Skip to navigation – Site map

HomeIssues127IntroductionLa ségrégation dans les villes de...

Introduction

La ségrégation dans les villes de l’Europe méditerranéenne

Thomas Pfirsch and Giovanni Semi
p. 5-13
Translation(s):
Segregation in the cities of the European Mediterranean [en]

Full text

  • 1 Outre le concept de fragmentation, celui de « séclusion » (Wacquant, 2010) a été proposé pour dés (...)

1Depuis les années 1990, les études sur la ségrégation urbaine se sont multipliées, relancées par le débat autour de l’impact de la globalisation sur la structure socio-spatiale des villes. Certaines études ont conclu à une augmentation de la ségrégation dans les villes post-fordistes, que cette dernière prenne la forme d’une « dualisation » socio-spatiale (SASSEN, 1991), ou d’une « fragmentation » touchant toutes les catégories sociales au point de menacer l’existence même de la ville comme communauté politique (SANTOS, 1990 ; MARCUSE et VAN KEMPEN, 1999 ; SOJA, 2000 ; BÉNIT et al., 2007). Des auteurs ont même proposé de renoncer au terme de ségrégation, trop attaché au modèle historique de la ville industrielle fordiste1. Des travaux récents appellent cependant à « recontextualiser » ces théories globales (MALOUTAS et FUJITA, 2012), surtout produites à partir du cas des grandes villes états-uniennes. Leur application à d’autres contextes pose problème, et repose la question de la pertinence des modèles régionaux de ville et de la circulation des théories urbaines à l’âge global (ROBINSON, 2006).

  • 2 Pour l’Italie, il faut attendre 2012 pour voir publiée la première étude statistique solide perme (...)

2Situées sur une des grandes lignes de fracture nord-sud de la planète, les villes méditerranéennes occupent une place pionnière au sein de ce débat. En effet, dès 1990, la géographe grecque Lila Leontidou posait l’idée d’une « résistance » méditerranéenne aux transformations socio‑spatiales de la ville post‑fordiste. Dans l’aire méditerranéenne, l’industrialisation tardive, le poids des filières informelles dans l’accès au logement, l’importance de la proximité résidentielle dans la famille, ou encore le faible zoning fonctionnel contribueraient à limiter la ségrégation sociale. Les villes méditerranéennes constitueraient un modèle hybride entre « Nord » et « Sud » caractérisé par une ségrégation sociale atténuée (LEONTIDOU, 1990, 1996). Le problème est que cette théorie est longtemps restée sans validation empirique. Elle a même contribué à renforcer les mythes qui entourent depuis longtemps les villes méditerranéennes, en réactivant leur image de cités cosmopolites, « poreuses » (BENJAMIN, 1924), modèles de convivialité sociale et d’urbanité. D’une manière paradoxale, le livre de Lila Leontidou a contribué à retarder le développement des travaux empiriques sur la géographie sociale des villes de l’aire méditerranéenne. Jusqu’à la fin des années 2000, les études sur la ségrégation urbaine en Méditerranée restent en effet extrêmement rares. Alors que des travaux se multiplient au sujet des villes européennes dans les années 1990-2000, permettant de tester les théories nord-américaines de la dualisation ou de la fragmentation, les cartes et les mesures de la ségrégation urbaine en Méditerranée se comptent sur les doigts de la main2. À part pour la France, où il s’agit d’un thème scientifique ancien et politisé (les premiers travaux de Marcel Roncayolo sur les divisions sociales de Marseille datent de 1952), la géographie sociale des villes méditerranéennes reste donc mal connue et sous-étudiée ; le thème de la ségrégation y est marginal dans le débat médiatique et n’est pas une priorité des politiques publiques (MALOUTAS et FUJITA, 2012 ).

Interroger les tendances contemporaines de la ségrégation urbaine « par la Méditerranée »

3Cette rareté des travaux scientifiques, et surtout d’une question sociale sur la ségrégation urbaine en Méditerranée peut étonner. En effet, le contraste est saisissant entre le mythe de la ville méditerranéenne cosmopolite et conviviale, et la réalité historique de villes extrêmement fragmentées qui ont été le laboratoire de formes originales de côtoiement-séparation-succession de groupes sociaux dans l’espace urbain. C’est en effet dans les villes méditerranéennes que sont apparues certaines grandes figures historiques de la ségrégation résidentielle : le getto (ghetto) juif de la Venise médiévale, la juxtaposition des quartiers « indigènes » et « européens » dans les villes du Maghreb colonial français, « lunion dans la séparation » des minorités religieuses et des diasporas marchandes dans les ports de la Méditerranée ottomane (CHRIST et al., 2015). Mais ce contraste entre mythes unitaires et réalités urbaines fragmentées est précisément ce qui rend le terrain méditerranéen intéressant. Le long déni de la ségrégation urbaine en Méditerranée vient rappeler à quel point cette dernière est une question politique, liée à des représentations de la société et de la ville, et donc à des rapports de force entre des discours plus ou moins dominants sur le juste ou le bien commun. Ce n’est que quand la séparation physique entre groupes sociaux est vue comme problématique et injuste qu’elle se constitue en objet scientifique, que des outils méthodologiques et statistiques se forment pour la mesurer, la cartographier et la comprendre. Il nous semble donc que l’entrée par la Méditerranée peut se révéler particulièrement féconde pour étudier les formes brouillées et implicites que prend la ségrégation dans les villes contemporaines, à l’heure où l’essentiel des politiques publiques adopte plutôt une rhétorique inclusive et égalitaire.

  • 3 Ce n’est qu’au cours des années 1960 et 1970 que le concept de ségrégation se développe en Europe, (...)

4En effet, loin de souscrire aux théories de la fragmentation urbaine, les travaux les plus récents et les plus solides empiriquement continuent à utiliser le concept de ségrégation, aux États-Unis comme en Europe, et ne montrent pas d’augmentation globale de la ségrégation résidentielle ces trente dernières années (CARY et FOL, 2012 ; MASSEY et ALITER, 2009 ; MALOUTAS et FUJITA, 2012 ; OBERTI et PRÉTECEILLE, 2016). Si les cas de ségrégation extrêmes ont focalisé l’attention et alimenté les thèses sur la fragmentation urbaine (« citadelles » de riches, «camps roms », etc.), ces derniers restent minoritaires dans les villes contemporaines, traversées au contraire par des processus très diffus de ségrégation partielle, mais moins visibles car prenant place à une échelle plus locale, et touchant les lieux de sociabilité ou d’éducation autant voire plus que la simple localisation résidentielle (Oberti et Préteceille, 2016 - voir le compte rendu dans ce numéro). Les politiques de déségrégation et de mixité résidentielle, si prisées par les villes européennes, peuvent même produire de nouvelles formes de ségrégation et d’inégalités spatiales, qui constituent la nouvelle frontière des études sur les divisions urbaines (BRIDGE et al., 2014 ; BACQUÉ et CHARMES, 2016). Tous ces auteurs proposent une approche intégrée du concept de ségrégation, englobant à la fois le premier sens du mot développé par l’école de Chicago dans les années 1920 (le processus de mise à l’écart physique et sociale, institutionnellement encouragé, d’un groupe minoritaire principalement « racial ») et le sens plus large du concept tel qu’il s’est développé en Europe à partir de la fin des années 1960 (l’état de concentration résidentielle d’un groupe social quel qu’il soit)3. La ségrégation désigne ainsi toute forme de mise à l’écart physique et sociale d’un groupe (dominant ou non, fondé sur la classe, la « race », le statut familial, etc.), que cette dernière soit extrême et institutionnellement encouragée ou partielle et non explicite.

  • 4 Ainsi, au sein même de la péninsule italienne, les contrastes sont forts entre les villes du Nord (...)

5Les villes méditerranéennes sont elles aussi traversées par ces dynamiques de ségrégation partielle et brouillée. Après un long silence, les travaux se sont enfin multipliés sur ce thème au cours des années 2000 et sont venus nuancer le mythe de la ville méditerranéenne peu ségrégée. Portant sur des villes grecques (MALOUTAS, 1997, 2004), espagnoles (PRÉTECEILLE, 1992), italiennes (COUSIN et PRÉTECEILLE, 2008 ; RADINI, 2008 ; PFIRSCH, 2011 ; BARBAGLI et PISATI, 2012), algériennes (SEMMOUD, 1995) ou turques (ATAÇ , 2015) – pour n’en citer que quelques-unes – ces études ont montré que si les indices de ségrégation urbaine en Méditerranée sont en général plus faibles qu’en Amérique du Nord ou en Europe du Nord‑Ouest, cela tient autant à des facteurs politico‑culturels – le modèle d’accès familial au logement par exemple – (MALOUTAS, 1995, 2004 ; ALLEN et al., 2004 ; PFIRSCH, 2008) qu’à des facteurs économiques liés à la mondialisation, les villes méditerranéennes restant des métropoles incomplètes et peu puissantes dans l’économie globale. Elles ont aussi montré la grande diversité interne de l’aire méditerranéenne en matière de ségrégation urbaine, cette dernière variant en fonction du degré de tertiarisation et d’insertion des villes dans le mouvement de métropolisation4. Surtout, ces travaux récents ont montré que même lorsqu’elle est effectivement assez faible, la ségrégation résidentielle peut s’accompagner d’autres formes de mise à l’écart spatiale : par l’école (AUDREN, 2012), les pratiques des espaces publics ou les types de logements. C’est particulièrement vrai pour les migrants, ces différents travaux ayant l’intérêt des souligner le rôle de nouvelles variables comme la « race » ou le genre dans la ségrégation des villes méditerranéennes à l’heure de la mondialisation migratoire (ARBACI, 2014 ; DADDAH, 2015). Enfin, sur la rive Sud notamment, le thème de la ségrégation urbaine a été étudié en relation avec celui des mobilisations collectives autour du droit à la ville et de l’intégration des quartiers populaires informels (FLORIN et al., 2014).

6Ce numéro spécial de Méditerranée s’inscrit dans le prolongement de ce courant de recherches. Il traite de la ségrégation résidentielle, mais insiste plus particulièrement sur les dynamiques ségrégatives dans les pratiques des espaces publics (voir les articles de Nick Dines, Matthieu Giroud, Sarah Baudry et Magda Bolzoni). Il met également l’accent sur les discours et les représentations qui sous-tendent, accompagnent et parfois justifient la ségrégation urbaine (voir les articles de Nick Dines, Bruno Cousin, Francesca Governa ou Sabira Kakouch), conscient du fait qu’en Méditerranée peut-être encore plus qu’ailleurs, les dynamiques ségrégatives contemporaines sont souvent brouillées par l’instrumentalisation politique des mythes unitaires.

De la « Méditerranée » à « l’Europe du Sud » : les modèles régionaux de ville à l’épreuve de la ségrégation…

  • 5 Workshop « Au sud du Nord ? La ségrégation dans les villes d’Europe du Sud », organisé à l’École (...)

7Alors que l’appel à textes portait sur les deux rives de la Méditerranée, la grande majorité des articles reçus, et la totalité de ceux finalement retenus portent en fait sur la rive européenne, et se limitent à quatre pays d’Europe du Sud : la France, l’Italie, la Grèce et le Portugal. Nous le regrettons profondément. Cela s’explique en partie par des effets de réseaux académiques5 : beaucoup des articles publiés dans ce numéro sont issus d’un workshop tenu à l’École française de Rome en juin 2015 et portant uniquement sur l’Europe du Sud. Mais il faut aussi invoquer l’inégal développement des appareils statistiques et des institutions de recherche urbaine entre rives nord et sud du bassin méditerranéen, ainsi que des facteurs politiques postcoloniaux, qui pèsent encore fortement sur la recherche urbaine méditerranéenne. Les jeunes États-nations de la rive sud ont longtemps joué sur la dénonciation de la ségrégation « raciale » de l’ère coloniale, contribuant à laisser longtemps dans l’ombre les divisions de classe et une ségrégation « sociale » pouvant remettre en cause les récits de l’unité nationale (SEMMOUD, 1995). Les travaux ne manquent pourtant pas sur la ségrégation dans les villes sud‑méditerranéennes, volontiers décrites comme des modèles de la « fragmentation » urbaine typique des politiques néo‑libérales, juxtaposant dans leurs périphéries quartiers populaires informels, gated communities élitaires, enclaves touristiques, camps de réfugiés devenus quartiers de migrants économiques (FLORIN et al., 2014). Mais ces études restent dispersées ; elles se font encore beaucoup à travers des concepts produits par la recherche des « Nords » et, surtout, rares sont celles qui sappuient sur une analyse cartographique et statistique globale à léchelle des villes entières, permettant de mesurer avec précision lintensité et les formes de la ségrégation spatiale.

8Au contraire, facilitées par l’intégration européenne (données Eurostat, échanges académiques) les études comparatives se sont multipliées entre pays de l’Europe du Sud (ALLEN et al., 2004 ; PETSIMERIS, 2004 ; ARBACI, 2014). Renonçant au mythe unifié de la ville méditerranéenne, ces dernières affirment en revanche la pertinence d’un modèle urbain sud‑européen (souvent limité au Portugal, à l’Espagne, à l’Italie et à la Grèce – la France en étant exclue). Ces quatre pays partagent des points communs en matière d’État‑providence (un modèle « familialiste » – ESPING ANDERSEN, 1990), de politique du logement (faiblesse du logement social, poids des filières informelles et familiales, taux élevé de propriétaires), d’histoire migratoire (anciens pays d’émigration devenus récemment terres d’accueil et avant-postes de la forteresse Schengen) et – plus récemment – de poids de l’évasion fiscale et de dysfonctionnements de la gestion publique. La crise des dettes souveraines, qui a durement atteint l’Italie, l’Espagne, la Grèce et le Portugal, a encore renforcé cette vision d’une Europe méditerranéenne comme espace hybride, constituant une sorte de « Sud du Nord » (LEONTIDOU, 2014), ou un internal Other (voir l’article de Nick Dines dans ce numéro). À travers le thème de la ségrégation urbaine, ce numéro spécial entend donc aussi réinterroger la pertinence de ce « modèle sud-européen », et questionner la relation entre tendances globales et contextes locaux dans la mondialisation. Loin de faire référence à une réalité ontologique, les modèles « sud européen » ou « méditerranéen » sont ici conçus comme des outils analytiques, des cadres de référence (HERZFELD, 2005). Les articles qui suivent montrent d’ailleurs les contrastes au sein des différents pays étudiés, à l’heure où les réorganisations institutionnelles des États-nations en Italie ou en Espagne par exemple (régionalisation, émergence dinstances métropolitaines) entraînent une diversité accrue des politiques urbaines.

Présentation des articles

9Même si l’essentiel des articles portent sur d’autres formes de ségrégation, trois d’entre eux abordent classiquement la question de la ségrégation résidentielle. Ils le font cependant à l’échelle locale, en montrant l’importance des contrastes sociaux au niveau des îlots urbains, des rues et même des immeubles dans les villes d’Europe du Sud. Ainsi, l’article de Thomas Maloutas et Stavros Spyrellis étudie la ségrégation verticale à Athènes (les contrastes sociaux entre différents étages d’un même immeuble), souvent présentée comme une caractéristique typique des villes méditerranéennes. Il s’agit d’une des premières études empiriques solides sur ce thème – souvent souligné, mais rarement mesuré par les scientifiques – grâce à l’exploitation de données quantitatives récentes (le recensement grec de 2011 permet pour la première fois de tenir compte de l’étage de résidence). Il représente aussi la première tentative de cartographie de la ségrégation verticale à l’échelle d’une métropole, associant ségrégation sociale et ségrégation ethnique. Ainsi, la ségrégation verticale est présente à la fois dans le centre et la périphérie athénienne, et caractérise surtout les quartiers dominés par les classes moyennes supérieures (classes aisées et propriétaires aux étages supérieurs, locataires plus précaires aux étages inférieurs, souvent d’origine étrangère), tandis que dans les quartiers pauvres (et ethnicisés) du centre les immeubles apparaissent plus homogènes. Un autre intérêt de cet article est de prendre le contre-pied des explications culturalistes de la ségrégation verticale pour montrer le rôle des mécanismes du marché du logement dans sa production. À Athènes, cette dernière apparaît liée au modèle de fabrique urbaine de l’expansion des années 1950-1970, fondé sur la construction familiale informelle de petits immeubles collectifs où les étages supérieurs avec vue sont gardés par le propriétaire de l’immeuble et ses proches, et les étages inférieurs mis en location pour rémunérer le constructeur ou servir de complément de revenus à la famille du propriétaire.

10L’article de Marco Picone sur le quartier ZEN (« Zona espansione Nord ») de Palerme porte quant à lui sur une forme de ségrégation résidentielle moins répandue en Europe du Sud : celle du grand ensemble d’habitat social planifié par les pouvoirs publics. Contrastant avec l’image d’une Europe méditerranéenne sans logement social, l’Italie a en effet mis en place dès les années 1950 une politique de construction de grands ensembles à l’architecture fonctionnaliste, dont les quartiers du Zen à Palerme, des Vele à Naples, ou du Corviale à Rome constituent des exemples très médiatisés. Même si une large partie de ce parc social a été aujourd’hui rachetée par ses occupants, certains grands ensembles sont devenus des quartiers de concentration de pauvreté fortement stigmatisés et marqués par la criminalité organisée, qui – l’ethnicisation en moins – montrent des points communs avec les cités des banlieues françaises. L’originalité de l’étude de Marco Picone est de dépasser l’image monolithique de ces quartiers souvent construite de l’extérieur, pour souligner les contrastes socio‑spatiaux internes qui les traversent. Appuyé sur une enquête de terrain, l’article souligne les différences entre les deux tranches du quartier. Le Zen 1 datant des années 1950 est mieux équipé, ouvert sur les espaces publics et la proportion de propriétaires y est plus élevée, tandis que le Zen 2 planifié dans les années 1960 a été surpeuplé après le tremblement de terre de 1986, les occupants illégaux y sont nombreux et les équipements publics quasi inexistants. À l’intérieur même du Zen 2, les contrastes sont forts entre îlots de logements sociaux occupés illégalement, très dégradés, et ceux habités par des occupants « officiels ». L’article montre aussi l’ambivalence des politiques de réhabilitation du quartier, qualifiées de « néolibérales », qui même si elles améliorent concrètement le quotidien des habitants, ne tiennent pas compte de ces différences et se fondent sur une image monolithique d’un quartier à contrôler.

11Sabira Kakouch s’intéresse quant à elle à une forme de ségrégation résidentielle à la fois très forte et institutionnalisée, celle du camp pour populations migrantes. Assez ancien en Europe, le système de la mise en camp de populations mobiles est en expansion depuis une vingtaine d’années dans ces portes d’entrée de l’espace Schengen que sont les pays d’Europe du Sud. Mais en Italie leur développement a été particulièrement important : il concerne aussi bien les camps de rétention pour réfugiés, que les camps informels pour travailleurs migrants agricoles (FILHOL, 2016) ou les camps roms (VITALE, 2011 ; SIGONA, 2005). L’article de Sabira Kakouch porte sur les campi attrezzati, spécialement conçus par les pouvoirs publics italiens pour les populations roms. L’étude retrace l’évolution de cette politique de création de camps à l’échelle nationale, en montrant sa systématisation après 2008 et l’état d’urgence décrété par le gouvernement Berlusconi. Les pouvoirs publics italiens cherchent à démanteler les camps informels pour regrouper les Roms dans des camps équipés et standardisés situés en périphérie des grandes villes. Une étude de cas sur deux camps de la périphérie romaine vient montrer le dispositif spatial de ces camps, voué à « linsertion », mais aussi au contrôle de ces populations. Lun des intérêts de cet article est en effet dinsister sur les justifications de cette politique de mise en camps, qui se fait paradoxalement au nom dune idéologie de linclusion, fondée sur une image fantasmée de la « culture nomade » des Roms.

12Mais l’essentiel des articles de ce numéro spécial s’intéresse à la ségrégation dans les pratiques des espaces publics. Certains dentre eux sont centrés sur des quartiers en cours de gentrification et mixtes sur le plan résidentiel, mais traversés par des dynamiques de séparation des habitants dans les mobilités quotidiennes (Mathieu Giroud), les pratiques nocturnes (Magda Bolzoni) ou le degré de participation à la politique locale (Sarah Baudry). « Résider dans le même quartier, occuper la même ville ? » : le titre de l’article de Matthieu Giroud sur le quartier de l’Alcantara à Lisbonne résume bien cette approche. La ségrégation est ici saisie à travers la segmentation des mobilités quotidiennes des habitants. Des systèmes de lieux quotidiens sont analysés au moyen de matrices de déplacement collectées lors d’entretiens auprès d’habitants et représentés à l’aide de graphes originaux. L’article montre que les mobilités quotidiennes des habitants diffèrent profondément en fonction de la classe sociale (les cadres ont une pratique plus diversifiée de la ville), de l’âge (les retraités sont plus ancrés dans le quartier), du sexe (« le quartier est beaucoup plus pratiqué par les hommes que par les femmes, dont les fréquentations sont plus discontinues et fortement liées aux rythmes scolaires ») et – dimension trop rarement soulignée dans les études urbaines – de la trajectoire résidentielle et de l’ancienneté dans le quartier. Mais cette segmentation des mobilités n’est pas toujours synonyme de ségrégation : il existe aussi des espaces‑temps de co‑présence dans le quartier, partagés par tous à midi et en fin de journée. Il y a ainsi une résistance des places traditionnelles du quartier comme espaces publics partagés. Et même les nouveaux espaces de loisirs destinés aux gentrifieurs sont toujours pratiqués par d’anciens résidents, souvent dans des usages détournés (pêche sur les quais, commerce à la sauvette…).

13L’article de Magda Bolzoni analyse aussi un quartier mixte en cours de gentrification, celui de San Salvario à Turin, mais s’intéresse aux pratiques nocturnes dans le quartier. Une enquête qualitative lui permet d’y mettre à jour une « division visible » dans les pratiques des espaces publics depuis la fin des années 1990. Alors que les résidents, surtout des migrants, se réunissent de jour dans les rues périphériques du quartier, autour de la gare, les regroupements nocturnes ont lieu dans la partie centrale du quartier et concernent presque exclusivement des classes moyennes « italiennes » extérieures au quartier, qui utilisent les terrasses de bars comme marqueurs d’une propriété symbolique des rues. L’article de Sarah Baudry porte sur un autre vieux quartier ouvrier péricentral en cours de gentrification : le secteur Testaccio-Ostiense à Rome. Ici ce sont les segmentations dans la participation politique locale qui sont analysées, afin de questionner le mythe d’une urbanité méditerranéenne attachée à la « culture de la place ». Sarah Baudry se penche sur le rôle des habitants et de la société civile locale dans la fabrique du territoire et montre, comme cela a pu être observé dans d’autres quartiers gentrifiés (TISSOT, 2011 ; SEMI, 2015), que la participation politique concerne surtout une population « au capital culturel parfois important et/ou récemment arrivée et à forte légitimité », qui même si elle est attentive aux autres catégories présentes dans le quartier, porte avant tout sa vision de la ville : « malgré des discours inclusifs, [les associations locales] peuvent ne pas toujours bien mettre en valeur les aspirations formulées par les migrants ».

14Enfin, une dernière série d’articles s’intéressent aux discours et aux représentations qui contribuent à produire ou justifier la ségrégation dans les villes d’Europe du Sud, qu’ils émanent des instances politiques (Nick Dines), de la recherche académique (Francesca Governa), ou des habitants (Bruno Cousin). Ainsi, à partir du cas des politiques de régénération urbaine à Naples, Nick Dines montre le rôle des représentations de l’espace public – ou plutôt du « bon espace public » – dans la mise en place de processus ségrégatifs : « segregation cannot be understood simply as the material outcome of a set of overlapping processes and measures, but it also needs to be considered as something immanent to the competing ideological discourses about the appropriate nature of the urban public realm ». Nick Dines montre comment les conceptions de l’espace public en Europe du Sud, fondées sur le « mythe de la place », ont toujours fonctionné comme des « acts of enclosure », promouvant un bon usage de l’espace pour mieux mettre à l’écart les usagers non conformes, l’exaltation des places des cités marchandes d’Italie du Nord ayant par exemple servi à mettre à l’index les villes du Mezzogiorno. Cela est vrai également à l’échelle intra-urbaine : les politiques de réhabilitation patrimoniale du centre historique de Naples, tout comme celles de la place de la gare, se sont faites au nom d’un rétablissement du sens civique, rejetant de fait les pratiques populaires informelles qui y avaient cours dans l’anormalité, et introduisant des « trajectoires de séparation » dans les espaces publics entre bons et mauvais usagers.

Segregation in public space thus fundamentally exists as something desired : political discourses about a regenerated historic center contain within them trajectories of separation, wherein public space is imagined as a contact zone between civic-minded and culturally conscious citizens and tourists, and where the recalcitrant are either reformed or kept at bay.

15Mais les concepts de la recherche académique peuvent aussi avoir des effets ségrégatifs, en réifiant l’image négative d’un quartier urbain. C’est ce que montre Francesca Governa dans une étude comparative sur les discours scientifiques et politiques au sujet de deux quartiers considérés comme des « marges » urbaines : la Belle de mai à Marseille et Barriera di Milano à Turin. L’auteur dénonce le potentiel essentialisant de certains concepts scientifiques appliqués aux quartiers défavorisés (« marges », « périphéries »…). Ces concepts contribuent en fait à renforcer la mise à l’écart de ces quartiers, car ils les pensent systématiquement comme « à distance » par rapport à un centre : « Using various concepts (segregation etc…), deprived urban areas are conventionally represented in a dualistic framework highlighting their distance (physical, social, economical and so on) from a center ». De plus, cette distance est souvent interprétée comme un écart, dans un jugement de valeur normatif : « this distance is seen as the sign of a lack of something good ». Reprenant la perspective ouverte par Jennifer Robinson et les Subaltern Studies, l’auteur plaide alors pour une « weak theory », produite par le bas, et considérant ces quartiers comme des « espaces ordinaires ».

16Enfin, l’article de Bruno Cousin étudie une dimension peu explorée par les sciences sociales : « les représentations et les justifications ordinaires de l’ordre socio‑spatial par les classes supérieures qui en tirent avantage ». L’article porte en effet sur la ségrégation des classes supérieures, rarement étudiée alors que c’est au sein de ce groupe qu’elle est en général la plus élevée, en Europe du Sud comme ailleurs. L’analyse est centrée sur les comprensori de la banlieue milanaise, quartiers récents et parfois fermés, ici essentiellement habités par des cadres dentreprise. Appuyé sur une enquête approfondie, l’article montre que, dans une Italie où la ségrégation ne constitue pas un problème politique et médiatique, elle est en revanche omniprésente et clairement assumée et justifiée dans les discours de certaines catégories de classes supérieures. Dans les comprensori aisés de la périphérie milanaise, une rhétorique sécuritaire et racialisée alimente une sécession résidentielle d’ordinaire plutôt associée aux classes moyennes, et qui tranche avec les indices relativement bas de ségrégation de la métropole lombarde.

17Bien sûr, il s’agit là d’un tableau très incomplet de la ségrégation urbaine en Europe du Sud. Il révèle les limites d’un champ d’études encore en friche. Trois de ces limites sont frappantes. Tout d’abord, la totalité des articles de ce numéro spécial porte sur des métropoles, alors que les villes petites et moyennes constituent l’essentiel de l’armature urbaine méditerranéenne. En Europe du Sud comme ailleurs, les théories sur la ségrégation contemporaine restent encore largement produites depuis les centres de commandement de la mondialisation, alors que cette dernière peut être très intense dans les villes moyennes, marquées par une diversité sociale et un turnover des populations moins fort (LAPEYRONNIE, 2008). Une deuxième limite concerne la rareté des approches réellement comparatives dans ce numéro, où les villes sud-européennes sont plus mises en regard que véritablement comparées. Pourtant, si la diversité des systèmes statistiques nationaux, des classifications ethniques et socio-professionnelles, des maillages territoriaux rend les comparaisons compliquées, ces dernières ne sont pas impossibles, comme l’ont montré des approches récentes (COUSIN et PRÉTECEILLE, 2008). La dernière limite révélée par ce numéro spécial est également méthodologique. Mis à part l’article de Thomas Maloutas et Stavros Spyrellis sur Athènes, la totalité des contributions sont des approches localisées et qualitatives centrées sur des quartiers ou des espaces particuliers d’une ville constituant des cas typiques de ségrégation (la cité d’habitat social, le camp rom, le quartier gentrifié, la citadelle élitaire…). Ces approches sont certes essentielles pour saisir les processus ségrégatifs, mais elles ont linconvénient de laisser dans lombre les dynamiques ségrégatives de quartiers plus « banals ». Surtout, elles ne permettent pas de mesure de la ségrégation et n’en donnent pas une image à l’échelle de l’aire métropolitaine, alors que cette dernière peut augmenter dans certains quartiers ou pour une catégorie sociale, tout en diminuant dans d’autres espaces et groupes sociaux. C’est en associant approches qualitatives localisées et analyses statistiques à l’échelle métropolitaine que de futurs travaux pourront véritablement monter en généralité et répondre aux questions sur la ségrégation urbaine sud‑européenne posées dans ce numéro.

Top of page

Bibliography

ALLEN J., BARLOW J., LEAL J., MALOUTAS T., PADOVANI L., (2004), Housing and Welfare in Southern Europe, Oxford, Blackwell.

ARBACI S., (2014), (Re)viewing Ethnic Residential Segregation in Southern European Cities : Housing and Urban Regimes as mechanisms of Marginalisation, Housing Studies, 23, 4, p. 589-613.

AUDREN G., (2012), Dynamiques scolaires et recompositions socio-territoriales : quels impacts sur la ségrégation à Marseille ?, Géographie, économie, société, 14, 2, p. 147-170.

ATAÇ E., (2015), Turkish Cities in the Bigger Picture. The distribution of “socio-economic status” through the Cities, Gazi University Journal of Sciences, 3, p. 55-68.

BACQUÉ M-H., CHARMES E. (dir.), (2016), Mixité sociale, et après ?, Paris, Puf.

BARBAGLI M., PISATI M., (2012). Dentro e fuori le mura. Città e gruppi sociali dal 1400 a oggi, Il Mulino, Bologna.

BENJAMIN W., (1924), Sens unique (précédé de) Enfance berlinoise (et suivi de) Paysages urbains, Éditions Maurice Nadeau (édition française 1988), Paris.

BÉNIT C., (2007), Fragmentations, in DORIER APPRILL E., GERVAIS LAMBONY P. (dir.), Vies Citadines, Belin, Paris.

BRUN J., (1994), Essai critique sur la notion de ségrégation et sur son usage en géographie urbaine, in J. BRUN, C. Rhein, La ségrégation dans la ville, L’Harmattan, Paris.

BRIDGE G., BUTLER T. LE GALÈS P., (2014), Power Relations and Social Mix in Metropolitan Neighbourhoods in North America and Europe : Moving Beyond Gentrification ?, International Journal of Urban and Regional Research, 38, 4, p. 1133‑1141.

CARY P., FOL S., (2012), Les métropoles face aux dynamiques de ségrégation et de fragmentation, Géographie, économie, société, 14, 2, p. 113‑126.

CHRIST G., MORCHE F. J., ZAUGG R., KAISER W., BURKHARDT S. et BEIHAMMER A. (dir.), (2015), Union in Separation. Diasporic Groups and Identities in the Eastern Mediterranean (1100‑1800), Viella, Rome

COUSIN B. et PRÉTECEILLE E., (2008), La division sociale de l’espace milanais. Comparaison avec le cas parisien, Mélanges de l’École française de Rome – Italie et Méditerranée, vol. 120, n°1, p. 315-333.

DADDAH A., (2015), Habiter la ville sans droits. Les travailleurs migrants dans les marges de Beyrouth (Liban), thèse de doctorat en géographie, sous la direction de V. BABY COLIN, Aix Marseille Univ.

ESPING-ANDERSEN G., (1990), The Three Worlds of Welfare Capitalism, Polity Press, Cambridge.

FILHOL R., (2016), Vivre au “grand ghetto”. Entre ségrégation socio-spatiale et redéfinition des carrières migratoires des travailleurs agricoles subsahariens en Italie du Sud, in CANEPARI E., MESINI B., MOURLANE S. (dir.), Mobil Hom(m)es, Éd. De l’Aube, La Tour‑d’Aigues, p. 135-143.

FLORIN B., LEGROS O., SEMMOUD N., TROIN B., (2014), Marges urbaines et néolibéralisme en Méditerranée, PUF, Tours.

HAMNETT C., (2003), Unequal city: London in the global arena, Routledge, London.

HERZFELD M., (2005), Practical Mediterraneanisms: Excuses for everything, from epistemology to eating, in HARRIS, W.V. (ed.), Rethinking the Mediterranean, Oxford University Press, Oxford.

LEONTIDOU L., (1990), The Mediterranean City in Transition: Social Change and Urban Development, Cambridge University Press, Cambridge.

LEONTIDOU L., (1996), Alternatives to Modernism in (Southern) Urban Theory: Exploring In-Between Spaces, International Journal of Urban and Regional Research, 20, 2, p. 178195.

LEONTIDOU L., (2014), The crisis and its discourse: Quasi-orientalist attacks on Mediterranean urban spontaneity, informality and joie de vivre, City: analysis of urban trends, culture, theory, policy, action, 18, 4-5, p. 551562.

MALOUTAS T., (1995), Ségrégation et relations familiales dans deux villes grecques : Athènes et Volos, Sociétés contemporaines, 22-23, p. 89‑106.

MALOUTAS T, (1997), La ségrégation sociale à Athènes, Mappemonde, 4.

MALOUTAS T., (2004), Segregation and Residential mobility: spatially entrapped social mobility and its impact on segregation in Athens, Journal of Urban and Regional Studies, 11, 3, p. 195213.

MALOUTAS T., FUJITA K. (dir.), (2012), Residential segregation around the world. Why context matters, Ashgate, Farnham.

MARCUSE P., VAN KEMPEN R., (1999), Globalizing Cities. A new spatial order?, Blackwell, Oxford.

MASSEY D., ROTHWELL J., DOMINA T., (2009), The changing bases of Segregation in the United States, Annals of American Academia of Political and Social Sciences, 626, 1.

OBERTI M., PRÉTECEILLE E., (2016), La ségrégation urbaine, La Découverte, Paris, 121 p.

PETSIMERIS P., (2005), Out of squalor and towards another urban renaissance ? Gentrification and neighbourhood transformations in Southern Europe, in ATKINSON R. & BRIDGE G., Gentrification in a global Context : the new urban colonialism, Routledge, Londres – New York.

PFIRSCH T., (2008), La proximité familiale, clé de compréhension des localisations des classes supérieures dans les villes d’Europe du Sud ? L’exemple de la vieille bourgeoisie napolitaine, Mélanges de l’École française de Rome Italie Méditerranée (MEFRIM), 120/1, p. 297-314.

PFIRSCH T., (2011), La localisation des classes supérieures dans une ville d’Europe du Sud. Le cas de Naples, L’espace géographique, 4, p. 304-318.

PRÉTECEILLE E., (1992), La ségrégation dans les grandes villes, La documentation française, Problèmes politiques et sociaux, 684.

PRÉTECEILLE E., (2006), La ségrégation sociale a-t-elle augmenté ? La métropole parisienne entre polarisation et mixité, Sociétés contemporaines, 62, p. 69-93.

RADINI M., (2008), Le geografie sociali di Torino, Milano, Roma e Napoli, in CREMASCHI M. (a cura di), Tracce di quartieri. Il legame sociale nella città che cambia, Franco Angeli, Milano, p. 323-357.

ROBINSON J., (2006), Ordinary Cities. Between Modernity and Development, London, Routledge.

Roncayolo M., (1952), Évolution de la banlieue marseillaise dans la basse vallée de l’Huveaune, Annales de Géographie, 61, 327, p. 342-356.

RONCAYOLO M., CEAUX J., (1972), La division sociale de l’espace urbain, Bulletin de l’association des géographes français, 395‑396, p. 3‑35.

SASSEN S., (1991), The Global City: New York, London, Tokyo, Princeton University Press, Princeton.

SEMI G., (2015), Gentrification : tutte le città come Disneyland ?, Il Mulino, Bologna.

SEMMOUD B., (1995), Les quartiers de la ségrégation en Algérie, continuité ou rupture ?, in GALISSOT R., MOULIN B. (dir.), Les quartiers de la ségrégation, Tiers-monde ou quart monde ?, Karthala, Paris.

SOJA E., (2000), Postmetropolis: Critical Studies of Cities and Regions, Blackwell, Oxford.

WACQUANT L., (2010), Designing Urban Seclusion in the 21st century, Perspecta. The Yale Architectural Journal, 43, p. 165‑178.

Top of page

Notes

1 Outre le concept de fragmentation, celui de « séclusion » (Wacquant, 2010) a été proposé pour désigner toutes les formes de regroupement/enclavement spatial de groupes sociaux dans le cadre du « tournant punitif » et sécuritaire des démocraties libérales.

2 Pour l’Italie, il faut attendre 2012 pour voir publiée la première étude statistique solide permettant une cartographie et une mesure précise de la ségrégation résidentielle dans les grandes villes de la péninsule (Barbagli et Pisati, 2012).

3 Ce n’est qu’au cours des années 1960 et 1970 que le concept de ségrégation se développe en Europe, mais au prix d’un changement de son sens (Brun, 1994). Le terme y est utilisé pour désigner non plus la mise à l’écart intentionnelle d’un groupe stigmatisé, mais la simple concentration résidentielle d’un groupe social. La ségrégation est en quelque sorte réduite à la « division sociale de l’espace urbain » (Roncayolo, 1972).

4 Ainsi, au sein même de la péninsule italienne, les contrastes sont forts entre les villes du Nord ayant conservé une base industrielle et peu ségrégées (Turin, Florence), et Rome, capitale hyper-tertiarisée au rayonnement mondial et aux indices de ségrégation élevés (Barbagli et Pisati, 2012). De même, si Athènes se caractérise par des indices très bas de ségrégation résidentielle, Madrid apparaît beaucoup plus ségrégée que bien des villes nord-européennes (Préteceille, 1992)

5 Workshop « Au sud du Nord ? La ségrégation dans les villes d’Europe du Sud », organisé à l’École française les 8 et 9 juin 2015, avec le soutien des laboratoires Géographie-Cités (Universités Paris 1 et 7), Calhiste (Université de Valenciennes), et Culture, Politica e Società (Università degli Studi di Torino).

Top of page

References

Bibliographical reference

Thomas Pfirsch and Giovanni Semi, « La ségrégation dans les villes de l’Europe méditerranéenne », Méditerranée, 127 | 2016, 5-13.

Electronic reference

Thomas Pfirsch and Giovanni Semi, « La ségrégation dans les villes de l’Europe méditerranéenne », Méditerranée [Online], 127 | 2016, Online since 01 January 2017, connection on 27 September 2021. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8375 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mediterranee.8375

Top of page

About the authors

Thomas Pfirsch

Université de Valenciennes, Calhiste (EA 4343)

By this author

Giovanni Semi

Università di Torino

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search