Skip to navigation – Site map
Analyses spatiales et socio-économiques contemporaines

Une analyse territoriale intégrée de la région euro-méditerranéenne

An integrated territorial analysis of the Euro-Mediterranean region
Pierre Beckouche
p. 93-101

Abstracts

ITAN (Integrated Territorial Analysis of the Neighbourhoods) is a project of the EU’s ESPON programme. The paper reminds the context in which the call had been launched, that is the rising issue of regionalisation and “neighbourhoods”. Brussels has multiplied texts on the Neighbourhood Policy; yet, this strategic priority has not been confirmed by the money spent by the EU neither by the actual concerns of the European decision makers. The research conducted by the International College of Territorial Science (CIST) aimed to an integrated geography: integration of heterogeneous data (statistics, networks data, media data), at various scales, integrated analysis of the neighbourhoods and of the European space so as to provide a representation of the greater region. ITAN is not only a scientific report; it is also a local database which permits comparisons within this greater region, and a common platform for a better cooperation between research projects on the Mediterranean space.

Top of page

Full text

1Début 2012, le programme ESPON (European Observation Network for Territorial Development and Cohesion) de l’Union européenne a lancé un projet de recherche sur les voisinages de l’Europe. Le but était de constituer une base de données des territoires locaux de ces pays, du Maroc à la Russie, Balkans occidentaux compris, et de mieux connaître les interactions entre ces territoires et ceux de l’UE. Le consortium animé par le GIS « CIST1 » a remporté l’appel d’offres et a donc lancé ITAN – Integrated Territorial Analysis of the Neighbourhoods2. Le projet s’est terminé fin 2014 et on peut déjà en tirer quelques enseignements. La première section de cet article rappelle le contexte qui a conduit l’Europe à lancer une recherche sur le territoire englobant ses voisinages, c’est-à-dire le territoire d’une vaste région. La deuxième section présente les objectifs et les principales hypothèses d’ITAN et dit quel pourrait en être son utilité notamment à travers ce qui sera peut-être un jour un « Schéma de développement de l’espace des voisinages ».

1 - Le contexte politique et scientifique de l’appel d’offres d’ESPON sur les voisinages

1.1 - La montée en puissance du thème de la régionalisation et des « voisinages »

2Cinq facteurs expliquent la constitution, ces dernières décennies, de vastes ensembles formés de pays proches, cette régionalisation de la mondialisation se produisant parallèlement à la globalisation. Le premier facteur est économique : les firmes peuvent trouver dans l’étranger proche des éléments de stabilisation susceptibles de les aider dans une mondialisation hyper concurrentielle et hautement imprévisible (MICHALET, 2002). Les choses sont renforcées avec l’avènement de l’économie de la connaissance, parce qu’une part croissante des ressources sont produites par des acteurs diversifiés (connaissance scientifique, technologie, savoir-faire organisationnel, gouvernance…) ; on peut certes coproduire des ressources avec des partenaires situés aux quatre coins du globe, mais il est plus facile de le faire avec des partenaires d’une même région – d’où l’importance des voisinages pour l’investissement et la production plutôt que pour la consommation (HIRATA et al.,2013). Le « voisin », qui figurait hier l’ennemi héréditaire et le concurrent pour l’accès aux ressources rares, devient le partenaire économique obligé.

3Le deuxième est environnemental : à l’heure de la transition énergétique, les circuits courts sont promus à l’échelle locale comme à celle de l’étranger proche ; les pollutions peuvent être globales, mais la dissémination a évidemment aussi une dimension régionale. L’environnement est la meilleure façon de rappeler qu’à l’heure de la globalisation, la proximité compte.

4Le troisième facteur est culturel, les « préférences collectives » se concevant souvent mieux à cette échelle qu’à celle du vaste globe, qu’il s’agisse de protection des consommateurs, de philosophie du développement (principe de précaution, plus forte prise en compte du temps long en Europe ou dans les pays arabo-musulmans qu’en Amérique par exemple), ou de normes sociales (voir les débats actuels sur la façon de protéger le modèle social européen).

5Le quatrième facteur est politique, c’est celui du nécessaire retour de la régulation internationale à une échelle plus réaliste que celle des nations et que celle du monde : pour lutter contre la pollution des mers faut-il une unique règle mondiale ? Ne faut-il pas aussi des règles propres à chacune des mers et aux pays riverains qui les polluent ? Les échecs de la régulation internationale d’échelle globale (voir le Sommet de Copenhague sur le changement climatique, les échecs récurrents du cycle de Doha sur le développement, et évidemment le désastre de la crise financière mondiale ouverte en 2008) prouvent que nous n’avons pas encore trouvé de régulation globale. Sans doute une régulation internationale d’échelle régionale devrait-elle en être une étape ou un complément indispensable.

6Enfin le dernier facteur est géopolitique : la régionalisation est la seule façon d’imposer le polycentrisme aux États-Unis et demain à la Chine.

7En dépit d’une dé-régionalisation dans les années 2000 du fait de la montée en puissance de la Chine comme partenaire commercial de tous les pays du monde, l’intégration régionale s’est renforcée depuis une cinquantaine d’années, particulièrement dans les régions associant des pays de niveau de développement différent. Cela montre que la proximité et la complémentarité sont des atouts stratégiques. Alors que la construction européenne obéissait à un principe de convergence et d’homogénéité, le succès de l’intégration Est asiatique montre que la performance économique est plus grande lorsque la région intègre, par l’économie, des pays du « Nord » et des pays du « Sud » (tab. 1).

Tableau 1 – Part (%) de l’intra-régional dans les exportations d’une région (marchandises, valeurs)         

Tableau 1 – Part (%) de l’intra-régional dans les exportations d’une région (marchandises, valeurs)         

Notes : (a) Pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée, Turquie et Israël compris. (b) Mexique compris. (c) hors Mexique. (d) Asie de l’Est, du Sud-Est, Océanie.

Source : Comtrade, OMC/Igeat (projets Espon « Tiger » et « Itan », et FP7-« Eurobroadmap », traitement de l’auteur / Ipemed (BECKOUCHE, 2013b).

8L’Europe est la seule région dans laquelle l’intégration commerciale recule sur la période. L’explication est simple : en élargissant à ses voisins son influence commerciale, elle a vu son intégration propre reculer un peu – tout en restant à un niveau élevé et infiniment plus qu’au milieu du xxe siècle. Lancée officiellement en 2007, la Politique de voisinage sanctionne cette prise de conscience.

Fig. 1 – Destination (%) des exportations (marchandises, valeurs) de l’Europe occidentale

Fig. 1 – Destination (%) des exportations (marchandises, valeurs) de l’Europe occidentale

Notes : (a) UE15, Suisse, Norvège et Islande, (b) Pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée, Turquie et Israël compris.

Source : Comtrade, OMC/Igeat (projets Espon « Tiger » et « Itan », et FP7– « Eurobroadmap »), traitement de l’auteur / Ipemed (BECKOUCHE, 2013b).

9Lié à la régionalisation, le régionalisme – c’est-à-dire les accords commerciaux régionaux (mais qui vont très au‑delà du simple commerce puisqu’ils peuvent aussi porter sur l’investissement, l’environnement, la reconnaissance des diplômes, les mobilités...) – s’est développé depuis une quinzaine d’années au point qu’on a pu parler de noodle bowl pour décrire la profusion de ces accords. Mais cela n’empêche pas des institutions internationales comme la FAO (MATTHEWS, 2003) ou la Cnuced (MASHAYEKHI et ITO, 2005) de promouvoir le régionalisme afin d’aider les pays en développement à entrer dans la mondialisation d’une manière moins abrupte qu’à travers le désarmement commercial et l’alignement normatif que comportent les accords multilatéraux globaux. L’association entre des pays du Nord (technologie et savoir-faire) et des pays du Sud (main‑d’œuvre et marchés en expansion, matières premières souvent) est décrite comme la formule gagnante du partenariat régional.

1.2 - Le thème des intégrations régionales dans la littérature scientifique et institutionnelle

10À partir de premières recherches menées dans les années 1960, les travaux académiques qui mesurent les intégrations économiques régionales se sont multipliés depuis une dizaine d’années. On se contente ici de citer les travaux de HETTNE & SODERBAUM (2004) sur le « nouveau régionalisme » qui, en opposition à celui des années 1950 et 1960, est ouvert à la mondialisation, répond à des objectifs multidimensionnels (politiques et sécuritaires mais de plus en plus économiques et environnementaux) et mobilise toute la société civile bien au-delà des États ; ceux de DE LOMBAERDE, PIETRANGELI et WEERATUNGE (2008) qui passent en revue les différentes façons par lesquelles les auteurs mesurent les intégrations régionales, qu’elles soient « superficielles » (libre commerce) ou « profondes » (système productif intégré) ; ou encore le rapport de l’Igeat sur la géographie de la mondialisation et la place de l’Europe et de ses voisins (VAN HAMME et al., 2012).

11La montée en puissance du thème des intégrations régionales a atteint les institutions internationales, qui lui consacrent plusieurs publications récentes. On sait que la Banque mondiale s’intéresse depuis longtemps à la « région Mena » (Middle East and North Africa) – une géographie qui correspond à la vision américaine dominante du monde arabo-musulman et non pas à une vision d’intégration euro-méditerranéenne Nord-Sud. Cela dit, la Banque a publié en 2010 d’intéressants travaux sur les intégrations subrégionales : dans le Golfe (BANQUE MONDIALE, 2010a), dans le Maghreb (2010b), et le Mashreq (2010c).

  • 3 Au passage, on mesure le handicap d’analyse et de notoriété que constitue le fait que la Méditerran (...)

12Plusieurs autres institutions ont commencé à réfléchir en termes régionaux, notamment bien sûr les banques régionales de développement3. La Banque asiatique de développement a consacré en 2011 un rapport à la Communauté économique asiatique (ADB, 2011). Elle conçoit son périmètre d’intervention à travers trois ensembles régionaux : Asie centrale, Asie du Sud, Asie de l’Est et du Sud Est. La stratégie de la Banque africaine de développement (BAD) se conçoit désormais dans une géographie régionalisée (BAD, 2009). La BAD a consacré en 2012 un rapport sur l’Afrique du Nord très en faveur de son intégration – tout en n’en minimisant pas les obstacles (SANTI, BEN ROMDHANE, SHAW, 2012). Toujours sur l’Afrique, l’OMC promeut des intégrations régionales et subrégionales plus profondes (HARTZENBERG, 2011). Le Pnud lui aussi voit l’avenir de l’Afrique à travers celui de ses régions et sous-régions (PNUD, 2011).

13À travers son Institute for the Integration of Latin America and the Caribbean (Intal), la Banque inter-américaine pour le développement publie des études sur l’intégration régionale, parfois dans une perspective comparative (KAWAI et WIGNARAJA, 2009). Même des pays peu engagés dans l’intégration régionale comme l’Inde voient désormais le monde à travers sa régionalisation ; financé par le ministère de la Défense indien, l’Institute for Defence Studies and Analyses vient par exemple de publier une étude sur les implications de l’intégration monétaire Est asiatique en matière de sécurité (LIN, 2012).

14L’OCDE publie des travaux sur les intégrations régionales, par exemple sur l’Asie du Sud Est (OCDE, 2011). Mais le plus symptomatique, c’est qu’alors qu’on se souvient qu’il s’était violemment opposé à toute solution régionale sino‑japonaise dans le soutien aux places financières d’Asie du Sud Est secouées par la crise de 1997-1998, le FMI a lui-même pris il y a quelques années le tournant de la régionalisation. Sa revue Finance & Development a consacré dès 2008 un article sur les bienfaits de l’intégration régionale pour les pays en développement : « Done right, regional integration helps connect developing countries to world markets » disent U. DEICHMANN et I. GILL (2008).

15À mi-chemin entre travaux de recherche académique et travaux institutionnels, le Femise analyse l’intégration économique euro-méditerranéenne. Dans son rapport de 2010 (GALAL et REIFFERS, 2010), il montrait la baisse tendancielle des liens économiques entre les deux rives de la Méditerranée : depuis 1995, la part de l’UE aura reculé tant pour le commerce des pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée (Psem) que pour l’origine des IDE qui entrent dans ces pays.

16On le voit, l’enjeu de la régionalisation est bien identifié et bien documenté dans les travaux tant scientifiques qu’institutionnels. Mais ces travaux restent moins nombreux et moins diffusés que ceux qui ont trait à la globalisation, d’où une opinion publique et des acteurs économiques plus sensibles à la dernière qu’à la première.

1.3 - L’Union européenne parle beaucoup de voisinages mais ne les cartographie pas

17Au cours des deux dernières décennies, l’Union européenne a beaucoup parlé de voisinages. D’abord sous la forme disjointe du processus de Barcelone pour la Méditerranée (1995), de l’aide aux pays ex-socialistes en transition (programme Tacis et partenariat stratégique avec la Russie) et du programme de stabilisation et association avec les pays de l’ex-Yougoslavie (WESTERN BALKANS STABILISATION AND ASSOCIATION PROCESS, 2000) ; puis sous la forme unifiée de la politique de voisinage (PEV) lancée en 2004 – dont l’instrument financier (IEVP) est entré en vigueur en 2007. La PEV a été reformulée en 2011 à la suite du Printemps arabe, et dans le contexte du partenariat de Deauville par lequel la communauté internationale entendait soutenir les pays arabes en transition.

18D’autres politiques ou instruments européens concernent les voisinages. La « Stratégie Europe 2020 » consacre quelques lignes à l’intégration des pays voisins : « The Europe 2020 strategy can also offer considerable potential to candidate countries and our neighbourhood and better help anchor their own reform efforts. Expanding the area where EU rules are applied will create new opportunities for both the EU and its neighbours ». Publié par la Commission en 2006, le Territorial State and Perspective of the EU affirme que le succès de la Stratégie 2020 « will depend not only on integration between Europe’s regions but also on their integration with neighbours ». La Politique de cohésion 2007-2013 promeut la coopération transfrontalière y compris avec les pays tiers, et le Cinquième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale de 2010 met l’accent sur la prolongation vers les voisinages des réseaux européens de transport et d’énergie.

19Pourtant, la politique de voisinage donne lieu, particulièrement en Méditerranée, à une aide globalement non stratégique, dispersée et versée sous la forme de soutien budgétaire aux ministères de la rive Sud bien davantage que d’appui au système productif de ces pays (tab. 2), (BECKOUCHE, 2011).

Tableau 2 : Concours financiers (subventions et prêts) de l’UE pour le développement, 2009

Tableau 2 : Concours financiers (subventions et prêts) de l’UE pour le développement, 2009

Notes : Euros 2008. Ces chiffres doivent être considérés comme des ordres de grandeur, pour plusieurs raisons : les données d’une source à l’autre n’ont pas une définition toujours exactement comparable ; une (petite) partie des montants de l’APD au Voisinage Sud sont partiellement non localisés (on a attribué ici un tiers de ce « non localisé » à la Palestine) ; une centaine de millions d’euros non localisés attribués au Voisinage oriental par l’IEVP ne sont pas pris en compte dans les statistiques du CAD sur l’APD. a : hors Slovénie. b : 2008 (ajustement britannique compris).

Sources : OCDE-CAD pour l’APD ; rapport financier du Budget de l’UE 2008 pour le solde budgétaire opérationnel ; rapports d’activité de la Berd et de la BEI. Calculs de l’auteur / Ipemed (BECKOUCHE, 2011).

20Les outils opérationnels pour la coopération territoriale sont tout aussi décevants. Comme le signale le Territorial State and Perspective of the EU (EUROPEAN UNION, 2011), « The current territorial cooperation system is composed of three loosely co-ordinated blocks: territorial cooperation within the EU, territorial cooperation with neighbouring, candidate and potential candidate countries, and cooperation with other countries ».

21Un des aspects frappants des retards de la prise de conscience européenne de l’enjeu régional (au sens Europe + voisinages) est l’absence de cartographie de cette région. On trouve bien des cartes sur les pays du voisinage européen, mais seulement pour les situer et pas pour les analyser. Dans le cas de la Méditerranée, cette difficulté est renforcée par le fait que les producteurs de représentation cartographique – c’est-à-dire les institutions internationales comme l’UE ou les organismes d’étude dédiés à la Méditerranée – ont chacun leur façon de la représenter. Soit les cartes ne portent que sur telle ou telle sous-partie de la région, soit elles portent sur l’ensemble de la région mais dans une géographie variant selon les sources (parfois avec les seuls pays européens riverains de la Méditerranée comme sur les cartes de l’Observatoire méditerranéen de l’énergie4, parfois avec l’ensemble de l’Europe). La variété des partis pris cartographiques (cadre, projection, charte graphique) empêche toute vision consolidée. Les organismes de référence qui étudient la région comme le Centre international de hautes études agronomiques méditerranéennes5, l’OME ou le Plan Bleu6, ou encore Anima7 qui a développé un SIG pour valoriser ses données sur l’investissement, proposent davantage une juxtaposition cartographique qu’une consolidation. Cela explique que les indicateurs soient rarement croisés et la lecture des cartes compliquée.

22On n’est pas davantage aidé par les institutions internationales, dont les cartes en restent souvent à une répartition continentale classique et obsolète : Asie/ Afrique/Europe/Amériques. Par exemple, l’annuaire statistique de l’OMC découpe le monde en régions plutôt pertinentes en Amérique du Nord (Mexique compris, c’est‑à‑dire l’Alena), dans l’espace ex‑soviétique (CEI), mais associe Asie orientale et Asie du Sud, et, surtout, coupe la Méditerranée en trois continents.

23C’est encore pire au FMI qui, lui aussi, fournit une ventilation régionale de ses données mais selon une géographie parfois régie par une logique associant langue et religion (région Mena), parfois par une logique visant le niveau de développement (« nouveaux pays industrialisés d’Asie »), parfois par une logique d’anciens appariements politiques (les pays caucasiens du Voisinage oriental de l’Europe sont rangés au sein de la « CEI » – alors même que la Géorgie ne fait plus partie de la CEI !). Le géographe s’y perd : la Turquie est rangée en « Europe centrale et orientale » ; le Mexique en « Amérique latine » et pas en Amérique du Nord contrairement à la réalité économique ; la Chine est rangée dans l’« Asie en développement » avec l’Afghanistan et le monde indien et pas avec l’Asie orientale ; plusieurs pays de l’Asean sont à la fois rangés dans l’« Asie en développement » et dans l’« Asean », comprenne qui pourra…

24Le gouvernement français lui-même n’a pas encore intégré la géographie de la politique de voisinage. L’atlas en ligne de la coopération décentralisée (MAE) en reste lui aussi à une vision continentale. Comment, dès lors, promouvoir une coopération décentralisée plus stratégique et davantage orientée vers le voisinage méditerranéen, si l’on n’en a même pas une représentation ?

25Le pire vient de la Commission elle-même, dont le site web du Service européen pour l’action extérieure parle de « Méditerranée et Moyen-Orient » pays du Golfe compris, ces derniers ayant par ailleurs une rubrique régionale spécifique…

26Et naturellement la cartographie, lorsqu’elle est disponible, descend exceptionnellement en-dessous de l’échelle nationale de ces pays. Après que le projet « Europe in the Word » (GRASLAND, DIDELON, 2007) a insisté sur l’importance d’une connaissance approfondie des territoires du voisinage, le Green paper on Territorial cohesion de la Commission a fait une première tentative ; mais l’espace retenu a un cadre trop limité au Sud, ce qui fait disparaître presque toute la Libye et l’Égypte, et à l’Est puisqu’il ne comprend pratiquement pas les pays du Caucase qui sont pourtant partie prenante de la PEV. Surtout, ces premières données ne sont pas accompagnées de métadonnées solides, ce qui prévient tout enrichissement ultérieur des bases de données et toute comparaison solide entre pays.

2 - Les hypothèses et objectifs d’ITAN

2.1 - L’ambition d’une géographie intégrée

Fig. 2A – Index du développement humain dans les pays du voisinage européen, 2010

Fig. 2A – Index du développement humain dans les pays du voisinage européen, 2010

Source: Espon project ITAN, CNRS GIS CIST, Data harmonised by IGEAT, 2014. Origin of data: National statistical institutes, US Census, World Bank, 2013. © UMS RIATE for administrative boundaries. For some territories no clear international statement exists.

Fig. 2B – Clusters et IDH local au Maghreb en 2010

Fig. 2B – Clusters et IDH local au Maghreb en 2010

Source : ESPON projet ITAN.

  • 8 Il associe le CNRS, partenaire leader à travers le GIS CIST, l’UMR EVS, Igeat (Université libre de (...)

27Le consortium ITAN8 est fondé sur l’idée d’une géographie « intégrée » des voisinages. Cela signifie :

  • l’intégration de données hétérogènes (statistiques, réseaux, données médiatiques…) ;

  • à des échelles qui vont du local au macro-régional (fig. 2A et 2B), l’échelle privilégiée d’ITAN étant celle des wilayas ou des gouvernorats dans le monde arabe, des provinces pour la Turquie et des oblasts dans le voisinage oriental, soit l’équivalent des NUTS 2 ou 3. Il est toujours possible de zoomer à des échelles plus fines et d’analyser à des échelles plus vastes notamment lorsqu’il s’agira de proposer une vision synthétique de chacun des voisinages ;

  • le souci de restituer les résultats de manière ergonomique pour les utilisateurs – l’intérêt du programme ESPON étant de faciliter l’échange entre les chercheurs et les acteurs du développement territorial, d’où l’intérêt pour le GIS CIST dont c’est une des missions ;

  • et bien sûr l’intégration de l’analyse des voisinages et de l’ensemble de l’Europe, afin de rendre compte de cette vaste région.

28Le projet poursuit quatre objectifs :

  • le premier est d’apporter aux décideurs européens une vision d’ensemble des territoires du voisinage, en associant l’Europe à son voisinage Nord (Arctique), Nord Est (Russie, Belarus, Ukraine et Moldavie, les pays du Caucase étant traités à la seule échelle nationale), le voisinage Sud Est (Balkans occidentaux) et le voisinage méditerranéen (Turquie comprise même si l’on sait qu’elle ne fait plus partie du voisinage depuis qu’elle a rejoint les pays candidats) ;

  • le deuxième est de mesurer le degré d’intégration entre ces territoires et l’Europe – tâche difficile car l’on sait qu’à l’heure des mobilités et de l’économie de la circulation, les données sur les flux sont les plus difficiles à trouver. Le projet mesurera les discontinuités et continuités (réseaux d’énergie et de transport, accessibilité), l’évolution des flux (migratoires, commerciaux, d’investissement…) et les coopérations transfrontalières entre l’Europe et ses voisinages. La question directrice est ici de savoir si on a bien affaire, ou non, à une seule région et si, depuis les années 1990, la convergence (des structures territoriales et des interactions) l’emporte sur la divergence entre Europe et voisinages ;

  • le troisième objectif est de construire une base de données durable, c’est-à-dire homogène d’un pays à l’autre et avec les pays européens – en étroite concertation avec le projet ESPON « M4D » chargé d’établir la base de données des territoires européens du programme ESPON – et suffisamment précise dans ses métadonnées pour permettre des mises à jour ultérieures. C’est la raison pour laquelle ITAN a fait le choix d’un nombre raisonnable de données cibles dans les domaines démographique, social et économique, environnemental lorsque c’est possible (eau notamment), concevant sa mission comme la première étape d’un processus qui se fera sur le long terme. Et c’est aussi la raison pour laquelle le consortium s’est associé le concours d’experts locaux apportant les données demandées pour les pays voisins dans une logique de partenariat scientifique de long terme et non pas à travers une simple prestation de service. Ces experts contribuent à l’analyse des transformations territoriales des pays du voisinage et sont appelés à constituer un réseau de coopération de long terme avec les équipes du consortium ;

  • le dernier objectif d’ITAN est évidemment de faire des recommandations en direction des décideurs européens nationaux ou communautaires.

Fig. 3 – Le taux de dépendance (moins de 15 ans et plus de 65 ans sur les 15-64 ans) vers 2011

Fig. 3 – Le taux de dépendance (moins de 15 ans et plus de 65 ans sur les 15-64 ans) vers 2011

Source : ESPON projet ITAN.

2.2 - Les hypothèses d’ITAN

29La première est que les voisinages représentent, pour l’Europe, davantage d’opportunités (marchés, main-d’œuvre, partenariats productifs, ressources énergétiques et coopération pour mener ensemble à la transition énergétique ou faire face aux problèmes environnementaux communs) que de menaces. Les voisinages sont en général perçus comme une zone de conflits, une menace migratoire, des réserves d’hydrocarbures et des plages. Il est essentiel de montrer une réalité plus complète des choses, l’approche territoriale peut grandement y contribuer.

30La seconde est que l’Europe et ses voisinages constituent bel et bien une région. Les accords de coopération sont innombrables – même s’ils ne sont pas toujours suivis d’effets concrets… – et certains États membres manifestent un clair intérêt à l’égard des voisinages (pour la Méditerranée : France, Espagne, mais aussi Allemagne). Sur le plan fonctionnel, la convergence l’emporte sans doute pour les Balkans occidentaux et en Méditerranée occidentale (d’où la pertinence de la récente réactivation du « 5+5 »), la divergence en Méditerranée orientale (ce dont les décideurs européens n’ont pas toujours conscience). Les résultats sont plus difficiles à imaginer pour le voisinage oriental, car il se pourrait que la Russie ait résisté ces dernières années, et notamment à travers sa diplomatie gazière, à la réorientation tendancielle des échanges extérieurs de ces pays en direction de l’UE.

3 - À quoi ITAN peut-il servir ?

31L’approche territoriale peut contribuer à mieux articuler les différentes politiques européennes sectorielles ayant ou devant avoir une dimension « voisinage » : politique régionale au sens de la cohésion (aide aux territoires en difficulté), PAC, Réseaux trans-européens, mais aussi politiques énergétique et environnementale, migratoire, etc.

32Elle peut contribuer à étendre aux voisinages des politiques européennes comme la PAC et particulièrement son deuxième pilier. Comprenant le caractère crucial de la coopération avec les partenaires méditerranéens en matière rurale et agricole, l’UE a lancé en 2012 le « European Neighbourhood Programme for Agriculture and Rural Development » (ENPARD, 350 millions d’euros pour commencer). Son essor prévu dans le budget 2014‑2020 nécessitera une bonne connaissance des territoires à aider et un suivi de la mise en œuvre des moyens mis à la disposition des pays arabes en transition. Tout cela passera par un appareillage cartographique et des bases de données à jour, qu’ITAN aidera à fournir.

33D’une manière plus stratégique, ITAN pourrait constituer la première étape de ce qui deviendra un jour, espérons-le, le Schéma de développement de l’espace du voisinage. Si elle a le mérite de raisonner à l’échelle adéquate de cette région, la PEV présente un inconvénient dans ses modalités pratiques : celui de procéder par Plans d’action bilatéraux qui font perdre de vue les lignes de force de l’ensemble régional. Dès lors, un tel Schéma apporterait une plus-value à travers les objectifs suivants :

  • donner une vision géographique commune de la région ;

  • contribuer à des relations de confiance avec les pays voisins à travers une élaboration paritaire du Schéma ;

  • faire la synthèse des multiples travaux lancés sur l’Est et sur la Méditerranée depuis une dizaine d’années par l’UE, mais aussi la Banque mondiale, la BAD, l’ONU, etc. ;

  • faciliter la coopération décentralisée des collectivités territoriales européennes avec celles des voisins du Sud et de l’Est ;

  • proposer des politiques communes à mettre en œuvre de manière coordonnée (mobilités et migrations, développement rural, tourisme durable, gestion intégrée de l’eau et dépollution, énergie et localisation des conduites d’hydrocarbures, transports et logistique…) ;

  • justifier l’augmentation financière d’Interreg et le coordonner avec l’Instrument financier du voisinage (IEVP) ;

  • préfigurer ce que pourrait être un jour l’aménagement du territoire concerté de cette grande région.

  • ITAN peut enfin servir de base commune à une meilleure coopération entre les différents programmes de recherche qui se multiplient sur la Méditerranée. Si nous contribuons à une harmonisation, même limitée, de la représentation cartographique de la région, nous aurons déjà fait beaucoup.

Top of page

Bibliography

ADB, (2011), Institutions for Regional Integration – Towards an Asian Economic Community, Asian Development Bank, Hong Kong.

BAD, (2009), ADB Group Regional Integration Strategy, 2009-2012, Banque africaine de développement, Tunis.

BANQUE MONDIALE, (2010a), Mena region – Economic Integration in the GCC, Banque mondiale, Washington.

BANQUE MONDIALE, (2010b), Mena region – Economic Integration in the Maghreb, Banque mondiale, Washington.

BANQUE MONDIALE, (2010c), Mena region – Economic Integration in the Mashreq, Banque mondiale, Washington.

BECKOUCHE P., (2011), « Bilan d’Euromed : un état des lieux du financement par l’UE du développement en Méditerranée », Palimpsestes 3, Ipemed, 9 p., en ligne : [http://www.ipemed.coop/IMG/pdf/Ipemed-Palimpseste_n3.pdf].

BECKOUCHE P. (coord) (2013a), Integrated Territorial Analysis of the Neighbourhood, Consortium ITAN, ESPON, Applied Research 2013/1/22, Interim Report.

BECKOUCHE P., (2013b), La régionalisation en chiffres et en cartes. Mesure comparée des intégrations régionales – Euromed, Asie orientale, Amérique du Nord, rapport pour Ipemed, Paris.

BILAL S., (2010), Regional Integration, Economic Partnership Agreements and the Trade & Development Agenda: Africa-EU relations reconsidered, Europe Africa Research Network (EARN), Maastricht.

DE LOMBAERDE P., PIETRANGELI G., WEERATUNGE C., (2008), « Systems of Indicators for Monitoring Regional Integration Processes: Where Do We Stand? », The Integrated Assessment Journal, Bridging Sciences & Policy 8, Iss. 2, p. 39-67.

DEICHMANN U., GILL I., (2008), « The Economic Geography of Regional Integration », Finance & Development, dec., FMI, Washington.

EUROPEAN UNION, (2011), « The Territorial State and Perspectives of the European Union, Background document for the Territorial Agenda of the European Union 2020 », réunion informelle des ministres en charge de l’aménagement du 19 mai 2011 à Gödöllő (Hongrie).

GALAL A., REIFFERS J-L., (dir.), (2010), Crise et voies de sortie de crise dans les pays méditerranéens, rapport de synthèse du Femise pour la Femip, BEI.

GRASLAND C., DIDELON C., (coord) (2007), Europe in the World, ESPON project 3.4.1, Luxembourg.

HARTZENBERG T., (2011), Regional Integration in Africa, Trade Law Centre for Southern Africa, WTO, Genève.

HETTNE B., SODERBAUM F., (2004), « Regional cooperation. A tool for addressing regional and global challenges », International Task Force on Global Public Goods, chap. 5, p. 179-244, en ligne : [http://www.cris.unu.edu/uploads/media/GlobalTaskForce.pdf].

HIRATA H., KOSE M.A., OTROK C., (2013), Regionalization vs. Globalization, IMF Working Paper, Research Department, also available at SSRN, en ligne : [http://dx.doi.org/10.2139/ssrn.2197892], FRB of St. Louis Working Paper No 2013-002A.

KAWAI M., WIGNARAJA G., (2009), « Global and Regional Economic Integration: a View from Asia », Interamerican development bank, Institute for the Integration of Latin America and the Caribbean, no 29, vol. 13, Buenos Aires.

LIN C-M., (2012), On East Asian Regional Integration from the Perspective of Economic Security, Institute for Defence Studies and Analyses, ministère indien de la Défense, New Delhi.

MASHAYEKHI M., Ito T. (ed) (2005), Multilateralism and Regionalism. The New Interface, report of the 11th Unctad conference, June 2004, Sao Paulo, Geneva, en ligne : [http://unctad.org/en/docs/ditctncd20047_en.pdf].

MATTHEWS A., (2003), Regional Integration and Food Security in Developing Countries, report for the Policy Assistance Division, Rome: Food and Agriculture Organization of the UN, en ligne : [http://www.fao.org/docrep/004/y4793e/y4793e00.htm].

MICHALET C.-A., (2002), Qu’est-ce que la mondialisation ?, La Découverte, Paris.

OCDE, (2011), Southeast Asian Economic Outlook 2010 – Regional Integration: a Sectoral Approach, OCDE, Paris.

PNUD, (2011), Regional Integration and Human Development: A Pathway for Africa, PNUD, New York.

SANTI E. BEN ROMDHANE S., SHAW W., (2012) Libérer le potentiel de l’Afrique du Nord grâce à l’intégration régionale, Défis et opportunités, Banque africaine de développement, Tunis.

VAN HAMME G. et al., (2012), Territorial Impact of Globalization for Europe and its Regions, Final Report, ESPON, en ligne : [http://www.espon.eu/main/Menu_Projects/Menu_AppliedResearch/tiger.html].

Top of page

Annex

Acronymes

ADB : Asian development bank

BAD : Banque africaine de développement

CIHEAM : Centre des hautes études agronomiques méditerranéennes

EVS : Environnement, ville, société

IEVP : Instrument européen de voisinage et de partenariat

Igeat : Institut de gestion de l’environnement et d’aménagement du territoire

M4D : Multi-dimensional data design and development

MCrit : Multicriteria S.L.

Mena : Middle East and North Africa

OME : Observatoire méditerranéen de l’énergie

Pac : Politique agricole commune

PEV : Politique européenne de voisinage

Psem : Pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée

RTE : Réseaux trans-européens

Sdec : Schéma de développement de l’espace communautaire

Snuts : « Similar to NUTS (Nomenclature des unités territoriales statistiques) »

Top of page

Notes

1 Collège international des sciences du territoire, [www.gis-cist.fr].

2 Voir http://www.espon.eu/main/Menu_Projects/MenuAppliedResearch/itan.html. Les analyses qui suivent sont tirées du rapport intermédiaire du projet (Beckouche, 2013a).

3 Au passage, on mesure le handicap d’analyse et de notoriété que constitue le fait que la Méditerranée est la seule des grandes régions du monde à ne pas disposer d’une banque de développement.

4 http://www.ome.org

5 http://www.ciheam.org

6 http://www.planbleu.org

7 http://www.animaweb.org

8 Il associe le CNRS, partenaire leader à travers le GIS CIST, l’UMR EVS, Igeat (Université libre de Bruxelles), Mcrit (Barcelone), Nordregio (Suède), et une douzaine d’experts couvrant les pays du voisinage.

Top of page

List of illustrations

Title Tableau 1 – Part (%) de l’intra-régional dans les exportations d’une région (marchandises, valeurs)         
Caption Notes : (a) Pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée, Turquie et Israël compris. (b) Mexique compris. (c) hors Mexique. (d) Asie de l’Est, du Sud-Est, Océanie.
Credits Source : Comtrade, OMC/Igeat (projets Espon « Tiger » et « Itan », et FP7-« Eurobroadmap », traitement de l’auteur / Ipemed (BECKOUCHE, 2013b).
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7748/img-1.png
File image/png, 101k
Title Fig. 1 – Destination (%) des exportations (marchandises, valeurs) de l’Europe occidentale
Caption Notes : (a) UE15, Suisse, Norvège et Islande, (b) Pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée, Turquie et Israël compris.
Credits Source : Comtrade, OMC/Igeat (projets Espon « Tiger » et « Itan », et FP7– « Eurobroadmap »), traitement de l’auteur / Ipemed (BECKOUCHE, 2013b).
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7748/img-2.jpg
File image/jpeg, 68k
Title Tableau 2 : Concours financiers (subventions et prêts) de l’UE pour le développement, 2009
Caption Notes : Euros 2008. Ces chiffres doivent être considérés comme des ordres de grandeur, pour plusieurs raisons : les données d’une source à l’autre n’ont pas une définition toujours exactement comparable ; une (petite) partie des montants de l’APD au Voisinage Sud sont partiellement non localisés (on a attribué ici un tiers de ce « non localisé » à la Palestine) ; une centaine de millions d’euros non localisés attribués au Voisinage oriental par l’IEVP ne sont pas pris en compte dans les statistiques du CAD sur l’APD. a : hors Slovénie. b : 2008 (ajustement britannique compris).
Credits Sources : OCDE-CAD pour l’APD ; rapport financier du Budget de l’UE 2008 pour le solde budgétaire opérationnel ; rapports d’activité de la Berd et de la BEI. Calculs de l’auteur / Ipemed (BECKOUCHE, 2011).
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7748/img-3.png
File image/png, 138k
Title Fig. 2A – Index du développement humain dans les pays du voisinage européen, 2010
Credits Source: Espon project ITAN, CNRS GIS CIST, Data harmonised by IGEAT, 2014. Origin of data: National statistical institutes, US Census, World Bank, 2013. © UMS RIATE for administrative boundaries. For some territories no clear international statement exists.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7748/img-4.png
File image/png, 1.0M
Title Fig. 2B – Clusters et IDH local au Maghreb en 2010
Credits Source : ESPON projet ITAN.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7748/img-5.jpg
File image/jpeg, 376k
Title Fig. 3 – Le taux de dépendance (moins de 15 ans et plus de 65 ans sur les 15-64 ans) vers 2011
Credits Source : ESPON projet ITAN.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7748/img-6.jpg
File image/jpeg, 493k
Top of page

References

Bibliographical reference

Pierre Beckouche, « Une analyse territoriale intégrée de la région euro-méditerranéenne », Méditerranée, 124 | 2015, 93-101.

Electronic reference

Pierre Beckouche, « Une analyse territoriale intégrée de la région euro-méditerranéenne », Méditerranée [Online], 124 | 2015, Online since 15 June 2017, connection on 25 June 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/7748 ; DOI : 10.4000/mediterranee.7748

Top of page

About the author

Pierre Beckouche

Professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, président du Conseil scientifique du CIST, coordinateur scientifique du projet ESPON « ITAN », beckouch@univ-paris1.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals