Skip to navigation – Site map
Dynamiques spatiales contemporaines et enjeux de gestion

Dynamiques spatio-temporelles et évolution des modes de gestion des milieux humides de l’est de l’étang de Berre (sud-est de la France, xviiiexxie siècle)

Spatio-temporal dynamics of wetlands and changes in management practices on the eastern shore of the Berre lagoon (Southeastern France, 18th-21st century)
Nicolas Maughan
p. 113-132

Abstracts

For more than a century, drainage policies of Mediterranean coastal wetlands have resulted in a gradual and slow dewatering process in many wetlands, ponds, marshes and lagoons that that have been completely eliminated or considerably depleted in area compared with their historical extent, except for some which still remain nowadays. In this context, the coastal watershed of the Cadière river, the only tributary of the shallow Bolmon lagoon, located west of Marseille, that has experienced a fast economic development and a rapid population growth from the 1950s, is a perfect place to follow such changes in landscapes over times. A geo-historical approach based on a large documentary corpus paired with a specific cartographic analysis (GIS) was used to describe as precisely as possible the spatial and temporal evolution of the local wetlands over the last three centuries that could be related to anthropogenic impacts. Despite rising concern over public health across European societies in the 18th century, the first attempts to drain marshes begun in the early 19th under the First Empire with major local environmental changes. Then, after World War II, while traditional uses of natural resources from wetlands have begun to decline and the sea-salt production stopped, the growing urbanization, the development of both the new Marignane airport and the local aircraft industry have led to a reduction in the surface of the Bolmon lagoon covered by new urban infrastructures, the filling of the former Lion saltmarshes and alterations in the ecological condition of the local hydrosystem. In the late 20th century, a new perspective of wetlands was emerging with new monitoring and management practices but also new local and state agencies, environmental organizations and community groups and the very beginning of conservation and restoration initiatives set up under the influence of innovative national and transnational environmental policies (European WFD, Natura 2000, LEMA).

Top of page

Full text

L’auteur remercie les personnes suivantes pour leur aide et leurs conseils durant ces recherches : les présidents et tous les personnels du Syndicat intercommunal d’aménagement Raumartin - Cadière (SIARC) et du Syndicat intercommunal du Bolmon-Jaï (SIBOJAÏ), Mme Elizabeth Baudin (archiviste, Vitrolles), M. Jacques-Marc Bonatti (archiviste, Marignane), MM. Michel Méténier et Roch Brancato (Association des Amis du vieux Saint‑Victoret), M. Marcel Germain (Association du Patrimoine marignanais), M. Georges Pichard (Aix-Marseille Université) ainsi que M. Philippe Dussouillez (SIGéo, CEREGE, Aix-Marseille Université).

1Depuis une dizaine d’années, beaucoup de travaux ont été consacrés à différents aspects de l’histoire environnementale des zones humides en France et en Europe (DEREX, 2006). Les différentes réflexions ont principalement porté sur l’exploitation des ressources naturelles, la réponse des sociétés urbaines et rurales face aux problèmes sanitaires et à l’impaludation ou bien sur des aspects plus théoriques comme l’influence des représentations « aéristes » sur la perception des médecins et les politiques de santé (FOURNIER, 2008). Mais ce sont sûrement les questions de drainage et d’assainissement qui ont suscité le plus d’intérêt, principalement pour les trois derniers siècles (ABBÉ, 2006 ; FOURNIER, 2007 ; MORERA, 2011). Si l’on se penche sur l’historiographie des milieux humides en Provence, mis à part quelques travaux généraux, assez superficiels, comme la courte synthèse du géographe Roger LIVET sur les « paluns provençaux » publiée en 1954, on constate rapidement une omniprésence des travaux académiques historiques, mais aussi archéologiques, consacrés au vaste delta du Rhône et à ses marges, en particulier la Camargue (ROUCAUTE, 2008 ; LEVEAU, 2012). Même si d’autres espaces ont aussi fait l’objet d’études poussées, tels que les étangs de Saint-Blaise à l’ouest de l’étang de Berre (Le Pourra, L’Estomac, Engrenier, etc., GIROUSSENS, 1996 ; TRÉMENT, 1999) ou bien le marais des Baux près d’Arles (LEVEAU, 1998), cette tendance forte et constante axée sur cette région occidentale a pu conduire à négliger, voire à occulter, l’histoire et les dynamiques des nombreux autres espaces palustres littoraux et continentaux, comme les petites dépressions humides de l’hinterland ou les marais côtiers orientaux, d’une Provence encore trop souvent perçue comme une terre aride. De Fernand BRAUDEL au géographe Pierre GEORGE en passant par Emmanuel LE ROY LADURIE ou les Anglais P. HORDEN et N. PURCELL, mais aussi plus récemment avec les environnementalistes G. PICHARD et E. ROUCAUTE et leur remarquable « Histoire hydroclimatique du Rhône d’Orange à la mer » (2014), nombreux ont été les historiens à orienter leurs études sur ces espaces, et pour les autres à ne retenir des zones humides en Provence que cette vaste étendue marécageuse bordée par de sèches collines...

2Certes, l’extrême sud-est de la France n’a jamais connu de vastes entreprises de creusement d’étangs, comme dans la Dombes au Moyen Âge, mais les enjeux techniques, agricoles ou sanitaires entourant les milieux humides ont été tout aussi prégnants. Ils ont longtemps été essentiels à la vie de beaucoup de communautés rurales provençales du fait des ressources naturelles disponibles mais aussi fondamentales pour le développement industriel à l’aube du xixe siècle.

3L’importance des connaissances issues de l’histoire environnementale, mais aussi de la géo-histoire, pour la gestion actuelle mais également prospective des écosystèmes terrestres et aquatiques et des ressources naturelles (SWETNAM et al., 1999 ; DOVERS, 2000 ; HUGHES, 2005) et plus particulièrement de celles des milieux humides en Méditerranée est reconnue (DAOUD-BOUATTOUR et al., 2011). Les questions actuelles sur la conservation des zones humides littorales, sur l’altération de la qualité écologique des milieux aquatiques et sur l’ampleur des conséquences des changements globaux sur ces espaces (DAY et al., 2008), mettent en avant l’intérêt des analyses diachroniques de l’évolution des hydrosystèmes côtiers situés à l’aval de bassins versants urbanisés au long passé industriel (SWETNAM et al., 1999 ; ANTHONY, 2014). Et ce, afin de comprendre la genèse des situations observées, l’évolution des relations entre sociétés urbaines/rurales et milieux humides au fil du temps, d’orienter les procédures de restauration écologique mais aussi, essayer, par exemple, d’anticiper l’impact d’une probable élévation du niveau marin sur les écosystèmes et les infrastructures (SNOUSSI et al., 2008 ; NICHOLLS et CAZENAVE, 2010 ; KUHFUSS et al., 2016).

4En outre, ces questions dépassent aujourd’hui largement les limites géographiques du sud-est de la France et prennent une résonnance toute particulière dans l’ensemble des pays du Bassin méditerranéen, principalement ceux des revers sud et est dont les zones littorales, qui abritent encore bien souvent de vastes lagunes, sont soumises à une intense urbanisation et à un phénomène de littoralisation rapide et au seins desquels des pratiques traditionnelles souvent liées à la pèche existent encore (PAPAYANNIS et PRITCHARD, 2011). C’est par exemple le cas de la sebkha Essijoumi à l’ouest de la ville de Tunis, de la plaine côtière israélienne ou bien encore en Espagne, dans la région de Valence, de la lagune du parc naturel de l’Albufera (LEVIN et al., 2009 ; CHOUARI, 2013 ; PASCUAL-AGUILARA et al., 2015).

  • 1 AD BdR : Archives départementales des Bouches-du-Rhône. AM : Archives municipales.

5Dans ce cadre, le bassin versant côtier de la rivière Cadière, sa lagune et les milieux humides périphériques qui sont soumis à une très forte pression industrielle et urbaine depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, offrent un terrain de recherche remarquable pour tenter d’appréhender ces questions. Le choix d’une analyse débutant au xviiie siècle a été dicté d’une part, parce que c’est à cette époque que la question du drainage va progressivement gagner les esprits des savants et des ingénieurs avec un discours sur les zones humides qui devient de plus en plus négatif dans la seconde moitié du siècle et, d’autre part, par l’abondance des sources documentaires textuelles1 et cartographiques (cadastres, plans, cartes, registres, etc.) mais aussi photographiques disponibles dans les archives pour cette période, nécessaires à un suivi spatial sur le temps long. Les informations issues de nombreuses études et monographies disponibles, souvent succinctes, relatives à différents aspects de l’histoire locale des communes du bassin versant viennent compléter ces données.

1 - Un site original en Basse Provence

1.1 - Le littoral est de l’étang de Berre (Bouches‑du‑Rhône)

6Situé au sud du département des Bouches-du-Rhône, à 15 km à l’ouest de la ville de Marseille, ce bassin versant calcaire de la rivière Cadière, d’une superficie de 72,4 km2, est limité au nord par les collines de l’Arbois, à l’ouest par les étangs de Bolmon (anciennement appelé étang de Marignane ou de Beaumont) et de Berre et au sud par le massif montagneux de la Nerthe (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

① Bassin versant de la rivière Cadière dans le département des Bouches-du-Rhône ; ② Les communes, et les différents éléments de l’hydrosystème

Source : IGN SCAN 25® V. 2010, © IGN PFAR 2010, CRIGE PACA – Réalisation : N. Maughan, ArcGIS 10.1.

  • 2 Deux programmes de recherche pluridisciplinaire se sont succédés à la fin des années 1980. Le pre (...)

7Les deux principaux cours d’eau, de faibles débits, sont la rivière Cadière (11 km de long), alimentée par la résurgence de l’Infernet (340 l/s), et son affluent le Raumartin (9 km de long), qui la rejoint peu avant son embouchure au niveau de l’étang de Bolmon. Cet étang est une lagune oligo-mésohaline qui possède une superficie actuelle de 578 ha et qui communique avec l’étang de Berre. Un cordon dunaire, le Jaï, sépare les deux masses d’eau qui ne communiquent que par trois passes : les bourdigues. On peut noter que dans cette zone du Sud de la Provence, la rareté en eau a conduit les hommes à implanter leurs villages dans les dépressions humides, au besoin en les drainant ce qui laisse les cuestas pratiquement vides d’implantations humaines (LIVET, 1953). Les cinq communes du bassin versant, Les Pennes-Mirabeau, Vitrolles, Marignane, Saint-Victoret et Gignac-la-Nerthe, dont les limites sont très difficilement discernables du fait de la compacité actuelle du tissu urbain, ont une densité de population d’environ 1400 hab./km2. C’est au nord du bassin, sur la commune de Vitrolles, que se trouve implantée la zone industrielle des Estroublans, l’une des plus grandes d’Europe (600 ha), et la Zone d’activité de l’Anjoly (ZAC, 200 ha). Ce petit bassin versant méditerranéen, qui a été l’objet de nombreux programmes de recherche2 en archéologie, en histoire et en géographie depuis plusieurs décennies (MANSUY, 1988 ; GATEAU, 1993), se prêtait parfaitement à une étude croisée et inédite entre dynamiques spatiales et évolution des modes de gestion des milieux humides par les sociétés locales sur plusieurs siècles. Centrer la recherche sur un « organisme » précis et limité est propice à l’étude des interactions entre milieu naturel et sociétés humaines, en outre, le « laboratoire méditerranéen », lieu d’apparition des premières sociétés historiques, est un milieu particulièrement favorable aux observations (LEVEAU et PROVANSAL, 1991 ; LEVEAU, 1993). Les influences anthropiques sont très anciennes, les premières traces d’occupation humaine remontant au début de la période Holocène (Néolithique). La carte archéologique de l’étang de Berre apporte des informations sur l’intensité d’occupation du site, les activités anthropiques et l’histoire du milieu, de la Préhistoire jusqu’au Haut Moyen Âge (LEVEAU, 1996). Par exemple, on note la présence d’une quinzaine de sites datant de la période romaine dont dix sont assimilés à des villae. Les systèmes d’adduction d’eau présents dans certaines d’entre elles ainsi que les vestiges d’un immense réservoir d’une superficie de plus d’un hectare destiné à recueillir les eaux de ruissellement lors des pluies informent sur l’usage déjà planifié des ressources en eau à cette période au niveau du bassin versant (D’AGNEL, 1902). Alors que les données disponibles pour l’Antiquité sont importantes et bien étudiées, on ne trouve que très peu d’informations pour le Moyen Âge, période qui nécessiterait des recherches complémentaires.

1.2 - Le corpus documentaire et cartographique utilisé

8L’analyse proposée est en grande partie basée sur une démarche géohistorique qui, d’une manière générale, est une extension du champ de la géographie aux espaces du passé. « La géographie historique (…) étudie de manière générale les géographies passées et ne conçoit la géographie « du temps présent » que comme l’une des géographies parmi d’autres » (BAKER, 2005). Tout objet géographique présentant une ou des trajectoires d’évolution temporelle peut donc être étudié par cette démarche. C’est notamment le cas des cours d’eau ou des zones humides, qui ont une « histoire » ou plus exactement des histoires en tant qu’objets hybrides. L’application de la démarche géohistorique aux cours d’eau est à la fois une démarche de connaissance scientifique pure, mais qui présente également un fort potentiel d’application à la gestion des milieux et à la prospective. Elle est une mise en perspective sur la longue durée historique de la genèse des paysages et des territoires influencés par les hydrosystèmes (VALETTE et CAROZZA, 2010). La démarche géohistorique appliquée aux hydrosystèmes a pour objectif d’analyser les paléogéographies et leur signification dynamique afin de mieux saisir l’état actuel des zones humides. Dans le cas des paysages et des territoires fluviaux, les géographies du passé correspondent à des paléomorphologies (tracé en plan, profil en long, etc.), des paléovégétations (ripisylve, boisements, etc.) et des paléo-usages (navigation, moulinage, irrigation, etc.), que les sociétés ont fait de ces espaces. Tous ces éléments peuvent être étudiés plus ou moins indépendamment des paléoprocessus. La plupart de ces informations peuvent être extraites des sources de données anciennes, notamment textuelles et cartographiques (GURNELL et al., 2003) bien qu’une « contextualisation » des sources soit nécessaire (TRIMBLE et COOKS, 1991). Pour les périodes plus récentes, les sources photographiques peuvent également être exploitées de manière qualitative ou quantitative. L’approche géohistorique doit permettre d’envisager la production des paysages des zones humides comme l’expression matérielle de l’interaction entre un sous-système naturel et un sous-système social. Les deux composantes « naturelles » et « sociales », contribuent de manière réciproque aux transformations des milieux humides au cours des périodes historiques. Au-delà d’un simple déterminisme l’approche géohistorique replace l’hydrosystème dans une évolution conjointe des déterminants naturels et sociaux (CARCAUD, 2004).

9Dans le cas présent, en plus des sources textuelles et cartographiques, différentes campagnes de photos aériennes couleurs ou noir et blanc à différentes échelles et résolutions ont été utilisées : 1926, 1935, 1944, 1969, 1977, 1978 et 2009 (tableau 1). Pour les années 1935 et 2009, ce sont les orthophotographies qui ont été directement utilisées (CRIGE PACA). Pour les années 1926, 1944, 1969, 1977 et 1978, les clichées numérisés proviennent de la base Géoportail [en ligne] et ont nécessité une rectification et un géoréférencement à partir de l’orthophotographie de 2009. Ces clichés ont été complétés par des cartes topographiques, d’État-major et des plans anciens à différentes échelles pour les années 1779 (fig. 2), 1807, 1820, 1844, 1860, 1909 et 2010 (SCAN 25 IGN). Certaines ont nécessité une rectification et un géoréférencement à partir du SCAN 25® IGN V. 2010. Les plans et états de section du cadastre napoléonien pour les villes de Vitrolles (1831) et de Marignane (1818) ont aussi été utilisés. L’ensemble des analyses spatiales et des mesures faites à partir des photographies aériennes, des cartes et plans anciens ont été réalisées avec le logiciel de SIG ArcGIS 10.1 Esri.

Tab. 1

Tab. 1

Ensemble des photographies aériennes, cartes et plans utilisés dans cet article

Réalisation : N. Maughan, 2015.

Fig. 2

Fig. 2

Secteur est de l’étang de Berre extrait de la Carte générale de la France établie sous la direction de César-François Cassini de Thury, 1779, n123, feuille 130 (Aix-en-Provence), 1/86400

Source : © Gallica-BNF.

10En outre, afin de compléter les sources textuelles, des cartes postales du début du xxe siècle ont aussi été utilisées afin d’obtenir plus de renseignements sur les usages passés des milieux aquatiques et des ressources naturelles locales. Ce sont des sources d’information objectives sur l’évolution des paysages, des formations végétales, de l’emprise de cours d’eau, de milieux humides ou de certaines activités traditionnelles (e.g. saliculture). Elles ont déjà été employées à plusieurs reprises en région méditerranéenne afin de suivre l’évolution des paysages au cours du xxe siècle (DEBUSSCHE et al., 1999 ; SAWYER et BUTLER, 2006).

2 - Place et rôle des milieux humides dans la vie des sociétés locales (1700‑1950)

11Bien que peu de documents relatifs aux usages de l’eau et à l’exploitation des zones humides soient disponibles pour le Moyen Âge, on sait que la réelle mise en valeur de ce secteur de l’étang de Berre débute aux alentours de l’an 1000 par les moines de l’Abbaye de Saint-Victor à Marseille (ESMIEU, circa 1920). En constatant alors qu’ils pouvaient retirer de grands profits de ces terrains marécageux, ils réalisèrent les premiers dessèchements des marais dans le terroir de Marignane et y établirent des salins (les Salins du Lion) sur les bords de l’étang. L’exploitation artisanale du sel a probablement contribué au développement des implantations humaines dans le bassin versant.

12Dans sa courte synthèse sur l’économie et la démographie du village de Marignane avant la Révolution G. GANGNEUX (1959) détaille les ressources des habitants et rappelle que si la pèche et les produits des étangs ont leur importance « un appoint nullement négligeable au ravitaillement des gens de Marignane et des environs un secours financier à la communauté », c’est néanmoins l’agriculture qui reste la base des activités rurales au sein du bassin versant et qui fournit l’alimentation. C’est évidemment de l’activité agricole que Marignane tire la plus grosse part de ses ressources – ressources assez limitées par l’étendue considérable des « terres gastes » (utilisées cependant comme terrains de parcours pour les moutons). Sur les sols fertiles de la plaine, les habitants cultivent un peu de blé, mais très peu ; on estime le climat peu propice: l’humidité de l’atmosphère et des brouillards fréquents gênent la formation du grain. Les basses terres marécageuses fournissent des pâturages (sans doute assez médiocres). Jusqu’au début du xixe siècle, la Cadière irrigue un territoire en majeure partie rural dont les habitants ne vivent que des activités agricoles, halieutiques, de l’exploitation du sel et d’un faible artisanat (fig. 3 et 4).

Fig. 3

Fig. 3

A. Déversement de remblais au sud de l’étang de Bolmon lors de la construction du canal de Marseille au Rhône ; B. Exploitation des salins du Lion à Vitrolles

Cartes postales, circa 1910, source : N. Maughan, coll. pers.

Fig. 4

Fig. 4

Pétition de la commune de Vitrolles, district d’Aix, département des Bouches-du-Rhône, à l’Assemblée nationale, pour conserver la liberté d’exploitation du sel, 1790

Source : AM Vitrolles.

  • 3 Magny E. 1820, Plan et profils du torrent de la Cadière dans le terroir de Marignane, AD BdR 1 Fi (...)
  • 4 On pense qu’il est apparu vers l’an 100 avant J.‑C., consécutivement à l’abaissement du niveau de (...)

13En dépit du rôle important des activités agricoles, les milieux aquatiques seront néanmoins longtemps au centre de la vie des populations locales avec des activités de pêche (Anonyme, 1913-14 ; ESMIEU, circa 1920) mais également cynégétiques puis de loisir – dès le début du xxe siècle – relativement importantes dans le périmètre de l’étang de Bolmon et du cordon du Jaï (ARISTOTE et al., 1992 ; MÉTÉNIER et al., 2011). Dans les marais et petits canaux proches de Marignane la récolte des sangsues destinées à la médecine est également une activité régulière (VILLENEUVE‑BARGEMON, 1821). Si l’on considère, sans remonter jusqu’à la période antique, les modifications anthropiques pré-industrielles, celles-ci se révèlent nombreuses et en lien avec les ouvrages destinés à utiliser la force hydraulique pour les activités minotières. Au début du xixe siècle, on comptera en effet jusqu’à quatre importants moulins de la source à l’embouchure, souvent précédés de béals de grande dimension dont les emplacements sont clairement visibles sur les différentes cartes et plans des cadastres disponibles. De plus, l’existence de crues chroniques et dévastatrices, expliquent qu’aux opérations de drainage des secteurs proches de l’étang de Bolmon (voir 3.1) sont souvent venues s’ajouter des actions d’ingénieries destinées à limiter ou réparer les dégâts des événements hydrologiques3. Si l’on considère le cordon sablonneux du Jaï4 qui est une zone de passage à sec entre la « mer de Berre » d’un côté et l’étang Bolmon-Paluns de l’autre, on constate qu’il a très vite été exploité par l’homme pour la pêche, le sel et l’agriculture. Les zones lagunaires étant très riches en poissons (GOURRET, 1897 ; 1907), souvent migrateurs, les divagations naturelles des communications entre les deux étangs forçaient les pêcheurs à suivre les mouvements d’eau. En 1448, Gabriel Valory, alors seigneur de Marignane, obtint de René d’Anjou la permission de creuser un canal entre les deux étangs. Ces canaux, les bourdigues (SCHOLASTIQUE PITTON, 1666), aujourd’hui au nombre de trois, ont été associés à une technique de pêche consistant à canaliser les poissons vers des chambres de capture à l’aide d’un ensemble de palissades fixes.

14Le Jaï, fût aussi propice à l’exploitation du sel. Les salins, actuellement abandonnés, sont encore visibles. On trouve sur le Jaï d’autres traces d’exploitation du site par l’homme. Entre les deux bourdigues, deux constructions en ruine : un four à soude où lon calcinait les plantes salées (soudes et salicornes, fig. 5.) pour en obtenir la cendre utilisée dans l’industrie du verre, et une teinturerie de vêtements militaires, grâce à la garance des teinturiers (Rubia tinctorum L.) poussant encore sur le site.

Fig. 5

Fig. 5

Vestiges de l’ancienne fabrique de soude du Jaï à Marignane, 2014

Source : [en ligne].

15Le Jaï servit aussi de terre agricole : on trouve encore quelques des pieds de vigne. Les plantes aquatiques (zostères et potamogétons) et les algues furent aussi régulièrement ramassées sur les plages donnant sur l’étang de Berre et dans la lagune pour être utilisées comme engrais après les avoir laissé se décomposer « pourrir » pour amender les sols surtout dans les vignobles (DARLUC, 1782 ; GERMAIN, 1917). Ces herbiers ont en grande partie été asphyxiés par les apports massifs d’eau douce et de sédiments de la centrale électrique de Saint‑Chamas alimentée par le canal usinier depuis 1966. Les roseaux et les joncs qui croissaient en grande abondance étaient aussi récoltés et employés pour la confection de certains toits ou cabanes mais aussi, après avoir été séchés, pour fertiliser les sols en complément des plantes aquatiques (TOULOUZAN, 1829). Les habitants pouvaient tirer une source non négligeable de revenus de ces engrais en les vendant dans les communes voisines d’Istres ou de Salon-de-Provence (DARLUC, 1782).

  • 5 Ateliers, fabrique de soude, Barlatier C., commune de Marignane. Jurisprudence générale du Royaum (...)
  • 6 Rapports du préfet, conseil général des BdR, 1911. Syndicat de la Rompide, commune de Marignane, (...)
  • 7 Rapports et délibérations - conseil général des BdR, rapports des ingénieurs. 1869. Ruisseau de l (...)

16Les premiers conflits environnementaux locaux apparaîtront réellement avec le développement de l’industrie de la soude et l’implantation des fabriques sur la commune de Vitrolles et de Marignane5. C’est cette activité, couplée à la production de sel, qui perdurera ici jusqu’en 1955, qui va d’ailleurs sceller le destin industriel de l’étang de Berre (DAUMALIN, 2001, 2006). Mais, ces nuisances seront « principalement » olfactives, dues aux émanations chimiques dans la périphérie des villages. C’est bien plus le manque d’eau, dont les différentes communes du bassin versant souffrent de manière chronique, qu’une éventuelle dégradation de sa qualité qui mobilise de manière régulière les habitants (ANGLADE et LE CAMUS, 1998). L’analyse des archives montrent que tout au long du xixe siècle une gestion efficace des faibles quantités d’eau disponibles est au cœur des préoccupations des villageois puis des syndicats agricoles d’arrosants qui cherchent à améliorer l’étanchéité de leurs canaux et à réparer les dégâts provoqués de manière régulière par les crues des deux cours d’eau (REPELIN, 1914 ; MASSON et ESTRANGIN, 1926)6,7. Soulignons que l’institutionnalisation et la planification de l’ingénierie des cours d’eau grâce à la création en 1848 du service hydraulique dans les Bouches‑du-Rhône, dans le but de cartographier avec précision le réseau hydrographique et d’optimiser l’usage de la ressource en eau, a renforcé cette dynamique.

  • 8 Rapports et délibérations, Conseil général des BdR, 1910. Marignane. Assainissement de La Cadière(...)
  • 9 Assainissement et eau potable : eau potable et assainissement dans les communes des Bouches-du-Rh (...)
  • 10 Adduction d’eau-Fontaines-Lavoirs-WC. Travaux communaux, Saint‑Victoret, 1886-1937, AD BdR, 3 O 1 (...)
  • 11 Fontaines, égouts, chemins, Saint-Victoret, 1860-1895, AD BdR, 125 E O 1.
  • 12 Assainissement. Voirie municipale et urbaine, Marignane, 1930-1951, AD BdR, 7 O 67 3.

17Les premières modifications directes et indirectes des milieux aquatiques dues au développement industriel sont liées à l’entrée en service en 1849 du Canal de Marseille dont le tracé serpente sur les hauteurs des collines nord-est du bassin versant et dont l’apport en eau va progressivement transformer l’industrie, l’agriculture, l’hygiène et les paysages (ADRIEN, 1904 ; PEYRE, 1911). Les communes du bassin versant y sont raccordées en eau brute entre 1879 et 1894 grâce à l’action du Syndicat des eaux de l’Ouest marseillais (NICOD, 1957). Cette situation, concomitante avec la disparition progressive de l’usage de la force hydraulique au profit de la vapeur, puis de l’électricité, va marquer le début de la disparition progressive du rôle du cours d’eau dans la production énergétique et dans la fourniture d’eau (GERMAIN, 2007). Là encore, la modification des usages de l’eau et l’évolution des relations avec les milieux aquatiques, caractérisées par la disparition des pénuries, ne fait pas des problèmes de pollutions une question centrale pour les sociétés urbaines mais va grandement participer au rejet du cours d’eau et de la lagune de la dynamique urbaine. Précisons que lorsque le terme « d’assainissement » est évoqué dans les documents d’archives de la fin du xixe‑début du xxe siècle, celui-ci correspond le plus souvent à un simple curage, dans le but de faciliter l’écoulement de l’eau afin de limiter les risques d’inondations, mais sans réel soucis de qualité écologique au sens contemporain du terme8. Finalement, seule une fonction d’exutoire persiste, grandement amplifiée par le développement des systèmes d’assainissement urbain. Avec la montée des idées hygiénistes, les préoccupations concernant l’assainissement apparaissent et on assiste à la lente mise en place de systèmes d’égouts, d’abord embryonnaires, dans différentes communes du bassin versant9,10,11, dont la rivière devient l’exutoire naturel. Le développement de l’assainissement communal se poursuivra durant toute la première moitié du xxe siècle ; Marignane ne se dote d’un premier égout qu’en 1935, principalement à cause des épidémies de fièvre typhoïde dues à la contamination des puits du village par les effluents domestiques12.

3 - Dynamiques spatio-temporelles des milieux humides au cours des trois derniers siècles et facteurs de mutations

3.1 - L’étang de Bolmon et les paluns de Marignane

  • 13 Appelée à tort sulfate de soude/de sodium (Na2SO4) de manière générale au xixe siècle, alors que (...)
  • 14 Ordonnance du Roi no 1999 qui autorise MM. Magnan et Sibilot à établir, sur le lieu où existe leu (...)
  • 15 Fabrique Barlatier C., la commune de Marignane, installée en 1824, La manufacture de sulfate de s (...)

18Si des questions inédites de salubrité apparaissent au début du xixe siècle dans plusieurs secteurs du pourtour de l’étang de Berre à cause des nuisances olfactives et des fumées dégagées par les fabriques de soude chimique13 (carbonate de sodium, Na2CO3) et des composés nécessaires à sa fabrication tel l’acide sulfurique14 qui suscitent des polémiques et des plaintes des riverains, principalement pour les fabriques Barlatier et Magnan/Sibilot15, c’est surtout la présence des étangs et des marais eux‑mêmes à proximité des habitations qui cristallisent les interrogations des habitants et des médecins. Le discours sur les zones humides devient de plus en plus négatif dans les sociétés européennes dans la seconde moitié du xviiie siècle et les esprits s’inquiètent fortement du méphitisme potentiel de ces espaces desquels s’élèvent « effluves et émanations paludéennes », « miasmes », « exhalaisons malignes » et autres « émanations putrides », que seul un drainage efficace peu assainir (MONFALCON, 1824 ; DE DIENNE, 1891 ; FOURNIER, 2008). En 1846, J. PORTE, dans une monographie dédiée à la ville proche de Berre, décrivait ainsi l’ambiance sanitaire des berges de ce secteur de l’étang : « Les causes des fièvres sont connues. La principale consiste dans l’exhalaison fétide de l’algue et des mousses marines, mêlées aux poissons morts que les vagues ont poussés sur la grève ou dans les marais dont Berre est entourée ». À la ville comme à la campagne, tout ce qui est humide doit être éliminé… et plusieurs lois et décrets (fig. 6) promulgués durant la période révolutionnaire puis le 1er Empire, réglementent, encadrent, mais surtout facilitent, voire incitent, les communes à procéder aux dessèchements, si possible pour une mise en valeur agricole des terres (GUILLERME, 1991 ; DEREX, 2004 ; FOURNIER, 2007).

Fig. 6

Fig. 6

A. Impacts anthropiques à l’origine de changements dans les milieux humides locaux et les mesures de gestion (xviiie-xxie siècle). B. Législations nationales (1) et supranationales (2) relatives aux milieux humides (xviiiexxie siècle

Réalisation : N. Maughan, 2015.

  • 16 Anonyme, 1807, Plan des marais de Marignane et de Châteauneuf-les-Martigues et des ouvrages exécuté (...)
  • 17 26 décembre 1790 - 5 janvier 1791, décret relatif au desséchement des marais, n° 443, In ; Odilon B (...)
  • 18 Décret impérial du 9 pluviôse de l’an XIII qui approuve la concession des marais de Marignane et Ch (...)
  • 19 Dessèchements ; concession ; déchéance. Usurpation de terrains (Marais de Marignane et de Châteaune (...)
  • 20 Il existe des rapports relatifs à l’avancement de ce dessèchement dans les Rapports et délibération (...)
  • 21 Opération agricole de Bolmon, canton des Martigues, commune de Châteauneuf et de Marignane, dessèch (...)
  • 22 Rapport général sur les travaux du Conseil d’hygiène et de salubrité des BdR (1883-1884), AD BdR, (...)
  • 23 Rapports généraux sur les travaux du Conseil d’hygiène et de salubrité des BdR (1831-1840), p. 12 (...)
  • 24 Rapports généraux sur les travaux du Conseil d’hygiène et de salubrité des BdR (1848-1851), p. 31 (...)
  • 25 Rapports généraux sur les travaux du Conseil d’hygiène et de salubrité des BdR (1855-1859), p. 24 (...)

19Ces sont les paluns communaux de Marignane et de Châteauneuf-les-Martigues situés sur la rive sud-est de l’étang et signalés comme insalubres qui vont être les premiers touchés par l’application de ces nouveaux préceptes qui préfigurent les intenses mutations sanitaires et sociales du xixe siècle. En effet, la présence de marais et d’étangs donne à Marignane et à son territoire la réputation d’un pays « fiévreux » jusqu’à la Révolution (SUMEIRE, 1758 ; DARLUC, 1782 ; ROUCAUTE, 2007). Une situation similaire est observée un peu plus au sud à Châteauneuf-les-Martigues ; dans son Traité de médecine légale et d’hygiène publique publié en 1813 le Dr. François‑Emmanuel FODÉRÉ décrit une commune « décimée presque tous les ans par des miasmes qui s’élèvent des marais qui sont en face ». D’une superficie approximative de 110 ha à la fin du xviiie siècle, ils vont faire l’objet d’un plan de dessèchement16, sous l’empire de la loi du 5 janvier 179117, préparé en 1793-94 et concédé par le décret impérial du 9 pluviôse de l’an XIII à deux concessionnaires, les sieurs Maggy et Armand18, mais dont la réalisation fort lente fut problématique, incomplète et contestée dès 1820 par les deux communes concernées. Dans sa célèbre statistique, le comte de VILLENEUVE‑BARGEMON (1826) estimait que « le dessèchement complet et la mise en valeur des marais des rives orientales de l’étang de Berre marais exigent encore d’assez grands travaux, qui n’offrent au reste aucune difficulté et promettent de grands avantages ». Ce dessèchement va s’échelonner de 1807 à 1847 et sera considéré comme presque achevé en 1850. Malheureusement, les travaux, quoique exécutés conformément aux conditions de la concession, sont insuffisants pour assurer un dessèchement complet, et les communes, anciens propriétaires des marais, n’ont point cessé de se plaindre de cet état des choses, et ont revendiqué leurs propriétés19,20. Cependant, d’autres projets envisagés ne seront jamais réalisés, comme ceux – démesurés – de colmatage et de mise en culture de la totalité de l’étang de Bolmon et de création d’un port de commerce proposés successivement par les ingénieurs Z. Salin en 187221 et Adolphe Duponchel en 188422. Notons que suite au décret impérial du 15 octobre 1810 relatif « aux manufactures et ateliers qui répandent une odeur insalubre ou incommode » et avec la création concomitante des conseils d’hygiène et de salubrité dans chaque département (en 1825 dans les Bouches‑du‑Rhône) le corpus de plaintes constituées concernant les nuisances des activités industrielles et artisanales révèlent de manière précise la perception des riverains de l’étang vis-à-vis des marais et des activités connexes et donne de précieuses informations sur les usages. On apprend par exemple en 1831 que la zone a été préservée des fièvres depuis presque 15 ans grâce au dessèchement, et à une sècheresse récurrente, mais que celles-ci sont revenues suite à l’arrêt des opérations de drainage ; on y découvre le grand intérêt d’un point de vue sanitaire du ramassage des algues et des plantes aquatiques qui sont sur les bords, et qui dégagent des émanations putrides et délétères, pour faire de l’engrais23. Deux décennies plus tard, en 1849, cette question est devenue prégnante avec l’interdiction faite en 1848 de ce droit populaire aux habitants de Châteauneuf. Les végétaux non ramassés se décomposent dans l’eau, répandent une puanteur et l’étang de Bolmon devient « un vaste dépôt d’eaux croupissantes, un foyer permanent de production et de destruction de végétaux et d’animaux, un laboratoire de produits vaseux et infects auprès desquels aucune habitation ne pourrait subsister » et « à cause de çà est un foyer permanent dinfection et dinsalubrité24 ». Ce problème se reposera en 1858, avec les mêmes demandes d’enlèvement des matières organiques, d’ailleurs souvent amplifié par un défaut récurrent d’entretien et de curage des bourdigues qui empêche la bonne circulation de l’eau entre les étangs25.

20La seconde plus vaste transformation écologique mais surtout géomorphologique qui a touché la rive sud-est de l’étang de Bolmon, et qui a entraîné une réduction de la superficie de 17 % (135 ha) par rapport à la superficie originelle, s’est produite au moment de la construction du canal de Marseille au Rhône de 1906 à 1927 (fig. 6). Les travaux ont conduit au comblement d’une large bande le long de la rive sud-est et au creusement d’un profond canal entre l’extrémité sud de l’étang de Bolmon et le pied de la chaine de la Nerthe, jusqu’au tunnel du Rove. Puis, entre 1967 et 1991 deux polders ont été progressivement construits sur la rive nord, l’un servant à absorber des déchets urbains et industriels inertes et le second plus au sud pour permettre la construction d’un nouveau quartier et d’un stade à proximité de l’embouchure de la rivière Cadière (fig. 8). À l’aube des années 1990, l’étang avait encore perdu 8 % (52 ha) de sa surface par rapport à 1967 (fig. 11). Finalement, au cours des xixe et xxe siècles, les zones humides de l’étang de Bolmon auront diminué d’environ 241 ha (25 % [187 ha] pour l’étang et 49 % [54 ha] pour les marais des Paluns) (fig. 7). À partir de 1993, c’est le Conservatoire du littoral qui va progressivement racheter l’ensemble des terrains situés en bordure du site afin d’en assurer la gestion et la protection (voir 4).

Fig. 7

Fig. 7

Principaux facteurs anthropiques ayant eu une influence sur les milieux humides locaux depuis le xviiie siècle

Réalisation : N. Maughan, 2015.

Fig. 8

Fig. 8

Dynamique spatiale de l’étang de Bolmon et des paluns de Marignane (xixe-xxie siècle). A. cadastre napoléonien (1818, Les Paluns, AD BdR) ; B. plan des étangs de Berre et de Caronte (1844, Gallica-BNF) ; C. carte d’État-major (1860, Géoportail IGN) ; D., E., et F. photographies aériennes (1944 et 1978

Géoportail IGN ; Ortho 2009, © CRIGE PACA) – Réalisation : N. Maughan, 2015, ArcGIS 10.1.

3.2 - Les salins du Lion à Vitrolles

  • 26 Ibid. 14.

21Comme nous l’avons dit précédemment, la récolte du sel remontait à la période médiévale à Vitrolles (AGARD, 1866) mais ce n’est réellement qu’après la Révolution, au début du xixe, en 1802 précisemment, que son exploitation pris un caractère industriel principalement pour le besoin de l’industrie de la soude chimique basée sur le procédé Leblanc (BERNEX, 1964 ; BOUDET, 1995). En effet, en 1809, la fabrique de sulfate de soude Magnan/Sibilot s’implante à louest du site sur les berges de létang26. À cette période les données du cadastre napoléonien (1831) donnent une superficie d’environ 42 ha pour la saline qui sera agrandie au nord et au sud quelques années plus tard grâce à deux nouveaux secteurs dotés de plusieurs bassins pour atteindre un peu plus de 50 ha (1842). Ces bassins pouvaient produire environ 3 000 tonnes de sel/an dans les années 1860 (AGARD, 1866 ; HÉRAULT, 2010) ; la plage de létang faisait aussi office de port assez actif pour lexportation de ce sel par bateau (DGPCM, 1839). Cette emprise n’évoluera plus jusqu’au début des années 1950 (fig. 9). En effet, le remblaiement des salins débutera au moment de l’agrandissement de la zone aéroportuaire de Marignane et des secteurs annexes liés à l’industrie aéronautique (SPILL et SPILL, 1973).

Fig. 9 ‑ Dynamique spatiale des salins du Lion, Vitrolles (xixe-xxie siècle)

Fig. 9 ‑ Dynamique spatiale des salins du Lion, Vitrolles (xixe-xxie siècle)

A. cadastre napoléonien (1831, Le Lion, AD BdR) ; B. plan des étangs de Berre et de Caronte (1844, Gallica-BNF) ; C. carte d’État-major (1860, Géoportail IGN) ; D., E., et F. photographies aériennes (1926 et 1977, Géoportail IGN; Ortho 2009, © CRIGE PACA)

Réalisation : N. Maughan, 2015, ArcGIS 10.1.

22En cinquante ans, la surface occupée va être divisée par deux pour passer de 50 ha à 25 ha (fig. 11). En 1973, la Chambre de commerce et d’industrie Marseille Provence (CCIMP) a acheté les terrains à la compagnie des Salins du Midi et de l’Est de la France avec deux objectifs : d’une part, permettre de développer la zone de fret – le remblaiement de 4 ha a été réalisé dans sa partie ouest en 1996 ; d’autre part, assurer un suivi de cette zone particulièrement riche mais constituée de populations d’oiseaux pouvant représenter un danger pour l’activité aéroportuaire. Le site ne sera plus touché par de futures extensions. Il accueille aujourd’hui une avifaune riche avec plus de 108 espèces observées, dont 63 protégées au niveau national et 19 inscrites à l’annexe I de la Directive Oiseaux (Directive 2009/147/CE). La richesse de cette faune ornithologique variée est liée à la diversité des habitats naturels présents et de la biocénose du fait de l’interdiction des activités halieutiques, cynégétiques et nautiques (LOUVEL, 2011).

23La CCIMP a mis en place une station de pompage permettant d’amener l’eau à l’étang de Vaïne vers les anciens salins. Ainsi, le niveau d’eau est à peu près constant et la température est moins élevée l’été. Le travail de mise en eau et de veille de la CCIMP a permis de conserver la riche avifaune du site, de limiter les problèmes de botulisme, et grâce à l’aménagement des chemins, d’en faire un lieu de promenade pour les riverains et les ornithologues.

3.3 - Les salins du Jaï : une mise en exploitation tardive

24Bien qu’intensivement exploité au niveau agricole, piscicole et artisanal depuis plusieurs siècles, le lido du Jaï et, plus spécifiquement, les marais de sa rive Nord avec l’étang de Bolmon ne seront convertis en saline que dans la première moitié du xxe siècle. Aucun bassin de récolte – cristallisoir ou œillet – destiné à la production de sel n’est visible sur les plans ou les cartes avant le milieu des années 1920 (fig. 10).

Fig. 10

Fig. 10

Dynamique spatiale des salins du Jaï, Marignane (xixe-xxie siècle). A. cadastre napoléonien (1818, Les Paluns, AD BdR) ; B. carte d’état-major (1860, Géoportail IGN) ; C. carte d’État-major (1909, CEREGE) ; D., E., F., G. et H. photographies aériennes (1926, 1969 et 1978, Géoportail IGN ; 1935 et Ortho 2009, © CRIGE PACA)

Réalisation : N. Maughan, 2015, ArcGIS 10.1.

Fig. 11

Fig. 11

Évolution des surfaces (ha) occupées par létang de Bolmon, les paluns de Marignane, les salins du Lion et ceux du Jaï (xixe-xxie siècle)

Réalisation : N. Maughan, 2015.

25C’est à partir de cette date que la Compagnie des Salins du midi va transformer 10 ha de marais naturels pour produire du sel, surface qui sera ensuite portée à 17 ha au début de la décennie 1930 (fig.  11). Puis, après l’arrêt définitif de la saliculture en 1955, la superficie du site va progressivement diminuer suite à son remblaiement à partir de 1969 pour laisser place à un petit polder (qui occupe aujourd’hui tout le nord de l’étang) et permettre l’implantation de lotissements sur une grande partie du nord du lido. Les six hectares qui persistent encore en 2015 ont retrouvé un caractère plus ou moins sauvage avec une remise en eau naturelle périodique.

26Il est intéressant de considérer maintenant l’évolution des modes de gestion de ces milieux humides et la place qu’ils vont tenir au sein du bassin versant et dans les politiques publiques au cours du xxe siècle et plus particulièrement à partir des années 1950.

4 - De la fin progressive des usages traditionnels aux espaces protégés

  • 27 Rapports et délibérations - Conseil général des BdR, 1932. Gardanne, construction d’une station de (...)

27C’est au cours des premières décennies du xxe siècle que le destin industriel du bassin versant se précise avec l’installation de l’aéroport de Marignane en 1922 (aéroport Marseille-Provence) et le développement de l’industrie aéronautique mais aussi avec l’implantation d’entreprises comme la Compagnie française du Froid sec qui, sur plus de huit hectares, exploite des installations agroalimentaires, la Compagnie des Salins du Midi qui exploite les salins du Lion sur un peu plus de cinquante hectares pour une production de 5 000 t par an (COUSTET, 1916 ; FRANÇOIS, 1929), et avec des grands travaux comme la construction du Canal de Marseille au Rhône (fig. 3). Mais c’est la mise en service en 1934 de l’usine de potabilisation de l’eau des Giraudets (commune des Pennes-Mirabeau, toujours en activité et qui traite environ 66 000 m3/j), pour alimenter onze communes de l’ouest marseillais en eau potable filtrée du Canal de Marseille (MARCOTTE, 1933)27 qui entraîne les premiers rejets aqueux directs dus à une structure « industrielle » dans le Raumartin, principal affluent de la Cadière. La totalité des « eaux de lavage » de son système de filtration vont y être rejetées de manière quotidienne, créant ainsi un débit artificiel permanent dans ce cours d’eau autrefois temporaire. Par la suite, ce n’est réellement qu’au lendemain de seconde guerre mondiale que le développement économique et urbain va avoir les plus fortes répercussions sur l’environnement local.

  • 28 Recensements INSEE, 1954, 1975 et 1999.

28L’intense période de reconstruction de l’immédiat après-guerre va marquer le début d’une phase de mutations économiques et de développement industriel qu’accompagnent les prémices d’une urbanisation massive et souvent anarchique (DALIGAUX, 2001). Commence alors la transformation d’un territoire agricole en centre industriel majeur du Sud-est de la France, principalement sous l’impulsion de l’industrie pétrochimique et du secteur aéronautique. De grands programmes d’urbanisme verront le jour, en particulier à Vitrolles, choisie comme site expérimental pour la création d’une « ville nouvelle » en 1947 (ANGLADE et LE CAMUS, 1998). En effet, il faut permettre l’accueil des futurs ouvriers de l’industrie aéronautique en plein développement, la Société nationale des constructions aéronautiques du Sud-Est étant implantée sur le site depuis 1937. C’est le début d’une croissance démographique fulgurante pour les cinq communes du bassin. En effet celle-ci sera de 235 % entre 1954 et 1975 et de 446 % entre 1954 et 199928 ! Cette augmentation rapide de la population n’est pas sans conséquence sur les ressources hydriques et énergétiques, et bien qu’il y ait le Canal de Marseille, les pénuries sont régulières en période estivale (DELEUIL et BAUDIÉRES, 1987). Les projets d’adduction en eau se multiplient donc dans tout le département et on débute la construction d’importantes infrastructures hydrauliques sur les rivières Durance et Verdon destinées à assurer et à sécuriser les apports en eau, mais aussi à fournir de l’hydro-électricité et à limiter l’impact des crues (NICOD, 1957). Ce sont les prémices de la généralisation d’un mode de vie basé sur une forte consommation d’eau (300 litres par hab./jour). Cette profusion d’eau potable entraîne, plus que jamais auparavant, la nécessité d’évacuer (dans les cours d’eau) des volumes d’effluents toujours plus importants, au moment même où l’imperméabilisation croissante des sols urbains aggravait les conséquences des pluies. Seule l’évacuation des eaux pluviales lors des crues commence à préoccuper les pouvoirs publics car les conflits récurrents au sujet de l’entretien de la Cadière et de ses affluents sont nombreux. En effet, à Marignane, qui est de plus en plus souvent sujette aux inondations, entre 1953 et 1959, le réseau pluvial en particulier est très insuffisant en qualité et en quantité. Une amélioration spectaculaire intervient dans ce domaine puisque sa longueur qui était de 1 000 m en 1947 est doublée en 1953 pour atteindre 5 000 m en 1959 (DELEUIL et BAUDIÉRES, 1987).

29Cette période marque le début d’une transformation inédite des milieux aquatiques Le développement économique est le seul credo et l’on ne se soucie que fort peu de pollutions aquatiques ou de qualité écologique des milieux récepteurs ; les trois étangs, de Berre, de Vaïne et de Bolmon seront sûrement, de par leur position centrale, les espaces les plus durement touchés. Dans le bassin de la Cadière, l’arrêt de l’exploitation des salins du Lion en 1955 va marquer le début d’un fort recul des zones humides. L’ouverture d’une décharge publique puis l’agrandissement de la zone aéroportuaire conduisent au comblement progressif et définitif de la partie nord de l’étang de Bolmon transformé en un polder, d’une superficie d’environ 10 ha (PINATEL, 2012).

  • 29 Marignane : station d’épuration (1960-1962), aménagement du lit de la Cadière, (1961-1962), adducti (...)
  • 30 Les Pennes-Mirabeau : plan d’aménagement, projet d’assainissement, rapport, (1955-1962). AD BdR, 12 (...)
  • 31 Carte des caractéristiques hydrodynamiques : périmètre de Berre‑Sud (secteur des Pennes-Mirabeau) 1 (...)
  • 32 Carte des données générales sur l’assainissement : périmètre de Berre-Sud (secteur des Pennes-Mirab (...)

30Si, au début des années 1960, les milieux aquatiques sont toujours le réceptacle privilégié des effluents de toutes sortes, les communes riveraines de la Cadière et de l’étang vont néanmoins commencer à s’équiper en stations de traitement des eaux usées et à investir dans des réseaux d’assainissement collectif plus performants et plus étendus ; les trois premières stations de Marignane, des Pennes-Mirabeau et de Vitrolles29,30 sont construites entre 1960 et 1962 (fig. 6). Ces interrogations et ce souci se matérialisent aussi par des recherches poussées menées sur l’assainissement local et sur le drainage31 afin de déterminer si les types et la profondeur des sols peuvent permettre un auto-assainissement individuel, ou collectif à petite échelle. Mais, bien que les études morphopédologiques mettent en évidence les faibles possibilités d’auto‑épuration des sols et donc la nécessité de passer par l’utilisation de systèmes collectifs d’épuration32, seul le stricte minimum sera fait avec des infrastructures qui se révéleront très rapidement insuffisantes. De manière plus générale, c’est aussi à cette période que les premiers suivis physicochimiques systématiques vont se généraliser, mais uniquement pour quelques paramètres, surtout les nutriments avec des seuils de détection encore relativement élevés. En 1968, le Syndicat intercommunal de la Cadière (SIARC) est créé mais avec des compétences limitées à la coordination de la lutte contre les inondations entre les cinq communes du bassin versant.

31La période qui va de 1971 à 1984, correspond à l’émergence de la question environnementale sur le territoire de l’étang de Berre. Toutefois, les problèmes sont plutôt posés en termes de cadre de vie qu’en terme de qualité écologique des milieux : les modes de vie des habitants locaux sont menacés autant par l’arrivée des nouvelles installations industrielles que par les bouleversements qu’elles provoquent dans l’urbanisation de la région.

  • 33 Devenu le Secrétariat Permanent pour la Prévention des Pollutions Industrielles, il s’agit d’un org (...)
  • 34 Un abattement de la pollution industrielle de 90 % sera d’ailleurs en moyenne atteint en 1977.

32Dans ce contexte, une réflexion industriels/pouvoirs publics débouche sur la création du Syndicat permanent pour les problèmes de pollution industrielle (SPPPI) en 197133 en réaction au traumatisme des populations et des élus après à la mise en place du complexe industrialo-portuaire de Fos-étang de Berre, dont les premières actions seront principalement centrées sur la qualité de l’air. En effet, ce sont surtout les pollutions atmosphériques qui inquiètent et mobilisent les acteurs locaux. Et, bien que les questions autour de la dramatique pollution aquatique de l’étang de Berre soient rapidement au centre des préoccupations de cette structure publique (MAEB, 1971 ; DRIRE PACA, 2001)34, les autres milieux aquatiques comme les petits cours d’eau côtiers ne seront pas considérés. Les années 1970 verront également la création de l’Établissement public d’aménagement des rives de l’étang de Berre (EPAREB) qui va gérer pendant 30 ans le développement économique et l’aménagement du territoire au sein des communes de l’étang, et traiter les questions de risques d’inondations en attendant de se saisir bien plus tard des questions d’environnement.

  • 35 Union européenne, 1991. Directive 91/271/EEC 21, mai 1991, sur les eaux usées urbaines.
  • 36 Document de présentation du Syndicat intercommunal Raumartin-Cadière, 10 p., (archives du SIARC).
  • 37 Ibid. 33.
  • 38 Association agréée de pêche et de protection des milieux aquatiques.
  • 39 En 1992, 271 paramètres environnementaux sont mesurés de manière normalisée puis 895 en 2007 (ONEMA (...)

33Les années 1990 vont marquer un tournant progressif dans la prise en compte des pollutions de la Cadière et dans la mise en place de procédures de régulation. Celles-ci seront liées d’une part à l’entrée en vigueur de la 2e loi sur l’eau en 1992 mais aussi à la directive européenne sur les eaux usées urbaines35 de 1991 (qui impose des traitements obligatoires avant tout rejet dans le milieu naturel) et, d’autre part, avec la montée en puissance des préoccupations liées à l’environnement au sein de la société française. Les questions environnementales sont récurrentes sur le pourtour de l’étang de Berre. Le Syndicat intercommunal pour la sauvegarde de l’étang de Berre vient d’être créé en 1989 et on commence à parler de plus en plus sérieusement de développement durable comme en témoignent les réflexions menées par l’EPAREB (BARRUCAND et DEMOUCHY, 1997). Sur le bassin de la Cadière, les compétences du SIARC seront enfin étendues en 1990 à la lutte contre les pollutions36. De son côté, le SPPPI commence à s’impliquer dans des actions de protection du cours d’eau, tout d’abord en 1995 puis une seconde fois en 199837. Quant à l’étang de Bolmon, qui est devenu la plus dégradée des lagunes méditerranéennes françaises, un plan de gestion du site est décidé ainsi que la création du syndicat intercommunal en 1991, le SIBOJAÏ, dont la principale mission est l’amélioration de la qualité des eaux (BRUN, 1998). L’intervention de l’Europe (programme Life MedWet), du ministère de l’Environnement (réhabilitation de l’étang de Berre et de ses rives), du Conservatoire du littoral (maîtrise foncière, avec une première acquisition en 1993) et du SIBOJAÏ (gestionnaire) ont permis de le requalifier dès 1992 comme espace naturel en cours de réhabilitation. C’est également à cette période que l’on voit la montée en puissance d’associations d’usagers, en particulier de pêcheurs amateurs, consécutive au développement des activités halieutiques de loisir, avec la création de l’AAPPMA Infernet-Cadière38 en 1995 qui va mener de nombreuses actions sur l’état physique du cours d’eau. Le milieu de la décennie voit la mise en place des premières actions dites de « restauration » de certaines portions de la Cadière et du Raumartin mais, comme nous l’évoquerons plus loin, avec des objectifs surtout axés sur la protection contre les crues, avec des travaux destinés à lutter contre l’érosion grâce à la pose d’enrochements dans les zones les plus sensibles et à la re-végétalisation des berges (VIGNERON et DÉGARDIN, 2002). Mais, malgré ces différentes actions et une surveillance accrue des milieux aquatiques, peu d’améliorations seront constatées, ni sur l’état écologique général, ni sur la qualité des rejets. Les pollutions ne sont plus uniquement le fait de rejets directs d’effluents toxiques mais résultent surtout du mauvais fonctionnement des stations d’épuration et des ruissellements de surfaces imperméabilisées de plus en plus étendues. S’ajoute à ces phénomènes la multiplication des rejets domestiques diffus, légaux ou illégaux, le manque de raccordement à un système d’assainissement collectif de plusieurs lotissements récemment construits et une police de l’eau qui peine à contrôler l’ensemble des contrevenants. Tous les indicateurs écologiques (physico‑chimiques, faunistiques ou floristiques) mettaient en évidence une dégradation extrême du milieu. La Cadière n’est plus qu’un exutoire et « l’eau bienfaisante » des collines de Provence et devenue « l’eau ennemie » véhiculant l’ensemble des déchets du métabolisme urbain et industriel (LARCENA, 1999). Cependant, même si de réelles actions structurantes de lutte contre la pollution ne sont pas encore au rendez-vous, la systématisation des mesures de suivi normalisé39, avec la création d’un point de suivi RNB (Réseau national de bassin), et d’études locales ponctuelles permet la production d’un grand nombre de données hydrométriques et physico-chimiques ainsi que d’informations sur l’hydraulique et les inondations (DARAGON CONSEIL et SCP, 1995).

  • 40 Loi française sur l’eau et les milieux aquatiques, LEMA, no 2006-1772, 30 décembre 2006.
  • 41 Rapports du SIARC, suivi de la qualité des milieux aquatiques, années 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, (...)
  • 42 Plans de gestion du Conservatoire du littoral. Site de l’étang de Bolmon. Bouches-du-Rhône, [en lig (...)

34Finalement, ce n’est qu’avec la mise en place en 1998 d’un plan écologique global, suite à la signature d’un contrat de rivière-étang (SIARC, 1999), qui débute en 2003, puis sous l’impulsion de la Directive Cadre Européenne sur l’eau (DCE), qui sera transcrite en droit français par la LEMA40 en 2006, dont le but est d’arriver au « bon état écologique » de deux tiers des masses deau dici à l’année 2015, qu’une réelle amélioration de l’état des milieux aquatiques se dessinera avec la genèse d’actions efficaces comme le redimensionnement et la mise aux normes des stations d’épuration41. Jusqu’ici caractérisé par une politique de moyens, le cadre général de la politique de l’eau va connaître une évolution importante, sous l’effet du droit communautaire imposant désormais des objectifs de résultats, sanctionnée en cas de non atteinte par la Cour de justice de l’Union européenne. L’action du Conservatoire du littoral42 a été déterminante pour la sauvegarde de létang, avec une politique dacquisition foncière débutée en 1993 (23 actes d’acquisition signés) au niveau des communes de Marignane et de Châteauneuf‑les‑Martigues qui permet aujourd’hui à cet organisme d’avoir un périmètre d’intervention de 968 ha (avec 24 habitats naturels recensés), dont 740 ha sont protégés et 578 ha sont en eau (la gestion du site étant toujours assurée par le SIBOJAÏ).

  • 43 Le Riverain de la Cadière et de ses affluents et Le Journal du Bolmon et du Jaï.
  • 44 Zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique : ZNIEFF 930020170 - Salins du Li (...)
  • 45 Zones Natura 2000 : Marais et zones humides liées à l’étang de Berre, [en ligne].

35Ces actions se sont aussi accompagnées de nouvelles politiques de communication avec la création de bulletins périodiques43 destinés à présenter les projets des deux syndicats de gestion, auxquelles sont venus s’ajouter les actions de communication des projets écologiques initiés par les autres organismes publics (i.e. mairies et conseil général, CG13, 2008). On notera l’importance des syndicats intercommunaux qui assument aujourd’hui des fonctions de gestion locale des milieux aquatiques principalement sur les thématiques d’entretien et d’aménagement des cours d’eau, de la lutte contre les inondations et de l’animation des stratégies de gestion (MARC, 2010). Ajoutons que la mise en place récente d’un réseau écologique au sein du bassin versant avec la définition des espaces protégés NATURA 2000 (là aussi sous l’impulsion de l’Union européenne) et des Zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique44,45 a également contribué à ce processus actif de lutte contre les pollutions et de protection de l’étang de Bolmon et des milieux humides périphériques.

Conclusions et perspectives

36L’étude réalisée sur le bassin versant de la Cadière et les zones humides de l’est de l’étang de Berre a permis de mettre en lumière les principaux aspects des impacts des activités anthropiques durant les trois derniers siècles sur l’hydrosystème d’une zone de la basse Provence peu étudiée durant la période moderne. Mais, surtout, la réflexion menée ici sous la forme d’une description diachronique de l’évolution d’un aspect de l’histoire locale de l’environnement a permis de comprendre les phénomènes qui ont conduit à la progressive transformation, puis disparition, des milieux humides et à la mise en place d’un état écologique fortement dégradé. Les principales phases de transformation de ces espaces en fonction du développement des activités anthropiques ainsi que l’évolution des rapports des sociétés riveraines avec les milieux aquatiques ont été déterminées. La démarche rétrospective de reconstitution des changements d’usages des zones humides et de la genèse des actions de drainage puis de comblement, qui trouvent leur origine au début du xixe siècle, a permis de comprendre l’évolution de leur emprise spatiale. Les différents facteurs comme l’urbanisation ou le développement industriel, qui ont fortement joué sur la réduction des superficies occupées dans la seconde moitié du xxe siècle, ont aussi été identifiés. Il a ainsi été possible de replacer les différentes phases de dégradation de l’environnement local à des époques antérieures aux perceptions, aux contextes politiques et socio-économiques particuliers (avec des normes, des technologies disponibles et une vision de la nature et de la santé différente) et d’éviter ainsi de juger de manière erronée l’attitude des sociétés passées et/ou des politiques d’aménagement du territoire à travers le filtre dune approche actuelle plus stricte de la protection de l’environnement car bien mieux documentée.

37Dans ce cadre, comme l’a souligné avec pertinence l’historien australien Stephen DOVER en 2000, l’histoire environnementale lato sensu (histoire des catastrophes, histoire agricole, histoire des pollutions, histoire hydro-climatique, etc.) peut éclairer des débats actuels sur le développement durable et avoir une réelle utilité dans le cadre de politiques publiques de gestion des milieux naturels littoraux (e.g. processus de gestion intégrée des zones côtières GIZC), et plus particulièrement les milieux humides et les cours d’eau, et agir comme un « antidote à l’amnésie des gestionnaires ou des citoyens ».

38Cependant, si une vision sur la « longue durée » s’avère nécessaire pour améliorer la manière dont nous abordons la gestion et la restauration des milieux aquatiques littoraux, en fonction de l’histoire – des héritages – et des spécificités écologiques de chaque zone (PERILLO et al., 2009), il convient d’éviter un usage purement utilitariste des informations apportées par les démarches rétrospectives en pensant qu’elles puissent fournir des solutions directes à des problèmes contemporains très spécifiques (e.g. multiplication des événements climatiques extrêmes). Une telle vision conduirait inévitablement à des déceptions et à l’échec des projets environnementaux destinés, par exemple, à limiter les effets le long du littoral méditerranéen de l’augmentation très rapide du niveau marin.

Top of page

Bibliography

ABBÉ J.-L., (2006), À la conquête des étangs : Laménagement de lespace en Languedoc méditerranéen (xiie - xve siècle), Presses Universitaires du Mirail, Tempus, 331 p.

ADRIEN P., (1904), Monographie de Vitrolles (B-du-R.), Marseille, impr. Provençale J. Guiraud et Cie, 171 p.

AGARD M., (1866), Histoire et état actuel de l’industrie du sel en Provence, Congrès scientifique de France, 33e session, 1re partie, section agriculture, tenu à Aix-en-Provence en décembre 1866, T 2, 1867, 2e section, p. 168-186.

ANONYME, (1913-1914), Notes détachées sur l’histoire de Marignane, Bulletin paroissial de Marignane, 10 p., AM Marignane.

ANGLADE J.-J., LE CAMUS J.-M., (1998), Regards sur Vitrolles, Saint-Georges de Luzençon, Impr. Maury, 317 p.

ANTHONY E.J., (2014), The human influence on the Mediterranean coast over the last 200 years: a brief appraisal from a geomorphological perspective, Géomorphologie, relief, processus, environnement, 20, 3, p. 219-226.

ARISTOTE M., CRÉTINON A., BOTTERO R. et al., (1992), Saint-Victoret, Éditions Équinoxe, 120 p.

BAKER A., (2005), Réflexions sur les relations entre lhistoire et la géographie, In : BOULANGER P., TROCHET J.R., (dir.), en est la géographie historique ? Entre économie et culture, LHarmattan, p. 19-31.

BARRUCAND O., DEMOUCHY G., (1997), L’étang de Berre et ses rives: environnement et développement durable, Groupe études et prospectives de l’EPAREB et de l’Université Montpellier III, 76 p.

BERNEX R.L., (1964), Henry Gilly (1755-1844) et la saline du Lion, Provence Historique, 14, 55, p. 86-94.

BOUDET G., (1995), Le sel du Midi au xixe siècle: La renaissance des salins du Midi de la France, Compagnie des salins du Midi et des salines de l’Est, 269 p.

BRUN L., (1998), Les zones humides de l’étang de Bolmon (13) reconquête en plein bassin industriel et urbain, Zones Humides Infos, 22, p. 9-8.

CARCAUD N., (2004), D’espace et de temps : un itinéraire de recherche et d’enseignement sur les anthroposystèmes fluviaux, Dossier d’habilitation à diriger des recherches, Université d’Angers.

CHOUARI W., (2013), Problèmes d’environnement liés à l’urbanisation contemporaine dans le système endoreïque d’Essijoumi (Tunisie nord-orientale), Physio-Géo, 7, [En ligne].

CG13, Conseil général des Bouches-du-Rhône, (2008), Vivre l’eau dans le 13. La gestion de l’eau et des milieux aquatiques dans les Bouches‑du‑Rhône, 40 p.

COUSTET E., (1916), L’étang de Berre. Ses industries. Son accès à la navigation maritime, La Nature, 2241, p. 1161-166.

DOVERS S., (2000), On the contribution of environmental history to current debate and policy, Environment and History, 6, 2, p. 131-150.

D’AGNEL G.A., (1902), Données sur l’exploitation agricole des bords de la Cadière à l’époque romaine, Bulletin archéologique du comité des travaux historiques et scientifiques, Paris, 100-101, p. 107-108.

DALIGAUX J., (2001), Les marais de la discorde. Protection et gestion d’un espace naturel en milieu périurbain. Le cas des marais de la presqu’île de Giens (Hyères, Var), Rives Méditerranéennes, 8, p. 13-23.

DAOUD-BOUATTOUR A., MULLER S.D., JAMAA H.F. et al., (2011), Conservation of Mediterranean wetlands: interest of historical approach, Comptes rendus biologies, 334, 10, p. 742-56.

DARAGON CONSEIL., SCP., (1995), Étude du Bassin Versant de La Cadière, 1. Milieu Naturel et Paysage 2. Qualité des Eaux et Usages, 97 p. ; 4. Hydrologie 5, Bilan hydraulique, 42 p.

DARLUC M., (1782), Marignane et ses environs, In : DARLUC M., Histoire naturelle de la Provence, contenant ce qu’il y a de plus remarquable dans les règnes végétal, minéral, animal & la partie géoponique, t. 1, chap. 39, , J.-J. Niel, Avignon, p. 412-421.

DAUMALIN X., (2001), L’industrie marseillaise de la soude face aux enjeux de la seconde révolution industrielle, Provence historique, 51, 204, p. 139-158.

DAUMALIN X., (2006), Industrie et environnement en Provence sous l’Empire et la Restauration, Rives Méditerranéennes, 23, p. 27-46.

DAY J.W., CHRISTIAN R.R., BOESCH D.M. et al., (2008), Consequences of climate change on the ecogeomorphology of coastal wetlands, Estuaries and Coasts, 33, 3, p. 477-491.

DE VILLENEUVE-BARGEMON C., (1821), Zoologie, In : Statistique du département des Bouches-du-Rhône, avec atlas, publiée d’après le vœu du conseil général du département, Marseille, chez Antoine Ricard, T. I, chap. VIII, p. 722-826.

DE VILLENEUVE-BARGEMON C., (1826), Irrigations et dessèchements, dessèchement des marais, In : Statistique du département des Bouches-du-Rhône, avec atlas, publiée d’après le vœu du conseil général du département, Marseille, chez Antoine Ricard, t. III, chap. 6, p. 692-809.

DEBUSSCHE M., LEPART J., DERVIEUX A., (1999), Mediterranean landscape changes: evidence from old postcards, Global Ecology and Biogeography Letters, 8, 1, p. 3-15.

DE DIENNE E., (1891), Histoire du dessèchement des lacs et marais en France avant 1789, Paris, H. Champion, 566 p.

DELEUIL P., BAUDIÉRES C.M., (1987), Marignane: des premiers temps au XXe siècle, Éditions Contons Marignane, 509 p.

DEREX J.M., (2004), Le dessèchement des étangs et des marais dans le débat politique et social français du milieu du xviiie siècle à la Révolution, In : CIRIACONO S., (dir.), Eau et développement dans l’Europe moderne, Paris, Éditions de la MSH, p. 231-247.

DEREX J.M., (2006), L’histoire des zones humides: état des lieux, Études rurales, 177, 1, p. 167-178.

DGPCM, Direction générale des Ponts et Chaussées et des Mines, (1839), Statistique des ports maritimes de commerce, Imprimerie royale, 247 p.

DRIRE PACA., (2001), 30 ans de concertation : le SPPPI, Rétrospectives autour de la sécurité et de l’environnement industriels en Provence-Alpes-Côte d’Azur Marseille, édité et réalisé pour le compte de la DRIRE PACA, 189 p.

ESMIEU C., (circa. 1920), Notices historiques sur Marignane depuis sa fondation jusqu’à nos jours, manuscrit, AM Marignane.

FODÉRÉ F.E., (1813), Traité de médecine légale et d’hygiène publique: ou, De police de santé, vol. 5, De l’Imprimerie de Mame, 502 p.

FOURNIER P., (2007), La ville au milieu des marais aux XVIIe et XVIIIe siècles. Discours théoriques et pratiques de l’espace, Histoire urbaine, 18, 1, p. 23-40.

FOURNIER P., (2008), Zone humides et « aérisme » à lépoque moderne, Actes de la journée d’étude du Groupe d’Histoire des zones humides « zones humides et santé », p. 9-23.

FRANÇOIS L., (1929), L’aéroport de Marseille-Marignane, Les Études rhodaniennes, 5 (1), p. 163-165.

GANGNEUX G., (1959), Un village provençal urbanisé: Marignane à la veille de la Révolution, p. 471-482. Actes du 83e Congrès national des sociétés savantes, Aix-Marseille, 1958, Impr. nationale (Paris), 627 p.

GATEAU F., (1993), La chaine de la Nerthe et son Piémont Nord (Bouches-du-Rhône) : archéologie de l’espace rural du premier Âge du fer au Moyen Âge, thèse de l’Université de Provence, CCJ, 2 vol., p. 1-274 et p. 275-456.

GERMAIN L., (1917), L’étang de Berre, Annales de Géographie, 26, 143, p. 329‑343.

GERMAIN M., (2007), Marignane - Inventaire du patrimoine, Éditions Prolégomènes, Lambesc, 127 p.

GIROUSSENS C., (1996), L’étang de l’Olivier, un salin au XVIe siècle, Bulletin des Amis du Vieil Istres, 18, p. 31-42.

GOURRET P., (1897), Les étangs saumâtres du midi de la France et leurs pêcheries, Annales Du Musée d’histoire naturelle de Marseille, zoologie, t. V, mémoire n°1, 386 p.

GOURRET P., (1907), Topographie zoologique des étangs, de Caronte, de Labillon, de Berre et de Bolmon. Flore, faune, migrations, etc., Annales Du Musée D’histoire Naturelle De Marseille, zoologie, t. 11, Marseille, 166 p.

GUILLERME A., (1991), De l’humide au sec vers la fin des saisons : la disparition des milieux naturels urbains, XVIIIe - XIXe siècles, Les Annales de la recherche urbaine, 53, 1, p. 41-45.

GURNELL A.-M., PEIRY J.-L., PETTS G.E., (2003), Using historical data in fluvial geomorphology, In: KONDOLF G.M., PIEGAY H., (eds), Tools in fluvial geomorphology, London, Wiley, p. 77-101.

HÉRAULT L., (2010), La construction du salin moderne: la transformation des salins du Midi de la France, XVIIIe-XIXe siècles, Publications de l’Université de Provence, 155 p.

HEURTAULT DE LAMERVILLE J.M., (1790), Rapport du comité d’agriculture et de commerce, sur le dessèchement des marais du royaume : fait à l’Assemblée nationale le 7 février 1790, Assemblée nationale constituante (1789-1791), Paris, chez Baudouin, impr. de l’Assemblée nationale, 26 p. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56929n

HORDEN P., PURCELL N., (2000), The corrupting sea: a study of Mediterranean History, Wiley-Blackwell, 776 p.

HUGHES J.D., (2005), The Mediterranean: An Environmental History, ABC-CLIO, 333 p.

KUHFUSS L., REY-VALETTE H., SOURISSEAU H. et al., (2016), Evaluating the impacts of sea level rise on coastal wetlands in Languedoc-Roussillon, France, Environmental Science & Policy, 59, p. 26-34.

LARCENA D., (1999), L’eau des collines, In : MARIÉ M., LARCENA D., DÉRIOZ P., (eds), Cultures, usages et stratégies de l’eau en Méditerranée occidentale: tensions, conflits et régulations, L’Harmattan, p. 111-126.

LEVEAU P., PROVANSAL M., (1991), Construction deltaïque et histoire des systèmes agricoles, le cas d’un petit delta : l’Arc, étang de Berre, Revue archéologique de Narbonnaise, 24, p. 111-131.

LEVEAU P., (1993), La basse vallée de l’Arc, étang de Berre, pourquoi ?, In : LEVEAU P., PROVANSAL M., (éds.), Archéologie et environnement : De la Sainte-Victoire aux Alpilles, CCJ, Presses de l’Université de Provence, p. 117-121.

LEVEAU P., (1996), Carte archéologique, occupation des sols et géographie historique des communautés des rives de l’étang de Berre de la fin de l’âge du Bronze à la fin de l’Antiquité : introduction, In : GATEAU F., TREMENT F., VERDIN F., (eds.), Carte archéologique de la Gaule : 13-1 : l’étang de Berre, Académie des Belles Lettres, p. 67-97.

LEVEAU P., (1998), Milieux et sociétés dans la vallée des Baux, In : BRAVARD J.‑P., PRESTREAU M., (eds), Dynamiques du paysage, Documents d’Archéologie en Rhône Alpes, 15, Lyon, p. 203‑217.

LEVEAU P., (2012), Le drainage des dépressions fermées en Provence et dans la vallée du Rhône. Un bilan et les enjeux de la recherche, In : ROPIOT V., PUIG C., MAZIERE F., (eds), Les plaines littorales en Méditerranée nord-occidentale, Regards croisés d’histoire, d’archéologie et de géographie, de la Protohistoire au Moyen Âge, Archéologie du paysage, Éditions Monique Mergoil, Montagnac, p. 169‑194.

LEVIN N., ELRON E., GASITH A., (2009), Decline of wetland ecosystems in the coastal plain of Israel during the 20th century: Implications for wetland conservation and management, Landscape and Urban Planning, 92, p. 220‑232.

LIVET R., (1953), Le peuplement des cuestas du bassin d’Aix-en-Provence, Annales de Géographie, 62, 330, p. 133-136.

LIVET R., (1954), Les paluns provençaux, In : PIERREIN L., ISNARD H., BLACHE, J. (eds.), Mélanges géographiques : offerts au doyen Ernest Bénévent, Éditions Ophrys, Impr. de L. Jean, p. 243-251.

LOUVEL T., (2011), Les oiseaux de l’étang de Berre et des étangs satellites (Bouches-du-Rhône) : Bolmon, Réaltor, Citis, Pourra et Rassuen, Synthèse des observations ornithologiques de 1980 à 2010, Faune-PACA Publication, 4, 110 p.

MAEB, Mission d’aménagement des rives de l’étang de Berre, (1971), Situation et rôle des étangs dans l’aménagement de la région de l’étang de Berre, 12 p.

MANSUY M.C., (1988), Les rives orientales de l’Étang-de-Berre du delta de l’Arc (Berre) aux Salins du Lion (Vitrolles): histoire de l’occupation des sols (vie s. av. J.-C – vie ap. J.-C.), Mémoire de DEA, Université de Provence, 131 p.

MARC P., (2010), Étude des structures gestionnaires de milieux aquatiques de la région Provence-Alpes-Côte dAzur, état des lieux, diagnostic et propositions pour un renforcement institutionnel, Agence Régionale Pour l’Environnement, 160 p.

MARCOTTE E., (1933), Les derniers progrès des distributions d’eau, La Vie communale et départementale, 63 p.

MASSON P., ESTRANGIN E., (1926), Deuxième partie : le bilan du XIXe siècle. Le mouvement économique, l’agriculture, l’irrigation, In : MASSON P., (dir.), (1914-1937), Les Bouches-du-Rhône, Encyclopédie départementale, t. VII, p. 123‑356.

MÉTÉNIER M., NOU P., REVILLA F. et al., (2011), Saint-Victoret, regards croisés, Éditions Alan Sutton, 128 p.

MONFALCON J.B., (1824), Histoire des marais, et des maladies causées par les émanations des eaux stagnantes, Chez Béchet jeune, libraire, 510 p.

MORERA R., (2011), L’assèchement des marais en France au XVIIe siècle, Presses Universitaires de Rennes, 265 p.

NICHOLLS R.J., CAZENAVE A., (2010), Sea-level rise and its impact on coastal zones, Science, 328, p. 1517-1520.

NICOD J., (1957), Situation actuelle du problème de l’eau dans les collines de Provence, Revue de géographie de Lyon, 32, 1, p. 21-41.

ONEMA., (2010), Les efforts de surveillance de la qualité des cours d’eau. Les Synthèses, 2 juin 2010, Eau France, Service public d’information sur l’eau, 12 p.

PAPAYANNIS T., PRITCHARD D., (eds.) (2011), Culture and Wetlands in the Mediterranean: an evolving story, Athens, Med-INA, 438 p.

PASCUAL-AGUILAR J., ANDREU V., GIMENO-GARCÍA E. et al., (2015), Current anthropogenic pressures on agro-ecological protected coastal wetlands, Science of The Total Environment, 503-504, p. 190-199.

PERILLO G., WOLANSKI E., CAHOON D. et al., (eds) (2009), Coastal Wetlands. An Integrated Ecosystem Approach, Elsevier Science, 974 p.

PEYRE M., (1911), Les irrigations dans les Bouches-du-Rhône, Annales de Provence Société d’études Provençales, 2, 73-97, p. 77-198.

PICHARD G., ROUCAUTE E., (2014), Sept siècles d’histoire hydroclimatique du Rhône d’Orange à la mer (1300-2000), Climat, crues, inondations, Méditerranée, HS, PUP, 192 p.

PINATEL J., (2012), Le désordre de la lagune de Bolmon : du débarras jusqu’à la lagune. Rapport de stage, ENSNP de Blois, 163 p.

PORTE J., (1846), Statistique de la ville de Berre et de son territoire, Répertoire des travaux in Société de statistique d’histoire et d’archéologie de Marseille et de Provence, 9, p. 145-298.

PROVANSAL M., (1993), Les sédiments holocènes de l’étang de Berre. Témoins de la construction du delta de l’Arc, In : LEVEAU P., PROVANSAL M., (eds.), Archéologie et environnement : De la Sainte-Victoire aux Alpilles, CCJ, Presses de l’Université de Provence, p. 417-423.

REPELIN J., (1914), Troisième partie : le sol et les habitants. Le sol, géographie physique et biogéographie, In : MASSON P., (dir.), (1914-1937), Les Bouches-du-Rhône, Encyclopédie Départementale, t. XII, p. 166-206.

ROUCAUTE E., (2007), Une condition répulsive dans les rapports société/marais: L’exemple du paludisme en Provence (1550-1850), Annales du Midi, 119, p. 41‑55.

ROUCAUTE E., (2008), Une histoire des zones palustres en milieu méditerranéen entre bas Rhône et basse Durance (XIVe siècle - début XIXe siècle), Thèse de l’Université de Provence, 4 vol., 603 p, 39 p., 215 p., 182 p.

ROUX M., POMEL S., DELGIOVINE A., (1993), Modelé du substratum de la région de l’étang de Berre : Delta de l’Arc, étang de Vaine, Canal de Caronte et passe de Port-de-Bouc, In : LEVEAU P., PROVANSAL M., (eds.), Archéologie et environnement : De la Sainte-Victoire aux Alpilles, CCJ, Presses de l’Université de Provence, p. 267-277.

SAWYER C.F., BUTLER D.R., (2006), The use of historical picture postcards as photographic sources for examining environmental change: promises and problems, Geocarto International, 21, 3, p. 73-80.

SCHOLASTIQUE PITTON J., (1666), Histoire de la ville d’Aix, capitale de la Provence, Livre 1, à Aix-en-Provence, p. 27-28.

SIARC., (1999), Contrat de rivière Cadière et étang de Bolmon, 150 p.

SNOUSSI M., OUCHANI T., NIAZI S., (2008), Vulnerability assessment of the impact of sea-level rise and flooding on the Moroccan coast: The case of the Mediterranean eastern zone, Estuarine, Coastal and Shelf Science, 77, p. 206‑213.

SPILL J-M., SPILL C., (1973), L’insertion de l’aéroport en milieu urbanisé. L’exemple de Marseille-Marignane et de Nice-Côte d’Azur, Méditerranée, 15, 15, p. 49-72.

SUMEIRE M., (1758), Constitution épidémique observée à Marignane, pendant les mois de mars & d’avril de cette année 1758, Journal de médecine, chirurgie, pharmacie, & co. Vol. 9, Édité par Vandermonde CA, Paris, Vincent, p. 155-179.

SWETNAM T.W., ALLEN C.D., BETANCOURT J.L., (1999), Applied historical ecology: using the past to manage for the future, Ecological Applications, 9 (4), p. 1189-1206.

TOULOUZAN N. (1829), Culture et usage des roseaux, Annales provençales d’agriculture pratique et d’économie rurale, t.3, p. 205-209.

TRÉMENT F., (1999), Archéologie d’un paysage. Les étangs de Saint-Blaise, (B.d.R), Documents d’Archéologie Française, n° 74, 314 p.

TRIMBLE S.W., COOKE R.U., (1991), Historical sources for geomorphological research in US, Professional Geographer, 43, 2, p. 212-228.

VALETTE P., CAROZZA J.-M., (2010), Mise en œuvre d’une démarche géohistorique pour la connaissance de l’évolution des paysages fluviaux: l’exemple de la moyenne vallée de la Garonne, Des archives aux paysages : milieux, dynamiques, territoires, Géocarrefour, 85, 1, p. 17-27.

VIGNERON S., DÉGARDIN F., (2002), Restauration de la Cadière et du Raumartin à Saint-Victoret et Marignane (Bouches-du-Rhône), In : CERTU, Aménager des rivières en ville: exemples et repères pour le montage d’opération, 2e partie, chap. 16., p. 139-151.

Top of page

Notes

1 AD BdR : Archives départementales des Bouches-du-Rhône. AM : Archives municipales.

2 Deux programmes de recherche pluridisciplinaire se sont succédés à la fin des années 1980. Le premier, en 1986, intitulé « Mobilité des paysages et histoire de l’occupation du sol autour de l’étang de Berre » retenu dans la cadre du PIREN « Histoire de l’Environnement et des phénomènes naturels » (responsable P. Leveau, Université de Provence) et le second en 1988 « Système agricoles et évolution du paysage depuis le néolithique au nord-est de l’étang de Berre » (responsable P. Leveau et M. Provansal). Le littoral sud du site, le massif de la Nerthe, a aussi récemment fait l’objet d’un programme pluridisciplinaire de recherche en paléoécologie intitulé « Hommes et Milieux à l’Holocène ».

3 Magny E. 1820, Plan et profils du torrent de la Cadière dans le terroir de Marignane, AD BdR 1 Fi 580.

4 On pense qu’il est apparu vers l’an 100 avant J.‑C., consécutivement à l’abaissement du niveau de la « mer de Berre », suite au dragage du canal de Caronte par les Romains (ROUX et al., 1993 ; PROVANSAL, 1993).

5 Ateliers, fabrique de soude, Barlatier C., commune de Marignane. Jurisprudence générale du Royaume, en matière civile, commerciale et criminelle, ou journal des audiences des cours de cassation et de cours royales. 3e partie. Par MM. Dalloz et Tournemine. 1826. no 11., p. 9-10. Paris, Bureau de la Jurisprudence générale ou journal des audiences.

6 Rapports du préfet, conseil général des BdR, 1911. Syndicat de la Rompide, commune de Marignane, travaux de reconstruction du barrage et réparation de berges de la Cadière, p. 117.

7 Rapports et délibérations - conseil général des BdR, rapports des ingénieurs. 1869. Ruisseau de la Cadière. Les études complémentaires, pour la rédaction du projet de curage et de redressement du lit du ruisseau de la Cadière ont été reprises et seront poussées aussi activement que possible […], p. 179.

8 Rapports et délibérations, Conseil général des BdR, 1910. Marignane. Assainissement de La Cadière, 14 octobre 1909, p. 34.

9 Assainissement et eau potable : eau potable et assainissement dans les communes des Bouches-du-Rhône (hors Marseille), 1841-1938, AD BdR, 5 M 235.

10 Adduction d’eau-Fontaines-Lavoirs-WC. Travaux communaux, Saint‑Victoret, 1886-1937, AD BdR, 3 O 103 2.

11 Fontaines, égouts, chemins, Saint-Victoret, 1860-1895, AD BdR, 125 E O 1.

12 Assainissement. Voirie municipale et urbaine, Marignane, 1930-1951, AD BdR, 7 O 67 3.

13 Appelée à tort sulfate de soude/de sodium (Na2SO4) de manière générale au xixe siècle, alors que ce dernier n’est en fait que le produit de la première étape du procédé Leblanc avant le mélange avec du charbon de bois réducteur.

14 Ordonnance du Roi no 1999 qui autorise MM. Magnan et Sibilot à établir, sur le lieu où existe leur fabrique de soude à l’étang du Lion, commune de Vitrolles (Bouches-du-Rhône), quatre chambres de plomb pour la fabrication de l’acide sulfurique, 4 Avril 1831, Bulletin des lois du Royaume de France, 9e série, t. 2, IIe partie, n°73-85, à Paris, de L’Imprimerie royale, bulletin n° 74, p. 639-640.

15 Fabrique Barlatier C., la commune de Marignane, installée en 1824, La manufacture de sulfate de soude, Ateliers insalubres-Fabriques de sulfate de soude, Avis du conseil de Préfecture Journal du Palais Décisions du Conseil d’État et ordonnances du Roi en matière de compétence administrative et judiciaire: t. 2-4, vol. 2, L.A.M. d’Auvilliers p. 358-359, 1828 ; Barlatier contre la commune de Marignane, 22 juin 1825, Autorisation d’installation, procès-verbal de commodo et incommodo, Manuel des ateliers dangereux, insalubres ou incommodes: ou, Recueil de la législation et de la jurisprudence en cette matière, précédé de notions préliminaires, Macarel L.A., 1827, p. 102-104 ; Conseil d’État Bureau de l’administration du recueil des arrêts du Conseil d’État, 1827, 306 p. Ateliers insalubres, suppression, procédure, 8341, 30 avril 1828, Magnan et Sibilot, In : Macarel L., Deloche (1828), Recueil des arrêts du Conseil, ou ordonnances royales, rendues en Conseil d’État sur toutes les matières du contentieux, t. 10, Paris, Au bureau d’Administration du Recueil, p. 402-403.

16 Anonyme, 1807, Plan des marais de Marignane et de Châteauneuf-les-Martigues et des ouvrages exécutés pour leur dessèchement, AD BdR, 1 Fi 639.

17 26 décembre 1790 - 5 janvier 1791, décret relatif au desséchement des marais, n° 443, In ; Odilon Barrot R., Vatimesnil E., Ymbert P., (1839), Recueil général des lois, décrets, ordonnances, etc: depuis le mois de Juin 1789 jusqu’au mois d’août 1830, t.1, Paris, Administration du Journal des notaires, p. 458-461.

18 Décret impérial du 9 pluviôse de l’an XIII qui approuve la concession des marais de Marignane et Châteauneuf aux compagnies Armand et Maggy, AD BdR, 8 S 7/1.

19 Dessèchements ; concession ; déchéance. Usurpation de terrains (Marais de Marignane et de Châteauneuf), 28 février 1845, n° 623, Annales des Ponts et Chaussées : 2e partie. Partie administrative, lois, décrets, arrêtés et autres actes concernant l’administration et le personnel des ponts et chaussées et documents administratifs concernant les pays étrangers, p. 229-234 ; Desséchement de marais, déchéance, revendication. 28 février 1845, Recueil des arrêts du Conseil, ou ordonnances royales, rendues en Conseil d’État sur toutes les matières du contentieux de l’administration, par Macarel M.L., (1845), 2e série, t. 15, p. 92-95.

20 Il existe des rapports relatifs à l’avancement de ce dessèchement dans les Rapports et délibérations du Conseil général du département des Bouches-du-Rhône entre 1847 et 1855. On trouve une importante correspondance concernant ces conflits dans le dossier 8 S 7/1 des AD BdR.

21 Opération agricole de Bolmon, canton des Martigues, commune de Châteauneuf et de Marignane, dessèchement de l’étang de ce nom, création d’un port de commerce, d’un canal d’irrigation et d’une école régionale d’agriculture par Z. Salin, Marseille, Typo et litho H. Seren, Marseille le 20 août 1872, 57 p., AD BdR Delta 2708 10 ; Rapports et délibérations - Conseil général des BdR, 1872. Demande en concession formulée par Z. Salin, ingénieur civil. Chemin de fer d’intérêt local d’Aix à Arles par Salon, avec embranchement de Salon sur Port-de-Bouc... Bolmon, dessèchement de l’étang de Bolmon, Port-canal d’irrigation, Berre-Martigues / (par Z. Salin). Présentée au Conseil général, session d’avril, p. 390-391.

22 Rapport général sur les travaux du Conseil d’hygiène et de salubrité des BdR (1883-1884), AD BdR, PHI 527 (1826-1953).

23 Rapports généraux sur les travaux du Conseil d’hygiène et de salubrité des BdR (1831-1840), p. 12-16, AD BdR PHI 527 (1826-1953).

24 Rapports généraux sur les travaux du Conseil d’hygiène et de salubrité des BdR (1848-1851), p. 316-329, AD BdR PHI 527 (1826-1953).

25 Rapports généraux sur les travaux du Conseil d’hygiène et de salubrité des BdR (1855-1859), p. 241, AD BdR PHI 527 (1826-1953).

26 Ibid. 14.

27 Rapports et délibérations - Conseil général des BdR, 1932. Gardanne, construction d’une station de filtration et d’épuration des eaux aux Giraudets, séance du 22 avril, p. 216-217. Installation de filtration et d’épuration des eaux, Cabriès, 1931-1949, AD BdR, 169 E O 7.

28 Recensements INSEE, 1954, 1975 et 1999.

29 Marignane : station d’épuration (1960-1962), aménagement du lit de la Cadière, (1961-1962), adduction d’eau du Jaï (1959-1962). AD BdR, O att. 57.

30 Les Pennes-Mirabeau : plan d’aménagement, projet d’assainissement, rapport, (1955-1962). AD BdR, 12 O 2312.

31 Carte des caractéristiques hydrodynamiques : périmètre de Berre‑Sud (secteur des Pennes-Mirabeau) 1/10 000, 1965, archives SCP, Aix‑en‑Provence ; Étude morphopédologique de la région de Vitrolles en vue de son aménagement, archives SCP, Aix-en-Provence, 53 p.

32 Carte des données générales sur l’assainissement : périmètre de Berre-Sud (secteur des Pennes-Mirabeau) 1/10 000, 1965, archives SCP, Aix-en-Provence.

33 Devenu le Secrétariat Permanent pour la Prévention des Pollutions Industrielles, il s’agit d’un organisme public placé sous l’autorité du préfet et composé essentiellement d’élus, d’experts scientifiques, d’industriels et de membres de l’administration. En ligne : [http://www.spppi-paca.org/].

34 Un abattement de la pollution industrielle de 90 % sera d’ailleurs en moyenne atteint en 1977.

35 Union européenne, 1991. Directive 91/271/EEC 21, mai 1991, sur les eaux usées urbaines.

36 Document de présentation du Syndicat intercommunal Raumartin-Cadière, 10 p., (archives du SIARC).

37 Ibid. 33.

38 Association agréée de pêche et de protection des milieux aquatiques.

39 En 1992, 271 paramètres environnementaux sont mesurés de manière normalisée puis 895 en 2007 (ONEMA, 2010).

40 Loi française sur l’eau et les milieux aquatiques, LEMA, no 2006-1772, 30 décembre 2006.

41 Rapports du SIARC, suivi de la qualité des milieux aquatiques, années 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010.

42 Plans de gestion du Conservatoire du littoral. Site de l’étang de Bolmon. Bouches-du-Rhône, [en ligne].

43 Le Riverain de la Cadière et de ses affluents et Le Journal du Bolmon et du Jaï.

44 Zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique : ZNIEFF 930020170 - Salins du Lion ; ZNIEFF 930012442 - Étang de Bolmon - Cordon du Jaï - Palun de Marignane - Barlatier - La Cadière ; ZNIEFF 930020182 - Paluns de Marignane - Aire de l’aiguette ; ZNIEFF 930020231 - Étang de Berre, étang de Vaine, [en ligne].

45 Zones Natura 2000 : Marais et zones humides liées à l’étang de Berre, [en ligne].

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
Caption ① Bassin versant de la rivière Cadière dans le département des Bouches-du-Rhône ; ② Les communes, et les différents éléments de l’hydrosystème
Credits Source : IGN SCAN 25® V. 2010, © IGN PFAR 2010, CRIGE PACA – Réalisation : N. Maughan, ArcGIS 10.1.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8062/img-1.jpg
File image/jpeg, 808k
Title Tab. 1
Caption Ensemble des photographies aériennes, cartes et plans utilisés dans cet article
Credits Réalisation : N. Maughan, 2015.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8062/img-2.jpg
File image/jpeg, 116k
Title Fig. 2
Caption Secteur est de l’étang de Berre extrait de la Carte générale de la France établie sous la direction de César-François Cassini de Thury, 1779, n123, feuille 130 (Aix-en-Provence), 1/86400
Credits Source : © Gallica-BNF.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8062/img-3.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Fig. 3
Caption A. Déversement de remblais au sud de l’étang de Bolmon lors de la construction du canal de Marseille au Rhône ; B. Exploitation des salins du Lion à Vitrolles
Credits Cartes postales, circa 1910, source : N. Maughan, coll. pers.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8062/img-4.jpg
File image/jpeg, 604k
Title Fig. 4
Caption Pétition de la commune de Vitrolles, district d’Aix, département des Bouches-du-Rhône, à l’Assemblée nationale, pour conserver la liberté d’exploitation du sel, 1790
Credits Source : AM Vitrolles.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8062/img-5.jpg
File image/jpeg, 836k
Title Fig. 5
Caption Vestiges de l’ancienne fabrique de soude du Jaï à Marignane, 2014
Credits Source : [en ligne].
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8062/img-6.jpg
File image/jpeg, 392k
Title Fig. 6
Caption A. Impacts anthropiques à l’origine de changements dans les milieux humides locaux et les mesures de gestion (xviiie-xxie siècle). B. Législations nationales (1) et supranationales (2) relatives aux milieux humides (xviiie‑xxie siècle
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8062/img-7.jpg
File image/jpeg, 552k
Title Fig. 7
Caption Principaux facteurs anthropiques ayant eu une influence sur les milieux humides locaux depuis le xviiie siècle
Credits Réalisation : N. Maughan, 2015.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8062/img-8.jpg
File image/jpeg, 100k
Title Fig. 8
Caption Dynamique spatiale de l’étang de Bolmon et des paluns de Marignane (xixe-xxie siècle). A. cadastre napoléonien (1818, Les Paluns, AD BdR) ; B. plan des étangs de Berre et de Caronte (1844, Gallica-BNF) ; C. carte d’État-major (1860, Géoportail IGN) ; D., E., et F. photographies aériennes (1944 et 1978
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8062/img-9.jpg
File image/jpeg, 912k
Title Fig. 9 ‑ Dynamique spatiale des salins du Lion, Vitrolles (xixe-xxie siècle)
Caption A. cadastre napoléonien (1831, Le Lion, AD BdR) ; B. plan des étangs de Berre et de Caronte (1844, Gallica-BNF) ; C. carte d’État-major (1860, Géoportail IGN) ; D., E., et F. photographies aériennes (1926 et 1977, Géoportail IGN; Ortho 2009, © CRIGE PACA)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8062/img-10.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Title Fig. 10
Caption Dynamique spatiale des salins du Jaï, Marignane (xixe-xxie siècle). A. cadastre napoléonien (1818, Les Paluns, AD BdR) ; B. carte d’état-major (1860, Géoportail IGN) ; C. carte d’État-major (1909, CEREGE) ; D., E., F., G. et H. photographies aériennes (1926, 1969 et 1978, Géoportail IGN ; 1935 et Ortho 2009, © CRIGE PACA)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8062/img-11.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Fig. 11
Caption Évolution des surfaces (ha) occupées par l’étang de Bolmon, les paluns de Marignane, les salins du Lion et ceux du Jaï (xixe-xxie siècle)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8062/img-12.jpg
File image/jpeg, 145k
Top of page

References

Bibliographical reference

Nicolas Maughan, « Dynamiques spatio-temporelles et évolution des modes de gestion des milieux humides de l’est de l’étang de Berre (sud-est de la France, xviiiexxie siècle) », Méditerranée, 125 | 2015, 113-132.

Electronic reference

Nicolas Maughan, « Dynamiques spatio-temporelles et évolution des modes de gestion des milieux humides de l’est de l’étang de Berre (sud-est de la France, xviiiexxie siècle) », Méditerranée [Online], 125 | 2015, Online since 01 November 2017, connection on 18 June 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8062 ; DOI : 10.4000/mediterranee.8062

Top of page

About the author

Nicolas Maughan

Aix Marseille Univ, CNRS, Cent Marseille, I2M, ECCOREV FR no 3098, case 18, 3 place V. Hugo, 13331, Marseille, France, nicolas.maughan@gmail.com

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals