Navigation – Plan du site
Dynamiques spatiales contemporaines et enjeux de gestion

Le lac Fetzara, une zone humide fragile, menacée par l’extension urbaine de la ville d’Annaba (littoral est algérien)

The Fetzara lake, a fragile wetland threatened by the urban growth of Annaba city (western Algeria)
Karima Mellouk et Najet Aroua
p. 133-140

Résumés

À l’instar des villes côtières méditerranéennes, Annaba (Est algérien), connaît une forte croissance urbaine. Entre la mer à l’est et le massif de l’Edough à l’ouest, la seule possibilité d’extension de la ville et du port semble être le sud. De fait, les plaines alluviales sont de plus en plus envahies par l’étalement urbain. Ce qui engendre des impacts négatifs sur le milieu naturel et notamment les zones humides dont l’équilibre écologique est aujourd’hui menacé. C’est le cas du lac Fetzara, situé à une vingtaine de km au sud‑ouest d’Annaba. Bien que répertorié comme zone humide d’intérêt international, il est aujourd’hui cerné par le projet d’aménagement d’un nouveau pôle urbain dans la localité de Draa Errich.
L’objectif de cet article est d’évaluer par analyse multicritère les impacts de ce projet d’aménagement sur l’hydrosystème local dont font partie la zone humide et le lac. Les résultats obtenus témoignent de l’ampleur de sa dégradation et soulignent la nécessité d’engager des mesures de protection urgentes dans le cadre d’une stratégie durable d’aménagement du territoire.

Haut de page

Texte intégral

1L’eau est un facteur fondamental d’implantation urbaine. La plupart des villes se développent à proximité ou sur les rives des lacs et des rivières où elles puisent la ressource nécessaire à leur développement. En conséquence, elles affectent le fonctionnement et la dynamique naturelle des hydrosystèmes en présence. Au cycle de l’eau est alors associé un facteur risque non négligeable auquel il est nécessaire de parer dès l’amont du processus de planification urbaine. Le projet de ville nouvelle dans la localité de Draa Errich (wilaya d’Annaba à l’est d’Alger) illustre ce propos. Le site, qui offre une assiette foncière riche en potentialités hydriques, est sur le point de recevoir un grand nombre de logements, d’équipements d’accompagnement et d’infrastructures supposés contribuer à lever la pression sur la ville d’Annaba. Or, les impacts potentiels de ce projet d’aménagement urbain sur les composantes de l’hydrosystème local, auquel appartiennent le lac Fetzara, l’oued Anneb et la nappe Guerbez, pourraient être irréversibles ce qui soulève d’ores et déjà quelques questionnements. Par exemple, le site choisi est-il propice à un aménagement de cette envergure ? A‑t‑on tenu compte de l’équilibre et de la dynamique de l’hydrosystème local ? Ainsi conçu, le projet urbain représente-t-il un risque pour ses composantes ? Si tel est le cas, quels seraient les effets néfastes prévisibles ? Quelles mesures pourraient contribuer à les minimiser ?

2Les informations recueillies auprès des professionnels de l’urbanisme prêtent à croire à une « catastrophe urbanistique annoncée ». Il semblerait en effet que le choix du site d’implantation de la nouvelle ville n’ait pas fait l’objet d’une vision stratégique mais aurait été dicté par la disponibilité foncière à accueillir un programme de cette envergure. De plus, le plan prévoit une artificialisation quasi totale du site et le déboisement de plus de 1 340 ha de domaine forestier et agricole, tandis que la trame orthogonale et le système d’îlotage très rigide seraient inadaptés à sa nature curviligne. À cet égard, le présent article se propose d’évaluer les impacts du projet de nouvelle ville Draa Erich sur l’équilibre des composantes de l’hydrosystème local grâce à une analyse multicritère des indicateurs qui les caractérisent.

I - Cas d’étude

I.1 - Le projet de nouvelle ville Draa Errich (wilaya de Annaba) vs l’environnement naturel

3Le projet de ville nouvelle Draa Errich a pour vocation d’aider à décongestionner la ville d’Annaba. La localité qui l’héberge, distante de 20 km à l’ouest (soit 15 minutes de trajet), est rattachée à la commune de l’oued El-Aneb, (Daïra de Berrahel, wilaya d’Annaba). Son périmètre d’implantation est délimité au nord par le chemin de wilaya no 20, à l’est par le mont Eddough, à l’ouest par le chemin de wilaya no 12, au sud par la route nationale no 44 et le lac Fetzara. Il est accessible par la RN 44 et CW 12 et occupe une superficie de 1 344 ha (fig. 1).

Fig. 1 – Situation géographique du projet de nouvelle ville Draa Errich (wilaya d’Annaba)

Fig. 1 – Situation géographique du projet de nouvelle ville Draa Errich (wilaya d’Annaba)

Conception P. Pentsch.

4Le climat local est de type méditerranéen, doux et humide en été en raison de la proximité de la mer, humide et frais en hiver. Les températures sont supérieures à 19 °C de mai à octobre. Les moyennes annuelles varient de 13 °C à 19 °C environ sur le littoral (température mensuelle moyenne = 12,42 °C.). La période pluviale s’étend d’octobre à avril et atteint une moyenne mensuelle de 162,42 mm (moyenne annuelle = 1 000 mm) (URBAN, 2013). Janvier reste le mois le plus pluvieux (en moyenne 297,87 mm) et le plus froid (en moyenne 7 °C). L’humidité atteint 70 % en moyenne annuelle à cause de l’effet régulateur de la mer.

5Le site présente quatre types de pentes : pentes douces (15 % du terrain), pentes moyennement raides (35 % du terrain), pentes raides (30 % du terrain) et pentes très raides (20 % du terrain) (URBAN, 2013). Les pentes douces se concentrent à l’ouest et les pentes fortes à l’est. Ce qui prête à croire que la partie est serait plus exposée au risque d’inondation par ruissellement et la partie ouest celui d’un débordement de réseau. La superposition de la carte des pentes avec celle du master plan de la ville nouvelle de Draa Errich montre que l’aménagement prévu dans la première phase se situe dans la partie à faible pente, tandis que la partie pentue est réservée à des programmes d’équipement. En aval, le rythme de ruissellement décroit en raison de la morphologie du terrain (pente douce à faible). L’artificialisation de cette zone laisse supposer une réduction considérable du taux de renouvellement de la nappe ainsi qu’un risque accru d’inondation.

6La couverture végétale est composée de 83 % de maquis (1 110 ha), 4 % de chêne dense et clair (52 ha) et 5 % d’oléastre (65 ha). Les terres cultivées occupent 8 % de la surface (2 % de terres agricoles et parcours 117 ha et 6 % de terres agricoles et vergers). Le projet d’aménagement urbain prévoit un déboisement général qui perturbera considérablement la structure hydrologique existante. D’un autre côté, la déforestation réduira la capacité du sol à retenir l’eau de pluie. Celle-ci, s’écoulant rapidement, pourra entraîner une accélération de l’érosion du sol et par conséquent une réduction de fertilité. La disparition du couvert végétal et par voie de conséquence des plantes fixatrices, rendront les sols vulnérables aux phénomènes d’érosion hydrique.

7Le sol est constitué à 76 % de Gneiss (composée de lits sombres et de lits clairs), 3 % d’argile et 19 % de micaschistes. Il est peu perméable, ce qui implique un coefficient de ruissellement naturellement élevé et un taux d’infiltration bas. La réalimentation de la nappe est par conséquent faible et pourrait être davantage ralentie, vu l’étendue des surfaces qui seront imperméabilisées dans le cadre du projet. Cette opération réduira considérablement la quantité d’eau infiltrée et accroîtra le ruissellement de surface en milieu urbain.

8Dans le cadre de l’aménagement des berges de l’oued El Aneb – avec le double objectif d’embellissement et de protection contre les inondations –, deux alternatives de passage des eaux usées sont prévues : soit par recalibrage de l’oued avec installation de collecteurs d’assainissement de part et d’autre, soit à travers une galerie de collecte des eaux usées et pluviales. La modification des paramètres physiques du cours d’eau aura des répercussions sur le fonctionnement de l’hydrosystème.

9La structure de trame viaire projetée lui semble également défavorable dans la mesure où elle privilégie la technique traditionnelle de chaussées et trottoirs et par conséquent l’imperméabilisation des sols par le recours à des revêtements étanches. La pollution due au trafic automobile étant chronique, un pourcentage important de ces micropolluants évacué vers le milieu naturel peut être d’ores et déjà appréhendée. Le master plan de la nouvelle ville de Draa Errich prévoit une distribution des différentes activités telle que : zone d’habitat, zone de centralité urbaine et équipements structurants se trouveront à proximité de l’oued El Aneb, non loin du Lac Fetzara. Ces activités peuvent être source de dysfonctionnement d’ordre qualitatif et quantitatif.

I.2 - Le lac Fetzara, composante superficielle de l’hydrosystème local

10Le site d’implantation de la nouvelle ville Draa Errich est remarquable par la densité de son hydrosystème dont on distingue le lac Fetzara, l’oued Aneb et l’oued Ziad (composantes superficielles) ainsi que la nappe Guerbez (composante souterraine). Le relief en cuvette de la partie centrale du site constitue un important réceptacle d’eaux pluviales alimentant l’oued. Le site est traversé par plusieurs cours d’eau pour la plupart saisonniers à l’exception de l’oued El Aneb (écoulement permanent) qui a donné son nom à la commune.

11Le lac Fetzara se trouve à 18 km au sud-ouest de la wilaya d’Annaba (Daïra et commune de Berrahal). Plusieurs petites agglomérations le bordent : au nord, le chef‑lieu de la commune de Berrahal (dont le site de Draa Errich), au sud les communes d’El Eulma (traversée par l’oued El Hout) et de Cheurfa, à l’est les petits villages d’El Gantra et de l’oued Zied. Le lac Fetzara est répertorié sur la liste Ramsar des zones humides d’importance internationale depuis 2002. Sa grande étendue et son caractère relativement temporaire en font une zone humide représentative de la région méditerranéenne (BOUMEZBEUR, 2003). La fonction hydrologique du lac contribue à la maîtrise des crues, à la rétention des sédiments et des nutriments ainsi qu’à la recharge de la nappe phréatique (fig. 2).

Fig. 2 – Situation géographique du lac Fetzara en Algérie

Fig. 2 – Situation géographique du lac Fetzara en Algérie

Conception P. Pentsch.

12Le lac Fetzara, situé à l’est de la ville de Annaba, s’étend sur 17 km de long et 13 km de large. Le plan d’eau libre, qui dépend presque exclusivement de l’intensité de la saison des pluies, occupe une étendue de plus de 5 800 ha (photo 1).

Photo 1 – Vue aérienne du lac Fetzara en 2015

Photo 1 – Vue aérienne du lac Fetzara en 2015

Source : Sandervalya, [en ligne].

13S’ajoutent à cela plusieurs milliers d’hectares de terres inondables formant de vastes prairies humides. Au début du xxe siècle, cette zone humide était le site de nidification et d’hivernage le plus important de l’est algérien (photos 2 et 3).

Photos 2 et 3 – Faune ornithologique du lac Fetzara

Photos 2 et 3 – Faune ornithologique du lac Fetzara

2. Ibis falcinelle (Plegadis falcinellus) et un groupe d’échasses blanches (Himantopus himantopus), 3. Héron cendré (Ardea cinerea)

Source : Boudjéma Samraoui, université d’Annaba, Algérie.

14Après des travaux d’assèchement effectués durant l’époque coloniale, le lac a perdu cette qualité notamment pour la nidification de douze espèces d’Anatidés dont l’oie cendrée (BOUMEZBEUR, 2003).

Fig. 3 – Fiche descriptive de la zone humide du lac Fetzara

Fig. 3 – Fiche descriptive de la zone humide du lac Fetzara

Source : Direction générale des Forêts, 2003.

15Les eaux du lac Fetzara dérivent des oueds El Hout, El Mellah, Zied et Al Aneb, ainsi que celles qui se déversent le long des pentes périphériques. Durant la saison pluvieuse, l’eau remonte jusqu’à la côte 12 m du niveau du centre du lac. La superficie submergée en hiver est de l’ordre de 5 800 ha, ce qui peut atteindre le site d’implantation du projet de Draa Errich (la distance séparant le site du lac étant de 5 km). La période d’étiage intervient durant la saison sèche (précipitations quasi nulles). Le drainage du site a lieu tout au long de l’année par l’intermédiaire du canal principal dont les eaux d’évacuation se déversent dans l’oued Seybouse qui débouche sur la mer. La détérioration de l’écluse située à El Gantra, à l’est du lac, provoque son assèchement total durant l’été (BOUDJEMAA, 2010).

16Plusieurs milieux caractérisent le lac Fetzara. Parmi eux, (de l’extérieur vers l’intérieur), un groupement naturel constitué de chêne liège et d’olivier et un groupement artificiel de plantations de pin maritime et d’eucalyptus. Puis une strate arbustive composée de genêts et d’oléastres, une strate herbacée et enfin une végétation palustre diversifiée, constituée principalement de roseaux, de massettes et une végétation aquatique assez importante (BOUMEZBEUR, 2003)

17À l’issue de cette présentation, il apparaît que le site de Draa Errich dispose d’un hydrosystème assez complexe. Les impacts du projet d’aménagement urbain en cours de réalisation risquent de troubler considérablement son équilibre écologique et son hydrodynamique. Les oueds peuvent devenir l’exutoire de tous types de rejets (industriels et domestiques) et véhiculer ainsi une charge polluante importante affectant en conséquence les eaux et inhibant leur capacité d’auto‑épuration. Cette pollution pourrait contaminer par la suite l’ensemble des composantes de l’hydrosystème existant. Dans le périmètre d’étude, l’imperméabilisation de surfaces importantes va nécessiter l’installation d’un réseau d’assainissement surdimensionné dans ses parties amont, avec un tracé direct pour en limiter la longueur et une pente confortable pour diminuer son diamètre (et son coût) et limiter son ensablement. Ce réseau ne permettra en aucun cas de remplacer le réseau hydrographique naturel.

18L’évaluation qualitative de ces différents impacts démontre l’ampleur des effets nuisibles qu’aura le projet d’aménagement urbain de la nouvelle ville de Draa Errich sur l’hydrosystème local.

2 - Méthode et outils

2.1 - Concepts et méthode d’analyse

  • 1 Le projet d’aménagement urbain de la nouvelle ville de Draa Errich étant en cours de réalisation, (...)
  • 2 À notre connaissance, ce projet n’aurait pas fait l’objet d’une étude d’impact sur l’environnemen (...)
  • 3 Un deuxième oued traverse la localité de Oued Zied. Cependant, la distance qui le sépare du site (...)

19Il est fait référence ici à la vision systémique du cycle de l’eau à l’origine du concept d’hydrosystème continental décliné en composantes souterraines (les aquifères, écoulement lent) et superficielles (lac, rivière, cours d’eau, écoulement rapide) (DACHARY, 1993 ; DOOGE, 1968 ; KURTULUS et al., 2011 ; FLIPO 2013). L’objectif de cette recherche étant d’évaluer les impacts potentiels du projet d’aménagement urbain de la nouvelle ville de Draa Errich1 sur l’équilibre de l’hydrosystème local, l’analyse multicritère (AMC) semble constituer une méthode appropriée afin de pouvoir se prononcer sur l’acceptabilité du projet ou la nécessité de le modifier2. Dans ce but, deux listes d’indicateurs sont dressées puis organisées en tableau de type matriciel permettant leur croisement. L’hydrosystème local est décliné selon ses deux principales composantes superficielles, l’oued El Aneb et le lac Fetzara, et sa composante souterraine, (la nappe Guerbez) (tableau 1)3.

Tableau 1 – Composantes et indicateurs descriptifs de l’hydrosystème local

Tableau 1 – Composantes et indicateurs descriptifs de l’hydrosystème local

Conception : Mellouk et Aroua.

20Parallèlement, le projet de nouvelle ville de Draa Errich est marqué par le système viaire, les aménagements urbains et les activités à héberger (tableau 2).

Tableau 2 – Composantes et indicateurs descriptifs du projet de ville nouvelle Draa Errich

Tableau 2 – Composantes et indicateurs descriptifs du projet de ville nouvelle Draa Errich

Conception : Mellouk et Aroua.

  • 4 L’étude d’impacts distingue trois types d’impacts potentiels : les impacts compensatoires, qui so (...)
  • 5 La note 0 est attribuée aux impacts de types restauratoire, ce qui signifie qu’un impact a eu lie (...)

21Les critères et les indicateurs ainsi identifiés sont notés selon le type d’impact (restauratoire, compensatoire ou conservatoire)4 et un barème préétabli (tableau 3)5. La lecture par colonne donne la note par déclinaison du projet d’aménagement urbain. La lecture par ligne permet d’obtenir la note d’impact par indicateur descriptif et composante de l’hydrosystème local.

Tableau 3 – Barème de notation des impacts du projet d’aménagement urbain sur l’hydrosystème local

Tableau 3 – Barème de notation des impacts du projet d’aménagement urbain sur l’hydrosystème local

Conception : Mellouk et Aroua.

Tableau 4 – AMC des impacts du projet de ville nouvelle Draa Errich sur l’hydrosystème local

Tableau 4 – AMC des impacts du projet de ville nouvelle Draa Errich sur l’hydrosystème local

Conception : Mellouk et Aroua.

2.2 - Interprétation des résultats de l’analyse multicritère

22L’AMC permet de déduire ce qui suit :

  • Concernant la déclinaison « Aménagements urbains » : la composante « trame verte » (AU1) facilite l’infiltration de l’eau de pluie vers la nappe phréatique, contribue au maintien de la biodiversité du lac et permet le ralentissement de l’onde de ruissellement vers l’oued (empêche son débordement). Par conséquent, elle obtient la note 0. La composante « trame bleue » (AU2) ayant un rôle esthétique uniquement, ne pourra pas perturber les composantes de l’hydrosystème. Elle obtient également la note 0.

  • Concernant la déclinaison « Activités » : croisée avec l’ensemble des composantes de l’hydrosystème, la déclinaison « logements » (AC1) obtient 7/12. Une note qui dépasse de peu la moyenne car elle aurait effectivement un impact non négligeable sur chacune d’elles. Les zones consacrées à l’habitat se traduisent par des surfaces non perméables. Par temps de pluie, les précipitations qui ruissellent sur ces surfaces se chargent d’éléments du sol (sédiments, engrais, pesticides…), ce qui provoque un phénomène de lessivage, source de pollution hydrique au niveau de l’oued et du lac. De plus, les surfaces imperméables empêchent l’infiltration des eaux, ce qui ralentit le processus de renouvellement de la nappe phréatique. La déclinaison « équipements » (AC2), obtient 9/12, car les surfaces imperméables accélèrent le ruissellement et empêchent l’infiltration des eaux. Lors des précipitations, ces dernières sont transportées par un système d’assainissement entraînant un débordement du cours d’eau, ce qui érode les berges ou encore perturbe la qualité de la vie aquatique. Notons également que la quantité de polluants issus des différents équipements est plus importante que la quantité de polluants issus des zones de résidence. La composante « activités » (AC) pourrait avoir des impacts compensatoires sur les différentes composantes de l’hydrosystème. Deux stations d’épuration ont été prévues, l’une à proximité du lac et l’autre à proximité de l’oued afin de traiter les eaux polluées issues des infrastructures urbaines avant de les rejeter dans le milieu naturel. Cependant, rien n’a été prévu pour réduire les surfaces imperméabilisées, l’accélération des ruissellements et la non‑infiltration des eaux, d’où un total de 16/24.

  • Concernant la déclinaison « Système viaire » : la déclinaison « voiries » (SV1), obtient 10/12, la note la plus élevée en comparaison avec les autres indicateurs. Cela est justifié par le fait qu’elle aura des impacts conservatoires sur chaque composante de l’hydrosystème. En effet, les surfaces bâties ou revêtues accélèrent davantage le ruissellement. De surcroît, les divers usages de la voirie et de l’environnement urbain sont à l’origine de dépôts fortement pollués sur la chaussée. Lors des ruissellements, 40 % de ces micro‑polluants sont évacués vers le milieu naturel (FLIPO, 2013). Son impact est par conséquent direct et non maîtrisable sur la qualité de l’eau, son hydrologie, l’entretien de la biodiversité et le renouvellement de la nappe phréatique. La déclinaison « approvisionnement en eau potable et assainissement » (SV2) obtient 8/12 car elle a un impact sur l’hydrologie naturelle des cours d’eau. L’assainissement accélère les écoulements qui peuvent alors atteindre des vitesses très grandes, provoquant des effets dévastateurs et perturbateurs de l’hydrodynamique du cours d’eau. De plus, l’assainissement par réseau retenu dans le cadre de ce projet d’aménagement urbain affecte chaque déclinaison et chaque indicateur de l’hydrosystème dans le sens où l’on oblige l’eau à emprunter des cheminements autres que ceux qu’elle suit naturellement. Par conséquent, la déclinaison « système viaire » (SV), obtient une note totale de 18/24 qui traduit l’existence d’impacts conservatoires sur les différentes composantes de l’hydrosystème.

  • Concernant la composante « oued » : l’indicateur « Qualité de l’eau » de la composante « oued » obtient la note 5/10 car il est exposé à une pollution hydrique due aux déchets issus des infrastructures urbaines. La proximité de l’oued par rapport au projet d’aménagement urbain accentuera ce risque. Cependant, une station d’épuration est prévue. L’indicateur « hydrodynamique » de la composante « oued » obtient la note 5/10 car les surfaces environnantes de l’oued seront imperméabilisées, ce qui accroîtra le coefficient de ruissellement, qui à son tour perturbera l’hydrodynamique. S’ajoute à cela le recalibrage prévu pour l’oued dans le cadre du projet d’aménagement urbain.

  • Concernant la composante « Lac » : l’indicateur « qualité de l’eau » de la composante « lac » obtient la note 4/12 car ce dernier peut également être contaminé par les eaux polluées issues des infrastructures urbaines. Néanmoins, la distance qui sépare le lac du projet pourrait ralentir ce phénomène. Cependant, cela ne signifie pas que le lac sera épargné car l’hydrosystème est un circuit fermé où l’eau circule entre les différentes composantes. L’indicateur « entretien de la biodiversité » obtient la note 4/12 car la biodiversité dépend du milieu dans lequel elle évolue, milieu qui risque d’être perturbé par les rejets d’eaux usées urbaines. La composante « lac » obtient un total de 8/12. Le lac subit les impacts des différentes composantes du projet d’aménagement urbain. Cependant, ces impacts sont pour la plupart compensatoires puisque des mesures de contrôle sont prévues dans le cadre du projet.

  • Concernant la composante « Nappe » : l’indicateur « qualité de l’eau » de la composante « nappe » obtient la note de 8/12, car il subit les impacts conservatoires des différentes déclinaisons du projet en dehors des aménagements urbains (trame verte et bleue). Ces impacts sont non maîtrisables car on ne prévoit aucune correction. L’indicateur « processus de renouvellement » est fortement perturbé par les déclinaisons du projet d’aménagement urbain. Ce dernier prévoit une imperméabilisation d’importantes surfaces, d’où un total de 8/12. La composante « nappe » obtient un total de 16/24. Cette composante est la plus menacée par le projet d’aménagement urbain. Pour les deux autres composantes de l’hydrosystème (l’oued et le lac) on prévoit des stations d’épuration afin d’atténuer le risque de pollution hydrique. Cependant, les eaux polluées s’infiltrent dans le sol et atteignent la nappe sans aucun traitement préalable. S’ajoute à cela la diminution des surfaces perméables (les espaces verts représentent seulement 13 % de la surface totale dédiée au projet d’aménagement urbain).

  • 6 L’information recueillie au cours de cette recherche (2012) prête à croire que les études techniq (...)

23À son issue, cette analyse montre que dans le périmètre d’étude, le système viaire et la voirie en particulier constituent les déclinaisons les plus perturbatrices de l’équilibre de l’hydrosystème local et les plus polluantes. Tandis que la nappe phréatique est la composante la plus menacée de l’hydrosystème. Par ailleurs, le site d’implantation de la nouvelle ville de Draa Errich semble fortement concerné par quatre risques liés à l’eau : l’imperméabilisation des sols, l’accélération des écoulements, la construction d’obstacles à l’écoulement et la pollution des milieux récepteurs. Bien que les effets de l’urbanisation sur la zone humide soient nombreux, les rejets urbains seront la principale cause de sa dégradation. Certes, le projet d’aménagement urbain de Draa Errich prévoit deux stations d’épuration : l’une à proximité de l’oued et l’autre à proximité du lac6. Cependant, en cas de problème technique, les eaux ne subiront pas de traitement d’épuration avant d’atteindre le cours d’eau. Le recalibrage de l’oued en prévention des inondations causera de même une artificialisation du cours d’eau. Or, la modification de ses paramètres physiques (pentes, profondeur…) induit une diminution de la diversité naturelle des habitats et des espèces présentes, ainsi qu’un abaissement du niveau de la nappe phréatique. L’aménagement de ses berges et leur bétonnage l’enserrera dans un chenal étroit qui lui fera perdre toute possibilité naturelle d’épanchement en cas de crue.

24Au terme de cette analyse, l’impact du projet d’aménagement urbain de la nouvelle ville Draa Errich sur l’hydrosystème local semble confirmé. S’il obtient la somme totale de 34/72 en termes d’impact sur l’hydrosystème local, ce dernier obtient une note globale d’endommagement de 34/72, principalement due à la menace qui pèse sur la nappe phréatique qui traverse son site d’implantation. La note (34/72) en apparence rassurante qu’obtient le projet de la nouvelle ville est justifiée par les études lancées ou les mesures prévues et non encore réalisées. Si celles-ci venaient à manquer, les impacts seraient différents (et par ricochet les notes qui leurs sont affectées). Par conséquent, ce projet risquerait d’engendrer de nombreux dysfonctionnements, car les composantes de l’hydrosystème n’ont pas été suffisamment prises en compte lors du processus de la planification urbaine.

Conclusion

25L’analyse multicritère utilisée dans le cadre de cette recherche a porté sur l’interaction entre le projet d’aménagement urbain et l’hydrosystème local. Elle s’est appuyée sur un barème de notation préétabli qui conserve, certes, une part inévitable de subjectivité susceptible d’être discutée et levée par jugement d’experts dans le cadre d’une étude exhaustive. Les résultats obtenus permettent néanmoins de se prononcer sur la nécessité de modifier le projet d’aménagement urbain de façon à minimiser ses impacts sur l’ensemble des composantes de l’hydrosystème local. Une des pistes de recherche future consisterait à l’adaptation des outils réglementaires et opérationnels de l’urbanisme à l’objectif de valorisation des zones humides par l’urbanisme. L’objectif de ces mesures ou pratiques est d’intervenir le moins possible sur le cycle naturel de l’eau. Il est aujourd’hui admis que la dégradation des hydrosystèmes prend l’allure d’une véritable catastrophe écologique aux conséquences désastreuses sur la qualité de vie de la population locale ainsi que la santé et l’équilibre des écosystèmes naturels. Cette situation serait due à la non-application d’actions correctives préventives. Cependant, la problématique de l’équilibre hydrosystème – projet d’aménagement urbain ne peut se limiter à quelques actions techniques. L’approche du Water sensitive urban design dans le cadre d’un urbanisme écologique constitue à cet égard une intéressante pratique d’aménagement du territoire et de conception d’ingénierie intégrant le cycle urbain de l’eau - y compris la gestion des eaux pluviales, des eaux souterraines et des eaux usées et l’approvisionnement en eau (BROWN et al., 2008). Ce faisant, il permet de minimiser la dégradation de l’environnement et d’améliorer l’esthétique du cadre de vie urbain.

Haut de page

Bibliographie

BOUDJEMAA S., (2010), Cartographie des relations sol-eau-végétation dans un milieu salé (lac Fetzara), mémoire de magister, université Badji Mokhtar Annaba, faculté des sciences, département de biologie, 123 p.

BOUMEZBEUR A., (2003), Fiche descriptive sur les zones humides Ramsar, chott Zaherz chergui (Algérie), Direction générale des forêts, 10 p.

BRACH M., (1997), Étude hydrogéochimique du champ géothermique de Bouillant (Guadeloupe), Rap. BRGMR 39880, 84 p.

BROWN R. et al., (2008), Transitioning to water sensitive cities: Historical, current and future transition states, 11th International conference on urban drainage, UK.

DACHARRY M., (1993), Encyclopédie AXIS.

DOOGE J., (1968), The hydrologic cycle as a closed system. Bulletin of the International Association of Scientific Hydrology, 13, 1, p. 58‑68.

FLIPO N., (2013), Modélisation des hydrosystèmes continentaux pour une gestion durable de la ressource en eau, université Pierre‑et‑Marie‑Curie Paris 6, spécialité science de la Terre et de l’Univers, 128 p.

KHERICI N., (1993), Vulnérabilité à la pollution chimique des eaux souterraines d’un système de nappes superposées en milieu industriel et agricole (Annaba-la Mafragh) Nord-Est algérien, Thèse de doctorat, Université Badji Mokhtar, Annaba, 143 p.

KURTULUS B., FLIPO N., GOBLET P. et al., (2011). Hydraulic head interpolation in an aquifer unit using ANFIS and ordinary kriging. In: Studies in computational intelligence. Vol. 343, Springer, p. 265‑273.

MICHEL P., (2006), L’étude d’impact sur l’environnement, BCEOM, 156 p.

ZERROUGUI A., (2013), Lac Fetzara : une grave atteinte à lécologie, [en ligne].

Haut de page

Notes

1 Le projet d’aménagement urbain de la nouvelle ville de Draa Errich étant en cours de réalisation, l’objectif de la présente contribution est d’évaluer ses impacts et de proposer des mesures d’atténuation.

2 À notre connaissance, ce projet n’aurait pas fait l’objet d’une étude d’impact sur l’environnement à ce jour.

3 Un deuxième oued traverse la localité de Oued Zied. Cependant, la distance qui le sépare du site d’implantation de la ville nouvelle ne justifie pas sa prise en compte dans le cadre de cette évaluation.

4 L’étude d’impacts distingue trois types d’impacts potentiels : les impacts compensatoires, qui sont les impacts maîtrisables, les impacts restauratoires, qui sont les impacts négligeables, les impacts conservatoires, qui sont les impacts non maîtrisables, qu’on ne peut pas atténuer (BRACH, 1997).

5 La note 0 est attribuée aux impacts de types restauratoire, ce qui signifie qu’un impact a eu lieu, mais qu’il s’atténuera sans intervention ou correction (le facteur temps pourra à lui seul réduire l’ampleur de l’impact).

w La note 1 est attribuée aux impacts de type compensatoire qui nécessitent une intervention pour les réduire (on cite en exemple l’installation d’une STEP pour réduire la pollution hydrique des cours d’eau).

w La note 2 est affectée aux impacts de type conservatoire, ceux qu’on ne peut ni corriger, ni réduire, ni supprimer avec des mesures ou des interventions (par exemple, si la nappe est polluée il devient très difficile d’y remédier).

6 L’information recueillie au cours de cette recherche (2012) prête à croire que les études techniques n’auraient pas encore été lancées.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Situation géographique du projet de nouvelle ville Draa Errich (wilaya d’Annaba)
Crédits Conception P. Pentsch.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8077/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 2 – Situation géographique du lac Fetzara en Algérie
Crédits Conception P. Pentsch.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8077/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Photo 1 – Vue aérienne du lac Fetzara en 2015
Crédits Source : Sandervalya, [en ligne].
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8077/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Photos 2 et 3 – Faune ornithologique du lac Fetzara
Légende 2. Ibis falcinelle (Plegadis falcinellus) et un groupe d’échasses blanches (Himantopus himantopus), 3. Héron cendré (Ardea cinerea)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8077/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Fig. 3 – Fiche descriptive de la zone humide du lac Fetzara
Crédits Source : Direction générale des Forêts, 2003.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8077/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 1 – Composantes et indicateurs descriptifs de l’hydrosystème local
Crédits Conception : Mellouk et Aroua.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8077/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Tableau 2 – Composantes et indicateurs descriptifs du projet de ville nouvelle Draa Errich
Crédits Conception : Mellouk et Aroua.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8077/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Tableau 3 – Barème de notation des impacts du projet d’aménagement urbain sur l’hydrosystème local
Crédits Conception : Mellouk et Aroua.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8077/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau 4 – AMC des impacts du projet de ville nouvelle Draa Errich sur l’hydrosystème local
Crédits Conception : Mellouk et Aroua.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8077/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karima Mellouk et Najet Aroua, « Le lac Fetzara, une zone humide fragile, menacée par l’extension urbaine de la ville d’Annaba (littoral est algérien) », Méditerranée, 125 | 2015, 133-140.

Référence électronique

Karima Mellouk et Najet Aroua, « Le lac Fetzara, une zone humide fragile, menacée par l’extension urbaine de la ville d’Annaba (littoral est algérien) », Méditerranée [En ligne], 125 | 2015, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8077 ; DOI : 10.4000/mediterranee.8077

Haut de page

Auteurs

Karima Mellouk

Université de Constantine 3, Institut de gestion des techniques urbaines, Algérie, karimamellouk@live.fr

Najet Aroua

École polytechnique d’architecture et d’urbanisme d’Alger, Algérie, arouanajet@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals