Navigation – Plan du site
Dynamiques spatiales contemporaines et enjeux de gestion

L’apport du retour d’expérience au processus de gestion intégrée des zones côtières

Application à la zone humide littorale de Réghaia (Algérois)
Feedback contribution to an integrated coastal management plan: application to the Reghaia’s coastal Wetland (Algiers province)
Mohamed Larid
p. 141-152

Résumés

Située sur le littoral centre algérien, la zone côtière humide de Réghaia est confrontée à des enjeux à la fois écologiques et socio-économiques. La croissance de la métropole algéroise et le développement effréné de l’urbanisation menacent cet écosystème et sa remarquable biodiversité, pourtant reconnue au niveau international par la convention de RAMSAR. Un plan côtier, basé sur une approche par Gestion Intégrée des Zones côtières et centré sur la protection de la zone humide, a été mis en place. Il a permis l’engagement d’un processus intégratif, qui s’avère être une expérience intéressante, mettant en évidence les difficultés d’initiation d’une gestion intégrée, pourtant incontournable, pour une gestion durable de ce patrimoine naturel. Les premiers résultats sont présentés et exploités et une méthodologie d’évaluation est proposée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Protocole de Madrid, relatif à la gestion intégrée des zones côtières (GIZC) de la Méditerranée, (...)
  • 2 [En ligne].

1En Algérie, les milieux humides littoraux occupent une surface estimée à environ 81 000 ha. Ils ont fait l’objet de nombreux travaux consacrés à leur biodiversité et à leur fonctionnement écosystémique. Mais les problèmes liés à la pression anthropique croissante qui induit de nombreux impacts sur ce patrimoine naturel ont été encore peu étudiés. Les questions liées aux pratiques, aux outils et aux initiatives de gestion, en dehors de quelques analyses spatio-environnementales (GHODBANI et al., 2013), parfois associées à des approches prospectives (LARID, 2008), ont été peu abordées. Dans la foulée du protocole de gestion intégrée des zones côtières en Méditerranée1 le gouvernement algérien a adhéré à l’initiative prise dans le cadre du programme Medpartnership2, pour engager une opération pilote de Gestion intégrée des zones côtières (GIZC) sur la zone humide littorale de Réghaia (carte 1).

Carte 1Situation géographique de la zone humide côtière de Réghaia dans l’Est algérois

Carte 1 – Situation géographique de la zone humide côtière de Réghaia dans l’Est algérois

Source : M. Larid, 2008, conception P. Pentsch, 2016.

2Cette dernière est actuellement la seule zone humide dans la région algéroise. Elle s’étend dans la partie nord‑est de la dépression de la Mitidja. Elle est reconnue pour son avifaune remarquable (TALEB et al., 2003) et sert de relais et de zone de repos pour de nombreuses espèces d’oiseaux migrateurs après leur traversée de la Méditerranée.

3L’ensemble dunaire, occupant la partie haute de la plage du « kadouss », et plus haut vers l’intérieur des terres le marécage et le lac bordés de prairies à joncs et de pelouses humides localisées sur le coteau est, sont autant d’habitats naturels (photos 1) qui hébergent une biodiversité remarquable (BARET et al., 2012).

Photo 1 – Exemples d’habitats présents dans la zone humide de Réghaia

Photo 1 – Exemples d’habitats présents dans la zone humide de Réghaia

1a : vue d’ensemble de l’embouchure de l’oued Réghaia, du cordon dunaire et de la zone humide d’arrière-dune – 1b : pelouses humides situées sur le coteau est – 1c : prairie à jonc aigu (Juncus acutus) en bordure du marais

Crédits photographiques : (1a), V. Rivière, mai 2012 ; (1b) et (1c), J. Baret, mai 2012.

4Ces écosystèmes sont de plus en plus menacés par la croissance des activités industrielles (pollutions) et des aménagements urbains, principalement les constructions, souvent illégales, sur les reliefs surplombant les marais et sur les hauteurs de la partie côtière. Depuis la décennie 1970, la végétation a perdu près de 60 % de sa superficie initiale et la surface occupée par la prairie humide a été réduite d’environ 50 % (MEZIANE, 2012)

5Cet article présente les résultats et enseignements tirés d’une première expérience locale de GIZC, menée en tant que réponse choisie par les autorités algériennes pour gérer cette situation inquiétante. Après avoir très brièvement rappelé les enjeux socio-environnementaux, déjà assez bien connus, qui concernent cette zone humide, nous présenteront les caractéristiques de cette opération pilote de gestion. Puis, grâce à une méthode d’analyse empirique, nous essayons d’évaluer et de commenter les premiers résultats.

1 - La zone humide littorale de Réghaia : un espace côtier soumis à de multiples enjeux socio-environnementaux

6La zone humide côtière de Réghaïa, à l’est d’Alger (carte 1), considérée depuis longtemps comme un site de valeur internationale (classement RAMSAR en juin 2003), est un vestige de la plaine de la Mitidja anciennement marécageuse. Dans sa catégorie, c’est l’unique zone humide de la région littorale centre algérienne. Elle couvre une superficie globale d’environ 1 100 ha qui englobe le marais et une partie maritime jusqu’à l’îlot Aguelli (Hadjrat Bounetah). La superficie totale de l’espace lacustre est de 150 ha tandis que la surface du plan d’eau est d’environ 75 ha. Son insertion dans l’aire métropolitaine algéroise, qui connait une croissance accélérée, l’importance de son patrimoine naturel (biotopes et biodiversité spécifiques) et les menaces qui pèsent sur elle (pressions dues aux activités humaines, multiplicité des intervenants), sont autant de facteurs qui expliquent les enjeux en présence.

1.1 - Une interface terre-mer remarquable

7La zone humide de Réghaia a cette particularité (comme celle de la Macta dans le littoral Ouest algérien) d’avoisiner une partie côtière, comprenant une belle plage adossée à une dune bordière et ouverte sur des fonds marins, abritant une biodiversité importante (PAC – zone côtière algéroise, 2005). La partie marine est délimitée au Nord par l’îlot Bounetah Aguelli (carte 1), qui émerge au niveau de l’isobathe des 70 m à environ 950 m au large de l’embouchure de l’oued Réghaia et qui joue un rôle important, d’un point de vue ornithologique, en servant d’habitat ou de point de relais, notamment pour le grand cormoran (Phalacrocorax carbo) et le Martinet (Apus apus) (ATLAS DGF,  2002). De plus, elle abrite des frayères pour de nombreuses espèces marines et le principal écosystème observé est celui de l’herbier à Posidonia oceanica (GRIMÈS, 2012).

8Vers le sud-est de la plage rectiligne et ouverte du kadouss, un cordon dunaire se distingue par une végétation composée d’espèces xérophytes et psammophytes adaptées à ce type de substrat et qui était encore abondante au début de la décennie 1980 : Pancratium maritimum, Ammophila arenaria, Chamaerops humilis (ATLAS DGF, 2002).

9Plus au sud, la biodiversité est encore plus ou moins préservée. La zone abrite plusieurs espèces d’oiseaux rares (photos 2).

Photo 2 – Espèces ornithologiques présentes dans la zone humide de Réghaia

Photo 2 – Espèces ornithologiques présentes dans la zone humide de Réghaia

2a : Sternes naines (Sternula albifrons) observées à l’embouchure du canal  – 2b : Cochevis huppé (Galerida cristata) observé sur le talus nord-est – 2c : Deux mâles d’érismature à tête blanche (Oxyura leucocephala) observés à proximité de la digue

Crédits photographiques : (2a), J. Celse, mai 2012 ; (2b) et (2c), V. Rivière, mai 2012.

  • 3 Les pays méditerranéens ont collectivement engagé le « partenariat stratégique (2009‑2014) pour l (...)

10Ces oiseaux sont protégés par la législation internationale, comme la Sarcelle marbrée (Marmaronetta angustirostris), le fuligule nyroca (Aythya nyroca), l’érismature à tête blanche (Oxyura leucocephala) et la poule sultane (Porphyrio porphyrion). Les mammifères sauvages (chacal commun, lièvre du cap, gerbille champêtre), les reptiles (tortue mauresque, caméléon commun) et les amphibiens (grenouille verte, rainette verte) complètent l’inventaire de la faune locale (ATLAS DGF, 2002). Dans la zone marécageuse se développe une végétation hydrophyte et hélophyte avec un milieu propice à de nombreuses espèces d’oiseaux (photos 1b et 1c). Le lac de Réghaia est bordé d’une ceinture boisée, qui abrite une végétation arbustive et arborescente et des lianes composée d’espèces comme Olea europea, Cratageus monogyna, Rebus ulmifolius ou bien encore le genre Smilax (ATLAS DGF, 2002). Cette végétation offre un refuge pour lavifaune et pour de nombreuses autres espèces animales. Cet écosystème complexe reflète bien un écotone terre-mer remarquable (photo 1a). Sa richesse n’a pas manqué d’interpeller les pouvoirs publics3 qui ont choisi de créer « une réserve naturelle », alliant protection de la zone humide et des secteurs côtiers et marins adjacents, suite au classement RAMSAR du site en 2002.

1.2 - Un contexte socio-économique local complexe et une pression anthropique croissante

11La littoralisation de la zone côtière est algéroise s’est accélérée ces 20 dernières années. Elle s’est traduite par une urbanisation incontrôlée et des activités anthropiques intenses, affectant l’équilibre écologique du domaine littoral.

12Avec une croissance démographique de 4,3 % (TOUATI, 2012), les communes de Réghaia et de Hérraoua, où s’insère la zone humide de Réghaia, se sont étendues au détriment de l’équilibre de cette dernière, au point de compromettre son équilibre et sa conservation. L’augmentation accélérée de leur population urbaine, qui passe de 14 959 habitants en 1977 à 96 076 habitants en 2008 (TOUATI, 2012), s’exprime au niveau spatial par des constructions tous azimuts et la prolifération d’un habitat précaire et illicite autour du lac qui mite les espaces naturels. En outre, les rushs estivaux du tourisme local de masse ont des conséquences importantes sur l’évolution et l’équilibre de la zone humide et de sa partie côtière adjacente.

13Parmi les principales sources de nuisances on doit retenir le pôle industriel Rouiba - Réghaia tout proche, créé au début de la décennie 1970. Aujourd’hui, la zone industrielle (ZI) Rouiba – Réghaia s’étend sur une superficie de 990 ha et compte environ 200 petites et moyennes entreprises, assurant près de 35 000 emplois. Environ 30 % de ses rejets d’eaux usées, soit près de 40 000 m3 annuellement, très partiellement traités par une station d’épuration de petite capacité, sont déversés dans l’oued El Biar, et l’oued Réghaia qui alimentent le lac (CHENIT, 2012). Les activités agricoles localisées autour du site affectent les quantités et la qualité des ressources hydriques disponibles, par le pompage excessif de l’eau à partir du lac pour l’irrigation et l’usage inconsidéré de fertilisants lessivés par le ruissellement pluvial vers le lac (LARID, 2008). La pollution par les macro-déchets solides accentue la vulnérabilité de la zone humide (MEKHOUKH, 2012). Les détritus qui sont charriés par les effluents qui convergent vers le plan d’eau proviennent des rejets anarchiques des populations, parmi lesquelles environ 1 500 habitants (TOUATI, 2012) sont installés de manière précaire à proximité du lac.

14Le fonctionnement de cet écosystème lagunaire a déjà fait l’objet de nombreux travaux académiques de la part des biologistes (DERGHAL-BENMOUSSA, 2009 ; AHRIZ et al., 2011). Naturellement, la préservation de son équilibre écologique en général et de sa biodiversité en particulier dépend fondamentalement de la qualité de ses eaux. Les multiples analyses chimiques montrent que celle-ci ne cesse de se dégrader depuis le début des années 1980, ce qui inquiète les gestionnaires du lac. Les flux de nutriments et de polluants chimiques responsables de cet état proviennent des nombreux rejets des zones d’activités périphériques et des agglomérations avoisinantes (carte 2).

Carte 2 – Le bassin versant anthropisé du lac de Réghaia, à l’origine d’importants flux de pollution

Carte 2 – Le bassin versant anthropisé du lac de Réghaia, à l’origine d’importants flux de pollution

Source : M. Larid, 2008, conception P. Pentsch, 2016.

15Cette situation entraîne une altération du milieu lacustre et une dégradation accrue de son écosystème. Les mesures et dosages effectués pour l’évaluation de la qualité des eaux du lac ont révélé d’importantes quantités de matières en suspension, empêchant la pénétration de la lumière et une eutrophisation de plus en plus forte (AHRIZ et al., 2011). En novembre 2013, des échantillons d’eau prélevés en différents points du lac, suite à une réquisition d’un laboratoire public national (ONEDD) par les autorités de la wilaya (département), ont confirmé l’aggravation de la mauvaise qualité de l’eau, déjà constatée précédemment (LARID, 2008 ; AHRIZ et al., 2011).

16En somme, l’écosystème de la zone humide côtière de Réghaia présente une dégradation importante de son état écologique qui risque de s’aggraver. Les enjeux socio‑environnementaux sont de plus en plus importants. En réponse à cette situation, ce site emblématique a été choisi par les autorités pour accueillir une opération pilote afin d’élaborer un plan d’action basé sur un processus de gestion intégrée des zones côtières.

2 - L’engagement d’un processus de gestion intégrée

17Dans le cadre du programme Medpartenership (2009-2014) le Plan côtier de Réghaia (PCR) a été engagé en février 2012. Il a bénéficié d’un financement multi-partenarial national et international (ministère de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire, Plan d’actions pour la méditerranée, UNESCO-PHI, etc.). L’objectif est de réaliser une première expérience locale de gestion côtière intégrée, qui devra selon le document contractuel de référence « préciser les orientations de la Stratégie nationale de GIZC pour l’Algérie et aboutir à sa mise en œuvre au niveau local, conformément aux exigences du Protocole GIZC de Madrid» . Ce projet pilote se fonde sur lesprit et la lettre du protocole en question, notamment sur les dispositions relatives aux objectifs et aux principes généraux de la GIZC (articles 5 et 6), aux stratégies méditerranéenne et nationales de GIZC, ainsi qu’à l’élaboration de programmes côtiers (articles 17 et 18).

2.1 - Le plan côtier de Réghaia

18On peut décliner l’objectif global qui a été assigné au projet « Plan côtier Réghaia » sur un double plan :

  • La contribution à la valorisation et à la protection d’un territoire, comprenant une zone humide côtière et une partie marine adjacente, dont l’évolution n’échappe pas à l’influence de la dynamique métropolitaine algéroise.

  • L’engagement et la promotion d’un processus de gestion intégrée en introduisant une nouvelle démarche basée sur un partenariat effectif, impliquant l’ensemble des acteurs et intervenants.

19La réalisation du PCR est structurée en trois grandes phases : (i) identification préliminaire de la situation et déclinaison de la problématique (ii) formulation d’une stratégie de de gestion durable et élaboration d’un programme d’actions intégré (iii) engagement et modalités de mise en œuvre du programme d’actions. Son organisation s’appuie sur deux types d’activités : cinq activités thématiques (biodiversité, urbanisation, activités socio-économiques, pollution, ressource hydrique) et deux activités transversales (durabilité et processus de GIZC et système d’information). Les travaux se sont déroulés en deux phases, ponctuées par des ateliers participatifs et des activités inter-ateliers (fig. 1). Le PCR a été officiellement clôturé en septembre 2015.

Fig. 1 – Déroulement des travaux en suivant une démarche intégrée et participative

Fig. 1 – Déroulement des travaux en suivant une démarche intégrée et participative

Source : M. Larid, 2013

20La démarche intégrative et participative engagée par le PCR a produit un programme d’actions, à court et moyen terme, ancré dans une stratégie de durabilité à plus long terme (horizon 2020-2025). Les actions retenues, dans un périmètre prioritaire (carte 3), s’inscrivent dans les axes stratégiques orientés vers la durabilité de la zone humide, en s’appuyant notamment sur la maîtrise de l’étalement urbain, la réhabilitation du milieu naturel, la lutte contre toutes formes de pollution et la promotion d’un tourisme balnéaire respectueux de l’environnement.

Carte 3 – Périmètre d’actions prioritaires autour de la zone du projet « réserve naturelle »

Carte 3 – Périmètre d’actions prioritaires autour de la zone du projet « réserve naturelle »

Source : Plan côtier de Réghaia, « activité système d’information ».

2.2 - Une approche par GIZC : le processus intégratif

21Le PCR a initié pour la première fois en Algérie, à une échelle territoriale réduite et pour un espace sensible, un travail fondé sur la mobilisation d’acteurs autour des enjeux économiques, sociaux et environnementaux. Ceci en privilégiant la démarche participative et intersectorielle et en utilisant des indicateurs clés co-construits dans une perspective d’intégration et donc de gestion durable de la zone humide (LARID, 2013). Le but recherché étant la promotion d’un processus mobilisateur, dans l’esprit du cadre méthodologique intégratif (CMI), mis en place par le partenariat stratégique pour le grand écosystème méditerranéen (Medpartenership). Le processus a été ponctué par trois ateliers d’intégration, qui ont eu lieu les 29 avril 2013, 19 juin 2013 et 21 septembre 2013 et qui ont regroupé à chaque fois une trentaine de participants (fig. 2).

Fig. 2 – Représentation du phasage CMI - Medpartnership et des ateliers d’intégration PCR

Fig. 2 – Représentation du phasage CMI - Medpartnership et des ateliers d’intégration PCR

Source : M. Larid, 2013.

22Ces ateliers se sont déroulés après l’étape « bilan – diagnostic » et la validation des grands axes stratégiques de durabilité. Ils ont eu lieu, avec 45 jours d’intervalle en moyenne, sur le site de la zone humide (au Centre de gestion).

23Le PCR, et le processus d’intégration qu’il a introduit, ont permis d’amorcer une dynamique participative (photos 3), pour stimuler l’esprit de travail collectif et l’approche transversale. La démarche proposée ici sert d’évaluation du retour d’expérience.

Photos 3 – Ateliers participatifs réalisés et restitutions en séances plénières

Photos 3 – Ateliers participatifs réalisés et restitutions en séances plénières

3a et 3b : travaux en séances plénières. 3c, 3d et 3e : ateliers participatifs

Crédits photographiques : M. Larid, 2013.

3 ‑ L’évaluation d’une expérience : les premiers enseignements

24La lecture du processus de gestion intégrée doit se faire à plusieurs niveaux ralliant notamment le sectoriel, le spatial, l’institutionnel, la connaissance et l’information scientifique (MIOSSEC, 1998). L’analyse de l’évolution du concept de GIZC montre que l’intégration dépend principalement de trois paramètres : la participation, impliquant tous les partenaires dans le processus de décision, le dispositif réglementaire, régulant les mécanismes et le contexte de gestion, et enfin la production et la diffusion de la connaissance et de l’information systémique, permettant à l’expert de partager et « de faire passer le savoir sur le territoire » (MASSON-VINCENT et al., 2012).

3.1 - La démarche méthodologique : les indicateurs d’intégration

  • 4 À l’exemple des indicateurs développés en partenariat au niveau méditerranéen dans le cadre du pr (...)
  • 5 Appel à projets pour un développement des territoires littoraux par la GIZC, en ligne : [http://w (...)

25Pour évaluer le processus GIZC engagé, une démarche est proposée. Elle tente de dépasser l’évaluation normative des politiques pour les zones côtières, basée sur les indicateurs de gestion qu’on retrouve dans certains programmes côtiers4 ou dans des rapports de projets de recherche (BRETON, 2006). Elle s’inspire des approches socio-spatiales basées sur la mesure et la quantification de l’emprise des sociétés sur le rivage, dont les méthodologies ont déjà fait leurs preuves. Des grilles de cotation ont été élaborées et testées pour quantifier l’anthropisation des espaces côtiers (HALLEGOUET et al., 1997), ou la vulnérabilité des dunes littorales (BODÉRÉ et al., 1991). La première évaluation par critère d’intégration s’est faite, en 2006, en France. Le cahier des charges relatif à l’appel à projet GIZC lancé par la Délégation interministérielle pour l’aménagement et la compétitivité des territoires (DIACT)5 formule des critères pour évaluer le caractère intégratif des projets proposés. Cependant, l’évaluation n’a pas porté sur des réalisations ou des expériences concrètes, mais sur des propositions de projets (MEUR-FEREC, 2007). De plus, l’appréciation qualitative des critères retenus est globalement faite par les experts. Elle ne se déduit pas d’un décryptage de chaque critère en évaluant ses composantes.

26À travers lexpérience du PCR, lidée est denrichir lévaluation du processus intégratif engagé, de manière aussi objective que possible puisquelle est soumise à lappréciation et au jugement de groupe. Dans une première étape, on fait une cotation consensuelle de trois paramètres, ou indicateurs d’intégration, relatifs à la participation, à la réglementation et au système de données et informations. L’analyse et la quantification, à l’aide d’une grille de cotation (tableau 1), de ces indicateurs complémentaires permettent d’avoir une première appréciation du contexte de gestion en place. La grille de cotation est établie pour chacun des trois indicateurs d’intégration, qu’on définit par des éléments caractéristiques (e1, e2, e3, ..., en), qu’il s’agit de coter selon un score variant de 1 à 5 (degré de satisfaction) et de sommer (Co) pour déterminer la proportion par rapport à une situation de référence (Cr), indiquant ainsi l’indice de satisfaction (Ics) de chaque indicateur (tableau 1), qui sera apprécié selon sa position dans l’échelle de satisfaction graduée de 1 à 5 (tableau 2).

Tableau 1 – Grille de cotation des indicateurs selon le degré de satisfaction

Tableau 1 – Grille de cotation des indicateurs selon le degré de satisfaction

Source : M. Larid.

Tableau 2 – Échelle de satisfaction

Tableau 2 – Échelle de satisfaction

Source : M. Larid.

27On construit ensuite un diagramme pour déterminer l’indice global d’intégration (IGi). Celui-ci peut être obtenu à partir d’une figure tridimensionnelle établie sur un programme personnalisé dans le Radar d’Excel, en sachant que si l’angle α est défini par les côtés AB et AC du triangle ABC, l’aire de ce triangle est équivalente à 0,5 sinus α x AB x AC. Le triangle est gradué de 0 à 5 (niveaux de satisfaction) sur les trois axes (représentant les trois indicateurs) joignant son centre à chacun de ses sommets. L’indice global d’intégration est obtenu par le facteur de proportionnalité entre la surface indiciaire empirique et la surface indiciaire de référence (fig. 3), soit s (abc) / S (ABC), calculée automatiquement sous Excel.

Fig. 3 – Représentation du diagramme d’intégration

Fig. 3 – Représentation du diagramme d’intégration

Source : M. Larid.

28C’est une proposition de démarche empirique, simple, pour appuyer « l’aide à la décision » et en même temps, enrichir la « boîte à outil » concernant la gestion de la zone humide de Réghaia (LARID, 2008), afin de rendre non seulement plus intelligible la problématique de sa durabilité, mais encore de fournir des éclairages sur les mesures et dispositifs de sensibilisation, de concertation et d’accompagnement qui s’avèrent utiles à la promotion du processus d’intégration.

3.2 - La participation

  • 6 Propos livrés par J.‑L. Guigou, à l’ouverture des Entretiens de la Cité des Territoires, Grenoble (...)

29Le concept de territoire, très présent depuis les années 1990 en sciences humaines, se diffuse de plus en plus dans le domaine de l’action publique et collective (VANIER, 2009). Pour reprendre les propos de J.‑L. Guigou, il « faut croire aux territoires, leur montée en puissance en s’appuyant sur le couplage action‑réflexion et la prospective6 ». Clé majeure de tout processus territorial intégratif, la dimension participative est généralement associée à la multiplicité des acteurs, aux mécanismes de concertation, de décision et d’administration, ainsi qu’au système de représentation. Elle conduit à davantage de légitimité nécessaire à la gestion d’un projet collectif de territoire. Pour gérer de manière collectivement responsable, D. COHEN (2012) évoque « l’urgence de repenser de fond en comble le rapport entre le bonheur individuel et la marche des société  ».En matière de gestion participative territoriale, il faut éviter les deux dogmatismes symétriques : savoir mieux que les gens ce qui est bon pour eux, ou à l’inverse les laisser se débrouiller tout seuls (COHEN, 2012). Dans les pays à démocratie avancée, même si de nombreux travaux ont montré toutes les difficultés de conciliation entre les préoccupations particulières et les intérêts collectifs ou de groupe (ROSANVALLON, 2008 ; JOLIVEAU, 2002), les contextes sont plus favorables à la promotion du processus participatif que dans les pays émergents.

30En Algérie, malgré les propos d’ouverture tenus dans les débats politiques à un haut niveau (AMIR, 2014), sur le terrain des efforts restent encore à accomplir pour enclencher un processus de mobilisation collective et effective autour des enjeux territoriaux locaux en général et du management local en particulier (MEBTOUL, 2014). L’espace public encore en construction (ADDI, 2012) ne facilite pas l’affirmation d’un management territorial créatif pour soutenir un projet collectif de territoire. Les analyses de durabilité territoriale indiquent qu’il « ne suffit pas de vouloir », en réalité les défis sont plus complexes. Quand bien même il faut prendre garde aux mimétismes, il convient de s’inspirer des analystes qui préconisent une refondation des pratiques, basée sur la promotion de méthodes, d’outils et de modes opératoires nouveaux (LAMIRI, 2013).

31La participation au processus intégratif de gestion de la zone humide côtière de Réghaia n’échappe pas à ce contexte général de gestion territoriale. Les tendances lourdes observées sur le site, notamment les menaces qui pèsent sur la quantité et la qualité de son potentiel hydrique, les pertes de sol et de biodiversité, nécessitent des actions et des mesures conséquentes. Il y a donc besoin d’une dynamique de sensibilisation, d’implication, de responsabilisation et de mobilisation de tous les acteurs locaux à des degrés divers pour la réalisation d’un projet de territoire durable. Mais, par manque de décentralisation effective et de démocratie participative, la sur-représentation des structures étatiques persiste encore au détriment du rôle sensé revenir aux collectivités locales et aux acteurs associatifs (LARID, 2008).

32Le projet PCR de Réghaia est porté par une structure centralisée, en l’occurrence le ministère algérien de l’Aménagement du territoire et de l’environnement, qui a pris l’initiative et assure le pilotage. Cette situation ne stimule pas la motivation et la mobilisation effective et efficace des acteurs locaux. C’est dans ce contexte institutionnel et administratif que les partenaires identifiés ont été appelés à participer aux trois ateliers d’intégration.

33L’analyse quantitative (nombre de présents) et qualitative (niveau de responsabilité, compétence territoriale et qualité des représentants), permet d’apprécier le degré de satisfaction concernant le volet participatif relatif à l’engagement du processus intégratif dans le cadre de la gestion de la zone humide côtière. Quatre critères ont été retenus, appréciés et cotés (tableau 3), en appliquant la démarche méthodologique proposée ci-dessus (tableau 1 et 2).

Tableau 3 – Cotation du paramètre de participation

Tableau 3 – Cotation du paramètre de participation

Source : M. Larid.

  • 7 Réunion à l’initiative du wali (préfet), suivie d’une visite en délégation officielle sur le terr (...)

34Par rapport à une situation idéale de référence, lindice de satisfaction (Ics) de l’indicateur de participation est coté à 50 %. Sa valeur sur le diagramme d’intégration est équivalente à 3. Cet exercice estimatif indique que le volet participatif est encore perfectible dans ce début du processus intégratif. Il nécessite manifestement des améliorations pour conforter le processus d’intégration qu’il convient de considérer avant tout comme une forme d’organisation qu’une recette prête à l’emploi (MEUR-FERREC, 2007). Le processus a été seulement enclenché dans le cadre du PCR. Cette expérience de terrain a révélé les efforts qui restent encore à accomplir pour dynamiser la dimension participative notamment pour son volet qualitatif (niveau de représentation, présence de certaines catégories, assiduité, ...). Mais la dynamique de participation qui s’est engagée laisse espérer de meilleures perspectives, pour peu que la mobilisation s’améliore dans l’étape de finalisation du projet et dans la période « après projet », en impliquant en particulier les jeunes acteurs « praticiens », tous profils confondus. Les responsables locaux sont interpellés, mais aussi l’ensemble des structures de formation et de sensibilisation. Des événements suivis de mesures officielles témoignent de la prise de conscience des autorités départementales (wilaya) à l’égard de la zone humide7.

3.3 - La réglementation

35La gestion intégrée des zones côtières est un paradigme scientifique conçu et développé aux États-Unis en raison des enjeux socio-environnementaux des écosystèmes côtiers, dont ont pris conscience les américains dès les années 1970 (LEFEBVRE, 2012). Depuis les premières expériences nord-américaines, dans l’espace euro-méditerranéen l’idée d’une politique de gestion intégrée apparaît progressivement en filigrane dans la convention de Barcelone et dans de nombreux protocoles, résolutions et recommandations (PRIEUR, 2009). Le protocole de Madrid sur la GIZC, signé le 21 janvier 2008 par 14 états méditerranéens leur impose désormais la promotion de la gestion intégrée des écosystèmes côtiers sensibles, y compris les zones humides littorales. Comme l’écrit M. PRIEUR (2011), « Le protocole instaure un régime juridique nouveau des aires naturelles non protégées qui doivent être néanmoins préservées (zones humides, forêts littorales, dunes, îles et îlots, paysages ».

  • 8 Extrait du rapport de cadrage du PCR « La question de l’environnement est devenue une préoccupati (...)

36En Algérie, la politique volontariste du gouvernement8 visant une valorisation et une protection du littoral se traduit par un abondant dispositif juridique en phase avec la prise de conscience nationale et internationale de l’importance des multiples enjeux environnementaux. Ces textes juridiques font la part belle à la préservation des sites marins et côtiers sensibles dont, naturellement, font parties les zones humides côtières. L’explication de cet état de fait est à rechercher dans le dynamisme de l’administration centrale, dont la mission est orientée vers la protection de l’environnement et la promotion du développement durable. Elle se retrouve aussi dans les engagements de l’État algérien au sein des programmes d’actions pour la protection de la méditerranée, dans le cadre de la convention de Barcelone (1976) ou du protocole GIZC de Madrid, pour ne citer que ces deux exemples.

  • 9 On peut principalement citer : – La loi n° 02-02 du 5 février 2002 relative à la protection et à (...)

37Cependant, si de nombreux textes et dispositifs réglementaires existants nourrissent la démarche ou le processus de durabilité et la Gestion intégrée des zones côtières, il reste encore beaucoup à faire pour quils soient concrètement appliqués et donc faire progresser la concertation sectorielle et les mécanismes participatifs de décision. Plusieurs années après leur promulgation (la plupart de ces textes sont parus entre 2001 et 2005), on peut observer d’importants écarts entre l’esprit des textes et leur application sur le terrain (exemple de la « loi littoral algérienne »). Ceci fait craindre la mise en œuvre effective du processus intégratif, dans le cadre du « plan GIZC de Réghaia ». Les textes existants et les autres dispositifs réglementaires, que nous avons plus profondément étudiés9, laissent apparaître des insuffisances, un manque de précision et de pertinence, en matière notamment d’arbitrage, de concertation et de coordination intersectorielles. Sur le terrain, on observe que les conflits d’intérêts, la dilution des responsabilités, les lourdeurs des mécanismes d’instruction des dossiers techniques et des décisions, sont autant de faiblesses et de handicaps qui ne sont pas encore suffisamment pris en charge juridiquement. La nécessité d’une coordination sectorielle est certes consacrée, mais les liens et les négociations entre les secteurs restent encore peu développés et très peu encadrés. Les voies et moyens de la concertation ne sont pas précisés. Les mesures et les garde-fous pour y parvenir font défaut. Les modalités d’application des textes réglementaires sont souvent insuffisantes ou mal formulées. Manifestement, la concertation sectorielle se heurte à un manque de législation spécifique. Le chevauchement de compétences dans la gestion de la zone humide risque de compromettre la réalisation effective du programme d’actions retenu par le PCR de Réghaia.

38L’analyse du contexte réglementaire étudié permet de faire une estimation du degré de satisfaction (Ics) relatif à l’indicateur réglementation, suivant trois critères qui ont fait l’objet d’une cotation (tableau 4). Par rapport à une situation de référence, il est coté à 33,3 %. Sa valeur sur le diagramme d’intégration est équivalente à 2.

Tableau 4 – Cotation du paramètre de réglementation

Tableau 4 – Cotation du paramètre de réglementation

Source : M. Larid.

3.4 - Le système d’information

39L’approche multidisciplinaire, la production et le recoupement d’informations et de données synthétiques sont essentiels pour l’opérationnalité d’un processus intégratif. Quel que soit l’écosystème concerné, sa gestion intégrée nécessite à la fois la connaissance des processus naturels qui le soutiennent et celle des pressions anthropiques susceptibles de menacer son équilibre. Pour la zone côtière, son fonctionnement et son évolution s’appuient sur une multitude de paramètres naturels et anthropiques interagissant à des échelles spatiotemporelles qui ont besoin de multiples compétences scientifiques (BARTLETT et al., 2000). Certains pays avancés tirent profit des nouvelles technologies et développent des systèmes d’information efficaces pour l’aide à la gestion des littoraux (ROBIN et al., 2005).

40En Algérie, même si le discours officiel fait souvent référence à la nécessité de promouvoir les systèmes de données et dinformation, des difficultés d’ordre institutionnel et humain rendent difficiles leur développement, pourtant nécessaire aux prises de décisions, à plus forte raison pour la promotion d’un processus d’intégration.

41Le PCR de Réghaia comprend une activité transversale intitulée « système dinformation ». Prévue selon une formule contractuelle, au même titre que les autres activités, son objectif est tout naturellement de collecter et de traiter les données et informations multi‑sources afin de les mettre à la disposition des consultants par thématique, de répondre aux besoins de l’analyse transversale et de mettre au même niveau d’information l’ensemble des partenaires.

42On peut avoir une idée globale du résultat de cette activité en donnant un aperçu sur la consistance des données collectées ou élaborées, sur leur traitement et leur analyse.

43Le résultat essentiel obtenu est la conception d’un atlas cartographique réalisé sur la base dun système dinformation géographique sous ArcGis version 10, en couplant les informations et les données fournies par les consultants thématiques avec celles recueillies grâce au traitement de l’imagerie satellitaire de 2012. C’est un travail inédit à l’échelle du périmètre élargi dans lequel sinsère la zone humide. Mais, à lexception de la dynamique urbaine et de loccupation du sol qui ont fait lobjet dune approche diachronique, on constate que pour les autres volets (ressources et milieu naturel, qualité de l’environnement, etc.) il s‘agit plus d’une cartographie, un « état des lieux », que d’un document interactif, facilitant l’exercice rétrospectif et prospectif dans un contexte participatif et de durabilité (GOURMÉLON et al., 2005).

44La base de données, alimentée par la photo interprétation et les travaux des consultants thématiques, est inégalement structurée. Les données sur certains volets (pollution, biodiversité, réglementation) sont relativement abondantes, tandis qu’elles sont peu étoffées pour d’autres secteurs ou thématiques aussi importantes pour une démarche d’intégration (social, économie, démographie, potentiel hydrique, envasement du plan d’eau, climat et données météo marines).

  • 10 1 Extrait du rapport final de l’activité « analyse de durabilité et processus de GIZC » « de l’ana (...)

45Le traitement des données collectées a permis de mesurer des indicateurs nécessaires à l’analyse transversale et prospective de durabilité. Des axes stratégiques de développement durable de la zone humide côtière de Réghaia ont été formulés et validés lors des « ateliers d’intégration10 » . Néanmoins, on a constaté que les périodes inter-ateliers ont profité seulement aux responsables des équipes thématiques qui ont plus ou moins échangé et qui pouvaient solliciter à tout instant le responsable de l’activité « système d’information ». Pour les autres participants, il y a eu manifestement un manque de partage de données et quasiment pas de possibilité d’accès au réseau interne d’information. Une implication systématique des acteurs lors de la mise en place du système d’information et du traitement des données aurait contribué à l’amélioration du processus intégratif. En rapport avec tous ces arguments, l’indicateur système d’information est évalué sur la base de 3 critères (tableau 5) et son indice de satisfaction (Ics) est coté à 53,3%, soit une valeur moyenne équivalente à 3 dans le diagramme d’intégration.

Tableau 5 – Cotation du paramètre système d’information

Tableau 5 – Cotation du paramètre système d’information

Source : M. Larid.

3.5 - Le diagramme d’intégration

46Suivant les valeurs attribuées à chacun des 3 paramètres ou indicateurs d’intégration (tableau 6), selon le programme personnalisé sur le radar d’Excel, on peut estimer à 9/32, soit l’équivalent de 28 %, l’indice global d’intégration (IGi) (fig. 4) du processus de gestion de la zone humide côtière de Réghaia, engagé dans le cadre du PCR. Ce résultat montre une situation plutôt mauvaise et mets en évidence d’importants efforts à accomplir pour progresser sur la voie de l’intégration.

Fig. 4 – Représentation du diagramme d’intégration du processus de gestion de la zone humide de Réghaia

Fig. 4 – Représentation du diagramme d’intégration du processus de gestion de la zone humide de Réghaia

Source : M. Larid.

Tableau 6 – Cotation des indices de satisfaction des trois paramètres d’intégration

Tableau 6 – Cotation des indices de satisfaction des trois paramètres d’intégration

Source : M. Larid.

Conclusion

47Comment quantifier l’évaluation du processus intégratif engagé pour la gestion de la zone humide côtière de Réghaia ? Pour y répondre nous avons proposé une démarche empirique qui repose sur une approche collective. Elle est basée sur la conception d’une grille de cotation et d’un indice global d’intégration, obtenus à partir de discussions et de multiples échanges autour des paramètres relatifs à la participation, à la réglementation et au système d’information, qui sont aujourd’hui reconnus comme les fondamentaux des processus de gestion intégrée. Les résultats de cette première expérience locale permettent de tirer des enseignements préliminaires utiles pour la promotion du processus d’intégration engagé dans le cadre du Plan Côtier de Réghaia.

48Pour ce qui concerne l’Algérie, ils révèlent les quelques difficultés qui restent encore à surmonter pour parvenir à une application efficace et effective du protocole de Gestion Intégrée des Zones Côtières méditerranéennes. Étant donné la complexité des enjeux, le contexte de gestion actuel n’est pas encore suffisamment réceptif à la conduite d’un modèle intégratif, pourtant inéluctable pour la durabilité du patrimoine naturel remarquable de cette zone côtière littorale. Enfin, ces résultats confortent l’idée que la gestion intégrée est une démarche itérative et cumulative. La dynamique engagée offre des perspectives intéressantes d’intégration. Celle-ci dépend d’une meilleure implication des acteurs locaux, de l’amélioration du processus de participation et de concertation, d’une réglementation plus efficace et mieux adaptée et d’un système d’information plus opérationnel et accessible.

Haut de page

Bibliographie

ADDI L., (2012), Algérie : chronique d’une expérience post coloniale de modernisation, éditions Barzakh, Alger, 334 p.

AHRIZ S., NEDJAROUI D., SADKI N., (2011), Impact de la pollution industrielle sur un écosystème lacustre : détermination des bio‑accumulateurs (cas du lac de Réghaia), Sciences & Technologie C 34, Université Mentouri, Constantine, p. 9‑16.

AMIR N., (2014), Les maires doivent rendre des comptes aux citoyens, quotidien national El Watan du lundi 21 juillet, p. 5.

ATLAS DGF., (2002), Atlas des 26 zones humides algériennes d’importance internationale, Direction générale des Forêts (DGF), ministère de l’Agriculture et du Développement rural, Alger, 107 p.

BARET J., BENHADJ S., CHARRIER M. et al., (2012), Lac de Réghaia (Wilaya d’Alger), Mission d’inventaires terrestres : Diagnostic écologique et prescriptions de gestion, Conservatoire du littoral (France).

BARTLETT D., FOWLER C., LONGHORN R. et al., (2000), Coastal GIS at the turn of the century, conclusion du colloque Coast GIS ‘99 : geomatics and coastal environmental, Brest, 9-11 September 1999, actes de colloque 25, Ifremer, 13 p., [en ligne].

BODERE J.C., CRIBB R., CURR R., et al., (1991), La gestion des milieux dunaires littoraux. Évaluation de leur vulnérabilité à partir d’une liste de contrôle. Études de cas dans le Sud du pays de Galles et en Bretagne Occidentale, Norois 38, (151), p. 279‑298.

BRETON F., (2006), Report on the use of the ICZM indicators from the WG-ID A contribution to the ICZM evaluation, European Topic Centre – terrestrial environment, 63 p, [en ligne].

CHENIT K., (2012). Plan côtier de Réghaia : pollution hydrique. État des lieux et diagnostiques, ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Alger, 32 p.

COHEN D, (2012), Homo Economicus, prophète (égaré) des temps nouveaux, Albin Michel, Paris, 213 p.

DERGHAL-BENMOUSSA N., (2009), Étude de la végétation du Lac de Réghaïa – Approche phyto sociologique, Dynamique et Cartographique, Mémoire de Magister, ENSA El Harrach, 135 p.

GHODBANI T., AMOKRANE K., (2013), La zone humide de la Macta : un espace à protéger sur le littoral ouest de l’Algérie, Physio-Géo 7, [en ligne].

GOURMELON F., ROBIN M., (2005), SIG et littoral, Éditions Hermès, traité IGAT, Paris, 328 p.

GRIMES S., (2012), Plan côtier de Réghaia, Activité biodiversité marine et conservation des habitats côtiers remarquables, ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Alger.

HALLEGOUET B., HENAFF A., MOREL V. et al., (1997), Dynamiques économiques et anthropisation des bords de mer : impacts sur les sociétés et les espaces littoraux armoricains, Cahiers Nantais 47-48, p. 377‑390.

JOLIVEAU T., (2002), Les territoires de la participation, problème local, question universelle ?, Géo carrefour 76, p. 171-174.

LAMIRI A., (2013), La décennie de la dernière chance : émergence ou déchéance de l’économie algérienne ?, Éditions Chihab, Alger, 288 p.

LARID M., (2010), Contribution méthodologique pour la connaissance du rôle des acteurs locaux dans la réalisation d’un projet de territoire : le cas du projet de la réserve naturelle de Réghaia dans la zone côtière est de l’Algérois, Développement durable & territoires 1, (3), décembre 2010, [en ligne].

LARID M., (2008), La zone côtière humide de Réghaia dans le littoral est algérois (Algérie) : contribution méthodologique à son plan de gestion, Revue Cybergeo, Environnement, Nature, Paysage, article 425, [en ligne].

LARID M., (2013), Plan côtier de Réghaia : Durabilité et processus GIZC. ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Alger, 50 p.

LEFEBVRE C., (2012), La gestion intégrée côtière et marine : nouvelles perspectives, VertigO H-S 9, [en ligne].

MASSON‑VINCENT M., DUBUS N., BLEY D. et al., (2012), La Géo gouvernance : un concept novateur ?, Cybergeo, document 587, [en ligne].

MEBTOUL M., (2014), Oran une longue histoire méditerranéenne. Contribution au débat « Oran métropole méditerranéenne », Le quotidien d’Oran ; 17 juillet.

MEKHOUKH O., (2012), Plan côtier de Réghaia : Pollution par les déchets solides. Éléments de la stratégie du PCR, ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Alger, 35 p.

MEUR-FEREC C., (2007), La GIZC à l’épreuve du terrain : premiers enseignements d’une expérience française, Développement durable et territoire, Varia (2004-2010), [en ligne].

MEZIANE H., (2012), Plan côtier de Réghaia : sites naturels et biodiversité terrestre. Etat des lieux et diagnostique, ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Alger, 68 p.

MIOSSEC A., (1998), De l’aménagement des littoraux à la gestion intégrée des zones côtières, in GAMBLIN A. (dir.), Les littoraux espaces de vie, SEDES-Éditions, p. 231‑266.

PRIEUR M., (2009), Conclusion : Rapport de synthèse sur la gestion intégrée des zones côtières, VertigO H-S 5, [en ligne].

PRIEUR M., (2011), Le Protocole de Madrid à la Convention de Barcelone relatif à la gestion intégrée des zones côtières de la Méditerranée, VertigO H-S 9, [en ligne].

PROGRAMME D’AMÉNAGEMENT CÔTIER (PAC) « Zone côtière algéroise », (2005), Activité : Protection des sites sensibles naturels marins du secteur Cap Djinet au Mont Chenoua, Actions pilotes, plan d’action et recommandations, PNUE/PAM, CAR/PAP, MATE, [en ligne].

ROBIN M., GOURMELON F., (2005), La télédétection et les SIG dans les espaces côtiers. Éléments de synthèse à travers le parcours de François Cuq, Norois 196, [en ligne].

ROSANVALLON P., (2008), La Légitimité Démocratique - Impartialité, Réflexivité, Proximité, coll. Les livres du Nouveau Monde, Le Seuil, 367 p.

TALEB A., DERGHAL N.-K., YANINA K. et al., (2003), Fiche descriptive sur les zones humides Ramsar, République algérienne démocratique et populaire, ministère de l’Agriculture et du Développement rural, Direction générale des Forêts, 16 p.

TOUATI K., (2012), Plan côtier de Réghaia : Urbanisation et artificialisation des sols. État des lieux et diagnostique, ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Alger, 124 p.

VANIER M., (dir.) (2009), Territoire, territorialité, territorialisation - controverses et perspectives, Actes des entretiens de la Cité des Territoires, Grenoble, 7-8 juin 2007, Collection « Espace et Territoire », Presses Universitaires de Rennes, p. 10‑11.

Haut de page

Notes

1 Protocole de Madrid, relatif à la gestion intégrée des zones côtières (GIZC) de la Méditerranée, signé le 21 janvier 2008 par les États riverains.

2 [En ligne].

3 Les pays méditerranéens ont collectivement engagé le « partenariat stratégique (2009‑2014) pour le grand écosystème marin de la mer Méditerranée » : Medpartnership.

4 À l’exemple des indicateurs développés en partenariat au niveau méditerranéen dans le cadre du programme Pegazo, [en ligne].

5 Appel à projets pour un développement des territoires littoraux par la GIZC, en ligne : [http://www.territoires-littoraux.com], lancé par La Délégation interministérielle pour l’aménagement et la compétitivité des territoires (DIACT, Algérie), en janvier 2006. Les critères d’évaluation sont relatifs à l’intégration sectorielle, l’association des partenaires concernés et l’expérience dans la pratique de la gestion intégrée. Pour chacun des critères une cotation qualitative à 3 niveaux, « bon », « moyen », « mauvais », est affectée sur la base de l’étude des dossiers de projets soumis.

6 Propos livrés par J.‑L. Guigou, à l’ouverture des Entretiens de la Cité des Territoires, Grenoble, 7 et 8 juin 2007 « Territoire, territorialité, territorialisation… et après ? ».

7 Réunion à l’initiative du wali (préfet), suivie d’une visite en délégation officielle sur le terrain et de la création d’un comité intersectoriel pour la finalisation et la mise en œuvre du Plan côtier de Réghaia, par arrêté n° 3953 du 3 juillet 2014 du wali d’Alger.

8 Extrait du rapport de cadrage du PCR « La question de l’environnement est devenue une préoccupation majeure pour les pouvoirs publics à partir 1999, date à laquelle le paysage institutionnel a enregistré une évolution considérable comme en témoigne la création d’un département ministériel dédié à l’aménagement du territoire et à l’environnement (MATE) ».

9 On peut principalement citer : – La loi n° 02-02 du 5 février 2002 relative à la protection et à la valorisation du domaine littoral – La loi n° 01-20 du 12 décembre 2001 relative à l’aménagement et au développement durable du territoire – La loi n° 03-10 du 19 juillet 2010 relative à la protection de l’environnement dans le cadre du développement durable – Le décret n° 87-144 du 16 juin 1987 fixant les modalités de création et de fonctionnement des réserves naturelles – La loi n° 11-02 du 17 février 2011 relative aux aires protégées dans le cadre du développement durable – Le décret exécutif n° 09 – 114 du 7 avril 2009 fixant les conditions d’élaboration du plan d’aménagement côtier, son contenu et les modalités de sa mise en œuvre – La loi n° 05-12 du 04 août 2005 relative à l’eau – La convention relative aux zones humides d’importance internationale particulièrement comme habitat de la sauvagine signée à Ramsar le 2 février 1971 approuvée par le décret 82-439 du 11 décembre 1982.

10 1 Extrait du rapport final de l’activité « analyse de durabilité et processus de GIZC » « de l’analyse de la matrice des relations entre indicateurs, on peut déduire par ordre de priorité 4 grands axes susceptibles de soutenir la stratégie de durabilité... à l’horizon 2020‑2025 :
– la maîtrise du système urbain et la conservation du milieu naturel,
– le traitement des eaux usées et la conservation de la ressource hydrique,
– le développement d’un tourisme durable,
– la prise en charge effective de la pollution par les déchets ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Situation géographique de la zone humide côtière de Réghaia dans l’Est algérois
Crédits Source : M. Larid, 2008, conception P. Pentsch, 2016.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8091/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Photo 1 – Exemples d’habitats présents dans la zone humide de Réghaia
Légende 1a : vue d’ensemble de l’embouchure de l’oued Réghaia, du cordon dunaire et de la zone humide d’arrière-dune – 1b : pelouses humides situées sur le coteau est – 1c : prairie à jonc aigu (Juncus acutus) en bordure du marais
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8091/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Photo 2 – Espèces ornithologiques présentes dans la zone humide de Réghaia
Légende 2a : Sternes naines (Sternula albifrons) observées à l’embouchure du canal  – 2b : Cochevis huppé (Galerida cristata) observé sur le talus nord-est – 2c : Deux mâles d’érismature à tête blanche (Oxyura leucocephala) observés à proximité de la digue
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8091/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Carte 2 – Le bassin versant anthropisé du lac de Réghaia, à l’origine d’importants flux de pollution
Crédits Source : M. Larid, 2008, conception P. Pentsch, 2016.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8091/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Fig. 1 – Déroulement des travaux en suivant une démarche intégrée et participative
Crédits Source : M. Larid, 2013
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8091/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Carte 3 – Périmètre d’actions prioritaires autour de la zone du projet « réserve naturelle »
Crédits Source : Plan côtier de Réghaia, « activité système d’information ».
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8091/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 2 – Représentation du phasage CMI - Medpartnership et des ateliers d’intégration PCR
Crédits Source : M. Larid, 2013.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8091/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Photos 3 – Ateliers participatifs réalisés et restitutions en séances plénières
Légende 3a et 3b : travaux en séances plénières. 3c, 3d et 3e : ateliers participatifs
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8091/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Tableau 1 – Grille de cotation des indicateurs selon le degré de satisfaction
Crédits Source : M. Larid.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8091/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tableau 2 – Échelle de satisfaction
Crédits Source : M. Larid.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8091/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 3 – Représentation du diagramme d’intégration
Crédits Source : M. Larid.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8091/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 3 – Cotation du paramètre de participation
Crédits Source : M. Larid.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8091/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Tableau 4 – Cotation du paramètre de réglementation
Crédits Source : M. Larid.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8091/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Tableau 5 – Cotation du paramètre système d’information
Crédits Source : M. Larid.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8091/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 4 – Représentation du diagramme d’intégration du processus de gestion de la zone humide de Réghaia
Crédits Source : M. Larid.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8091/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 6 – Cotation des indices de satisfaction des trois paramètres d’intégration
Crédits Source : M. Larid.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8091/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohamed Larid, « L’apport du retour d’expérience au processus de gestion intégrée des zones côtières », Méditerranée, 125 | 2015, 141-152.

Référence électronique

Mohamed Larid, « L’apport du retour d’expérience au processus de gestion intégrée des zones côtières », Méditerranée [En ligne], 125 | 2015, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 18 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8091 ; DOI : 10.4000/mediterranee.8091

Haut de page

Auteur

Mohamed Larid

Enseignant chercheur (HDR), École nationale supérieure des sciences de la mer et de l’aménagement du littoral, Alger, Algérie, med7larid@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals