Skip to navigation – Site map
Analyses spatiales et socio-économiques contemporaines

L’expérience technopolitaine en Algérie

Enjeux et perspectives de la diaspora pour l’attractivité territoriale
The technopolitan experience in Algeria: challenges and prospects of the diaspora for territorial attractiveness
Linda Gardelle, Josselin Droff and Aziz Nafa
p. 45-53

Abstracts

In the light of recent technopolitan initiatives in North Africa, this article discusses the issues regarding the Algerian technopolitan experience. The existing literature shows that the metropolitan process is less advanced in Algeria than in other Mediterranean countries. However, the ambitious public policy of “Pole d’excellence” suggests that the country will soon fill this gap. The technopolitan policy in North Africa is presented, and its implementation on the site of Sidi Abdellah illustrates the Algerian government ambitions. Then the main issues of such a policy for the Algerian diaspora are discussed. More particularly, the potential career opportunities for highly skilled expatriates are studied. The diaspora might play a role in two ways: first, positive consequences linked to the return of expatriate executives to their home country and second, the networks of expatriates that could find some geographical identification with technopoles in a globalized knowledge economy.

Top of page

Full text

1Du fait de la « décennie noire » qui a marqué l’Algérie des années 1990, pendant laquelle le terrorisme a freiné, voire anéanti tout développement économique, et du fait d’une certaine lourdeur administrative héritée de l’économie planifiée, l’exploitation des hydrocarbures a représenté depuis près de cinquante ans la branche principale de l’économie algérienne, les autres secteurs demeurant très marginaux et fragiles. La rente de situation qui en a découlé, au-delà des entrées de devises générées, impose une trajectoire économique spécialisée et bloque la diversification de l’économie algérienne. Aussi, depuis les années 2000, le gouvernement algérien exprime sa détermination à diversifier le secteur industriel, en s’appuyant notamment sur les PME.

2Afin de favoriser l’émergence de ces PME, l’idée de développer des technopôles a fait son chemin, encouragée par les exemples marocains et tunisiens. L’économie de la connaissance est fondée sur l’idée que la croissance est stimulée par la production, l’échange et l’utilisation de la connaissance. Cette dernière devient un facteur de production majeur qui nécessite une plus grande synergie entre les acteurs, qui sont tour à tour producteurs et consommateurs de cette connaissance. L’expérience des technopôles dans différents pays du monde est aujourd’hui suffisamment avancée pour permettre une analyse des conditions de leur réussite. Ces modèles montrent que le regroupement de plusieurs acteurs sur un même espace favorise de véritables synergies entre centres de recherches, universités et entreprises spécialisées dans les TIC (technologies de l’information et de la communication). En Algérie, c’est dans cette optique qu’a été envisagé le cyberparc de Sidi-Abdellah conçu pour devenir un pôle d’excellence. Au total, l’Algérie ambitionne le lancement de 4 pôles thématiques de compétitivité inscrits dans un budget global estimé à 185 millions d’euros, dont 90 millions d’euros pour Sidi-Abdellah, ce qui représente 50 % du montant global (d’après l’entretien réalisé en août 2012 avec Y. Aklouf, directeur de l’ANPT – Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques).

3Nous basant sur un ensemble de travaux en sociologie, en économie et en géographie, nous visons dans cet article à analyser le rôle du cyberparc de Sidi-Abdellah tel qu’il a été conçu par les autorités algériennes, en replaçant cette démarche dans le contexte du développement des technopôles au Maghreb. Nous mettrons en perspective le positionnement de la diaspora algérienne diplômée de haut niveau à l’étranger dans ce développement technopolitain, d’une part tel qu’il est envisagé par les autorités algériennes, d’autre part tel qu’il est perçu par cette élite exilée elle-même.

1 - Positionnement de l’Algérie dans la démarche technopolitaine en Afrique du Nord

4Les technopôles sont des espaces créés par une politique industrielle volontariste (BENKO, 1991 ; SCOTT, 1993). Ce mode d’organisation et d’aménagement de l’espace, révolutionnaire dans les années 1960, s’est progressivement diffusé au cours des années 1970 et 1980 (BENKO, 1991 ; QUERE, 2005). Les technopôles ont fait l’objet d’études dans de nombreux pays (CASTELLS, HALL, 1994). Parmi les travaux pionniers en ce domaine, les études portant sur les États-Unis et concernant la Silicon Valley ou d’autres sites de ce pays sont incontournables (SAXENIAN, 1981 ; 1990 ; SCOTT, 1985). En France, on relève les études récentes de A. GRONDEAU (2005) pour Sophia-Antipolis (Nice) ou J. FACHE (2006) pour Atlanpôle (Nantes).

5En dépit d’une certaine « banalisation » du concept (FACHE, 2006), les différentes réalités parfois rassemblées derrière le « vocable » de technopôle ne rendent pas inutiles quelques éléments de définitions à partir de la littérature existante sur le sujet. Un technopôle est d’abord « un rassemblement circonscrit spatialement de composantes d’enseignement supérieur, de recherche et d’entreprises dites high-tech » (QUERE, 2005). Pour B. RUFFIEUX (1991), les technopôles sont des concentrations géographiques locales « d’entreprises innovantes, situées à proximité de centres de recherche et de formation scientifique, dans le but de former un micro-système innovant ». Cet effet de proximité géographique favorise la constitution « d’un milieu humain homogène et continu allant de la recherche fondamentale à l’industrie ».

6En effet, pour les activités de production basées sur des technologies avancées, l’innovation fait partie intégrante du processus de production et la structure de la force de travail comporte une proportion particulièrement élevée de personnel scientifique et technique hautement qualifié (à la fois du fait de la Recherche et Développement mais aussi de l’encadrement et du contrôle qualité) (PLANQUE, 1986). Pour J.-C. TADDEI (2007, p. 15), « les technopôles sont le résultat d’un processus planifié dans lequel des initiatives publiques ou mixtes visent à construire le contexte favorable à la création d’un territoire afin d’encourager le transfert de connaissances et le développement de l’innovation ». Dans les faits, on observe que les technopôles sont des espaces de production et d’innovation présentant des configurations variées allant dans une complexité croissante du simple partage d’infrastructure à la mise en réseaux intégrée à l’échelle mondiale. Cette intégration croissante est soulignée par la « typologie des générations » : première génération, seconde génération et troisième génération (Karcouche, 2007). Cette intégration croissante complique la lecture spatiale des réalités que recouvre le concept de technopôle.

7En élargissant le périmètre, on distingue généralement le technopôle (lieu spécialisé) de la technopole (la cité). Cette dernière est souvent une ville dont l’économie est fortement influencée par le secteur de la haute technologie (TREMBLAY, 2004). La technopole est alors constituée du technopôle en interaction avec divers acteurs souvent situés dans des lieux distants du technopôle et avec lesquels le lien s’exerce via les réseaux de transports et de télécommunication. La technopole est généralement formée d’un centre urbain disposant d’un fort potentiel d’enseignement et de recherche, favorable au développement d’industries de pointe. Elle accueille diverses activités et infrastructures nécessaires au développement du technopôle, tout particulièrement nécessaires pour attirer des cadres, a fortiori lorsqu’ils sont expatriés (e.g. infrastructures de transport, services publics, loisirs, aménités). Enfin, du fait des partenariats existants entre acteurs (entreprises, collectivités), le technopôle et la technopole s’insèrent dans des réseaux technopolitains. L’ensemble forme la démarche technopolitaine dont l’objectif est de favoriser à partir d’un lieu et dans un/(des) espace(s) donné(s) les synergies entre acteurs privés et publics, entre la production, la formation et les activités de R&D. Le technopôle et la technopole sont ancrés localement et connectés globalement, ce qui permet d’offrir aux divers acteurs qui les composent un avantage comparatif décisif. Cet avantage comparatif est lié à un monopole relatif sur certains facteurs de production vitaux (e.g. information technique et scientifique diversifiée, connaissances codifiées et tacites) qui permettent de favoriser la mise en œuvre de rendements croissants.

8Ces démarches technopolitaines, dans lesquelles les pouvoirs publics ont très souvent un degré d’implication important, sont motivées par l’accroissement de l’implication des économies nationales dans les quatre grandes dimensions de l’économie globale : les dimensions commerciale, productive, financière et technologique (MICHALET, 2007). Dans l’espace méditerranéen, comme ailleurs, une implication accrue dans l’économie mondiale passe par l’attractivité de capitaux (sous forme d’Investissements directs à l’étranger – IDE). Les recherches empiriques soulignent qu’une concurrence à l’attractivité existe dans l’espace régional méditerranéen (NICET‑CHENAF, ROUGIER, 2009) pour le cas de la concurrence entre le Maroc et la Tunisie). L’attractivité des capitaux étant favorisée dans les pôles ou clusters (HUGON, 1999), le phénomène des pôles illustre alors cette concurrence. En effet, sous l’impulsion des pouvoirs publics, la zone du Maghreb voit se développer plusieurs « expériences technopolitaines » depuis le début des années 2000. Certains pôles, comme celui d’El Ghazala en Tunisie (lancé en 1999) ou le Technopark de Casablanca au Maroc (lancé en 2001) atteignent aujourd’hui une taille importante et témoignent d’une certaine longueur d’avance sur l’Algérie dont le parc pilote est Sidi-Abdellah (lancé fin 2009). Ces expériences tendent également à se développer au Machrek (Alexandrie et Le Caire en Égypte).

9En Tunisie, l’expérience d’El Ghazala qui a démarré dès 1997 sur décision du président de la République, s’appuie sur un site de 60 hectares dans l’agglomération de Tunis. Le site accueille diverses activités de formation, de production et de R&D dans le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC) (MEZOUAGHI, 2002a, 2002b). Ce technopôle est géré par l’entreprise Elgazala et un établissement public à caractère non administratif pour l’administration et la promotion du pôle. En 2012, le site d’El Ghazala hébergeait près de 90 entreprises dont 12 filiales des grands groupes mondiaux (Microsoft, ST Microélectronics, Ericsson, Alcatel Lucent…) ainsi que quelques PME/PMI tunisiennes. Cette expérience n’est pas isolée et le gouvernement tunisien a, depuis, inscrit dans son dixième plan de développement la création de 6 nouveaux pôles technologiques et scientifiques, dans des domaines variés (environnement, biotechnologies, pharmaceutique, électronique) (DJEFLAT, 2007).

10Le Maroc cherche aussi à développer les technologies de l’information et de la communication, par le biais des pôles d’excellences (e-Maroc, 2001-2010). Dans ce cadre, le secrétariat d’État aux postes et aux technologies de l’information fixe les principales orientations stratégiques en matière de diffusion des TIC dans cinq domaines (éducation, économie et entreprise, généralisation des TIC, administration en ligne, commerce électronique). À la différence du technopôle tunisien, le Technopark de Casablanca relève plutôt d’un modèle d’entreprenariat reposant essentiellement sur le secteur privé (GRONDEAU, 2015). Au début des années 2000, après six mois de fonctionnement, 35 entreprises étaient installées dans trois départements distincts (start-up, PME et grandes entreprises). En 2012, le technopôle accueillait plus de 150 entreprises (dont Safran, EADS, Boeing, Motorola, Marine Royale, Rocheedix). La gestion du site est assurée par une société anonyme à capitaux mixte, la Maroccan information Technopark company (MITC), dont le capital est partagé entre cinq banques (BMCE Bank, BCP, Wafabank, BCM et CDG) qui en possèdent 65 %, le reste étant détenu par l’État. La présence de banques dans la structure du capital suggère la possibilité de modalités spécifiques de financement à destination des entreprises. Le domaine de la formation est notamment très présent puisqu’une plateforme de formation de cadres sur les nouveaux métiers des TIC a été mise en place (Tutorland, AOB Consulting, Synergie, l’École supérieure de commerce de Casablanca, Ericsson, Cisco) pour étendre la base nationale de qualifications spécialisées (DJEFLAT, 2007). L’installation en 2002 d’« IS Force » (Institut supérieur de formation, de consultance et d’expertise), centre de formation continue à destination des cadres et managers du secteur public et privé, confirme cette vocation.

11L’Algérie, bien qu’en retard, n’est toutefois pas en marge et aspire à inscrire son développement dans une économie fondée, non pas uniquement sur les exportations d’hydrocarbures, mais également sur la connaissance et le savoir. Dans un contexte régional où la concurrence territoriale se manifeste, elle développe sa propre politique de technopôles (pôles d’excellence) en s’appuyant sur des activités de haute technologie avec un effort d’alignement sur les standards mondiaux. Ces technopôles se développent en s’appuyant sur une volonté politique forte et leur coordination est assurée par l’Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques (ANPT).

2 - Genèse et développement du cyberparc de Sidi-Abdellah

12Dans cet objectif d’alignement sur le reste du monde et sur les autres expériences maghrébines, les pouvoirs publics – sur décision du président de la République algérienne – ont décidé de lancer quatre pôles technologiques spécialisés dans des technologies différentes. Ce projet s’inscrit dans le plan national d’aménagement des territoires PNAT 2025 et dans la stratégie e‑Algérie 2013. À cet effet, le choix de localisation des différents technopôles se traduit par des répartitions sur tout le territoire national.

13Le Pôle d’Alger est composé de Sidi-Abdellah, pour les technologies de l’information et de la communication (TIC), les technologies avancés (Tas), la formation et la recherche universitaire. Le Pôle Oran-Mostaganem-Sidi Bel Abbès-Tlemcen est spécialisé dans la chimie organique, les technologies spatiales et les télécommunications. Le Pôle de Sétif-Béjaia-Bourdj-Bou Arréridj-M’Sila a pour objectif de développer les technologies de la plasturgie, de la biotechnologie alimentaire et la productique. Au Sud, le Pôle de Ouargla-Hassi Messaoud-Ghardaia est consacré à la pétrochimie, aux énergies nouvelles et à l’agriculture saharienne. Les différents Pôles que nous avons cités sont pour la plupart à l’état embryonnaire. Seul le pôle technologique de Sidi-Abdellah spécialisé dans les TIC est en activité depuis fin 2009. Le lancement effectif du pôle de Ouargla a été réalisé au début de l’année 2012, mais il n’en est encore qu’à ses balbutiements.

14Nous nous intéressons dans cet article au cyberparc de Sidi-Abdellah, prévu pour être un pôle d’attractivité et de performance dans le domaine des TIC, lancé dans le cadre des réformes socio-économiques et visant à accélérer la transition de l’Algérie vers une économie de l’information et du savoir. La stratégie e-Algérie 2013, lancée par le gouvernement algérien en 2009, fixe des objectifs ambitieux dans ce domaine (Synthèse e-Algérie 2013). Le pôle technologique de Sidi-Abdellah se situe sur le site de la ville nouvelle de Sidi-Abdellah à l’ouest d’Alger et couvre une superficie de 100 hectares. Selon l’Agence nationale de promotion et de développement des technopôles (ANPT, 2009), « le choix de Sidi-Abdellah comme futur technopôle d’Alger est purement stratégique, cette mesure est une opportunité pour faire plus tard de cette ville un cyberparc de troisième génération (technopôle virtuel). C’est ce qui a principalement motivé les autorités sur le choix du site ». L’Algérie a connu ces dernières décennies plusieurs séries de grands investissements, de la révolution agraire (fin des années 1960) à l’industrie « industrialisante » des années 1970 et aux pôles technologiques (fin des années 2000), dans l’objectif de développer une économie de substitution aux hydrocarbures. Cependant, les choix de localisation (voir figure 1) semblent être le résultat d’une politique de répartition sur tout le territoire national, plus que d’une véritable stratégie économique.

Fig. 1 – Les pôles d’excellence en Algérie

Fig. 1 – Les pôles d’excellence en Algérie

Source : Direction générale de la recherche scientifique et du développement technologique (DGRSDT) [http://www.dgrsdt.dz/​index.php].

15L’objectif des pouvoirs publics est d’y développer la compétitivité dans les domaines des technologies de l’information et de la communication, de faire du cyberparc un territoire attractif pour les entreprises nationales et surtout d’y attirer des firmes multinationales spécialisées dans les TIC (Anpt, 2009). Sidi-Abdellah se veut aussi un moyen de favoriser le transfert des technologies les plus avancées en Algérie, ce qui rendrait possible un meilleur positionnement au niveau régional et la promotion d’une industrie nationale en la matière. Pour M. Sid Ahmed Kerkouche, directeur général de l’ANPT jusqu’en 2012 : « l’importance du Cyberparc de Sidi-Abdellah est d’en faire un parc technologique concurrentiel de classe mondiale qui offre une infrastructure de pointe et de meilleurs services aux entreprises et institutions TIC. Avec ces différents partenaires, nationaux et internationaux, il servira de plaque tournante pour les TIC afin de susciter une communauté basée sur le savoir » (ANPT, 2009). À cet effet, l’ANPT (2001) a été créée pour la mise en œuvre et le suivi des projets. Cette agence, sous la tutelle du ministère de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication (MPTIC), est dirigée par des cadres de la Fonction publique ayant des formations techniques.

16Nous reprenons ici les objectifs tels qu’ils sont présentés par l’ANPT pour mieux comprendre l’importance de ce projet pour l’Algérie (ANPT, 2009) : le cyberparc comprend des objectifs spécifiquement sectoriels et d’autres de développement économique. Pour ce qui est des objectifs spécifiques au Pôle de Sidi-Abdellah, il s’agit de créer un espace d’accueil dynamique pour les entreprises des TIC qui disposeront d’infrastructures high-tech, de services aux entreprises et de bureaux intelligents, et ce, à des prix abordables. Il est aussi prévu de créer un laboratoire pour faciliter l’innovation, des installations de recherche et développement, une agence de commercialisation et des incubateurs. Enfin, une zone bénéficiant d’incitations (à travers un régime fiscal) doit être aménagée, afin d’attirer les investisseurs étrangers et de faciliter les transferts technologiques.

17Quant aux objectifs relatifs à toute la grappe TIC, il est question : (a) de créer un cyberparc qui servira de plaque tournante active pour les activités TIC de la région d’Alger et du pays dans son ensemble ; (b) d’offrir un soutien et des services de haute qualité aux entreprises TIC publiques et privées, afin de développer leur capacité à innover et leur compétitivité régionale et mondiale ; (c) d’accroître le taux de création et d’essaimage d’entreprises orientées TIC, en offrant une aide initiale et continue aux chefs d’entreprise ; (d) de développer un fort secteur TIC exportateur ; (e) de diversifier la chaîne de valeur des TIC en Algérie pour qu’elle comporte toute la gamme des activités, de la R&D à la commercialisation en passant par la conception, l’ingénierie et l’exécution.

18En réalité, de multiples difficultés grèvent le pôle dont les objectifs en termes d’entreprises installées et d’emplois créés ne sont pas atteints en 2013, alors que celle-ci avait été fixée comme année de tous les aboutissements. Le cyberparc de Sidi Abdellah n’arrive pas à atteindre un taux d’occupation optimal en raison de défaillances techniques et de gestion (coupures d’électricité, déficience du réseau de fibre optique). Ce défaut dans le fonctionnement n’est certainement pas étranger au fait que certaines entreprises aient quitté les lieux quelques mois après leur installation. Malgré ces difficultés, les autorités algériennes comptent bien attirer le potentiel humain que représentent les Algériens qualifiés et diplômés installés à l’étranger et elles multiplient les discours à leur intention.

3 - La diaspora algérienne

19Dans chacun des objectifs du cyberparc de Sidi-Abdellah tels qu’ils sont énoncés par l’ANPT dans ses documents officiels, l’intérêt que pourrait apporter la diaspora algérienne diplômée apparaît en filigrane, sans être toujours clairement exprimé. M. Y. Aklouf, directeur général de l’ANPT depuis le printemps 2012, déclarait ouvertement dans un entretien en août 2012 :

Nous mettrons à la disposition de la diaspora algérienne les moyens d’accompagnement nécessaires pour concrétiser les projets de création d’entreprise à Sidi‑Abdellah dans le domaine des TIC.

20C’est pourquoi, nous nous sommes intéressés aux intentions de carrière des ingénieurs algériens formés à l’étranger, comme à leurs objectifs en termes de mobilité professionnelle et de retour au pays ; des objectifs que nous avons mis en relation avec la politique de développement impulsée par les pouvoirs publics.

21Revenons tout d’abord sur le concept de « diaspora » qui, désormais, est fréquemment utilisé pour qualifier les nationaux résidant à l’étranger. La diaspora est d’abord une dispersion (BORDES-BENAYOUN, 2002). Plus exactement, il s’agit de la dispersion d’une communauté ou d’un peuple dans plusieurs lieux. Les critères qui définissent une diaspora ne font pas toujours l’unanimité et sont discutés par les auteurs (BORDES-BENAYOUN, SCHNAPPER, 2006 ; BRUNEAU, 2004). Suivant S. DUFOIX (2012), on peut considérer qu’une diaspora a les principales caractéristiques suivantes : (a) la dispersion d’une communauté dans plusieurs lieux (éloignés du pays d’origine) ; (b) des lieux de destination qui sont en conformité avec la structure des chaînes migratoires reliant les migrants à ceux qui sont déjà installés dans les pays d’accueil ; (c) la conscience et la revendication d’une identité ethnique ou nationale ; (d) l’existence d’une organisation politique, religieuse ou culturelle du groupe dispersé (se matérialisant notamment à travers la vie associative) ; (e) et l’existence de contacts sous diverses formes avec le pays d’origine, organisés notamment en réseaux d’échange (hommes, biens et services, informations…).

Fig. 2 – Schéma des liens entre différentes grappes d’activités TIC

Fig. 2 – Schéma des liens entre différentes grappes d’activités TIC

Source : ANPT (2007).

  • 1 Cette enquête s’est inscrite dans le cadre d’un projet de recherche TASSILI mené en collaboration e (...)

22Afin de cerner comment se pose, pour les membres de la diaspora algérienne hautement qualifiée, le lieu d’une future installation et quels éléments sont pris en considération dans l’élaboration des projets d’avenir, nous avons procédé à une enquête quantitative par questionnaires. L’enquête a été adressée aux élèves maghrébins de 4 écoles d’ingénieurs en France1. Nous avons placé au cœur de l’enquête la vision des élèves sur l’après-formation (projection de carrière, choix géographique de l’installation, importance donnée au retour au pays, liens professionnels avec le pays d’origine). Il est ressorti de notre enquête que 56 % des élèves-ingénieurs algériens ont l’intention, à long terme, de rentrer travailler dans leur pays d’origine (8 % seulement disent vouloir faire toute leur carrière en France, 24 % souhaitent aller travailler dans un autre pays du monde, les autres déclarent ne pas savoir) (GARDELLE, MORACE, BENGUERNA, 2012). Si plus de la moitié des élèves algériens interrogés ont pour projet de rentrer travailler en Algérie, ce chiffre apparaît assez faible (figure 3), au regard des élèves-ingénieurs marocains ou tunisiens. En effet, 73 % des Marocains et 76 % des Tunisiens en école d’ingénieurs en France envisagent de rentrer à terme dans leur pays d’origine. On peut donc constater que, dans notre échantillon, les Algériens sont les moins enclins à retourner travailler dans leur pays.

Fig. 3 – Projets professionnels à long terme

Fig. 3 – Projets professionnels à long terme

La question et les réponses proposées étaient : « Idéalement, au sommet de votre carrière, vous vous voyez : rester travailler en France, rentrer travailler dans votre pays d’origine, partir travailler dans un autre pays du monde, autre ».

Source : auteurs d’après données collectées (projet Tassili).

23Lorsqu’on interroge ces mêmes élèves-ingénieurs maghrébins, non sur leurs projets concrets mais sur leur sentiment personnel s’agissant du retour au pays, les Algériens apparaissent les plus sceptiques : 34 % des Algériens disent que le retour au pays est pour eux « inenvisageable » contre 12 % des Marocains et 12 % des Tunisiens. Les raisons invoquées par ces élèves sont des « raisons politiques » et des « raisons professionnelles », alors que les Marocains et les Tunisiens invoquent pour la plupart des « raisons familiales » et le « manque d’envie », ce que n’exprime aucun Algérien.

24Le retour effectif des Algériens hautement diplômés dans leur pays d’origine apparaît donc moins évident que pour leurs homologues Tunisiens et Marocains. Même si les résultats de notre enquête se concentrent sur de simples intentions et que celles-ci ne préfigurent pas de ce qu’ils feront réellement dans l’avenir, et même si on peut comprendre la difficulté à se projeter dans l’avenir pour ces étudiants souvent très jeunes (entre 20 et 24 ans) et encore scolarisés donc relativement éloignés de la réalité du monde du travail (MAZZELLA, 2009), ces résultats donnent une idée de la perception qu’ont ces élèves maghrébins des possibilités professionnelles qui s’offrent à eux dans leur pays d’origine. L’Algérie apparaît, aux yeux de ces étudiants, comme donnant des perspectives fragiles. Dans la même optique, l’étude réalisée par Anna Lee SAXENIAN (2002), sur « les intentions de retour aux pays d’origines » des ingénieurs de la Silicon Valley indiens, chinois et taïwanais, corrobore l’idée que ces migrants choisissent le retour au pays d’origine en fonction des opportunités économiques qui peuvent se présenter. L’image plutôt négative du contexte professionnel algérien, tel qu’il est à l’heure actuelle, est assez largement partagée. Salah Khodja, natif de Constantine et président fondateur d’une start-up aux États-Unis, déclarait à la presse algérienne en mars 2012 : « Aux États-Unis, la création d’une start-up se fait en une journée, en France en deux semaines, alors qu’en Algérie cela peut durer entre trois et six mois » (APS, 2012).

  • 2 Quarante-trois entretiens ont été réalisés, en 2011 et 2012, auprès d’élèves maghrébins actuellemen (...)

25Pourtant, au-delà de la concrétisation de ce retour au pays pour y chercher un travail ou y créer une entreprise, l’enquête laisse apparaître que les Algériens ne sont pas insensibles au maintien d’un lien professionnel avec leur pays d’origine. En effet, ils sont 78 % à déclarer que s’ils travaillent à l’étranger, ils souhaitent tout de même maintenir un lien professionnel avec leur pays d’origine, ce qui est sensiblement équivalent aux réponses des Marocains (84 %) et des Tunisiens (76 %) à la même question. Afin d’éclairer ces réponses, nous avons donc choisi, en complément à notre enquête quantitative, de conduire des entretiens qualitatifs auprès d’ingénieurs algériens, mais aussi marocains et tunisiens, établis en France après avoir été diplômés de grandes écoles françaises2. Chez les Algériens, cette enquête qualitative révèle une forte volonté de garder le lien avec l’Algérie.

26Maintenir l’Algérie comme éventuel futur horizon professionnel est, effectivement, une préoccupation récurrente. Jamel B., ingénieur chez Google, décrit son intérêt pour le contexte professionnel de son pays d’origine :

Je garde toujours un œil ouvert sur ce qui se passe en termes d’entreprenariat, ce qui se développe. J’essaie de rester en contact avec des gens à qui je pourrais apporter de la valeur et qui pourraient éventuellement m’aider si nécessaire, et là, actuellement, chez Google, j’essaie de tout faire pour faire en sorte que Google s’intéresse un peu plus à l’Algérie et créer un potentiel.

27Abdallah B., avoue l’attention qu’il porte au climat économique algérien : « On est à l’écoute de toutes les opportunités qui peuvent y avoir, clairement, que ce soit en termes d’opportunité de carrière, opportunité d’affaires. » L’idée d’entretenir des relations professionnelles avec l’Algérie est donc très forte chez les élèves-ingénieurs et les ingénieurs diplômés algériens interrogés. Même s’ils ne comptent pas retourner s’y installer, ils sont attentifs aux opportunités, aux portes qui pourraient s’ouvrir. Ils sont soucieux de ne rien manquer de l’évolution du climat économique, pour ne pas passer à côté d’occasions de s’investir. L’adhésion à des réseaux participe de cette volonté d’entretenir un lien et de ne pas être positionné à la marge de ce qui pourrait se développer. À l’heure des nouvelles technologies de l’information et de la communication, le travail en réseau représente des opportunités exploitables par ces diplômés et par les entreprises qui souhaiteraient faire appel à leurs compétences. Près de la moitié des élèves algériens (44 %) déclarent vouloir adhérer dans l’avenir à un réseau ou une association, avec pour but de « faciliter leur insertion professionnelle », « maintenir un lien avec leur pays » et/ou d’« aider au développement de leur pays », ce qui montre que la volonté existe réellement de développer des liens professionnels avec l’Algérie, alors même que des « raisons politiques » et des « raisons professionnelles » les empêchent de se projeter dans une installation bien concrète.

28Les raisons considérées comme décourageantes pour un retour immédiat en Algérie tiennent en premier lieu aux faiblesses de l’environnement professionnel. D’une part, les Algériens de la diaspora considèrent que cet environnement est à développer, à optimiser car il n’est pas satisfaisant dans son état actuel. D’autre part, il apparaît dans les entretiens que lorsque les expatriés algériens hautement diplômés se tournent vers l’Algérie c’est moins pour y chercher des opportunités que pour apporter leur contribution au développement.

Mon but à court terme et à moyen termes c’est d’acquérir une expertise, à long terme c’est de la valoriser le mieux que je pourrai, à la valoriser au service d’un autre pays et l’Algérie par exemple

29explique Abdallah B. De même, Jalil C., ingénieur diplômé de Telecom Paris, en poste à Google et fondateur de l’association ATLAS, nous confiait ses objectifs, lors d’un entretien en novembre 2012 :

Développer des talents et les aider à s’épanouir et les aider à progresser et finalement essayer de faire en sorte de promouvoir toutes ces pépites algériennes, parce qu’aujourd’hui très peu de gens sont promus. […] Il faut que tous ensemble on s’entraide pour que ça aide l’Algérie et les Algériens à briller plus.

30Si les associations d’Algériens d’expatriés existent déjà (REAGE, AIDA, ATLAS), les technopôles virtuels de « 3e génération », tels qu’ils sont développés dans d’autres pays du monde où tous les acteurs impliqués sont reliés entre eux par des réseaux performants, sont depuis quelques années envisagés comme un moyen intéressant pour l’Algérie de tirer parti des compétences de ses cadres expatriés. Les possibilités offertes par les réseaux sont clairement perçues par la diaspora. Assil K., diplômé d’Agro Paris Tech, de l’École supérieure de commerce de Paris et créateur d’entreprise, explique :

J’ai quitté l’Algérie et ça ne fait pas non plus longtemps, mais le lien ce sont mes actions plutôt associatives en faveur d’une meilleure économie algérienne. C’est pour ça que je suis membre de REAGE aujourd’hui, et on essaie de faire des colloques économiques […] pour essayer de faciliter les échanges entre les deux pays, en termes de personnes, de compétences, mais aussi en termes industriel et de partenariat. 

31L’intérêt porté par les autorités algériennes au Forum de la diaspora algérienne établie aux États-Unis, qui a eu lieu en mars 2012 à Alger, illustre bien le gain d’intérêt envisagé. Les enjeux sont importants car la diaspora algérienne disséminée dans le monde s’élève, selon l’Association internationale de la diaspora algérienne (AIDA), à 7 millions d’individus répartis sur les quatre continents (figure 4).

Fig. 4 – Répartition de la diaspora algérienne en France et dans le monde

Fig. 4 – Répartition de la diaspora algérienne en France et dans le monde

Source : Association internationale de la diaspora algérienne (AIDA).

32Le Forum de la diaspora algérienne établie aux États-Unis, organisé par AIDA, regroupait une trentaine de chercheurs et ingénieurs algériens du technopôle californien de la Silicon Valley pour discuter de la mise en place d’un climat propice au développement de technologies innovantes en Algérie. L’accueil fait par le gouvernement algérien à cette initiative a été très important, quatre ministres ayant assuré l’ouverture officielle du forum : celui de l’Industrie, de la PME et de la Promotion de l’investissement, celui du Travail, celui de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et celui de la Poste et des TIC.

33À l’occasion de l’événement, le ministre de l’Industrie, de la PME et de la Promotion de l’investissement déclarait à la presse : « ce forum sera le point de départ d’une collaboration pour encourager des millions d’universitaires ». Et d’ajouter que son ministère est prêt à aider à la multiplication des entreprises et des start-up à travers les incubateurs et les villes dédiées comme Sidi‑Abdellah (ECHIKR, 2012). Moussa Benhamadi, ministre des Postes et des Technologies de l’Information et de la Communication, affirmait quant à lui que « la mondialisation renforce les liens entre diaspora et pays d’origine […] Il est temps que nous accordions plus d’importance aux cadres de la diaspora » (ECHIKR, 2012). Le développement des pôles technologiques comme celui de Sidi-Abdellah s’inscrit dans cette prise de conscience et dans cette volonté de tirer parti des potentialités des diplômés algériens établis à l’étranger. Pour ce même ministre, les nouvelles technologies de l’information et de la communication, via les réseaux et les technopôles doivent servir cet objectif en permettant une meilleur inclusion de l’Algérie dans l’économie globalisée.

34La formation d’une e-diaspora3 est en effet un phénomène social nouveau qui peut être à l’origine de processus dynamiques en termes d’accumulation de capital social et économique lors du passage d’une société à l’autre (NEDELCU, 2002). Au-delà de son potentiel social comme outil de socialisation des migrants, l’espace virtuel est un espace technique qui permet le déploiement des ressources d’une diaspora hautement qualifiée au-delà de certains pôles d’attraction. C’est en ce sens que les réseaux regroupant des Algériens à l’étranger peuvent être des outils pour promouvoir et développer un dynamisme technologique ayant un point d’ancrage territorial tel le cyberparc de Sidi-Abdellah. À cet effet, les politiques gouvernementales ont pour objectif de transformer « la fuite des cerveaux » enregistrée depuis l’indépendance, en une valorisation sur le marché international des productions algériennes et en une incitation et un encouragement au retour au pays, muant le brain drain en brain gain (MICHAELIS, 1990). En ce sens aussi, ces flux migratoires ne peuvent être qualifiés de « fuite des cerveaux » ou brain drain, comme ils l’ont longtemps été mais sont à regarder dans leur complexité. J.-B. MEYER et J. CHARUM (1995) parlent de brain gain, Anna Lee SAXENIAN (2002) de brain circulation, des paradigmes qui permettent de mieux refléter la mobilité inhérente à un système économique de plus en plus globalisé. C’est dans cette perspective que la population qualifiée expatriée peut être considérée comme un avantage potentiel plutôt que comme une perte sèche et définitive.

35Ainsi, qu’ils retournent dans leur pays d’origine ou qu’ils s’installent de manière durable à l’étranger en intégrant la e-diaspora, les diplômés de l’étranger peuvent participer au développement technologique et économique de l’Algérie. Des technopôles comme celui de Sidi-Abdellah ont été voulus comme des moyens de propulser ce dynamisme, entre ancrage territorial et insertion dans la mondialisation. Au-delà des intentions annoncées et des discours officiels, les réalités observables au sein de Sidi-Abdellah et des autres pôles prévus sur tout le territoire algérien représenteront, dans les années à venir, un bon terrain d’analyse des moyens déployés par les pouvoirs publics algériens, du positionnement de la diaspora et de son intégration dans des communautés professionnelles virtuelles.

Conclusion

  • 4 Id.

36L’Algérie tente de mettre en place une ambitieuse politique basée sur le développement de « pôles d’excellence ». Cette politique vise à insérer le pays dans la globalisation en renforçant l’attractivité. L’expérience récente de Sidi‑Abdellah est la première pierre à l’édifice de la démarche technopolitaine algérienne qui devrait compter une série de technopôles spécialisés. Ce travail est la première étape d’un questionnement à poursuivre et à approfondir. Comme on l’a vu, les Algériens hautement diplômés de la diaspora guettent les opportunités pouvant émerger en Algérie, motivés par une volonté de s’investir dans l’échange avec leur pays d’origine. Leur implication dans les réseaux participe de cet engagement. Empiriquement, la netnographie de cet espace virtuel serait intéressante à mener, en s’inspirant des travaux autour des réseaux sociaux et de leur rôle dans le développement économique (LAZEGA, 1994 ; 1998), comme des travaux les plus récents réalisés sur les e-diaporas (2012)4. D’un point de vue plus théorique, il serait intéressant de développer une réflexion sur l’implication de la diaspora dans le développement du pays d’émission. Puisque l’on parle davantage de brain circulation, les technopôles ne peuvent-ils pas être vus comme un moyen de transformer le brain drain si décrié en brain gain (MICHAELIS, 1990 ; MEYER et al., 1997) ?

37L’espace méditerranéen pourrait se transformer par le développement des réseaux et de l’espace virtuel. À l’heure où les échanges conjuguent proximité spatiale et relations sociales à distance, le développement des technopôles comme lieu de regroupement de différents acteurs dans un même espace territorial permet un ancrage qui constitue une condition nécessaire au décollage économique et à l’insertion dans des réseaux d’échange mondialisés. Tout porte à croire que les technopôles dits de « 3e génération », basés sur des échanges virtuels, participeront grandement à la recomposition de l’espace méditerranéen, en métamorphosant les codes de la mobilité, faisant jouer un rôle local important à des acteurs éloignés. Les pouvoirs publics algériens en ont-ils pris pleinement conscience ?

Top of page

Bibliography

ANPT, (2009), Document officiel de présentation de l’agence, non publié (10 pages).

APS, (2012), « Partenariat avec la diaspora algérienne aux États-Unis, une bonne opportunité pour les jeunes entrepreneurs », Algérie Presse Service, 20 mars 2012.

BENKO G., (1991), Géographie des technopôles, Masson, Paris.

BORDES-BENAYOUN C., (2002), « Les diasporas, dispersion spatiale, expérience sociale », Autrepart, vol. 22, n2, p. 23-36.

BORDES-BENAYOUN C., SCHNAPPER D., (2006), Diasporas et nations, Odile Jacob, Paris.

BRUNEAU M., (2004), Diasporas et espaces transnationaux, Economica, Paris, 249 p.

CASTELLS M., HALL P., (1994), Technopoles of the World. The making of 21st Century Industrial Complexes, Routledge, London.

DJEFLAT A., (2007), « État des lieux des technopôles au Maghreb », Innovative metropolitan territories: technology parks and competitiveness clusters, Workshop, Tunis, 19 et 20 juin 2007, [http://www.euromedina.org/bibliotheque_fichiers/tunis_OuvertureDjeflat.pdf].

DUFOIX S., (2012), La dispersion. Une histoire des usages du mot diaspora, Amsterdam éditions, Paris, 573 p.

ECHIKR A., (2012), « Un climat d’affaires propice à un développement rapide des start-up », La Tribune, 21 mars, p. 1 et 3.

FACHE J., (2006), « Atlanpôle : les fragilités d’une organisation spatiale et thématique », Norois, no 200, p. 25-37.

GARDELLE L., MORACE C., BENGUERNA M., (2012), « North African engineering students in France: the impact of political decisions on academic ambitions », ICAMM 3, Kuala Lumpur, 4-5 juillet.

GRONDEAU A., (2005), « Le modèle technopolitain en question : l’exemple comparé de la Silicon Valley et de Sophia-Antipolis », Les cahiers nantais de la Géographie, no 62-63, p. 89-97.

GRONDEAU A., (2015), « Réseaux transnationaux, cluster NTIC au Maroc : l’exemple du Technopark de Casablanca », dans S. DAVIET (dir.), L’entrepreneuriat transméditerranéen en question, Karthala, Paris, p. 177-193.

HUGON P., (1999), « Les accords de libre-échange avec les pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée entre la régionalisation et la mondialisation », Revue Régions et Développement, no 9, p. 5-29.

KARCOUCHE S. A., (2007), Comment planifier la prochaine génération de technopôles. Une approche régionale axée sur les grappes pour créer des parcs technologiques efficients, Communication du DG de l’ANPT à Tunis, mars 2007. Document de travail non publié. http://www.euromedina.org/bibliotheque_fichiers/tunis_Atelier3Karkouche.pdf.

LAZEGA E., (1994), « Analyse de réseaux et sociologie des organisations », Revue française de sociologie, vol. 35, no 2, p. 293-320.

LAZEGA E., (1998), Réseaux sociaux et structures relationnelles, PUF, coll. « Que-sais-je ? », no 3399, Paris, 128 p.

MAZZELLA S., (2009), La mondialisation étudiante. Le Maghreb entre Nord et Sud, Khartala & IRMC, Paris.

MEYER J.-B., CHARUM J., (1995), « La fuite des cerveaux est-elle épuisée ? Paradigme perdu et nouvelles perspectives », Cahiers des sciences humaines, 31 (4), p. 1003-1017.

MEYER J.-B. et al., (1997), « Turning the Brain Drain into Brain Gain: the Colombian Experience of the Diaspora Option », Technology and Society, vol. 2, no 2, p. 285-317.

MEZOUAGHI M., (2002a), « Les enseignements des approches de système national d’innovation : les économies semi-industrialisées », Revue Tiers-Monde, no 169, janvier-mars 2002, p. 189-212.

MEZOUAGHI M., (2002b), « L’émergence de technopôles dans les pays du Maghreb : facteur d’insertion des TIC ou mimétisme institutionnel », Mondes en Développement, Tome 30, no118, De Boeck, p. 65-78.

MICHAELIS A., (1990), « Brain drain and brain gain », Interdisciplinary Science Review, vol. 15 no 3.

MICHALET C.A., (2007), Mondialisation, la grande rupture, La Découverte, coll. « Cahiers libres », Paris.

NEDELCU M., (2002). E-stratégies migratoires et communautaires. Le cas des Roumains à Toronto. Hommes & Migrations, 1240, 42-52.

NICET-CHENAF D., ROUGIER E. (2009), « Les relations entre les investissements directs étrangers marocains et tunisiens : concurrence des territoires ou effets de déversement d’attractivité ? », Région et Développement, no 29, p. 105-140.

PLANQUE B., (1986), « Genèse, développement et problèmes d’un technopôle – Le cas de la Silicon Valley », Mondes en développement, Tome 14, no 56, p. 165-195.

QUERE M., (2005), « Le développement technopolitain en France. Quels enseignements pour l’attractivité des territoires ? », Revue de l’OFCE, no 94, p. 71-96.

RUFFIEUX B., (1991), « Micro-système d’innovation et formes spatiales de développement industriel », dan Arena R. et al. (dir), Traité d’économie industrielle, Economica, Paris, 2e édition.

SAXENIAN A.L., (1981), Silicon chips and spatial structure: the industrial basis of urbanisation in Santa Clara County, California Institute of Urban and Regional Planning. Working paper 345, University of California, Berkeley.

SAXENIAN A.L., (1990), The origins and dynamics of production networks in Silicon Valley. Working paper 516, Institute of Urban and Regional Development, University of California, Berkeley, 35 p.

SAXENIAN A.L., (2002), « Local and Global Networks of immigrant professionals in Silicon Valley », Public Policy Institute of California, 106 pages.

SCOTT A., (1985), High technology industries and territorial development: the rise of the Orange County complex, 1955-1984, Working Paper, Department of geography, UCLA, Los Angeles.

SCOTT A. J., (1993), Technopolis. High-Technology Industry and Regional Development in Southern California, University of California Press, Berkeley.

TADDEI J.-C., (2007), « Une nouvelle lecture du territoire par la limite », Loin, proche : la dimension spatiale dans le management des organisations, IAE d’Orléans, le 22 novembre, 21 p.

TREMBLAY R., (2004), « Revue des principaux rankings des technopôles américains », Canadian Journal of Regional Science, vol. 27, no 1, p. 121-134.

Top of page

Notes

1 Cette enquête s’est inscrite dans le cadre d’un projet de recherche TASSILI mené en collaboration entre le Centre de recherche appliquée pour le développement (CREAD) à Alger et l’équipe Formation et professionnalisation des ingénieurs de l’ENSTA Bretagne, rattachée par convention au Centre de recherche sur la formation (EA 1410) du CNAM Paris. Le projet qui s’échelonne sur 4 ans, est financé par le ministère français des Affaires étrangères et par le ministère algérien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Le questionnaire dont il est fait mention dans cet article a été adressé via le logiciel d’enquête et de traitement de données Sphinx aux élèves algériens, marocains et tunisiens de l’ENSTA Bretagne, Telecom Bretagne, Telecom Paris et INSA Lyon, via les services de la scolarité de leurs établissements respectifs, en février-mars 2012. 167 questionnaires ont été reçus, dont 158 valides. Il se composait de 40 questions et respectait l’anonymat des répondants.

2 Quarante-trois entretiens ont été réalisés, en 2011 et 2012, auprès d’élèves maghrébins actuellement en formation en écoles d’ingénieurs en France et auprès d’ingénieurs diplômés de grandes écoles françaises originaires du Maghreb (ayant passé leur Bac en Algérie, Tunisie, ou Maroc). Ces entretiens ont systématiquement été recentrés sur trois thèmes discursifs que nous pensions révélateurs : le parcours (itinéraire scolaire, les motivations à suivre des études d’ingénieur, les motivations à partir, le départ), le ressenti sur la situation vécue en France (à l’école, le contexte social et politique, les liens sociaux noués…) et l’après-formation (en termes de projection pour les élèves et en termes de réalisation pour les diplômés : carrière, choix, préférences, en particulier en matière de pays d’installation).

3 Voir le concept au sein de l’Atlas des e-diasporas : http://www.e-diasporas.fr.

4 Id.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Les pôles d’excellence en Algérie
Credits Source : Direction générale de la recherche scientifique et du développement technologique (DGRSDT) [http://www.dgrsdt.dz/​index.php].
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7690/img-1.png
File image/png, 1.6M
Title Fig. 2 – Schéma des liens entre différentes grappes d’activités TIC
Credits Source : ANPT (2007).
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7690/img-2.png
File image/png, 134k
Title Fig. 3 – Projets professionnels à long terme
Caption La question et les réponses proposées étaient : « Idéalement, au sommet de votre carrière, vous vous voyez : rester travailler en France, rentrer travailler dans votre pays d’origine, partir travailler dans un autre pays du monde, autre ».
Credits Source : auteurs d’après données collectées (projet Tassili).
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7690/img-3.png
File image/png, 100k
Title Fig. 4 – Répartition de la diaspora algérienne en France et dans le monde
Credits Source : Association internationale de la diaspora algérienne (AIDA).
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7690/img-4.png
File image/png, 678k
Top of page

References

Bibliographical reference

Linda Gardelle, Josselin Droff and Aziz Nafa, « L’expérience technopolitaine en Algérie », Méditerranée, 124 | 2015, 45-53.

Electronic reference

Linda Gardelle, Josselin Droff and Aziz Nafa, « L’expérience technopolitaine en Algérie », Méditerranée [Online], 124 | 2015, Online since 15 June 2017, connection on 23 May 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/7690 ; DOI : 10.4000/mediterranee.7690

Top of page

About the authors

Linda Gardelle

ENSTA Bretagne (École nationale supérieure de techniques avancées), linda.gardelle@ensta-bretagne.fr

Josselin Droff

ENSTA Bretagne (École nationale supérieure de techniques avancées), Université de Bretagne occidentale, Brest, josselin.droff@ensta-bretagne.fr

Aziz Nafa

CREAD (Centre de recherche en économie appliquée pour le développement), Alger, nafa.aziz@cread.edu.dz

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals