Skip to navigation – Site map
Analyses spatiales et socio-économiques contemporaines

Mobilités en action

Vivre la délocalisation dans les réseaux du made in Italy entre Italie, Roumanie et Tunisie
Delocalisation in « made in Italy » networks between Italy, Romania and Tunisia
Alessandra Scroccaro and Angela Alaimo
p. 85-92

Abstracts

For several decades, we have identified a reorganization of the production of the so-called «Made in Italy» (especially in textile-garment and footwear sectors) between north and south shore of the Mediterranean Sea. There are some transmediterranean production networks arising amongst Italy, Romania and Tunisia. Many economic and geographical studies aim to understand the economic and territorial dimensions of these production networks. However, these analyses «overlook» the men and women who create these networks and who are the main players in the ongoing delocalization. This paper aims to understand, through the study of life trajectories, the spatial dynamics that structure the relations between the actors of the delocalized production, which create in turn multi-sited territories.

Top of page

Full text

  • 1 Nombreux sont les travaux et les définitions sur la délocalisation (MOUHOUD, 2006 ; CHANTEAU, 2001  (...)

1Depuis quelques décennies, on assiste à la réorganisation de la production du made in Italy (notamment les secteurs du textile-habillement et de la chaussure) entre la rive nord et la rive sud de la Méditerranée. Cette production est délocalisée et fragmentée par un ensemble de réseaux productifs hiérarchisés à l’échelle mondiale1. Dans le cas de la production textile et de la chaussure italienne, l’Italie, la Roumanie et la Tunisie sont trois pays qui enregistrent de nombreux échanges de capitaux, de marchandises, de savoir-faire et de personnes. De nombreuses études visent à comprendre la dimension économique et territoriale de ces réseaux de production. Cependant, elles « oublient » les hommes et les femmes qui créent ces réseaux. La dimension sociale de ce phénomène a été trop souvent négligée, comme le soulignent les auteurs du relational turn en géographie économique (BOGGS, RANTISI, 2003 ; BATHELT, GLÜCKLER, 2003).

2Cet article naît de l’exigence de raconter les réseaux de la production à travers les personnes qui les créent, à travers leurs histoires, afin de reconstruire les raisons et les résultats des délocalisations (DICKEN et al., 2001 ; YEUNG, 2003). Le déplacement de la production industrielle comporte une réorganisation profonde des réseaux et des mobilités des personnes qui « font » l’entreprise. Les délocalisations sont avant tout réalisées par des personnes qui sont obligées de se déplacer. Les processus de délocalisation impactent la mobilité des personnes, leur ancrage et leur identité territoriale. Ils ont donc des coûts non seulement économiques, mais aussi sociaux ; ils se répercutent dans la vie personnelle de chaque individu, en créant des « territoires multi-situés » (GIRAUT, 2013) : des espaces fragmentés, discontinus et interdépendants constitués par des pôles connectés qui mettent en relation des acteurs et des lieux, en rompant avec la continuité territoriale.

  • 2 La FIPA (Foreign Investment Promotion Agency – www.investintunisia.tn) et l’API (Agence de promotio (...)
  • 3 Le Registre de Commerce est une institution publique sous le ministère roumain de la Justice. Cet o (...)

3L’article est organisé en deux sections. La première identifie les parcours biographiques inscrits dans les réseaux de production et reconfigurés par la délocalisation. Dans la deuxième section, on interroge les mobilités nouvelles qui émergent, à travers les notions de « territoires multi-situés ». Ce sont de nouveaux territoires, résultats de la circulation transméditerranéenne des capitaux, des technologies et des savoir-faire. Les résultats que nous présentons ici sont issus de plusieurs étapes de recherche, réalisées en Tunisie et en Roumanie entre 2008 et 2012. À l’échelle macro, l’analyse quantitative et cartographique a cadré le phénomène de la délocalisation. Pour la Tunisie, nous avons utilisé les données de l’API et de la FIPA2 ; pour la Roumanie, nous avons considéré les données du Registre de Commerce, de l’Insse, l’Institut de statistique roumain et de BorgDesign3. Pour le travail de terrain, nous avons utilisé différentes méthodes qualitatives (DELYSER, STARRS, 2001 ; OLIVIER DE SARDAN, 2008) : l’observation participante (SEMI, 2010), le shadowing (SCLAVI, 2003) et les entretiens semi-structurés.

1 - Les acteurs, ces oubliés de la délocalisation

4Les entreprises sont souvent perçues comme des entités capables de se mouvoir sans limitation, sans contrainte spatiale, économique ou sociale, à la recherche de meilleures conditions de production. Cette représentation empêche de voir que la production est en réalité ancrée dans l’espace et qu’elle investit simultanément des lieux différents. Ce processus engendre de nouvelles formes d’ancrage multi-situé. Dans cette section nous voulons donc ouvrir la « boîte noire » (LATOUR, 1989) de ce processus, pour montrer le visage humain des réseaux de production : l’objectif est d’expliquer qui sont ces acteurs, d’où ils viennent, quelles sont leurs histoires, quelles motivations les poussent à partir et à s’installer dans un autre pays et quelles stratégies ils mettent en œuvre. Ce sont ces acteurs qui initient les commandes, qui travaillent sur les chaînes de production, qui contrôlent les tissus, qui transportent les vêtements, mais aussi qui trouvent de nouveaux clients, qui construisent de nouveaux partenariats, qui négocient avec les syndicats, etc. Ce sont ces acteurs « oubliés » des analyses économiques (GUMUCHIAN et al., 2003) qui alimentent les réseaux de production et que nous avons rencontrés lors de notre travail de recherche en Italie, Roumanie et Tunisie. Nous avons pris en compte trois catégories d’acteurs : les entrepreneurs, les techniciens et les ouvriers, que nous avons classés selon leur nationalité (italienne, roumaine et tunisienne), leur genre, leur fonction, leur mobilité géographique et leur marge de pouvoir.

1.1 - Les entrepreneurs : une mosaïque de professionnels

5Les entrepreneurs à l’origine des délocalisations italiennes peuvent être analysés selon la nationalité et la fonction dans le processus de production, deux critères à partir desquels s’engendrent différentes formes de mobilité et de pouvoir. Dans les délocalisations, la nationalité est certainement le premier critère qui donne différentes marges de pouvoir. Les entrepreneurs italiens ont en général une marge de manœuvre plus élevée par rapport aux partenaires roumains et tunisiens, car ils apportent l’investissement, les capitaux et les technologies dans le pays de la délocalisation. Ce sont eux qui décident des termes de l’investissement et qui ont le contact avec les clients italiens. Les entrepreneurs locaux sont alors disposés à tout faire pour capter ces opportunités de travail : ils facilitent l’« accès » au pays et aident à résoudre les difficultés linguistiques et culturelles.

6Malgré ce partage des tâches qui semble aller de soi, les partenariats ne sont pas toujours aisés. Selon le responsable de la Coopération italienne à Tunis, la raison principale en est la méfiance des entrepreneurs italiens vis-à-vis des tunisiens. Plus généralement, le caractère dissymétrique des relations entre partenaires fragilise les partenariats qui ont de la peine à se consolider dans la durée. Les Italiens sont souvent perçus en Tunisie comme les entrepreneurs les moins fiables parmi les étrangers. En Roumanie, la situation est très différente : on constate un plus grand nombre de partenariats. Presque toutes les entreprises italiennes ont un partenaire local, ne serait-ce que pour s’occuper des démarches législatives et de traduction. D’ailleurs, selon la loi roumaine, toute entreprise qui veut produire en Roumanie et acheter du terrain ou des bâtiments doit avoir un partenaire local.

7La taille de l’entreprise est un indicateur de différentes stratégies de délocalisation. Selon la taille, l’entrepreneur adopte des choix de production précis, en fonction de son expérience. Cet indicateur va se combiner avec le type de production et son rôle dans la chaîne de valeur du produit (DICKEN, 2011). En général, les entrepreneurs issus des grandes entreprises, associés à des productions haut de gamme et à des marques, délocalisent selon une logique qui suit les changements mondiaux de la production. Les investissements sont massifs et leurs capacités de production sont si fortes qu’ils ont le pouvoir d’influencer également la localisation des petites et moyennes entreprises sous-traitantes. Dans la plupart des cas, il s’agit de grandes plateformes, selon le modèle traditionnel du secteur textile italien (ALAIMO, 2009). Les grands groupes ont en fait la possibilité de changer leur stratégie d’investissement en fonction du contexte. Cela a été le cas d’une grande marque de jeans qui, au moment de la Révolution tunisienne, a décidé de déplacer sa production au Maroc et de fermer son site en Tunisie. Cette mobilité s’appuie sur la présence de plusieurs filiales dans différents pays.

8La taille de l’entreprise et le type d’organisation engendrent donc des mobilités très diverses. Les entrepreneurs des grandes entreprises ont une mobilité plus élevée que les autres acteurs. Les petits et moyens entrepreneurs suivent généralement les logiques d’implantation des grands groupes et disposent d’un pouvoir de décision plus faible. La plupart des sous-traitants et de l’outsourcing (le lavage, la sérigraphie et la broderie dans le secteur du textile-habillement) ont suivi une grande entreprise. On observe aussi des entrepreneurs italiens qui sont arrivés en Tunisie ou en Roumanie suite à une faillite. Ils sont porteurs d’une logique d’implantation de plus courte durée, qui se rapproche de l’improvisation, comme le soulignent nombre de nos interviewés. Le résultat de ces expériences varie énormément et reste lié aux capacités entrepreneuriales de chacun.

1.2 - Les techniciens : relations interculturelles de travail

  • 4 Un technicien d’une entreprise délocalisée en Roumanie, à une heure de vol de chez lui, peut gagner (...)

9Le technicien est une figure professionnelle centrale dans le fonctionnement de la production, plus encore à l’étranger, au sein de l’usine délocalisée. Le technicien « connaît le métier », comme nous l’ont dit tous les interviewés, parfois même mieux que l’entrepreneur qui a plutôt des tâches d’organisation et de promotion de l’activité. Il est soucieux de transmettre précisément les instructions provenant du siège et, dans les petites entreprises, il aide l’entrepreneur dans la gestion des clients. Le technicien travaille toute la journée à la chaîne, côte à côte avec les ouvriers. Il contrôle les différentes phases de la production, la qualité du travail et il explique aux ouvriers le travail à faire en corrigeant les fautes de production. Probablement du fait de la grande mobilité requise d’un site de production à l’autre, les techniciens sont surtout des hommes. Nous avons cependant rencontré quelques femmes qui ont expliqué leurs difficultés au travail avec les ouvriers hommes qui n’acceptent pas d’être commandés par une femme, pour des raisons culturelles. Au regard de leur provenance, nous pouvons identifier quatre types de techniciens. Certains sont des ouvriers spécialisés venant de l’entreprise mère en Italie ; ils ont accepté de s’expatrier pour ne pas perdre leur poste de travail. D’autres travaillaient initialement dans d’autres entreprises qu’ils ont quittées pour un meilleur salaire4. Enfin, certains techniciens ont perdu leur travail en Italie et ont décidé de partir pour retrouver un emploi. Nous avons aussi rencontré d’anciens entrepreneurs italiens, exilés suite à la faillite de leur entreprise ; ils se sont reconvertis professionnellement ou ont décidé de ne plus avoir de responsabilités.

10Le rôle principal des techniciens est de transmettre leurs compétences aux ouvriers : « la façon italienne » de travailler (interviewé 11 en 2008). Celle-ci peut se résumer en trois mots clés : précision, vitesse et concentration dans le travail ; qualités qui s’accompagnent de la connaissance d’une série de pratiques standardisées à l’échelle mondiale. La rigidité de cette approche contraste souvent avec la réalité locale, dans un contexte rural. La « lenteur » des travailleurs locaux met en lumière une contradiction notable entre deux conceptions différentes du temps, liées aux rythmes de vie et à la culture de chacun. Dans la société rurale tunisienne, le temps est ancré dans les cycles de la nature et il n’est pas détaché du temps social. Ceci implique diverses contraintes qui sont parfois plus importantes que le travail lui-même.

Cela te semble possible ? Elles ne viennent pas travailler parce que c’est le jour du marché ! Ne parlons pas s’il y a un mariage qui, ici, dure plus d’une semaine. Alors là !…  (Interviewé 28 en 2008).

11En Roumanie, le conflit entre différentes cultures du travail se cristallise autour de deux enjeux : la qualité insuffisante des produits et les vols occasionnels de vêtements et de chaussures par des ouvriers. D’après les témoignages recueillis, ces deux problèmes sont hérités de la période communiste : dans les usines étatiques, le processus de production était fortement standardisé et n’avait pas besoin de compétences particulières ; d’autre part, les produits étaient considérés comme appartenant à « l’État » et donc à tout le monde.

12Cet apprentissage interculturel du travail ne se fait pas facilement. À côté de l’entrepreneur, le technicien doit parfois affronter des situations qui éclatent en conflits ouverts, ralentissent la production et créent une ambiance tendue au sein de l’entreprise. Certains ouvriers peuvent accuser des techniciens italiens de maltraitance, surtout verbale ; il en résulte parfois des démissions (SCROCCARO, 2012). Dans ce contexte, certains entrepreneurs ont considéré le recrutement de techniciens tunisiens ou roumains comme une option plus avantageuse et moins chère. En Roumanie, si un maître roumain peut coûter entre 300 et 500 euros par mois, un technicien italien coûte entre 2 000 et 3 000 euros, avec logement et frais de transports Italie-Roumanie compris. La « multifonctionnalité » de ces salariés roumains dans les entreprises italiennes en Roumanie, comme dans d’autres pays de l’Europe centre-orientale, est un atout qui les distingue des techniciens italiens (SCROCCARO, 2012). Depuis 2009, on retrouve aussi des techniciens roumains qui travaillent en Tunisie. Ils font partie de la « génération » d’ouvriers formés dans les usines italiennes délocalisée en Roumanie et qui sont par la suite devenus techniciens. Ce phénomène révèle d’importants changements : premièrement, il témoigne des circulations s’opérant entre l’Italie, la Roumanie et la Tunisie ; deuxièmement, il confirme la compétition existant entre techniciens locaux et italiens ; troisièmement, il révèle que la transmission d’un savoir-faire aux travailleurs locaux se réalise (en dépit des tentatives pour l’empêcher).

1.3 - Les salariés de la délocalisation

Photographie 1 – Des ouvrières à la machine dans une usine italienne en Tunisie

Photographie 1 – Des ouvrières à la machine dans une usine italienne en Tunisie

Cliché : Alaimo, 2012.

  • 5 Grâce aux contributions de la géographie du travail, désormais les employés ne sont plus considérés (...)

13L’étude des acteurs de la délocalisation ne peut ignorer le rôle des salariés (comptables, maîtres, ouvriers5, etc.).Nous avons constaté que les ouvriers dans la production textile sont à 99 % des femmes (photographie 1), tandis que dans le secteur de la chaussure, le pourcentage est plus équilibré : il y a environ 60 % de femmes et 40 % d’hommes.

14Le travail est souvent le même, mais les conditions sont différentes, comme en témoigne l’écart salarial évident entre hommes et femmes. Les hommes ont en général un salaire un peu plus élevé et des fonctions plus complexes ; ils utilisent des machines à haute technologie ou exercent la responsabilité de phases physiquement lourdes du travail (charge et décharge du camion, magasins, transports, etc.). En Tunisie et en Roumanie, les femmes sont préférées dans le travail, parce qu’elles sont considérées plus fiables. Les hommes sont vus comme moins dociles et moins travailleurs. Les explications qui nous ont été données sont liées au rôle traditionnel de la femme, entendue comme naturellement proche de la famille, habituée au travail et à la fatigue. L’image de l’homme reste très négative. Il est perçu comme potentiellement « malhonnête », peu travailleur et moins enclin à la soumission requise dans l’usine. Il est donc considéré comme plus rebelle. Cependant, aucune explication ne met en exergue la question du pouvoir qui se joue dans les relations internes à l’usine et qui fait partie de la relation patronale. Le stéréotype aide à dissimuler, en quelque sorte, la relation de domination typique du système de production.

15Si l’on considère les fonctions occupées à l’intérieur de l’usine, les salariés peuvent être divisés en trois sous‑catégories : les comptables, les maîtres et les ouvriers.

16Les comptables sont en général des femmes qui ont fait des études supérieures, parfois à l’université et connaissent au moins deux langues (le roumain et l’italien, parfois l’anglais ou l’allemand ; l’arabe tunisien, le français, l’anglais et l’italien en Tunisie). En Roumanie, elles ont un salaire qui varie entre 400 et 700 euros brut selon le nombre des tâches et l’ancienneté. Il n’est pas rare qu’elles deviennent l’épouse du patron. Elles sont beaucoup plus mobiles que les ouvrières et peuvent se déplacer d’un site de production à un autre, ou visiter le siège italien de l’entreprise. Souvent, les comptables ont un rôle de médiation linguistique et culturelle avec les institutions locales.

17Les maîtres sont des ouvriers spécialisés et peuvent être des hommes ou des femmes selon le secteur. Ils ont un niveau d’éducation moins élevé que les comptables, mais supérieur aux ouvriers. Ils dirigent et contrôlent le travail à la chaîne, le respect de la commande et la qualité du produit. Par leur spécialisation, les maîtres sont une figure professionnelle assez demandée et difficile à trouver en Roumanie, surtout après l’entrée du pays dans l’UE. Selon la spécialisation et l’ancienneté, ils sont payés entre 400 et 500 euros brut. Les maîtres les plus doués peuvent exercer dans plusieurs sites de production et sont l’objet de disputes entre les entreprises.

18La condition des ouvriers – ou plutôt des ouvrières – est différente. Elles ont un niveau scolaire bas et ne disposent d’aucune spécialisation. Elles peuvent être remplacées facilement ; leur marge de négociation est donc très faible. Leur salaire varie selon l’ancienneté entre 150 et 300 euros brut. Plus généralement, les ouvriers sont les premiers à subir les conséquences de la crise économique et les décisions de l’entreprise, comme l’indique cet ouvrier roumain :

Maintenant les conditions sont difficiles, surtout après la crise. Le nombre d’ouvriers est passé de 1 000 à 200. Ils ont licencié beaucoup de personnes. (Interviewé 43 en 2010)

19Les ouvriers les plus précaires proviennent des milieux ruraux. 32 % des ouvriers enquêtés lors des entretiens en Roumanie étaient au chômage ou en situation précaire. Beaucoup d’entre eux partent alors chercher du travail à l’étranger, d’autres restent ou reprennent des études.

20En Tunisie aussi, la condition des ouvriers est rude ; elle a cependant énormément changé depuis la Révolution en 2011. Les protestations et les grèves ont entraîné des modifications des rapports entre les patrons et la main‑d’œuvre. Les ouvriers ont pu commencer à s’exprimer et à acquérir certains droits qui étaient niés pendant la dictature de Ben Ali. Cela a évidemment changé les relations entre les ouvriers et les patrons, comme l’explique bien cet entrepreneur :

Ce que j’ai remarqué après la Révolution chez mes employés, c’est le besoin de parler. Il faut imaginer ce que c’est de vivre sans jamais pouvoir s’exprimer pendant toute une vie. Du jour au lendemain, ils obtiennent le droit de parole et ils pensent que c’est le pouvoir de dire n’importe quoi. Moi, avec le dialogue, je les ai écoutés et j’ai essayé de leur faire comprendre qu’on ne peut pas obtenir tout ce qu’on veut…  (Interviewé 8 en 2012)

21En général, ces revendications ont abouti à une augmentation des salaires, des demandes de titularisation et un accroissement de la stabilité du travail dans l’usine. La raréfaction de la main-d’œuvre à cause de l’émigration des jeunes à l’étranger ou dans les villes principales a augmenté la pénurie d’ouvriers et provoqué un fort turn-over.

2 - Territoires multi-situés et stratégies différentes pour vivre la délocalisation

22Les personnes qui « vivent » la délocalisation voient leur quotidien transformé au moment de quitter leur pays. Leurs vies se construisent dans des conditions de mobilité, de déracinement et d’ancrage entre plusieurs sites de production et plusieurs territoires. Dans un premier temps, nous allons considérer les manières de vivre la délocalisation, en fonction des différentes formes de mobilité. Dans un second temps, nous mettrons en perspective ces différentes formes d’ancrage en considérant les territoires multi-situés émergents.

2.1 - Vies d’expatriés, fragmentées au rythme de la production en réseau

Photographie 2 – Le bar « Venezia », un des célèbres endroits pour les Italiens de Timisoara, fermé depuis la fuite des entrepreneurs de Roumanie

Photographie 2 – Le bar « Venezia », un des célèbres endroits pour les Italiens de Timisoara, fermé depuis la fuite des entrepreneurs de Roumanie

Cliché : Scroccaro, 2010.

23Pour comprendre la relation au territoire des entrepreneurs et des techniciens italiens, nous avons pris en considération trois facteurs : la condition d’expatrié ; la centralité du travail dans leur quotidien ; la fragmentation de leur vie entre plusieurs territoires. En ce qui concerne le premier facteur (la condition d’expatrié), nous avons identifié deux types de réactions des expatriés en Tunisie et en Roumanie. La première réaction, la plus répandue, est une reproduction des modes de vivre italiens à l’étranger. Nous l’avons nommée « stratégie Little Italy » (photographie 2). Les Italiens essaient de se lier à des compatriotes, d’habiter dans les quartiers aisés des villes à forte concentration d’expatriés, de recréer une vie, autant que possible, semblable à celle qu’ils avaient avant la délocalisation. Ils recréent des lieux de rencontre italiens – restaurants, associations et paroisses. En Tunisie et en Roumanie, nous avons remarqué un grand attachement à la foi : dans les deux pays, il y a au moins une messe par semaine célébrée en langue italienne. Il s’agit de différentes formes d’attachement à la culture d’origine. Les enfants des expatriés vont dans des écoles italiennes ou internationales. Ce mode de vie exprime un détachement vis-à-vis des contextes locaux.

24Dans le choix du lieu d’installation, les expatriés considèrent particulièrement le cadre de vie. Souvent, les usines sont éloignées des centres urbains bien équipés, de sorte que certains techniciens ou directeurs ne parviennent pas à s’adapter et quittent leur travail. L’importance du cadre de vie se confirme en Tunisie, par le choix très répandu des techniciens travaillant dans la région du Cap Bon, de vivre dans la ville d’Hammamet qui garantit confort et loisirs, surtout parmi les jeunes. Pour ceux qui ont une famille, les exigences en termes de scolarisation et de sécurité les poussent à préférer Tunis. En Roumanie aussi, les Italiens préfèrent vivre à Timisoara ou à Bucarest, plutôt que dans les zones rurales. À l’étranger, les liens tissés avec la population locale roumaine ou tunisienne sont peu nombreux. Si l’on excepte les voisins et les salariés de l’usine, les Italiens ont peu d’occasions de créer des liens. Ils vivent dans leur contexte de travail, et dans cette sorte d’« Italie reconstituée ». Parfois, certains entrepreneurs sont activement impliqués dans la vie sociale locale.

Un entrepreneur ne peut pas penser à investir dans ce pays pour exploiter seulement la main‑d’œuvre (interviewé 27 en 2010),

25affirme un entrepreneur italien rencontré en Roumanie. Cependant, cette implication reste limitée.

26Inversement, la deuxième réaction des expatriés est celle d’une profonde immersion dans la société locale, une « roumanisation » ou une « tunisisation ». Nous avons rencontré des Italiens qui ne veulent pas rentrer en Italie, ils ont adopté un mode de vie et se sont construit une famille. Parfois issus d’une « deuxième génération » entrepreneuriale, certains sont bien intégrés à la vie locale et manifestent des formes d’ancrage. Le deuxième facteur clé pour comprendre ce processus d’ancrage des entrepreneurs est la centralité du travail dans leur vie. Les entrepreneurs et les techniciens des entreprises déploient une forte mobilité entre les différents sites de production. Ils vivent au rythme de la production et suivent les saisons de la mode.

Tous les cinq/six jours, je change d’État, je suis directeur en Roumanie, mais je m’occupe de la production en Chine, en Serbie, en Moldavie et parfois en Ukraine. J’ai une fréquence des vols tous les deux jours ». (Interviewé 25, 2008)

27Le va-et-vient continu des entrepreneurs entre l’Italie, la Roumanie et la Tunisie est visible par l’accroissement du nombre des vols journaliers qui lient les pays partenaires.

28L’intensité et les formes que prennent ces mobilités dépendent principalement de la position du pays. Dans le cas de la Roumanie, la proximité géographique permet des échanges au quotidien :

Moi, je fais 200 000 km par an, si l’on exclut les voyages en avion, seulement en voiture. (Interviewé 12 en 2008)

29Par contre en Tunisie, la configuration est différente, et l’on assiste à une intensification des vols et des voyages en bateaux. Malgré ces différences, la centralité du travail contribue à façonner un ancrage multi-situé qui suit la localisation des sites de production. Le technicien est l’une des figures professionnelles qui incarne le mieux ces formes de mobilité. Il circule sans cesse entre Roumanie, Tunisie et différents pays. Certains peuvent faire plusieurs allers-retours entre sites au cours d’un mois au sein d’une même entreprise ou auprès d’entreprises différentes :

J’ai fait le technicien pendant deux ans en Chine et c’était dur. Maintenant je suis en Roumanie, mais je ne vis pas ici, car j’ai une famille en Italie. (Interviewé 2 en 2010)

30Ils ont une grande nostalgie de l’Italie, mais préfèrent travailler en gagnant de bons salaires à l’étranger.

31Le résultat de ce mode de vie multi-situé est la fragmentation des relations. Cette fragmentation se développe dans le temps : plus la vie multi-située est durable, plus le coût personnel à payer est élevé. Ainsi, tous les interviewés regrettent la raréfaction des liens personnels, amicaux et familiaux. Parfois, les entrepreneurs et les techniciens ont quitté l’Italie suite à un échec, non seulement professionnel, mais aussi familial. D’autres vivent des situations de séparation et de divorce à cause de la délocalisation. Si la famille ne suit pas l’entrepreneur, après un premier moment d’éloignement, le couple décide de se séparer, comme l’explique ce technicien en Roumanie :

Je suis depuis 10 ans hors d’Italie. Ma famille a explosé. C’est ça le prix à payer. Quand la famille a besoin de toi, tu n’es pas là, quand tu as besoin de la famille, elle n’est pas là. C’est logique que ça arrive comme ça. Si tu me demandes maintenant de partir, je ne le ferai pas, même s’ils m’offrent tout l’or du monde. (Interviewé 33 en 2008)

32Des réussites en Roumanie peuvent alors se traduire par des échecs en Italie.

Et après, ça t’arrive de n’être plus ni d’un côté, ni de l’autre côté, mais ça c’est une expérience qu’il faut vivre pour la comprendre […]. Puis après c’est pire, car quand tu rentres en Italie, tu vois que tu n’as plus d’espoir de trouver un bon emploi. […] Désormais, ça c’est ma vie. (Interviewé 33 en 2008)

  • 6 Les familles délocalisées ont une double résidence, en Italie et en Roumanie ou Tunisie.

33Ces vies sont donc parfois déchirées. D’autres entrepreneurs ont réussi à se « délocaliser » avec leur famille. Dans ce cas, leur épouse accepte ce mode de vie, sous réserve de rentrer tôt ou tard en Italie6.

2.2 - Vies délocalisées entre territoires multi-situés 

34Ces vies d’expatriés, fragmentées au rythme de la production en réseau, ne peuvent être analysées qu’au prisme de chaque site de production. Il faut aussi prendre en considération la manière dont les entrepreneurs et les techniciens rencontrés s’inscrivent dans le réseau discontinu formé par les différents lieux de la délocalisation. Le territoire considéré comme un lieu fermé et non connecté n’est plus capable de rendre compte des nouvelles mobilités et des manières de vivre la délocalisation entre Italie, Roumanie et Tunisie. Ces mobilités sont facilitées par des transports peu coûteux et rapides (vols low cost, augmentation des transports routiers et navals) et des moyens de communication performants (le web et Skype) qui contribuent à créer une forte interconnexion. Dans ce cadre, la notion de « territoire multi-situé » nous est utile pour comprendre l’impact de la mobilité des personnes entre plusieurs sites. Cette notion émergente fait référence à un ensemble de lieux discontinus, fonctionnels, connectés par une circulation régulière (GIRAUT, 2013). Elle essaie, en fait, d’articuler une logique topographique à une logique topologique et d’aller au‑delà des oppositions entre territorialités modernes et postmodernes, limites et frontières floues, zonage et connectivité (SCROCCARO, 2012). Le caractère « multi-situé » redonne au territoire sa propriété multiscalaire, à savoir une interconnexion d’échelles, chacune contingente et construite socialement (MARSTON, 2000). L’utilisation du « multi-situé » au lieu du « réseau » permet de comprendre la multi-temporalité des phénomènes qui contribuent à l’émergence de ces nouveaux territoires. À travers la notion de territoire multi-situé, il est possible de mieux comprendre comment les territoires de la production, connectés entre eux, s’influencent réciproquement. Dans cet article, les « territoires multi-situés » (carte 1) correspondent aux flux de capitaux (transferts de technologies), à la circulation des biens (le va-et-vient des matières premières et des produits finis entre le donneur d’ordres et le sous-traitant), des personnes (la mobilité des techniciens italiens qui contrôlent la production), des informations (le savoir-faire transmis par les techniciens italiens aux employés roumains).

Carte 1 – La mobilité des entreprises italiennes dans le secteur du textile, habillement et chaussure entre Italie, Roumanie et Tunisie

Carte 1 – La mobilité des entreprises italiennes dans le secteur du textile, habillement et chaussure entre Italie, Roumanie et Tunisie

Source : Alaimo, Coletto, Scroccaro, 2014.

35Le cas de l’entreprise Modin que nous avons rencontré au Cap Bon est emblématique de la création des territoires multi-situés dont il est question ici. L’entreprise a fermé son siège en Italie il y a plus que dix ans pour rouvrir en Roumanie. Les activités y étaient satisfaisantes, mais après 2008, les propriétaires ont envisagé de créer un autre site productif en Tunisie :

c’est le seul pays dans la Méditerranée qui est compétitif pour le secteur de la bonneterie. (Interviewé 20 en 2010)

36Une opportunité s’est présentée : un entrepreneur italien en Tunisie cherchait à vendre son entreprise pour des raisons de santé… et l’affaire a été conclue. La famille Modin a décidé d’ouvrir un deuxième site en Tunisie, tout en maintenant l’usine de Roumanie :

nous en avons décidé ainsi pour pouvoir jouer sur un double niveau : le produit de bas de gamme, nous le produisons en Tunisie et le produit de qualité reste en Roumanie. (Interviewé 20 en 2012)

37Elle a acheté l’entreprise tunisienne et commencé l’activité en mars 2010. Quelques mois plus tard, la Révolution a éclaté et la crise économique a bouleversé l’activité. Aujourd’hui, en dépit d’un contexte moins favorable, l’entreprise continue son activité en Tunisie, en liaison avec l’usine roumaine. Le fils du propriétaire définit cette phase comme un moment

de transition. Nous devons voir comment la situation évoluera du point de vue soit politique du pays, soit économique mondial. Notre objectif pour le moment est de rester debout : survivre en attendant une amélioration… Évidemment, nous avons fixé des délais, mais selon moi il faut attendre pour voir l’évolution… D’ailleurs le travail d’entreprise est basé sur la prise de risque, n’est-ce pas ? (Interviewé 20, 2012)

Conclusion

38À travers cet article, nous avons voulu éclairer la vie des hommes et des femmes qui font partie des réseaux de production du made in Italy et nous avons décrit, à partir d’une perspective inédite, toute la complexité d’une production de plus en plus éclatée et fragmentée. Ces vies semblent éparpillées : l’identité territoriale se constitue entre plusieurs espaces-temps, continuellement à la recherche d’une possible recomposition.

39Grâce à l’analyse de la mobilité des acteurs et de l’impact des délocalisations sur leur quotidien, il a été possible d’aborder le territoire dans sa dimension multi-située, construite à partir des échanges entre différents sites de production. De ce processus émergent de nouveaux territoires interconnectés parcourus par des nouvelles mobilités (personnes, capitaux, biens, services, savoir-faire). On y observe une diffusion accélérée de compétences et l’émergence de nouvelles « figures » de travail. Au-delà d’une mobilité accrue, on peut donc apercevoir le développement de nouveaux ancrages à la fois spatiaux et professionnels, qui méritent d’être mieux étudiés.

40Ces nouvelles formes de vie en mouvement modifient la relation à l’espace et la notion de proximité. Comme nous l’avons montré, les liens entre territoires éloignés sont plus forts qu’entre territoires proches. Ceci s’explique par le fait que la création de liens s’organise autour de la production. Les personnes impliquées se retrouvent ainsi à vivre dans des territoires offshore (ALAIMO, 2009), des « îlots » déconnectés à l’échelle locale, mais fortement interconnectés à l’échelle globale (COE et al., 2007, p. 240). Parfois, la relation aux territoires locaux se réduit aux règlements étatiques qui tentent de régir la production multi-située. Dans le cas de pays comme la Tunisie et la Roumanie, l’intérêt manifeste des États à maintenir l’investissement étranger les pousse à accepter le contournement des règles par les entreprises.

41Ces nouvelles formes territoriales de production transméditerranéennes répondent aux changements de l’économie mondiale, des modes de production (de la conception du produit jusqu’à sa logistique) et de consommation (de plus en plus saisonnière et « juste-à-temps »). Elles se construisent par des processus relationnels qui ont la capacité de créer une variété de configurations spatiales dans l’environnement économique et deviennent un « dispositif, parmi d’autres, de production de territoires […] multiples » (DUPUY et ORFFNER, 2005, p. 45). Les réseaux transméditerranéens de production s’inscrivent donc dans les territoires (axés sur les normes et les règles de l’Italie, de la Tunisie et de la Roumanie) et, réciproquement, les territoires sont impliqués/insérés dans les réseaux (DICKEN et al., 2001, p. 97). Ces échanges sont récurrents et multidirectionnels entre les trois pays (ALAIMO, COLETTO, SCROCCARO, 2015).

42Pour toutes ces raisons, il est important d’évaluer la portée heuristique des concepts qui tentent de rendre compte de ces configurations spatiales. Dans cet article nous avons utilisé la notion de « multi-situé » pour comprendre comment la mobilité des personnes impacte les sites de production. À travers ce concept, nous pouvons associer des phénomènes simultanés, tout en interconnectant les échelles, du global au local. Néanmoins, d’autres concepts ont émergé pour tenter d’expliquer ces changements. Nous nous référons ici aux concepts de territoires « circulatoires » (TARRIUS, 1993), « en réseaux », « archipélagiques », « réticulaires » (VELTZ, 2005) ou aux espaces réticulés en tant que « chaînes de lieux » (BONNEMAISON, 1989). Utilisées par les économistes et les sociologues, comme par les géographes, ces notions soulignent l’interconnexion entre les territoires via les réseaux et la circularité des phénomènes et des échanges. Elles expriment l’exigence d’un renouvellement conceptuel engendré par les nouvelles formes de mobilité.

Top of page

Bibliography

ALAIMO A., (2009), « Il territorio preso nella rete : il caso dell’imprenditoria veneta in Tunisia nei settori tessile e calzaturiero » in BERTONCIN M., MARINI D., PASE A. (a cura di), Frontiere mobili. Delocalizzazione e internazionalizzazione dei territori produttivi veneti, Marsilio editore, Venezia, p. 113-130.

ALAIMO A., COLETTO M., SCROCCARO A., (2015), « Modèle de développement et redéploiement des entreprises italiennes dans la Tunisie post-Ben Ali : vers des dynamiques circulatoires ? », in S. DAVIET (dir.), L’entrepreneuriat transméditerranéen. Les nouvelles stratégies d’internationalisation, IRMC – Karthala, Paris.

BATHELT H., GLÜCKLER J., (2003), « Toward a relational economic geography », Journal of Economic Geography 3, p. 117-144.

BOGGS J., RANTISI N., (2003), « The ‘relational turn’ in economic geography », Journal of Economic Geography 3, p. 109-116.

BONNEMAISON J., (1989), L’espace réticulé. Commentaires sur l’idéologie géographique. Tropiques, lieux et liens, ORSTOM, coll. « Didactiques », Paris, p. 500-510.

BOUBA-OLGA O., (2006), Les nouvelles géographies du capitalisme. Comprendre et maîtriser les délocalisations, éditions du Seuil, Paris, 240 p.

CHANTEAU J.-P., (2001), L’entreprise nomade. Localisation et mobilité des activités productives, L’Harmattan, Paris, 240 p.

COE N.M., KELLY P.D.F., YEUNG H.W.C., (2007), Economic Geography. A Contemporary Introduction, Blackwell, Oxford.

DELYSER D., STARRS P., (2001), « Doing fieldwork », Geographical Review 91 (1 and 2).

DICKEN P., (2011), Global shift:  mapping the changing contours of the world economy, Sage, London, 632 p.

DICKEN P. et al., (2001), « Chains and networks, territories and scales: Towards a relational framework for analysing the global economy », Global Networks 1, no 2, p. 89-112.

DUPUY G., OFFNER J.M. (2005), « Réseau : bilans et perspectives », Flux 62, 2005/4, p. 38-46.

GIRAUT F., (2013), « Territoire multi-situé, complexité territoriale et postmodernité territoriale : des concepts opératoires pour rendre compte des territorialités contemporaines ? », L’Espace géographique 4/2013 (tome 42), p. 293-305, en ligne : [www.cairn.info/revue-espace-geographique-2013-4-page-293.htm].

GUMUCHIAN et al., (2003), Les acteurs, ces oubliés du territoire, Economica, Paris, 186 p.

HEROD A., (2003), « Workers, Space, and Labor Geography », International Labor and Working-Class History 64, p. 112–138.

LATOUR B., (1989), La Science en action, La Découverte, Paris, 274 p.

MARSTON S.A., (2000), « The social construction of scale », Progress in human Geography, 24(2) 219‑242.

MARTIN R.L., (2000), « Local labour markets », in CLARK G., FELDMAN M., GERTLER M., The Oxford Handbook of Economic Geography, Oxford University Press, Oxford, p. 455-476.

MOUHOUD E. M., (2006), Mondialisation et développement des entreprises, La découverte, Paris, 122 p.

OLIVIER DE SARDAN J.-P., (2008), La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique, Academia Bruylant, Louvain-la-Neuve, 365 p.

SCLAVI M., (2003), Arte di ascoltare e mondi possibili, Mondadori, Milano, 352 p.

SCROCCARO A., (2008), « Le territoire en tant que ressource active de son développement. Timişoara et les délocalisations vénitiennes », Revue Économie méridionale, vol. 56/3, no 223, p. 171-190.

SCROCCARO A., (2012), Des territoires aux territorialités multi-situées : réseaux de la production du made in Italy en Roumanie, thèse de Doctorat, Université Paul Valérie Montpellier III et Université de Padoue, 430 p.

SEMI G., (2010), L’osservazione partecipante : una guida pratica, Il Mulino, Bologna, 127 p.

TARRIUS A., (1993), « Territoires circulatoires et espaces urbains », Les Annales de la recherche urbaine  59-60, p. 51-60.

VELTZ P., (2005), Mondialisation, villes et territoires. L’économie d’archipel, PUF, Paris.

YEUNG H.W-C., (2003), « Practicing New Economic Geographies: A Methodological Examination », Annals of Association of American Geographers 93, no 2, p. 442-462.

Top of page

Notes

1 Nombreux sont les travaux et les définitions sur la délocalisation (MOUHOUD, 2006 ; CHANTEAU, 2001 ; BOUBA-OLGA, 2006). Dans cet article, le terme de délocalisation est utilisé pour identifier toute forme de fragmentation de la production : outsourcing (achat des biens intermédiaires d’une autre entreprise), sous-traitance, IDE (Investissement direct à l’étranger).

2 La FIPA (Foreign Investment Promotion Agency – www.investintunisia.tn) et l’API (Agence de promotion de l’industrie) sont les agences qui fournissent les données les plus actualisées de l’industrie tunisienne.

3 Le Registre de Commerce est une institution publique sous le ministère roumain de la Justice. Cet organisme enregistre l’activité de toute entreprise en activité, par département roumain. Pour commencer une activité économique, toute entreprise doit s’enregistrer obligatoirement auprès de ce bureau et chaque année déposer le bilan d’activité. BorgDesign est un organisme privé de données statistiques entrepreneuriales de la Roumanie.

4 Un technicien d’une entreprise délocalisée en Roumanie, à une heure de vol de chez lui, peut gagner près du double du salaire qu’il aurait gagné en Italie (SCROCCARO, 2008).

5 Grâce aux contributions de la géographie du travail, désormais les employés ne sont plus considérés comme un simple facteur de production, similaire au capital et à la terre, mais comme des acteurs capables de façonner les géographies économiques, à travers leurs actions. Pour un approfondissement, voir HEROD (2003) et MARTIN (2000).

6 Les familles délocalisées ont une double résidence, en Italie et en Roumanie ou Tunisie.

Top of page

List of illustrations

Title Photographie 1 – Des ouvrières à la machine dans une usine italienne en Tunisie
Credits Cliché : Alaimo, 2012.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7737/img-1.png
File image/png, 11M
Title Photographie 2 – Le bar « Venezia », un des célèbres endroits pour les Italiens de Timisoara, fermé depuis la fuite des entrepreneurs de Roumanie
Credits Cliché : Scroccaro, 2010.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7737/img-2.png
File image/png, 2.8M
Title Carte 1 – La mobilité des entreprises italiennes dans le secteur du textile, habillement et chaussure entre Italie, Roumanie et Tunisie
Credits Source : Alaimo, Coletto, Scroccaro, 2014.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7737/img-3.png
File image/png, 2.6M
Top of page

References

Bibliographical reference

Alessandra Scroccaro and Angela Alaimo, « Mobilités en action », Méditerranée, 124 | 2015, 85-92.

Electronic reference

Alessandra Scroccaro and Angela Alaimo, « Mobilités en action », Méditerranée [Online], 124 | 2015, Online since 15 June 2017, connection on 25 June 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/7737 ; DOI : 10.4000/mediterranee.7737

Top of page

About the authors

Alessandra Scroccaro

Docteur en géographie, universités de Montpellier 3 et de Padoue, alessandra.scroccaro@gmail.com

Angela Alaimo

Docteur en géographie, université de Trente, ang.alaimo@gmail.com

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals