Skip to navigation – Site map
Foreword

Géomorphologie et géoarchéologie des littoraux en mer Noire

Une contribution aux programmes ANR, IUF, LABEX OT‑Med et A*MIDEX
A. Baralis, A. Bivolaru, N. Marriner, C. Morhange, A. V. Porotov and V. N. Zin’ko
p. 3-9
This article is a translation of:
Geomorphology and geoarchaeology of Black Sea coasts [en]

Full text

Les responsables de la publication remercient chaleureusement les relecteurs des articles pour ce travail indispensable à la qualité scientifique du volume, tout particulièrement E. Anthony, G. Arnaud Fassetta, G. Bony, R. Cheddadi, C. Cordoba, B. Devillers, M. Djamali, L. Duţu, J.-P. Goiran, D. Kaniewski, P. Penstch, M. Vacchi, V. Ollivier et tous ceux qui ont préféré garder l’anonymat.
C. Morhange remercie J. Guiot (Cnrs - CEREGE - Labex OT Med) pour son aide.
La revue remercie le musée du Louvre (département des Antiquités grecques, étrusques et romaines) pour sa participation financière à la réalisation de ce numéro.

1Située entre l’Europe, le Caucase et l’Anatolie, la mer Noire présente une longueur d’environ 1 150 km d’Ouest en Est pour une largeur de 600 km du nord au sud. Ces dimensions lui confèrent ainsi une superficie globale d’environ 410 000 km². Il s’agit d’une création relativement récente dans la mesure où sa formation s’avère consécutive à la fin du Würm, laquelle par l’élévation du niveau marin a permis la connexion de cet espace avec l’océan mondial. Cet événement, qui bénéficie déjà d’une riche bibliographie, est l’objet actuellement d’un intense débat portant sur le cadre chronologique qui l’entoure (SOULET et al., 2011).

Localisation des sites étudiés

Localisation des sites étudiés

Crédit : P. Pentsch.

2Frontière naturelle à l’expansion des steppes euro-asiatiques, tout comme des peuples nomades qu’elles abritent, la mer Noire a surtout constitué une interface active ouverte au nord sur la mer d’Azov par le détroit de Kertch (Bosphore cimmérien), et au sud-ouest sur la mer Méditerranée par le Bosphore de Thrace et la mer de Marmara (l’ancienne Propontide) qui lui succède. C’est en effet par ses rives sud que les techniques néolithiques sont parvenues par vagues dans les Balkans avant de pénétrer plus à l’Ouest dans l’espace européen ; c’est par ses rives nord que transitèrent en retour les techniques métallurgiques dont le Sud-Est européen semble être un des foyers ; c’est enfin par ses détroits que les colons grecs accédèrent à ses différentes rives, connectant les populations locales thraces, gètes, scythes, taures, méotes, colches, paphlagoniennes ou mariandynes avec les réseaux d’échanges méditerranéens.

3L’ambition de ce nouveau volume de la revue Méditerranée n’est autre que d’établir un bilan sur les recherches en géoarchéologie et en géographie physique appliquées à la protohistoire et aux époques historiques en mer Noire et en mer d’Azov en présentant des données inédites obtenues dans le cadre des programmes actuellement actifs. La zone pontique a en effet constitué pendant longtemps un laboratoire dynamique et un espace de référence dans ce vaste champ disciplinaire depuis les toutes premières recherches menées à la fin du xviiie s. par Hablitz et Pallas autour des colonies grecques de Chersonèse et Kerkinitis (TUNKINA, 2003). Désireux de conduire l’inventaire des vestiges et des sites archéologiques présents sur ces territoires nouvellement conquis par Catherine II, ces deux chercheurs placèrent leurs recherches à l’échelle d’un territoire en dressant alors pour la première fois un relevé précis des structures agricoles et des réseaux viaires visibles autour des anciens noyaux urbains. Ils jetaient ainsi les bases d’une approche globale qui replaçait la cité grecque dans son contexte micro-régional. Cette orientation pluridisciplinaire, à l’origine même de la géoarchéologie, devait beaucoup à la formation initiale de ces savants, spécialistes en botanique et en zoologie avant de devenir archéologues par le biais d’une approche globale empreinte d’humanisme. Ces travaux précédèrent de peu l’ouverture en 1804 des premières fouilles par Koehler sur la péninsule de Majak, aboutissant dès les années 1830 à une restitution précise du parcellaire agricole autour de Chersonèse taurique qui intégrait déjà la distribution au sein de ce réseau des édifices ruraux, tandis que ces travaux étaient étendus dès 1851 à la cité voisine d’Olbia par un recensement des établissements présents sur son territoire (BARALIS et PANAYOTOVA, 2016b). Cette attention particulière ne faiblit pas par la suite à l’époque socialiste grâce à l’importance singulière accordée à la « culture matérielle » qui plaçait le fonctionnement économique, agricole et technique des établissements antiques au cœur des recherches de l’école archéologique soviétique. Ainsi s’opérait un changement d’échelle, permettant de passer de l’approche régionale à une étude micro-régionale qui aboutissait dans les années 1960 à l’émergence d’une archéologie du sol, basée sur l’étude novatrice de plusieurs kleroi de la chôra de Chersonèse et Kerkinitis (CHTCHEGLOV, 1992 et SAPRYKIN, 1994). Ces décennies d’après-guerre accompagnaient également la publication des grands parcellaires d’Olbia à un moment où le caractère évolutif de la péninsule de Taman commençait à être pleinement perçu, découvrant derrière les paysages modernes les contours de l’ancien archipel.

4Pourtant, et non sans paradoxe, la mer Noire est perçue de nos jours comme une belle endormie qui semble assister avec un certain recul aux développements des travaux novateurs qui fleurissent depuis 50 ans en Méditerranée occidentale où même en Israël. Comment interpréter dès lors cet apparent décalage alors que l’école soviétique de paléogéographie et d’études intégrées était jusqu’ici particulièrement exemplaire dans sa démarche d’approche globale ?

  • Concernant l’analyse géomorphologique des milieux littoraux, il semble que les recherches en mer Noire aient quelque peu pâti du laboratoire de la Caspienne, où des oscillations du niveau de la mer pluri-métriques ont été précocement identifiées (ANDRUSOV, 1888 ; RYCHAGOV, 1997 ; NADERI BENI et al., 2014) et ont polarisé travaux, débats et publications. Les scientifiques ont essayé de plaquer le modèle « hyper-mobiliste » du niveau de la mer Caspienne sur l’espace pontique, à l’origine de courbes du niveau marin assez fantaisistes qui ont longtemps pollué la réflexion et limité les interactions entre géosciences et archéosciences puisque les problématiques étaient à l’origine mal posées et la terminologie géoarchéologique plus que confuse, comme par exemple le terme de régression « phanagorienne » utilisé pendant des décennies (bibliographie in PIRAZZOLI, 1991 et BALABANOV, 2007). Cette pseudo-régression marine, située entre la moitié du deuxième millénaire avant notre ère et le début de notre ère, est la conséquence d’une méthodologie inadaptée, intégrant en une seule courbe « globale » de type yo-yo des données imprécises et disparates provenant de secteurs géologiques très différents. Des travaux plus récents ont montré que le niveau marin pontique s’est au contraire stabilisé depuis au moins 5 000 ans (POROTOV, 2007 ; BRÜCKNER et al., 2010 ; FOUACHE et al., 2012).

  • Les recherches néo-catastrophistes sur le mythe du déluge vers 7000 ans BP par déversement des eaux de la Méditerranée (ROSS et al., 1970 ; RYAN et al., 1997 et innombrables publications depuis….) ont polarisé l’attention sur la mer Noire, stérilisant en partie les recherches pluridisciplinaires moins médiatiques en concentrant des financements importants sur la recherche de factoïds et n’aboutissant qu’à des démonstrations scientifiques peu convaincantes et contradictoires comme le montre bien l’excellente synthèse dirigée par YANKO-HOMBACH et al. (2007). Cette approche néo-catastrophiste pose enfin la difficile question de la chaine causale entre archéosciences et géosciences (MORHANGE et al., 2014). Comme l’écrit si justement LEVEAU (2005), « Les mythes diluviens ne participent pas à la construction d’une mémoire des catastrophes. Ils nous renseignent plus sur nos angoisses que sur les catastrophes survenues dans le passé. Les scientifiques qui proposent de retrouver dans des phénomènes naturels le noyau caché de récits légendaires exploitent la crainte irrationnelle d’une montée catastrophique du niveau des mers. Sans doute certains d’entre eux nourrissent-ils une croyance naïve dans la possibilité qu’ils auraient de jeter ainsi un pont entre histoire des hommes et histoire des phénomènes naturels. Pour la majorité, il s’agit d’une attitude opportuniste. Mais elle contribue à un brouillage conceptuel qui ne sert pas une manière rationnelle d’envisager les risques naturels ».

  • Le désintérêt scientifique pour la côte septentrionale de l’Anatolie apparaît de nos jours plus criant en termes de publications géomorphologiques et géoarchéologiques, ce qui peut paraître paradoxal au regard du rôle historique majeur joué par la mer Noire au sein de l’espace ottoman à partir du xve siècle. Seuls quelques programmes comme le Sinop Regional Archaeological Project et le Black Sea Trade Project ont tenté une approche pluridisciplinaire avec des résultats tangibles (DOONAN, 2014), mais les quelques chantiers archéologiques actuellement actifs ne concernent que des études de sites appliquées à des espaces urbains, à l’image de celui mené à Teios (ATASOY, YILDIRIM, 2015).

  • En regard, on ne peut que souligner l’approche trop conservatrice des sciences humaines qui a longtemps fait la part belle à la toponymie et aux sources historiques comme pour le delta du Danube. On peut citer par exemple la publication emblématique de Ştefãnescu (1981) qui reconstitue la mobilité des embouchures danubiennes à partir de l’exégèse de la toponymie, des textes et des cartes anciens. Par bonheur, les travaux des équipes de N. PANIN (article dans ce numéro) et de A. VESPREMEANU-STROE viennent rectifier ces interprétations (GIOSAN et al., 2006 ; VESPREMEANU-STROE et al., 2013 et sous presse).

5Divers développements sont pour autant visibles, comme une attention accrue ces dernières années en faveur de la localisation d’épaves reposant sur l’usage de nouvelles technologies (ANGELOVA, 2011 ; ZHUKOVSKY, KUZNETSOV, OLKHOVSKY, 2013), qui permettent l’exploration de milieux hostiles comme les grandes profondeurs (BALLARD et al., 2001). Il s’agit alors de la télédétection d’épaves gisant par plusieurs centaines de mètres et de l’analyse de leurs cargaisons par sonar.

6Au sein de ce paysage de la recherche, plusieurs programmes scientifiques internationaux conduits dans une perspective pluridisciplinaire sont venus toutefois apporter une nouvelle dynamique en élargissant la recherche géoarchéologique à de nouvelles rives, en particulier au littoral occidental de la mer Noire, objet jusqu’ici d’une moindre attention :

  • C’est le cas par exemple du programme « Pont-Euxin » dédié à la géoarchéologie des cités grecques de l’ouest de la mer Noire, financé par l’Agence nationale de la recherche (2009-2013) et le ministère des Affaires étrangères, et qui intègre depuis 2014 le musée du Louvre. Son objectif scientifique est l’application en mer Noire d’une méthode d’analyse nouvelle consacrée à l’étude des réseaux d’occupation spatiale. Inscrite dans un cadre pluridisciplinaire, associant à l’archéologie l’apport de disciplines complémentaires comme la géomorphologie, la sédimentologie ou la palynologie, l’approche défendue étant basée sur la notion d’évolution des environnements. Ces derniers servent de prisme pour saisir dans une perspective dynamique les logiques à l’œuvre dans l’exploitation des territoires anciens. En complétant le panel des disciplines en usage par l’intégration de la paléozoologie, la biologie ou de l’anthracologie, plus adaptées à des contextes archéologiques clos comme les ensembles funéraires, cette méthodologie défend l’association inédite de disciplines œuvrant sur des échelles géographiques et chronologiques différenciées dont il est possible de croiser les résultats, considérés jusqu’à présent séparément, au service de l’étude d’un objet unique : l’occupation et la structuration des territoires antiques. Au temps long des processus géomorphologiques, dont l’étude est régionale, répond en effet l’éclairage ponctuel fourni par l’étude de contextes archéologiques individuels, comme un édifice rural, et parfois chronologiquement bien calé, car relevant d’un acte unique, comme un contexte rituel. Dans cette perspective, la démarche comparative apparait essentielle, car cette approche permet de faire ressortir par la confrontation l’originalité de chacun des terrains. Pour nourrir ce projet, deux ports antiques ont été retenus : Orgamè (BARALIS et LUNGU, 2015 ; BONY et al., 2015) et Apollonia du Pont (BARALIS et PANAYOTOVA, 2016a et 2016b). En ce sens, ce projet entretient une forte proximité avec les recherches conduites à Chersonèse Taurique (Crimée) par l’équipe internationale dirigée par le Pr. Carter (université du Texas) depuis 1994.

  • Le programme IUF mer Noire (2011-2016), sous la direction de C. Morhange, s’est concentré sur la mobilité des milieux naturels qui affecte, dans le cadre d’un site archéologique, tout autant sa topographie que la nature même de son environnement (ANTHONY et al., 2014, MORHANGE et al., 2015). Elle traduit par ailleurs l’usage qui est fait d’un territoire, tout en orientant partiellement ses diverses activités. Toute étude archéologique ne peut donc se concevoir sans le concours actif d’une équipe de paléo-environnementalistes couvrant un large champ disciplinaire. Plusieurs campagnes de carottages, associées à des prélèvements de surface ont donné lieu à des études : 1- palynologiques et paléobotaniques afin de saisir les transformations du couvert végétal comme en péninsule de Taman (KANIEWSKI et al., 2015 ; KANIEWSKI et al., ce volume) 2- géomorphologiques et biosédimentologiques pour reconstituer la mobilité des littoraux comme les étapes dans le comblement sédimentaire des baies et lagunes, l’identification de crises sédimentaires et la localisation d’anciennes zones portuaires comme à Orgamé (BONY, 2013 ; BONY et al., 2015), à Alepou (FLAUX et al., ce volume) ou en presqu’île de Taman (GIAIME et al., 2016). Depuis 2015, ce projet est renforcé par le réseau international A*MIDEX d’étude géoarchéologique des deltas. Suivant la même démarche, une équipe franco-roumaine étudie l’évolution de la zone interne du delta du Danube suite à la découverte d’une des plus vieilles occupations humaines de la zone deltaïque (énéolithique/chalcolithique). Ces travaux ont ainsi permis de préciser les stades d’évolution de cette région entre 5500 et 4000 ans avant J.-C. Celui-ci évolue comme un delta lagunaire en eau douce, s’épandant dans une vaste lagune séparée de la mer par une flèche littorale. La remontée rapide du niveau lagunaire, sous l’effet de la montée du niveau marin, aurait conduit à une submersion partielle du site et probablement à son abandon vers 4500 ans avant J.-C. (CAROZZA et al., 2013).Toutes ces recherches débouchent sur une réflexion sur la vulnérabilité des côtes basses sur la longue durée (MARRINER et al., 2015)

7Le présent volume est donc composé de onze articles consacrés à la déformation des littoraux et l’occupation des territoires. Il présente quelques résultats majeurs issus de ces travaux et s’articule en deux parties :

Méthodologie et contextes

8Le premier article traite de l’application des indicateurs archéologiques à la mesure des paléoniveaux marins. P. PEEV (ce volume) conclut que la montée relative du niveau de la mer depuis ca. 3000 ans est de l’ordre de 4 à 5 m le long des côtes bulgares, mais tout pu presque reste à faire dans le domaine de l’archéologie littorale en Bulgarie. La seconde contribution de C. CORDOVA présente une synthèse sur la végétation de la côte méridionale de Crimée durant l’Holocène récent. Ce territoire s’avère singulier du fait de la présence de taxons méditerranéens malgré une latitude relativement élevée et un isolement géographique assez marqué. L’évolution des paysages implique une série de processus qui ont interagi à différentes échelles sur plusieurs millénaires et qui est désignée comme la « méditerranéanisation » physique et culturelle de la Crimée. Le troisième article, sous la plume de N. PANIN et de ses collaborateurs, présente un état de la question géomorphologique concernant le contexte environnemental et sédimentaire du delta du Danube durant l’Holocène. Le delta est formé d’une séquence de dépôts détritiques allant jusqu’à 400 mètres d’épaisseur qui se sont accumulés principalement au cours du Pléistocène supérieur et durant l’Holocène. Les auteurs insistent sur quelques étapes morphogènes complexes comme (1) la formation de la flèche de Letea-Caraorman vers 11700-7500 ans BP; (2) le delta de St. George I vers 9 000-7 200 ans. BP; (3) le delta de Sulina vers 7200-2000 ans BP; (4) les deltas de St. George II St. et de Kilia depuis 2500 ans; (5) enfin les deltas de Cosna et Sinoie vers 3500‑1500 ans BP.

Études de cas à différentes échelles temporelles 

Échelle du site (4 études)

9Le premier article, rédigé par C. FLAUX et ses collaborateurs, est consacré à la découverte récente et inédite dans le cadre de la mission franco-bulgare à Apollonia du Pont (dir. A. BARALIS, K. PANAYOTOVA) d’un site palafitte du début de l’âge du bronze ancien dans la lagune d’Alepou (Sozopol, Bulgarie). Le contexte géomorphologique et le matériel archéologique ont fait l’objet d’une analyse pluridisciplinaire. Le site d’Alepou enrichit ainsi la carte archéologique du littoral bulgare, en complétant la série des sites protohistoriques submergés, tout en éclairant les stratégies économiques des sociétés littorales du début de l’âge du bronze. Cette étude démontre que les rivages lagunaires ont été occupés non seulement pour leurs ressources halieutiques mais également pour leur potentialité portuaire. Par comparaison, le site de Provadia-Solnitsata au nord-est de la Bulgarie, présenté par V. NIKOLOV, constitue une des premières agglomérations protohistoriques d’Europe, datée vers 4700-4200 ans avant J.-C. Son développement est directement lié à l’exploitation de ressources en sel. Une troisième étude considère la géomorphologie littorale de la région de Kerkinitis (Crimée nord-occidentale), caractérisée par la présence de nombreux limans, résultant de la transgression marine fini‑holocène des fonds de vallées. Ces limans ont pu servir d’abris côtiers naturels jusqu’à l’époque classique (V. KUTAIZOV et T. SMEKALOVA, ce volume). Le quatrième article analyse enfin les dynamiques fluviales et la mobilité des paysages de la vallée du Sambek au nord-est de la mer d’Azov, à proximité du delta du Don, depuis l’âge du bronze. Cette étude menée par M. SCHLÖFFEL et ses collaborateurs démontre qu’au début de l’Holocène, la morphologie de la vallée du Sambek est caractérisée par un système méandriforme prononcé. De l’Holocène moyen aux années soixante, des accumulations sédimentaires exogènes ont joué un rôle morphogène important. En revanche, depuis la construction de nombreux barrages à l’amont durant l’époque soviétique, le système fluvial est redevenu à nouveau autochtone.

Échelle régionale (3 études)

10Le premier article de G. GARBUZOV tente de quantifier les terres arables du Royaume du Bosphore qui occupait durant le ive siècle avant J.-C. une place importante dans les échanges au sein du monde antique dont il était l’un des plus grands producteurs de céréales commercialisables. Or, une intense production céréalière présuppose l’existence d’un système agricole structuré. Les sols fertiles ont joué un rôle important dans la mise en place et le développement de ce modèle économique. Dans cette perspective, l’article propose une méthode d’estimation appliquée à la superficie maximale potentielle des terres arables. Par ailleurs, sur la base des données archéologiques, certaines hypothèses peuvent être formulées sur l’intensité de l’utilisation des terres arables, lesquelles permettent en retour d’approcher la superficie maximale couverte par la céréaliculture. Le résultat de ces estimations suggère que les sols fertiles étaient suffisamment abondants dans le Royaume du Bosphore au cours du ve siècle av. J.-C. pour soutenir la production d’importantes quantités de céréales commercialisables. Une deuxième étude (D. KANIEWSKI et ses confrères, ce volume) présente les premières évidences de culture de céréales et de feux d’origine anthropique en péninsule de Taman, au sud de la Russie, dès 7000 ans avant l’actuel. Ces travaux palynologiques suggèrent que le corridor caucasien fut l’une des routes de diffusion des pratiques agricoles vers les steppes de l’Eurasie. Le troisième article, rédigé par V. LICHELI, traite de la difficulté de localiser l’ancienne cité de Phasis (Géorgie), établissement ionien majeur du littoral de la Colchide, en mer Noire orientale. À partir de données historiques, géomorphologiques et archéologiques, il semble probable que le site soit localisé dans un secteur colmaté dans la région de Sagvichio, à proximité de l’actuel fleuve Rioni.

À l’échelle du bassin pontique

11Un catalogue des abris et ports antiques potentiels de mer Noire recensé par A. de GRAAUW démontre qu’au moins 300 abris étaient nécessaires pour une navigation sûre autour de la mer Noire et de la mer d’Azov. Cet inventaire conclut que de nombreux ports antiques sont sans doute encore à découvrir en Ukraine et en Russie méridionale.

Top of page

Bibliography

ANDRUSOV N. I., (1888), About the ancient shorelines of the Caspian sea, Trans. Russian Geogr., 2. (en russe).

ANGELOVA H., (2011), Predictive modeling in archaeology: World practice and Bulgarian perspectives, Bulgarian e-Journal of Archaeology, 1, p. 71-121.

ANTHONY E. J., MARRINER N., MORHANGE C., (2014), Human influence and the changing geomorphology of Mediterranean deltas and coasts over the last 6000 years: from progradation to destruction phase?, Earth Science Reviews, 139, p. 336–361.

ATASOY S., YIldirim Ş., (2015), Recent Discoveries at Tios and its Territory, in TSETSKHLADZE G., AVRAM A., HARGRAVE J. (eds.), The Danubian Lands between the Black, Aegean and Adriatic Seas (7th century BC-10th century AD), Proceedings of the fifth international Congress on Black Sea Antiquities, Oxford, p. 441-444

BALABANOV I. P., (2007), Holocene sea-level changes of the Black Sea, in YANKO-HOMBACH V., GILBERT A. S., PANIN N., DOLUKHANOV P.M. (eds.), The Black Sea Flood Question: Changes in Coastline, Climate, and Human Settlement. Springer, New York, p. 603-631.

BALLARD R. D., HIEBERT F. T., COLEMAN D. F. et al., (2001), Deepwater Archaeology of the Black Sea: The 2000 Season at Sinop, Turkey, American Journal of Archaeology, 105, 4, p. 607-623.

BARALIS A., LUNGU V., (2015), Stratégies coloniales et réseaux doccupation spatiale gètes sur le littoral de la Dobroudja du Nord : les acquis du Programme ANR Pont-Euxin, in TSETSKHLADZE G., AVRAM A., HARGRAVE J. (eds.), The Danubian Lands between the Black, Aegean and Adriatic Seas (7th century BC-10th century AD), Proceedings of the fifth international Congress on Black Sea Antiquities, Gocha Tsetskhladze, Alexandru Avram (eds.), Oxford, p. 369-384.

BARALIS A., PANAYOTOVA K., (2016a), Apollonia du Pont, les travaux de la mission archéologique franco-bulgare, Compte-rendu de l’académie des inscriptions et des belles-lettres, p. 945-999.

BARALIS A., PANAYOTOVA K., (2016b), The territory of Apollonia pontica ». In Ionians in the East and West, proceedings of the International congress Ionians in the East and West, Museu d’Arqueologia de Catalunya-Empúries, Gocha Tsetskhladze (ed.), Colloquia Antiqua. Sous presse.

Bony G., (2013), Contraintes et Potentialités de quelques sites portuaires antiques de Méditerranée (Fréjus, Ampurias, Kition, Orgame, Istanbul), thèse de doctorat en géographie, Université d’Aix-Marseille, 320 p.

Bony G., Morhange C., Marriner N. et al., (2015), History and influence of the Danube delta lobes on the evolution of the ancient harbour of Orgame (Dobrogea, Romania), Journal of Archaeological Sciences, 61, p. 186-203.

BRÜCKNER H., KELTERBAUM D., MARUNCHAK O. et al., (2010), The Holocene sea level story since 7500 BP e lessons from the eastern Mediterranean, the Black and the Azov seas, Quaternary International, 225 (2), p. 160-179.

Carozza L., Carozza J.-M., Radu V. et al., (2013), Après le Déluge: évolution géomorphologique du delta du Danube après la reconnexion mer Noire-Méditerranée et ses implications sur le peuplement Énéolithique/Chalcolithique, Quaternaire, 24, 4, p. 503-512.

Chtcheglov A., (1992), Polis et chôra, cité et territoire dans le Pont-Euxin, Paris, 302 p.

Doonan O. P., (2014), Sinop Landscapes. Exploring Connection in a Black Sea Hinterland, University of Pennsylvania Press, 200 p.

Fouache É., Porotov A., MÜller C. et al., (2004), The role of neo-tectonics in the variation of the relative mean sea level throughout the last 6000 years on the Taman Peninsula (Black Sea, Azov Sea, Russia), Polish Geological Institute Special Papers, 11, p. 47-58.

Fouache É., Porotov A., Müller C. et al., (2005), Relative sea-level changes throughout the last 6000 years on the Taman Peninsula (Black Sea, Azov Sea, Russia): a geoarchaeological study, Revista de Geomorfologie, 7, p. 7-20.

Fouache É., Kelterbaum D., Brückner H. et al., (2012), The Late Holocene evolution of the Black Sea – a critical view on the so-called Phanagorian regression, Quaternary International, 266, p 162-174.

Giaime M., Avnaim-Katav S., Morhange C. et al., (2016), Evolution of Taman Peninsula’s ancient Bosphorus channels, south-west Russia: Deltaic progradation and Greek colonization, Journal of Archaeological Sciences: Reports, 5, p. 327–335.

Giosan L., Donnelly J. P., Constantinescu S. et al., (2006), Young Danube delta documents stable Black Sea level since the middle Holocene: morphodynamic, paleogeographic, and archaeological implications, Geology, 34, 9, p. 757-760.

Kaniewski D., Giaime M., Marriner N. et al., (2015), First evidence of agro-pastoral farming and anthropogenic impact in the Taman Peninsula, Russia, Quaternary Science Reviews, 114, p. 43-51.

Leveau Ph., (2005), Mythe, référence à l’Antique et mémoire des catastrophes dans les médias scientifiques. Le déluge de la Bible à Platon. Les scientifiques croient-ils aux mythes antiques ? in FAVIER R. et GRANET-ABISSET A.-M., (dir.), Récits et représentations des catastrophes depuis l’Antiquité, Grenoble, CNRS, MSH-Alpes, p. 145‑149.

Marriner N., Anthony N., Morhange C., (2015), River deltas at risk, a case study from the Mediterranean, Geography Review, 29, 2, p. 32-36.

Morhange C., Marriner N., Bony G. et al., (2014), Coastal geoarchaeology and neocatastrophism: a dangerous liaison?, BYZAS, 19, LADSTÄTTER S., PIRSON F., SCHMIDTS T., (eds.), Harbours and Harbour Cities in the Eastern Mediterranean, p. 705-725.

MORHANGE C., MARRINER N., BLOT M.-L. et al., (2015), Dynamiques géomorphologiques et typologie géoarchéologique des ports antiques en contextes lagunaires, Quaternaire, 26, 2, p. 117-139.

Naderi Beni A., Lahijani H., Pourkerman M., Jokar R. et al., (2014), Caspian Sea-level changes at the end of Little Ice Age and its impacts on the avulsion of the Gorgan River : a multidisciplinary case study from the southeastern flank of the Caspian Sea, Méditerranée, 122, p. 145-155.

Pirazzoli P. A., (1991), World atlas of Holocene sea-level changes, Elsevier Oceanography Series, 58, 300 p.

Porotov A. V., (2007), Relative sea-level changes and submersion of archaeological sites along the northern shoreline of the Black Sea, Méditerranée, 108, p. 29-36.

Ross D. A., Degens E. T., MacIlvaine J., (1970), Black Sea: recent sedimentary history, Science, 170, p. 163-165.

Ryan W. B. F., Pitman W. C., Major C. O. et al., (1997), An abrupt drowning of the Black Sea shelf, Marine Geology, 138, 1–2, p. 119-126.

Rychagov G.L., (1997), Holocene oscillation of the Caspian Sea, and forecast based on the Caspian Sea and forecast based on paleogeographical reconstructions, Quaternary International, 41, 42, p. 167–172.

Saprykin S. I., (1994), Ancient Farms and Land-Plots of the Khora of Khersonesos Taurike, Research in the Herakleian Peninsula (1974-1990), Amsterdam, 233 p.

Soulet G., Ménot G., Lericolais G., Bard E., (2011), A revised calendar age for the last reconnection of the Black Sea to the global ocean, Quaternary Science Reviews, 30, p. 1019-1026.

Ştefãnescu C.-M., (1981), La formation et l’évolution du delta du Danube, Comité des Travaux historiques et scientifiques, mémoires de la section de géographie, 10, Paris, 198 p.

Tunkina I. V., (2003), The Formation of a Russian Science of Classical Antiquities of Southern Russia in the 18th and early 19th century”, in BILDE P. G., HOJTE J. M., STOLBA V. F. (eds.), The Cauldron of Arianthas. Studies presented to A. N. Ščeglov on the occasion of his 70th birthday, Aarhus, p. 303-364.

Vespremeanu-Stroe A., Preoteasa L., Hanganu D. et al., (2013), The impact of the Late Holocene coastal changes on the rise and decay of the ancient city of Histria (Southern Danube delta), Quaternary International, 293, p. 245-256.

Vespremeanu-Stroe A., Zãinescu F., Preoteasa L., Tãtui F. et al., Holocene evolution of the Danube delta: an integral reconstruction and a revised chronology, Marine Geology, (in press).

Yanko-Hombach V., Gilbert A. S., Panin N. et al., (2007), The Black Sea Flood Question: Changes in Coastline, Climate and Human Settlement, Springer, 971 p.

Zhukovsky M. O., Kuznetsov V. D., Olkhovsky S. V., (2013), Photogrammetric techniques for 3-D underwater record of the antique time ship from Phanagoria, International Archives of the Photogrammetry, Remote Sensing and Spatial Information Sciences, XL-5/W2, p. 717-721

Top of page

List of illustrations

Title Localisation des sites étudiés
Credits Crédit : P. Pentsch.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8161/img-1.png
File image/png, 423k
Top of page

References

Bibliographical reference

A. Baralis, A. Bivolaru, N. Marriner, C. Morhange, A. V. Porotov and V. N. Zin’ko, « Géomorphologie et géoarchéologie des littoraux en mer Noire », Méditerranée, 126 | 2016, 3-9.

Electronic reference

A. Baralis, A. Bivolaru, N. Marriner, C. Morhange, A. V. Porotov and V. N. Zin’ko, « Géomorphologie et géoarchéologie des littoraux en mer Noire », Méditerranée [Online], 126 | 2016, Online since 01 June 2016, connection on 19 June 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8161

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals