Skip to navigation – Site map
Analyses spatiales et socio-économiques contemporaines

La métropolisation de l’industrie tunisienne et le décrochage industriel des régions intérieures

Metropolization of Tunisian industry and the industrial decline of inland areas
Hamadi Tizaoui
p. 73-84

Abstracts

Similar to other constituents like factor endowments and infrastructures, Foreign Direct Investments (FDIs) are directly beneficial to regional growth; they also affect the internal redistribution of industrial activities and they intensify the clustering effect in some of these regions. In this paper, I will focus on the industrial FDI flows into Tunisia and their impact on the reconstruction of its economic (industrial in particular) territory. In fact, I think that FDIs have contributed to the industrialization of the country and the dissemination of industrial activities in most of Tunisian cities. Paradoxically, after 40 years of industrial development based on FDIs (1972-2013), the industrial geography in Tunisia today is characterized by a concentration and a clustering of the industrial fabric in a competitive triangle that includes the region around the capital, the North-East region and the Central-East region (Sahel and Sfax). This triangle is the emerging metropolitan area between Bizerte and Sfax. The rest of the territory (14 governorates in the interior regions) is marginalized in terms of industrial activities.

Top of page

Full text

1La libéralisation de l’économie mondiale et l’ouverture croissante des différents pays aux échanges et aux Investissements directs étrangers (IDE) dynamisent la croissance mondiale comme le prévoit la théorie. Mais force est de constater que cette croissance se caractérise également par une augmentation sans précédent des inégalités inter-pays et intra-pays. L’exemple de la Tunisie témoigne d’un petit pays qui s’est très rapidement ouvert à l’économie mondialisée, assurant une croissance appréciable (5 % par an durant les vingt-cinq dernières années), et des externalités technologiques transmises par des biens importés qui se sont avérés nécessaires dans le processus de production des firmes. En revanche, au niveau régional, la croissance ne profite pas équitablement à toutes les régions du pays. L’ouverture, en favorisant la polarisation des activités sur les plus grandes villes du littoral Est, apparaît comme un des facteurs d’accroissement des inégalités spatiales qui sont devenues insoutenables en décembre 2010, et ont été, entre autres causes, un facteur déclencheur du soulèvement populaire (AMARA, THABET, 2012).

2La théorie économique explique l’apparition et l’accentuation des inégalités territoriales, à l’intérieur des pays, par plusieurs facteurs comme l’innovation, les ressources humaines qualifiées, les politiques publiques industrielles et économiques et enfin par les IDE. Le rôle de ces derniers est souligné, dans certains travaux, soit parce qu’ils favorisent directement la croissance régionale au même titre que d’autres facteurs tels que les dotations factorielles et les infrastructures (FLEISHER et al., 2009), soit parce qu’ils affectent la redistribution interne des activités industrielles et accentuent l’effet d’agglomération dans certaines régions (GE, 2008).

3Dans cet article, nous nous intéresserons à l’impact des flux d’IDE industriels sur la recomposition du territoire économique et industriel tunisien. En effet, nous pensons que les IDE ont contribué à l’industrialisation du pays et à la diffusion de l’activité industrielle dans la plupart des villes tunisiennes. Mais, paradoxalement, et après plus de 40 ans de développement industriel basé sur les IDE (1972-2014), la géographie industrielle de la Tunisie est caractérisée par une concentration-agglomération du tissu industriel dans un triangle compétitif englobant la région capitale autour de la ville de Tunis, le Nord-Est et le Centre-Est (Sahel et Sfax). Ce triangle constitue la zone métropolitaine émergente de Tunis qui s’étend de Bizerte à Sfax. Le reste du territoire (les 14 gouvernorats de l’intérieur) est industriellement marginalisé.

4Dans une première partie, nous essaierons de démontrer qu’à travers l’histoire récente de l’industrialisation tunisienne, les IDE ont participé activement à la création et au renforcement de la configuration actuelle de l’espace industriel et économique de la Tunisie, avec une accentuation de l’agglomération des activités industrielles sur une zone métropolitaine en émergence qui constitue l’interface de la Tunisie avec la mondialisation (ZOUHOUR, SLIM, 2006, 2009). Nous tenterons dans une deuxième partie de démontrer que ces mêmes IDE peuvent être également une chance pour le développement industriel des villes et des régions de l’intérieur. Les années 2000-2012 ont vu certaines filières mondialisées (câblage automobiles, habillement, etc.) choisir des localisations dans ces régions : des dizaines d’entreprises et quelques milliers d’emplois y ont été créés. Le contexte « révolutionnaire » nous permet de tester la durabilité des IDE nouvellement localisés dans les régions intérieures. En effet, deux années après le soulèvement populaire de 2010-2011, les activités créées par les IDE dans les régions intérieures ne les ont pas totalement désertées (TIZAOUI, 2012).

  • 1 Institut national de la statistique (Tunisie) [www.ins.tn].
  • 2 www.tunisieindustrie.nat.tn
  • 3 Ministère de l’Industrie, APII : rapport de suivi des réalisations, annuel depuis 1976.
  • 4 Le cours moyen du dinar tunisien en 2012 est de 0,480 euro pour un dinar.

5On dispose de trois sources statistiques concernant le secteur industriel en Tunisie. D’une part, les recensements, les enquêtes population-emploi, et le Répertoire national des entreprises (industrielles ou autres) publiés par l’INS1. D’autre part, l’APII, Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation possède une Base de données industrielles (BDI) professionnelle très bien actualisée. Elle est mise en ligne sur le site Internet de l’Agence sous la rubrique Annuaire des entreprises industrielles2. L’APII ne recense que les entreprises industrielles modernes, au sens strict, c’est-à-dire les entreprises qui emploient dix salariés et plus. La BDI contient de très précieuses informations sur le tissu industriel national proprement dit. Elle fournit une fiche signalétique sur chaque entreprise, contenant des informations précieuses (dénomination, raison sociale, responsables, activités et produits). Cette fiche fournit la localisation exacte de l’usine : le gouvernorat, la délégation et même l’adresse postale. Le régime (totalement exportateur ou non), la nationalité du participant étranger, la date d’entrée en production, le capital et l’effectif employé sont également mentionnés. Ces informations sont continuellement actualisées pour prendre en considération les nouvelles entreprises créées ou les entreprises disparues. Une démo-géographie des firmes industrielles est donc possible. La BDI de l’APII nous permet également d’avoir une image claire du stock des entreprises et de l’emploi industriel à une date donnée, mais elle est assez limitée quand il s’agit de flux. Elle produit annuellement un document très intéressant : le Rapport annuel de suivi des réalisations des projets industriels déclarés3. Nous avons dépouillé la totalité des projets réalisés sur la période 1994-2011 (18 ans). Nous avons fait le même travail pour la totalité des grands projets industriels (plus d’un million de dinars4 d’investissement), mais uniquement sur douze ans (2000‑2011). Ce document précieux retrace l’évolution, année par année, des projets, des investissements et des emplois réalisés. Mais il ne distingue pas, sous la dénomination « projet », les nouvelles réalisations des extensions de firmes déjà existantes. Cette lacune a peu d’incidence sur les investissements et les emplois, mais elle peut induire en erreur pour ce qui concerne les créations d’entreprises. En effet, sur les 18 années observées, 16 628 « projets » ont vu le jour, ce qui ne signifie pas qu’il y a eu création ex nihilo du même nombre d’entreprises. Les extensions d’entreprises déjà existantes constituent une part notable. Malheureusement, ce document retient l’échelle des gouvernorats. Il ne nous permet pas de descendre à une échelle plus fine, celui de la délégation ou de la ville. Il nous a permis de retracer la dynamique de l’espace industriel tunisien sur les vingt dernières années (1992-2012) marquées par le Programme d’ajustement structurel (1986), l’engagement de la Tunisie dans une zone de libre-échange économique avec l’Union européenne (1998-2008) et la modernisation du tissu industriel local par le Programme de mise à niveau (PMN, 1995).

1 - Une industrie tunisienne complètement arrimée à la mondialisation

1.1 - Le secteur industriel offshore devient prépondérant et conforte la métropolisation du territoire tunisien

  • 5 IAA : Industries agro-alimentaires ; ICH : Industries chimiques ; ID : Industries diverses ; IMCC : (...)

6En 2013, environ la moitié des entreprises industrielles et un peu plus des deux tiers de leurs emplois travaillent pour l’exportation. L’industrie tunisienne tend donc à être portée de plus en plus par la demande solvable externe. Selon les branches d’activité5, la plus grande fréquence des Entreprises totalement exportatrices (ETE) se trouve dans le secteur des industries textiles, de l’habillement et du Cuir (ITHC) (82 % des entreprises et 91 % des emplois). La branche des Industries mécaniques et électriques (IME) est également dominée par l’exportation : 43 % des entreprises et 69 % des emplois. A contrario, d’autres branches industrielles sont focalisées pour l’essentiel sur le marché local, tel est le cas des industries agro-alimentaires diverses et de la construction (IAA, ID, IMCCV). Actuellement, les deux tiers des salariés travaillant pour l’exportation sont localisés dans les ITHC, suivis de très loin par les salariés de la branche IME (21 %). L’ensemble des autres branches industrielles ne capte que 13 % des salariés travaillant pour l’exportation.

  • 6 Par la Grande région de Tunis, nous entendons l’ensemble de l’espace polarisé par la ville (2,6 mil (...)

7Géographiquement, les entreprises et les salariés travaillant pour le marché international sont concentrés à plus de 50 % dans le Grand Tunis6 et le Nord-Est, tandis que le Centre-Est accapare 39 % des entreprises totalement exportatrices (ETE) et 33 % des emplois. Le reste du pays n’accueille qu’un peu plus de 10 % des firmes et salariés ETE. Le Grand Tunis, le Nord-Est, le Sahel et Sfax constituent le triangle industriel compétitif de la Tunisie. Les ETE y représentent plus de la moitié des entreprises industrielles et plus des deux tiers des salariés. Ce triangle s’oppose aux régions intérieures où le phénomène industriel exportateur est plus récent et plus marginal. En effet, si l’on excepte les gouvernorats dont le tissu industriel est spécialisé dans les IAA et/ou les IMCCV comme Tozeur et Kébili, et les gouvernorats qui se sont ouverts tout récemment aux marchés internationaux comme Gafsa, Siliana et Béja, le reste des gouvernorats de l’intérieur ne reçoit qu’environ 250 firmes ETE et un peu plus de 40 000 salariés. Mais, fait nouveau, certains gouvernorats de l’intérieur deviennent de plus en plus réceptifs aux ETE et ce avec l’apparition de PME de taille généralement plus grande que les PME tunisiennes (DAOUD, 2011). Les ETE représentent à Béja 29 % des entreprises et 65 % de l’emploi ; à Kairouan 24 % et 48 % ; à Siliana 30 % et 83 % ; à Mahdia 70 % et 81 %, etc. Cela signifie que les dynamiques industrielles récentes sur la périphérie du triangle compétitif sont animées essentiellement par les ETE. Elles explorent des bassins d’emplois vierges et facilement mobilisables dans les villes de l’intérieur (figures 1.1 et 1.2).

Fig. 1.1 – Répartition géographique, par gouvernorat, des industries manufacturières en Tunisie, 2013

Fig. 1.1 – Répartition géographique, par gouvernorat, des industries manufacturières en Tunisie, 2013

Conception : Tizaoui H., réalisation : Bin Ahmed A. Source : APII, BDI, juillet 2013.

Fig. 1.2 – Répartition géographique, par gouvernorat, des emplois manufacturés en Tunisie, 2013

Fig. 1.2 – Répartition géographique, par gouvernorat, des emplois manufacturés en Tunisie, 2013

Conception : Tizaoui H., réalisation : Bin Ahmed A. Source : APII, BDI, juillet 2013.

1.2 - Une industrie dominée par les capitaux étrangers qui se concentrent sur le triangle compétitif

  • 7 Sur les 2 056 entreprises à capitaux étrangers comptabilisées en 2012, 76 % sont originaires de qua (...)

8Selon l’origine du capital, en 2012, 53 % des entreprises industrielles et 63 % des salariés sont aux mains de capitaux étrangers essentiellement européens7. En réalité, 17 % seulement des entreprises industrielles tunisiennes sont totalement détenues par des capitaux étrangers, le reste est constitué d’entreprises à capitaux mixtes tuniso-étrangers. Mais, dans les faits, les intérêts étrangers sont dominants parce qu’ils détiennent les marchés et/ou la technologie. Toutefois, cette participation étrangère n’est réellement dominante que dans trois branches : les IME (72 % des entreprises et 74 % des emplois), les ICH (31 % des entreprises et 66 % des emplois) et les ITHC (47 % des entreprises et 61 % des emplois). Par contre, dans le reste des branches industrielles, la participation étrangère est assez faible. Ceci est particulièrement vrai pour les IAA où la proportion des entreprises à capitaux étrangers ne dépasse pas 11 % des entreprises et 19 % des emplois.

Tableau 1 – La répartition géographique, par gouvernorat, des industries manufacturières en Tunisie, 2013

Tableau 1 – La répartition géographique, par gouvernorat, des industries manufacturières en Tunisie, 2013

*ETE : Entreprises totalement exportatrices, **ENTE : Entreprises non totalement exportatrices.

Source : APII, BDI, juillet 2013.

9Dans la région du Grand Tunis, du Nord-Est et du Centre-Est, excepté le gouvernorat de Sfax, les entreprises étrangères représentent plus de la moitié des entreprises et plus des deux tiers des salariés de l’industrie. Ces taux diminuent à la périphérie immédiate du triangle compétitif, allant de 30 à 40 % des entreprises et 40 % à 60 % des emplois à Béja, Jendouba, Kairouan, Mahdia. Des gouvernorats où l’industrialisation est récente, comme Zaghouan, Siliana et Mednine doivent leur essor industriel aux entreprises étrangères. Celles-ci y représentent un peu moins de 50 % des firmes et plus de 80 % des emplois. En effet, les capitaux industriels étrangers ont créé et renforcé la concentration et l’agglomération de l’activité industrielle dans la région économique de Tunis (Grand Tunis et Nord-Est) spécialisée dans les IME et les ITHC, et dans la région du Sahel qui constitue une région atelier pour l’Union européenne dans le domaine des ITHC et des IME. La ville de Sfax reste relativement imperméable aux entreprises étrangères. Enfin, le reste du pays n’a accueilli que 250 entreprises étrangères et environ 37 000 salariés (8 % des entreprises et 12 % de l’emploi). Il faut noter toutefois que certains gouvernorats de l’intérieur qui ont connu une dynamique industrielle pendant la dernière décennie le doivent aux capitaux étrangers : à Zaghouan par exemple, plus de 85 % de l’emploi industriel est contrôlé par eux. Il en est de même à Siliana où, sur les 5 500 emplois industriels récemment crées dans le domaine du câblage automobile et de la confection, 5 000 emplois relèvent de capitaux étrangers (TIZAOUI, 2012). Des gouvernorats comme Kairouan, Béja, Jendouba connaissent le même phénomène. Les capitaux industriels étrangers, présents en Tunisie depuis 1972, ont créé une grande région atelier pour l’industrie européenne qui s’étend de Bizerte à Monastir, avec le Grand Tunis comme place centrale. Cette concentration industrielle alimente et génère des économies d’agglomération qui renforcent et appuient l’attractivité de cette zone métropolitaine en émergence, constituant un facteur de localisation déterminant pour les nouvelles localisations industrielles (BANQUE MONDIALE, 2010). Les régions limitrophes de cette zone centrale commencent à bénéficier des déséconomies d’agglomération (saturation des bassins d’emploi, cherté du foncier industriel, pollution, concurrence, etc.) (figures 2.1 et 2.2).

Fig. 2.1 – Répartition géographique, par gouvernorat, des entreprises industrielles étrangères en Tunisie, 2012

Fig. 2.1 – Répartition géographique, par gouvernorat, des entreprises industrielles étrangères en Tunisie, 2012

Conception : Tizaoui H., réalisation : Bin Ahmed A. Source : APII, BDI, juillet 2013.

Fig. 2.2 – Répartition géographique, par gouvernorat, des emplois industriels en Tunisie, 2012

Fig. 2.2 – Répartition géographique, par gouvernorat, des emplois industriels en Tunisie, 2012

Conception : Tizaoui H., réalisation : Bin Ahmed A. Source : APII, BDI, juillet 2013.

2 - Le processus de diffusion de l’industrie sur le territoire tunisien et ses limites

10Pendant les vingt dernières années (1994-2014), les projets, les emplois et les investissements industriels réalisés en Tunisie ont consolidé les bases productives des grandes agglomérations du Nord-Est et du Centre-Est, surtout celles du Sahel. Les IDE ont joué un grand rôle dans cette dynamique récente, faisant du Grand Tunis un atelier industriel de l’Europe dans le domaine des IME, et du Sahel un atelier spécialisé dans la confection. Les déséconomies d’agglomération et d’urbanisation font aujourd’hui que des volumes assez appréciables d’investissements, d’emplois, et de projets générés, essentiellement par les IDE, commencent à s’orienter vers les villes et les gouvernorats de l’intérieur du pays.

