Navigation – Plan du site
Rôle des milieux humides dans la reconstitution des paléopaysages

Évolution de la paléolagune-sebkha d’Ennjila et de ses environs (Sahel tunisien – Tunisie orientale)

The evolution of Ennjila paleolagoon-sebkha and its surrounding lands (Tunisian Sahel, Eastern coast of Tunisia)
Fawzi Brahim
p. 51-62

Résumés

Sebkhet Ennjila est une petite sebkha du littoral oriental tunisien séparée de la mer par un cordon littoral fossile d’âge tyrrhénien et entourée par une zone d’épandage « garaa ». La naissance de cette sebkha remonte au Tyrrhénien ou probablement avant lorsqu’un petit cordon littoral interne segmenté par quelques graus a commencé à isoler un plan d’eau sous forme d’une lagune semi-fermée. La formation d’un deuxième cordon plus épais et sa dunification pendant l’Eutyrrhénien ont isolé complètement la lagune devenant alors fermée. Après le Tyrrhénien, la lagune va évoluer comme une sebkha continentale offrant les conditions favorables à l’endoréisme et à la formation des dunes d’argiles (lunettes).
Le régime hydrologique de la sebkha est commandé par le caractère semi-aride du climat et l’aspect saisonnier des pluies mais sa fonction hydrologique prend une grande ampleur lorsque l’eau inonde toute la zone d’épandage. Un canal creusé dans le cordon tyrrhénien à l’époque antique a été réhabilité au début du vingtième siècle pour évacuer l’eau vers la mer lors des grandes inondations. La remise du canal en fonction a permis une communication occasionnelle avec la mer et a rendu la pêche possible dans la sebkha au lendemain de chaque inondation. Quant à la garaa, son aspect inondable explique l’absence d’établissement humain aussi bien antique qu’actuel. L’occupation du sol y est caractérisée par une mise en culture tirant profit des eaux d’épandage.

Haut de page

Texte intégral

1Les sebkhas sont des plans d’eau salée permanents ou saisonniers occupant des fonds plats de plaines ou dépressions du domaine méditerranéen semi-aride. En Tunisie, elles sont présentes partout. Celles de l’intérieur du pays sont des fonds endoréiques, constituant le réceptacle de nombreux cours d’eau qui n’atteignent pas la mer. Quant aux sebkhas littorales, elles ne sont en fait que des lagunes qui ont des relations avec la mer mais elles en sont séparées par des cordons littoraux. Sebkhet Ennjila est l’une de nombreuses sebkhas du littoral oriental du pays. C’est une petite sebkha de la région du Sahel tunisien, qui présente une certaine originalité aussi bien par ses caractéristiques physiques que par son évolution (fig. 1).

Fig. 1 – Croquis de localisation de Sebkhet Ennjila

Fig. 1 – Croquis de localisation de Sebkhet Ennjila

A : Tunisie ; B : région du Sahel tunisien ; C : Sebkhet Ennjila et ses environs.

Conception et réalisation : F. Brahim, 2014.

2Sa position au voisinage de la mer fait penser à un bassin paralique et à une lagune ; or, elle ne l’était que pendant le Tyrrhénien. La dunification puis la consolidation du cordon littoral tyrrhénien lui ont fait perdre toute relation qu’elle pouvait avoir avec la mer. Depuis lors, la sebkha s’est comportée avec la garaa qui l’entoure comme un bassin endoréique malgré l’existence d’un canal creusé au cours de l’Antiquité qui a permis des communications occasionnelles avec la mer.

I - Caractéristiques topographiques et hydrologiques de la sebkha et de son bassin versant

1.1 - Topographie du bassin versant

3Malgré la superficie très réduite de la sebkha qui ne dépasse pas 0,5 km2, son bassin versant est relativement étendu ; il couvre environ 268 km2 et il est formé par des collines à sommets plats ou arrondis appelées hamada dans l’arrière‑pays, une plaine intermédiaire, un fond inondable appelé garaa et une petite sebkha au voisinage de la mer (fig. 2).

Fig. 2 – Les unités topographiques du bassin-versant de Sebkhet Ennjila

Fig. 2 – Les unités topographiques du bassin-versant de Sebkhet Ennjila

En haut : répartition des unités ; en bas : profil à travers les unités

Conception et réalisation : F. Brahim, 2014 ; à partir des cartes topographiques de Mahdia et de Chebba au 1/50000.

4Géométriquement, ce bassin versant est caractérisé par une dissymétrie très flagrante car la sebkha n’occupe pas le centre mais est décalée vers l’extrémité est, c’est‑à‑dire vers la mer. Ainsi, l’altitude décroit régulièrement de l’arrière‑pays collinaire vers le fond inondable de la plaine avant qu’elle ne se relève au niveau d’un cordon littoral fossile d’âge tyrrhénien qui assure la fermeture de la sebkha et son isolement de la mer.

5Les hauteurs de l’arrière-pays font partie d’un ensemble de collines relativement étendu situé à une altitude qui varie entre 50 et 120 m. Elles présentent des formes allongées dans la direction NO/SE, parallèlement aux vallées empruntées par les oueds qui y prennent source et se dirigent vers la sebkha et la zone inondable. Quant à la plaine, elle s’adosse au terrain collinaire et s’incline par une pente très faible en direction du fond inondable. Les cours d’eau qui la traversent se caractérisent par des lits larges et à fonds plats.

6La garaa représente le fond inondable de la plaine et s’étend sur environ 14 km2. Elle montre une forme allongée parallèlement à la mer. Son altitude varie entre 1 m au centre et 3 m sur les marges. Quant à la sebkha, elle s’emboite dans la zone inondable pour constituer le secteur ombilical. Elle se présente sous forme d’un triangle d’une superficie d’environ 0,5 km2. Elle se situe à environ 0 m. Un bourrelet haut d’une dizaine de mètres et large denviron 500 m, correspondant à une plage fossile d’âge tyrrhénien, longe la côte et se dresse comme une puissante barrière séparant la sebkha et la mer.

1.2 - Caractéristiques hydrographiques et hydrologiques

7La sebkha et la garaa qui l’entoure constituent le réceptacle des eaux des oueds qui s’y déversent auxquelles s’ajoutent des eaux de ruissellement diffus et les eaux de pluies qui y tombent directement. Ainsi le bassin versant comprend (fig. 3) :

  • l’oued Zouai constitue le prolongement de l’oued El Ksour qui prend naissance dans les collines de Sidi Alouane. Son bassin versant s’étend sur 34 km2. Il débouche dans la sebkha du côté nord-ouest ;

  • l’oued Gibs draine un bassin versant de 45 km2. Il emprunte le fond d’une vallée relativement évasée, de tracé régulier et de direction ouest-est. Il est alimenté par des oueds prenant leurs sources sur les hauteurs collinaires. Il débouche à l’ouest de la sebkha ;

  • les oueds du côté nord sont de petits oueds, la plupart sans nom, intéressant une aire de 34 km2. Ils se caractérisent par l’indépendance de leur écoulement malgré une tendance à la convergence à lapproche du réceptacle ;

  • les oueds du côté sud : ils drainent une surface de 134 km2 soit la moitié de la superficie totale du bassin versant. Contrairement au réseau nord, ces oueds se concentrent autour d’une branche principale qui débouche au sud-ouest du réceptacle ;

  • le versant interne du cordon tyrrhénien : il constitue une aire de ruissellement diffus de 7 km2. Son écoulement est facilité par sa pente dirigée vers la sebkha et la garaa.

  • la zone d’épandage ou la garaa : elle s’étend sur environ 14 km2. Elle fait fonction de réceptacle, sa vaste surface lui permettant de collecter d’importants volumes d’eau pluviale notamment lors des inondations ;

  • la sebkha : elle constitue le débouché ultime des oueds qui drainent l’ensemble du bassin versant.

Fig. 3 – Réseau hydrographique et sous-bassins versants de Sebkhet Ennjila

Fig. 3 – Réseau hydrographique et sous-bassins versants de Sebkhet Ennjila

Conception et réalisation : F. Brahim, 2014 ; à partir des cartes topographiques de Mahdia et de Chebba au 1/50000 et les images satellitales du site Google‑Earth.

  • 1 Formule de Ghorbel : Le= 16x avec x= P3√ (Hmed - Hmin) pour x ≤ 0,75. (Je remercie mon collègue A (...)
  • 2 Cette considération tient compte des moyennes des stations les plus proches de la sebkha pour la (...)

8Nous avons essayé d’estimer les apports des oueds du bassin versant de la sebkha en appliquant la formule de GHORBEL1(1991). Ainsi et en considérant une pluviométrie moyenne annuelle de 300 mm2, l’apport annuel moyen du bassin versant serait de 621 760 m3. Quant aux apports fréquentiels ils seraient comme suit :

Tableau 1 – Estimation des apports fréquentiels (en m3)

Tableau 1 – Estimation des apports fréquentiels (en m3)

9Plus significatifs sont les apports des crues qui, concentrés dans le temps, engendrent une remontée du plan d’eau dans la sebkha et un envahissement de la garaa ou zone inondable. En fait, ces crues sont des phénomènes hydrologiques exceptionnels liés à de très fortes pluies qui s’abattent parfois sur la région pendant quelques heures et font gonfler les précipitations du mois et de l’année. À titre d’exemple, la station de Ksour Essaf a reçu le 25 et le 26 octobre 1958 270 mm faisant porter les précipitations du mois d’octobre 1958 à 290 mm et celles de l’année agricole (année qui commence en septembre et se termine en août de l’année suivante) 1958-59 à 512 mm alors que la moyenne du mois d’octobre est de 51,7 mm et la moyenne annuelle de la station est de 313,2 mm. La même station a reçu 75 mm le 4 décembre 1973 et 160 mm le 13 du même mois. Ce mois de décembre 1973 a totalisé 284 mm pour une moyenne de 44,5 mm. La station de Chebba a reçu le 25 et le 26 septembre 1969 198,1 mm. Pendant ces inondations-repère de 1969, le mois de septembre a reçu 276,9 mm pour une moyenne de 49,8 mm et le mois d’octobre a reçu 401,9 mm pour une moyenne de 60,7 mm. Le total annuel de lannée 1969‑70 qui a atteint 710,2 mm a été presque entièrement déversé au cours de ces deux mois. Le même aspect a caractérisé aussi la station de Salakta où pendant les inondations de 1969 les mois de septembre et octobre ont reçu respectivement 217,1 mm et 291,2 mm soient 93 % du total de l’année 1969‑70 qui a atteint 546,9 mm.

  • 3 Méthode de Kallel : QT = 2,35 S0,81 T0,44, S est le la superficie du bassin versant et T la pério (...)

10Nous avons essayé d’estimer les débits fréquentiels des crues engendrées par ces très fortes pluies en appliquant la méthode de KALLEL (1977) qui a été utilisée dans des études sur d’autres bassins-versants de la région du Sahel (CRDA Mahdia, 1998) ; les résultats que nous avons obtenus pour le bassin versant de Sebkhet Ennjila sont comme suit3 :

Tableau 2 – Estimation des débits fréquentiels des crues (en m3/s)

Tableau 2 – Estimation des débits fréquentiels des crues (en m3/s)

11Ainsi une crue décennale est capable d’apporter théoriquement et sans tenir compte des aménagements hydroagricoles 2,2 millions de m3 en une heure ; une crue cinquantennale donnerait 4,4 millions de m3 tandis qu’une crue centennale pourrait apporter 5,9 millions de m3 en une heure.

12En divisant ces volumes d’eau sur la superficie de la sebkha pour estimer la hauteur d’eau causée par ces crues on obtient une élévation de 4,31 m en une heure pour la crue décennale, 8,76 m pour la crue cinquantennale et 11,89 m pour une crue centennale. Il va de soi que ces estimations n’ont pas de signification dans la réalité car la sebkha n’est pas aussi profonde pour pouvoir contenir de telles hauteurs d’eau. Mais pour toute la zone d’épandage, les valeurs obtenues sont significatives et proches de la réalité. Ainsi, en considérant la zone d’épandage totalement plane et en divisant ces volumes par la superficie de cette zone y compris la sebkha on obtient une élévation du plan d’eau de 15,4 cm en une heure pour une crue décennale, 31,3 cm pour une crue cinquantennale, 42,4 cm pour une crue centennale et 1,17 m pour une crue millénaire. Tous ces chiffres se dédoubleraient au niveau du secteur central si on admet une inclinaison de la pente du fond du réceptacle en allant de la périphérie vers le centre. En outre, les données de terrain et notre enquête auprès des habitants révèlent que pendant les inondations d’octobre 1969, l’eau a atteint un petit cordon littoral fossile dans la zone inondable situé à une altitude de 1,5 m.

2 - Naissance et évolution de la lagune

2.1 - Les unités géomorphologiques

13De la mer vers l’intérieur, se succèdent les unités géomorphologiques suivantes (fig. 4) :

  • le cordon tyrrhénien : il forme une barrière large d’environ 500 m et haute de 7 à 12 m. Avoisinant la mer qui le taille en falaise vive, ce cordon se poursuit sans interruption depuis Salakta jusqu’à El Alia. Mais plus au sud, il s’éloigne du rivage et passe sous des dunes historiques et actuelles formant le champ dunaire d’El Ghedhabna (BRAHIM, 2005). Sa structure est bien connue grâce aux nombreuses carrières ouvertes au sud de Salakta et à El Alia. Tout en l’attribuant à la formation Rjiche qu’ils ont défini de manière éponyme en référence au site qui se trouve entre Ksour Essaf et Mahdai, PASKOFF et SANLAVILLE (1983) y ont distingué deux membres, un membre marin basal à coquilles et quelques galets et un autre éolien sommital dépourvu de coquilles marines. MAHMOUDI (1986) a détaillé la composition sédimentologique de ce cordon, en distinguant en allant de l’intérieur vers la mer et de la base vers le sommet une unité marine inférieure sablonneuse ; une unité lagunaire intermédiaire faite de sables fins et une unité supérieure bioclastique et oolithique présentant un faciès marin et un autre éolien ;

  • la sebkha : il s’agit d’un petit bassin qui épouse la forme d’un triangle équilatéral, de 900 m de côté et d’une superficie d’environ 50 ha. Elle se situe au même niveau que la mer. Son altitude qui est inférieure ou égale à 0 m au centre se relève de quelques décimètres en allant vers les bords. Du côté de la mer, son angle nord-est vient buter contre le bourrelet tyrrhénien alors que vers l’intérieur, elle est ouverte sur un terrain plat relativement étendu. Deux cours d’eau débouchent du côté occidental en marquant deux percées superficielles : l’une dans le coin nord-ouest du bassin correspondant à l’embouchure de l’oued Zouai et l’autre au sud-ouest correspondant à l’embouchure de l’oued Gibs ;

    • 4 Analyses faites au Laboratoire des sols et des eaux du CRDA (Commissariat régional de développeme (...)

    la zone inondable : il s’agit d’une zone d’épandage plane et étendue située à une altitude légèrement supérieure par rapport à la sebkha mais demeurant toujours faible, allant de 1 m au centre àm sur les marges. Elle s’étend sur environ 14 km2. Elle est couverte d’un matériel très fin de couleur grisâtre apte à la floculation formant aujourd’hui un sol cultivé ou colonisé par une nappe de végétation halophile de salicornes. La salinité de ce sol est assez élevée ; l’analyse d’un échantillon prélevé à 30 cm de profondeur a donné une conductivité électrique de 52,9 ms/ cm. Le taux de la matière organique est de 0,7 % et le taux de carbone est de 0,42 %. Les observations que nous avons faites dans des puits rencontrés dans différents endroits de la zone inondable montrent que l’épaisseur du sol varie de 0,5 à 1 m. Au-dessous, existe un dépôt jaunâtre montrant un faciès vraisemblablement lagunaire puisqu’il renferme des petites coquilles de cardiums et parfois de cérithes et il qu’il est essentiellement formé de sables fins (53 %) et de limons (22,3 %)4 ;

  • le petit cordon interne de la zone inondable : il forme un petit bourrelet parallèle au cordon tyrrhénien mais séparé de lui par un petit sillon longeant la route MC 82. Il est à peine visible dans le paysage puisquil est situé à une altitude de 1,5 à 2,5 m et que sa hauteur est seulement de 1 à 1,5 m par rapport au fond de la zone inondable. Large d’environ 200 m, il se poursuit sur environ 6 km depuis Henchir Ben Zineb au nord jusqu’à El Khemara au sud il est couvert par des dépôts continentaux. Toutefois, il présente plusieurs discontinuités dont la plus importante est celle qui se situe au niveau de Sebkhet Ennjila. Sa surface qui porte un sol mince cultivé est parsemée de cailloux, de tubulures calcaires et de coquilles marines notamment des Glycymeris, des Cardium et des fragments d’Ostrea empâtés de calcaire.

Fig. 4 – Carte géomorphologique de Sebkhet Ennjila et ses environs

Fig. 4 – Carte géomorphologique de Sebkhet Ennjila et ses environs

Levé et réalisation : F. Brahim, 2014

14Un puits creusé dans ce cordon à Henchir Ben Zineb au niveau du point kilométrique 82 de la route MC 82 Sfax‑Mahdia offre une coupe qui permet de voir dans les détails la composition de ce cordon. On observe de bas en haut (fig. 5A) :

  • sables blancs compacts à litage horizontale affleurant au dessous du niveau de la nappe phréatique ;

  • sables blancs compacts d’une couleur blanche rosâtre affleurant au niveau de la nappe phréatique : épaisseur 20 à 30 cm ;

  • sables blancs compacts d’une couleur blanche jaunâtre avec quelques coquilles marines : épaisseur 1 m ;

  • sables blancs compacts d’une couleur jaunâtre épais de 0,5 m riches en coquilles marines et montrant un aspect fossilifère. Parmi les espèces rencontrées on peut citer : Cerastoderma glaucum, Arca noae, Glycemeris violacescens, Acanthocardia tuberculata, Loripes lucinalis ;

  • sables blancs très fins compacts : épaisseur 0,7 m ;

  • dépôt sablo-argileux grisâtre : épaisseur 0,3 à 0,5 m.

Fig. 5 – Transects et coupes dans des puits à Sebkhet Ennjila et ses environs

Fig. 5 – Transects et coupes dans des puits à Sebkhet Ennjila et ses environs

Levé et réalisation : F. Brahim, 2013.

15Dans un puits voisin, les séquences de sédimentation se réduisent à trois. Le dépôt grisâtre qui termine la coupe couvre le cordon et s’étend aussi dans la zone inondable. En plus de sa couleur, il se distingue nettement des dépôts laguno-marins sous-jacents par la prédominance d’éléments fins notamment argileux : 34,1 % avec une proportion insignifiante de carbonate de calcium : 5,6 % (fig. 6).

Fig. 6 – Granulométrie et calcimétrie des dépôts de la coupe du puits à Henchir Ben Zineb (%)

Fig. 6 – Granulométrie et calcimétrie des dépôts de la coupe du puits à Henchir Ben Zineb (%)

Analyses faites au laboratoire des sols et des eaux du CRDA de Mahdia en novembre 2013. L’arrière-plan du tableau est une photo du puits dans lequel les échantillons ont été prélevés ; les lignes séparant les dépôts dans le tableau coïncident avec les limites entre les dépôts sur la photo.

Conception et réalisation : F. Brahim, 2013.

Photo 1 – Sebkhet Ennjila et sa bordure ouest

Photo 1 – Sebkhet Ennjila et sa bordure ouest

On observe de l’est vers l’ouest la surface plane de la sebkha (1), une auréole de végétation halophile (salicornes) de chott (2) et le bourrelet éolien ou la lunette avec sa surface convexe

Photo F. Brahim, juin 2013.

16Au nord de Sebkhet Ennjila ce cordon se dédouble sur une longueur d’environ 1 km (fig. 5B). Un petit sillon topographique marque ce dédoublement :

  • (e) Le bourrelet éolien ou la lunette : les bordures sud-est et sud-ouest sont caractérisées par une surface bombée dominant la sebkha par un talus bien marqué dans le paysage haut d’environ 3 à 4 m (photo 1). Le matériel présente des caractéristiques physiques et chimiques très proches de celui de la zone inondable : floculation, couleur grise, richesse en carbone (0,42 %) et en matière organique (0,7 %) avec cependant une diminution de la salinité (conductivité ; 3 mS/cm) en raison vraisemblablement d’un lessivage par les eaux du ruissellement sur la face du talus. Sauf sa surface bien convexe le fait distinguer des terres planes de la sebkha et de la garaa et plaide en faveur de sa mise en place par le vent ;

  • (f) la bordure de la garaa : la bordure occidentale de la garaa est matérialisée par un léger relèvement de la topographie, un changement de la nature, de la couleur et de la texture du sol et un passage d’un terrain inondable à des terres régulièrement cultivées ou plantées en oliviers. Une coupe dans un puits creusé sur cette bordure montre de bas en haut (fig. 5A) :
    – croûte calcaire tufeuse à la base dallée vers le haut, d’une couleur blanche rosâtre renfermant des Helix. Il s’agit de la croûte saumon à hélicidés connue comme étant la croûte quaternaire la plus ancienne en Tunisie et datée du Pléistocène inférieur (JAUZEIN, 1967) ;
    – sables fins compacts à quelques petites coquilles de Cardium. Il s’agit vraisemblablement d’un matériel déposé dans un milieu lagunaire : épaisseur 0,8 m ;
    – dépôt brun grisâtre : épaisseur 0,5 m.

2.2 - Essai de reconstitution de l’évolution spatio‑temporelle de la lagune

17L’identification des unités géomorphologiques décrites précédemment nous permet de retracer les étapes de l’apparition et de l’évolution de Sebkhet Ennjila (fig. 7).

Fig. 7 – Essai de reconstitution de l’évolution de la paléolagune-sebkha d’Ennjila

Fig. 7 – Essai de reconstitution de l’évolution de la paléolagune-sebkha d’Ennjila

Conception et réalisation F. Brahim.

18Le point de départ est une transgression marine intéressant un terrain bas et plat et qui a atteint la bordure de la zone inondable actuelle. Un petit cordon a commencé à se former avec cette transgression engendrant l’individualisation d’un plan d’eau sous forme d’une lagune. Ce cordon qui se trouve aujourd’hui en pleine zone inondable n’a pas été mentionné dans les travaux antérieurs. Nous avons pensé qu’il pouvait être l’équivalent au cordon de Douira à l’instar de ce qui existe plus au nord dans la plaine voisine, entre Mahdia et Ksour Essaf. Dans ce site, le cordon de Douira est bien individualisé sur le plan géomorphologique et sédimentologique par rapport au cordon de Rjiche et est de plus en plus admis comme étant antérieur au Tyrrhénien (MILLER et al., 1986 ; PASKOFF et OUESLATI, 1988 ; MEJRI, 2012 ; MEJRI et al., 2012). Cependant, les caractéristiques sédimentologiques et l’absence d’une couche continentale qui sépare les dépôts marins de deux cordons dans notre zone d’étude comme à Douira n’encouragent pas à adopter facilement cette hypothèse. Nous avons pensé aussi à l’hypothèse de l’appartenance de ce petit cordon à un sous-stade précoce du Tyrrhénien. Dans tous les cas, des datations absolues permettraient de résoudre cette question.

19Il faut aussi noter que ce petit cordon se dédouble localement au nord de Sebkhet Ennjila à El Alia (fig. 5B) et qu’il est marqué par l’existence de plusieurs discontinuités qui correspondent à d’anciennes passes permettant la communication entre la mer et une lagune semi-fermée. C’est au niveau de l’une de ces anciennes passes que se trouve le bassin de la sebkha actuelle.

20Pendant l’Eutyrrhénien un nouveau cordon plus ou moins continu et épais s’est constitué en avant du premier. Il s’agit vraisemblablement de la ride décrite par MAHMOUDI (1986) dans la coupe du canal d’El Alia. Cette ride qui s’interposait entre la mer et la lagune constitue l’ébauche de ce nouveau cordon. La dunification de ce cordon va isoler complètement la lagune qui devient alors une lagune fermée. Ainsi, à la fin du Tyrrhénien, la lagune perd peu à peu sa relation avec la mer. Cette perte se confirme avec l’abaissement du niveau marin et l’éloignement de la ligne de rivage après le Tyrrhénien. La lagune n’a pas retrouvé cette relation même avec la transgression versilienne à lHolocène car la mer s’est heurtée au cordon littoral tyrrhénien et s’est mise à l’attaquer en falaise qui marque aujourd’hui le rivage.

21Depuis qu’elle n’est plus en relation avec la mer, Sebkhet Ennjila s’est comportée comme un plan d’eau continental, ne recevant que les eaux pluviales. Mais, on ne sait pas de quelle manière son régime hydrologique a évolué pendant cette période longue qui couvre le Pléistocène supérieur et l’Holocène. En tout cas avant la période historique, un contexte d’aridification climatique permet de comprendre la genèse de la lunette qui accompagne aujourd’hui les bordures de la sebkha. En fait, la formation de cette lunette aurait été favorisée par l’exposition prolongée et répétée de la surface de la sebkha à la déflation éolienne sous un climat à saison sèche assez longue. L’existence de cette lunette sur la bordure sud-est est due au vent dominant du nord-ouest à qui on doit la formation des lunettes qui occupent souvent les bordures sud-est des sebkhas continentales en Tunisie (JAUZEIN, 1967 ; COQUE, 1979). De la même manière, le développement de cette lunette sur la bordure sud-ouest de la sebkha révèle l’intervention d’un autre vent dominant soufflant du nord-est c’est à dire du côté de la mer intéressant le littoral. La formation de cette lunette est vraisemblablement antérieure à la période historique. Le bassin de la sebkha existait donc à l’époque antique ce qui explique la tentative d’établir une communication avec la mer par le creusement d’un canal dans le cordon tyrrhénien. De plus, nous avons trouvé sur cette lunette et sur la face du talus par laquelle celle-ci domine la sebkha des fragments de poterie dont de la modelée et de la sigillée.

3 - L’Homme et la sebkha

3.1 -L’installation et l’occupation humaine

22Rares et insignifiants sont les indices de peuplement permanent aussi bien antique qu’actuel qu’on peut relever autour de la sebkha ou dans la garaa. L’occupation a été faite soit sur le cordon tyrrhénien entre la sebkha et la mer soit sur la bordure ouest de la zone. Cette occupation a été vraisemblablement guidée par la possibilité pour les populations humaines de pratiquer la pêche dans une mer le plus souvent calme ou peu agitée, une topographie littorale peu abrupte et par la possibilité de pratiquer des cultures annuelles dans la zone inondable et de l’arboriculture à sec sur ses bordures.

23Les vestiges de l’occupation se rattachent à plusieurs civilisations : néolithique libyque, punique, romaine, byzantine et islamique (INP, 1995 et 1998). Sur le bourrelet tyrrhénien, ont été découvertes depuis le début du xxe siècle 96 tombes mégalithiques ou tumuli (ANZIANI, 1912). Ces tombes dont certaines ont été détruites par l’ouverture anarchique de nombreuses carrières dans le cordon tyrrhénien se poursuivent sur environ 5 km depuis Salakta au nord jusqu’à El Alia au sud. Ont été découvertes aussi des dizaines de tombes puniques dont un groupement formant la nécropole punique d’El Alia au voisinage du canal de Sebkhet Ennjila et qui pourrait appartenir au site de Henchir Zerzba à l’ouest de la zone inondable (BEN YOUNÈS, 1995). Ces vestiges font de la région l’une des zones les plus importantes de la civilisation libyco-punique avec la région de Carthage et celle du Cap Bon. Sur le même cordon et au voisinage du canal existe la forteresse d’El Alia, un monument islamique médiéval bâti sur un site néolithique et des vestiges d’occupation romaine ou byzantine. Un peu plus au sud, en direction d’El Khemara et d’El Ghedhabna, existent des ruines romaines en surface et parfois sous un voile sableux littoral. Aussi, plusieurs vestiges archéologiques antiques et islamiques balisent la bordure ouest de la zone inondable. Les plus importants font partie du site archéologique de Henchir Zerzba un site romain, vraisemblablement libyco-punique à l’origine.

  • 5 Détermination de M. Ben Moussa Sofiène. Préhistorien au département d’Histoire. FLSH Sousse Tunis (...)

24L’absence de traces d’installations permanentes autour de la sebkha et dans la zone inondable n’infirme pas le fait qu’elles étaient probablement fréquentées. Dans ces deux espaces nous avons relevé des pièces de silex, le plus souvent des éclats et des perçoirs d’âge épipaléolithique et néolithique5. Des fragments de poterie de différents types, allant de la céramique berbère modelée à l’islamique vernissée en passant par de la romaine sigillée, abondent dans la zone inondable notamment sur le sol squelettique qui couvre le petit cordon (photos 2 et 3).

Photos 2 et 3 – Pièces de silex d’âge épipaléolithique à néolithique (2) et fragments de poterie (3) dans les environs de Sebkhet Ennjila

Photos 2 et 3 – Pièces de silex d’âge épipaléolithique à néolithique (2) et fragments de poterie (3) dans les environs de Sebkhet Ennjila

Récoltées et photographiées par F. Brahim, 2013.

25Ceci laisse penser que l’Homme fréquentait cet espace depuis la période préhistorique, pour ses besoins alimentaires et, sans doute aussi, pour pratiquer la culture dans la zone inondable.

3.2 - Le canal d’El Alia

26Entre la mer et Sebkhet Ennjila existe un canal dont l’origine remonte à l’époque antique. Son creusement est attribué sans indices archéologiques sûrs aux romains, probablement parce qu’ils sont connus pour la réalisation des grands ouvrages d’ingénierie similaires. Le canal traverse le cordon tyrrhénien sur une distance d’environ 600 m. Creusé à ciel ouvert au niveau de ses extrémités à la fois du côté de la mer et du côté de la sebkha (photos 4 et 5), il devient souterrain dans sa partie centrale, le long de 320 m à cause de l’augmentation de l’épaisseur du cordon tyrrhénien qui peut dépasser une dizaine de mètres.

Photos 4 et 5 – Les tronçons à ciel ouvert du canal de Sebkhet Ennjila

Photos 4 et 5 – Les tronçons à ciel ouvert du canal de Sebkhet Ennjila

(4) côté mer ; (5) côté sebkha

Photographies : F. Brahim, 2014 et 2015.

27Cette partie souterraine est équipée d’un chapelet d’ouvertures rectangulaires à écartement régulier. Au nombre de 37, ces fenêtres ont chacune 2 à 2,5 m de longueur sur 0,8 à 1 m de largeur et sont espacées de 7 à 8 m l’une de l’autre. Leur profondeur qui atteint le toit du canal souterrain varie, selon la position dans le profil du cordon tyrrhénien, de quelques mètres à une dizaine de mètres.

28Il apparaît grâce à l’étude d’Anziani sur les nécropoles puniques du Sahel tunisien en 1912 et l’enquête que nous avons faites auprès de certains habitants d’El Alia que ce canal était colmaté et que sa fonction n’a été redécouverte qu’au début du vingtième siècle. C’est ainsi qu’ANZIANI (1912) notait, en parlant de ce canal, que « Le Service des Travaux publics l’a fait remettre en état il y a deux ans pour assurer l’écoulement des eaux de la petite sebkha Ennjila qui, dans les années pluvieuses, inondait tous les champs d’alentour ». Mais on ne sait pas depuis quand il n’avait pas fonctionné. Avant la remise en fonction du canal, les eaux des grandes inondations débordaient vers la mer par un petit ensellement topographique dans le bourrelet tyrrhénien, situé plus au nord, au niveau de Henchir Ben Zineb.

29Ce canal a-t-il été creusé pour évacuer les eaux d’inondations vers la mer en vue d’accélérer l’assèchement des terres de la garaa et de les mettre en culture, ou au contraire dans le but de relier la sebkha à la mer et de la transformer ainsi en une lagune poissonneuse destinée à servir de vivier naturel ?

30Les raisons précises du creusement de ce canal demeurent encore incertaines. Bien que l’on penche plus pour la première hypothèse (ANZIANI, 1912 ; TROUSSET, 1998), la deuxième théorie ne doit pas être écartée comme le laisse supposer une des mosaïques romaines d’El Alia, la mosaïque no 92 découverte à l’occasion d’une fouille menée par l’archéologue Gauckler en 1898 et qui représente, entre autres, une scène de pêche à la senne dans un lac ou une baie (PICARD, 1995 ; TROUSSET, 1998) (photo 6).

Photo 6 – Partie de la mosaïque d’El Alia montrant une scène de pêche dans un lac

Photo 6 – Partie de la mosaïque d’El Alia montrant une scène de pêche dans un lac

Photo A. Martin, in Mosaïques romaines de Tunisie, 1982.

31Nous avons essayé de comparer la topographie des extrémités du canal pour avoir des éléments de réponse. Du côté de la mer, le cordon tyrrhénien est taillé en falaise précédée par un platier émergé large de 6 m dominant le niveau de la mer par une microfalaise de 30 à 40 cm de hauteur. Ce platier émergé est devancé à son tour par un platier submergé qui disparaît après quelques mètres laissant la place à des fonds sableux. Le canal perce à la fois la falaise et le platier émergé mais il ne se poursuit pas dans le platier submergé. Son ouverture est bouchée par un cordon de sables et de galets. Par mer calme il est à l’abri de l’eau et il est quasi rempli de sable mais, par mer agitée, son fond, contenant toujours du sable, se trouve à -70 cm par rapport au platier émergé et à -20 cm par rapport au niveau de la mer (photo 7).

Photo 7 – Le contact du canal d’El Alia avec la mer

Photo 7 – Le contact du canal d’El Alia avec la mer

Photo prise par mer agitée le 14-3-2014, F. Brahim.

  • 6 L’actuel Salakta ; ville-port importante de la région du Byzacium (Sahel) à l’époque romaine.

32Ces données laissent penser que le canal a pu être creusé pour faire entrer les eaux marines dans la sebkha mais il ne faut pas oublier qu’au moment de son creusement à l’époque antique, le niveau de la mer était inférieur à l’actuel. Au nord, non loin d’El Alia, les vestiges archéologiques de la ville de Sullecthum6 qui sont affectés par l’érosion marine, voire aujourd’hui totalement submergés le suggèrent (OUESLATI et al., 1987 ; PASKOFF et al., 1991 ; SLIM et al., 2004 ; BRAHIM, 2011). De plus, il ne faut pas oublier qu’une part du creusement, si minime soit-elle, revient à l’érosion dans le fond du canal par des phénomènes naturels mécaniques et chimiques de corrosion et de dissolution des roches. D’autre part, notre essai d’estimation de la différence du niveau altimétrique entre la sebkha et la mer à l’aide d’un GPS a révélé que le platier émergé se trouve à un niveau inférieur de quelques décimètres par rapport à la bordure orientale de la sebkha sans compter le niveau du fond du canal qui se trouve selon notre essai d’exploration à -1 m par rapport à la surface du platier. Mais, il faut tenir compte ici aussi d’un relèvement possible du fond de la sebkha par alluvionnement. Des carottages dans la sebkha et un relevé topographique précis le long du canal qui n’est pas facile à réaliser vue la longueur de la partie souterraine et l’état encombré de certaines sections apporteraient probablement un éclairage sur tous ces points.

33Enfin, il faut signaler que les événements récents ont montré que ce canal a pu assurer une double fonction. Il a joué le rôle d’évacuateur des crues à l’occasion des grandes inondations ce qui a entrainé une communication temporaire entre la sebkha et la mer permettant, selon le témoignage des habitants, un développement de l’activité halieutique dans la sebkha au lendemain de chaque inondation comme celles de septembre-octobre 1969 et décembre 1973. Il est d’ailleurs fort possible que ce double objectif ait été visé lors du creusement du canal.

3.3 - L’évolution récente de loccupation du sol

34Malgré la remise en fonction du canal, la sebkha et toute la zone d’épandage s’ennoient à loccasion des inondations les plus importantes comme ce fût le cas en 1958 en 1969 en 1973… On observe souvent une coupure de la route MC 82 Sfax-Mahdia et un détournement du trafic routier pendant quelques jours vers la piste littorale. La communication avec la mer engendre l’entrée de quelques bancs de poissons dans la sebkha ; celle-ci devient alors un biotope pour certaines espèces de poissons et d’oiseaux surtout qu’elle ne s’asséchait pas en été car elle recevait plus d’eau et le canal était dégagé ce qui facilitait l’intrusion des eaux marines. Des conditions favorables à la pêche s’établissent alors dans la sebkha. L’activité halieutique est pratiquée par des pêcheurs du village d’El Alia mais également par des pêcheurs venus d’autres localités du Sahel tunisien et qui sont habitués à la pêche dans les eaux peu profondes du littoral de Khniss-Dimesse au sud de Monastir. Des barques et des filets adaptés à la pêche dans des eaux peu profondes sont utilisés, en particulier la senne. Les espèces pêchées appartiennent principalement à la famille des mugilidés et à celle des anguillidés. Mais la communication entre la sebkha et la mer ne s’est pas reproduite depuis les années 1990 et les scènes de pêche n’ont plus été observées depuis cette époque. Ceci est dû à la diminution des eaux de ruissellement qui arrivaient normalement à la sebkha en raison, d’une part, des aménagements hydroagricoles réalisés dans le bassin versant au cours des dernières décennies et, d’autre part, de l’encombrement du canal par des accumulations alluviales et marines.

35Quant à la garaa, son occupation est caractérisée par une mise en culture tirant profit des eaux d’épandage bien qu’il s’agisse de terres à la salinité assez élevée. Elles sont utilisées pour la culture des céréales notamment l’orge. Dans les années d’inondations on laboure ces terres après leur assèchement et on les utilise pour des cultures tardives printanières. La comparaison des photographies aériennes datant de 1948 et d’images satellitales récentes du site Google-earth 2013 (fig. 8) révèle une expansion de la surface des terres mises en valeur et la multiplication des parcelles de terre. Cette expansion demeure toutefois contrariée par l’extension d’une nappe de végétation halophile de chott.

Fig. 8 – Plan parcellaire des terres agricoles de la garaa autour de Sebkhet Ennjila en 2013

Fig. 8 – Plan parcellaire des terres agricoles de la garaa autour de Sebkhet Ennjila en 2013

Conception et réalisation : F. Brahim, à partir des images satellitales du site Google Earth

Conclusion

36La paléo-lagune d’Ennjila a pris place sur une topographie basse et plane qui a commencé à se séparer de la mer grâce à un ancien petit cordon littoral, à peine perceptible dans le paysage et qui n’avait jamais été décrit dans les études antérieures consacrées aux dépôts marins pléistocènes de la région. Mais c’est surtout le cordon eutyrrhénien, dunifié, plus marqué dans le paysage qui l’a le plus isolée de la mer. Après le Tyrrhénien, Ennjila a perdu toute relation avec la mer et est passée d’un milieu de type paralique à un bassin endoréique.

37Dès l’Antiquité, l’Homme est intervenu dans cette évolution par le creusement dans le cordon fossile tyrrhénien d’un canal qui a mis la sebkha en communication avec la mer. Cette communication a vraisemblablement été interrompue à partir d’un moment qui reste difficile à caler dans la chronologie des temps historiques. Au début du vingtième siècle, il y a eu une remise en fonction du canal ce qui a permis l’évacuation des eaux d’inondations et a rendu la pêche possible dans la sebkha. Mais depuis la fin du siècle dernier, on assiste à un phénomène d’assèchement. En effet, il n’existe plus de communication avec la mer à cause de l’encombrement du canal par des dépôts marins et alluviaux et d’une diminution de la fréquence des crues consécutive, entre autres, aux aménagements hydroagricoles au sein du bassin versant. La sebkha reçoit donc moins bien d’eau qu’auparavant et son assèchement estival devient chronique (photo 8).

Photo 8 – Sebkhet Ennjila à sec au début de l’été de 2013

Photo 8 – Sebkhet Ennjila à sec au début de l’été de 2013

Vue prise à partir de la bordure ouest de la sebkha. La topographie convexe qui apparaît en arrière-plan est celle du cordon tyrrhénien qui sépare la sebkha et la mer

Photo F. Brahim, 26-6-2013.

38La sebkha d’Ennjila, dont le nom provient du mot arabe Ennjila qui signifie « terre humide » est en train de perdre progressivement ce qualificatif.

Haut de page

Bibliographie

ANZIANI D., (1912), Nécropoles puniques du Sahel tunisien (pl. VII-XII), in Mélanges d’archéologie et d’histoire, XXXIIe année, p. 245-304.

BEN YOUNÈS H., (1995), Les ensembles funéraires préromains de Henchir El Alia au Sahel tunisien, Africa XVIII, p. 27-50.

BRAHIM F., (2005), Le Sahel central et méridional : géomorphologie et dynamique récente du milieu naturel, Thèse, Publications de la Faculté des Sciences humaines et sociales de Sousse, 302p.

BRAHIM F., (2011), La côte de Mahdia-Salakta entre la pression de l’Homme et les contraintes de la nature, Revue tunisienne de Géographie, 41, p. 11-37.

COLLECTIF, (1982), Mosaïques romaines de Tunisie, éd. CERES Productions, Tunis, 200 p.

COQUE R., (1979), Sur la place du vent dans l’érosion en milieu aride, l’exemple des lunettes (bourrelets éoliens) de la Tunisie. Méditerranée, 1 et 2, p. 15-21.

CRDA (Commissariat régional de développement agricole) Mahdia, (1998), Projet d’aménagement anti-érosif intégré des bassins-versants du gouvernorat de Mahdia. Rapport final. Bureau d’étude ECAT.

CRDA (Commissariat régional de développement agricole) Mahdia, (1999), Pluviométrie de la région de Mahdia. (ronéo).

GAUCKLER P., (1898), Lettre sur les découvertes à El Alia au sud de Mahdia. C.R. de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 6, Paris, p. 828-830.

GAUCKLER P., (1910), Inventaire des mosaïques romaines de la Gaule et de l’Afrique. Vol. II : Afrique proconsulaire (Tunisie), Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Paris.

GHORBEL A., (1991), Guide pratique de calculs hydrologiques. Direction générale des eaux de surface. Tunis, 122 p.

INP (Institut National du Patrimoine), (1995), Atlas préhistorique de la Tunisie -12- El Jem, 26 p. et une carte de localisation des sites au 1/200000.

INP (Institut national du Patrimoine), (1998), Carte nationale des sites archéologiques et des monuments historiques –Feuille 74- Mahdia, 109 p. et une carte de localisation des sites au 1/50000.

JAUZEIN A., (1967), Contribution à l’étude géologique des confins de la dorsale tunisienne (Tunisie septentrionale), Tunis, République tunisienne, Secrétariat d’état au plan et à l’économie nationale, Division de la production industrielle, coll. Annales des mines et géologie, 22, 358 p.

JGUIRIM H., (1993), La pluviométrie dans le Sahel tunisien, Mémoire de CAR, Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, 218 p.

MAHMOUDI M., (1986), Stratigraphie, sédimentologie et diagenèse des dépôts tyrrhéniens du Sahel tunisien (Tunisie orientale), Thèse 3e cycle, Paris Sud Orsay, 323 p.

MEJRI H., (2012), Les paléorivages marins pléistocènes du littoral est tunisien : chronologie IRSL, paléoenvironnements et régime tectonique, Thèse de doctorat, Université de Lille 1 et Université de Sfax, 434 p.

MEJRI H., BALESCU S., LAMOTHE M. et al., (2012), Mise en évidence par la luminescence des feldspaths de deux hauts niveaux marins interglaciaires du Pléistocène moyen (MIS 7 et MIS 9) le long de la côte orientale de la Tunisie (Sahel), Quaternaire 23, p. 175-186.

MILLER G.M et al., (1986), Amino acid geochronology of Pleistocene littoral deposits in Tunisia, Zeitschrift für Geomorphologie. Supplementband, 62, p. 197‑207.

OUESLATI A., PASKOFF R., SLIM H. et al., (1987), Déplacements de la ligne de rivage en Tunisie daprès les données de larchéologie à l’époque historique, in M. EUZENNAT, R. PASKOFF et P. TROUSSET (dirs), Déplacements des lignes de rivage en Méditerranée d’après les données de l’archéologie, actes de colloque (Aix-en-Provence, 1985), éd. CNRS, Paris, p. 67-85.

PASKOFF R., SANLAVILLE P., (1983), Les côtes de la Tunisie, variations du niveau marin depuis le Tyrrhénien, collection de la Maison de l’Orient méditerranéen, Série géographique et préhistorique, 2, Lyon, 192 p. 

PASKOFF R., OUESLATI A., (1988), Acquisitions récentes à propos du Quaternaire supérieur des côtes de la Tunisie, Méditerranée 2, p. 79-84.

PASKOFF R., SLIM H. et TROUSSET P., (1991), Le littoral de la Tunisie dans l’Antiquité, cinq ans de recherches géoarchéologiques. C.R. des séances de l’Académie des Inscriptions et des Belles Lettres, 3, p. 515-546.

PICARD G. Ch., (1990), Mosaïques et sociétés dans l’Afrique romaine : Les mosaïques d’El Alia (Tunisie), in L’Afrique dans l’Occident romain. Publications de l’École française de Rome, p. 3-14.

SLIM H., TROUSSET P., PASKOFF R. et al., (2004), Le littoral de la Tunisie, étude géoarchéologique et historique, éd. CNRS, Paris, 308 p.

TROUSSET P., (1998), La pêche et ses techniques sur les côtes de l’Africa, in Éric RIETH (dir), Méditerranée antique, Pêche, navigation, commerce, 120e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Aix-en-Provence, 1995, 121e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nice, 1996, éd. CTHS, Paris, p. 13‑25.

Haut de page

Notes

1 Formule de Ghorbel : Le= 16x avec x= P3√ (Hmed - Hmin) pour x ≤ 0,75. (Je remercie mon collègue Amri R. ancien hydrologue à la Direction des ressources en eau et actuellement enseignant au Département de géographie de la FLSH de Sousse pour m’avoir recommandé cette formule empirique qui a donné de bons résultats sur des études hydrologiques dans la région du Sahel tunisien et pour m’avoir aidé à l’appliquer).

2 Cette considération tient compte des moyennes des stations les plus proches de la sebkha pour la période 1960-61/1989-90, Salakta : 313 mm ; Chebba : 286 mm ; Ksour Essaf : 313,2 mm et Sidi Alouane : 301,1 mm (CRDA Mahdia, 1999 ; Jguirim, 1993).

3 Méthode de Kallel : QT = 2,35 S0,81 T0,44, S est le la superficie du bassin versant et T la période de retour.

4 Analyses faites au Laboratoire des sols et des eaux du CRDA (Commissariat régional de développement agricole) de Mahdia en novembre 2013. Nous remercions M. Ben Ahmed le commissaire régional, M. Laamiri le chef de l’arrondissement des sols et Mlle Ben Rhouma le responsable du laboratoire pour avoir accepté et pris soin d’analyser tous nos échantillons.

5 Détermination de M. Ben Moussa Sofiène. Préhistorien au département d’Histoire. FLSH Sousse Tunisie

6 L’actuel Salakta ; ville-port importante de la région du Byzacium (Sahel) à l’époque romaine.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Croquis de localisation de Sebkhet Ennjila
Légende A : Tunisie ; B : région du Sahel tunisien ; C : Sebkhet Ennjila et ses environs.
Crédits Conception et réalisation : F. Brahim, 2014.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7928/img-1.png
Fichier image/png, 73k
Titre Fig. 2 – Les unités topographiques du bassin-versant de Sebkhet Ennjila
Légende En haut : répartition des unités ; en bas : profil à travers les unités
Crédits Conception et réalisation : F. Brahim, 2014 ; à partir des cartes topographiques de Mahdia et de Chebba au 1/50000.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7928/img-2.png
Fichier image/png, 426k
Titre Fig. 3 – Réseau hydrographique et sous-bassins versants de Sebkhet Ennjila
Crédits Conception et réalisation : F. Brahim, 2014 ; à partir des cartes topographiques de Mahdia et de Chebba au 1/50000 et les images satellitales du site Google‑Earth.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7928/img-3.png
Fichier image/png, 110k
Titre Tableau 1 – Estimation des apports fréquentiels (en m3)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7928/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Tableau 2 – Estimation des débits fréquentiels des crues (en m3/s)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7928/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Fig. 4 – Carte géomorphologique de Sebkhet Ennjila et ses environs
Crédits Levé et réalisation : F. Brahim, 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7928/img-6.png
Fichier image/png, 821k
Titre Fig. 5 – Transects et coupes dans des puits à Sebkhet Ennjila et ses environs
Crédits Levé et réalisation : F. Brahim, 2013.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7928/img-7.png
Fichier image/png, 105k
Titre Fig. 6 – Granulométrie et calcimétrie des dépôts de la coupe du puits à Henchir Ben Zineb (%)
Légende Analyses faites au laboratoire des sols et des eaux du CRDA de Mahdia en novembre 2013. L’arrière-plan du tableau est une photo du puits dans lequel les échantillons ont été prélevés ; les lignes séparant les dépôts dans le tableau coïncident avec les limites entre les dépôts sur la photo.
Crédits Conception et réalisation : F. Brahim, 2013.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7928/img-8.png
Fichier image/png, 315k
Titre Photo 1 – Sebkhet Ennjila et sa bordure ouest
Légende On observe de l’est vers l’ouest la surface plane de la sebkha (1), une auréole de végétation halophile (salicornes) de chott (2) et le bourrelet éolien ou la lunette avec sa surface convexe
Crédits Photo F. Brahim, juin 2013.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7928/img-9.png
Fichier image/png, 452k
Titre Fig. 7 – Essai de reconstitution de l’évolution de la paléolagune-sebkha d’Ennjila
Crédits Conception et réalisation F. Brahim.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7928/img-10.png
Fichier image/png, 894k
Titre Photos 2 et 3 – Pièces de silex d’âge épipaléolithique à néolithique (2) et fragments de poterie (3) dans les environs de Sebkhet Ennjila
Crédits Récoltées et photographiées par F. Brahim, 2013.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7928/img-11.png
Fichier image/png, 536k
Titre Photos 4 et 5 – Les tronçons à ciel ouvert du canal de Sebkhet Ennjila
Légende (4) côté mer ; (5) côté sebkha
Crédits Photographies : F. Brahim, 2014 et 2015.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7928/img-12.png
Fichier image/png, 847k
Titre Photo 6 – Partie de la mosaïque d’El Alia montrant une scène de pêche dans un lac
Crédits Photo A. Martin, in Mosaïques romaines de Tunisie, 1982.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7928/img-13.png
Fichier image/png, 767k
Titre Photo 7 – Le contact du canal d’El Alia avec la mer
Crédits Photo prise par mer agitée le 14-3-2014, F. Brahim.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7928/img-14.png
Fichier image/png, 435k
Titre Fig. 8 – Plan parcellaire des terres agricoles de la garaa autour de Sebkhet Ennjila en 2013
Crédits Conception et réalisation : F. Brahim, à partir des images satellitales du site Google Earth
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7928/img-15.png
Fichier image/png, 490k
Titre Photo 8 – Sebkhet Ennjila à sec au début de l’été de 2013
Légende Vue prise à partir de la bordure ouest de la sebkha. La topographie convexe qui apparaît en arrière-plan est celle du cordon tyrrhénien qui sépare la sebkha et la mer
Crédits Photo F. Brahim, 26-6-2013.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7928/img-16.png
Fichier image/png, 408k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fawzi Brahim, « Évolution de la paléolagune-sebkha d’Ennjila et de ses environs (Sahel tunisien – Tunisie orientale) », Méditerranée, 125 | 2015, 51-62.

Référence électronique

Fawzi Brahim, « Évolution de la paléolagune-sebkha d’Ennjila et de ses environs (Sahel tunisien – Tunisie orientale) », Méditerranée [En ligne], 125 | 2015, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/7928 ; DOI : 10.4000/mediterranee.7928

Haut de page

Auteur

Fawzi Brahim

Laboratoire CGMED - FLSH Sousse, université de Sousse, Tunisie, Fawzibrahim@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals