Skip to navigation – Site map

HomeIssues127Proximité résidentielleRésider dans le même quartier, oc...

Proximité résidentielle

Résider dans le même quartier, occuper la même ville ?

Systèmes de lieux et pratiques urbaines des habitants d’Alcântara à Lisbonne
Residing in the same neighborhood, living in the same city? Systems of places and urban practices amongst Alcântara inhabitants, Lisbon
Matthieu Giroud
p. 69-79

Abstracts

On the basis of observations made in Alcântara, a former working-class district of Lisbon, Portugal, this paper aims to address the issue of urban segregation by focusing attention not only on residential positions and housing conditions of the inhabitants, but on the way they articulate the practices of their home, the neighborhood and the city, that is to say on the systems of places they attend every day and thus the forms of access to urban resources at different scales. If inhabitants sharing the same residential location but belonging to different social groups can sometimes develop close systems of places and urban practices, they rarely occupy the same city that is to say the same places; and when they occupy the same places, it can be at the same time but not really for the same motivations, purposes and meanings. There are therefore several forms of social divisions that can be observed «elsewhere» or «outside» of housing.

Top of page

Full text

1Les avancées théoriques et méthodologiques dans le champ d’études sur les mobilités spatiales ont récemment offert de nouvelles perspectives quant à la manière d’appréhender la question de la ségrégation urbaine : d’un point de vue théorique, la démarche qui consiste à défendre une approche articulée des formes de mobilités spatiales a permis de décloisonner une analyse jusqu’alors extrêmement segmentée des formes de mobilités spatiales ; d’un point de vue méthodologique, les évolutions en matière de collecte biographique de différentes formes de mobilité, mais aussi les réflexions menées pour saisir le plus finement possible les mobilités que les individus réalisent au quotidien ont aussi ouvert de nouvelles perspectives pour la connaissance des rapports que les individus entretiennent avec leur espace de vie (IMBERT et al., 2014 ; WORTH et HARDILL, 2015).

2Cet article s’inscrit dans ce double mouvement qui permet d’aborder différemment la question de la ségrégation urbaine en focalisant l’attention non plus uniquement sur les positions résidentielles et les conditions de logement des habitants, mais sur la manière dont ces derniers articulent leurs pratiques du logement, du quartier et de la ville, c’est‑à‑dire sur les systèmes de lieux qu’ils fréquentent au quotidien et sur les formes d’accès à la ville (LÉVY et DUREAU, 2002) que mettent en valeur ces systèmes de lieux et les pratiques de mobilités sous-jacentes. Une telle approche de la ségrégation n’est pourtant pas nouvelle. Par exemple en France, dès le début des années 1990, le sociologue Y. Grafmeyer parlait d’une approche de la ségrégation en termes de chances inégales d’accès des différents groupes à des biens matériels et symboliques (1994), ce qui marque un déplacement important de la notion vers l’idée qu’il existe des échelles de la ségrégation. Dans le prolongement, J. Brun et J-P. Lévy considèrent que certains quartiers peuvent être mixtes dans leur composition sociale, mais au contraire très segmentés du point de vue des pratiques spatiales qui sy déploient. Au-delà du quartier, à l’échelle de la ville entière, les différents groupes n’auraient pas accès aux mêmes lieux, n’auraient pas les mêmes facilités de déplacement, ne pratiqueraient pas les mêmes espaces de consommation, etc., d’où l’expression reprise en partie dans le titre de cet article que des individus « habitant le même endroit, n’occupent pas la même ville » (2000, p. 246). Pour les deux géographes une des difficultés du terme de ségrégation provient en tout cas de sa polysémie puisqu’il désigne à la fois un processus et l’état qui en résulte, et qu’il implique des positions résidentielles tout comme des relations aux autres espaces de la vie quotidienne : « la ségrégation désigne une série de phénomènes complexes, variables et composites, mais impliquant toujours des formes d’inégale distribution de groupes de population dans l’espace, formes considérées comme des révélateurs, mais aussi – c’est là que réside la principale ambiguïté de la notion –comme des facteurs de pathologies tant sociales que spatiales (comme l’isolement des groupes défavorisés dans des zones d’habitat les privant d’accès aux ressources de la ville) » (2000, p. 229).

  • 1 Travail issu d’une thèse de doctorat, réalisée sous la direction de Françoise Dureau, et intitulée (...)

3L’objectif est ici d’illustrer et de discuter de tels positionnements théoriques, à partir d’un travail de terrain réalisé à Alcântara1, ancien quartier ouvrier et industriel du péricentre ouest de la ville de Lisbonne au Portugal, qui au moment de l’observation menée en 2005, donc juste avant la crise qui a durement touché le pays, connaît les prémices d’un processus de gentrification. L’idée est d’analyser les systèmes – entendus comme agencements spatio-temporels – de lieux fréquentés au quotidien par une cinquantaine de résidents du quartier d’Alcântara ; des résidents appartenant à des groupes sociaux variés et qui occupent comme nous le verrons au préalable différents types dhabitats répartis de manière très segmentée dans l’espace urbain. Les individus fréquentent un ensemble de lieux au quotidien qui font système dans la mesure où a minima la répétition des déplacements d’un jour à l’autre, ou bien à l’échelle d’une semaine, leur permet de créer et d’entretenir une relation entre ces lieux, qui peut prendre différentes significations (complémentarité de fonction, substitution d’activités, etc.). Les systèmes de lieux sont donc évolutifs en fonction des expériences et habitudes acquises dans chacun des lieux fréquentés quotidiennement (IMBERT et al., 2014). Au-delà des formes de différenciation en matière de pratiques urbaines observées, l’analyse de ces systèmes montre aussi que certains lieux sont fréquentés communément par des résidents aux profils sociaux variés, soulevant des interrogations sur les formes de coexistence sociale à l’œuvre. Du logement à certains sites du quartier, jusqu’aux pratiques de la ville, l’enjeu est bien d’envisager le processus ségrégatif autrement qu’à travers le prisme des positions résidentielles, mais en termes d’inégalités d’accès aux lieux et aux ressources localisées à différentes échelles (LÉVY et DUREAU, 2002).

1 - Alcântara, du faubourg ouvrier
à la « mosaïque » socio‑résidentielle

  • 2 Plusieurs critères ont été pris en compte: la structure du bâti (période de construction, matériau (...)

4Il ne sera pas question ici de décrire avec précision la composition actuelle du tissu urbain du quartier ainsi que toutes les dynamiques sociales à l’œuvre. Alcântara se caractérise en effet par une grande diversité des types d’habitat, en particulier ancien, dont les potentialités de transformation physique et sociale apparaissent profondément inégales. Sur la base d’une analyse de données statistiques, mais aussi d’un parcours commenté effectué avec un architecte, d’un travail d’interprétation de photographies aériennes et d’une enquête auprès de résidents du quartier, une typologie de logements anciens a pu être réalisée, chaque type étant caractérisé par un potentiel de transformation physique et social22. Le tableau 1 présente la structure et la dynamique de ces différents segments du parc de logements anciens, rangés de façon décroissante (de gauche à droite) selon leurs potentiels de transformation.

Tableau 1 – Caractéristiques du parc de logements d’Alcântara (1991-2001)

Tableau 1 – Caractéristiques du parc de logements d’Alcântara (1991-2001)

Le tableau ne présente que les données pour lesquelles le croisemement, entre la zone cartographiée et les sub-sections statistiques correspondantes, a pu être réalisé. Par conséquent, ce tableau n’est qu’une représentation statistique incomplète du parc de logements anciens du quartier.

Source : INE, recensements 1991 et 2001.

5D’une manière générale, notons que le parc de logements du quartier se caractérise par une certaine décroissance entre 1991 et 2001, une très forte augmentation du taux de vacance ainsi que par une augmentation du nombre de propriétaires. La construction neuve qui caractérise aussi la période en question, atténue, sans toutefois la compenser totalement, la chute du nombre de logements qui affecte de nombreux segments du parc ancien, tout comme elle explique aussi en partie l’augmentation du nombre de propriétaires. Mais les mécanismes qui expliquent de telles tendances générales sont complexes et diffèrent sensiblement d’un segment du parc ancien à l’autre. Pour l’illustrer, nous avons choisi de présenter trois situations qui nous apparaissent significatives de ce qui se joue actuellement à Alcântara, en termes de composition du tissu urbain, de rapport à un héritage architectural et de dynamiques sociales à l’œuvre.

1.1 - L’héritage ouvrier

6Comme nous l’avons déjà évoqué, Alcântara représente l’un des premiers quartiers à vocation industrielle et ouvrière de Lisbonne: dès la fin du xixe siècle, le quartier accueille de nombreuses usines et des populations venues des régions rurales en crise du nord du pays. Ces nouveaux habitants ont pour une grande part assuré la construction de leur propre habitation, ce qui marque encore aujourd’hui la physionomie de certains secteurs du quartier comme celui de l’Alto da Cruz, situé sur les hauteurs du quartier (photographies 1 et 2).

Photographies 1 et 2 – Alto da Cruz, un héritage de l’industrialisation d’Alcântara à la fin du xixe siècle

Photographies 1 et 2 – Alto da Cruz, un héritage de l’industrialisation d’Alcântara à la fin du xixe siècle

Source Matthieu Giroud, 2005.

7Espace composé essentiellement de maisons basses auto-construites et de petits collectifs, Alto da Cruz se caractérise aujourd’hui par la présence de nombreux descendants des ouvriers venus au début du xxe siècle et une surreprésentation des catégories les plus modestes, le plus souvent locataires de leur logement. Le parc de logements, qui pèse encore largement sur le total de logements anciens du quartier, est en très forte décroissance du fait essentiellement de démolitions et de fermeture de bâtiments (emmurements), et le taux de vacance dépasse les 20 %. Alto da Cruz représente actuellement l’un des secteurs du quartier où la population se paupérise le plus fortement et où le cadre bâti se dégrade rapidement.

1.2 - Les cicatrices de la dictature

8Avec l’instauration de l’Estado Novo, régime fasciste porté par António de Oliveira Salazar au début des années 1930, plusieurs opérations qui marquent encore fortement aujourd’hui le paysage urbain ont été menées. Officiellement, ces opérations sont justifiées par la position géographique d’Alcântara à léchelle de la ville en pleine expansion: le quartier devient un espace intermédiaire et doit assurer le lien – en termes résidentiels et dinfrastructures de communication – entre les quartiers centraux traditionnels et ceux, plus récents, de lexpansion urbaine. Officieusement, il sagit de contrôler un quartier ouvrier traditionnellement républicain dont le régime sait tout le potentiel de contestation: les démolitions des barracas ou des maisons auto-construites et les évictions de leurs habitants se multiplient notamment pour permettre la construction dès 1946 de petits immeubles collectifs qualifiés de casas económicas et, chargées, comme avec le secteur planifié de Quinta do Jacinto à proximité de Alto da Cruz, de loger des fonctionnaires municipaux issus des services de police (photographie 3). La construction du pont Salazar (rebaptisé pont du 25 avril après la Révolution des œillets au printemps 1974) entre 1962 et 1966 représente le second temps fort des destructions de l’habitat ouvrier du quartier. Les démolitions et la mise à disposition du foncier à des investisseurs privés ont permis la construction rapide, standardisée et de mauvaise qualité d’immeubles fonctionnels assez élevés (au moins cinq étages), dès la fin des années 1950 (photographie 4).

Photographies 3 et 4 – Quinta do Jacinto et Alcântara Baixa, les marques de la mainmise du pouvoir municipal sur un quartier ouvrier pendant la dictature

Photographies 3 et 4 – Quinta do Jacinto et Alcântara Baixa, les marques de la mainmise du pouvoir municipal sur un quartier ouvrier pendant la dictature

Source Matthieu Giroud, 2005.

9Ces deux types de segments hérités de l’action d’un pouvoir municipal autoritaire se détériorent actuellement rapidement et sont marqués, comme Alto da Cruz, par un processus de vieillissement et de paupérisation de ses occupants qui sont pour une grande part d’anciens petits fonctionnaires. Les taux de vacance ont doublé entre 1991 et 2001, tandis que le nombre de propriétaires a fortement augmenté (de 16 % à 59 % à Quinta do Jacinto), les résidents ayant bénéficié au cours de la décennie d’un programme public d’aide à l’accession à la propriété.

1.3 - Les marques de la requalification

10Enfin, entre le milieu des années 1990, et jusqu’à la crise qui touche le pays en 2007, Alcântara est considéré par les pouvoirs publics locaux comme l’un des espaces stratégiques de la ville pour plusieurs raisons : sa proximité avec le centre, par effet de croissance urbaine, mais aussi avec le Tage, fleuve emblématique du Portugal ; ses importantes réserves foncières et immobilières ; enfin, sa vocation à rééquilibrer une organisation métropolitaine penchant fortement vers l’Est depuis 1998 en raison de l’aménagement du Parc des nations sur le site de l’exposition universelle. Pendant une dizaine d’années, les pouvoirs publics se sont attelés à amorcer la requalification du quartier, et à en encadrer la gentrification. Pour ce faire, ont été menées, bien souvent avec l’aide des promoteurs privés, différentes opérations de rénovation (Alcântara Rio), de réutilisation (Docas de Alcântara) ou de densification sous forme de résidence fermée (Alcântara Residence). Celles-ci ont porté sur d’anciennes friches industrielles ou urbaines afin de créer des espaces résidentiels de standing, des équipements métropolitains ou des espaces de loisirs et de consommation (photographies 5 et 6).

Photographies 5 et 6 – Alcântara Rio et Docas de Alcântara, les projets de la requalification d’Alcântara au tournant des annes 2000

Photographies 5 et 6 – Alcântara Rio et Docas de Alcântara, les projets de la requalification d’Alcântara au tournant des annes 2000

Source Matthieu Giroud, 2005.

  • 3 En référence au style architectural (néo-classique, assez sobre et rationnalisé) initié par le marq (...)

11Depuis le début des années 1990, cette gentrification encadrée se surajoute à un processus de gentrification spontanée dans certains segments du parc ancien du quartier, en particulier les immeubles d’inspiration pombaline3, construits à la fin du xixe et au début du xxe siècle. Ce segment représente le seul du parc ancien dont le taux de vacance est en baisse au cours de la décennie en question. Les nouveaux arrivants, majoritairement des propriétaires occupants issus des classes moyennes et supérieures, ont de fait anticipé l’intérêt renouvelé des autorités pour le quartier. En plus de la localisation du quartier à l’échelle métropolitaine, l’ambiance d’un ancien quartier industriel en pleine transition, ces nouveaux résidents ont été attirés par des logements au cachet avéré et au fort potentiel de transformation physique et donc d’appropriation. Ici, la plasticité du bâti explique en partie la baisse du nombre de logements dans ce segment, mais aussi l’augmentation du nombre de grands logements : des fusions de petits appartements ont été réalisées, aboutissant parfois à la création de biens de type loft ou duplex.

12Du double point de vue morphologique et social, le quartier d’Alcântara peut être actuellement décrit comme une « mosaïque », qui traduit bien la situation, souvent observée dans les centres, de proximité spatiale entre types d’habitat et catégories sociales différentes (BRUN et LÉVY, 2000 ; DUREAU et al., 2015), mais aussi entre processus sociaux parfois contradictoires. Se côtoient en effet, parfois à l’échelle d’une même rue, des immeubles en voie de gentrification alors que d’autres, dont le potentiel de transformation physique et social apparaît plus faible, connaissent une paupérisation parfois prononcée. Si elles résident dans le même quartier, les personnes interrogées dans le cadre de notre enquête ne vivent de fait pas dans le même logement.

2 - Systèmes de lieux et pratiques urbaines des résidents d’Alcântara

  • 4 Il se compose de 18 femmes et 29 hommes. 14 d’entre eux ont entre 20 et 34 ans, 18 ont entre 35 et  (...)

13L’enquête, menée auprès de 47 résidents4 a consisté à saisir sur une journée type l’ensemble des déplacements que le répondant a réalisés ou s’apprête à réaliser de 5 h du matin le jour de l’enquête à 5 h du matin le lendemain. La saisie des déplacements a été effectuée à partir d’une matrice spatio-temporelle informant à la fois sur les lieux fréquentés pendant la journée, les activités liées au déplacement, les modes de transport utilisés, ainsi que les heures de début et de fin du déplacement (IMBERT et al., 2014). L’analyse de la matrice a permis d’étudier entre autres les temps de présences cumulées dans et en dehors du domicile (à proximité du logement, dans le quartier, dans un autre quartier de Lisbonne, ou en dehors de Lisbonne), les moments des présences par type d’espace fréquenté, mais aussi, avec l’aide de productions graphiques (figure 1) les systèmes de lieux que les individus fréquentent au quotidien.

Fig. 1 – Système de lieux pratiqués au quotidien, de résidents d’Alcântara passant moins de 6 heures par jour hors du domicile (2005)

Fig. 1 – Système de lieux pratiqués au quotidien, de résidents d’Alcântara passant moins de 6 heures par jour hors du domicile (2005)

Source Matthieu Giroud, 2005.

2.1 - Des présences inégales au domicile

14Une première analyse sur les temps des présences cumulées montre que les résidents n’investissent pas tous de la même manière l’espace du domicile : la moitié des enquêtés y consacre entre 12 et 18 h de leur temps journalier et un tiers entre 6 et 12 h. Aux deux extrémités, un seul résident passe moins de 6 h dans son logement, alors que six autres y restent plus de 18 h. Notons, dans la limite des données disponibles, que les femmes enquêtées passent plus de temps au domicile que les hommes, tout comme les personnes âgées de plus de 65 ans et les résidents sans activité professionnelle. A contrario, les employés et ouvriers passent souvent moins de la moitié de leur temps dans leur logement, les cadres et professions supérieures se trouvant dans une position intermédiaire. D’après les observations, la taille du logement et le parcours résidentiel influent peu le temps passé au domicile : les individus ayant investi récemment un logement neuf ou réhabilité semblent pratiquer leur domicile tout autant qu’une majorité de ceux, stables ou mobiles, occupant un logement ancien non réhabilité. On note que seuls les anciens résidents en situation de retour, ou ayant déménagé au sein du quartier pour occuper un logement neuf, ont tendance à moins pratiquer leur domicile. En revanche, des temps de présence au domicile similaires ne renvoient pas toujours à des usages semblables. Les seuls résidents ayant par exemple évoqué le logement comme lieu de travail appartiennent aux catégories sociales moyennes ou supérieures et sont arrivés récemment dans le quartier. De la même manière, pour certains dentre eux, en particulier ceux ayant investi un logement ancien réhabilité, le domicile apparaît clairement comme un lieu d’accueil et de réception d’amis ou de parents. Les activités dites « libres » réalisées diffèrent aussi selon les individus et les groupes sociaux (repos, bricolage, peinture, écriture, télévision, etc.). Seules les activités liées à la famille (activités ménagères, préparation des enfants, etc.), principalement assurées par les femmes, concernent tous les ménages, quels que soient leurs groupes d’appartenance.

15L’analyse de la matrice a permis de réaliser une partition en fonction du temps passé en dehors du domicile (hors temps de déplacement) et selon les espaces de pratiques. Trois ensembles regroupant différents types de systèmes de lieux ont pu être identifiés.

2.2 - Les résidents passant moins de 6 heures en dehors de leur domicile

16Parmi les résidents consacrant peu de temps aux pratiques en dehors du logement (moins de 6 heures), l’utilisation du temps ne renvoie pas pour chacun d’eux ni aux mêmes espaces, ni aux mêmes usages : un premier profil distingue les résidents dont les pratiques hors du domicile se déploient avant tout à proximité immédiate du logement. Cette pratique de proximité s’associe souvent à une fréquentation plus ponctuelle d’autres lieux du quartier, et plus rarement à celle d’un autre quartier de la ville. Il concerne avant tout des résidents stables, installés de longue date, comme c’est le cas de Rosa (figure 1, en haut), mais aussi parfois des nouveaux résidents dans des logements anciens bon marché comme Christiano (figure 1, en haut). Les usages se différencient toutefois selon le sexe de l’individu : pour une femme, l’usage qui consiste à boire un café et discuter avec des amis est souvent complété par des activités liées à la famille ; un homme, quant à lui, associera son temps au café avec une promenade dans le quartier.

17Un second profil concerne au contraire les résidents dont les pratiques hors domicile se déploient plus franchement à l’échelle de la ville, tout en intégrant celles de la proximité du logement et du quartier. On retrouve ici surtout des nouveaux venus du quartier, plutôt favorisés et occupant un logement neuf (comme Joseph) ou réhabilité (comme Christina), mais aussi, plus secondairement, des anciens résidents (comme Pedro). Le quartier ou la proximité du logement sont pratiqués pour leurs commerces et leurs lieux de restauration. La mobilité vers un autre quartier de la ville souligne, quant à elle, l’existence d’un réseau professionnel et social inscrit à cette échelle. C’est par exemple bien ce que révèle le système de lieux de Joseph (33 ans, scénariste), résident d’Alcântara Rio, qui se rend dans un café localisé sur le site de la résidence vers 11 h. Il rentre déjeuner chez lui une heure plus tard. À 15 h 30, il se rend dans un autre quartier de Lisbonne pour des raisons professionnelles. À son retour, vers 19 h, il décide d’aller déambuler dans la rue d’Alcântara, artère commerçante du quartier, où il s’offre un café. Seulement trente minutes plus tard, il retourne chez lui pour dîner, puis travailler en soirée.

2.3 - Les résidents passant entre 6 et 12 heures en dehors de leur domicile

18Dans le groupe des résidents passant entre 6 et 12 heures de leur temps quotidien en dehors du domicile, quatre profils différents semblent pouvoir se distinguer, (figure 2).

Fig. 2 – Système de lieux pratiqués au quotidien, de résidents d’Alcântara passant entre 6 heures et 12 heures par jour hors du domicile (2005)

Fig. 2 – Système de lieux pratiqués au quotidien, de résidents d’Alcântara passant entre 6 heures et 12 heures par jour hors du domicile (2005)

Source Matthieu Giroud, 2005.

19Le premier (figure 2, en bas) réunit les individus qui pratiquent uniquement des lieux éloignés, localisés en dehors des limites du concelho de Lisbonne. On retrouve ici en majorité certains des cadres vivant dans un logement neuf du quartier, comme Martina (36 ans, cadre); mais cela peut aussi, certes plus secondairement, concerner des employés en situation plus précaire. La mobilité est ici directement reliée à la localisation en périphérie du lieu de travail. Le second profil, assez similaire, comprend ceux dont la présence hors domicile se déroule principalement dans d’autres quartiers de Lisbonne. Dans certains cas, cette forte pratique de la ville, liée à l’activité professionnelle, s’accompagne d’une pratique du quartier ou de la proximité du domicile, pour des usages plus ludiques (activités sportives, fréquentation de lieux de restauration, rencontre avec des amis). On retrouve, dans ce profil, avant tout des résidents, comme Pedro Suares (31 ans, ingénieur) issus des catégories sociales supérieures et vivant depuis peu dans une nouvelle résidence du quartier. Mais on remarque aussi la présence de résidents de Alto da Cruz, récemment installés ou stables, comme c’est le cas avec Maria (39 ans, femme de ménage).

20Un troisième profil est marqué par la présence de résidents dont les pratiques hors du domicile se jouent exclusivement dans le quartier (figure 2, en haut). Beaucoup de ces résidents sont des retraités, comme Elisabeth, vivant de longue date dans le quartier, et qui consacrent le principal de leur temps hors domicile à la promenade et à la consommation dans le quartier. D’autres sont au contraire des actifs, récemment installés dans un logement ancien bon marché, et dont la durée de présence s’explique en ce que le quartier représente aussi le lieu de travail (comme pour Régina, 27 ans, cuisinière). A contrario du profil précédent, le choix du changement de résidence résulte d’un arbitrage en faveur de la localisation du lieu de travail et du souhait de limiter les navettes journalières.

21Enfin, le dernier profil concerne ceux dont la présence hors du domicile se déroule majoritairement à proximité même du logement, et accessoirement à l’échelle du quartier. Les résidents stables, en particulier de Alto da Cruz, composent ce profil. On y retrouve des anciens ouvriers retraités comme Fernando : ce dernier fréquente l’espace proche de son logement dès 7 h du matin. Il se promène dans le secteur jusqu’à l’ouverture d’un café vers 9 h, où il s’installe jusqu’au déjeuner vers 11 h 30. À 14 h, et pendant deux heures, Fernando retourne au café, discuter avec des amis ou des clients de passage. À 16 h, il rentre à son domicile faire une sieste, puis, trois heures plus tard, décide d’aller pêcher en bordure du Tage, à proximité des Docas. Il y reste alors jusqu’à la tombée de la nuit, puis rentre à Alto da Cruz où, avant de rejoindre son domicile, il entreprend de revendre sa prise du jour.

2.4 - Les résidents passant plus de 12 heures en dehors de leur domicile

22Un dernier groupe concerne les résidents qui passent plus 12 h de leur temps hors du domicile. On observe quatre profils différents d’individus (figure 3).

Fig. 3 – Système de lieux pratiqués au quotidien, de résidents d’Alcântara passant plus de 12 heures de leur temps journalier hors du domicile (2005)

Fig. 3 – Système de lieux pratiqués au quotidien, de résidents d’Alcântara passant plus de 12 heures de leur temps journalier hors du domicile (2005)

Source Matthieu Giroud, 2005.

23Pour trois d’entre eux, les pratiques se déploient exclusivement au sein d’un espace de pratiques bien déterminé : tout le temps hors domicile est consacré au travail et se joue entièrement, selon le cas, à l’échelle de la ville, à celle du quartier ou à proximité du domicile (comme pour Martha, 30 ans, gérante d’un café). Dans cette situation, on retrouve à la fois des cadres (qui travaillent plutôt en dehors du quartier) et des employés. Le quatrième profil réunit, quant à lui, des résidents stables ou récemment installés dans Alto da Cruz. Leurs pratiques quotidiennes se partagent de manière relativement égale entre la proximité du domicile (boire un café, discuter avec le voisinage, jardiner) et des lieux plus éloignés. Dans le cas de résidents employés du tertiaire (Mario, 27 ans, cuisinier) ou ouvriers (Nuno, 45 ans, docker), ces lieux sont liés à l’emploi et sont situés dans le quartier ou ailleurs à Lisbonne ; dans celui de résidents sans activité professionnelle déclarée (Oliveira, 25 ans, sans emploi), ils se localisent au-delà des limites de la municipalité et renvoient à une activité de loisirs (aller à la plage).

24Les temps de présences cumulées au domicile et en dehors offrent donc une première indication sur la relation que noue chacun des résidents avec ses espaces de pratiques quotidiennes, dont celui du quartier. Une première analyse consiste à souligner la diversité des systèmes de lieux fréquentés au quotidien par les résidents d’Alcântara, quel que soit l’ensemble temporel dans lequel ils se situent. Il importe toutefois de dépasser cette première analyse en tentant de dégager certaines régularités et logiques qui relèvent pour une grande part de processus de différenciation sociale.

3 - Division et cohabitation sociales au prisme des pratiques quotidiennes

25Même si plusieurs systèmes de lieux et configurations décrites transcendent les clivages sociaux, on remarque, toutefois, l’existence de formes assez marquées de différentiation et de segmentation des pratiques urbaines. Par exemple, il apparaît ici que les résidents anciens ont tendance à davantage investir les lieux du quartier que les nouveaux venus. C’est le cas de plusieurs résidents de Alto da Cruz qui semblent, en effet, limiter leurs pratiques quotidiennes à la proximité du domicile et au reste du quartier. Chez ces anciens résidents, la pratique des autres quartiers de la ville n’est cependant pas absente, mais elle apparaît presque toujours uniquement liée au travail. Lisbonne n’apparaît que très peu fréquentée pour d’autres activités comme celles liées aux loisirs ou à la consommation ; ce qui pose la question des conditions d’accès à ces lieux de la ville. A contrario, les nouveaux résidents plus favorisés, installés dans les logements neufs ou anciens réhabilités, semblent fréquenter plus facilement les autres lieux de la ville pour une plus grande diversité d’activités.

26L’analyse des temporalités des pratiques, fortement inspirées de travaux italiens sur les mobilités quotidiennes des citadins (Bottaï et al., 2006) révèlent en outre que les moments de pratique du quartier, et précisément de forte fréquentation, diffèrent selon le sexe, la catégorie sociale ou encore l’expérience résidentielle de l’individu, renouvelant ainsi dans le temps les marquages sociaux. Par exemple, le quartier apparaît beaucoup plus pratiqué par les hommes que par les femmes, dont les fréquentations sont beaucoup plus discontinues et fortement liées aux rythmes scolaires. Les cadres et professions intellectuelles supérieures ont, quant à eux, une pratique beaucoup moins continue de la proximité de leur domicile et du reste de leur quartier que les ouvriers, les employés ou les retraités.

27On note cependant aussi l’existence d’intervalles temporels de coprésences au sein du quartier. Par exemple, cadres, employés et ouvriers se retrouvent dans le quartier à midi, mais aussi en début de soirée, où ils y sont rejoints par les retraités et certains résidents sans activités professionnelles. De la même manière, la fin de journée est un temps de présence commun aux nouveaux résidents d’un logement neuf ou réhabilité, ceux d’un logement ancien bon marché, et aussi, quoique secondairement, aux anciens résidents stables. L’analyse a aussi permis d’identifier les lieux où cohabitent les pratiques des différents groupes sociaux évoqués (anciens et nouveaux résidents ; résidents aisés et moins favorisés). On retrouve à la fois des lieux « traditionnels » du quartier (centralités commerciales ou liées aux infrastructures de transport), mais aussi certains espaces rénovés, comme ceux des Docas ou d’Alcânrara Rio qui procurent des ressources en matière de consommation ou de loisir (figure 1 avec par exemple les cas de Pedro et de Joseph).

28De telles situations de cohabitation sociale remettent de fait partiellement en cause la vision d’une tendance à la fragmentation des métropoles au niveau global. Si du point de vue résidentiel, un quartier en voie de gentrification comme Alcântara peut apparaître à ce stade comme une mosaïque de micro-espaces de plus en plus homogènes (Brun et Lévy, 2000), du point de vue des pratiques du quartier, le constat est plus nuancé. Mais derrière de telles situations de coprésence se cachent souvent des formes d’usages et d’occupation des espaces collectifs divergents selon les groupes sociaux ; autant de formes qui font que les habitants pratiquent certes le même espace, le même emplacement, mais sans doute pas le même lieu. Par exemple, les espaces rénovés ne sont pas uniquement fréquentés par les populations cibles des projets (nouveaux résidents du quartier, usagers en provenance d’autres quartiers de Lisbonne, touristes, issus des classes moyennes et supérieures) pour des usages de consommation ou de loisirs. Certains anciens résidents du quartier ou usagers de longue date parviennent aussi à leur manière à sapproprier ces nouveaux espaces. Comme Fernando qui continue de se rendre sur le site des Docas pour pêcher, certains résidents perpétuent des usages ancrés de longue date et ce malgré l’imposition de nouvelles normes et réglementations restrictives. D’autres au contraire s’appuient, pour parfois les détourner, sur les aménités offertes par ces nouveaux espaces. C’est le cas d’Elisabeth qui, avec l’accord tacite du gérant, consacre une grande partie de ses journées à rester dans un des cafés d’Alcântara Rio pour lire les magazines à disposition et observer sa clientèle branchée. Ou encore celui de l’un des résidents d’Alto da Cruz qui fréquente - « assiège » selon ses propres mots- ce même café pour « faire des affaires » (revente de matériel informatique, vente de cannabis, etc.) (GIROUD, 2011). Cette différenciation des formes d’appropriation révèle les capacités inégales des individus à accéder aux lieux du quartier, tout comme les dispositifs et les qualités -symboliques, sociales, matérielles- de certains lieux à entretenir une polarisation diversifiée.

29L’analyse des matrices de déplacements quotidiens, en orientant le regard sur les lieux fréquentés, n’informe toutefois qu’imparfaitement sur les lieux non fréquentés, et sur les pratiques éventuelles d’évitement. À propos des espaces rénovés, les questions complémentaires posées aux enquêtés se sont avérées déterminantes pour évaluer ces pratiques qui apparaissent en effet relativement partagées : ceux qui affirment ne jamais pratiquer ou éviter les espaces rénovés sont tous des anciens résidents « stables », souvent retraités ou sans activité professionnelle, et les arguments les plus fréquemment cités sont la difficulté d’accès aux sites, leur extravagance architecturale, les prix trop élevés des consommations et donc l’élitisme social qu’ils dégagent.

Conclusion

30Si des individus partageant une même localisation résidentielle, mais appartenant à différents groupes sociaux peuvent parfois développer des systèmes de lieux et de pratiques urbaines en apparence proches (notamment en termes de temps passé hors du domicile, de distance au logement des lieux fréquentés, ou d’échelles), ils occupent en revanche rarement la même ville c’est-à-dire les mêmes lieux ; et quand ils occupent les mêmes lieux, c’est certes parfois au même moment, mais rarement pour les mêmes motivations, usages et significations. Il existe donc des formes de divisions sociales qui se jouent « ailleurs » ou « en dehors » du logement - ce qui ne veut toutefois pas dire qu’elles en sont autonomes - et qui soulèvent la question de l’inégal accès aux ressources urbaines localisées. Parmi les critères de différenciation sociale de ces manières de pratiquer la ville, outre les critères « classiques » qu’il faut mobiliser (sexe, catégorie socio-professionnelle, âge), il est intéressant de voir que l’expérience accumulée sur le temps biographique et tout spécialement la trajectoire résidentielle des individus, influe fortement.

31Toutefois, pour pouvoir affiner l’appréhension du processus ségrégatif à l’œuvre, il serait d’abord nécessaire de parvenir à mieux évaluer les conditions de déplacement des individus au quotidien, car rien n’a été dit ici sur les durées, les modes et les conditions de déplacement ; or on sait limportance de ces dimensions dans la possibilité même d’accéder à certains lieux. Il importerait aussi de mieux connaître les caractéristiques des lieux fréquentés à léchelle de la ville, par exemple les formes de contrôle qui s’y jouent, leur degré d’ouverture et de sélectivité sociale. Enfin, il faudrait sans doute aussi mieux analyser les rôles que les individus endossent dans chacun de ces lieux, tout comme la nature des rapports sociaux dans lesquels ils s’insèrent.

32S’il s’est agi ici de montrer l’intérêt d’une approche dynamique, multiscalaire et croisant plusieurs perspectives de la ségrégation urbaine, l’idée n’est toutefois pas de la substituer à une appréhension plus classique de la ségrégation résidentielle, mais bien au contraire de tenter d’articuler les deux, ce qui, il est vrai, représente un véritable défi du point de vue méthodologique. C’est en tout cas à travers une telle articulation des approches que la réflexion pourra sans doute être approfondie sur l’existence ou non de formes spécifiques de ségrégation urbaine dans les villes d’Europe méridionale.

Top of page

Bibliography

BOTTAÏ M., CORTESI G., LAZZERONI M. (dir.), (2006), Famiglie, abitazioni, insediamenti. Differenze generazionali e territoriali, Pisa, Edizioni Plus Pisa University Press, 294 p.

BRUN J., LÉVY J.-P., (2000), De l’extension au renouvellement métropolitain : mosaïque sociale et mobilité, in DUREAU F. et al., Métropoles en mouvement, Paris, Anthropos, p. 229-246.

DUREAU F., DUPONT V., LELIÈVRE E., LÉVY J.-P., Lulle T. (dir.), (2000), Métropoles en mouvement. Une comparaison internationale, Paris, Anthropos, 656 p.

DUREAU F., LULLE T., SOUCHAUD S., CONTRERAS Y., (2015), Mobilités et changement urbain. Bogotá, Santiago et São Paulo, Rennes, PUR, 440 p.

GIROUD M., (2011), Usages des espaces rénovés et continuités populaires en centre ancien, Espaces et sociétés, 144-145, n°1‑2, p. 37-54.

GRAFMEYER Y., (1994), Regards sociologiques sur la ségrégation, in Brun J. et Rhein C. (dir.), 1994, La ségrégation dans la ville : concepts et mesures, Paris, L’Harmattan, p.  85-117.

IMBERT C., DUBUCS H., DUREAU F., GIROUD M., (2014), D’une métropole à l’autre. Pratiques urbaines et circulations dans l’espace européen, Paris, Armand Colin, Coll. « Recherches », 496 p.

LÉVY J.-P., DUREAU F. (dir.), (2002), L’accès à la ville. Les mobilités spatiales en questions, Paris, L’Harmattan, Coll. « Habitat et sociétés », 411 p.

WORTH N., HARDILL I., (dir.), (2015), Researching the lifecourse. Critical reflections from the social sciences, Bristol-Chicago, Policy press, 240 p.

Top of page

Notes

1 Travail issu d’une thèse de doctorat, réalisée sous la direction de Françoise Dureau, et intitulée Résister en habitant ? Renouvellement urbain et continuités populaires en centre ancien (2007).

2 Plusieurs critères ont été pris en compte: la structure du bâti (période de construction, matériaux de construction, structure interne des logements), l’esthétique et le « cachet » du bâti (éléments de décoration, présence de jardins, dimension patrimoniale), la nature et l’intensité des dégradations (au sein des logements et des parties communes), enfin, la localisation dans le quartier.

3 En référence au style architectural (néo-classique, assez sobre et rationnalisé) initié par le marquis de Pombal dans la partie basse de Lisbonne (Baixa), suite au tremblement de terre de 1755.

4 Il se compose de 18 femmes et 29 hommes. 14 d’entre eux ont entre 20 et 34 ans, 18 ont entre 35 et 49 ans, 7 entre 50 et 64 ans, enfin 8 ont 65 ans et plus. 10 résidents relèvent de la catégorie « cadres et professions intellectuelles supérieures », 4 ont une « profession intermédiaire » ou sont « artisans et commerçants », 15 sont « employés » ou « ouvriers », 11 sont « retraités », enfin 7 sont sans activité professionnelle (actifs en recherche d’emploi, femmes au foyer, étudiants). Ils sont 35 à résider dans un appartement ou une maison d’au moins deux pièces, et 12 à vivre dans un logement de seulement une pièce (petite maison ou studio). Enfin, l’échantillon comprend 4 résidents installés récemment dans un logement neuf ; 5 autres arrivés récemment dans un logement ancien réhabilité ou en passe de l’être ; 7 sont des anciens habitants du quartier en situation de retour ou mobiles dans le quartier, et occupant un logement neuf ou ancien réhabilité ; 14 sont des résidents ayant investi, il y a peu, un logement ancien non réhabilité (nouvellement arrivés, en situation de retour ou de mobilité dans le quartier) ; enfin, on trouve 17 résidents « stables » (même logement, immeuble ou secteur géographique) d’un logement ancien non réhabilité.

Top of page

List of illustrations

Title Tableau 1 – Caractéristiques du parc de logements d’Alcântara (1991-2001)
Caption Le tableau ne présente que les données pour lesquelles le croisemement, entre la zone cartographiée et les sub-sections statistiques correspondantes, a pu être réalisé. Par conséquent, ce tableau n’est qu’une représentation statistique incomplète du parc de logements anciens du quartier.
Credits Source : INE, recensements 1991 et 2001.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8439/img-1.jpg
File image/jpeg, 200k
Title Photographies 1 et 2 – Alto da Cruz, un héritage de l’industrialisation d’Alcântara à la fin du xixe siècle
Credits Source Matthieu Giroud, 2005.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8439/img-2.jpg
File image/jpeg, 512k
Title Photographies 3 et 4 – Quinta do Jacinto et Alcântara Baixa, les marques de la mainmise du pouvoir municipal sur un quartier ouvrier pendant la dictature
Credits Source Matthieu Giroud, 2005.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8439/img-3.jpg
File image/jpeg, 344k
Title Photographies 5 et 6 – Alcântara Rio et Docas de Alcântara, les projets de la requalification d’Alcântara au tournant des annes 2000
Credits Source Matthieu Giroud, 2005.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8439/img-4.jpg
File image/jpeg, 604k
Title Fig. 1 – Système de lieux pratiqués au quotidien, de résidents d’Alcântara passant moins de 6 heures par jour hors du domicile (2005)
Credits Source Matthieu Giroud, 2005.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8439/img-5.jpg
File image/jpeg, 312k
Title Fig. 2 – Système de lieux pratiqués au quotidien, de résidents d’Alcântara passant entre 6 heures et 12 heures par jour hors du domicile (2005)
Credits Source Matthieu Giroud, 2005.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8439/img-6.jpg
File image/jpeg, 324k
Title Fig. 3 – Système de lieux pratiqués au quotidien, de résidents d’Alcântara passant plus de 12 heures de leur temps journalier hors du domicile (2005)
Credits Source Matthieu Giroud, 2005.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8439/img-7.jpg
File image/jpeg, 164k
Top of page

References

Bibliographical reference

Matthieu Giroud , « Résider dans le même quartier, occuper la même ville ? », Méditerranée, 127 | 2016, 69-79.

Electronic reference

Matthieu Giroud , « Résider dans le même quartier, occuper la même ville ? », Méditerranée [Online], 127 | 2016, Online since 01 November 2016, connection on 25 October 2020. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8439 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mediterranee.8439

Top of page

About the author

Matthieu Giroud

Maître de conférences en géographie, EA ACP, Université Paris‑Est Marne‑la‑Vallée

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search