2.1 - La dynamique globale de l’espace industriel tunisien, 1994-2011

2.1.1 - Les projets industriels réalisés entre 1994 et 2011 

11Sur les 16 828 projets industriels réalisés entre 1994 et 2011 (18 ans), 84 % l’ont été dans les gouvernorats du littoral-Est. Sur cet espace, ce sont les grandes métropoles qui ont été les plus attractives : la grande région de Tunis a cumulé 45 % des projets (25 % pour les quatre gouvernorats du Grand Tunis et 19 % pour les trois gouvernorats du Nord-Est). Ces derniers constituent chacun un appendice périphérique de Tunis : Bizerte au Nord, Nabeul à l’Est et Zaghouan au Sud-Ouest. Vient ensuite l’agglomération de Sousse-Monastir (19 % du total avec 3 000 projets). Sfax enfin, avec 2 100 projets (12,5 % du total) confirme une dynamique entrepreneuriale qui fait sa renommée (DENIEUIL, 1992). Il faut noter qu’à Sfax, les projets d’extension et d’essaimage de PMI sont plus importants que la création de nouveaux projets sous forme de PME (figures 3.1, 3.2 et 3.3).

Fig. 3.1, 3.2, 3.3. – Répartition géographique des projets, des investissements et des emplois industriels réalisés en Tunisie (1994-2011)

Fig. 3.1, 3.2, 3.3. – Répartition géographique des projets, des investissements et des emplois industriels réalisés en Tunisie (1994-2011)

Conception : Tizaoui H., réalisation : Bin Ahmed A. Source : APII, BDI, juillet 2013.

12L’intérieur du pays n’a suscité que 17 % des projets : 936 au Nord-Ouest, 1 101 au Centre-Ouest et 789 au Sud-Ouest. La faiblesse des villes, l’absence d’épargne régionale et d’esprit entrepreneurial font que ces régions restent peu réceptives aux projets industriels. Laisser la métropolisation littorale se développer ne dessert pas spontanément les intérêts des régions intérieures, et une pérennisation de la situation ne va pas sans risques économiques, sociaux et politiques. Mais, il faut également voir dans cette concentration métropolitaine les signes avant-coureurs d’une clustérisation en marche du territoire industriel national (TIZAOUI, 2010). Cette tendance nécessite l’institution de politiques publiques pour la promotion, le soutien et la pérennisation de filières bien choisies (RODRIK, 2008), capables d’ancrer les clusters potentiels dans l’espace économique local – mais aussi international.

Tableau 2 – Répartition des entreprises étrangères par région (hors énergie), décembre 2012

Tableau 2 – Répartition des entreprises étrangères par région (hors énergie), décembre 2012

Source : APII, 2013.

2.1.2 - Les investissements industriels réalisés entre 1994 et 2011

  • 8 Si l’on excepte les 600 millions de dinars investis par le groupe chimique de Gabès dans la deuxièm (...)
  • 9 Notons que les investissements effectués dans le gouvernorat de Sfax relèvent à plus de 50 % de l’u (...)

13Sur la période 1994-2011, les investissements industriels cumulés s’élevaient à 13 500 millions de dinars, soit une moyenne annuelle de 750 millions de dinars. Comme pour les projets industriels et sur la même période, on retrouve une concentration, qui ne cesse de se confirmer, des investissements sur le littoral-Est : 84 % des investissements se font sur un axe qui s’étend de Bizerte à Sfax. Sur cet axe, les lieux centraux les plus générateurs et réceptifs d’investissements sont : (1) tout d’abord la capitale, Tunis, avec 28 % du total ; (2) les gouvernorats qui lui sont satellites (21 %) traditionnellement ceux de Bizerte et Nabeul et, plus récemment, celui de Zaghouan avec 832 millions de dinars, soit 6 % du total. Dans le Centre-Est, le binôme des villes de Sousse-Monastir a reçu 17 % du total des investissements. Sfax démontre toujours son dynamisme avec 11 % des investissements, tandis que Mahdia se contente de 2 %. L’industrie à Mahdia n’arrive pas à décoller et elle ne bénéficie toujours pas de la dynamique du duopole Sousse-Monastir. Les sommes dévolues à l’intérieur du pays sont maigres (16 % et un peu plus de 2 164 millions de dinars, soit en moyenne, 110 millions de dinars par an). Les montants investis dans les gouvernorats du Nord-Ouest atteignent 758 millions de dinars, sauf à Béjà (330 millions de dinars). Pour les gouvernorats du Centre-Ouest, on est dans le même ordre de grandeur (1 030 millions de dinars), excepté à Kairouan (677 millions de dinars). Les gouvernorats du Sud-Ouest sont à la marge (moins de 50 millions de dinars pour Tozeur et Kébili et 261 millions pour Gafsa8). Ce dispositif littoralisé des investissements industriels confirme l’importance des trois places centrales déjà identifiées. À noter que la ville de Sfax reste le troisième pôle industriel du pays. Relativement peu attractive vis-à-vis des IDE9, elle fonde son dynamisme sur un système ethno- industriel original (DENIEUL, 1992) (figures 3.1, 3.2, 3.3).

  • 10 La Révolution tunisienne a placé la question du développement régional au cœur des débats entre Gou (...)

14Par rapport aux régions intérieures, seules les régions de Tunis et Sousse-Monastir commencent à irriguer industriellement leurs gouvernorats limitrophes : Béja et Kairouan. En effet, les villes moyennes localisées dans le gouvernorat de Béjà telles Borj El Amri, Mornaguia, Mejez el Bab et Goubellat (60 km de la capitale), et la ville de Béjà elle-même (100 km à l’ouest de Tunis) commencent à bénéficier des effets de la déconcentration des industries de Tunis. Plusieurs firmes tunisoises, seules ou en partenariat avec des firmes étrangères, commencent à s’y installer, à la recherche de bassins de main-d’œuvre en expansion. Kairouan bénéficie simultanément du dynamisme du pôle sahélien et de Tunis et voit son émergence industrielle se confirmer. Les IDE jouent un rôle important dans l’industrialisation des petites et moyennes villes autour de Tunis et de Sousse. Mais, dans les gouvernorats de l’intérieur, l’investissement industriel ne décolle pas. Les prémices d’un développement impulsé par l’État à Gafsa et par le secteur privé à Kasserine restent à confirmer10.

2.1.3 - La répartition géographique des emplois industriels créés entre 1994 et 2011

15L’industrie a été un des moteurs de la croissance de l’emploi en Tunisie et a permis de créer, entre 1994 et 2011, environ 331 000 emplois qui se concentrent à 83 % sur la frange du littoral-Est. On retrouve, à l’instar des projets et des investissements, une polarisation de l’emploi sur le Grand Tunis (24 %) et sur le Nord-Est – sans le Grand Tunis – (27 %). Une tendance au desserrement industriel tunisois se confirme et c’est le gouvernorat de Nabeul qui en a le plus profité. Mais il ne faut pas oublier Zaghouan qui, partant d’un niveau très bas, rattrape rapidement Bizerte. La deuxième région créatrice d’emplois industriels est le Centre-Est, essentiellement autour de Monastir et Sousse. Le dynamisme de Sfax est relativement réduit (7,5 % et 25 000 emplois). Il est fort probable que l’industrie sfaxienne devienne de plus en plus capitalistique, suite à la saturation de son bassin d’emploi et à l’inertie spatiale des firmes limitées dans leur redéploiement sur un ensemble de villes petites et moyennes peu nombreuses. Le Sud-Est n’a créé que 6 500 emplois. L’apathie du pôle chimique de Gabes, en mal de diversification, se pérennise (URBAMA, 1990). Médenine n’est toujours pas un gouvernorat créateur d’emplois industriels. Les régions intérieures n’ont bénéficié que de 10 % environ des emplois industriels créés en 1994‑2011. Seuls les gouvernorats de Béja et de Kairouan ont créé plus de 7 000 postes sur la période. Le reste des gouvernorats intérieurs est très peu concerné par l’industrie.

16Au total, de 1994 à 2011, c’est-à-dire sur une période qui couvre les VIIIe, IXe, Xe et XIe Plans de développement économique et social (1992-1996 ; 1997-2001 ; 2002-2006 et 2007-2011), les dynamiques industrielles nationales ont été marquées par trois phénomènes :

  • la métropolisation de l’industrie tunisienne (Belhedi, 2000) se confirme sur un axe fort reliant Bizerte à Sfax avec des coupures, des discontinuités qui se remplissent progressivement-la plus importante est celle située entre Boumerdès et Sfax. Le littoral Sud-Est est toujours marginalisé. Les difficultés du pôle chimique de Gabès expliquent cette situation ;

  • les économies d’agglomérations, d’échelle et de proximité. Elles jouent non seulement sur l’axe structurant Bizerte-Sfax, mais aussi et surtout sur les lieux centraux de cet axe, à savoir les grandes métropoles littorales : Tunis, Sousse-Monastir et Sfax. On est dans une configuration où l’industrie appelle l’industrie. Cette logique est alimentée et soutenue par la mondialisation économique. En effet, les IDE se localisent préférentiellement dans deux espaces : le Sahel et le Nord-Est en général. Cette concentration « naturelle » est propice à l’apparition de clusters et pôles de compétitivité (République tunisienne, Banque mondiale, 2010 ; Tizaoui, 2010) souhaités par les pouvoirs publics. La notion de masse critique est à cet égard primordiale. La compétitivité et l’attractivité des territoires sont en premier lieu portées par la compétitivité et l’attractivité des entreprises et en second lieu par celles des villes (MICHALET, 1999) ;

    • 11 C’est les cas du premier groupe industriel du pays, Poulina mais aussi de One Tech, du Groupe Ellou (...)

    la clustérisation du territoire industriel national. Ainsi, le développement industriel des régions intérieures est un enjeu local et territorial (Pecqueur, 2005). En d’autres termes, les réseaux d’entrepreneuriat des pôles littoraux et des villes intérieures seront les premiers responsables du développement industriel. L’implication de grands groupes privés11, nationaux et étrangers, dans l’investissement industriel à Gafsa, à Sidi Bouzid et à Kasserine est un exemple de partenariat entre réseaux économiques et sociaux et entre régions à potentiels d’industrialisation très différents (Ubifrance, 2010). Dans cette configuration de développement économique, social et territorial, l’État joue toujours un rôle très important de facilitateur des rapports et contacts entre partenaires.

2.2 - Géographie des grands projets industriels réalisés entre 2000 et 2011 : la confirmation du rôle territorialement structurant des IDE

17Les indicateurs qui concernent les grands investissements (>1 million de dinars) sont d’une grande importance car ils renseignent sur une catégorie d’entreprises, de taille moyenne à grande, qui peuvent se positionner par rapport à la Zone de libre échange (ZLE) avec l’Union européenne. Les 917 grands projets réalisés entre 2000 et 2011 ont mobilisé 1 417 millions de dinars et ont créé 60 878 emplois. La part des projets totalement exportateurs est de 40 % pour les entreprises, 72 % pour l’emploi et de 86 % pour les investissements. Cela nous renseigne sur la nature capitalistique des projets industriels créés par les investisseurs locaux, alors que les IDE nécessitent une main-d’œuvre importante. 73 % des grands projets se localisent sur le littoral Est. 25 % concernent le Sahel de Sousse à Sfax et 23 % le Nord-Est hors Tunis (214 projets). Tunis arrive en troisième position, avec 18 % et 170 projets. Dans cette ville, la part des entreprises totalement exportatrices représente un peu plus de la moitié. Globalement, les lieux qui ont accueilli ces grands projets sont les plus attractifs. À l’intérieur du pays, le nombre de grands projets est très réduit et les IDE sont marginaux.

18L’emploi lié à ces grandes opérations est assuré aux trois-quarts par les ETE (contre 65 % pour la totalité du tissu industriel) : les plus gros volumes de cette catégorie d’emplois sont localisés dans le Grand Tunis, au Nord-Est (20 000 emplois) et dans le Centre-Est (12 000 emplois, dont 9 000 à Sousse-Monastir). Notons que les gouvernorats de Béja et de Kairouan émergent avec respectivement 4 000 et 3 200 postes. Sur le reste du territoire, les emplois générés par les grands projets des ETE varient de quelques dizaines à Kasserine, Tataouine et Kébili à quelques centaines à Gafsa, Gabès et Tozeur. Sidi Bouzid et Mednine ont échappé à la manne. Avec Tataouine, ces gouvernorats sont ceux qui souffrent le plus du chômage et de l’inactivité. Le soulèvement populaire de décembre 2010 s’est justement déclenché dans ces foyers.

Tableau 3 – Les projets, les investissements et les emplois industriels réalisés en Tunisie, 1994-2011

Tableau 3 – Les projets, les investissements et les emplois industriels réalisés en Tunisie, 1994-2011

Source : APII, BDI, juillet 2013. Rapports des suivis des réalisations, 1994-2013 (dépouillement personnel).

19Les IDE commencent à peine à se développer hors des grandes agglomérations littorales. Ils ont été encouragés par les pouvoirs publics, dans le cadre de Partenariats publics privés (PPP) qui ont été expérimentés dans le gouvernorat de Gafsa, en 2009-2013. Mais le contexte révolutionnaire a freiné cette dynamique : le projet de câblage automobile susceptible d’attirer de gros investisseurs et de créer plus de 20 000 emplois en cinq ans à l’intérieur du pays a été arrêté. Certaines firmes multinationales de câblage automobile ont fermé et délocalisé. C’est le cas du groupe japonais Yazaki à Gafsa. Certaines ont arrêté leurs démarches exploratoire en vue d’une future installation, d’autres encore ont rayé la Tunisie de leur Short list comme destination de leurs IDE.

20On retiendra que la géographie des grands projets (figures 4.1, 4.2, 4.3) révèle trois caractéristiques structurelles du territoire industriel tunisien.

Fig. 4.1, 4.2, 4.3 – Répartition géographique des grand projets industriels réalisés en Tunisie, 2000-2011

Fig. 4.1, 4.2, 4.3 – Répartition géographique des grand projets industriels réalisés en Tunisie, 2000-2011

Conception : Tizaoui H., réalisation : Bin Ahmed A. Source : APII, BDI, juillet 2013.

21La littoralisation et la métropolisation du territoire industriel national sont confirmées. Les grandes firmes exportatrices confortent ce mouvement. Elles ont généré l’essentiel des investissements et des emplois. La Tunisie a donné une place de choix aux IDE dans son développement industriel. Mais ce choix a ses limites, puisqu’il renforce l’agglomération des activités dans le triangle compétitif et creuse les disparités régionales entre ce triangle, arrimé à l’Europe du Nord-Ouest et le reste du pays. Les économies d’agglomération, d’échelle et de proximité sont plus puissantes que la volonté de décentralisation industrielle ; les grandes firmes désertent toujours les régions intérieures.

22Les années 2000 ont connu un début de redéploiement des IDE industriels vers les villes les plus importantes de l’Ouest et du Sud du pays. Apparemment, le soulèvement populaire de 2011 a ralenti ce mouvement, mais il ne l’a pas remis en cause.

23Dans un pays émergent sur le plan industriel, il ne faut pas toujours raisonner en termes d’équilibre régional. La clustérisation et l’apparition de pôles de compétitivité peuvent jouer en faveur de l’équité territoriale.

Tableau 4 – Répartition géographique, par gouvernorat, des grand projets industriels réalisés en Tunisie, 2000-2011 (investissements de plus de 1 million de dinars, en 1 000 dinars)

Tableau 4 – Répartition géographique, par gouvernorat, des grand projets industriels réalisés en Tunisie, 2000-2011 (investissements de plus de 1 million de dinars, en 1 000 dinars)

*ETE : Entreprises totalement exportatrices.

Conception : Tizaoui H., réalisation : Bin Ahmed A. Source : APII, BDI, juillet 2013 (dépouillement personnel).

Conclusion

24L’espace industriel tunisien de la fin de la première décennie du xxie siècle se caractérise par une diffusion remarquable des firmes industrielles à travers tout le territoire. Il n’y a pas, en Tunisie, de villes sans usine. Cela est dû à la poursuite d’une politique économique qui a toujours privilégié l’activité industrielle et la ville. Toutefois, la répartition du tissu industriel témoigne d’une concentration excessive sur le littoral Est. La période 1990-2010 a connu l’émergence d’une métropolisation, d’origine essentiellement industrielle, qui concerne un triangle englobant le Nord-Est et le Sahel, un espace exigu qui demeure privilégié, car il est l’interface du pays à la mondialisation (DLALA, 2010). La recherche d’économies d’échelles, d’agglomération et de proximité par les entreprises locales et internationales conforte la concentration des activités industrielles dans cette région. Les « politiques » de décentralisation et de développement régional mises en place par l’État tunisien ces vingt dernières années se sont avérées non opérationnelles et inefficaces. Les économies d’agglomération des villes du littoral ont été décisives quant à leur attractivité industrielle.

25D’ailleurs, la grande région de Tunis associée au Nord‑Est et au Sahel est la seule vraie « région » au sens géographique du terme (CHABBI, 2004). Cet espace peut être une chance pour la Tunisie post-révolutionnaire s’il crée une vraie dynamique de diffusion des activités économiques, particulièrement dans le domaine industriel, vers les régions intérieures. Mais, si elle est délaissée, la Tunisie risque de perdre sur deux fronts : par un affaiblissement de sa région motrice et par une plus faible dynamique en direction des régions intérieures. Une nouvelle politique industrielle qui ne tiendrait pas compte du poids de la première région économique du pays au profit d’un égalitarisme populiste risquerait de compromettre un facteur décisif dans les processus de développement, à savoir la tendance à l’agglomération des activités dans les plus grands foyers économiques. Les villes des gouvernorats de Béja, Zaghouan et Kairouan commencent à bénéficier des délocalisations de firmes déjà installées dans les métropoles de Tunis, Sousse et Sfax. Des politiques efficaces d’aménagement industriel et urbain peuvent faire fructifier ces nouvelles logiques de localisation industrielle.

Top of page

Bibliography

AMARA M., THABET K., (2012), « Structure industrielle et développement local du littoral tunisien, 1998-2004 », Mondes en développement, p. 119-136.

BANQUE MONDIALE, (2010), Rapport sur le développement dans le monde : repenser la géographie économique, Economica, Washington, Paris, 320 p.

BELHEDI A., (2000), « La littoralisation et la mondialisation. L’état des lieux et les enjeux », RTG no 130, p. 5-49.

CHABBI M., (2004), « Potentialités et obstacles à la constitution d’une région urbaine. Le cas du Grand Tunis », Actes du colloque organisé à l’occasion du 40e ISoCaRP congress, Athènes, 10 p.

DAOUD A., (2011), « La Révolution tunisienne de janvier 2011. Une lecture par les déséquilibres des territoires », EchoGéo (en ligne). Sur le vif 2011, consulté le 17 février 2012. [URL : http://echogeo.revues.org/12612], 13 p.

DENIEUIL P.-N., (avec la collaboration de B’CHIR A., HUTIN S., LKNEL P.), (1992), La PME tunisienne émergence et pérennité : le Sahel et Sfax, GRET, IRESCO, CNRS, Paris, 324 p.

DLALA H., (2010), «Logique d’interface et mondialisation : leviers de la «métropolité émergente» de Tunis » in DLALA H. (dir.), Mondialisation et changement urbain, CPU, Tunis, p7-39.

FLEISCHER B., Li H., ZHAO P.P. (2009), « Human capital, economic growth and regional inequaty in China », Journal of Development Economics, p. 43-64.

GE Y., (2008), « Globalization and industry agglomeration in China », World Development, vol. 37, p. 550-559.

MICHALET C.-A., (1999), La séduction des nations, Economica, Paris, 134 p.

PECQUEUR B., (2005), « Le développement territorial. Une nouvelle approche des processus de développement pour les économies du Sud », in ANTHEAUME B., GIRAUT F., Le territoire est mort, vive les territoires ! Une (re)fabrication au nom du développement, IRD, Paris, 384, p. 295-316.

RÉPUBLIQUE TUNISIENNE, BANQUE MONDIALE, (2010) Les pôles de compétitivité en Tunisie. Note de problématique, Washington DC, 97 p.

RODRIK D., (2008), Nations et mondialisation. Les stratégies nationales de développement dans un monde globalisé, La Découverte, Paris, 175 p.

TIZAOUI H., (2010), « Clusters et intégration de la Tunisie à l’économie globalisée », in DLALA H. (dir.), Mondialisation et changement urbain, CPU, Tunis, p. 221-256.

TIZAOUI H., (2012) L’usine et la région en Tunisie. Le décrochage industriel des régions intérieures, Les éditions universitaires européennes, Sarrebruck (Allemagne), 344 p.

UBIFRANCE, (2010), Les grands groupes privés en Tunisie. Tunis, Mission économique –UBIFRANCE, 237 p.

URBAMA, (1990), Pôles industriels et développement urbain. Le cas de Gabès (Tunisie) et de Mohamadia (Maroc), URBAMA, Tours, 425 p.

ZOUHOUR K., SLIM D., (2006), « Investissements directs étrangers et concentrations industrielles. Le cas de la Tunisie », in ANTONIO S., SID AHMED A. (dir.), Technologie de l’information et développement économique local, ISPROM / Publisud, Paris, p. 49-67.

ZOUHOUR K., SLIM D., (2009), « Structure industrielle, économies d’agglomération, ouverture et croissance régionale en Tunisie », Région et Développement no 29, p. 141-157.

Top of page

Notes

1 Institut national de la statistique (Tunisie) [www.ins.tn].

2 www.tunisieindustrie.nat.tn

3 Ministère de l’Industrie, APII : rapport de suivi des réalisations, annuel depuis 1976.

4 Le cours moyen du dinar tunisien en 2012 est de 0,480 euro pour un dinar.

5 IAA : Industries agro-alimentaires ; ICH : Industries chimiques ; ID : Industries diverses ; IMCC : Industries des matériaux de construction, céramique et verre ; IME : Industries mécaniques et électriques ; ITHC : Industries textiles de l’habillement et du cuir ; IEE : Industries électroniques et électroménager ; IBLA : Industries du bois, du liège et de l’ameublement.

6 Par la Grande région de Tunis, nous entendons l’ensemble de l’espace polarisé par la ville (2,6 millions d’habitants en 2014), ce qui inclut les gouvernorats de Tunis, Ariana, Manouba, Ben Arous, mais aussi Nabeul, Bizerte et Zaghouan, Grand Tunis, Nord-Est, Sahel et Sfax.

7 Sur les 2 056 entreprises à capitaux étrangers comptabilisées en 2012, 76 % sont originaires de quatre pays européens : 36 % de France, 27 % d’Italie, 7,5 % d’Allemagne et 6 % de Belgique.

8 Si l’on excepte les 600 millions de dinars investis par le groupe chimique de Gabès dans la deuxième unité TSP, Mdhila II, le gouvernorat de Gafsa reçoit très peu d’investissements dans les industries manufacturières à l’instar des autres gouvernorats du Sud-Ouest.

9 Notons que les investissements effectués dans le gouvernorat de Sfax relèvent à plus de 50 % de l’unité mixte tuniso-indienne d’acide phosphorique de La Skhira (TIFERT), qui a été réalisée entre 2009 et 2013, et qui a coûté 750 millions de dinars.

10 La Révolution tunisienne a placé la question du développement régional au cœur des débats entre Gouvernement provisoire, chefs de partis politiques et leaders de la société civile, sans oublier les habitants des régions intérieures. Pour tous ces acteurs, le rattrapage passe par l’industrialisation. Il est bien évident que la mise en place d’une nouvelle politique régionale est inscrite dans le moyen/long terme. En outre, les firmes industrielles ne modifient pas rapidement leurs implantations locales. Les industriels en particulier étrangers vont attendre que le climat des affaires soit stabilisé pour décider de s’aventurer ou pas dans les régions intérieures. Il faut souligner que les firmes étrangères ont bien résisté aux diverses perturbations qu’a connu la Tunisie pendant l’année 2011 : sit-in, grèves sauvages, coupure de routes et parfois violence localisée. Rares sont les entreprises étrangères qui ont fermé.

11 C’est les cas du premier groupe industriel du pays, Poulina mais aussi de One Tech, du Groupe Elloumi.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1.1 – Répartition géographique, par gouvernorat, des industries manufacturières en Tunisie, 2013
Credits Conception : Tizaoui H., réalisation : Bin Ahmed A. Source : APII, BDI, juillet 2013.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7725/img-1.png
File image/png, 708k
Title Fig. 1.2 – Répartition géographique, par gouvernorat, des emplois manufacturés en Tunisie, 2013
Credits Conception : Tizaoui H., réalisation : Bin Ahmed A. Source : APII, BDI, juillet 2013.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7725/img-2.png
File image/png, 732k
Title Tableau 1 – La répartition géographique, par gouvernorat, des industries manufacturières en Tunisie, 2013
Caption *ETE : Entreprises totalement exportatrices, **ENTE : Entreprises non totalement exportatrices.
Credits Source : APII, BDI, juillet 2013.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7725/img-3.png
File image/png, 137k
Title Fig. 2.1 – Répartition géographique, par gouvernorat, des entreprises industrielles étrangères en Tunisie, 2012
Credits Conception : Tizaoui H., réalisation : Bin Ahmed A. Source : APII, BDI, juillet 2013.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7725/img-4.png
File image/png, 497k
Title Fig. 2.2 – Répartition géographique, par gouvernorat, des emplois industriels en Tunisie, 2012
Credits Conception : Tizaoui H., réalisation : Bin Ahmed A. Source : APII, BDI, juillet 2013.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7725/img-5.png
File image/png, 509k
Title Fig. 3.1, 3.2, 3.3. – Répartition géographique des projets, des investissements et des emplois industriels réalisés en Tunisie (1994-2011)
Credits Conception : Tizaoui H., réalisation : Bin Ahmed A. Source : APII, BDI, juillet 2013.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7725/img-6.jpg
File image/jpeg, 456k
Title Tableau 2 – Répartition des entreprises étrangères par région (hors énergie), décembre 2012
Credits Source : APII, 2013.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7725/img-7.png
File image/png, 131k
Title Tableau 3 – Les projets, les investissements et les emplois industriels réalisés en Tunisie, 1994-2011
Credits Source : APII, BDI, juillet 2013. Rapports des suivis des réalisations, 1994-2013 (dépouillement personnel).
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7725/img-8.png
File image/png, 126k
Title Fig. 4.1, 4.2, 4.3 – Répartition géographique des grand projets industriels réalisés en Tunisie, 2000-2011
Credits Conception : Tizaoui H., réalisation : Bin Ahmed A. Source : APII, BDI, juillet 2013.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7725/img-9.jpg
File image/jpeg, 548k
Title Tableau 4 – Répartition géographique, par gouvernorat, des grand projets industriels réalisés en Tunisie, 2000-2011 (investissements de plus de 1 million de dinars, en 1 000 dinars)
Caption *ETE : Entreprises totalement exportatrices.
Credits Conception : Tizaoui H., réalisation : Bin Ahmed A. Source : APII, BDI, juillet 2013 (dépouillement personnel).
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7725/img-10.png
File image/png, 142k
Top of page

References

Bibliographical reference

Hamadi Tizaoui, « La métropolisation de l’industrie tunisienne et le décrochage industriel des régions intérieures  », Méditerranée, 124 | 2015, 73-84.

Electronic reference

Hamadi Tizaoui, « La métropolisation de l’industrie tunisienne et le décrochage industriel des régions intérieures  », Méditerranée [Online], 124 | 2015, Online since 15 June 2017, connection on 19 June 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/7725 ; DOI : 10.4000/mediterranee.7725

Top of page

About the author

Hamadi Tizaoui

Géographe, Laboratoire Diraset-Études Maghrébines, Faculté des sciences humaines et sociales, Université de Tunis, Tunisie, tizaoui.hamadi@yahoo.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals