Navigation – Plan du site
Fonctionnement hydrosédimentaire et impacts anthropiques

Effets des aménagements sur les dynamiques morphosédimentaires de l’île barrière de la lagune Nador (Nord‑Est du Maroc, région de l’Oriental)

Impacts of man-made structures on sediment fluxes and water circulation around the barrier island of the Nador lagoon (north-east of Morocco, Oriental region)
Amal Boyauzan et Zoulikha Irzi
p. 85-94

Résumés

L’île barrière de Nador et ses passes constituent des éléments essentiels de l’écosystème lagunaire, classé site Ramsar depuis 2005. Son fonctionnement hydrosédimentaire naturel connaît un déséquilibre notable induit par les aménagements mis en place récemment.
Cet article est basé sur une étude de l’évolution morphologique de l’île barrière de 1958 à 2014 réalisée grâce à l’analyse couplée de photos aériennes et d’observations de terrain.
Les résultats obtenus ont permis de mettre en évidence les principaux facteurs de contrôle naturels de l’évolution du trait de côte et les effets des aménagements sur ce littoral naturellement vulnérable. Des modifications du sens de transit sédimentaire sont observées au niveau de corps sédimentaires érodés ou d’autres nouvellement construits. L’édification des jetées des passes A et B engendrent des modifications du régime hydrologique le long du littoral de l’île barrière : Au nord-ouest de la passe B, le littoral est en progradation (régime dissipatif modéré), alors qu’il est en cours d’érosion au sud-est de la passe A (régime réflectif modéré).

Haut de page

Texte intégral

1Les écosystèmes lagunaires constituent des zones humides du domaine littoral et hébergent très souvent une riche biodiversité (DURAND et al., 1994 ; HAMMADA et al., 2004). Cependant, ces espaces sont souvent exposés aux effets des multiples processus hydrodynamiques naturels tels que les houles, les marées, les vagues de tempête, les marées exceptionnelles, les phénomènes tectoniques, les perturbations climatiques, etc. L’interférence des effets de ces processus génère parfois d’importantes modifications morphologiques de ces environnements et impacte fortement leur morphologie et leur contenu biologique. De plus, ces milieux littoraux connaissent une anthropisation croissante tandis que leurs ressources naturelles sont de plus en plus exploitées, à cause de la forte productivité biologique qui les caractérise (algues, malacofaune, ressources halieutiques, microfaunes, oiseaux, etc.).

2Les passes jouent un rôle capital dans l’évolution des îles barrières et dans le maintien de l’équilibre des lagunes. Mais ces espaces sont souvent caractérisés par des dimensions variables (largeur, profondeur, etc.) et des positions spatio-temporelles fluctuantes (DAVIS et HAYES, 1984 ; DAVIS et BARNARD, 2003 ; DAVID et al., 2008 ; DAVIS, 2013). La connaissance et la maîtrise des processus de contrôle naturel qui provoquent leurs évolutions spatiales et morphologiques permettraient d’éviter d’éventuels effets néfastes consécutifs à des aménagements (urbanisation, construction des ports, stabilisation par jetées, etc.) dans leur environnement limitrophe.

3L’étude de la formation des passes et de leur évolution a suscité l’intérêt de nombreux auteurs (HOYT, 1967 ; HAYES, 1969 ; FITZGERALD et al., 1984 ; FITZGERALD et MINER 2013). Ces recherches ont permis de déterminer les mécanismes contrôlant l’évolution morpho-sédimentaire associée aux îles barrières. Il en ressort ainsi, que les modèles de passes identifiés dépendent énormément de la dynamique des côtes. De même, les travaux de R.A.HAYES (1975, 1979) ont permis de démontrer le rôle primordial des facteurs hydrodynamiques (énergie de la houle et de la marée) dans la configuration morphologique des îles barrières et des passes qui leurs sont associées. D’autres travaux ont également montré l’importance des effets des aménagements sur les variations morphologiques de ces formations (ANDERS et al., 1990 ; DEAN et WORK, 1993 ; BRUUN, 1996 ; FEAGIN et al., 2010 ; WANG et BECK, 2012). Généralement, la stabilisation des passes par des jetées artificielles provoque un changement notable de la dynamique naturelle du transit sédimentaire le long de la côte. Le littoral de l’île barrière présente des zones en cours d’érosion alors que d’autres adjacentes connaissent une accrétion.

4Le cas de l’île barrière de Nador (Nord-Est du Maroc), présenté dans cet article, apparaît comme un modèle particulièrement original et intéressant pour analyser les variations géomorphologiques des passes dues aux impacts des aménagements des jetées réalisés au niveau de la passe relique A (1981-1993) et la passe actuelle B ouverte artificiellement en 2011.

5Signalons que, les effets des différents aménagements (urbanisation, ports, jetées, etc.) sur le complexe lagunaire de Nador, ses passes et son environnement proche, a suscité l’intérêt de nombreux chercheurs (ERIMESCO, 1961 ; IRZI et al., 1997 ; IRZI, 2002 ; RAHOUTI, 2004 ; LOUAYA et HAMOUMI, 2011 ; HAMOUMI, 2012 ; LOUAYA, 2013). Le présent article, s’inscrivant dans la continuité de ces travaux, est conçu pour mettre en avant l’importance de la passe dans le maintien de l’équilibre naturel de cet écosystème lagunaire d’une part et pour faire ressortir les effets de l’édification des jetées des deux passes A et B sur l’évolution morpho-sédimentaire de l’île barrière dans sa globalité.

6Cette étude est essentiellement basée sur une analyse des photographies aériennes et sur un suivi de terrain axé sur l’observation des changements morphologiques de l’île barrière et de ses environnements proches. Les résultats obtenus sont mis en perspectives avec des modèles déjà identifiés dans d’autres secteurs côtiers comme ceux étudiés sur le littoral sud-est des États-Unis par R.A. DAVIS et M.O. HAYES (1984) et R.A. DAVIS (2013).

7Les données exposées dans cet article permettent de déterminer les facteurs naturels et anthropiques qui contrôlent le fonctionnement des passes et leur évolution spatio-temporelle. En effet, la maîtrise des effets de l’interaction des facteurs naturels et anthropiques sur l’évolution de la dynamique morphosédimentaire des passes constitue un des meilleurs outils pour la gestion durable de cette zone humide à fort potentiel biologique et paysager, mais très fragile.

I - Méthodologie

8La compréhension du fonctionnement et de l’évolution des corps sédimentaires des écosystèmes côtiers peut être basée sur un suivi de terrain régulier mais aussi sur une étude géohistorique réalisée généralement grâce à la comparaison de cartes anciennes et récentes, d’images satellitaires ou bien de photographies aériennes collectées lors de missions successives. Ainsi, la démarche adoptée dans le présent article est basée sur les observations de terrain couplées à l’interprétation de photographies aériennes prises lors de différentes missions dès la fin des années cinquante – 1958 (1/50 000), 1988 (1/40 000), 1995 (1/20 000), 2003 (1/30 000) et des images satellitaires Google Earth (2014). Les photographies aériennes utilisées pour cette étude ont été géo‑référencées par rapport à la carte topographique 1/50 000 de Nador à l’aide du logiciel Arc Gis 9.3.

9Dans un deuxième temps, les données obtenues de l’analyse des variations morphologiques de l’île barrière et de ses passes, en particulier, sont confrontées à des modèles déjà identifiés dans des zones littorales possédant des caractéristiques similaires (régime hydrologique, facteur hydrodynamique, exposition du littoral, stock sédimentaire, etc.), comme c’est le cas par exemple des passes identifiées au cap Lookout et à Georgia Bright sur le littoral sud-est des États-Unis.

10À la fin, une interprétation des variations morphologiques de l’île barrière, suite à l’édification des jetées des deux passes A et B, est réalisée.

11La confrontation des diverses observations et analyses des effets naturels et anthropiques sur l’évolution morpho-sédimentaire de l’île barrière permettraient d’élaborer des scénarios futurs du devenir de cette zone littorale basse, extrêmement fragile et surtout menacée par l’élévation du niveau de la mer induite par le réchauffement climatique que connait la planète (IPCC, 2007 ; RAJI et al., 2013).

2 - Présentation de la zone d’étude

2.1 - Contexte géodynamique et genèse de la lagune de Nador

12Le complexe lagunaire de Nador est situé sur le littoral du nord‑est marocain (35°10N, 2°45W), entre deux crêtes littorales : cap des Trois Fourches à l’ouest et cap de l’Eau à l’est (fig. 1).

Fig. 1 – Localisation de la zone d’étude et morphologie des deux passes aménagées

Fig. 1 – Localisation de la zone d’étude et morphologie des deux passes aménagées

A (relique) et B (active)

Réalisation : A.Boyauzan et Z.Irzi

13Il s’intègre dans l’ensemble du contexte géodynamique de la Méditerranée occidentale. Sa genèse et son évolution sont gouvernées par l’évolution néotectonique de la chaîne rifaine, édifiée au Mio-Pliocène-Quaternaire (GUILLEMIN et HOUZAY, 1982 ; HERNANDEZ, 1983). Sa bordure méridionale comporte quatre domaines structuraux : au nord‑ouest le massif volcanique du Gourougou, à l’ouest et au sud‑ouest le massif de Beni Bou Ifrour et la plaine de Bou Areg et au sud‑est le massif des Kebdana (fig. 1). Cette zone littorale appartient à une marge active affectée au cours du Néogène et du Quaternaire par une tectonique polyphasée (HERNANDEZ et al., 1987 ; CHOTIN et AÏT BRAHIM, 1988 ; MOREL, 1989a et b ; TAHAYT et al., 2008). En effet, elle est le siège d’une fréquente instabilité sismique constamment ressentie par la population (HATZEFELD, 1978 ; AZDIMOUSA et AIT BRAHIM, 2006 ; AMMAR et al., 2007).

14Le contexte géomorphologique du bassin versant très escarpé alimente intensément la lagune en matériel sédimentaire drainé par les nombreux émissaires qui débouchent vers cet écosystème lagunaire (IRZI, 2002 ; RAHOUTI, 2004 ; BLOUNDI, 2005).

15Ce contexte géodynamique local, caractérisé par un modèle de tectonique en blocs basculés (MAHJOUBI, 1991), a favorisé la genèse de la lagune lors de la remontée du niveau marin au cours du Mellahien (6 000 ans BP). Par ailleurs, la configuration actuelle de l’île barrière aurait un âge très récent; des cartes dressées par des géographes espagnols aux xive et xve siècles n’ont indiqué qu’une baie semi-circulaire à l’emplacement de la lagune actuelle comportant une île formée de l’ossature médiane, composée de calcarénites pléistocène (ERIMESCO, 1961 ; IRZI, 1987). Cet édifice, qui culmine à 20 m, est recouvert d’un sol riche en Helix sp. et Rumina sp. daté de -3 000 BP (IRZI, 1987).

16L’île barrière est constituée, donc, d’une barre gréseuse d’âge pléistocène ayant favorisé l’émergence et la coalescence des dépôts mobilisés, par les courants locaux, au niveau de ses deux extrémités.

2.2 - Régime climatique, hydrodynamique et hydrologique

17L’île barrière de Nador est soumise à un climat méditerranéen à saisons contrastées mais caractérisé par un régime aride à semi-aride. La pluviométrie de la province de Nador est de l’ordre de 150 à 450 mm/an et les températures moyennes se situent aux alentours de 13 °C en hiver et de 26 °C en été (IRZI, 2002).

18Le régime hydrodynamique du littoral de la baie de Nador est de type microtidal. En période de vives eaux, le marnage n’excède pas 0,50 m à Mellila et 0,35 m à l’entrée de la lagune de Nador (BRETHES et TESSON, 1978).

19Ce régime hydrodynamique est dominé par des houles de secteur N-E à E-N-E et d’W au N-W, et par de violentes vagues de tempêtes fréquentes sur ce littoral. Les paramètres des houles n’ont jamais fait l’objet de mesures et de suivi local, les données utilisées pour les aménagements côtiers sont celles obtenues par des travaux anciens sur la région de Nador. La fréquence et les caractéristiques des houles ont été reconstituées à partir des données de vents ; les calculs théoriques (TESSON et GENSOUS, 1979) conduisent à des périodes de 7 à 11 s et des amplitudes de 5 m (maximum annuel) à 7,5 m (maximum exceptionnel).

20Les vents dominants sur ce secteur sont de direction nord‑ouest en hiver et nord‑est en été (SBAI et al., 1992 ; IRZI, 2002). Les vents locaux jouent un rôle déterminant dans les modifications des courants littoraux sur cette marge côtière dont la faible profondeur varie entre 0,5 m et 2 m. Ces vents peuvent aussi augmenter ou réduire la marée qui varie de 13 cm à l’extérieur de la passe à 3 cm à l’intérieur de la lagune (HILMI, 2005). Ces vents sont, aussi, susceptibles d’engendrer des dérives littorales vers le large ou vers la côte (GUILLEMIN et WERNLI, 1987). Ils contribuent également à la formation des dépôts dunaires le long de l’île barrière du côté mer.

21Les eaux marines entrant dans la lagune par la passe longent l’île barrière selon une direction sud-est et circulent lentement sous la forme d’un gyre pour ressortir du côté nord‑ouest (GUELORGET et PERTHUISOT, 1983). HILMI (2005) affirme que cette circulation est commandée par la direction du vent. Le volume total moyen d’eau marine échangé à la passe d’entrée de la lagune durant un cycle de marée M2 serait de l’ordre de 13,56 millions de m3. Selon cet auteur, le temps de renouvellement des eaux lagunaires, à cette époque, est estimé à 80 jours (HILMI et al., 2003). Alors qu’il n’est plus que de 28 jours, suite à l’ouverture artificielle de la nouvelle passe B, déclaration faite par le président du conseil administratif de Marchica Med en juillet 2009.

22Du côté continent, la lagune de Nador est, aussi, alimentée par la nappe phréatique, les émissaires de la bordure continentale, le canal d’irrigation et les rejets urbains des principales agglomérations urbaines grandissantes : Beni-Ensar au nord‑ouest, Nador et Sélouane au centre et Kariat-Arekman au sud‑est. Le volume des eaux douces qui parviennent à la lagune serait de 40 à 200 x 106 m3/ an par le ruissellement et 18 x 106 m3/ an par la nappe phréatique (LEFEBVRE et al., 1997).

23Le renouvellement des eaux lagunaires est tributaire de la position géographique de la passe et de ses dimensions (largeur et profondeur), des forces des vents locaux, des précipitations et des rejets urbains (IRZI, 2002 ; BLOUNDI, 2005 et HILMI, 2005 ; MEZOUARI et al., 2011 ; BENKHALDOUN et al., 2012). La salinité des eaux lagunaires montre de fortes fluctuations temporelles et saisonnières, et dépend des facteurs précités agissant sur le renouvellement des eaux, en particulier la morphologie de la passe. En effet, la valeur de la salinité a beaucoup varié, au cours du temps avec un minimum de 36 ‰ et un maximum de 44 ‰ (TESSON, 1977 ; INANI, 1995 ; LEFEBVRE et al., 1997 ; IRZI, 2002).

2.3 - Description morphologique de la zone d’étude

24La lagune de Nador constitue la plus grande lagune du pays avec une superficie de 115 km2 et une bathymétrie qui ne dépasse pas les 8 m au niveau de sa partie centrale, alors que celle de l’ensemble de la bordure intra-lagunaire ne dépasse guère les 2 m (TESSON, 1977 ; ARID et al., 2005). Cette lagune, caractérisée par sa morphologie allongée parallèlement à la côte et la présence d’une seule passe active, est de type Restricted lagoon (KJERFVE et MAGILL, 1989 ; KJERFVE, 1994). Elle est séparée de la mer Méditerranée par une île barrière transgressive de 25 km de long, et de 400 m de large en moyenne, mais elle atteint 2 km environ au niveau de sa partie sud‑est (fig. 1). Son altitude est globalement très basse, excepté au niveau de la partie centrale où persistent encore des dépôts grésifiés du Pléistocène affleurant à 20 m (TESSON, 1977 ; IRZI, 1987).

25Les échanges hydriques entre la lagune et la Méditerranée sont actuellement assurés par une seule passe ouverte artificiellement en 2011. Précisons que, la position de la passe « active » a souvent varié au cours du temps. En effet on dénombre sur l’île barrière les traces d’au moins cinq passes reliques et la passe A aménagée en 1993 (IRZI, 2002) comportant chacune des deltas internes bien développés, soit sous forme de flèches azoviennes au sud‑est soit sous forme de crochons orientés NO-SE au nord‑ouest (fig. 1).

26Cette lagune est un véritable système à île barrière transgressive, comme le préconise le modèle défini par G. F. OERTEL (1985). Ce modèle englobe six environnements qui interagissent ensemble et qui sont indispensables pour caractériser un système à île barrière sur une côte sableuse : la lagune, la passe et ses deltas, l’île barrière, la plateforme et la zone intertidale.

27Notons que la morphologie des passes de l’île barrière de Nador est similaire au modèle des passes défini par M. O. HAYES (1979) et R. A. DAVIS et M. O. HAYES (1984) caractérisant les littoraux de type microtidal dominés par des vagues de haute énergie, telles que les passes identifiées au Cape Lookout et Georgia Bight sur le littoral sud-est des États-Unis. Ce modèle est également approuvé par J. J. FISHER (1962) et T. E. MOSLOW et R. S. TYE (1985).

28Cet écosystème lagunaire offre un grand potentiel pour le développement socio‑économique régional. Il est, actuellement, le siège de mégaprojets touristiques menés par l’agence Marchica Med (cette agence créée en 2009 est placée sous la tutelle du ministère de l’Intérieur) (AEE, 2014) ; parmi ces projets, citons : la Baie des Flamants située au niveau du haut fond à proximité de la passe A du côté interne de la lagune, le village des pécheurs dans la partie sud-est de l’île barrière et la construction de la Cité des Deux Mers au niveau de la passe A et son environnement proche (AEE, 2014).

3 - Résultats et interprétation

3.1 - Effets des aménagements des passes A et B sur l’évolution morphologique récente de l’île barrière

29L’étude des effets des aménagements sur l’évolution de l’île barrière a essentiellement concernée l’analyse et le suivi des impacts des deux passes aménagées : la passe relique A, ouverte naturellement par une vague de tempête d’est en mars 1981 (IRZI, 1987), est aménagée par deux jetées et est transformée en 2011 en un port de plaisance, suite à sa fermeture générée par la progradation du delta interne en 2009 et la passe actuelle B ouverte artificiellement en 2011 à 1,5 km au nord‑ouest de la passe A. Cette dernière est conçue pour assurer un meilleur brassage et renouvellement des eaux lagunaires (fig. 1).

3.1.1 - Évolution morpho-sédimentaire de la passe A

30Après le comblement en 1979 de la passe relique 4 (1941‑1979) située au nord‑ouest par les flux sédimentaires, une violente vague de tempête d’est a provoqué l’ouverture de la passe A en mars 1981. Cette vague a amputé brutalement des dunes de calcarénite de l’île barrière larges de 100 m et hautes de 12 m (fig. 2a et b). Lors de son apparition, la largeur de cette nouvelle passe était de l’ordre de 50 m pour une profondeur d’environ 3 m (IRZI, 1987). Puis, elle a été progressivement comblée par des apports sédimentaires drainés par les houles du NO-SE et les marées. L’observation des clichés aériens révèle qu’en 1988, cette ouverture présente deux larges flèches sableuses au niveau du côté interne, et que sa largeur n’est plus que de 30 m (fig. 2b).

Fig. 2

Fig. 2

Dynamique morpho-sédimentaire du secteur nord-ouest de l’île barrière de Nador avant et après l’aménagement de la passe A (1958-2003).

Source : Institut géographique (Rabat).

31Les conditions géologiques et hydrodynamiques locales précitées ont favorisé l’édification d’un delta interne (fig. 2b), le développement progressif de celui-ci a provoqué le colmatage total de la passe en 1993. Malheureusement, cette fermeture a coïncidé avec une période de sécheresse dans la région qui a entrainé une augmentation de la salinité des eaux lagunaires qui a atteint 44 ‰. Ces conditions ont eu une forte influence sur l’écosystème lagunaire de Nador. En effet, le phénomène d’eutrophisation a envahi cet écosystème, comme le stipulent les travaux de Z. ZERROUQI et al., (2013). Cette situation a nécessité l’aménagement du chenal avec la construction de deux jetées (jetée nord‑ouest de 350 m et jetée sud-est de 657 m) et d’une ouverture de 250 m de large et de 3 m de profondeur. Cependant, malgré cette intervention, accompagnée du dragage du sable du delta interne, l’ensablement de la passe a persisté (fig. 2c). En effet, le flux sédimentaire littoral du NO‑SE pénètre à l’intérieur de la lagune à travers les deux jetées. Ces dépôts sont retenus contre des hauts fonds gréseux se trouvant en face de cette passe, du côté intra-lagunaire, et ont abouti à la formation progressive d’un gigantesque delta de 650 m de long (IRZI, 2002) (fig. 2d). Ce delta est actuellement aménagé en un site ornithologique, et la passe A, complètement fermée, est transformée en un port de plaisance.

32Du côté de la mer, et suite à l’aménagement des jetées, l’île barrière a connu une évolution complexe : une érosion notable de la plage située contre la jetée sud-est et un important ensablement de la plage du côté de la jetée nord-ouest ont été observés (IRZI, 2002). Ce phénomène se poursuit de nos jours. Cet ensablement de la plage de la jetée nord-ouest est alimenté par les flux sédimentaires NO-SE drainés à partir des barres pré-littorales sableuses visibles sur les photographies aériennes de 1958 et 1995 (fig. 2a et c). Ces dépôts de plage approvisionnent à leur tour les systèmes dunaires de ce secteur. Ceci est également attesté par le recouvrement des édifices de la jetée nord‑ouest (tétrapodes et enrochements) par d’importantes accumulations de sables de déflation ; ce phénomène n’est pas perçu au niveau de la longue jetée sud-est.

3.1.2 - Évolution morpho-sédimentaire de la passe B

33La passe actuelle active a été ouverte en 2011 dans le cadre du projet d’aménagement de la lagune de Nador piloté par l’agence Marchica Med. Cette passe B se situe à 1,5 km au nord‑ouest par rapport à l’ancienne passe A, dans une zone assez basse de l’île barrière. Cette passe de 300 m de long et de 6 m de profondeur est aménagée par deux jetées artificielles orientées vers le nord‑ouest (jetée ouest de 1 350 m, jetée est de 1 450 m) (AEE, 2014) (fig. 1) et (fig. 4).

34Les observations de terrain de 2011 à 2014 et l’analyse de l’image satellitale de la figure 4 effectués au niveau de l’île barrière, ont permis d’observer une modification notable des transits sédimentaires induisant une nouvelle évolution actuelle de l’île barrière. En effet, les flux sédimentaires NO-SE drainés à partir des barres pré-littorales continuent à transiter à travers la large passe actuelle et sont d’abord entraînés le long de la bordure intra-lagunaire côté sud-est de l’île barrière. Ces écoulements chargés de sédiments ont permis la coalescence progressive d’importantes flèches sableuses s’étalant sur 9 km de long : de la passe actuelle jusqu’à la localité Restinga, près d’Arekman (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

Photos récentes montrant l’importance de la coalescence des flèches sableuses du côté intra-lagunaire (2011-2014).

Clichés : A. Boyauzan et Z. Irzi.

Fig. 4

Fig. 4

Morphologie actuelle de la passe B et de son environnement limitrophe

Source : Google Earth 2014.

35L’émergence rapide de ces flèches sableuses est favorisée par la quantité élevée de sédiments mobilisés par les houles et les courants de marées et entrainés par les flux intra-lagunaires d’une part et appuyés par la faible profondeur de la bordure intra-lagunaire d’autre part (fig. 3). En outre, les sables des dragages de cette passe, déposés à proximité de la jetée sud-est, côté interne, participent aussi à l’alimentation de ces flux intra-lagunaires.

36Ces vastes corps sédimentaires édifiés dans un laps de temps assez court montrent que les quantités de sédiments mobilisées dépendent du budget sédimentaire mobilisé disponible, de la taille de la passe (sa profondeur et sa largeur) et de la topographie des marges littorales. Notons également, que ces flux sédimentaires contribuent, actuellement à l’envasement de la lagune.

37Du côté de la mer, un important ensablement contre la jetée ouest a été constaté. Ces accumulations sont le résultat des dépôts provenant des flux sédimentaires NO-SE freinés contre l’obstacle que forme la jetée ouest et rappellent le phénomène déjà décrit dans le cas de l’évolution morphologique induite par l’aménagement de la passe A. Certes, la figure 4 montre une nette dissymétrie des plages de part et d’autre de la passe B. Une nette progradation de la plage à l’ouest de la passe B et un aspect en retrait marqué de la plage à l’Est de cette ouverture sont observés.

3.2 - Interprétation des effets des aménagements des jetées des passes A et B sur l’évolution morpho‑sédimentaire de l’île barrière de Nador

38Afin de pouvoir appréhender les effets des aménagements des passes A et B sur l’ensemble de l’île barrière, il est nécessaire de rappeler l’historique de son évolution morpho-sédimentaire marquée par la complexité de l’interférence des effets des processus naturels et anthropiques et par des morphologies des passes variables d’un secteur à un autre.

39L’île barrière s’est développée sur une marge côtière caractérisée par une faible profondeur. Ceci est attesté par les données des isobathes intra-lagunaires (TESSON, 1977 ; ARID et al., 2005) et les isobathes, du côté mer, qui montrent un faible pendage et décrivent des arcs de cercles parallèles au rivages et, régulièrement espacés jusqu’à 350‑400 m de profondeur (GENSOUS et al., 1986).

40Comme précité, la formation de l’île barrière actuelle serait le résultat conjugué de plusieurs facteurs : des processus tectonique, eustatique, climatique, des facteurs hydrodynamiques locaux (vents, vagues, marées, courants associés) et la disponibilité d’un stock sédimentaire conséquent le long de ce littoral.

41Rappelons aussi que le contexte géomorphologique marqué par les importantes falaises vives de la presqu’île des Trois Fourches au nord‑ouest et celles du versant nord des Kebdana au sud-est, a joué un rôle prépondérant dans la création de l’île barrière et sa perpétuelle alimentation en sédiments (ERIMESCO, 1961 ; IRZI, 2002). Ceci est bien confirmé par la présence, au sud-est de l’île‑barrière, du large espace comportant de colossales flèches azoviennes, dévoilant, à cette époque, un transit sédimentaire dominant du sud‑est vers le nord‑ouest (fig. 1 et fig. 5).

Fig. 5

Fig. 5

Domaines réflectifs et dissipatifs de l’île barrière de Nador.

Réalisation : A. Boyauzan et Z. Irzi.

42Ces changements morpho-sédimentaires pourraient être le résultat des périodes saccadées de la sécheresse et surtout de l’urbanisation anarchique le long du littoral de Kariat Arekman. Ces zones urbaines, construites vers les années 80, sont actuellement menacées et sapées, continuellement, par l’eau de mer. Elles freinent ainsi, le flux des sédiments drainés vers le nord‑ouest en provenance des falaises des Kebdana (IRZI, 2002) (fig. 1).

43Quant au secteur nord‑ouest de l’île barrière, il comporte la passe B actuelle et au moins 4 passes reliques en forme de crochons orientés NO-SE indiquant un transit sédimentaire de sens NO-SE (fig. 5) (IRZI, 2002).

44L’édification de la jetée de protection à Beni-Ensar bien avant 1958, et transformée en un port en 1982, a joué un rôle important dans l’accumulation des sédiments en provenance du sud-est contre cette jetée. Ce stock sédimentaire a contribué à alimenter les plages et les barres pré-littorales de cette zone (IRZI, 2002). En effet, les observations de terrains et les photographies aériennes de la figure 2 montrent bien la présence d’au moins deux barres pré-littorales au niveau du secteur nord‑ouest. Ces dernières alimentent la dérive littorale dominante de sens NO-SE et jouent un important rôle dans l’obturation de l’ensemble des passes reliques.

45Ainsi, nous assistons, le long de cette île barrière, à un changement de l’hydrologie généré en grande partie par l’action anthropique depuis les premières interventions ; ces dernières sont renforcées par les processus naturels comme la sécheresse, le réchauffement climatique, la néotectonique, etc.

46Ces analyses historiques couplées aux observations de terrain montrent que l’exposition de l’île barrière par rapport aux houles dominantes et efficaces ne concerne que le secteur nord‑ouest. Et c’est au niveau de cet espace côtier que les jetées des passes traitées dans cet article sont édifiées. Le suivi de l’évolution morphologique de l’île barrière de Nador avant et après l’aménagement des deux passes A et B montre des changements remarquables en ce qui concerne les transits sédimentaires naturels. Il est certain que, ces dernières impacteront le transit sédimentaire efficace NO-SE. La quantité des sédiments mobilisée par ce transit est accumulée au niveau de la jetée récente nord‑ouest de la passe B et une partie est entrainée par le flux sédimentaire à l’intérieur de la passe et est responsable de l’envasement de la lagune et, surtout, de l’édification des flèches sableuses observées à lintérieur de la lagune le long de l’île barrière sur la figure 3.

47De plus, nous constatons que l’aménagement des jetées des deux passes a affecté les effets des régimes hydrodynamiques locaux. L’île barrière de Nador possède ainsi deux domaines où le régime des houles agit différemment (fig. 5) :

  • de Béni Ensar à la jetée ouest de la passe B, le domaine littoral est dissipatif modéré et les barres pré-littorales jouent un rôle important dans l’alimentation des plages de l’île barrière à ce niveau ;

  • de la jetée sud-est de la passe A à Kariat Arekman, le domaine littoral est réflectif modéré, caractérisé par des falaises pléistocènes et par des plages en cours d’érosion.

Conclusion

48L’écosystème lagunaire de Nador, zone humide méditerranéenne par excellence, est limité par une bordure continentale, d’environs 50 km de long, formée par des dépôts d’alluvions quaternaires. Aucun dépôt du Quaternaire marin n’y est observé (IRZI, 2002). Son île barrière est située dans la partie médiane d’une large baie caractérisée par une zone littorale basse et une plateforme très étendue (TESSON, 1977). Notons bien que l’île et ses passes sont vitales à la lagune dans le maintien de l’équilibre de son fonctionnement, d’où l’intérêt de l’étude de leur évolution exprimé dans le présent article.

49L’île barrière de Nador présente une morphologie littorale rectiligne du côté de la mer ; il s’agit d’un vrai système transgressif dominé par un régime microtidal les effets des vagues sont prépondérants. Sa morphologie littorale, du côté intra-lagunaire, est sinueuse. Cette irrégularité est accentuée au niveau des deltas internes ou les deltas de flot de lensemble de ses passes. Ces deltas internes forment des espaces où se développent des vasières peuplées par des plantes salicornes jouant un rôle important dans la consolidation de l’île barrière et sa protection contre les vagues de tempêtes extrêmes (FINKL et PILKEY, 1991 ; IRZI et al., 1997).

50Cette étude basée sur l’analyse des observations du terrain, des photographies aériennes et une revue de littérature, portant sur l’île barrière et en particulier ses deux passes A et B, a permis de décrire des dynamiques complexes où interfèrent de plus en plus des effets naturels et anthropiques.

51Par ailleurs, pour pouvoir appréhender l’évolution morphologique spatiotemporelle de l’île barrière, il est nécessaire de comprendre sa genèse et surtout d’élucider les processus de contrôle de son évolution morpho-sédimentaire.

52Certes, l’île barrière de Nador s’est développée sur un substratum pléistocène (ERIMESCO, 1961; TESSON, 1977). Elle est gouvernée par une perpétuelle sismicité et une tectonique différentielle (GUILLEMIN et HOUZAY, 1982 ; MAHJOUBI, 1991 ; TAHAYT et al., 2008). Comme signalé précédemment, sa genèse et son évolution morpho-sédimentaire sont gouvernées par :

  • L’hydrologie combinée des effets des vents, des vagues et des marées ;

  • Le contexte géologique et tectonique ;

  • L’orientation, la morphologie et la topographie de son rivage ;

  • Le climat ;

  • L’eustatisme ;

  • Les apports sédimentaires ;

  • L’influence anthropique.

53Incontestablement, cet édifice comporte de nombreux corps sédimentaires (passes, deltas de marée, éventails de tempête, flèches sableuses, plages, dunes, barres pré-littorales, etc.) ayant enregistré l’histoire morpho-sédimentaire détaillée de la zone étudiée. Malheureusement, nous ne pouvons, dans le présent article, détailler l’ensemble des interprétations. Nous nous sommes focalisées sur une problématique récente : l’étude des passes A et B aménagées par des jetées et leurs effets sur l’évolution morpho-sédimentaire de l’île barrière et de l’écosystème lagunaire.

54Il est évident, comme mentionné ci-dessus dans l’interprétation des effets des jetées A et B, que les interventions anthropiques couplées aux processus naturels engendrent des changements morphologiques des écosystèmes côtiers. Ces interventions réalisées, généralement sous forme d’actions ponctuelles visant le court terme, peuvent impacter négativement d’une manière irréversible ces milieux très vulnérables.

55En effet, dans le cas étudié, la nouvelle passe B ouverte artificiellement est conçue pour assurer un bon renouvellement des eaux lagunaires (comme précité, 28 jours seulement). Cependant, nous remarquons, bien avant la fin des travaux d’aménagement en 2014, l’émergence d’immenses flèches sableuses intra-lagunaires sur environ 9 km de long d’une part, et de fortes accumulations de sable contre la jetée nord‑ouest de cette même passe.

56Cet exemple montre que, face à la grande vulnérabilité naturelle de l’île barrière, il est nécessaire de mettre en place une stratégie d’aménagement intégrée pour la réalisation des futurs projets de développement

57Ces interventions devraient également prendre compte les impacts des facteurs naturels comme le réchauffement climatique, la néotectonique, l’hydrodynamisme, etc. en particulier sur cette zone littorale basse de la lagune de Nador et son arrière pays proche.

Haut de page

Bibliographie

AEE., (2014), Horizon 2020 sur la Méditerranée Annexe 4 : Maroc, Rapport technique, 6, 36 p.

AMMAR A., MAUFFRET A., GORINI C., JABOUR H., (2007), The tectonic structure of the Alboran Margin of Morocco, Revista de la Sociedad Geológica de España 20 (3-4), p. 247-271.

ANDERS F.J., REED D.W., MEISBURGER E.P., (1990), Shoreline Movements, Report 2, Tybee Island, Georgia to Cape Fear, North Carolina, 1851-1983, Technical Report CERC-83-1, U.S. Army Corps of Engineers Waterways Experimental Station, Vicksburg, Mississippi, 152 p.

ARID H., MOUDNI H., ORBI A. et al., (2005), Télédétection spatiale et SIG pour la gestion intégrée des potentialités aquacoles, Bulletin GEo observateur 14, p. 63-80.

AZDIMOUSA A., POUPEAU G., REZQI H. et al., (2006), Géodynamique des bordures méridionales de la mer dAlboran; application de la stratigraphie séquentielle dans le bassin néogène de Boudinar (Rif oriental, Maroc), Bulletin de l’Institut scientifique, Rabat, section Sciences de la Terre 28, p. 9‑18

BENKHALDOUN F., DAOUDI S., ELMAHI I., SEAID M., (2012), Numerical Modelling of Sediments Transport in the Nador Lagoon (Morocco), Applied Numerical Mathematics 62, p. 1749-1766.

BLOUNDI M. K., (2005), Étude géochimique de la Lagune de Nador (Maroc oriental) : Impact des facteurs anthropiques, Thèse de doctorat, Université Mohamed V, Rabat 198p.

BRETHES J.C., TESSON M., (1978), Observations hydrologiques sur la Sebkha Bou Areg (La lagune de Nador, Maroc). Bilan d’automne 76 et d’hiver 77, Trav. Doc. Pêche 24, Casablanca, Maroc, 17p.

BRUUN P., (1996), The Development of Downdrift Erosion, Journal of Coastal Research 11, 4, p. 1242-1257.

CHOTIN P., AIT BRAHIM L., (1988), Transpression et magmatisme au néogène-quaternaire dans le Maroc oriental, Compte rendu de l’Académie des Sciences 2, 306, p. 1479-1485.

DAVID J.M., CULVER S.J., RIGGS S.R., J.P. et al., (2008), Past, Present and Future Inlets of the Outer Banks Barrier Islands, North Carolina, East Carolina University White Paper, NC, 20 p.

DAVIS R.A., (2013), A New Look at Barrier-Inlet Morphodynamics. In KANA T.; MICHEL J., and VOULGARIS G. (eds.), Proceedings, Symposium in Applied Coastal Geomorphology to Honor Miles O. Hayes, Journal of Coastal Research, Special Issue 69, p. 1–12.

DAVIS R.A., BARNARD P., (2003), Morphodynamics of the barrier-inlet system, west-central Florida, Marine Geology 200, p. 77-101.

DAVIS R.A., HAYES M. O., (1984), What is a wave-dominated coast? Marine Geology 60, p. 313–329.

DEAN R. G., WORK P. A., (1993), Interaction of Navigation Entrances with Adjacent Shorelines, Journal of Coastal Research 18, p. 91-110.

DURAND J. R., DUFOUR P., GUIRAL D., ZABI S.G.F., (1994), Environnement et ressources aquatiques de Côte d’Ivoire, Tome II – Les milieux lagunaires, Éditions d’ORSTOM, Paris, 546 p.

ERIMESCO P., (1961), La Mar Chica de Melilla, Bull. Int. Pêche Marit. Maroc 7, p. 3-11.

FEAGIN R.A., SMITH W.K., PSUTY N.P. et al., (2010), Barrier islands: coupling anthropogenic stability with ecological sustainability, Journal of Coastal Research 26, p. 987-992.

FINKL C.W., PILKEY O.H. (eds.), (1991), Impacts of Hurricane Hugo: September 10 – 22, 1989, Journal of Coastal Research, Special Issue vol. 8, p. 356

FISHER J. J., (1962), Geomorphic Expression of Former Inlets along the Outer Banks of North Carolina, Unpub. M.S. Thesis, University of North Carolina, Chapel Hill, North Carolina, 120 p.

FITZGERALD D.M.; PENLAND S., et NUMMEDAL D., (1984), Control of barrier island shape by inlet sediment bypassing: East Friesian Islands, West Germany, Marine Geology 60, (1–4), p. 355–376.

GENSOUS B., TESSON M. et WINNOCK E., (1986), La marge méridionale de la mer d’Alboran : Caractères structuro-sédimentaires et évolution récentes, Marine geology 72, p. 341-370.

GUELORGET O., PERTHUISOT J.P., (1983), La zonation biologique des milieux lagunaires : définition d’une échelle de confinement dans le domaine paralique méditerranéen, Journal de Recherche Océanographique 8, n°1, Union des Océanographes de France, Paris, 15-36 p.

GUILLEMIN M., HOUZAY, J.P., (1982), Le néogène post-nappes et le quaternaire du Rif nord-oriental (Maroc). Stratigraphie et tectonique des bassines de Mélilla, du Kert, de Boudinar et du piémont de Kebdana, Notes et Mém. Serv. géol. Maroc 314, p. 7-238

GUILLEMIN M., WERNLI, R., (1987), Le sondage de Kariat-Arekman et le Néogène du bassin de Nador (Maroc nord_oriental), Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc 43, n321, p. 255-262.

HAMMADA S., DAKKI M., IBN TATTOU M. et al., (2004), Analyse de la biodiversité floristique des zones humides du Maroc, Flore rare, menacée et halophile, Acta Botanica. Malacitana 29, p. 43-66.

HAMOUMI N., (2012), Le complexe lagunaire de Nador (Maroc) : fonctionnement, contrôle naturel et provoqué, scenarii d’évolution future, Revue Paralia 5, p. 5.1–5.14.

HATZEFELD D., (1978), Étude séismotectonique de la zone de collision ibéro-maghrébine, Thèse Université de Grenoble, 281 p.

HAYES M.O. FITZGERALD D.M., (2013), Origin, Evolution and Classification of Tidal Inlets, in KANA T., MICHEL J., VOULGARIS G. (eds.), Proceedings, Symposium in Applied Coastal Geomorphology to Honor Miles O. Hayes, Journal of Coastal Research, Special Issue 69, p. 14–33.

HAYES M.O., (1969), Barrier island morphology as function of tidal inlet and wave regime, in S. P. LEATHERMAN (ed.), Barrier island, Academic Press, New York, p. 1-27.

HAYES M. O., (1975), Morphology of sand accumulation in estuaries: an introduction to the symposium, in CRONIN L. E., Estuarine Research 2, New York: Academic Press, p.3-22.

HAYES M.O., (1979), Barrier island morphology as a function of tidal and wave regime, in S. P. LEATHERMAN (ed.), Barrier Islands: From the Gulf of St. Lawrence to the Gulf of Mexico, New York: Academic Press, p. 1‑29.

HERNANDEZ J., LAROUZIÈRE F.D., BOLZE J., BORDET P., (1987), le magmatisme néogène bético-rifain et le couloir de décrochement trans-Alboran, Bulletin de la Société géologique de France 8, t. III, n° 2, p. 257-267.

HERNANDEZ J., (1983), le volcanisme miocène du Rif Oriental (Maroc) : Géologie, pétrologie et minéralogie d’une province shoshonitique, Thèse de Doctorat ès-Sciences, Université Paris VI, France, 458 p.

HILMI K., (2005), Modélisation numérique de la circulation de deux milieux paraliques du littoral marocain : la lagune de Oualidia (Atlantique) et la lagune de Nador (Méditerranée), Thèse de doctorat, Faculté des Sciences, Ben Msik, Casablanca, 183 p.

HILMI K., KOUTITONSKY V.G., et ORBI A., (2003), Circulation et dispersion tridimentionnelle (3D) de la lagune de Nador durant l’automne 2001 (septembre-novembre 2001), Travaux et documents INRH (Maroc) 112, 47 p.

HOYT J.H., (1967), Barrier island formation, Geological Society of America Bulletion 78, n° 9, p. 1125-1135.

INANI I., (1995), Dynamique sédimentaire et état de pollution dans la lagune de Nador, Thèse de doctorat, Université Mohamed V, Rabat, 186 p.

IPCC, (2007), Climate Change 2007 - The Physical Science Basis: Contribution of Working Group I to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, on line[http://www.ipcc.ch/ipccreports/ar4-wg1.htm].

IRZI Z., (1987), Étude sédimentologie et micropaléontologique de la lagune de Nador (Maroc Oriental), thèse de doctorat, université Pierre‑et‑Marie Curie, Paris VI, 172 p.

IRZI Z., (2002), Les environnements du littoral méditerranéen oriental du Maroc compris entre l’oued Kiss et le Cap des Trois Fourches. Dynamique sédimentaire et évolution et écologie des foraminifères benthiques de la lagune de Nador, thèse d’État, université Mohammed 1er, faculté des Sciences, Oujda, 311 p.

IRZI Z., KADIRI H., HAMOUMI N., (1997), Hydrologie et morphodynamique de la barrière de la lagune de Nador, Actes du 6e congrès français de sédimentologie, Montpellier, Publ. ASF, Paris, no 27, p.149 -150

KJERFVE B., (1994), Coastal lagoons. In: KJERFEVE B. Ed., Coastal lagoon processes, Elseviers, Amsterdam; p. 1-8.

KJERFVE B., MAGILK.E., (1989), Geographic and hydrodynamic characteristics of shallow coastal lagoons, Marine Geol. 88, Amsterdam, p. 187-179.

LEFEBVRE A., GUELORGET O., PERTHUISOT J.‑P. et al., (1997), Évolution biogéologique de la lagune de Nador (Maroc) au cours de la période 1982-1993, Oceanologica Acta 20, n° 2, p. 371-385.

LOUAYA A., (2013), Étude géomorphologique dynamique et structurale du complexe lagunaire de Nador et de son arrière-pays, Thèse de Doctorat. Mohammed V Agdal, faculté des Sciences Rabat. 235 p.

LOUAYA A., HAMOUMI N., (2011), Impact des aménagements sur la morphodynamique du complexe lagunaire de Nador, Maroc, Conférence méditerranéenne côtière et maritime, Tanger, Maroc, p. 211-214.

MAHJOUBI R., (1991), Évolution de la dynamique sédimentaire d’un système lagunaire microtidal pendant l’Holocène : lagune de Nador (Maroc nord-oriental), thèse de 3e cycle ès-Sciences, Univ. Sidi Mohamed Ben Abdellah, Fès, 287 p.

MEZOUARI M., BOULERHCHA M., ELMAHI I., IRZI Z., (2011), Transport of pollutants in the Nador lagoon (Morocco) by the finite volume method with SRNH scheme, Physical and Chemical News, 63, p. 61-72.

MOREL J.‑L., (1989), Évolution paléogéographique et tectonique du Rif (Maroc) du Tortonien à l’actuel, C.R. Acad. Sc. , t. 309, Série II, Paris p. 2053-2059.

MOREL J.‑L., (1989), États de contrainte et cinématique de la chaîne rifaine (Maroc) du Tortonien à l’actuel, Géodinamica Acta 3‑4, Paris, p. 283-294.

MOSLOW T.F., TYE R.S., (1985), Recognition and characterization of Holocene tidal inlet sequences. In: G.F. Oertel et S.P. Leatherman (eds), Barrier Islands, Marine Geology, 63, p. 129‑151.

OERTEL G.F., (1985), The barrier island system, Marine Geology 63, p. 1-18.

RAHOUTI M., (2004), Apports de la télédétection spatiale et des systèmes d’informations géographiques à la cartographie des écosystèmes lagunaires et au suivi de leur évolution cas des lagunes de Moulay Bousselham et Nador, Thèse de Doctorat, université Mohammed V Agdal Rabat. 187 p.

RAJI O., NIAZI S., SNOUSSI M. et al., (2013), Vulnerability assessment of a lagoon to sea level rise and storm events: Nador lagoon (NE Morocco), Proceedings 12th International Coastal Symposium (Plymouth, England), Journal of Coastal Research, Special Issue, 65, p. 802-807.

SBAI A., MOUSSAOUI F., OUALIT N., (1992), Les régimes des vents au Maroc oriental, Méditerranée, no 3.4, p. 42-52.

TAHAYT A., MOURABIT T., RIGO A. et al., (2008), Mouvements actuels des blocs tectoniques dans l’arc bético-rifain à partir des mesures GPS entre 1999 et 2005, C. R. Geoscience 340, p. 400–413.

TESSON M., (1977), Étude hydrologique et hydrodynamique de la Sebkha de Bou Areg (lagune de Nador, Maroc) : bilan du printemps 1976, Trav. Doc. Inst. Pêches Marit. 21, Casablanca, p. 1-68.

TESSON M., GENSOUS, B., (1979), Les sédiments superficiels du plateau continental du Rif Oriental, Mines Géol. et Énergie., Rabat, 46, p. 117-125.

WANG P., BECK T.M., (2012), Morphodynamics of an anthropogenically altered dual-inlet system: John’s Pass and Blind Pass, west‑central Florida, USA. Marine Geology, 291-294, p. 162–175.

ZERROUQI Z., SBAA M., CHAFI A. et al., (2013), Contribution à l’étude de la qualité des eaux de la lagune de Nador : impact de l’anthropisation. Bulletin de l’Institut scientifique 35, Rabat, Section Sciences de la Vie, p. 51-59.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation de la zone d’étude et morphologie des deux passes aménagées
Légende A (relique) et B (active)
Crédits Réalisation : A.Boyauzan et Z.Irzi
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8030/img-1.png
Fichier image/png, 536k
Titre Fig. 2
Légende Dynamique morpho-sédimentaire du secteur nord-ouest de l’île barrière de Nador avant et après l’aménagement de la passe A (1958-2003).
Crédits Source : Institut géographique (Rabat).
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8030/img-2.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 3
Légende Photos récentes montrant l’importance de la coalescence des flèches sableuses du côté intra-lagunaire (2011-2014).
Crédits Clichés : A. Boyauzan et Z. Irzi.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8030/img-3.png
Fichier image/png, 644k
Titre Fig. 4
Légende Morphologie actuelle de la passe B et de son environnement limitrophe
Crédits Source : Google Earth 2014.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8030/img-4.png
Fichier image/png, 585k
Titre Fig. 5
Légende Domaines réflectifs et dissipatifs de l’île barrière de Nador.
Crédits Réalisation : A. Boyauzan et Z. Irzi.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8030/img-5.png
Fichier image/png, 274k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amal Boyauzan et Zoulikha Irzi, « Effets des aménagements sur les dynamiques morphosédimentaires de l’île barrière de la lagune Nador (Nord‑Est du Maroc, région de l’Oriental) », Méditerranée, 125 | 2015, 85-94.

Référence électronique

Amal Boyauzan et Zoulikha Irzi, « Effets des aménagements sur les dynamiques morphosédimentaires de l’île barrière de la lagune Nador (Nord‑Est du Maroc, région de l’Oriental) », Méditerranée [En ligne], 125 | 2015, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8030 ; DOI : 10.4000/mediterranee.8030

Haut de page

Auteurs

Amal Boyauzan

Université Mohammed Premier, Faculté des Sciences, département de géologie, Laboratoire des géosciences appliquées, boulevard Mohammed VI, B.P. 717, Oujda, Maroc, amal_boyauzan@yahoo.fr

Zoulikha Irzi

Université Mohammed Premier, Faculté des Sciences, département de géologie, Laboratoire des géosciences appliquées, boulevard Mohammed VI, B.P. 717, Oujda, Maroc, irzizou@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals