Skip to navigation – Site map
Analyses spatiales et socio-économiques contemporaines

Mobilité des cadres et des commerçants dans le Sud-Ouest algérien

Stratégies, enjeux et difficultés d’émergence d’un territoire
Mobility of executives and traders in southwest Algeria: strategies, challenges and emerging issues of territory
Badreddine Yousfi
p. 55-65

Abstracts

The political and economic interest of the Algerian State for Saharan areas is marked by a massive intervention in the development of basic infrastructure and equipment, causing mutations that have affected not only the spatial organization of the region but also have profoundly changed the social component of the local people. The new spatial organization, structured by a network of cities administratively promoted, contributed to the opening of these spaces. This openness is manifested by a mobility of executives, traders and skilled employees, called from North Algeria in order to support this development. New centers of gravity are created through a socio-professional class consisting of executives from the north of the country. But the new social groups have a great attachment to their original space and engage less in the local social life. This hinders the development process of a new elite able to replace the former local notables.

Top of page

Full text

  • 1 En 2008, l’armature urbaine est ainsi formée d’une série de villes de différents rangs à savoir : u (...)

1Au centre des enjeux stratégiques et géopolitiques, le Sahara algérien n’a jamais suscité autant d’intérêt politique et économique. L’État algérien s’est engagé depuis son indépendance au développement de cet espace, dans une perspective régionale d’aménagement du territoire et une vision renouvelée de la région « Sahel-Maghreb ». Il procède ainsi par la réalisation d’un réseau administratif hiérarchisé qui s’appuie sur un maillage administratif de plus en plus serré. Cette promotion administrative est accompagnée par la mise en place d’une infrastructure de base adéquate et une série d’équipements administratifs et socio-économiques. Cet espace se désenclave, s’attribue de nouvelles fonctions et s’urbanise1 (COTE, 1998).

  • 2 BENSAÂD (2009) a déjà souligné l’importance des flux migratoires transsahariens où le Sahara n’est (...)

2Le développement des services publics liés à l’État avait généré la création de plusieurs postes d’emploi direct et indirect. Par conséquent, des flux migratoires2 ont accompagné ces mutations économiques et spatiales, concernant aussi bien les espaces ruraux que les espaces urbains. En effet, une nouvelle population originaire du Nord algérien, attirée par l’emploi et le logement, s’est installée dans ces villes. Il s’agit souvent des cadres et des fonctionnaires ainsi que des commerçants, saisissant les opportunités d’une indisponibilité des personnes qualifiées sur place dans quelques domaines pointus, générant une évolution de la demande sur la consommation des ménages. Quelles sont alors les interactions entre les dynamiques économiques de cette région et la mobilité ?

  • 3 Il s’agit d’une société stratifiée en classes sociales : les chorfa sont des nobles, descendants de (...)
  • 4 Cet espace a été mis en quarantaine par la colonisation (loi de 1902) en s’appuyant sur les structu (...)

3Cette forte intervention de l’État a contribué à accélérer les mutations sociales, économiques et culturelles dans cet espace, mettant en quarantaine les anciennes pratiques des pouvoirs religieux, dominés autrefois par les cheikhs de zaouïas et les nobles3. Les actions menées par l’État dans la modernisation de la justice et de l’enseignement viennent donc soutenir cette vision depuis l’indépendance de l’Algérie. C’est ainsi que les anciennes instances maraboutiques qui puisaient leur existence de leur pouvoir religieux se trouvent relayées par de nouvelles instances que représente l’État moderne4. De nouvelles références idéologiques et culturelles sont intégrées par le biais de l’administration, de la justice et de l’école… et véhiculées par les mobilités, entraînant certaines ruptures dans le fonctionnement des instances traditionnelles. Nous croyons que cette dynamique a anticipé la modification des rapports sociaux au sein de la population locale et a mis en cause l’ancienne structuration, contribuant ainsi à la recomposition de la société locale. De nouveaux centres de gravité se forment autour d’une classe socioprofessionnelle constituée de cadres et de commerçants originaires du Nord du pays. L’avènement d’une nouvelle classe socioprofessionnelle ne remet-il pas en cause la notion de notabilité locale définie par le pouvoir religieux et la généalogie ?

1 - Le Sud-Ouest algérien : une forte intervention de l’État

4Excepté les zones pétrolières, les zones sahariennes rencontraient beaucoup de difficultés économiques au lendemain de l’indépendance et accusaient un retard flagrant en matière de développement. Les conditions de vie de la population étaient précaires pour ne pas dire misérables. Pour faire face, l’État a recouru à la promotion administrative de ces territoires et à la planification.

  • 5 Les premiers plans (le plan spécial et le plan triennal) reposent sur le développement des routes d (...)

5En effet, l’État algérien s’est engagé à promouvoir et à intégrer les territoires sahariens à partir de 1966, date de lancement du premier plan spécial de développement des régions sahariennes. Et ce n’est pas par hasard qu’un conseil de ministres s’est tenu à Ouargla pour adopter ce programme (Blin, 1990). La tenue d’une telle réunion dans le Sahara symbolise l’intérêt que porte le pouvoir central non seulement pour son intégration (Kouzmine et al., 2009) mais aussi pour son développement ; la route est jugée indispensable pour un tel objectif5.

  • 6 La présente grille normalise et hiérarchise l’affectation des équipements en fonction des trois ran (...)

6Parallèlement, un nouveau découpage administratif a été conçu au début des années 1970 et finalisé en 1975 pour consolider le réseau institutionnel mais aussi pour appuyer le redressement de l’armature urbaine. Dans cette démarche, il était recommandé, par le bais d’une grille d’équipements6, de développer une armature urbaine reposant sur les villes petites et moyennes. L’intérêt d’une telle approche était de maîtriser le mouvement de la population, tout en limitant l’exode rural observé après l’indépendance vers les métropoles ou les grandes villes. Cet enjeu est visible dans ce découpage et s’articule de plus en plus aux instances d’échelon moyen et supérieur, à savoir les daïras et les wilayas. Ainsi, le territoire saharien du Sud-Ouest ou l’ancien département de la Saoura, est scindé en deux parties : la wilaya d’Adrar et la wilaya de Bechar. Ces deux wilayas sont composées de 11 communes à cette époque.

7Dans la même perspective, un nouveau découpage a été réalisé en 1985. Il est remarquable que le maillage se soit affiné au point que le nombre des entités administratives a presque doublé à tous les échelons, passant ainsi de 31 wilayas à 48, de 160 daïras à 276 et de 707 communes à 1514. Dans le Sud-Ouest, Tindouf est une nouvelle wilaya qui a vu le jour ; 17 nouvelles communes ont été créées dans la wilaya d’Adrar et 10 dans la wilaya de Bechar dont beaucoup ne dépassent pas les 2 000 habitants.

8Seulement, à cette époque l’État se désengage du local : la grille d’équipements devient obsolète car « ce découpage administratif contribue à reconnaître des disparités dans la répartition des ressources et à favoriser l’émergence de notables locaux. En fait, il projette sur l’espace des choix libéraux récents » (Brulé, 2004).

Figure 1 : Limites de la zone d’étude

Figure 1 : Limites de la zone d’étude

Illustration : Kouzmine Y., Kaufmant A., Mathieu R., 2005.

9Ainsi, les disparités territoriales sont approchées par le Schéma national d’aménagement du territoire (Snat). L’objectif global vise à une redistribution de la population et des activités dans les territoires afin de freiner la littoralisation et ce, par le redéploiement de 300 000 personnes vers le Sud algérien en développant des centres urbains capables de concurrencer par leur niveau d’activité et d’équipement les métropoles actuelles (Mpat, 1985). À cet outil d’aménagement, vient s’ajouter le Fond de développement des Régions Sud. Créé en 1998, ce fond, dont les ressources sont versées par un prélèvement de 2 % sur le montant annuel de la fiscalité pétrolière, est réservé au développement des zones sahariennes. L’objectif est de soutenir la promotion de ces territoires, en améliorant le cadre et les conditions de vie des populations locales, de valoriser les ressources et les potentialités de ces espaces et de protéger les zones vulnérables.

10Dans l’espace urbain, cette dynamique est caractérisée par le développement de nouvelles fonctions (administratives, commerciales, universitaires…). Dotées en équipements jugés indispensables pour leur fonctionnement administratif et socio-économique, les différentes agglomérations du Sud algérien exercent des pouvoirs attractifs qui se manifestent par la formation d’une nouvelle composante humaine. Les villes de rang supérieur, comme les chefs-lieux de wilaya (Bechar et Adrar), ont été contraintes de faire appel aux cadres supérieurs et moyens (médecins, avocats, enseignants universitaires, enseignants de l’Éducation nationale, infirmiers, agents administratifs…) originaires d’autres régions, lorsque ces qualifications n’étaient pas disponibles à l’échelle locale. Ceci a entraîné une importante mobilité résidentielle. Ce type de mobilité est aussi le résultat de choix individuels ou collectifs (les ménages) dont les motifs varient (accès aux services, accès au logement, accès à la propriété, éclatement familial et statut social…).

11En sachant que certains équipements publics de rang supérieur, tels que les hôpitaux et les universités, peuvent constituer de véritables générateurs de mobilités, la question de l’attractivité des services publics de ces villes est incontournable dans la compréhension de ce phénomène de mobilité.

2 - Un développement qui s’articule à de nouvelles infrastructures déterminant une forte attraction des cadres

  • 7 OTMANE (2010) en recense une vingtaine. Originaires de Tizi-Ouzou, d’Alger, de Batna et de Souk-Ahr (...)

12La mobilité vers les centres urbains sahariens est marquée par un processus « professionnel » qui concerne aussi bien des cadres de la Fonction publique que des commerçants et des entrepreneurs agricoles7. Absents à l’échelle locale, ces cadres opérant dans le secteur de l’enseignement et de la santé – deux secteurs prioritaires – sont appelés pour accompagner les politiques de l’État en matière de développement du Sahara.

2.1 - Un personnel médical insuffisant malgré la disponibilité des équipements sanitaires

13Certes, l’Algérie a réussi à couvrir tous les espaces sahariens par des équipements sanitaires, mais la mobilisation du personnel médical, notamment les médecins et les médecins spécialistes, demeure encore une tâche difficile. Actuellement, le Sud-Ouest algérien compte une moyenne d’un médecin pour 1 093 habitants soit 331 médecins dans la wilaya d’Adrar et 282 médecins dans la wilaya de Bechar (Dpat, 2008). Toutefois, ce taux parait plus confortable dans les centres urbains où se concentrent la majorité des équipements publics et les cabinets médicaux privés, avec un taux d’un médecin pour 400 à 500 habitants. Ceci concerne essentiellement les petites villes d’Abadla et de Beni-Abbès dans la wilaya de Bechar, de Reggane et de Timimoun dans la wilaya d’Adrar. L’existence de grands hôpitaux dans ces espaces peu peuplés explique ce niveau d’encadrement. Cependant, les deux chefs-lieux de wilaya rencontrent beaucoup de difficultés à mobiliser suffisamment de praticiens de santé, là où les taux d’encadrement sont inférieurs à la moyenne régionale (un médecin pour 952 habitants à Bechar et un médecin pour 641 habitants à Adrar), mais restent relativement acceptables.

14L’indisponibilité des cadres et des médecins spécialistes sur place nécessite des recrutements en dehors des limites sahariennes puisqu’il n’existe aucun centre hospitalo-universitaire saharien, susceptible d’assurer ce type de formation. Pour combler ce déficit, l’État a introduit l’obligation du service civil pour les jeunes diplômés en médecine, qui s’engagent (en contrepartie de la gratuité de leurs études) à exercer dans les établissements publics de santé pendant une période qui varie, selon les régions, d’un an à quatre ans, avant d’ouvrir leurs propres cabinets. Ceci a permis d’affecter un nombre important de médecins dans les zones reculées. Mais hélas, les zones sahariennes sont exposées au problème du désert médical dû à l’instabilité des médecins qui quittent leurs établissements dès qu’ils terminent leur service civil (un an pour Adrar, deux ans pour Bechar).

  • 8 Le service civil peut s’effectuer au Nord comme au Sud, selon la disponibilité des postes. L’affect (...)

15L’examen des origines géographiques des médecins spécialistes de l’hôpital de Beni-Abbès, une petite ville de 10 000 habitants, révèle bien une aire de recrutement qui concerne les villes universitaires : Alger (7 médecins), Oran (4 médecins), Tlemcen et Constantine (2 médecins chacune). En effet, les jeunes médecins issus du Nord-Ouest du pays préfèrent effectuer leur service civil dans le Sud-Ouest, du fait de relations ancestrales entre ces deux régions. Par ailleurs, le nombre de médecins issus des régions sahariennes est très limité (3 médecins seulement sont originaires de la wilaya de Bechar). Ceci est dû, d’un côté à l’absence des pôles de formation spécialisés en médecine (facultés et hôpitaux universitaires) dans les zones sahariennes, et d’un autre côté, à l’installation de quelques jeunes sahariens diplômés en médecine dans le Nord du pays après la fin de leurs cursus universitaires, puisqu’il n’existe aucun règlement qui les oblige à y retourner pour exercer8.

2.2 - Une forte mobilité des enseignants des niveaux secondaire et supérieur

  • 9 L’Université africaine d’Adrar est constituée de trois facultés (Faculté des sciences sociales et d (...)

16Les deux universités d’Adrar et de Bechar sont le résultat de la volonté de l’État de doter les zones sahariennes en établissements de formation supérieure pour limiter la pression sur les universités du Nord du pays d’une part, et pour subvenir aux besoins de la formation des cadres dans la région d’autre part. La mise en place de ces universités a commencé par l’installation de petits instituts spécialisés à la fin des années 1980, puis on a assisté dans la décennie suivante à l’ouverture de quelques filières les qualifiant de centres universitaires, devenus actuellement des universités9. Cette promotion s’est accompagnée de l’introduction de plusieurs filières et de l’augmentation du nombre d’étudiants. La formation est assurée par des jeunes enseignants formés souvent dans les universités du Nord, par des enseignants invités et par des collaborateurs issus du monde professionnel.

17Les origines géographiques des personnels universitaires de l’université d’Adrar, selon leur lieu de résidence antérieur, démontrent que 63 % sont issus des autres wilayas du Nord, selon une enquête effectuée par L. Moulay et M. Bahnini (2006). Les lieux de naissance de ces cadres sont caractéristiques des centres classiques de formation des élites en Algérie, à savoir : Tlemcen, Oran à l’Ouest, Alger et Tizi-Ouzou au Centre et Constantine à l’Est. Quant à l’université de Bechar, Fellah (2002) a bien démontré la relation solide que tisse cette ville avec les wilayas du Nord‑Ouest d’où 68,5 % des enseignants sont originaires, avec une dominante en faveur des wilayas de Tlemcen, d’Oran, d’El-Bayadh et de Naâma. Ces flux sont le résultat de mobilités de nombreux jeunes diplômés de troisième cycle (magister, doctorat). Forcés par le chômage dans le Nord, où les chances d’embauche dans les grandes universités sont minimes, ils affluent dans les universités sahariennes en expansion où la gratuité de logement et la prime salariale du Sud sont des atouts pour motiver leur intégration.

18Au niveau de l’Éducation nationale, l’examen des taux d’encadrement révèle la réussite du défi de l’État algérien au Sahara, qui a pu mobiliser une forte masse d’enseignants vers des zones peu attractives. En effet, ce taux est satisfaisant au niveau de l’enseignement primaire (inférieur à un enseignant pour 20 élèves, à l’exclusion de Bordj-Badji-Mokhtar et de Timiaouine), acceptable au niveau de l’enseignement moyen avec un taux variant entre 20 et 30 élèves par enseignant et il est satisfaisant au niveau secondaire (un enseignant pour moins de 20 élèves).

19Le personnel du secteur de l’éducation est appelé à travers tout le territoire national. En effet, selon Keroumi (1999), 75 % des enseignants du secondaire de la ville d’Adrar sont nés hors de cette wilaya. Ceci s’explique par l’évolution rapide des besoins qui se conjugue à la croissance démographique de cette ville et des communes de la wilaya dans les années 1980, en sachant bien qu’à cette période les lycées de la ville d’Adrar couvraient pratiquement les besoins de tout le territoire administratif de la wilaya. C’est ainsi que l’État a fait appel au niveau national pour recruter ces enseignants : 36,9 % sont originaires des wilayas de l’Ouest, notamment d’Oran et de Tlemcen ; les wilayas du Centre forment 9,5 % de ces flux (Alger est la première wilaya pourvoyeuse des enseignants dans cette région).

2.3 - Une majorité de cadres originaires du Nord‑Ouest

  • 10 Cette enquête a été effectuée en 2009 par le biais du questionnaire et elle a touché 120 cadres mig (...)

20Afin d’identifier les caractéristiques sociales des cadres installés dans les villes du Sud-Ouest algérien, les motifs de leur mobilité et leurs relations avec l’espace réceptacle et l’espace d’origine, nous avons mené une enquête10 qui a montré que la majorité de ces cadres sont originaires des wilayas du Nord-Ouest, avec une proportion moyenne de 43 %, mais qui diffère d’une ville à l’autre (tableau 1).

Tableau 1 – Origine géographique des cadres installés dans les villes du Sud‑Ouest selon leurs lieux de naissance

Tableau 1 – Origine géographique des cadres installés dans les villes du Sud‑Ouest selon leurs lieux de naissance

Sources : enquête de terrain, 2009.

  • 11 La mobilité concernant les parcours de formation des cadres originaires des villes du Sud-Ouest n’a (...)

21La ville de Bechar affiche des relations privilégiées avec la région du Nord-Ouest d’où 76 % des cadres sont originaires. Ayant des relations historiques et économiques, les deux espaces voisins sont reliés par de fortes relations d’échanges qui s’articulent principalement autour de la route RN6, reliant Bechar aux autres villes du Nord-Ouest. Les villes d’Oran et de Tlemcen et les villes des Hautes Plaines oranaises constituent les lieux pourvoyeurs de ces mobilités. Bien plus, les universités d’Oran, de Tlemcen et à un degré moindre celle de Sidi-Bel-Abbès ont été les lieux de formations de la plupart des cadres, à hauteur de 25 %, 12 % et 6 % respectivement. Quant à ceux installés dans les villes d’Adrar et de Timimoun, ils sont originaires de différentes régions, avec une légère dominance de l’Oranie pour Adrar et de l’Algérois pour Timimoun. Les villes d’Alger, de Tizi Ouzou et de Blida sont les lieux de naissance d’une majorité de cadres installés dans ces deux villes. L’examen de leurs lieux d’étude montre que les universités d’Alger occupent une place importante suivies par celles de Blida et de Tizi-Ouzou. Enfin, les cadres de Reggane sont originaires principalement de trois régions à savoir Nord-Est, du Nord-Centre et Sud11.

3 - Des mobilités temporaires : une forte rotation des cadres dans le Sahara

22Appelés pour piloter des équipements de grande envergure, ces cadres sont motivés par une indemnité sur le revenu, appliquée dans les zones sahariennes, et par des logements de fonction. Des cités résidentielles constituées de logements de fonction sont nées dans la majorité de ces villes.

3.1 - L’emploi et le logement : principaux motifs de la mobilité des cadres

23La majorité des cadres installés dans les villes du Sud-Ouest sont des hommes (77,5 %) mariés, emménageant avec leur famille à 87 %. Les installations sans la famille de certains cadres mariés sont tantôt justifiées par la spécificité de leur cadre de vie (le travail du conjoint, les études des enfants, l’émancipation sociale…) pour les cadres ayant des traditions citadines ; les valeurs sociales, les traditions, la famille (élargie)… pour quelques cadres d’origine rurale.

24La proportion des cadres de sexe féminin est limitée et concerne à la fois des femmes mariées et célibataires. La mobilité des femmes mariées s’inscrit dans une stratégie des couples cadres (jeunes) qui visent les espaces sahariens afin d’accéder à l’emploi, au logement et de bénéficier d’une rémunération qui leur permettrait de réaliser des épargnes. Celles-ci seront réinjectées plus tard dans un projet d’achat d’un bien immobilier souvent au Nord du pays ou dans un projet de voyages… La mobilité des femmes cadres célibataires reflète quant à elle le nouveau statut que la femme se procure dans une société conservatrice, dominée par les hommes. Le droit aux études a permis le droit au travail qui a donné ensuite droit à la mobilité pour les femmes célibataires en Algérie.

25Par ailleurs, les tranches d’âge des cadres oscillent entre 30-40 ans et 40-50 ans, représentant chacune 35 % de l’ensemble des effectifs. Ceci montre qu’il y a une régularité des arrivées depuis au moins deux décennies. Cette immigration résulte à la fois de la création de nouveaux emplois dans la fonction publique, mais aussi d’un renouvellement des effectifs (phénomène de turn-over). L’analyse des dates de recrutement de ces cadres révèle une évolution continue qui a commencé dans les années 1980 pour le secteur de l’enseignement et l’administration et s’est poursuivie dans les années 1990 dans les deux secteurs en particulier dans le secteur de l’administration (53 % des installations se sont effectuées entre 1990-2000) et qui a duré dans la décennie suivante dans le secteur de l’enseignement et notamment dans la santé (73 % des cadres de la santé sont arrivés entre 2000-2010) (tableau 2).

Tableau 2 – Périodes d’installation des cadres dans les villes du Sud-Ouest algérien selon les secteurs d’activités

Tableau 2 – Périodes d’installation des cadres dans les villes du Sud-Ouest algérien selon les secteurs d’activités

Sources : enquête de terrain, 2009.

26Ces résultats traduisent des choix politiques de l’État dans la réalisation des équipements et la généralisation des services en fonction de chaque période.

27En effet, dans les années 1980, les besoins en matière d’enseignement se sont accrus suite à la croissance démographique dans ces espaces, conduisant l’État à réaliser une série d’établissements scolaires. Ces besoins se sont doublés dans les décennies suivantes pour se généraliser aux différents niveaux notamment à l’enseignement supérieur au début des années 2000. Ceci a entraîné des recrutements massifs d’enseignants du niveau supérieur avec l’ouverture de plusieurs lycées et de deux universités à Adrar et à Bechar. Par ailleurs, ces mêmes politiques de développement menées par l’État dans cet espace (mise en valeur, infrastructures, eau…) ont également généré des recrutements de cadres à profil technique (hydraulique, informatique, ingénieur BTP…) dans les directions exécutives de wilaya et les subdivisions de daïra. Ces recrutements ont accompagné aussi la promotion administrative de quelques localités. Enfin, une grande partie des cadres du secteur sanitaire (médecins, pharmaciens, laborantins…) s’est installée dans les villes du Sud-Ouest entre les années 2000 et 2010. Si le nombre de cadres (algériens) de ce secteur est moins important dans les périodes précédentes, c’est parce que le nombre de médecins formés à cette époque au niveau national était limité, d’autant plus que le Nord du pays n’était pas encore arrivé à couvrir ses propres besoins. Cependant, ces prestations au Sahara étaient assurées principalement par des médecins étrangers (des japonais avant 1990 à Adrar). L’instauration du principe d’obligation de service civil pour les jeunes diplômés en médecine a permis de renouveler le personnel de ce secteur.

28Quoi qu’il en soit, l’accès à l’emploi reste le premier motif d’une telle mobilité avec une proportion de 58 % (tableau 3).

Tableau 3 – Motifs d’installation des cadres dans les villes du Sud-Ouest algérien selon leurs âges

Tableau 3 – Motifs d’installation des cadres dans les villes du Sud-Ouest algérien selon leurs âges

Sources : enquête de terrain, 2009.

29Ceci concerne les cadres les plus jeunes (20-40 ans), qui préfèrent, en s’installant au Sud, éviter le chômage du Nord du pays où les possibilités d’embauche dans la Fonction publique sont de plus en plus restreintes. C’est ainsi que la mobilité de ces cadres s’effectue jeune, tout juste après l’obtention de leur diplôme universitaire. Cet espace est devenu le lieu du premier recrutement pour toutes les générations de cadres installés dans le Sud-Ouest (100 % chez les cadres de 20-30 ans ; 92 % des cadres âgés entre 30‑40 ans). Ce motif concerne toutes les villes mais en particulier les centres les plus petits comme Reggane.

30Le deuxième motif de ces mobilités est l’accès au logement qui concerne 23 % des cas. En effet, face à la crise de logement qui affecte les villes du Nord algérien, l’État a misé sur les logements de fonction pour rendre cet espace plus attractif, visant notamment les cadres. La réalisation de programmes de logement d’accompagnement est régulière dans les villes sahariennes. Ainsi, quelques logements sont meublés et équipés tels que les logements de fonction des médecins spécialistes. La disponibilité du logement a motivé aussi bien les plus jeunes qui rencontrent des problèmes de logement après leur formation universitaire que leurs prédécesseurs, plus âgés, installés dans les années 1980, et qui ont également vécu le début de la crise du logement en Algérie du Nord. La taille de ces logements varie (de trois à cinq pièces), de même que le type (collectif, semi-collectif, ou individuel).

31Enfin, le motif lié à la promotion dans la fonction touche 10 % des cadres installés dans les villes du Sud-Ouest et concerne la tranche d’âge des plus de 50 ans. Il s’agit souvent de promotions pour accéder aux postes de responsabilité. Ceci représente une mobilité de cadres qui ont occupé plusieurs postes dans un parcours hiérarchique. En effet, les emplois occupés actuellement par les cadres de la tranche d’âge (50-60 ans) sont des postes de fin de carrière. Cette mobilité permet de préparer un départ en retraite avec une rémunération bien supérieure. Ces cadres promus s’installent majoritairement dans les deux chefs-lieux de wilaya (Adrar et Bechar), où se concentrent les directions exécutives et les directions régionales de quelques secteurs.

3.2 - Le fort attachement des cadres aux villes du Nord fragilise les efforts de développement 

  • 12 Le volume des mobilités représentées concerne les entrées et sorties hors wilaya. Nous avons essayé (...)
  • 13 Ceci ne concerne que les mobilités (entrées et sorties) effectuées au niveau national, entre ces vi (...)

32Y. Kouzmine (2007) souligne que le Sahara algérien d’aujourd’hui est un espace attractif qui a pu contrebalancer son profil répulsif (98 700 personnes entrées contre 95 200 personnes sorties entre 1987 et 1998). Cependant, le Sud-Ouest reste répulsif sur le plan quantitatif (avec 17 700 personnes entrées et 42 600 personnes sorties soit un solde migratoire négatif de 24 900 personnes entre 1987 et 198812) et ce, malgré les efforts déployés dans le développement du secteur agricole, dans l’équipement, le logement et l’infrastructure. Ceci est dû à l’absence de pôles de développement aptes à dynamiser l’économie locale et à générer par conséquent une richesse pour la région. L’économie locale reste liée aux secteurs des services publics et aux finances de l’État, fragilisant la stabilité de la région et la durabilité des emplois dans ces zones. Affichant un solde migratoire négatif, la majorité des villes du Sud-Ouest sont répulsives13 à l’échelle nationale, à l’exception de la petite ville de Kenadsa qui bénéficie des reports de la grande ville de Bechar.

33Ces départs concernent surtout les immigrants installés dans la région (retours vers les lieux d’origine) comme cela a été bien étudié par S.M. Trache (2010). En effet, les données de l’Office national des statistiques (Ons, 2001) révèlent que 84 % personnes qui ont quitté ces territoires entre 1987 et 1998, sont nées ailleurs et se sont installées majoritairement (84 %) dans les wilayas de leur lieu de naissance. Quant aux entrées enregistrées durant cette période intercensitaire, elles représentent plus des flux d’immigration que des retours des émigrants ; seulement 20 % représente des mobilités de retours vers ces espaces. Ceci dit, le mouvement migratoire se renouvelle, drainant une nouvelle composante humaine qui vient du Nord du pays pour s’installer dans ces villes dont l’accès à l’emploi et au logement, la gestion de carrière, le salaire et la rentabilité (pour les professions libérales) sont au centre de ces mobilités vers le Sahara.

34L’étude des relations de ces cadres à leur espace d’accueil et d’origine est essentielle pour évaluer et mesurer si ces mobilités sont accompagnées d’une volonté d’intégration capable de former une nouvelle élite ou bien s’il s’agit seulement d’une migration temporaire ? Pour répondre à cette question, nous analysons plusieurs indicateurs, en commençant par les origines géographiques du conjoint, en passant par l’analyse des stratégies résidentielles pour tenter enfin d’évaluer leur niveau d’intégration dans la société locale. L’examen de ces paramètres démontre une forte relation avec les espaces d’origine et une faible propension à s’intégrer dans la société locale. Ces mouvements sont temporaires pour la plupart de ces cadres ; une temporalité qui dure quelques années afin de préparer une mobilité de sens inverse. En effet, pour une grande partie de ces jeunes cadres, il s’agit d’acquérir une expérience professionnelle qui s’achèvera forcément au Nord du pays, par un projet de mutation professionnelle et l’achat d’un bien immobilier. S. M. Trache (2010) avait constaté que « les immigrants considèrent en majorité leur séjour comme provisoire dans la ville d’Adrar. Il ne constitue qu’une simple étape transitoire qui procure à certains de l’expérience professionnelle et pour d’autres un doublement de salaire pour une fonction identique dans le Nord du pays. Cette migration temporaire est alors motivée par des raisons matérielles […] car le souci majeur de cette population est de capitaliser pour envisager un retour ultérieur plus favorable dans le Tell».

35Conséquemment, ceci entraîne des ruptures dans le fonctionnement de quelques services et empêche la genèse d’une nouvelle notabilité locale capable de promouvoir socialement cet espace. L’origine géographique des conjoints de ces cadres démontre bien cet attachement à l’espace d’origine car 65 % des époux(ses) sont issu(e)s des mêmes lieux, contre 4 % seulement originaires des zones sahariennes (les lieux de travail). L’intégration sociale de ces cadres dans la société locale est donc faible et se résume à quelques rares relations de courtoisie qui ne dépassent pas le stade superficiel. Selon la plupart des interviewés, leurs voisins et amis sont souvent des collègues de travail ou connus par le biais du travail, originaires du Nord du pays. Ceci crée des barrières entre ces nouveaux habitants et les autochtones et fragilise encore la cohésion sociale dans cet espace qui se segmente davantage selon ces nouvelles pratiques de relations sociales.

36Par ailleurs, ces cadres sont majoritairement logés dans les logements de fonction (60 %), fait qui affaiblit leur engagement à long terme dans ces espaces. Le nombre de cadres occupant des logements de fonction diminue en direction du Nord et en fonction du nombre d’habitants (tableau 4) : les petites villes affichent un taux important de logements de fonction (73 % pour Reggane contre 43 % pour Bechar). Quant aux villes de rang supérieur (Bechar), leurs cadres affichent plus de stabilité avec des taux de propriété plus élevé (36 % pour Bechar). En effet, l’accès à la propriété se fait généralement, suite à la cession des biens d’État, ou par le biais des coopératives immobilières mobilisant les cadres de la Fonction publique, ou encore par le biais des logements socio-participatifs.

Tableau 4 – Statut juridique des logements occupés par des cadres installés dans les villes du Sud-Ouest algérien

Tableau 4 – Statut juridique des logements occupés par des cadres installés dans les villes du Sud-Ouest algérien

Sources : enquête de terrain, 2009.

37Cependant, l’acquisition d’un bien immobilier n’est pas forcément le signe d’un ancrage territorial des cadres, car une bonne partie de ces logements est revendue et la somme est réinjectée dans un projet immobilier au Nord du pays (achat d’appartement, construction). En effet, 32 % des cadres enquêtés affirment avoir une deuxième résidence dans leur lieu d’origine ou dans une ville du Nord algérien, et plus de 56 % ont un projet d’acquisition d’un logement secondaire dans leur lieu d’origine. Bien plus, 65 % des cadres affirment avoir l’intention de quitter le Sahara au profit des villes du Nord, notamment ceux du secteur de la santé. Ces stratégies s’inscrivent dans le processus d’une migration temporaire par laquelle l’accès au travail et au logement servent d’outils qui permettent la réintégration dans les villes du Nord.

38Dans le même ordre d’idée, les relations avec les lieux d’origine restent denses : plus de 80 % affirment y entretenir des relations régulières dans le temps. Bien plus, 44 % des cadres effectuent des déplacements trimestriels vers leur lieu d’origine. Une telle fréquence est le résultat d’une mobilité rythmée d’une part par les vacances scolaires des enfants (automne, hiver, printemps et été), et d’autre part par des réseaux sociaux (rendre visite aux parents, aux membres de la famille et aux amis) dont l’objectif est de maintenir ces liens afin de faciliter une éventuelle réintégration.

39Sur le plan politique et religieux, les cadres installés dans le Sud-Ouest algérien sont moins engagés dans la mouvance maraboutique très forte dans la région : 20 % seulement ont exprimé leur adhésion à une zaouïa. Les cadres du secteur de l’enseignement et de la santé semblent être moins influencés par ces courants religieux, en raison d’une pensée académique acquise par le cursus universitaire et d’une carrière professionnelle qui exige plus de rationalité et d’objectivité. En revanche, les stratégies de positionnement par rapport aux zaouïas semblent être plus importantes chez les cadres administratifs car le jeu de pouvoir dicte des enjeux de carrière professionnelle. Il faut savoir que ces cadres administratifs sont impliqués dans la vie politique et économique et dans le processus de la prise de décision au niveau local dans lequel se mêle pouvoir institutionnel et pouvoir religieux.

4 - Mobilité des commerçants : segmentation des filières commerciales

40À la création des postes d’emploi par l’État dans la Fonction publique notamment dans les centres urbains, s’ajoute l’émergence d’une nouvelle structure commerciale à partir des années 1990 ; une nouvelle période caractérisée par le désengagement de l’État. Si les villes du Sud-Ouest se plaignent, sur le plan économique, d’une absence quasi-totale d’activités industrielles, elles se réjouissent d’une structure commerciale en pleine expansion. La naissance d’un commerce de gros dans les villes de Bechar, d’Adrar et de Timimoun reflète l’essor des échanges commerciaux dans cet espace saharien. La nature du commerce de gros est variée, elle comprend le commerce alimentaire, la quincaillerie, les matériaux de construction et l’habillement.

  • 14 Deux types d’enquêtes ont été menées : une par le biais des interviews auprès des commerçants de gr (...)

41Les enquêtes effectuées14 démontrent une segmentation commerciale particulière, pondérant les axes commerciaux en fonction des origines géographiques des commerçants. L’évolution des structures commerciales des villes du Sud-Ouest s’est réalisée en s’appuyant sur les réseaux sociaux. En effet, les Kabyles dominent le commerce alimentaire, la restauration et les cafés ; les commerçants de Sétif se spécialisent dans la filière des équipements électroménagers, d’ameublement et de pièces détachées ; les Oranais et les Algérois sont omniprésents dans le commerce d’habillement, de cosmétique et dans le commerce lié aux équipements de nouvelles technologies ; les Mozabites se spécialisent dans la quincaillerie, la peinture et les librairies ; enfin, les commerçants locaux ont des vocations multiples avec une dominance du commerce alimentaire et transsaharien pour Adrar. Ceci a permis d’insérer ces espaces dans le champ économique national et de développer de nouvelles relations commerciales en direction des grands centres urbains du Nord algérien selon des axes commerciaux spécialisés. Ainsi, des échanges réguliers sont nés sur les axes Nord-Ouest, Nord-Centre et Nord-Est :

  • le premier axe, favorisé par la RN6 reliant les villes du Sud-Ouest à une série de villes du Nord-Ouest se spécialise dans le commerce alimentaire notamment en direction des deux villes portuaires Oran et Ghazaouet (w. de Tlemcen). Ces deux ports sont incontournables pour les commerçants de Bechar, moins pour les commerçants de Timimoun et d’Adrar qui s’orientent pour les mêmes produits vers Sétif et Alger. Métropole du Nord-Ouest algérien, Oran domine les échanges avec Bechar à travers les produits importés via son port (sucre, thé, café…). Quant à Ghazaouet, elle est le lieu d’origine des produits halieutiques et des céréales importés. Sur le même axe, s’effectuent d’Oran vers Bechar des échanges de produits bureautiques, cosmétiques et d’habillement. Les autres villes du Nord-Ouest ont une influence qui se limite à quelques produits tels que le commerce des légumes et des fruits ou des matériaux de construction comme c’est le cas pour Saïda, Mascara et Tlemcen qui constituent des directions privilégiées pour les commerçants de Bechar ;

  • le second axe qui longe la partie centrale sur la RN1 reliant Ghardaïa et Alger, a une vocation multiple en direction de Timimoun, d’Adrar et de Reggane avec une prédominance du commerce alimentaire, de la quincaillerie, de l’habillement et des produits cosmétiques ;

  • quant au troisième axe en direction de Sétif, il est le plus important et concerne les trois villes pour les mêmes produits en particuliers l’ameublement, les appareils électroménagers et les pièces détachées de véhicules.

5 - Recomposition de la société locale et jeux de pouvoirs

  • 15 L’émancipation des Harratines a commencé timidement depuis la colonisation et elle a constitué un f (...)
  • 16 Ce type de statistiques est inexistant, mais ce fait est constaté suite à nos visites de terrain et (...)

42Face au désengagement des cadres venus du Nord, les jeunes locaux titulaires de diplômes universitaires manifestent leurs ambitions de réussite, à leur retour vers leurs lieux d’origine. Beaucoup d’entre eux aujourd’hui occupent des postes clés dans les administrations et les services locaux grâce à la démocratisation de l’enseignement. Cette politique a eu des effets bouleversants sur le mode de fonctionnement de la société locale au moment où les couches sociales les plus diminuées, comme celle des ex-Harratines, accèdent aux écoles et aux universités. Leur éducation institutionnelle entraîne davantage une rupture de main-d’œuvre15 nécessaire pour le fonctionnement de l’agriculture, transformant la nouvelle génération issue de cette classe autrefois dominée, en futurs cadres ou employés qualifiés, car ce sont bien les descendants des Harratines qui réussissent leur parcours d’études16. Loin d’être purement économiques, les motivations d’un tel acharnement sont plutôt d’ordre psycho-social. La réussite sociale par l’école leur a permis d’accéder aux postes les plus influents, modifiant ainsi les rangs sociaux traditionnels. Une volonté de révolte pacifique contre un passé discriminatoire alimente cet enthousiasme. Bisson (1986) écrit à ce propos : « affirmer aux yeux de tous sa réussite sociale est sans aucun doute le moteur le plus puissant, et c’est bien pourquoi les premiers à avoir franchi le pas ont été les Harratines, ces traditionnels jardiniers des oasis ». C’est ainsi qu’une nouvelle élite est en train de se former dans le Sud-Ouest, constituée d’une masse importante d’étudiants universitaires formés chaque année et qui accaparent d’une année à l’autre le pouvoir décisionnel à l’échelle locale.

  • 17 Huit assemblées populaires communales dans la wilaya d’Adrar sont à majorité Harratine.

43Si les responsables locaux étaient généralement issus des grandes familles et possédaient un niveau d’instruction leur permettant de légitimer leur fonction entre 1962 et 1967 comme l’a remarqué Belguidoum S. et Rousseaux V. (2005), la donne a changé après l’ouverture du champ politique à partir de 1990. Ayant acquis de nouveaux savoirs par le biais de l’école, les ex-Harratines sont représentés désormais dans les collectivités locales par le biais des nouveaux partis politiques cherchant à se positionner dans le milieu populaire. Constituant une masse électorale assez importante, les ex-Harratines s’impliquent dans le jeu politique et s’intéressent de plus en plus à l’électorat pour défendre leurs candidats. Leur capacité de mobilisation est surprenante, et ce n’est pas un hasard si les taux de participation aux différents scrutins dans les wilayas du Sud sont les plus élevés du pays (plus de 80 % généralement17).

44Cependant, la marge de manœuvre des institutions traditionnelles, notamment la djemaa, est devenue complètement caduque devant les changements socio-économiques. Celle-ci perd sa légitimité dans la société saharienne et devient une organisation obsolète comme l’avait signalé J. Bisson (1986) : « ce désir d’indépendance a des répercussions très sensibles dans le cadre clos du ksar qui voit sa société se désagréger au point que la djemaa [...], habituellement habilitée à répartir les tâches entre les familles et à régler tous les problèmes de la vie collective, éprouve de plus en plus de mal à mobiliser les habitants, ne serait-ce que pour l’entretien des équipements collectifs, à la seule exception de l’entretien des mosquées».

45Pour faire face, la notabilité ancienne réactive son réseau maraboutique et met son poids dans ce jeu. La remontée d’un islam politique radical voire djihadiste et la dominance du mouvement salafiste sur la scène sociétale et culturelle a joué favorablement pour le renouveau politique des zaouias qui pratiquent un islam plutôt modéré. « La question la plus lucide à formuler est de s’interroger sur les éventuelles relations existantes entre les membres de confréries religieuses de zaouïas et les militants des divers partis politiques voulant se présenter sur la liste partisane aux élections communales car en, définitive, les deux aspirent à gérer au mieux les affaires de la population ; cette redoutable question est caractérisée par une prudence extrême exprimée par des personnalités locales qui attestent que ces relations sont feutrés et frappées de ce fait, par le sceau de secret» (Bendjelid, 2011). Seulement, ces zaouïas trouvent des difficultés à imposer leur vision auprès d’une jeune population intellectuelle : la distance entre les deux, sans doute, se creuse et marque une nouvelle étape des mutations sociales dans la région.

Conclusion

46Par le désenclavement des espaces sahariens, l’État algérien avait misé sur son développement économique et social. Mais il faut avouer que sa préoccupation majeure était d’abord stratégique. Visant le contrôle de la région, cette démarche s’inscrit dans une vision politique d’intégration territoriale des espaces du Sud algérien et se justifie par rapport à un contexte international particulier qui concerne la région du Sahara et du Maghreb où l’insécurité et l’instabilité menacent ces territoires fragilisés. Les nouveaux découpages administratifs (1975 et 1985) ont permis d’un côté à l’État d’asseoir son réseau territorial et d’affiner l’échelle de son intervention dans l’espace saharien, comme ils ont contribué d’un autre côté à la promotion de certaines agglomérations en chefs-lieux de commune, de daïra ou de wilaya (Adrar) en les dotant d’es équipements adéquats. Ceci a été appuyé par le développement des échanges et des mobilités notamment des cadres et des commerçants vers cette région entraînant des mutations des rapports sociaux traditionnels.

47Dans le Sud-Ouest, de nouveaux centres de gravité de la société saharienne sont en cours de formation autour des nouveaux groupes professionnels, constitués principalement des cadres et des commerçants. Le processus a contribué à la recomposition sociale dans cette région, permettant peu à peu l’émergence d’une nouvelle élite contrebalançant l’ancienne notabilité locale qui tirait sa légitimité de son poids historico-religieux. Les classes sociales les plus diminuées autrefois (ex-Harratines) en ont bénéficié pour se repositionner socialement. La mobilité universitaire des jeunes étudiants sahariens entre le Nord et le Sud a accéléré cette mutation.

48Seulement, la présence temporaire des cadres Nordistes perturbe ce processus. Affichant un grand attachement à leurs espaces d’origine, ces cadres issus du Nord du pays sont peu engagés dans les jeux de pouvoir à l’échelle locale pour se transformer en acteur social puissant, car la majorité de ces cadres sont moins ambitieux pour construire un parcours de vie dans le Sahara, prévoyant des retours vers les villes du Nord.

49C’est ainsi que l’organisation classique de la société locale se trouve affectée par l’introduction de nouvelles échelles de valeur valorisant de nouvelles compétences professionnelles, rendant la logique de la stratification sociale traditionnelle invalide. De nouveaux rapports sociaux se dessinent, suite à l’avènement de nouvelles institutions publiques remplaçant les institutions traditionnelles (djemaa et zaouïa). Des nouvelles valeurs « libérales » qui s’articulent à la démocratie, la compétence, le savoir et l’argent émergent au Sahara ; elles remplacent peu à peu les anciennes valeurs religieuses de la société locale. Ce nouveau contexte ouvre le champ à de nouveaux groupes socioprofessionnels pour exercer un pouvoir par le biais de fonctions administratives ou politiques.

Top of page

Bibliography

BELGUIDOUM S., ROUSSEAUX V., (2005), « Le pouvoir local et la gouvernance urbaine », dans COTE M. (dir.), La ville et le désert, le Bas‑Sahara algérien, Karthala, IREMAM, Paris, Aix-en-Provence, p. 277-287.

BENDJELID A., (2011), « Ouled Saïd, palmeraie du Gourara, développement local et reproduction d’une société traditionnelle », Insaniyat no 51-52, CRASC, Oran, p. 43-64.

BENDJELID A., BRULE J.-C., FONTAINE J., (dir.), (2004), Aménageurs et aménagés en Algérie, L’Harmattan, Paris, 419 p.

BENSAAD A., (dir.) (2009), Le Maghreb à l’épreuve des migrations subsahariennes, immigration sur émigration, Karthala, Paris, 437 p.

BISSON J., (2003), Le Sahara : mythes et réalités d’un désert convoité, L’Harmattan, Paris, 479 p.

BISSON J., JARIR M., (1986), « Ksour du Gourara et du Tafilelt, de l’ouverture de la société oasienne à la fermeture de la maison », ANNUAIRE DE L’AFRIQUE DU NORD, Tome XXV, CNRS éditions, p. 329-345.

BLIN L., (1990), L’Algérie du Sahara au Sahel, L’Harmattan, Paris, 502 p.

BRULE J.-C., (2004), « Conception et mise en œuvre du modèle de développement algérien », dans BENDJELID A., BRULE J.-C., FONTAINE J. (dir), Aménageurs et aménagés en Algérie, L’Harmattan, Paris, p. 16-30

CAPOT-REY R., (1953), Le Sahara français, Presses universitaires, coll. « Pays Outre-mer », 464 p.

COTE M. (dir.), (2005), La ville et le désert, le Bas Sahara algérien, Karthala, IREMAM, Paris, Aix-en-Provence, 306 p.

COTE M., (1998), « Dynamique urbaine au Sahara », Insaniyat, no 05, p. 85-92.

FELLAH A., (2002), Essai de délimitation du territoire fonctionnel de la ville de Bechar, mémoire d’ingénieur en géographie, Université d’Oran, 227 p., en langue arabe.

KEROUMI B., (1999) Tentative de délimitation du territoire fonctionnel de la ville d’Adrar, mémoire d’ingénieur en géographie, Université d’Oran, en langue arabe.

KOUZMINE Y., (2007), Dynamiques et mutations territoriales du Sahara algérien vers de nouvelles approches fondées sur l’observation, thèse de Doctorat en géographie, Université de Franche-Comté, Besançon.

KOUZMINE Y., (2012), Le Sahara algérien. Intégration nationale et développement régional, L’Harmattan, Paris, 344 p.

KOUZMINE Y., FONTAINE J., YOUSFI B., OTMANE T., (2009), « Étapes de la structuration d’un désert : l’espace saharien algérien entre convoitises économiques, projets politiques et aménagement du territoire », Annales de géographie, no 670 (6/2009) Varia, p. 91-117.

MAAROUF N., (1980), Lecture de l’espace oasien, Sindbad, Paris, 286 p.

MOULAY L., BAHNINI A., (2006), Le rôle territorial de la ville d’Adrar à travers les équipements et les activités commerciales, mémoire d’ingénieur en géographie, Université d’Oran, en langue arabe.

OTMANE T., (2010), Mise en valeur agricole et dynamiques rurales dans le Touat, le Gourara et le Tidikelt (Sahara algérien), thèse de Doctorat, Universités d’Oran et de Franche-Comté, 400 p.

SOUAMI T., (2004), Aménageurs de villes et territoires d’habitants, un siècle dans le sud algérien, L’Harmattan, Paris, 420 p.

TRACHE S.M., (2010), « Les caractéristiques de l’immigration à Adrar », dans BENDJELID A. (dir.), Ville d’Algérie. Formation, vie urbaine et aménagement, CRASC, Oran, p. 139-155.

YOUSFI B., (2011), « La ville d’Adrar dans un nouveau contexte urbain : vers une nouvelle réorganisation de l’espace régional des territoires sahariens du Sud-Ouest de l’Algérie », Insaniyat, no 51-52, p. 27-50 [en langue arabe].

YOUSFI B., (2012), Dynamiques urbaines, mobilités et transports dans le Sud-Ouest algérien (Wilayas d’Adrar et de Bechar), thèse de Doctorat en géographie et en aménagement du territoire, Universités d’Oran et de Franche-Comté, 444 p.

Documents d’urbanisme

DPAT DE LA WILAYA D’ADRAR (2008), Annuaire statistique de la wilaya d’Adrar.

DPAT DE LA WILAYA DE BECHAR (2008), Annuaire statistique de la wilaya d’Adrar.

MINISTÈRE DE LA PLANIFICATION ET DE L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE – MPAT (1985), Rapport synthétique de la première phase du Schéma national d’aménagement du territoire (SNAT).

Sources statistiques

ONS (2001), Migrations internes inter-wilaya RGPH 1998, Collections statistiques no 315, Alger.

ONS, Résultats du RGPH de 1998, Alger.

ONS, Résultats du RGPH de 2008, Alger.

Top of page

Notes

1 En 2008, l’armature urbaine est ainsi formée d’une série de villes de différents rangs à savoir : une grande ville (Bechar), une ville moyenne (Adrar) qui a dépassé le seuil de 60 000 habitants, deux villes intermédiaires à savoir Timimoun et Aoulef avec plus de 20 000 habitants et six petites villes à savoir Kenadsa, Beni-Abbès, Abadla, Beni-Ounif, Bordj-Badji-Mokhtar et Reggane (entre 10 000 et 20 000 habitants) ainsi qu’un ensemble de petits centres semi-ruraux (entre 4 000 et 10 000 habitants). Les centres urbains et semi-ruraux situés au Sud de la région sont caractérisés par une forte dynamique propulsée aussi bien par des investissements publics que par la mobilité et les échanges qui s’effectuent au-delà des frontières.

2 BENSAÂD (2009) a déjà souligné l’importance des flux migratoires transsahariens où le Sahara n’est pas toujours un espace de transit mais aussi un espace d’accueil des migrants.

3 Il s’agit d’une société stratifiée en classes sociales : les chorfa sont des nobles, descendants de la famille du prophète ; les merabtine sont descendants d’un saint ; les ahrar (personnes libres) représentent des fractions de tribus arabes et Zénètes ; enfin les Harratines sont des descendants d’anciens esclaves. « Chorfa et merabtine se prévalent de la même institution légitimante : zaouïa. Elle est fondée sur l’une ou l’autre faction pour affirmer un ordre religieux ou confrérique » (Maârouf, 1980). L’existence d’une masse de chorfa dans le Touat et de berbères tournés vers le maraboutisme dans le Gourara, les a placés au cœur de la mouvance confrérique. C’est ainsi que les hommes religieux (soufis souvent) ont occupé par le biais des zaouïas et de la généalogie une place centrale dans l’arbitrage des conflits et la protection des biens et des individus dans cette partie du Sahara.

4 Cet espace a été mis en quarantaine par la colonisation (loi de 1902) en s’appuyant sur les structures sociales traditionnelles pour assiéger son pouvoir (Souami, 2004). Il faut attendre la départementalisation du Sahara en 1957 pour voir émerger une nouvelle forme de gouvernance.

5 Les premiers plans (le plan spécial et le plan triennal) reposent sur le développement des routes dans le Sud-Ouest, la mise en valeur de la plaine d’Abadla et ce par un ambitieux projet d’aménagement hydraulique et la construction du barrage de Jorf-Torba sur l’oued Guir. Quant au deuxième et au troisième plan quadriennaux (1970‑1973 et 1974-1977), ils ont mis l’accent sur l’industrie, mais la part de ces investissements publics dans le Sud-Ouest algérien est presque inexistante. Dans les deux programmes quinquennaux, les efforts de développement se sont orientés vers l’habitat afin de rattraper le retard constaté dans la réalisation des logements, attribuant à Bechar une ZHUN de 1500 logements ; des centaines d’unités de logements ont été réalisées dans les autres villes et principalement à Adrar et Timimoun.

6 La présente grille normalise et hiérarchise l’affectation des équipements en fonction des trois rangs : les agglomérations chefs‑lieux de wilaya, de daïra et de commune. Les équipements publics à caractère administratif se résument essentiellement dans les directions d’exécutifs représentant le pouvoir central à l’échelle locale et se concentrent dans les chefs-lieux de wilaya. Des subdivisions sont également créées au niveau des chefs-lieux de daïras. Dans le secteur sanitaire, il était recommandé par la présente grille (un droit garanti par la constitution algérienne) de réaliser un hôpital de 120 lits dans chaque chef-lieu de wilaya, une polyclinique ou un hôpital de 40 à 60 lits dans chaque chef-lieu de daïra et un centre de santé ou une salle de soins au niveau de chaque commune. Sur un autre volet, il a été proposé d’implanter un centre universitaire dans chaque chef‑lieu de wilaya, un institut de technologie et un Technicum, un lycée et un centre de formation professionnel dans chaque chef-lieu de daïra et une école, voire des écoles et collèges, dans chaque chef-lieu de commune. La norme suggère également de réaliser une maison de la culture au chef-lieu de wilaya, une maison des jeunes au chef-lieu de daïra et une bibliothèque au chef-lieu de commune…

7 OTMANE (2010) en recense une vingtaine. Originaires de Tizi-Ouzou, d’Alger, de Batna et de Souk-Ahras, ces nouveaux agriculteurs affluent en direction des périmètres agricoles situés dans les communes de l’Aougrout, Sbaâ et Fenoughil.

8 Le service civil peut s’effectuer au Nord comme au Sud, selon la disponibilité des postes. L’affectation se fait selon l’ordre de mérite pour le choix des postes à promouvoir.

9 L’Université africaine d’Adrar est constituée de trois facultés (Faculté des sciences sociales et des sciences islamiques, Faculté des sciences des lettres et des sciences humaines et Faculté des sciences de l’ingénieur), elle compte 4 900 étudiants encadrés par 178 enseignants (2007). Créée en 2008, l’Université de Bechar dispose de quatre facultés (Faculté des sciences et du génie, Faculté des sciences économiques et commerciales, Faculté des sciences juridiques et administratives et Faculté des lettres et des sciences humaines). Le nombre de ses étudiants a atteint 8 461 étudiants en 2008.

10 Cette enquête a été effectuée en 2009 par le biais du questionnaire et elle a touché 120 cadres migrants installés dans les villes du Sud-Ouest, répartis selon trois secteurs étatiques ou publics soit : 40 cadres pour la santé, 40 cadres pour l’administration et 40 cadres pour l’Éducation nationale et l’enseignement supérieur. Nous avons ventilé cet échantillon sur cinq villes de manière équitable à savoir une grande ville (Bechar), une ville moyenne (Adrar), une ville intermédiaire (Timimoun) et deux petites villes (Beni-Abbès située au Nord et Reggane située au Sud). Dans chaque ville, 30 cadres ont été enquêtés où chaque secteur est représenté par 10 cadres. Dans les villes de Bechar et d’Adrar, le secteur de l’éducation est représenté par l’enseignement supérieur. La population de notre enquête a été constituée par la technique d’effet de boule de neige.

11 La mobilité concernant les parcours de formation des cadres originaires des villes du Sud-Ouest n’a pas été abordée dans notre enquête, car notre objectif visait à comprendre le processus de mobilité des cadres nés ailleurs et qui sont venus s’y installer. 

12 Le volume des mobilités représentées concerne les entrées et sorties hors wilaya. Nous avons essayé de quantifier ces mobilités en nous référant aux résultats du recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) effectué en 1998. Ces mobilités sont mesurées en volume des entrées et des sorties dans chaque commune entre les deux périodes intercensitaires 1987 et 1998 (ONS, 2001). Cependant, nous avons écarté les données du RGPH de 2008 car elles contiennent plusieurs erreurs. Publié en 2011 par l’Office national des statistiques, le numéro en question a ensuite été retiré (no 159 des collections statistiques).

13 Ceci ne concerne que les mobilités (entrées et sorties) effectuées au niveau national, entre ces villes et les autres wilayas. Par ailleurs, ces centres urbains sont attractifs par rapport aux mobilités (dans les deux sens) effectuées avec les autres communes de la même wilaya, notamment pour les deux chefs-lieux de wilaya à savoir Bechar et Adrar (YOUSFI, 2012).

14 Deux types d’enquêtes ont été menées : une par le biais des interviews auprès des commerçants de gros pour détecter les filières et les réseaux de distribution et une enquête par le biais du questionnaire, menée auprès de 160 commerçants de détails pour connaître leurs lieux d’origine. Ces enquêtes ont touché les deux chefs-lieux de wilaya à savoir Bechar et Adrar avec 60 commerçants chacune comme elles ont concerné 40 commerçants de la ville de Timimoun (chef-lieu de daïra).

15 L’émancipation des Harratines a commencé timidement depuis la colonisation et elle a constitué un fondement essentiel de l’unité nationale et sociale de l’État algérien pour intégrer les espaces sahariens à l’espace national. « Le racisme d’État n’existe donc pas, ce qui constitue d’ailleurs une tradition du nationalisme algérien, puisque l’émir Abdelkader avait choisi un esclave noir affranchi pour diriger les finances de son État » (BLIN, 1990).

16 Ce type de statistiques est inexistant, mais ce fait est constaté suite à nos visites de terrain et grâce aux témoignages de plusieurs personnes faisant partie des autres classes supérieures traditionnelles (merabtine et chorfa).

17 Huit assemblées populaires communales dans la wilaya d’Adrar sont à majorité Harratine.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 : Limites de la zone d’étude
Credits Illustration : Kouzmine Y., Kaufmant A., Mathieu R., 2005.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7699/img-1.png
File image/png, 680k
Title Tableau 1 – Origine géographique des cadres installés dans les villes du Sud‑Ouest selon leurs lieux de naissance
Credits Sources : enquête de terrain, 2009.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7699/img-2.png
File image/png, 104k
Title Tableau 2 – Périodes d’installation des cadres dans les villes du Sud-Ouest algérien selon les secteurs d’activités
Credits Sources : enquête de terrain, 2009.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7699/img-3.png
File image/png, 100k
Title Tableau 3 – Motifs d’installation des cadres dans les villes du Sud-Ouest algérien selon leurs âges
Credits Sources : enquête de terrain, 2009.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7699/img-4.png
File image/png, 122k
Title Tableau 4 – Statut juridique des logements occupés par des cadres installés dans les villes du Sud-Ouest algérien
Credits Sources : enquête de terrain, 2009.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7699/img-5.png
File image/png, 130k
Top of page

References

Bibliographical reference

Badreddine Yousfi, « Mobilité des cadres et des commerçants dans le Sud-Ouest algérien », Méditerranée, 124 | 2015, 55-65.

Electronic reference

Badreddine Yousfi, « Mobilité des cadres et des commerçants dans le Sud-Ouest algérien », Méditerranée [Online], 124 | 2015, Online since 15 June 1017, connection on 16 July 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/7699 ; DOI : 10.4000/mediterranee.7699

Top of page

About the author

Badreddine Yousfi

Enseignant-chercheur, laboratoire des Espaces géographiques et d’aménagement du territoire (EGEAT), université d’Oran 2 Mohammed Ben Ahmed, chercheur associé au Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC), Oran, yousfine@yahoo.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals