Navigation – Plan du site
Fonctionnement hydrosédimentaire et impacts anthropiques

Sur la grande vulnérabilité du lido du complexe lagunaire de Ghar El Melh et de ses terres humides (Tunisie septentrionale)

Érosion, risque de maritimisation et menaces sur le terroir original Ramli
Vulnerability of the barrier island and wetlands of the Ghar El Melh lagoon (Northren Tunisia): erosion hazards, increasing risk of marine ingression and threats on the Ramli culture
Ameur Oueslati, Ouadii El Aroui et Naziha Sahtout
p. 65-73

Résumés

La lagune de Ghar El Melh et son annexe, la lagune de Sidi Ali El Mekki, appartiennent au littoral du golfe de Tunis et constituent les vestiges de l’ancienne baie d’Utique encore ouverte sur la mer au iie siècle après J.-C. (JAUZEIN, 1971 ; SLIM et al., 2004). Le cordon littoral, ou lido, qui les isole aujourd’hui est confronté à d’importants problèmes. Le point de départ a été la création, en 1974, d’un petit port de pêche qui a déréglé la dynamique sédimentaire le long du rivage. La morphologie du lido a été fortement modifiée et des perturbations ont eu lieu au niveau de la dynamique hydrologique. Les conséquences ont été ressenties également dans l’activité agricole menée sur les berges du système lagunaire, notamment la culture dite Ramli à l’origine d’un terroir unique et d’un grand intérêt patrimonial. Il s’agit d’un terroir basé sur une technique qui consiste à gagner des terres agricoles par une forme de poldérisation et où les plantes sont irriguées, depuis leurs racines, suite au mouvement, en rapport avec la marée, d’une lentille d’eau douce qui se forme dans le sol artificiel.
La question est d’autant plus importante que le système lagunaire est menacé de maritimisation, que les modifications dans la morphologie du lido s’accompagnent de problèmes d’ordre social et que les efforts pouvant sauver ce terroir et garantir sa pérennité ne sont pas visibles.

Haut de page

Texte intégral

Les idées développées dans ce travail ont été, en partie, acquises dans le cadre du projet Wadi « Sustainable Management of Mediterranean Coastal Fresh And Transitional Water Bodies: A Socio-Economic and Environmental Analysis of Changes and Trends to Enhance and Sustain Stakeholders Benefits » (INCO-CT2005-015226).

Les auteurs saisissent l’occasion pour remercier les membres de ce projet et plus particulièrement les professeurs Felicita Scapini, responsable du programme, et Faouzia Charfi, responsable de l’équipe tunisienne.

1Le site étudié se trouve au nord-est de la Tunisie et appartient à la côte de Ghar El Melh dans la marge septentrionale du delta de l’oued Majerda, le cours d’eau le plus important du pays (fig. 1).

Fig. 1 – Localisation

Fig. 1 – Localisation

Les valeurs portées sur l’extrait de l’image Google correspondent à des altitudes.

Conception : Oueslati et al.

2Le paysage d’ensemble est celui d’une côte basse bordée par un complexe lagunaire comportant une lagune principale (lagune de Ghar El Melh) et son annexe (la lagune de Sidi Ali El Mekki), couvrant une superficie de l’ordre de 3 000 ha (KERAMBRUN, 1986). L’ensemble est directement dominé par un relief relativement escarpé.

3Le complexe lagunaire est isolé de la mer par un cordon littoral, ou lido, aux dépens duquel a été implanté, en 1974, un petit port de pêche qui a très vite engendré des modifications sensibles aussi bien sur le plan géomorphologique que sur la dynamique des eaux littorales et dans la lagune. Mais les conséquences ont été très ressenties sur le mode d’occupation du lido et surtout sur l’activité agricole menée par les fellahs locaux et qui a permis la mise en place d’un terroir unique, connu sous l’appellation de Ramli.

4Ce travail vise, par l’exploitation de différentes missions de photos aériennes mais aussi d’une enquête directe, de mesurer cette évolution et les risques qui peuvent en découler. Il tente aussi de révéler la grande vulnérabilité du site et d’évaluer les chances de sa préservation.

I - Principaux traits géomorphologiques du lido et extension du terroir Ramli

1.1 - Un lido peu épais mais à morphologie assez variée et qui a longtemps constitué un problème pour les pêcheurs de la ville de Ghar El Melh

5Très bas, le lido constitue, surtout par sa longueur voisine de 8,5 km, un élément essentiel dans le paysage. Il est également loin de montrer une morphologie monotone et montre au moins deux domaines bien différenciés. Du côté de la mer, la morphologie est celle d’une plage bordée par une petite dune bordière dont l’altitude se situe le plus souvent entre 1 et 2 m et la largeur ne dépasse que très rarement la trentaine de mètres. Ce domaine sableux était, avant les aménagements récents, plus développé dans les secteurs méridionaux où sa largeur pouvait, localement, dépasser 200 m. On continue parfois à reconnaitre du côté de sa marge interne une succession d’alignements qui correspondent, en réalité, à des restes de crêtes de hauts de plages qui, par leur position, témoignent d’une phase de progradation de la côte.

6L’autre domaine, ou partie interne du lido, se caractérise par une topographie d’ensemble très régulière: une banquette dominant le niveau moyen de la lagune de 1 à 4 dm, faite essentiellement de matériaux vaseux à sablovaseux et occupée par une végétation dense de chott. En fait, on y reconnaît généralement la zonation suivante :

  • au contact de la partie sableuse du lido, dominent les joncs mais des salicornes apparaissent dans les parties les plus déprimées,

  • en direction de la lagune la place est donnée à une formation serrée de salicornes qui, au contact de l’eau, avance en forme de tentacules séparées par des espaces en creux s’organisant parfois en chenaux inondés par mauvais temps.

7Dans son tiers septentrional, le lido est naturellement affecté, par des brèches qui permettent à l’eau de la mer de se rendre dans la lagune de Sidi Ali El Mekki à l’occasion des tempêtes. Mais la passe naturelle la plus importante se trouvait plus au sud. C’est l’ancien Boughaz qui a vu son rôle diminuer avec le temps surtout depuis que l’oued Majerda a cessé de se jeter dans la lagune. Car, même si les apports de cet oued posaient le problème de l’envasement de la lagune (BELLAIR-BAUDIER, 1951), déjà très peu profonde (très souvent moins d’un mètre et jamais supérieure à 3 m) et à sédimentologie fine vaseuse et riche en matière organique (MANSOURI-MENAOUER, 1979), ils favorisaient un effet de chasse (PASKOFF, 1985) permettant le défonçage du bouchon sableux qui se forme par beau temps et obturait la passe. C’est l’installation, à la fin du xixe siècle, de bordigues, sur l’emplacement de cette passe, qui va permettre, pour un temps, le maintien de la communication avec la mer. Mais le problème du colmatage était devenu tel, que dès les années 1950 les difficultés de maintien de la profondeur de la passe ont conduit à l’abandon des bordigues. La communication lagune-mer était, par la suite, assurée par des travaux de dragage.

8Quant à la formation même du lido, elle s’explique fondamentalement par une dérive littorale active portant vers le sud et favorisée à la fois par la diffraction des vagues au niveau de la pointe de Rass Ettarf et les houles en rapport avec les vents dominants qui soufflent des secteurs septentrionaux et plus particulièrement du Nord-Est.

9Les sédiments que charrie cette dérive proviennent de l’érosion des falaises de la pointe et de la face sud de Rass Ettarf (fig. 1). Les ravins et petits torrents qui découpent la partie orientale du versant sud de Jbel Ennadhour assurent, de leur côté, le transfert jusqu’à l’estran des sables poussées par le vent depuis la côte de Raf Raf et qui parviennent à franchir la crête du Jbel à la faveur de différents ensellements. Le transfert littoral est estimé à quelques 30 000 à 40 000 m3 par an (LCHF, 1978).

10Les courants de marée sont par contre très secondaires et souvent masqués par la dynamique liée à la houle. La marée n’a en effet qu’une vingtaine de centimètres d’amplitude et n’intervient pas de façon sensible dans l’évolution du rivage. Ses effets sont par contre, comme on le verra à travers le terroir Ramli, très importants du côté de la lagune et surtout au niveau des terres basses qui la bordent.

1.2 - Un espace de rattrapage pour l’agriculture

11Le lido et les berges de la lagune sont vus depuis longtemps par les habitants de Ghar El Melh (les Ghra melhi), d’abord, comme un espace de mise en valeur agricole. Ceci s’explique par le grand manque en terres cultivables, la ville étant coincée entre le rivage de la lagune et le versant pentu, rocheux et parfois très accidenté et difficile de Jbel Ennadhour. Aussi, les espaces marécageux et sableux bas ont-ils été largement aménagés en une multitude de parcelles souvent minuscules mais de grande importance pour le revenu de nombreuses familles, souvent basé sur la pêche et l’agriculture (CHERIF, 1993). Les superficies sont le plus souvent exprimées en ares ou même au nombre de kilos de pommes de terre (culture la plus pratiquée) à semer. Il s’agit en fait de véritables potagers exploités de façon intensive.

12Conquises à la manière de petits « polders », sur la lagune et le domaine du chott par des apports de terre, les parcelles se caractérisent toujours par la grande régularité de leur surface, car aménagées pour se tenir à une altitude bien définie. Tout est en fait remarquablement calculé par les fellahs pour que les racines des plantes puissent bénéficier des mouvements d’une mince nappe phréatique douce qui se forme dans le sol artificiel. Située à quelques décimètres seulement de profondeur, cette nappe est en effet soumise à un balancement vertical en rapport avec les variations du niveau du lac suite à la marée. Celle-ci est de type semi-diurne et faible, puisque son amplitude moyenne n’est que d’une vingtaine de centimètres. Mais ses effets sont très ressentis dans le matériel perméable du lido et dans les terres gagnées sur la lagune. Si bien que les plantes cultivées, qui se caractérisent par des racines peu profondes se développant surtout dans le sens latéral, profitent de l’humidité du sol ou sont même naturellement irriguées, par le bas, deux fois par jour (fig. 2a et 2b). Cette technique, a fini par donner lieu à un terroir original et unique parmi les espaces côtiers tunisiens et sans doute méditerranéens. Il est connu sous l’appellation Ramli et reflète en réalité toute une histoire dans les rapports de l’homme avec son milieu, ce qui lui accorde une valeur patrimoniale.

Fig. 2a et 2b – Parcelle en cours de création et parcelle en production

Fig. 2a et 2b – Parcelle en cours de création et parcelle en production

Sur cette dernière, on voit le niveau (indiqué par un trait discontinu) de l’humidité dans le sol artificiel. Ce niveau, en rapport avec la lentille d’eau douce, est directement influencé par la marée

Cliché : droits réservés.

13Quant à son extension, le terroir Ramli se limite en fait aux espaces situés au Nord de l’ancienne passe (Boughaz) (fig. 3).

Fig. 3 – Vue d’ensemble sur le complexe lagunaire

Fig. 3 – Vue d’ensemble sur le complexe lagunaire

Depuis le versant sud de Jbel Ennadhour, cette vue montre aussi le lido, le site du port de pêche et les autres espaces (Gtayas, Edhrea) exploités par la technique Ramli.

Cliché : droits réservés.

14Les terres exploitées qu’il intéresse peuvent paraître très homogènes. Elles sont en réalité assez variées et il est possible de distinguer au moins quatre principaux types de situations qui correspondent à quatre secteurs bien différenciés tant par leur localisation que par leur morphologie d’ensemble, la nature de leur matériel et leur dynamique sédimentaire. Il s’agit du cordon littoral actuel, d’Edhrea, des Gtayas, et de la berge nord de la lagune au pied de Jbel Ennadhour (fig. 3).

  • Pour le cordon littoral, qui s’étend depuis le pied de Jbel Ennadhour jusqu’à l’ancienne embouchure de l’oued Majerda (Foum El Oued), seule la partie située au Nord-Est de la passe de l’ancien Boughaz est concernée par les cultures Ramli.

  • Le secteur d’Edhrea correspond à la langue de terre qui s’étire, selon une orientation N-S, séparant la lagune de Ghar El Melh de son annexe la lagune de Sidi Ali El Mekki. Il correspondrait à une première flèche littorale abandonnée, large en moyenne de 100 à 150 m.

  • Les Gtayas sont ces très petits îlots qui ponctuent la partie occidentale de la lagune de Sidi Ali El Mekki et qu’on retrouve aussi dans le prolongement méridional d’Edhrea où elles sont très proches du cordon littoral actuel et se caractérisent par leur forme souvent allongée nord-sud ou nord ouest-sud est. Elles sont constituées essentiellement d’un matériel vaseux à sablovaseux. Celles qui ne sont pas encore gagnées par la culture Ramli se présentent comme des taches marécageuses et sont occupées par une végétation halophile parfois très dense. Elles se distinguent aussi par l’extrême faiblesse de leur topographie ; leur surface se situe très souvent à moins d’une trentaine de centimètres d’altitude et peut être entièrement envahie par les eaux à l’occasion des tempêtes. Relayant, du côté oriental, la flèche d’Edhrea, ces îlots marécageux sont probablement des restes de petits cordons littoraux abandonnés au fur et à mesure que le rivage a migré en direction de sa position actuelle.

  • Sur la berge nord, au pied du relief, les cultures sont le plus souvent pratiquées dans des parcelles aménagées, parfois sous la forme de casiers étagés, à la faveur du front d’anciennes accumulations alluviales ou de remblais artificiels pratiqués aux dépens du plan d’eau. Mais les parcelles cultivées se distinguent de celles aménagées à la faveur des îlots ou du cordon littoral par leur sol généralement plus grossier et moins sableux puisqu’il provient surtout du versant. Il faut préciser aussi que seules les parcelles les plus proches du rivage de la lagune sont concernées par la technique Ramli proprement dite qui implique, comme souligné plus haut, une adaptation aux variations de la nappe phréatique en fonction de la marée.

2 - Un lido qui ne cesse d’être modifié depuis 1974

151974 est la date de la création du nouveau port de pêche de Ghar El Melh. Implanté aux dépens de la partie centrale du cordon littoral, ce port, qui doit permettre de résoudre le problème que rencontrent les pêcheurs Ghramelhi pour rejoindre le large à cause de l’ensablement fréquent du Boughaz, est formé d’un petit bassin de 200 m de côté et de 3 m de profondeur. Sa communication avec la mer est assurée par un chenal large de 40 m et longé par deux jetées longues, à l’origine, de 300 m et de 200 m. Il a pourtant été, malgré sa taille limitée, à l’origine de conséquences multiples. Celles, parmi ces dernières, qui ont retenu l’attention, le plus et le plus vite, se rapportent à la morphologie du lido et à l’érosion marine (PASKOFF, 1985 ; OUESLATI, 1993 ; EL ARRIM, 1996 ; OUESLATI, 2004). L’accent a été mis sur les problèmes d’ensablement du chenal d’accès et surtout sur les modifications apparues au niveau de la position du rivage des deux côtés du port.

2.1 - Une évolution profitable à la plage au nord‑est du port mais avec menace de confinement de la lagune de Sidi Ali el Mekki

16Les jetées du port ont eu comme premier effet de dérégler le transit sédimentaire le long du rivage. Le sable qui circulait du nord-est vers le sud-ouest, charrié par la dérive littorale principale, a été intercepté par la jetée nord-est. Le résultat le plus apparent, noté quelques années seulement après la création du port, a été l’élargissement de la plage qui s’appuie contre la face septentrionale de cette jetée. Sur la carte topographique, au 1: 25000, de Ghar El Melh (coupure N.E.), dressée d’après des levées photogrammétriques de 1974 (complétés en 1980) et publiée par l’Office national de la topographie et de la cartographie en 1982, on voit que la limite externe de la plage est encore loin de l’extrémité de la jetée ; elle en est séparée par une distance de l’ordre de 175 m. Mais des photos-aériennes prises en 1985 (à l’échelle 1/80 000) montrent que la plage avait déjà presque rattrapé l’extrémité de la jetée. En juillet 1993, d’après des mesures effectuées directement sur le terrain (OUESLATI, 2004), la partie la plus avancée de la plage n’était qu’à 26 m de la balise de l’extrémité de la jetée. Celle-ci étant longue de 300 m, on peut conclure à un déplacement du rivage à une vitesse moyenne de 14,4 m/an. D’un autre côté, l’analyse de différents levés topographiques, réalisés postérieurement à la création du port, ont permis de calculer une progression du rivage de 50 m de 1976 à 1978 et de 70 m de 1978 à 1991 (EL ARRIM, 1996). Les possibilités de fuite du sable vers le chenal d’accès au port, qui avaient en fait commencé dès le début des années 1980 puisque de 1983 à 1991 cinq campagnes de dragage ont eu lieu, se sont multipliées et une intervention s’imposait. Des travaux, engagés en décembre 1993, ont permis d’allonger cette jetée sur une distance de l’ordre de 187 m et d’implanter, à son amont, deux épis ; le premier long de 258 m et le deuxième long de 187 m (fig. 4). Une distance de 400 m sépare le premier épi de la jetée et une distance équivalente sépare les deux épis l’un de l’autre.

Fig. 4 – Modifications de l’extension du lido au Nord-Est du port depuis la création de ce dernier en 1974

Fig. 4 – Modifications de l’extension du lido au Nord-Est du port depuis la création de ce dernier en 1974

D’après les photos aériennes de 1974 (74 TU 359/250 UAG 412) et une image Google de 2013.

17Avec le temps, et surtout après l’implantation des épis, les effets de l’engraissement se sont progressivement étendus en direction du Nord-Est pour intéresser l’ensemble du secteur compris entre le port et le pied de Jbel Ennadhour. Ceci s’est aussi accompagné par un colmatage progressif des communications ou brèches ouvertes par les vagues à travers le cordon littoral à la hauteur de la lagune de Sidi Ali El Mekki. Car, outre l’élargissement de la plage, les quantités de sédiments poussés par les vagues de tempêtes à travers de telles communications sont devenues plus importantes. Ceci a été aussi à l’origine de cônes sableux, du type overwash fans, parfois épais et étendus. Certaines communications ont carrément fini par se cicatriser.

18Cette évolution et ses conséquences ont en fait été constatées depuis le début des années 1990 lorsque l’isolement de la lagune de Sidi Ali El Mekki était, en plus, accentué par la route qui mène vers le port et qui avait condamné presque totalement l’échange avec la lagune principale de Ghar El Melh. Ceci a été à l’origine d’une véritable crise du terroir. Les situations les plus délicates étaient enregistrées en été suite à la forte évaporation. La lagune de Sidi Ali El Mekki s’est parfois même transformée en une vasière surmontée par un voile d’algues très continu. La faune ainsi que les parcelles exploitées selon la technique Ramli en ont souffert. De grandes quantités de poissons ont fini par trouver la mort et la baisse inhabituelle du niveau des eaux de la lagune a faussé le calcul des paysans quant au mouvement vertical du niveau de la nappe phréatique, commandé, on l’a vu, par les variations du niveau du lac en rapport avec la marée. En juillet 1993, par exemple, une bonne part des cultures maraîchères a été abandonnée. La situation ne s’est vraiment améliorée qu’après la création de nouvelles communications sous la chaussée de la route précitée (OUESLATI, 1993).

2.2 - Une érosion accélérée du lido au sud-ouest du port

19La contrepartie, logique, de l’engraissement dont a bénéficié la plage du secteur situé au nord-est du port est un déficit sédimentaire et une érosion du côté sud-ouest. Le retrait du rivage a atteint des vitesses parfois supérieures à 30 m par an. Il a même été évalué, pour les seules trois années de 1976 à 1978, à plus de 90 m sur un tronçon de côte de 560 m de long (EL ARRIM, 1996). Entre 1978 et le début des années 1990, la distance qui sépare le rivage sableux du musoir de la jetée méridionale est passée d’une quarantaine de mètres à environ 170 m (OUESLATI, 2004). Dès le début des années 1980, une rupture du cordon littoral sur une distance de 150 m a été notée (PASKOFF, 1985).

20En fait, la situation n’a cessé de s’aggraver depuis. Dès les années 1990, le bas de plage de la partie attenante au port a été totalement érodé et les vagues ont commencé à s’attaquer à la dune bordière. La passe résultant de la rupture du cordon littoral s’est élargie davantage. Des photos-aériennes prises en 1985 montrent qu’elle était large d’au moins 170 m. Aujourd’hui (fig. 5), elle constitue la principale discontinuité dans le cordon littoral. Des travaux ont été, en plus, entrepris pour l’approfondir et en faire le principal passage entre la lagune et la mer. C’est désormais le nouveau Boughaz. L’ancien, naturel, est totalement colmaté et commence même à être oublié.

Fig. 5 – Modifications de l’extension du lido au sud-ouest du port depuis la création de ce dernier en 1974

Fig. 5 – Modifications de l’extension du lido au sud-ouest du port depuis la création de ce dernier en 1974

D’après les photos aériennes de 1974 (74 TU 359/250 UAG 412) et une image Google de 2013.

21Cette évolution a également entraîné l’érosion d’une grande partie des parcelles de cultures Ramli ainsi que la destruction des aménagements qu’elles renferment. Des vestiges de constructions qui appartenaient encore à la terre ferme en 2000, comme l’indiquent les photos aériennes de cette date, sont aujourd’hui en mer parfois à plus de 30 m du rivage (fig. 6a, 6b et 6c). Les effets de cette érosion sont les plus manifestes dans le secteur compris entre le port et l’ancienne passe (Boughaz), soit sur une distance de l’ordre du kilomètre.

Fig. 6 – Témoins de l’importance de l’érosion du lido dans le secteur compris entre le port de pêche et l’ancien Boughaz

Fig. 6 – Témoins de l’importance de l’érosion du lido dans le secteur compris entre le port de pêche et l’ancien Boughaz

a : Construction rattrapée par le rivage et fragments de murs de constructions déjà annexées à la mer ; b : détail de la construction visible au 2e plan sur la photo précédente ; c : socle d’une construction déjà sous l’eau.

Photos prises en avril 2008 par les auteurs.

22En fait, une interprétation des photos aériennes datant de la veille de la création du port ainsi que les images Google les plus récentes révèlent une certaine translation, vers le sud, du prisme sédimentaire. Ce dernier constitue encore une bonne réserve, surtout dans le secteur situé immédiatement au sud de l’ancien Boughaz, permettant de préserver la lagune de l’action directe des vagues. Mais il semble qu’il s’agisse d’une situation provisoire. L’érosion pourrait gagner l’ensemble de cette partie du cordon littoral avec la régularisation du trait de côte par le recul du rivage qui opère au niveau de l’ancienne embouchure (Foum El Oued) de l’oued Majerda et sa flèche littorale (fig. 7). Ce recul a en fait commencé depuis que cette embouchure a été totalement abandonnée à la suite de la grande crue de 1973 (PASKOFF, 1985). Depuis, le cours d’eau se jette à environ 11 km plus au sud.

Fig. 7 – La forme du lido et de la flèche de l’embouchure de Foum El Oued à la veille de la création du port (1974) et aujourd’hui

Fig. 7 – La forme du lido et de la flèche de l’embouchure de Foum El Oued à la veille de la création du port (1974) et aujourd’hui

D’après les photos aériennes de 1974 (74 TU 359/250 UAG 412) et une image Google de 2013.

3 - Des risques variés

23L’évolution engendrée par la création du nouveau port de pêche a en fait eu, parallèlement aux modifications d’ordre géomorphologique, de profondes répercussions sur l’utilisation du cordon littoral ainsi que sur la répartition spatiale des cultures du type Ramli. Ceci n’a pas été sans conséquences sur le plan social puisque des propriétaires se sont trouvés du jour au lendemain sans la terre qui leur fournissait une partie vitale de leurs revenus. D’autres, au contraire, ont vu s’étendre l’espace qu’ils occupaient ou exploitaient.

3.1 - Le malheur des uns, …

24Si du côté sud-ouest, les fellahs ont perdu la quasi-totalité de leurs parcelles (CHERIF, 1993), du côté nord-est les nouvelles conditions ont fait le bonheur de bien des propriétaires. L’espace gagné grâce à l’élargissement de l’estran a vite été saisi par ces derniers qui se sont mis à déplacer les limites de leurs parcelles en direction de la mer. De nouvelles parcelles Ramli (fig. 8) ainsi que des résidences, légères dans un premier temps mais parfois remplacées progressivement par des constructions en dur, ont pris place. Ceci s’est confirmé au cours des toutes dernières années avec l’affaiblissement de l’administration après le 14 janvier 2011, suite à la révolution tunisienne.

Fig. 8 – L’extension des parcelles de culture Ramli à la veille de la création du port de pêche

Fig. 8 – L’extension des parcelles de culture Ramli à la veille de la création du port de pêche

D’après les photos aériennes de 1974 (74 TU 359/250 UAG 412) et aujourd’hui.

25Le tableau suivant, fruit d’un calcul effectué sur des photos aériennes et des images Google, couvrant une période de quelque 65 années, est également très révélateur quant aux modifications récentes des superficies et à la nouvelle redistribution des terres Ramli.

Tab. 1 – Évolution des superficies (en ha) des parcelles pratiquant la technique Ramli depuis la fin de la première moitié du 20e siècle

Tab. 1 – Évolution des superficies (en ha) des parcelles pratiquant la technique Ramli depuis la fin de la première moitié du 20e siècle

Références des missions des photos et de l’image Google utilisées : -1948‑1949 : Dj.ichkheul-porto farina (1/250) ; -1962 : A 44 (VII/125) ; -1974 : 74 TU 359/250 UAG 412 ; -1989 : M8954 (1/250) ; -2013 : Image Google (du 23/11/2013).

26Ce tableau montre que les superficies ont connu une tendance générale à la hausse. Le fléchissement constaté entre 1974 et 1989 doit s’expliquer surtout par l’érosion du cordon littoral qui a suivi la construction du nouveau port de pêche, comme évoqué plus haut. Mais cette tendance cache des différences, parfois très significatives, quant à l’évolution des espaces exploités par la culture Ramli. C’est ainsi que :

  • dans la berge nord de la lagune, ont été gagnés quelques 3 ha depuis 1948. Mais l’évolution a été plus irrégulière que dans les autres secteurs avec, deux pointes en 1962 et en 2013 ;

  • dans le secteur d’Edhrea, à part une légère diminution en 1974, qu’on ne peut pas expliquer par la création du port, puisque ce dernier n’apparaît pas encore sur les photos de 1974, la tendance a été à la hausse. De 1948 jusqu’à nos jours, quelque 5,6 ha ont été gagnés ; 

  • dans les îlots (Gtayas), l’augmentation la plus nette a été enregistrée à partir de 1974 permettant un gain de 7,4 ha. Là aussi, on est dans un espace situé à l’écart du port et les éléments d’explication doivent être cherchés surtout dans la volonté de conquérir de nouvelles terres ;

  • dans le cordon littoral, a été enregistrée l’évolution la plus importante. En considérant l’ensemble de ce cordon, la tendance générale a été vers une augmentation des superficies qui sont passées de 19.2 ha en 1948 à 31.3 ha aujourd’hui. Mais une forte augmentation a été enregistrée après la création du port.

27En fait, les choses deviennent plus claires lorsqu’on examine, indépendamment, les secteurs situés de part et d’autre du port. Du côté sud-ouest, les superficies n’ont cessé de reculer. La diminution la plus importante a été enregistrée après 1974, date de création du port, et surtout après 1989. Le recul a été de l’ordre de 94 %. Du côté nord‑est, une évolution opposée s’est produite ; les superficies ont été multipliées presque douze fois.

28Une telle évolution s’explique par les modifications, décrites plus haut, au niveau de la morphologie du cordon littoral. Mais d’autres éléments d’explication doivent être cherchés dans le comportement de la population et la nouvelle perception de l’espace de bord de mer. Sinon qu’est ce qui a fait que la partie située au nord-est du port, longtemps délaissée, devienne la plus attractive en concentrant de nombreuses parcelles Ramli ? Avant 1974, c’est (au niveau du cordon) la partie sud-ouest qui était la plus recherchée. En réalité, le cordon littoral est de plus en plus perçu, comme on le verra, comme un espace récréatif. Ce qui pourrait constituer une autre menace indirecte pour le terroir Ramli.

3.2 - La menace d’une maritimisation : les fellahs en sont-ils conscients et sont-ils capables de lui trouver des formes d’adaptation ?

29La dynamique favorisant l’ouverture de la lagune sur la mer est toujours en cours et semble même s’accélérer. Sur les dernières images Google, on reconnaît les embryons de nouvelles passes au sud du nouveau Boughaz. Une telle situation doit, a priori, permettre une amélioration des conditions hydrologiques dans la lagune en favorisant l’échange avec la mer et le renouvellement des eaux. Une étude portant sur le diagnostic écologique a proposé la création d’une deuxième passe pour favoriser une amélioration de la qualité des eaux, suite à des problèmes d’eutrophisation et à des rejets anthropiques (MOUSSA, 2005). Mais ceci ne vaut qu’à moyen terme et ne concerne pas les activités agricoles. La réflexion change lorsqu’on considère la grande fragilité du lido et les tendances de l’évolution dans la perspective de l’élévation marine annoncée pour les prochaines décennies. D’ailleurs, une cartographie récente du littoral tunisien (APAL-PNUD, 2013) classe la lagune ainsi que son cordon littoral et les terres basses qui l’encadrent dans la catégorie des terrains les plus vulnérables à une variation positive du niveau marin (fig. 9).

Fig. 9 – En rouge, les terrains considérés comme submersibles et soumis à un risque d’érosion avec l’élévation marine annoncée pour la fin du siècle (APAL-PNUD, 2013). Le lido dépasse localement l’altitude de 1 m mais il est menacé d’érosion

Fig. 9 – En rouge, les terrains considérés comme submersibles et soumis à un risque d’érosion avec l’élévation marine annoncée pour la fin du siècle (APAL-PNUD, 2013). Le lido dépasse localement l’altitude de 1 m mais il est menacé d’érosion

Conception : les auteurs.

30Ceci pourrait compromettre les spécificités écologiques du milieu lagunaire mais aussi le terroir Ramli si des mesures ne sont pas prises pour que les fellahs adaptent leur technique et surtout les calculs relatifs à l’épaisseur du sol et à la nappe phréatique, aux variations que doit engendrer une ouverture plus importante aux influences marines. Ce terroir revêt, comme nous l’avons signalé, une grande importance pour l’histoire de la région et ne manque pas, par son originalité et les formes d’adaptation homme-milieu, d’intérêt patrimonial.

31Les résultats d’une enquête que nous avions menée en 2008 auprès de 80 fellahs pratiquant la technique Ramli dans les différents secteurs décrits plus haut, dans le cadre d’un projet Wadi (INCO-CT2005-015226), fournissent quelques éléments de réponses. Trois points importants se dégagent mais ne rassurent que partiellement quant à l’avenir de ce terrain :

  • le premier point se rapporte à la démographie et à la population directement concernée par la culture Ramli. Il s’agit d’une population essentiellement masculine et âgée. Les personnes de plus de 40 ans représentent 67,5 % des effectifs dont 35 % ont plus de 60 ans. Les jeunes (moins de 40 ans) représentent à peine le tiers de la population touchée par l’enquête dans les champs. Ceux dont l’âge ne dépasse pas vingt ans sont presque absents puisqu’ils n’étaient que quatre (5 %) sur l’ensemble de l’échantillon. Cet élément ne plaide pas en faveur de la pérennité de ce mode d’exploitation du sol ;

  • le deuxième point est relatif aux propriétaires des parcelles nouvellement gagnées grâce à l’extension du cordon littoral au nord-est du port. Les réponses recueillies lors de l’enquête ainsi que leur comportement sur le terrain ne montrent pas un attachement particulier à la culture Ramli, même si plusieurs d’entre eux la pratiquent. Le site, surtout avec la nouvelle plage, est de plus en plus vu comme un espace récréatif. C’est ce qui explique d’ailleurs la tendance à construire en dur. Les constructions ne sont plus, comme jadis, utilisées en appui à l’activité agricole et à la pêche : abri pour les personnes ou les animaux et lieu de dépôt pour le matériel de travail et les semences. Elles servent de plus en plus de résidences secondaires et certaines sont même louées à des estivants. Une nouvelle fois, cette évolution ne joue pas en faveur de la préservation du terroir Ramli ;

  • le troisième point apporte plutôt des données rassurantes. Il se rapporte à la maîtrise de la technique Ramli, aux chances de sa transmission aux nouvelles générations et surtout aux possibilités de l’adapter aux variations des conditions hydrologiques de la lagune. D’une part, parmi les 45 %, de l’échantillon, qui continuent à pratiquer cette technique figurent des jeunes, des deux sexes. D’autre part, la question de l’instabilité du niveau de la nappe phréatique n’est pas un phénomène nouveau pour différents propriétaires. Certains ont évoqué la crise du début des années 1990, signalée plus haut, lorsque la lagune de Sidi Ali El Mekki a vu son niveau baisser suite à son isolement. La solution réside dans l’ajustement de l’épaisseur du sol. Mais ils précisent qu’il devient impossible d’intervenir une fois que les plantes ont pris pied. C’est toute l’importance des prévisions, de la recherche prospective et de la connaissance de la tendance générale du comportement du niveau du plan d’eau ainsi que du travail de sensibilisation auprès des concernés.

Conclusion

32La plupart des problèmes évoqués ont surgi et se sont multipliés suite à un aménagement localisé et de petite taille. Ce qui témoigne de la grande vulnérabilité du site et, en tout cas, du lido qui s’interpose entre les lagunes et la mer. En fait, ceci est révélateur de l’extrême faiblesse des littoraux bas meubles, notamment les plages, dans la nouvelle conjoncture naturelle. Elle appelle à plus de prudence et à la nécessité de vraies études d’impacts avant d’engager des aménagements, même localisés. Le dérèglement du transit sédimentaire ne pouvait pas ne pas être attendu, par un géomorphologue, dans un site à dérive littorale active monodirectionnelle. Le cas du système lagunaire de Ghar El Melh se distingue, en plus, par son terroir Ramli qui, outre son importance économique et sociale pour la population locale, revêt un intérêt patrimonial qui dépasse le cadre de la région.

33L’étude de ce site nous interpelle également sur les conséquences d’une variation positive du niveau marin dans certains milieux côtiers et, partant, sur la nécessité d’approches prospectives qui manquent encore cruellement pour le littoral tunisien, surtout à l’échelle locale qui permet d’atteindre le fond des problèmes. Ceci doit aider à mieux définir les aptitudes à l’aménagement mais aussi les formes d’adaptation aux aléas et risques. Le cas de Ghar El Melh a montré que l’adaptabilité peut se trouver déjà, au moins partiellement, dans l’expérience de la population et qu’un travail de sensibilisation et d’information sur certains phénomènes naturels ne peut être que fructueux.

Haut de page

Bibliographie

APAL-PNUD, (2013), Étude de la carte de la vulnérabilité du littoral tunisien à l’élévation du niveau de la mer due aux changements climatiques ; Rapport de synthèse ; étude réalisée avec IHE et Géomatix ; 42 p.

BELLAIR-BAUDIER R., (1951), L’envasement de Porto Farina. Ses répercussions sur l’industrie de la pêche. 70e congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences, p. 237-240.

CHERIF A., (1993), Le système pêche agriculture : permanences et ruptures. L’exemple de Ghar El Melh, Cahiers du CERES 9 ; p. 35-60.

El ARRIM A., (1996), Étude d’impact de la dynamique sédimentaire et des aménagements sur la stabilité du littoral du golfe de Tunis, Thèse, Faculté des Sciences de Tunis ; 223 p.

JAUZEIN A., (1971), Évolution récente du delta de la Medjerda ; Les agents de la morpho­genèse, Travaux du laboratoire de géologie de l’École normale supérieure 5 ; p. 128-151.

KERAMBRUN P., (1986), Les lagunes côtières de la Méditerranée du Sud, description et bibliographie, rapport UNESCO, 184 p.

LABORATOIRE CENTRAL D’HYDRAULIQUE DE FRANCE, (1978), Études des problèmes sédimentologiques du port de pêche de Ghar el Melah, 35 p.

MOUSSA M., BACCAR L., BEN KHEMIS R., (2005), La lagune de Ghar El Melh : diagnostic écologique et perspectives d’aménagement hydraulique, Revue des sciences de l’eau 18, hors-série, p. 13-26.

MANSOURI-MENAOUER R., (1979), Contribution à l’étude de la sédimentation littorale historique et actuelle au voisinage du delta de la Medjerda, Thèse de 3e cycle, Université de Bordeaux I, 175 p.

OUESLATI A., (1993), Les côtes de la Tunisie : Géomorphologie et Environnement et Aptitudes à l’Aménagement, Publications de la faculté des sciences humaines et sociales, Université de Tunis I , 387 p.

OUESLATI A., (1993), Milieux naturels et ports de pêche dans la Tunisie septentrionale : le cas de Ghar El Melh, Cahiers du CERES 9, p. 161‑193.

OUESLATI A., (2004), Littoral et aménagement en Tunisie, ORBIS presses, 534 p.

PASKOFF R., (1985), Les plages de la Tunisie, Editec, Caen, 198 p.

SLIM H., TROUSSET P., PASKOFF R. et al., (2004), Le littoral de la Tunisie : étude géoarchéologique et historique, éd. CNRS, France, 308 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation
Légende Les valeurs portées sur l’extrait de l’image Google correspondent à des altitudes.
Crédits Conception : Oueslati et al.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7944/img-1.png
Fichier image/png, 403k
Titre Fig. 2a et 2b – Parcelle en cours de création et parcelle en production
Légende Sur cette dernière, on voit le niveau (indiqué par un trait discontinu) de l’humidité dans le sol artificiel. Ce niveau, en rapport avec la lentille d’eau douce, est directement influencé par la marée
Crédits Cliché : droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7944/img-2.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 3 – Vue d’ensemble sur le complexe lagunaire
Légende Depuis le versant sud de Jbel Ennadhour, cette vue montre aussi le lido, le site du port de pêche et les autres espaces (Gtayas, Edhrea) exploités par la technique Ramli.
Crédits Cliché : droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7944/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 4 – Modifications de l’extension du lido au Nord-Est du port depuis la création de ce dernier en 1974
Crédits D’après les photos aériennes de 1974 (74 TU 359/250 UAG 412) et une image Google de 2013.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7944/img-4.png
Fichier image/png, 13k
Titre Fig. 5 – Modifications de l’extension du lido au sud-ouest du port depuis la création de ce dernier en 1974
Crédits D’après les photos aériennes de 1974 (74 TU 359/250 UAG 412) et une image Google de 2013.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7944/img-5.png
Fichier image/png, 10k
Titre Fig. 6 – Témoins de l’importance de l’érosion du lido dans le secteur compris entre le port de pêche et l’ancien Boughaz
Légende a : Construction rattrapée par le rivage et fragments de murs de constructions déjà annexées à la mer ; b : détail de la construction visible au 2e plan sur la photo précédente ; c : socle d’une construction déjà sous l’eau.
Crédits Photos prises en avril 2008 par les auteurs.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7944/img-6.png
Fichier image/png, 808k
Titre Fig. 7 – La forme du lido et de la flèche de l’embouchure de Foum El Oued à la veille de la création du port (1974) et aujourd’hui
Crédits D’après les photos aériennes de 1974 (74 TU 359/250 UAG 412) et une image Google de 2013.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7944/img-7.png
Fichier image/png, 26k
Titre Fig. 8 – L’extension des parcelles de culture Ramli à la veille de la création du port de pêche
Crédits D’après les photos aériennes de 1974 (74 TU 359/250 UAG 412) et aujourd’hui.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7944/img-8.png
Fichier image/png, 115k
Titre Tab. 1 – Évolution des superficies (en ha) des parcelles pratiquant la technique Ramli depuis la fin de la première moitié du 20e siècle
Crédits Références des missions des photos et de l’image Google utilisées : -1948‑1949 : Dj.ichkheul-porto farina (1/250) ; -1962 : A 44 (VII/125) ; -1974 : 74 TU 359/250 UAG 412 ; -1989 : M8954 (1/250) ; -2013 : Image Google (du 23/11/2013).
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7944/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 9 – En rouge, les terrains considérés comme submersibles et soumis à un risque d’érosion avec l’élévation marine annoncée pour la fin du siècle (APAL-PNUD, 2013). Le lido dépasse localement l’altitude de 1 m mais il est menacé d’érosion
Crédits Conception : les auteurs.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7944/img-10.png
Fichier image/png, 517k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ameur Oueslati, Ouadii El Aroui et Naziha Sahtout, « Sur la grande vulnérabilité du lido du complexe lagunaire de Ghar El Melh et de ses terres humides (Tunisie septentrionale) », Méditerranée, 125 | 2015, 65-73.

Référence électronique

Ameur Oueslati, Ouadii El Aroui et Naziha Sahtout, « Sur la grande vulnérabilité du lido du complexe lagunaire de Ghar El Melh et de ses terres humides (Tunisie septentrionale) », Méditerranée [En ligne], 125 | 2015, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 25 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/7944 ; DOI : 10.4000/mediterranee.7944

Haut de page

Auteurs

Ameur Oueslati

Professeur, laboratoire de géomorphologie CGMED, département de géographie, Faculté des sciences humaines & sociales, université de Tunis, Tunisie, oueslatiameur@yahoo.fr

Articles du même auteur

Ouadii El Aroui

Maître assistant, laboratoire CGMED, Faculté des lettres, des arts et des humanités, université de Manouba, Tunisie

Naziha Sahtout

Assistante, Institut supérieur des études appliquées en humanités de Mahdia, université de Monastir, Tunisie

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals