipol, etc.). Le secteur bancaire français et libanais est fortement représenté (Crédit lyonnais, Société marseillaise de crédit, Banque libanaise pour le commerce, l’Intra Bank, etc.). Par ailleurs Édouard Saman est membre du bureau exécutif de la Chambre de commerce franco-arabe, dont il est le cofondateur en 1970.

1.2 - Un notable, un humaniste

7L’action sociale et caritative n’est pas la moindre de ses préoccupations : il est administrateur de l’Association des orphelins de Vitagliano, œuvre marseillaise fondée par Mgr Vitagliano en 1859 pour s’occuper d’enfants orphelins, en même temps que délégué général de l’Ordre de Saint-Lazare-de-Jérusalem, œuvre orientale créée au xie siècle dispensant de l’aide aux lépreux. Très actif sur le plan cultuel, il préside le Conseil paroissial de l’église Saint‑Nicolas de Myre de rite melkite (rue Edmond Rostand), à propos de laquelle il rédige une étude publiée dans la revue Marseille (SAMAN, 1981). Le rite melkite est une des dix-huit confessions inscrites dans la constitution libanaise. Bien qu’il soit rattaché à ce rite, Édouard Saman se rend également dans une autre paroisse fréquentée par les chrétiens orientaux, la paroisse Notre-Dame du Liban de rite maronite (allées Borély). C’est d’ailleurs dans cette paroisse que ses enfants suivent des cours d’arabe. À ses yeux, le pluralisme confessionnel représente un idéal de tolérance et de respect mutuel :

La constitution libanaise est un projet unique, porteur d’espoir dans le contexte régional. Elle fait du Liban un oasis de paix où toutes les composantes du Proche-Orient peuvent se retrouver (entretien avec E. Saman, 1983).

8Il continue de se référer à cette identité plurielle alors même que la guerre du Liban met à mal ses espérances.

9Par attachement à ses origines, il est président d’honneur de l’Association des Français, Libanais, Syriens et anciens combattants du Levant. Cette association rassemble des militaires syriens et libanais qui ont, pour la plupart, rejoint les Forces françaises libres (FFL) durant la seconde guerre mondiale et ont décidé de suivre l’armée française lors de son départ définitif de la Syrie et du Liban en 1946. À la fin de leur engagement dans les colonies françaises (Madagascar, etc.), la plupart de ces militaires se sont installés à Marseille avec leurs familles. Édouard Saman participe à la vie culturelle marseillaise à travers des publications et des conférences portant sur l’histoire des pays bordant la Méditerranée aux xixe et xxe siècles. Il est élu membre correspondant de l’Académie de Marseille en 1983 et président de la Société de géographie de Marseille en 1984. Sa détermination à affirmer ses racines l’amène à créer un Prix d’histoire portant sur les relations de la Provence avec les États riverains de la Méditerranée. Aujourd’hui encore, le prix Édouard Saman continue à être décerné par l’Académie de Marseille qui accepte de servir de cadre à ce mécénat. Sa personnalité et ses actions ont également valu à Édouard Saman d’être décoré de la Légion d’Honneur au grade d’officier en 1974, puis d’être promu commandeur de l’Ordre national du Mérite au titre du ministère des Affaires étrangères en 1980, deux signes de la reconnaissance que lui a témoignée l’État français. Édouard Saman décède à Marseille en 1985. Comme son engagement dans cette paroisse orientale pouvait le laisser présager, ses obsèques se sont déroulées à l’église Saint-Nicolas de Myre.

2 - De la mobilité spatiale à la mobilité entrepreneuriale

10Créée peu de temps avant la seconde guerre mondiale, l’entreprise d’Édouard Saman est répertoriée trente ans plus tard comme l’une des plus importantes sociétés du secteur agro-alimentaire. Devenue Saman SA, l’entreprise a connu des mutations successives rythmées par les décisions prises par la direction. Pour pallier les aléas de la conjoncture et anticiper les nouvelles demandes du marché, Édouard Saman et plus tard son fils Christian ont fait preuve d’une réelle aptitude à modifier leurs axes de développement. Les trois périodes qui scandent l’histoire de la société illustrent leur politique de mobilité entrepreneuriale.

2.1 - 1937-1958. Du négoce méditerranéen à l’ouverture sur l’Afrique

11Le projet initial d’Édouard Saman s’inscrit en Méditerranée, cet univers qui lui est depuis toujours familier. C’est là que se trouvent les pays producteurs de fruits secs dont il escompte un fructueux négoce. En amont, Édouard Saman prospecte les fournisseurs, il les sélectionne selon la qualité des produits et leur prix à l’achat. La Grèce sera longtemps son principal partenaire pour le raisin. En aval, il procède au conditionnement des fruits dans son établissement marseillais avant de les revendre à des détaillants. Ses entrepôts sont situés rue Nouvelle, dans le 3e arrondissement, un des quartiers industrieux de Marseille. Ses bureaux sont en centre-ville, rue Saint-Ferréol, au-dessus de la Banque ottomane. Lui-même est client de cette banque dont l’agence marseillaise s’est ouverte en 1916.

12Édouard Saman prend des associés en Méditerranée orientale, parmi ceux-ci, les Sikias, de gros négociants en graines et en légumes secs. Cette famille originaire d’Alep est installée au Liban, précisément à Aley, une bourgade qui surplombe Beyrouth. Édouard Saman se rend régulièrement au Liban, mêlant au cours de son séjour rencontres pour affaires et agréments de villégiature. Depuis Beyrouth, il rayonne vers Damas et Alep où il rend visite à son ami Joseph Mardini, ce faiseur de bois de réglisse étant un des fournisseurs de Paul Ricard fabricant de pastis. Grâce à cette liaison constante entre Marseille et Beyrouth, il développe rapidement son entreprise.

13Il saisit ensuite l’opportunité de diversifier son activité en y adjoignant le négoce du café et du cacao. Il importe de Côte d’Ivoire ces deux matières premières qui occupent une place importante dans l’économie marseillaise et les revend à un client génois. Parallèlement, il exporte des denrées alimentaires conditionnées vers les Antilles et principalement vers les pays de l’AOF. Sa clientèle est composée à 90 % de commerçants libanais auxquels il fournit également toutes sortes de produits finis : outils, ustensiles de cuisine, casques coloniaux ou autres objets utilitaires à vendre dans leurs commerces. Monsieur Copti, un employé libanais, est tout spécialement chargé de préparer les commandes de ses compatriotes.

14Édouard Saman établit ainsi une jonction – France, Méditerranée, Afrique – dans un espace triangulaire dont Marseille est le centre névralgique.

2.2 - 1958-1977. Décolonisation de l’Afrique et réorientation de l’entreprise

15En 1958, Édouard Saman perçoit des changements de conjoncture sur le plan économique et politique et amorce une réorientation de sa société. Comme le commerce du café et du cacao est régi par une nouvelle réglementation qui entraîne la baisse de la marge bénéficiaire des négociants, il décide d’abandonner cette activité. Par ailleurs, l’accession à l’indépendance de la Guinée (1958) dirigée par Ahmed Sékou Touré laisse présager une ère de décolonisation en Afrique. Effectivement dès 1960, le Sénégal, le Soudan français (Mali) et la Haute-Volta (Burkina Faso) proclament leur indépendance. Certains de ces États maintiennent d’étroites relations avec la France mais les échanges économiques se modifient et la demande de la clientèle de ces pays diminue. Autre mutation importante au cours des années 1960-70 : la grande distribution supplante les clients individuels et/ou les très petits distributeurs.

16Afin de contourner les difficultés qu’entraînent ces changements, Édouard Saman recentre son activité sur le négoce des légumes secs, particulièrement celui des lentilles dont les principaux fournisseurs sont situés au Liban, dans la plaine de la Bekaa. Son entreprise prenant un nouvel essor, il fait appel à son fils Christian pour le seconder. Édouard Saman tient en effet à maintenir le caractère familial de son établissement. Nous sommes en 1967, Christian Saman a alors 22 ans. Il a été scolarisé chez les jésuites à Marseille, puis chez les maristes à la Seyne (Var) avant de passer son baccalauréat au lycée Périer. Il fait ensuite des études en sciences économiques qu’il interrompt pour se rendre aux États-Unis afin de perfectionner son anglais. À son entrée dans l’entreprise paternelle, Christian Saman n’a donc pas de formation particulière. Mais il s’impose rapidement dans le milieu d’affaires grâce à ses capacités professionnelles et humaines (entretien avec M. Raphaël, 2003). Il jouera un rôle important dans le développement ultérieur de la société.

17En 1970, les établissements Saman s’installent à Vitrolles où s’ouvre à cette période la plus grande zone d’activité d’Europe. Le déménagement ne résulte pas d’un choix de la direction mais des décisions, contestables selon Christian Saman, du maire de Marseille :

En rejetant les entreprises à l’extérieur de la ville, Gaston Defferre a conduit au dépeuplement industriel de Marseille (entretien avec C. Saman, 2004).

18Cette délocalisation n’entrave cependant pas la croissance de l’entreprise et son fondateur, déjà élu à la présidence de la Confédération internationale de l’industrie des légumes secs au congrès de Madrid en 1969, est reconduit à ce poste au congrès de Marseille en 1971. Son activité économique lui vaut de recevoir la médaille du patronat français en 1974.

2.3 - 1977-1993. Croissance externe et fin de l’entreprise familiale

19En 1977, les Saman, père et fils, amorcent une politique de croissance externe en rachetant l’entreprise Légumia. Puis, en 1979, Édouard Saman confie l’entreprise à son fils : il en quitte définitivement la direction pour consacrer son temps à des activités sociales et culturelles.

À partir de ce moment-là, mon père m’a laissé l’entière direction de l’affaire, ce qui m’a permis de mettre en œuvre une réorientation progressive de l’activité (entretien avec C. Saman, 2004).

20Alors que le groupe Saman traitait non seulement de fruits secs mais aussi de légumes secs, riz, couscous et graines pour animaux, Christian Saman décide de recentrer l’entreprise sur les fruits secs, son « premier métier », dit-il. Parallèlement, il poursuit la politique de rachat d’établissements. Après les entreprises Varnat et Sofrancor rachetées en 1988, il acquiert Micasar en 1991, entreprise bien connue des Marseillais, non seulement pour ses conditions de travail difficiles mais aussi pour ses nombreuses embauches saisonnières. Micasar conditionne principalement la datte, produit de premier ordre dans l’histoire économique de la ville puisqu’en 1945 on dénombrait quatre-vingts (entrepreneurs) dattiers à Marseille.

21Pendant des années, Saman SA a résisté à l’absorption par des capitaux internationaux, tendance en hausse depuis la décennie 1960. Mais en devenant un acteur principal du secteur, elle suscite l’intérêt du groupe américain Dole dont l’activité fruits secs en Californie est justement le secteur clé. En janvier 1993, Dole rachète Saman SA en lui permettant de conserver son nom, sa direction et sa spécificité, du moins pour quelques années.

Lorsque nous sommes devenus américains, je suis resté à la direction avec une grande satisfaction, puisque nous maintenions les projets de l’entreprise, explique Christian Saman (entretien 2004). Puis la situation a évolué et je n’ai pas voulu cautionner les changements imposés par Dole, je ne voulais être ni le prête-nom ni le faire valoir de Dole.

22En 1997, Dole se défait de son activité fruits secs en Californie et du même coup, se désintéresse de la spécificité de Saman SA. N’ayant aucun moyen de s’opposer à cette nouvelle politique, Christian Saman quitte la direction de l’entreprise créée par son père soixante ans auparavant.

2.4 - Édouard Saman, cas particulier et modèle d’entrepreneur

23Le parcours d’Édouard Saman présente des spécificités à plusieurs titres. Sur le plan personnel, son histoire montre comment il a puisé sa formation dans différentes grandes villes de la Méditerranée ce qui lui a permis de maîtriser les langues des principaux États de cet espace régional. Elle montre également qu’en dépit de sa totale intégration en France, il a conservé un profond attachement à ses origines. Plus encore, il n’a jamais demandé la nationalité française, il a conservé sa vie durant la seule nationalité libanaise.

24Sur le plan entrepreneurial, Édouard Saman a tracé des axes d’échanges entre le Moyen Orient, la Grèce, l’Italie, la France et l’Afrique. Il a créé des flux de marchandises et des flux financiers en achetant les produits aux uns, les conditionnant en France et les revendant aux autres. Le succès de son activité laisse apparaître une sorte d’adéquation entre le rôle traditionnel de Marseille, espace de contacts et d’échanges et celui des « Levantins » et plus tard, des Libanais, intermédiaires et négociants. Il s’est d’ailleurs appuyé à la fois sur les relations tissées dans sa région d’origine et sur les réseaux de commerçants libanais et syrien installés dans les pays d’Afrique. Ses caractéristiques personnelles et professionnelles font d’Édouard Saman un exemple particulier de réussite.

25On retrouve néanmoins certaines de ses qualités chez d’autres entrepreneurs originaires du Liban (NASSER, 2010). Sans les développer longuement, voici quelques exemples significatifs. C’est le cas des Antoun arrivés à Marseille en 1902. Alors qu’ils sont en route pour le Brésil, ils modifient leur projet au cours de l’escale. Ils décident de racheter à l’un de leurs compatriotes un hôtel pour émigrants à destination des Amériques ou de l’Afrique. Un siècle plus tard, leurs petits-enfants sont à la tête du groupe New hotel. C’est le cas également des Maouad, commerçants au Sénégal jusqu’en 1956. Dans un premier temps, ils investissent leurs capitaux dans l’hôtellerie. Quatre ans plus tard, ils vendent leurs hôtels pour participer au projet de création d’une clinique à Marseille. Avec leurs enfants, ils dirigeront la polyclinique Clairval, un des fleurons du secteur de la santé à l’échelle nationale. À son arrivée en 1975, Jacques Saadé a pour objectif de diversifier l’implantation de l’entreprise familiale basée à Beyrouth. Trente plus tard, le PDG de la CMA CGM est devenu le no 3 mondial du transport maritime. Les postes décisionnels du directoire sont tenus par des responsables que Jacques Saadé a recrutés au Liban et par les membres de sa famille : par ailleurs, Jacques Saadé et ses enfants sont actionnaires majoritaires de l’entreprise.

26À propos des exemples évoqués, rappelons que la réussite de ces entrepreneurs est en partie liée à l’accueil que le monde économique marseillais a réservé aux nouveaux arrivants depuis le milieu du xixe siècle. Marseille en effet a accepté dans « l’internationale des notables » des hommes entreprenants venus de régions voisines aussi bien que lointaines. On trouve cette internationale des notables dans « le monde du négoce, des armateurs, des courtiers, les maîtres du port » (LOPEZ, TEMIME, 1990, T. 2, p. 39). On peut relever le fonctionnement familial de ces entreprises, que ce soit par la transmission du pouvoir décisionnel à un descendant (chez les Saman), par le biais d’une collaboration volontaire entre les membres d’une fratrie (chez les Antoun) ou encore la cooptation aux instances de direction de parents et alliés (chez les Maouad et les Saadé). Comme l’a montré P.-P. ZALIO (1999), il ne s’agit pas seulement d’éviter le partage du capital, mais d’associer des compétences dans le but de développer l’entreprise tout en la mettant au service du nom et de la parenté. Cette conception familiale de l’entreprise peut néanmoins être sujette à des interprétations différentes et provoquer des conflits internes.

27Soulignons enfin certaines caractéristiques communes à ces entrepreneurs : leur mobilité spatiale qui se traduit par une circulation entre le Liban, la France, l’Afrique ou d’autres régions telle l’Amérique latine : et leur mobilité entrepreneuriale qui les conduit à modifier ou bouleverser le projet initial, à changer d’activité, à s’adapter à l’évolution de la conjoncture voire à l’anticiper.

Top of page

Bibliography

GEORGELIN H., (2003), « Smyrne à la fin de l’Empire ottoman : un cosmopolitisme si voyant », Cahiers de la Méditerranée, vol. no 67, p. 125-147.

KASSIR S., (2003), Histoire de Beyrouth, Fayard, Paris, 732 p.

LOPEZ R., TEMIME E., (1990), Migrance. L’expansion marseillaise et « l’invasion italienne » (1830-1918), Édisud, Aix-en-Provence, T. 2, 207 p.

MAALOUF A., (1998), Les identités meurtrières, Grasset, Paris, 211 p.

NASSER R. L., (2007), Libanais à Marseille aux xixe et xxe siècles, migrations et identité(s), thèse de doctorat d’histoire, Université de Provence, Aix-en-Provence, 408 p.

SAMAN É., (1981), « L’église Saint-Nicolas de Myre de Marseille », Revue Marseille, no 124.

SMYRNELIS M.‑C., (2003), « Coexistence et réseaux de relations à Smyrne aux xviiie et xixe siècles », Cahiers de la Méditerranée, vol. no 67.

ZALIO P.-P., (1999), Grandes familles de Marseille au xxe siècle, Belin, Paris, 320 p.

Top of page

References

Bibliographical reference

Liliane Rada Nasser, « L’entrepreneuriat issu de l’immigration libanaise à Marseille au xxe siècle : l’exemple d’Édouard Saman », Méditerranée, 124 | 2015, 37-41.

Electronic reference

Liliane Rada Nasser, « L’entrepreneuriat issu de l’immigration libanaise à Marseille au xxe siècle : l’exemple d’Édouard Saman », Méditerranée [Online], 124 | 2015, Online since 15 June 2017, connection on 25 June 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/7667 ; DOI : 10.4000/mediterranee.7667

Top of page

About the author

Liliane Rada Nasser

Historienne, chercheur associé TELEMME, lnasser@dbmail.com

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals