Skip to navigation – Site map
Case studies

Quantification des terres arables du Bosphore antique

Quantification of arable land in the Bosphorus region during antiquity
Gennady Garbuzov
p. 101-109

Abstracts

During the 4th century BC, the Kingdom of Bosphorus played an important role in the Greek world. At this time, it was one of the foremost producers of grain. But an intense grain production presupposes the existence of a structured agricultural system. Fertile soils obviously played an important role in the establishment and development of this economic model. Within this context, this article proposes a method to estimate the maximum potential arable land of the Kingdom of the Bosphorus. Furthermore, based on archaeological data, some assumptions can be made about the intensity of the use of arable land in different parts of the Bosphorus, which in turn allows us to estimate the maximum area covered by cereal cultivation. The result of these estimates suggests that the fertile soils were sufficiently abundant in the Kingdom of Bosphorus during the fourth century BC to support the production of large quantities of marketable grain.

Top of page

Full text

1Disposé sur les rives septentrionales de la mer Noire, le royaume du Bosphore était, au cours du ive et au début du iiie  siècle av. J.-C., l’un des principaux fournisseurs de céréales du monde grec. Démosthène (XX, 31), en 355/354 av. J.-C., indique qu’il couvrait alors la moitié des importations en grains d’Athènes. Il témoigne en ce sens de l’envoi par le souverain du Bosphore, Leukôn I, d’environ 400 000 médimnes de grains vers la cité. Strabon (7.4.6) mentionne à son tour l’expédition par ce même souverain de 2,1 millions de médimnes de grains depuis Théodosia à Athènes. D’autres cités grecques, comme Mytilène de Lesbos, bénéficiaient également de l’importation de grandes quantités de céréales provenant de ce royaume (BLAVATSKIJ, 1953 ; MORENO, 2007).

2Les importantes exportations en céréales opérées par ce dernier durant le ive siècle av. J.‑C. sont donc un fait bien établi qui a suscité la curiosité de plusieurs chercheurs, lesquels ont tenté à de nombreuses reprises de restituer le modèle économique entourant la production en grains du Bosphore (BLAVATSKIJ, 1953 ; PAROMOV, 1989 ; KRYZHIS’KIJ et SHCHEGLOV, 1991; KUZNETSOV, 2000 ; GAVRILOV, 2004 ; SMEKALOV, 2011. Cf. brièvement MÜLLER, 2010). Des recherches similaires se sont intéressées à la Crimée, qui dispose de conditions naturelles semblables (SHCHEGLOV, 1978 ; KUTAYSOV, 2001 ; STOLBA, 2005). La modélisation de l’économie rurale nécessite néanmoins la connaissance de nombreux paramètres. Certains d’entre eux, tels que la population ou la structure démographique, demeurent hypothétiques pour le royaume. En revanche, il apparaît possible de formuler une évaluation des ressources naturelles inscrites dans des limites géographiques ou chronologiques données.

3L’objectif principal de cet article est dès lors de fournir une évaluation objective de la superficie maximale couverte par les terres arables dans le Bosphore au ive siècle av. J.‑C. Sur la base de cette estimation, et en nous aidant de certaines hypothèses sur l’intensité de l’utilisation des terres, nous pouvons tenter de définir une fourchette probable dans laquelle s’inscrit la superficie des cultures céréales annuelles. Or, jusqu’à présent, cette superficie était uniquement évaluée sur la base de considérations spéculatives, à l’exception notable de deux contributions portant sur l’analyse de la situation qui prévaut dans certaines régions du Bosphore (PAROMOV, 1989 ; SMEKALOV, 2011).

1 - Spécificité naturelle de la région

4Le Bosphore cimmérien se présente de nos jours comme une région de steppes arides à très arides. Elle possède un climat de transition entre le climat continental tempéré et une version méditerranéenne d’un climat subtropical sec. Elle connaît en ce sens des étés chauds et des hivers doux (péninsule de Kerch) voire modérément doux (Nord-Est de la péninsule de Taman’) (LOGVINOV et BARABASH, 1982 ; VED’, 2000 ; GARBUZOV, 2013). Malgré de nombreuses tentatives de reconstitution, le rapport qu’entretient le climat actuel avec celui du Bosphore au ive siècle av. J.-C, reste encore incertain. Cette problématique, qui bénéficie d’une abondante bibliographie, ne fait pas l’objet de ce présent article. Il demeure toutefois acceptable de considérer que les différences climatiques n’ont pas dépassé les variations séculaires du climat constatées durant la période d’observation moderne.

5Dans ce cadre, nous constatons l’existence de certaines régularités dans la distribution des caractéristiques climatiques dans la région de Kerch-Taman’. En effet, la valeur moyenne des précipitations annuelles mesurées par les stations météorologiques diminue selon un gradient nord-ouest. Elle atteint un minimum dans les zones côtières de la mer d’Azov et de la mer Noire de Crimée orientale: Anapa (417 mm), Temryuk (460 mm), Taman’ (436 mm), Kerch (432 mm), Mysove, cap Kazantip (351 mm), Théodosia (376 mm), (GAVRILOV, 1961 ; AKSENOV1962 ; LOGVINOV et BARABASH, 1982). Cette tendance notable est suivie d’un assouplissement général de la rigueur hivernale en direction du sud, depuis le littoral de la mer d’Azov jusqu’à la mer Noire. Les variations enregistrées dans la température moyenne de janvier illustrent ce phénomène : Temryuk (-1,9 °C), Kerch (-0,8 °C), Théodosia (+0,7 °C), Anapa (+1,1 °C) (GAVRILOV, 1961 ; LOGVINOV et BARABASH, 1982).

6La morphologie du relief régional est illustrée par la figure 1, élaborée suivant les données de la mission SRTM (JARVIS et al., 2008).

Fig. 1 ‑ Relief ombré basé sur des données SRTM pour les régions de Kerch et de Taman’

Fig. 1 ‑ Relief ombré basé sur des données SRTM pour les régions de Kerch et de Taman’

7Les paysages de Crimée orientale et du Bosphore asiatique (péninsule de Taman’) partagent une même histoire géologique (BLAGOVOLIN, 1962). Ils s’avèrent bien plus proches l’un de l’autre qu’ils ne le sont des régions montagneuses du Caucase et de Crimée ou des steppes planes de Crimée et des terres basses de la Kuban’. D’un point de vue géographique, le Bosphore recouvre une multitude de paysages micro-régionaux qui présentent une combinaison unique de paysages et de climats. Le climat actuel du Bosphore est donc loin d’être uniforme et se subdivise en un grand nombre de micro-climats, comme, par exemple, les secteurs littoraux de Crimée orientale que caractérisent des précipitations annuelles relativement faibles, un hiver doux, un printemps frais et un automne chaud.

2 - Approche du problème

8Nous pouvons supposer que la limite maximale des terres arables au ive  siècle av. J.‑C. est égale à la superficie totale des terres actuelles les plus fertiles. Cependant, cette méthode d’évaluation, relativement simple, s’avère limitée, en raison notamment de la corrélation incertaine entre sols antiques et modernes. Certains éléments nous permettent de penser que la fertilité des sols dans le Bosphore présentait durant l’Antiquité une distribution spatiale semblable à celle actuelle. Cette observation est confortée par la cohérence qu’entretient l’emplacement des établissements ruraux antiques avec les zones où l’on retrouve les meilleurs sols modernes (GARBUZOV, 2009 ; 2015). Cependant, il serait abusif de calquer de manière absolue les zones anciennes sur celles des sols fertiles modernes, laissant cette question encore ouverte. Pour apporter une réponse qui soit moins controversée, il faut revenir à des critères de sélection des sols fertiles plus prudents.

9Pour définir la notion de « sol fertile », on peut retenir les résultats de plusieurs études portant sur l’estimation quantitative de la fertilité des sols régionaux, laquelle est exprimée sous la forme d’un « score du sol ». Ce dernier est déterminé par le potentiel de rendement du sol dans des conditions normales. Le rendement est calculé pour les principaux types de sols sur la base de statistiques agricoles couvrant une période longue. Ces études sont construites autour de la relation de régression entre le rendement et les principales caractéristiques du sol. Les fondements de la méthode d’évaluation de la qualité des sols dans la région septentrionale de la mer Noire sont décrits dans différents ouvrages (GAVRILYUK, 1974 ; VAL’KOV et al., 1996 ; MEDVEDEV et PLISKO, 2006). En connaissant l’évaluation quantitative de la fertilité naturelle du sol, il est facile de convertir les cartes de sols en des cartes schématiques de fertilité, offrant ainsi en retour la possibilité de définir la surface des sols exploitables en retenant parmi les scores des sols toutes les valeurs supérieures à un niveau de seuil prédéfini.

10En ce sens, DRAGAN (2004 ; 2011) a livré une évaluation de la qualité des sols de Crimée en utilisant le sol de type « tchernoziom sud » comme référence de la productivité maximale standard (100 points) pour le rendement du blé d’hiver. Ce sol présente en effets des qualités optimales sans effets indésirables. En regard, tous les autres sols présentent une évaluation de leur fertilité moins avantageuse. Les principales influences sur le score des sols sont exercées par la teneur en humus, en argile et l’épaisseur de la couche d’humus. Les études, conduites sur une longue période, sur l’évaluation du sol du territoire actuel du Bosphore asiatique ont été réalisées par l’Institut KubanNIIgiprozem de Krasnodar (pour plus de détails, voir VAL’KOV et al., 1996).

3 - Données et méthode

11Les caractéristiques détaillées des sols modernes du Bosphore sont présentées dans plusieurs études portant sur les sols de Crimée orientale (KLEPININ, 1935 ; DZENS‑LITOVSKAYA, 1970 ; POLOVITSKY et GUSEV, 1987 ; DRAGAN, 1983, 2004, 2011), de la péninsule de Taman’ et du delta de la Kouban’ (BLAZHNY, 1926, 1971 ; AKIMTSEV, 1930 ; KIRICHENKO, 1952 ; GAVRILYUK, 1955 ; BLAZHNIY et al., 1985 ; Val’kov et al., 1996). La description des sols se conforme dans ces publications aux traditions des écoles russes et soviétiques dans le domaine de la pédologie (KRASILNIKOV et ARNOLD, 2009).

12La diversité des sols modernes du Bosphore est exprimée par des cartes pédologiques. Des cartes schématiques de fertilité ont en effet été construites à l’aide des cartes de sols de Crimée, à l’échelle 1:200 000 (grunti Ukraїnskoї PCP, Ukrzemproekt, Kiev, 1967) et des cartes pédologiques des districts administratifs de la région de Krasnodar, à l’échelle 1:50 000, réalisées par l’Institut KubanNIIgiprozem de Krasnodar dans les années 1980‑1990. La nomenclature des sols sur ces cartes est globalement conforme au classificateur (EGOROV et al., 1977).

13Les principaux sols du Bosphore européen, du point de vue de leur superficie, sont respectivement les tchernozioms solonetziques sur argiles salines denses, y compris des complexes avec solonetzs (25,1 %), les solonetzs (17,1 %) ; les sols brun foncé solonetziques sur argiles salines lourdes et les formations de lœss, y compris des complexes avec solonetzs (15,2 %) ; enfin les tchernozioms carbonatés avec un faible humus sur lœss (10 %). Au sein du territoire asiatique du Bosphore, le rôle le plus important sur le plan agricole revient à la péninsule de Taman. Les principaux sols de cette région sont les tchernozioms sud carbonatés avec un faible humus sur formations de lœss (30,6 %), et leurs variations faiblement lessivées (18 %) et lessivées (12 %).

14La méthode d’évaluation du score des sols, selon les données connues, était appliquée à tous les sols indiqués sur les cartes pédologiques, mais pour les sols présentant une combinaison complexe de caractéristiques défavorables (érosion, alcalinité, salinité, etc.), il manquait encore souvent de nombreuses données au sein des travaux cités ci-dessus. Dans ce cas, le score du sol a été calculé sur la base des scores des sols normalement développés que l’on a dégradé en utilisant des coefficients de correction (GAVRILYUK, 1974 ; VAL’KOV et al., 1996 ; MEDVEDEV et PLISKO, 2006 ; DRAGAN, 2004). Pour mener une comparaison correcte entre la fertilité des sols de Crimée orientale et celle des terres basses de la Kouban, on a eu recours à un coefficient de conversion. Celui-ci a été déterminé en comparant les scores des sols de même type. Au final, à l’aide de ce coefficient, tous les scores des sols ont été corrigés suivant le modèle de « Crimée ».

15Par la suite, tous les sols disposant d’un score supérieur à 50 ont été classés dans la catégorie des sols les plus fertiles. Les critères de sélection utilisés reposent sur l’ouvrage de DRAGAN (2004) qui propose une échelle de l’aptitude des sols de Crimée pour l’agriculture. Cette chercheuse a classé les sols présentant un score inférieur à 50 dans la catégorie la plus défavorable. Toutefois, ce critère peut apparaître trop strict, dans la mesure où il exclut une grande partie des sols, notamment les sols dits « mal adaptés » qui entrent dans l’intervalle compris entre 31 et 50. Ces sols, selon l’échelle de DRAGAN (2004), peuvent en principe être utilisés pour la céréaliculture. Or, toute réévaluation favorable, même minime, de certains sols disposant de caractéristiques défavorables, augmente considérablement la superficie des terres fertiles. Ce fait est particulièrement notable pour les sols de Crimée orientale (GARBUZOV, 2015). Il ne fait donc aucun doute que la présente méthodologie d’évaluation fixe une limite minimale aux zones rassemblant les meilleures terres contemporaines. De même, toute projection de ce modèle sur la période antique ne peut qu’aboutir à une estimation sous-évaluée.

4 - Résultats et estimations complémentaires

16Le résultat de la conversion des cartes de sols d’origine génère une nouvelle carte schématique de fertilité (Fig. 2) qui figure tous les sols fertiles depuis la région de Théodosia à l’ouest jusqu’aux contreforts du Caucase, à l’est.

Fig. 2 ‑ Carte schématique du degré de fertilité des sols du Bosphore cimmérien

Fig. 2 ‑ Carte schématique du degré de fertilité des sols du Bosphore cimmérien

17Sur cette carte schématique, les sols sont divisés en deux catégories : ceux dont le score est compris entre 51 et 70 (sols relativement satisfaisants et bons) et ceux dont le score supérieur à 70 (les meilleur sols). La carte schématique inclut quatre régions de la plaine du Bosphore :

  • la région de l’antique Théodosia qui est délimitée à l’est par l’isthme d’Ak-Monay et à l’ouest par la rivière Mokry Indol. Cette dernière constitue la frontière occidentale de l’extension des établissements ruraux du ive au ier siècles av. J.‑C. (BEYLIN et al., 2014) ;

  • la péninsule de Kerch ;

  • la péninsule de Taman ;

  • les plaines de Sindikè, en conformité avec les limites de GARBUZOV (2013).

18Tous ces domaines constituent, au milieu du ive siècle av. J.‑C., les principales zones agricoles de l’État du Bosphore. Les deux premières régions appartiennent au Bosphore européen, et les deux dernières au Bosphore asiatique. La répartition par régions des zones les plus fertiles à l’époque contemporaine est détaillée dans le tableau 1.

Tab. 1 – Répartition des sols les plus fertiles du Bosphore par régions

Tab. 1 – Répartition des sols les plus fertiles du Bosphore par régions

19Les surfaces couvertes par les sols les plus fertiles, détaillées dans le tableau 1, représentent l’estimation maximale des terres arables durant l’apogée du commerce en grains dans le royaume du Bosphore au cours du ive et au début du iiie siècle av. J.‑C. Nous savons que chaque année une partie de ces sols était consacrée à la céréaliculture. De façon conventionnelle, on suppose que l’agriculture grecque était basée sur un système de jachère biennale, mais on ne peut exclure pour autant une utilisation plus intensive des terres (GARNSEY, 1988 ; GALLANT, 1991 ; WHITBY, 1998). Théophraste (VIII, 4, 5) démontre que les céréales dans le Bosphore étaient semées au cours de deux périodes – en automne et au printemps –, cette dernière correspondant également à celle des légumineuses. Cette indication peut être interprétée comme une confirmation de l’existence dans le Bosphore d’un assolement plus sophistiqué, tel que, par exemple, l’assolement triennal articulé autour des céréales d’hiver, des céréales de printemps et de la jachère ou des légumineuses.

20Démosthène et Strabon ne précisent pas la composition spécifique des grains envoyés depuis le Bosphore jusqu’à Athènes. Nous pouvons cependant déterminer la nature de ces cultures exportatrices au ive siècle av. J.‑C grâce aux témoignages archéologiques (FLYAKSBERGER, 1940 ; BLAVATSKIJ, 1953 ; KIRYANOV, 1962 ; KRUGLIKOVA, 1975 ; SHCHEGLOV, 1978 ; GAVRILOV, 2004 ; VINOGRADOV, 2005 ; MÜLLER, 2010). Parmi ces cultures, on retrouve sans surprise du blé tendre (Triticum aestivum) et de l’orge (Hordeum vulgare). En principe, ces deux cultures peuvent se développer dans le Bosphore sous forme de céréales d’hiver et de céréales de printemps. La possibilité d’exporter de l’orge est indiquée par ISAGER et HANSEN (1975).

21En réalité, la situation était certainement plus complexe. Le système de rotation des cultures, tout comme les cultures dominantes, pouvaient varier non seulement d’une région à l’autre du Bosphore, mais également au sein de ces mêmes régions (cf. GALLANT, 1991). La jachère longue, par exemple, était certainement pratiquée dans les zones faiblement peuplées, où la bonne terre était abondante. Néanmoins, il demeure possible de déterminer la rotation des cultures dominantes pour chacune de ces zones au cours du ive siècle av. J.‑C., permettant ainsi d’aboutir à une estimation approximative de la superficie maximale potentielle des cultures céréalières annuelles.

22Concernant les ressources des sols, la péninsule de Taman constitue la zone la plus riche du Bosphore. Les sols fertiles occupent 75 % de son territoire dont une grande proportion (environ 44 %) de sols présente la meilleure fertilité. Presque toutes les zones disposant de sols fertiles ont livré dans la péninsule des traces de parcellaires antiques (PAROMOV, 2000 ; GORLOV et LOPANOV, 1995 ; GARBUZOV, 2007 ; MÜLLER, 2010). La superficie totale couverte par ces parcellaires, restituée à partir de photographies aériennes, est estimée entre 48 000 hectares (GORLOV et LOPANOV, 1995) et 60 000 hectares (PAROMOV, 2000). Nous savons aussi que dès le milieu ou le troisième quart du vie siècle av. J.‑C., il y avait dans cette région environ 26 établissements ruraux actifs. Ce nombre augmente à 68 au tournant des vie-ve siècles pour atteindre le nombre de 81 durant le second quart du ve siècle av. J.‑C. (ZAVOYKIN, 2013). Par la suite, au cours du ive siècle av. J.-C., le nombre des établissements ruraux de la péninsule de Taman s’élève à 174 (GARBUZOV et ZAVOYKIN, 2012) (Fig. 3).

Fig. 3 ‑ Établissements ruraux de la péninsule de Taman’ au ive siècle av. J.‑C.

Fig. 3 ‑ Établissements ruraux de la péninsule de Taman’ au ive siècle av. J.‑C.

23L’existence de nombreux parcellaires suggère l’utilisation dans ce secteur du Bosphore d’un système de rotation des cultures. Les champs ont probablement été clôturés par des haies vives, ce qui laisse à penser que les champs en jachère et les champs moissonnés ont pu être utilisés pour le pâturage du bétail. Dans le cas d’une exploitation intensive, les céréales annuelles étaient capables de couvrir, au maximum, jusqu’au deux tiers des sols fertiles de la région en question, c’est-à-dire environ 49 700 hectares.

24La péninsule de Kerch se caractérise par une fertilité des sols relativement faible, en particulier par rapport à la péninsule voisine de Taman. Au ive siècle av. J.‑C., la péninsule de Kerch a abrité environ 500 établissements ruraux (BEYLIN et al., 2014) (Fig. 4).

Fig. 4 – Établissements ruraux du Bosphore européen durant le ive siècle av. J.‑C.

Fig. 4 – Établissements ruraux du Bosphore européen durant le ive siècle av. J.‑C.

25L’apparition massive des établissements ruraux dans l’intérieur de la péninsule date du deuxième quart du ive siècle av. J.‑C. (MASLENNIKOV, 2001). Nous pouvons évoquer une pénurie des sols fertiles durant cette période. Le début du ive siècle av. J.‑C. constitue l’époque durant laquelle l’utilisation des terres était la plus intensive sur la péninsule de Kerch. Si on estime qu’un labour annuel pour les céréales peut couvrir jusqu’aux deux tiers des sols fertiles régionaux, nous obtenons le chiffre d’à peu près 35 800 hectares annuellement mis en culture.

26Deux autres zones ont été rattachées au Bosphore suite à l’expansion du royaume, au début et durant la première moitié du ive siècle av. J.‑C. Ces deux régions, bien avant leur annexion, connaissaient déjà une exploitation intensive. Durant la première moitié du ve siècle av. J.‑C., au cœur des plaines de Sindikè, se trouvaient la cité de Sindikos Limen (Gorgippia), l’établissement de Semibratnee, ainsi qu’au minimum vingt établissements ruraux (GARBUZOV, 2013). Aux alentours de Gorgippia, nous constatons l’existence durant le ive siècle av. J.‑C. d’un grand nombre de propriétés rurales entourées de parcellaires agricoles (ALEKSEYEVA, 1997). Les secteurs plats de la Sindikè sont riches en sols fertiles et n’apparaissent pas à cet égard inférieurs à la péninsule de Taman. Si nous prenons de plus en considération le fait que les moyennes annuelles de précipitations sont plus élevées dans cette région (GARBUZOV, 2013), nous pouvons considérer ces conditions climatiques comme plus favorables pour l’agriculture. Malheureusement, cette région est encore peu étudiée par les archéologues. Il est donc difficile de mesurer avec exactitude l’intensité de l’agriculture locale. Il s’avère néanmoins possible d’essayer de fournir une estimation maximale des cultures annuelles allant jusqu’à la moitié des sols fertiles, c’est-à-dire environ 27 800 hectares.

27La région de Théodosia offre un accès aux vastes ressources en sol des steppes de Crimée. Sur la zone frontalière de l’ouest (Fig. 2), se trouvent des centaines de milliers d’hectares de sols fertiles. Il est alors possible que Théodosia, durant sa période d’indépendance, était déjà un exportateur de grains ou que, tout du moins, l’économie locale était prête à le devenir. Juste après la conquête de Théodosia, Leukôn I y a installé un grand port dédié à l’exportation des céréales (Démosthène, XX, 33). Cet événement aurait été difficile sans l’existence de conditions préalables sur place. Cette hypothèse est renforcée par le fait déjà mentionné que Leukôn I a envoyé de Théodosia à Athènes 2,1 millions de médimnes de grains, ce qui, appliqué au froment, représente environ 84 000 tonnes (Garnsey, 1988). Si certains chercheurs remettent en cause ces chiffres (KOCEVALOV1932 ; GARNSEY, 1988 ; MORENO, 2007), le point le plus important n’est sans doute pas la quantité exacte de grains, mais que le fait que ces céréales devaient être cultivées précisément dans la région en question, ou dans la steppe de Crimée. Il est en effet difficile d’imaginer que le grain en provenance des régions orientales du Bosphore ait été spécifiquement amené par voies maritimes à Théodosia, surtout dans des volumes si importants. Dans un tel cas, il aurait été plus facile de l’exporter depuis Panticapée, et il est en ce sens possible que des ports destinés au commerce du grain aient existé dans d’autres villes, comme par exemple à Phanagoria. Au début du ve siècle av. J.-C, 16 établissements ruraux sont apparus dans les steppes environnant Théodosia (GAVRILOV, 2006) ; un chiffre porté au ive siècle av. J.‑C. à 75 (BEYLIN et al., 2014) (Fig. 4). La région de Théodosia présente une densité d’établissements ruraux relativement faible associée à d’importantes ressources en sol et une population mixte grecque et barbare. Nous pouvons supposer ici l’utilisation de la jachère longue, typique pour les Scythes, aux côtés de l’assolement biennal grec. Dans ce cas, la superficie maximale des céréales annuelles peut être estimée entre 18 100 hectares (uniquement en jachère longue) et 36 100 hectares (uniquement en assolement biennal grec).

28En résumant toutes ces estimations évoquées ci-dessus, nous pouvons calculer dans son intégralité la superficie annuelle des céréales dans le Bosphore. Elle pourrait atteindre, au maximum, les 150 000 hectares (59 % de tous les sols fertiles sélectionnés). Pour obtenir la limite minimale approximative des cultures annuelles au milieu du ive siècle av. J.-C., nous devons reprendre l’hypothèse suivant laquelle la production en céréales s’est partagée équitablement entre la consommation interne et son exportation. Cela signifie que la récolte annuelle de céréales (la superficie d’emblavure, multipliée par le rendement) ne peut être inférieure à la somme des exportations et des volumes consacrés à la consommation interne. Cette dernière est composée principalement de céréales, servant de nourriture à la population et de graines pour le semis. Nous pouvons prendre comme référence pour l’exportation annuelle le chiffre de 400 000 médimnes (16 000 tonnes pour le froment), indiqué par Démosthène. Le rendement moyen du sol pour toutes les céréales (800 kg/ha), le taux de consommation de céréales (237 kg par personne et par an) et la population maximale du Bosphore (200 000) sont définies suivant KUZNETSOV (2000). Nous pouvons déterminer le taux de semis (150 kg/ ha) en nous fondant sur les pratiques agricoles de Taman et de Crimée orientale dans la seconde moitié du xixe siècle et au début du xxe siècle. Suivant ces paramètres, la superficie minimale de cultures nécessaires, à la fois pour les exportations et la consommation intérieure, devrait être d’environ 97 500 hectares. En arrondissant ce chiffre, nous pouvons estimer la superficie des cultures céréales annuelles entre 100 000 et 150 000 hectares (en prenant en considération la production de céréales commercialisable et la population maximale possible).

29Bien sûr, le volume des récoltes dans le Bosphore antique, tout comme au cours des xixe et xxe siècles, dépend étroitement des conditions climatiques et peut varier d’une année à l’autre. Par exemple, dans les années 1883-1892, dans le district (uezd) de Théodosia (province de Tauride, Crimée orientale), la récolte maximale de céréales était 2,4 fois supérieure à la moyenne et la récolte minimale était 2,6 fois inférieure à cette moyenne (TsSK MVD, 1894). Durant une année défavorable, même la superficie d’emblavure de 150 000 hectares donne un déficit de 25 000 tonnes de grain, hors exportations. Ces données sont calculées pour une population de 200 000 personnes avec un rendement de 300 kg/ha. Cependant de telles années, affectant l’ensemble de la région, ne surviennent que ponctuellement. Si nous examinons le cas d’une année présentant un rendement 2,5 fois supérieur à la moyenne, la superficie d’emblavure de 100 000 hectares nous donne une récolte de 200 000 tonnes de grain. Cette quantité est suffisante pour la consommation intérieure et pour la création d’une réserve en prévision d’une récolte catastrophique. En outre, il reste un important surplus qui peut être utilisé pour l’exportation. Ainsi donc, de telles « années positives » pourraient constituer la source pour l’approvisionnement à long terme des exportations.

Conclusions

30Les estimations des zones de sols fertiles du Bosphore, et l’intensité de leur utilisation exposées ci-dessus, ne peuvent certainement pas être considérées comme définitives. Il s’agit d’estimations préliminaires fondées sur un certain nombre de simplifications et d’hypothèses. Néanmoins, sur la base de celles-ci, nous pouvons d’ores et déjà souligner l’inexactitude des dernières évaluations pessimistes appliquées aux sols fertiles du Bosphore et leur capacité à exporter des céréales (ODRIN, 2014). Du point de vue du potentiel naturel du territoire, la situation n’apparaît pas si mauvaise. Après l’expansion du royaume dans la première moitié du ive siècle av. J.-C., les sols fertiles du Bosphore étaient semblent-ils suffisants pour assurer la production de quantités importantes de céréales commercialisables.

Top of page

Bibliography

AKIMTSEV V. V., (1930), Почвы Анапского района, Труды Анапской опытной станции по виноградарству и виноделию, 6, 72 p.

AKSENOV A. A. (éd.), (1962), Гидрометеорологический справочник Азовского моря, Гидрометеоиздат, Léningrad, 855 p.

ALEKSEYEVA Ye. M., (1997), Античный город Горгиппия, Moscou, 560 p.

BEYLIN D. V., YERMOLIN Ye. L., MASLENNIKOV A. A., SMEKALOV S. L., (2014), Античные поселения Европейского Боспора эллинистического времени (каталог памятников), Древности Боспора, 18, p. 37-74.

BLAGOVOLIN N. S., (1962), Геоморфология Керченско-Таманской области, Moscou, 191 p.

BLAVATSKIJ V. D., (1953), Земледелие в античных государствах Северного Причерноморья, Moscou, 208 p.

BLAZHNY Ye. S., (1926a), Почвенный очерк Таманского полуострова, Труды Кубано-Черноморского научно-исследовательского института, 41, Krasnodar, 31 p.

BLAZHNY Ye. S., (1971), Почвы дельты реки Кубани и прилегающих пространств, Krasnodar, 220 p.

BLAZHNIY Ye. S., GAVRILYUK F. Ya., VALKOV V. F., RED’KIN N. Ye., (1985), Черноземы Западного Предкавказья, in FRIDLAND V.F. (éd.), Черноземы СССР (Предкавказье и Кавказ), Агропромиздат, Moscou, p. 5‑83.

DRAGAN N. A., (1983), Почвы Крыма, Université d’État de Simferopol, Simferopol, 95 p.

DRAGAN N. A., (2004), Почвенные ресурсы Крыма, Simferopol, 208 p.

DRAGAN N. A., (2011), Сравнительная оценка качества почвенных ресурсов Крыма, Ученые записки Таврического национального университета. Серия «География», 24(63), 2/1, p. 260–266.

DZENS-LITOVSKAYA N. N., (1970), Почвы и растительность Степного Крыма, Наука, Léningrad, 159 p.

EGOROV V. V., FRIDLAND V. M., IVANOVA Ye. N., ROZOV N. I., NOSIN V. A., FRIYEV T. A., (1977), Классификация и диагностика почв СССР, Колос, Moscou, 224 p.

FLYAKSBERGER K., (1940), Археологические находки хлебных растений в областях, прилегающих к Черному морю, Краткие сообщения Института истории материальной культуры, 8, p. 117‑119.

GALLANT T., (1991), Risk and Survival in Ancient Greece: Reconstructing the Rural Domestic Economy, Stanford University Press, Stanford, California, 267 p.

GARBUZOV G. P., (2007), Краткий обзор древнего землеустройства Таманского полуострова, Древности Боспора, 11, p. 59-85.

GARBUZOV G. P., (2009), Районирование античных агроландшафтов Таманского полуострова, Древности Боспора, 13, p. 123-140.

GARBUZOV G. P., (2013), К вопросу определения «естественной» территории Азиатского Боспора, Древности Боспора, 17, p. 111-132.

GARBUZOV G. P., (2015), Влияние плодородия почв на пространственное распределение античных поселений Европейского Боспора, Проблемы истории, филологии, культуры, 1, 47, p. 344‑353.

GARBUZOV G. P., ZAVOYKIN A. A., (2012), Сельская территория центров Азиатского Боспора в период автономии (вторая половина VI–V в. до н.э.) и в составе державы Спартокидов (IV – начало III в. до н.э.), Древности Боспора, 16, p. 114‑149.

GARNSEY P., (1988), Famine and Food Supply in the Graeco-Roman World, Cambridge University Press, Cambridge, 303 p.

GAVRILOV A. V., (2004), Округа античной Феодосии, Азбука, Simferopol, 368 p.

GAVRILOV A. V., (2006), Theodosia and its Chora in Antiquity, in BILDE P.G., STOLBA V.F. (éds), Surveying the Greek Chora: Black Sea Region in a Comparative Perspective, Black Sea Studies 4, Aarhus University Press, Aarhus, p. 249-272.

GAVRILOV V. P. (éd.), (1961), Агроклиматический справочник по Краснодарскому краю, Krasnodar, 467 p.

GAVRILYUK F. Ya., (1955), Черноземы Западного Предкавказья, Université de Kharkov, Kharkov, 148 p.

GAVRILYUK F. Ya., (1974), Бонитировка почв, Высшая школа, Moscou, 272 p.

GORLOV Ju. V., LOPANOV Ju. A., (1995), Древнейшая система мелиорации на Таманском полуострове, Вестник древней истории, 3, p. 121‑137.

ISAGER S., HANSEN M. G., (1975), Aspects of Athenian society in the fourth century B.C., Odense University Press, Odense, 271 p.

JARVIS A., REUTER H. I., NELSON A., GUEVARA E., (2008), Hole‑filled SRTM for the globe Version 4, available from the CGIAR-CSI SRTM 90m Database, [en ligne].

KIRICHENKO K. S., (1952), Почвы Краснодарского края, Крайгосиздат, Krasnodar, 240 p.

KIRYANOV A. V., (1962), Материалы по земледелию из раскопок античных поселений Боспора, Краткие сообщения Института археологии, 91, p. 92‑97.

KLEPININ N. N., (1935), Почвы Крыма, Simferopol, 122 p.

KOCEVALOV A., (1932), Die Einfuhr von Getreide nach Athen, Rheinisches Museum für Philologie N.F., 81, p. 321-323.

KRASILNIKOV P., ARNOLD R., (2009), Soil Classifications and their Correlations, in P. KRASILNIKOV et al. (éds), A Handbook of Soil Terminology, Correlation and Classification, Earthscan, London, p. 189-207.

KRUGLIKOVA I. T., (1975), Сельское хозяйство Боспора, Наука, Moscou, 300 p.

KRYZHIS’KIJ S. D., SHCHEGLOV O. M., (1991), Про зерновий потенціал античних держав Північного Причорноморя, Археологiя (Kiev), 1, p. 46-56.

KUTAYSOV V. A., (2001), Палеоэкономическая модель развития хоры классического полиса Северного Причерноморья (на примере Керкинитиды), Проблемы истории, филологии, культуры, 10, p. 134‑144.

KUZNETSOV V. D., (2000), Афины и Боспор: хлебная торговля, Российская археология, 1, p. 107‑120.

LOGVINOV K. T., BARABASH M. B. (éds), (1982), Климат и опасные гидрометеорологические явления Крыма, Гидрометеоиздат, Léningrad, 318 p.

MASLENNIKOV A. A., (2001), «Царская» хора Боспора на рубеже V–IV вв. до н.э. (К вопросу о локализации), Вестник древней истории, 1, p. 178‑190.

MEDVEDEV V. V., PLISKO I. V., (2006), Бонитировка и качественная оценка пахотных земель Украины, Kharkov, 386 p.

MORENO A., (2007), Athenian Wheat-Tsars: Black Sea Grain and Elite Culture, in GABRIELSEN V., LUND J. (éds), The Black Sea in Antiquity, Black Sea Studies 6, Aarhus University Press, Aarhus, p. 69-84.

Müller Ch., (2010), D’Olbia à Tanaïs. Territoires et réseaux d’échanges dans la mer Noire septentrionale aux époques classique et hellénistique, Scripta Antiqua 28, Ausonius Éditions, Bordeaux, 453 p.

ODRIN O., (2014), Екологія господарства античних держав Північного Причорномор’я, Institut d’histoire de l’Académie nationale des sciences d’Ukraine, Kiev, 312 p.

PAROMOV Ya. M., (1989), К вопросу о хозяйственном и экономическом потенциале Азиатского Боспора в эллинистический период, in VAKHTINA M. Yu. et al. (éds), Скифия и Боспор, Novocherkassk, p. 60‑61.

PAROMOV Ya. M., (2000), О земельных наделах античного времени на Таманском полуострове, Археологические вести, 7, p. 309‑319.

POLOVITSKY I. Ya., GUSEV P. G., (1987), Почвы Крыма и повышение их плодородия, Таврия, Simferopol, 152 p.

SHCHEGLOV A. N., (1978), Северо-Западный Крым в античную эпоху, Наука, Léningrad, 158 p.

SMEKALOV S. L., (2011), Ещё раз к вопросу о производстве зерна и численности населения Европейского Боспора, Боспорский феномен: Население, языки, контакты, Saint‑Pétersbourg, p. 174‑178.

STOLBA V., (2005), The oath of Chersonesos and the Chersonesean economy in the early Hellenistic period, in ARCHIBALD Z. et al. (éds), Making, Moving and Managing. The New World of Ancient Economies, 323–31 BC, Oxbow Books, Oxford, p. 298‑321.

TsSK MVD, (1894), Средний сбор хлебов и картофеля за десятилетие 1883‑1892 гг., Временник ЦСК МВД, 34, Saint‑Petersbourg, 112 p.

VAL’KOV V. F., SHTOPMEL’ Yu. A., TRUBILIN I. T., KOTLYAROV N. S., SOLYANIK G. M., (1996), Почвы Краснодарского края, их использование и охрана, Rostov-na-Donu, 192 p.

VED’ I. P. (éd.), (2000), Климатический атлас Крыма, Таврия-Плюс, Simferopol, 120 p.

VINOGRADOV YuA., (2005), К изучению зерен культурных растений, найденных в Мирмекии, Херсонесский сборник, 14, p. 94‑98.

WHITBY M., (1998), The Grain Trade of Athens in the Fourth Century, in PARKINS H., SMITH C. (éds), Trade, Traders, and the Ancient City, Routledge, London and New York, p. 102-128.

ZAVOYKIN A.A., (2013), Образование Боспорского государства. Археология и хронология становления державы Спартокидов, Bosporos Studies, Suppl. 10, ВТС Принт, Simferopol-Kerch, 592 p.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 ‑ Relief ombré basé sur des données SRTM pour les régions de Kerch et de Taman’
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8278/img-1.jpg
File image/jpeg, 228k
Title Fig. 2 ‑ Carte schématique du degré de fertilité des sols du Bosphore cimmérien
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8278/img-2.jpg
File image/jpeg, 156k
Title Tab. 1 – Répartition des sols les plus fertiles du Bosphore par régions
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8278/img-3.jpg
File image/jpeg, 72k
Title Fig. 3 ‑ Établissements ruraux de la péninsule de Taman’ au ive siècle av. J.‑C.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8278/img-4.jpg
File image/jpeg, 176k
Title Fig. 4 – Établissements ruraux du Bosphore européen durant le ive siècle av. J.‑C.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8278/img-5.jpg
File image/jpeg, 158k
Top of page

References

Bibliographical reference

Gennady Garbuzov, « Quantification des terres arables du Bosphore antique », Méditerranée, 126 | 2016, 101-109.

Electronic reference

Gennady Garbuzov, « Quantification des terres arables du Bosphore antique », Méditerranée [Online], 126 | 2016, Online since 01 January 2018, connection on 19 April 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8278 ; DOI : 10.4000/mediterranee.8278

Top of page

About the author

Gennady Garbuzov

Southern Scientific Center, Russian Academy of Science, Archaeology Laboratory, Rostov-on-Don, Russia, garbuzov@ssc-ras.ru

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals