Skip to navigation – Site map
Dire et produire la ségrégation

Ségrégation discriminante et rapport à l’injustice spatiale dans les quartiers supérieurs refondés de Milan

Discrimination-based segregation and relation to spatial injustice in Milan’s
upper(-middle)‑class refounded neighborhoods
Bruno Cousin
p. 93-100

Abstracts

This article draws from fieldwork conducted in 2004-2008 in San Felice and Milano 2, using among other methods ethnographic observation and 34 in-depth interviews. It analyzes how discrimination-based segregation takes place in the refounded neighborhoods of Milan’s metropolis, and the relation of their inhabitants to spatial justice. The first section of the article shows in particular how the refusal of diversity by the residents was based on xenophobic, Islamophobic and Romaphobic prejudices and obsidional representations (more or less strong depending of the period). The second section focuses on the effects – over the sense of justice of the inhabitants – of a national public sphere where urban segregation is never addressed or even framed as a problem.

Top of page

Full text

Je tiens à remercier Edmond Préteceille, Marco Oberti et Enzo Mingione, sous la direction desquels a été réalisée la thèse de doctorat à l’origine des premières versions de ce texte, ainsi que Luc Boltanski, Tommaso Vitale, Arnaldo Bagnasco, Anne Raulin, Sébastien Chauvin, Thomas Pfirsch, Giovanni Semi et les deux évaluateurs anonymes de la revue Méditerranée pour leurs généreux commentaires.

1À l’instar d’autres métropoles occupant une position nodale importante dans les flux transnationaux constitutifs de la mondialisation (ROZENBLAT et CICILLE, 2003 ; MAGATTI et al., 2005), Milan a vu sa désindustrialisation et l’augmentation de la proportion de cadres et professions intellectuelles supérieures au sein de sa population se traduire depuis les années 1970 par l’apparition de nouveaux quartiers résidentiels situés à proximité de grands ensembles de bureaux et présentant une forte concentration locale de cadres du privé (MOCARELLI, 2010 ; COUSIN, 2014a). Nombre de ces espaces participent d’un processus particulier de social upgrading local, passant par la destruction-reconstruction totale du bâti, qui est parfois répertorié sous le terme new-build gentrification mais que nous préférons appeler refondation (COUSIN, 2013) afin de le distinguer des processus de gentrification progressive (SEMI, 2015).

  • 1 Cette enquête a combiné travail d’archives, observation ethnographique et 34 entretiens approfondis (...)

2Ces espaces refondés milanais ont déjà fait l’objet d’une analyse statistique et cartographique, permettant notamment de faire ressortir l’originalité de leur composition socioprofessionnelle par rapport à celles des quartiers bourgeois traditionnels comme des quartiers gentrifiés (COUSIN et PRÉTECEILLE, 2008). Deux d’entre eux – San Felice et Milano 2, situés dans la proche banlieue est de Milan – ont ensuite été étudiés entre 2004 et 2008 lors d’une enquête de terrain (COUSIN, 2012, 2013, 2014a, 2014b)1. Or, l’étude de ces quartiers refondés et de l’auto-ségrégation des classes supérieures qui y habitent incite à discerner les différentes dimensions possibles de l’entre-soi. Le terme, d’usage désormais courant dans la littérature sociologique francophone, renvoie généralement sans équivoque à un état d’auto-ségrégation sociale (et/ou ethnique) volontaire et profitable ; toutefois, dans un souci de clarté conceptuelle et analytique, il est important de distinguer ce qui relève respectivement de l’homogénéité de la population concernée, de la perception éventuelle de cette homogénéité par ceux qui y participent, et enfin de l’interconnaissance et de la sociabilité qu’elles peuvent engendrer (ou pas). L’attention portée à chacune de ces trois dimensions, et aux façons dont elles peuvent se combiner et s’articuler, permet de décrire différents types d’entre-soi.

  • 2 Par ségrégation (résidentielle), on entend dans le présent article la division d’un espace observab (...)

3Par ailleurs, dans l’étude des motivations des acteurs en quête d’entre-soi (à ne pas confondre avec les logiques d’action dont la ségrégation2 est un produit indirect et involontaire), il apparaît opportun de commencer par se pencher séparément sur l’agrégation affinitaire résultant d’une volonté de côtoyer ses « semblables », et sur la ségrégation discriminante visant à maintenir à distance un autre groupe ou d’autres groupes sociaux. Ces deux logiques peuvent en effet faire système dans les représentations des acteurs ; mais ce n’est pas toujours le cas : comme on le voit dans les quartiers refondés, où elles ne sont pas issues d’une vision dichotomique du monde social, ni de relations symboliques d’opposition directe entre ceux dont la proximité est recherchée et ceux que l’on évite, mais plutôt de stratégies distinctes de gestion des rapports inter-classes (avec les classes populaires) et intra-classe (au sein des catégories supérieures à capital économique prédominant). Ainsi, le présent article constitue d’abord le pendant d’un texte antérieur portant sur l’agrégation affinitaire des habitants de San Felice et Milano 2 (COUSIN, 2012).

  • 3 La situation d’entretien autour d’une thématique connotée moralement ou politiquement amène souvent (...)

4Sa première partie explore en effet les ressorts du repli urbain issus de représentations altérisantes et stigmatisantes. La seconde partie – quant à elle – s’attache à saisir le sens ordinaire de la justice spatiale déployé par les habitants : les justifications, tentatives de justification, refus de justification et/ou critiques de la ségrégation urbaine formulés spontanément par les interviewé-e-s au cours de l’entretien, ou à la fin de celui-ci lorsqu’étaient sollicités explicitement des jugements de valeur sur leur quartier3.

1 - Les grandes peurs des habitants de San Felice et Milano 2

5L’analyse comparée des ressorts de l’auto-ségrégation des classes supérieures au sein des espaces refondés (COUSIN, 2008), lorsqu’elle se penche sur les descriptions que font les habitants de l’extériorité dont le quartier est censé les protéger, montre que la figure-repoussoir n’est pas la même en Île-de-France et dans la métropole milanaise. Dans le premier cas, ils se focalisent systématiquement sur les « bandes » de jeunes garçons – présumés délinquants – des milieux populaires ; tandis qu’en Italie la menace ressentie est plus floue, moins directement associée à des référents empiriques auxquels les résidents seraient régulièrement confrontés, même si elle prend dans les discours des interviewés la forme de l’étranger criminel et vagabond, du rôdeur et, de plus en plus souvent depuis la seconde moitié des années 2000, du gitan prédateur (VITALE, 2008).

6Durant mon enquête de terrain, terminant parfois tard dans la soirée un entretien à San Felice, à une heure où les lignes de bus reliant le quartier au centre de Milan n’étaient plus en service, il m’est arrivé d’aller sur la via San Bovio ou la via Rivoltana (qui longent le quartier) pour tenter d’y héler un taxi. Un grand nombre me dépassaient sans répondre à mon appel, et le chauffeur qui finissait par me prendre ne manquait jamais de m’en donner la raison : lorsqu’ils circulaient dans cette proche périphérie de Milan, ses collègues et lui-même étaient dans la crainte permanente d’être confrontés à des étrangers – « tsiganes » (zingari), « marocains » ou « albanais » – en lesquels ils voyaient des passagers tendanciellement insolvables et des agresseurs potentiels. C’est cette même peur qui anime les habitants des deux espaces étudiés et qui confère, à leurs yeux, sa raison d’être à l’enclosure et au personnel de surveillance qui « protègent » le quartier : un dispositif de défense qui ne leur pose généralement aucun inconvénient politique, moral ou de manque d’urbanité (au sens de LOFLAND, 1998 et d’ANDERSON, 2011). En fait, les interviewés de Milano 2 regrettent même unanimement que leur quartier soit traversé par la voie publique (certes située en contrebas des entrées des immeubles d’habitation…), et non fermé et entièrement privé comme San Felice.

7

Fig. 1 – Barrière et poste de garde panoptique à l’entrée de San Felice (juillet 2007).

Fig. 1 – Barrière et poste de garde panoptique à l’entrée de San Felice (juillet 2007).

Source : D. R.

  • 4 La question a été traduite et déclinée dans les versions italiennes 1999 et 2008 du questionnaire e (...)

8D’après les résultats 1999-2000 de l’European Values Study (HALMAN, 2001), environ cinq ans avant le début de mon enquête de terrain, les Italiens étaient plus sélectifs et intolérants que les Français quant aux catégories de gens qu’ils n’aimeraient pas avoir comme voisins : 47,4 % (contre 21,2 % en France) ne souhaitaient pas de proximité résidentielle avec des personnes ayant un casier judiciaire ; 15,6 % (8,9) avec des gens « d’une autre race » ; 16,5 % (12,0) avec des travailleurs étrangers ou des immigrés ; 17,2 % (16,0) avec des musulmans ; et 55,6 % (39,8) souhaitaient éviter « les gitans » [zingari], qui étaient donc davantage stigmatisés que les délinquants et criminels avérés, ou que les toxicomanes. Par ailleurs, près d’une décennie plus tard, au moment même où je terminais mon enquête, la quatrième vague de l’EVS (recueillie en 2008) montrait une stabilité de la plupart de ces indices d’intolérance, et une augmentation nette de ceux à l’égard des musulmans (désormais considérés comme des voisins indésirables par 23,6 % des Italiens) et des Tsiganes (63,2 %4). À San Felice et à Milano 2, ce sont ces mêmes catégories (étrangers et minorités ethniques perçus comme potentiellement criminels, musulmans, Tsiganes) qui suscitent la crainte d’une partie des interviewés.

9Toutefois, contrairement à ce que l’on observe à Courbevoie dans les espaces refondés franciliens du Faubourg de l’Arche et du Jardin des Tournelles (COUSIN, 2008), les résidents étudiés à Milan ne sont de fait qu’exceptionnellement confrontés dans leur quartier (ou à ses abords) aux populations qu’ils redoutent. Ce n’est que lorsqu’ils en sortent pour se rendre ailleurs dans la métropole milanaise, et notamment dans certaines zones du centre-ville plus mélangées ethniquement, qu’ils rencontrent ceux qu’ils craignent et qu’ils associent à une altérité culturelle irréductible et à une propension criminelle. Celles-ci, par effet de contraste, leur renvoient alors en retour une image de San Felice et Milano 2 comme d’autant plus sûrs qu’ils sont plus homogènes socialement et – surtout – ethniquement. En effet, plusieurs interviewés, à l’instar d’une partie du discours politique et médiatique national, n’hésitent pas (malgré quelques précautions oratoires) à exprimer des jugements négatifs généraux sur des groupes ethniques ou religieux considérés dans leur ensemble :

  • 5 Le terme extracomunitario, introduit dans le discours public italien à la fin des années 1980, se r (...)

En réalité, en termes de tranquillité et de sécurité, il n’y a pas de gros problème. Un peu comme partout où il y a de l’argent, il y a quelques cambriolages, mais rien de grave. Mais, pour moi, c’est quand même important de vivre dans un environnement où on peut quand même circuler tranquillement, sans risque de rencontrer certaines personnes… : la racaille [gentaglia]. Parce qu’il faut dire que depuis quelques années, il me semble, certaines zones – une grande partie de Milan en fait – ont été un peu envahies par des immigrés extracommunautaires5 de provenances variées ; et certaines zones se sont un peu dégradées de ce fait. Je ne veux pas tenir de propos racistes, parce que je ne le suis pas ; mais il y a quand même un certain type de personnes qui vivent de fait dans certaines zones de la ville… Donc ces zones sont occupées plus par des étrangers que par des Italiens ; et du coup, dans ces endroits, je n’y vivrais pas volontiers. Quand je dois y passer le soir, je ne m’y sens pas en sécurité… Et je pense que, de ce point de vue, Milano 2 a bien réussi à préserver, au cours des années, son… indépendance, et son identité. Alors que Milan, la ville de Milan, a empiré.
Armando, 41 ans,
ingénieur salarié d’une petite entreprise électrique

  • 6 Sur le quartier de via Padova, voir notamment RIVIÈRE, 2016.

Quand je vais à Milan, j’aime vraiment pas devoir aller dans les environs de via Padova et le quartier alentours… spécialement le soir6. Parce que j’ai l’impression de ne plus être en Italie. Et ça me fait peur. Il y a trop de citoyens extracommunautaires qui vivent ici sans aimer notre pays, mais bien au contraire. Ils détestent notre façon de vivre ; ils la méprisent aussi. Donc, quand je les vois tous là… ou qu’il m’arrive de voir toutes ces enseignes en chinois… je sens vraiment leur agressivité. Vous ne la sentez pas, vous ? Pourtant, elle est souvent là : on peut vraiment la ressentir souvent. Surtout dans les zones de Milan particulièrement denses en… en musulmans [l’interviewée utilise ici le terme italien islamici, qui désigne littéralement les islamistes, mais est utilisé dans un langage courant teinté d’islamophobie pour faire référence à l’ensemble des musulmans]. Ce sont surtout les musulmans qui me font peur, mais pas en général… : ceux dont je sais qu’ils n’aiment pas notre façon de vivre. […] Mais c’est vrai que je suis une femme, donc peut-être que je suis plus sensible à certaines choses : rien que l’idée de la violence, ou de la cruauté, est quelque chose qui me perturbe profondément. Et puis, ce qui me gêne, c’est que ces quartiers de Milan soient contrôlés uniquement par certains groupes, certains types de personnes… moi, ce que j’aime, c’est quand il y a du mélange, de la diversité ; un peu comme ici.
Giulia, 59 ans, spécialiste en problèmes de dysgraphie, ancienne professeure de lettres dans l’enseignement secondaire public

  • 7 La mosquée sunnite Al-Rahmàn – aujourd’hui l’une des plus fréquentées de Lombardie – fut la premièr (...)

10Cette crainte suscitée par l’altérité ethnique ou religieuse a néanmoins tendance à s’exacerber lorsque les populations considérées comme indésirables s’installent à proximité des quartiers refondés : quand, en 1986-1988, la mosquée de Segrate7 est construite à quelques centaines de mètres de Milano 2 ; ou lors de l’installation épisodique, au cours des années de mon enquête, de campements roms sur un terrain vague affecté à cet effet par la mairie et situé non loin de San Felice. Mais, même dans ces cas-là, les préoccupations des habitants ne concernent pas le partage quotidien de l’espace de leur quartier (qui leur est de toute façon réservé) ou des espaces limitrophes et du reste de la commune (où ils ne vont presque jamais). Leurs inquiétudes portent plutôt sur l’imperméabilité effective de la frontière censée les protéger des penchants supposés de leur voisins : la violence qui serait inhérente à l’islam (et donc aux musulmans qui, comme en écho à la violence des Années de Plomb que fuyaient les premiers résidents, s’en prendraient à leurs successeurs « par jalousie ») et/ou la prétendue implication des Roms dans la plupart des cambriolages du quartier (que rien ne corrobore, dès lors que la question est posée explicitement, si ce n’est une représentation pluriséculaire les assimilant à un peuple de voleurs).

  • 8 De fait, les cambrioleurs n’étant presque jamais appréhendés, il devrait être difficile de spéculer (...)

11Au cours de la campagne d’entretiens, l’accent mis sur l’un ou sur l’autre de ces prétendus risques8 évolua par ailleurs moins en fonction d’événements locaux que suivant les thèmes de l’actualité médiatique : ainsi, en 2005, en plein moment Fallaci de légitimation publique de l’islamophobie (COUSIN et VITALE, 2014) primait la crainte des musulmans et la déploration de leur affluence dans la mosquée voisine ; tandis que les habitants interviewés en 2008 – lors d’un regain particulièrement fort des controverses publiques sur la place des Roms dans les villes italiennes (LEGROS et VITALE, 2011) – ne juraient que par la nécessité de se « protéger » des Roms, c’est-à-dire d’assurer scrupuleusement la coïncidence effective entre leur altérité/extranéité au quartier et leur extériorité à celui-ci. Au point que Don Francesco, le curé de San Felice, ne se fit jamais autant réprimander par ses paroissiens que lorsqu’il décida durant l’hiver 2008 – dans un élan de fraternité chrétienne – d’inviter les enfants roms du campement voisin pour une après-midi de rencontre et de jeu avec les jeunes du patronage du quartier : de nombreux parents interdirent à leurs enfants de s’y rendre, blâmèrent le prêtre de ne pas les avoir consultés avant de prendre une initiative affectant l’entre‑soi et dévoilant à des étrangers l’intérieur du quartier, et lui reprochèrent d’y avoir introduit les informateurs de cambrioleurs potentiels.

  • 9 D’autres, exerçant souvent les professions d’employé de maison, d’assistante maternelle à domicile (...)

12Si elle est le plus souvent associée à des cadrages et des mises en récit stigmatisant certaines minorités ethniques et religieuses9, cette méfiance à l’égard des étrangers au quartier, et des rôdeurs supposés – flâneurs à qui l’on prête une mauvaise intention – peut être plus générale. Ainsi, elle est parfois perçue comme pesante et injustifiée par ceux parmi les habitants qu’elle expose par erreur à des désagréments (par exemple parce qu’ils ne partagent pas complètement l’hexis corporelle des classes supérieures) :

En général, il y a une attitude de crainte à l’égard de toute personne inconnue, étrangère au quartier. Dès qu’il y a quelque chose de soi-disant suspect, les verdoni – les gardes du quartier – sont appelés pour intervenir. Moi, j’habite ici depuis vingt-cinq ans et parfois, quand je sors le soir me promener en fumant une clope, sans emmerder personne, il arrive encore qu’il y ait Madame Machin ou Truc qui – me voyant passer – appelle la sécurité.
Marco, 35 ans, technicien de télévision

13Par ailleurs, la comparaison entre les quartiers refondés milanais et leurs équivalents franciliens (COUSIN, 2014d, p. 93‑94) fait encore plus ressortir que c’est bien une conception de l’altérité sociale radicale – et non des désagréments issus d’interactions, même rapides, avec les groupes stigmatisés – qui amène les habitants de San Felice et Milano 2 au refus de la mixité. En effet, à l’intérieur même de leurs quartiers, ils sont exposés par la jeunesse locale exactement aux mêmes comportements qui les effrayent chez certains immigrés des quartiers mélangés de Milan, et que leurs homologues franciliens reprochent pour leur part aux jeunes des classes populaires : occupation des espaces communs par des bandes nombreuses et souvent tapageuses, farniente, consommation d’alcool et de cannabis, bagarres entre jeunes, altercations avec les voisins qui leur font des remontrances, vandalisme occasionnel, et même quelques rodéos motorisés et autres conduites ordaliques. Néanmoins, le fait qu’il s’agisse de jeunes du quartier, enfants des voisins-amis ou amis de leurs propres enfants, amène les résidents – même lorsqu’ils insistent sur la nécessité de rétablir la quiétude locale – à considérer ces désordres comme des errements de jeunesse [ragazzate] que les familles règlent si nécessaire à l’amiable (notamment en cas de dégâts matériels) et qui ne sauraient porter réellement à conséquence.

14De ce fait, la découverte que l’entre-soi du quartier et sa sélectivité sociale ne protègent pas de tout peut parfois constituer une véritable surprise. Ainsi, d’après plusieurs témoignages, c’est la stupeur collective – traumatisme encore présent vingt ans plus tard dans les mémoires des habitants – qui frappa San Felice et Milano 2 dans les années 1980 et au début des années 1990, au moment où l’épidémie d’héroïnomanie déferla parmi la jeunesse locale, à la faveur de la densité des réseaux d’amitié et d’une disponibilité en moyens financiers et en lieux discrets pour consommer sur place, faisant dans chacun des deux quartiers plusieurs morts par surdose.

2 - Les jugements des habitants des quartiers refondés sur leur propre ségrégation

15L’entre‑soi de classe et l’isolement/enclavement de San Felice (fig. 2) et Milano 2 – espaces qui ne sont pas perçus comme inscrits dans le tissu urbain environnant – sont les traits prépondérants dénotés par les différentes définitions que les résidents eux-mêmes donnent de leur lieu de vie : « quartier-satellite », « ville-satellite » (exprimant l’idée d’une certaine séparation vis-à-vis du centre-ville où sont situés les autres espaces supérieurs de la métropole, mais aussi le fait d’être tourné vers ce centre), « quartier fermé », « quartier ramassé sur lui-même », « microcosme », « île heureuse », « bout de Suisse à Milan », « quartier élitiste », « ghetto de luxe », « ghetto de gens aisés », « ghetto de riches », « ghettoïsation », « auto-ghettoïsation » (et il est probable qu’en multipliant ultérieurement les entretiens, on aurait recueilli d’autres désignations du même type).

Fig. 2 – Panneau d’orientation à l’intérieur de San Felice (juillet 2007)

Fig. 2 – Panneau d’orientation à l’intérieur de San Felice (juillet 2007)
  • 10 Notamment parce que la principale inégalité territoriale ressentie, et discutée au niveau national, (...)

16Toutefois, dans le débat public italien, la ségrégation sociale dans la ville est rarement considérée comme un problème de société ou une injustice faite à ceux qui la subissent. Les disparités dans la distribution territoriale des ressources au sein des villes, et les effets inégalitaires de l’environnement local sur les performances individuelles et les chances d’ascension sociale (SAMPSON, 2012) ne font qu’exceptionnellement l’objet de dénonciations10. Cette absence de critique tient entre autres à la taille des territoires habituellement considérés et comparés par les acteurs : ainsi, malgré la dimension métropolitaine de Milan (MARTINOTTI, 1993), les politiques de la ville et les représentations courantes de celle-ci tendent à appréhender séparément la commune centrale et les espaces urbains et périurbains qui l’entourent.

17Or, malgré les processus d’embourgeoisement en cours depuis au moins un demi-siècle (BARBAGLI et PISATI, 2012), la commune de Milan était encore caractérisée au début des années 2000 par une forte dispersion géographique de ses zones de pauvreté. Celles-ci ne prenaient pas la forme de vastes quartiers de relégation (ZAJCZYK et al., 2007) mais participaient au contraire d’une mosaïque urbaine contrastée, fonctionnelle à l’insertion des pauvres, et notamment des immigrés les plus démunis, sur certains segments du marché du travail (MINGIONE et al., 2008). Par ailleurs, plus généralement, la concentration résidentielle des classes populaires dans certains quartiers ou communes de la métropole apparaissait directement liée à l’implantation locale des activités économiques qui les employaient ; et moins qu’en France aux politiques de logement social. De ce fait, les inégalités socio-spatiales étaient surtout perçues comme le résultat escompté et accepté de la division du travail.

18En outre, les classes moyennes et supérieures milanaises, par ailleurs moins impliquées dans la compétition scolaire que leurs homologues parisiennes, ont la possibilité d’éviter aisément – sans avoir l’impression d’aller à l’encontre d’un grand principe civique – la plupart des situations de mélange à l’école qui leur déplaisent ou qu’elles redoutent : la carte scolaire des écoles primaires et des collèges est beaucoup plus souple qu’en Île-de-France, et il n’y en a pas pour les lycées. Enfin, plus généralement, les Italiens sont moins confrontés que les Français à une idéologie méritocratique et prônant l’égalité des chances, du fait notamment du poids reconnu et accepté de la famille dans les processus d’insertion professionnelle (PISATI et SCHIZZEROTTO, 2004 ; COUSIN, 2009).

19Ainsi, il n’est pas surprenant que, à San Felice comme à Milano 2, les habitants interviewés vivent presque toujours dans l’insouciance morale leur situation résidentielle objectivement ségrégée et ne se sentent pas sommés – comme c’est davantage le cas à Paris (COUSIN, 2016) – de justifier leur choix par des principes d’équité ou de liberté. Néanmoins, précisément parce que la recherche d’espaces socialement exclusifs n’apparaît pas (ou rarement) aux yeux de la majorité des Milanais comme une stratégie instrumentale, elle peut aussi être vue comme d’autant plus arbitraire ; et donc, par certains, comme encore plus détestable. L’accusation d’auto-ségrégation sociale exclusive et délibérée – formulée par la presse dès l’époque de la fondation de San Felice et Milano 2 (COUSIN, 2014a), et reprise depuis par tous les détracteurs des deux quartiers – est ainsi encore plus mal vécue par les habitants qui s’en plaignent parce qu’elle laisse entendre que l’homogénéité sociale de ces espaces serait le résultat d’un goût élitiste et quelque peu morbide pour l’entre-soi en tant que tel, d’une volonté gratuite de distinction et de distanciation, d’une sorte de dégoût ou de mépris à l’égard de la plupart de leurs concitoyens milanais :

Beaucoup de gens, à Milan, ne nous aiment pas, n’aiment pas ce quartier, le voient d’une façon un peu particulière. Parce qu’ils associent Milano 2 à une zone aisée, riche… et aussi un peu prétentieuse, dont les habitants auraient l’habitude de vous regarder de haut, de vous mépriser.
Giangiacomo, 27 ans, doctorant-allocataire en génie énergétique, habite avec ses parents

  • 11 L’attachement aux spécificités locales et aux liens au sein du quartier peut néanmoins, à d’autres (...)

20Les interviewés refusent le plus souvent cette accusation en mettant en avant leurs goûts partagés en termes de « style de vie » (« familial », sportif, immergé dans le vert et la quiétude, disposant d’espaces communs sécurisés…), c’est-à-dire en insistant sur la dimension agrégative et affinitaire (et non pas ségrégative) de leur choix résidentiel. La ségrégation qui en résulte ne serait qu’un effet secondaire et contingent de celle-ci et de la structure des opportunités immobilières. Leur argumentaire est donc principalement fondé sur une logique communautarienne de défense d’un choix de vie particulier (WALZER, 1997) et des liens sociaux et affectifs que ce dernier a suscités entre les habitants au cours des années11. Un seul interviewé (Saverio, 72 ans, cadre dirigeant à la retraite), vraisemblablement davantage sensibilisé à la critique sociale en tant qu’élu municipal du Partito Democratico (centre-gauche), développa une argumentation libertarienne du droit à la sécession de San Felice comme conséquence naturelle de son degré d’autonomie et du fait que le quartier ait été entièrement bâti (infrastructures collectives comprises) avec l’argent des copropriétaires. Mais il s’agit du cas particulier d’un résident atypique, ayant vécu pendant quinze ans dans un complexe résidentiel fermé au Venezuela, et passant régulièrement ses vacances dans une gated community du Sud de la Floride, où ce registre de justification est courant.

21Il n’est donc pas étonnant que, parmi les habitants des deux quartiers refondés que nous avons étudiés, la critique de l’entre-soi local pointe en fait surtout ses effets secondaires inattendus sur les résidents eux-mêmes, plutôt que sa dimension ségrégative. Plusieurs interviewés expliquent ainsi avoir choisi d’exposer leurs enfants à des instances de socialisation secondaire (école ou activités de loisirs) extérieures au quartier, afin qu’ils ne grandissent pas dans un milieu « trop protégé » ou trop différent du « monde réel » auquel ils seront supposément confrontés plus tard.

  • 12 Certains pointent aussi une fâcheuse habitude qu’auraient leurs voisins de leur rendre visite à l’i (...)
  • 13 La dénonciation des ragots et rumeurs s’accompagne, chez la plupart des hommes qui les évoquent, de (...)

22Par ailleurs, la sociabilité communautaire et fortement intégrée localement est dénoncée, au nom d’une revendication d’autonomie, lorsqu’elle se transforme en dispositif de contrôle social. Les ragots, les rumeurs et l’absence d’anonymat12 sont alors considérés quasi unanimement comme le principal inconvénient13, car ils mettent à mal la « privacy » familiale, qui est l’une des vertus cardinales du mode de vie recherché par les interviewés. Plusieurs d’entre eux perçoivent dans les ragots une pression à la conformité (éducative, religieuse, politique, etc.) exercée par la majorité locale ou par les familles les plus investies dans les différents lieux de sociabilité. Ils expliquent aussi, et en parlent comme s’il s’agissait d’une aliénation identitaire consentie, qu’une majorité des résidents sentiraient le besoin de voir leurs goûts, notamment en termes de loisirs, approuvés par le groupe. D’autres interviewés justifient explicitement les pressions et le contrôle social collectif par le fait que, dans un quartier à la sociabilité aussi intégrée, les comportements et les attitudes de chacun, ainsi que ses choix éducatifs, se répercutent nécessairement sur les autres. Du coup, une minorité des résidents, rebutés par le caractère normatif de la sociabilité locale, en viennent à la déserter ou à y recourir a minima, c’est-à-dire à développer des stratégies d’exit partiel (ANDREOTTI et al., 2015) au sein même des quartiers refondés.

Conclusions

23L’analyse de la ségrégation discriminante et du rapport à la justice spatiale des habitants de San Felice et Milano 2 conduit ainsi à prendre nettement le contre-pied d’un certain nombre d’interprétations avancées dans la somme historico-sociologique de Marzio Barbagli et Maurizio Pisati (2009). Tout d’abord, elle fait ressortir que – Milan ayant connu un processus de métropolisation dès les années 1970 – il est aujourd’hui obsolète et trompeur de s’intéresser à la ségrégation résidentielle au sein de la ville, même lorsqu’il s’agit de se focaliser sur les formes d’auto-ségrégation des classes supérieures, en ne considérant que la commune centrale de la métropole. En effet, les quartiers aisés étudiés ici furent parmi les premiers cas d’une série de ruptures avec l’ordre spatial et symbolique antérieur qui faisait coïncider hypercentralité et prestige social (Dalmasso, 1971). Ils constituent par ailleurs une remise en cause de cette géographie symbolique beaucoup plus radicale que la gentrification progressive de certains quartiers décrite par M. Barbagli et M. Pisati (p. 221-231), et sont le lieu d’un rapport à la ville différent de celui que l’on observe dans ces espaces.

24Car le texte qui s’achève permet aussi de compléter et de nuancer les apports importants des travaux d’Alberta Andreotti, Patrick Le Galès et Francisco Javier Moreno Fuentes (2015, p. 85-87 et 92-106) sur le rapport des classes supérieures milanaises à la mixité sociale. Parce qu’ils n’ont pas sélectionné, parmi leurs quatre terrains situés dans la métropole milanaise, d’espace supérieur périphérique d’un niveau social comparable à celui du centre historique ou des deux quartiers refondés étudiés ici, et parce que ces derniers sont le lieu de pratiques urbaines et d’un rapport à la ville qui sont minoritaires au sein même des catégories socioprofessionnelles supérieures, ces auteurs n’ont pu saisir qu’il existe aussi à Milan des quartiers où l’expérience résidentielle est fortement caractérisée et motivée par des logiques de sécession. Ce sécessionnisme n’est pas seulement dû au fait qu’il s’agit de comprensori, c’est-à-dire de copropriétés de plusieurs milliers de résidents dotées de nombreux services et infrastructures privatifs ou réservés de fait aux habitants, et dont la fréquentation constitue le cœur de la sociabilité locale : espaces verts, crèches, écoles, clubs de sports et de loisirs, paroisses, associations. Il tient aussi – comme on l’a vu ci-dessus – au fait qu’une partie de ces habitants expriment explicitement en termes de discrimination xénophobe, islamophobe ou tsiganophobe (beaucoup plus rarement en termes d’aversion pour les classes populaires en tant que telles) les motivations actuelles de leurs pratiques résidentielles et de l’attachement à leur quartier, qu’ils considèrent comme une protection contre les formes de mixité du centre-ville qui leur déplaisent.

25Enfin, la seconde partie de cet article se penche sur une dimension de la ségrégation urbaine très rarement analysée par les sciences sociales : les représentations et les justifications ordinaires de l’ordre socio-spatial par les classes supérieures qui en tirent avantage. En effet, la justice spatiale, telle qu’elle est généralement abordée par la géographie radicale et par la philosophie politique de la ville, est un concept nourrissant surtout la critique intellectuelle de la ségrégation, de ses causes (souvent dénoncées comme des injustices procédurales et des atteintes aux principes de la démocratie délibérative), et de ses effets en termes de distribution territoriale inégale de nombreuses ressources sociales. Les principaux travaux sur la question se partagent ainsi entre, d’une part, la macroanalyse et la dénonciation du phénomène et, de l’autre, des études empiriques ou stratégico-prospectives des mobilisations pour le droit à la ville et des approches réformistes en sa faveur. Pourtant, comme l’illustre le cas étudié ici, la description du sens du juste des acteurs et de leurs répertoires (ou absence) de justification est elle aussi essentielle à l’étude empirique et à la compréhension complète des inégalités dont ils peuvent être les bénéficiaires.

Top of page

Bibliography

Anderson E., (2011), The Cosmopolitan Canopy. Race and Civility in Everyday Life, Norton & Company, New York, 336 p.

Andreotti A., Le Galès P., Moreno Fuentes F. J., (2015), Globalized Minds, Roots in the City. Urban Upper-Middle Classes in Europe, Wiley Blackwell, Chichester, 256 p.

Barbagli M., Pisati M., (2012), Dentro e fuori le mura. Città e gruppi sociali dal 1400 a oggi, Il Mulino, Bologne, 484 p.

Boltanski L., (1990), L’Amour et la Justice comme compétences. Trois essais de sociologie de l’action, Métailié, Paris, 384 p.

Boltanski L., Thévenot L., (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Gallimard, Paris, 496 p.

Cousin B., (2008), Cadres d’entreprise et quartiers de refondation à Paris et à Milan. Contribution à l’analyse différenciée du rapport des classes supérieures à la mixité socio-spatiale et aux dynamiques d’auto-ségrégation, thèse de doctorat en sociologie, Sciences Po, Paris, 463 p.

Cousin B., (2009), La stratification sociale en Italie et les paradoxes de la modernisation conservatrice, in Lazar M. (dir.), L’Italie contemporaine de 1945 à nos jours, Fayard, Paris, p. 303-313.

Cousin B., (2012), Classes supérieures de promotion et entre-soi résidentiel : l’agrégation affinitaire dans les quartiers refondés de Milan, Espaces et sociétés, 150, p. 85-105.

Cousin B., (2013), Ségrégation résidentielle et quartiers refondés. Usages de la comparaison entre Paris et Milan, Sociologie du travail, 55(2), p. 214-236.

Cousin B., (2014a), Refonder Milan : Silvio Berlusconi et la promotion de nouveaux quartiers pour les classes supérieures, Questions de communication, 25, p. 41-60.

Cousin B., (2014b), La « città dei numeri uno ». Berlusconi e l’invenzione dei nuovi quartieri borghesi di Milano, Zapruder, 35, p. 8-25.

Cousin B., (2014c), Ségrégation résidentielle, in Bihr A. et Pfefferkorn R. (dir.), Dictionnaire des inégalités, Armand Colin, Paris, p. 367-369.

Cousin B., (2014d), Entre-soi mais chacun chez soi. L’agrégation affinitaire des cadres parisiens dans les espaces refondés, Actes de la recherche en sciences sociales, 204, p. 88-101.

Cousin B., (2016), Les habitants des quartiers refondés face à l’injustice spatiale : refuser, ménager et détourner la critique, Communications, 98, p. 81-94.

Cousin B., PrÉteceille E., (2008), La division sociale de l’espace milanais. Comparaison avec le cas parisien, Mélanges de l’École française de Rome – Italie et Méditerranée, 120(1), p. 315-333.

Cousin B., Vitale T., (2014), Le magistère intellectuel islamophobe d’Oriana Fallaci. Origines et modalités du succès italien de la « Trilogie sur l’Islam et sur l’Occident » (2001-2006), Sociologie, 5(1), p. 61-79.

Dalmasso E., (1971), Milan, capitale économique de l’Italie, Ophrys, Paris, 583 p.

Halman L. (dir.), (2001), The European Values Study: A Third Wave. Source book of the 1999/2000 European Values Study Surveys, Tilburg University, WORC, 389 p.

Legros O., Vitale T., (2011), Les migrants roms dans les villes françaises et italiennes : mobilités, régulations et marginalités, Géocarrefour, 86(1), p. 3‑14.

Lofland L. H., (1998), The Public Realm. Exploring the City’s Quintessential Social Territory, Aldine de Gruyter, Hawthorne (NY), 324 p.

Magatti M., Senn L., Sapelli G., Ranci C., Manghi B., Dente B., Colombo A., Ciborra C., Ceruti M., Balducci A., Artoni R., (2005), Milano, nodo della rete globale, Bruno Mondadori, Milan, 336 p.

Martinotti G., (1993), Metropoli. La nuova morfologia sociale della città, Il Mulino, Bologne, 244 p.

Mingione E., Borlini B., Vitale T., (2008), Immigrés à Milan : faible ségrégation mais fortes tensions, Revue Urbanisme, 362, p. 83‑86.

Mocarelli L., (2010), Le aree dismesse milanesi o della cancellazione del patrimonio industriale: il caso della Bicocca, Patrimonio industriale, 5(7), p. 69-75.

Pisati M., Schizzerotto A., (2004), The Italian Mobility Regime: 1985-1997, in Breen R. (dir.), Social Mobility in Europe, Oxford University Press, Oxford, p. 149-174.

RiviÈre C., (2016), « Les temps ont changé ». Le déclin de la présence des enfants dans les espaces publics au prisme des souvenirs des parents d’aujourd’hui, Les Annales de la recherche urbaine, 111, p. 6-17.

Rozenblat  C., Cicille P., (2003), Les villes européennes. Analyse comparative, La Documentation française, Paris, 96 p.

Sampson  R.   J., (2012), Great American City. Chicago and the Enduring Neighborhood Effect, The University of Chicago Press, Chicago, 552 p.

Semi  G., (2015), Gentrification. Tutte le città come Disneyland?, Il Mulino, Bologne, 240 p.

Taboada‑Leonetti I. (en collaboration avec GUILLON M.), (1987), Les immigrés des beaux quartiers. La communauté espagnole dans le XVIe arrondissement, L’Harmattan, Paris, 211 p.

Vitale T., (2008), Dinamiche di segregazione. Ceto politico e amministrazione alla prova dei rom di nuova immigrazione, in Rodari E. (dir.), Rom, un popolo. Diritto a esistere e deriva securitaria, Punto Rosso, Milan, p. 45-68.

Vitale  T., CLAPS  E., ARRIGONI  P., (2011), I sondaggi e il loro uso. Problemi di cecità logica a partire dal caso dei rom, Comunicazione Politica, 2, p. 167‑195.

Walzer  M., (1997 ; 1re éd. anglo-américaine : 1983), Sphères de justice. Une défense du pluralisme et de l’égalité, Seuil, Paris, 496 p.

ZAJCZYK F., CAVALCA G., PALVARINI P., (2007), Milano: modelli di insediamento e nuovi bisogni abitativi, in Collectif, Personal Manager. L’economia della vita quotidiana. 1. La casa - Acquisto e locazione, Università Bocconi Editore, Milan, p. 118-151.

Top of page

Notes

1 Cette enquête a combiné travail d’archives, observation ethnographique et 34 entretiens approfondis avec des habitants.

2 Par ségrégation (résidentielle), on entend dans le présent article la division d’un espace observable lorsque l’on analyse, à un instant donné, la répartition géographique de ses habitants en fonction de leurs caractéristiques ethno-raciales, religieuses, sociales, démographiques, d’orientation sexuelle, etc. Selon cette acception – qui est la plus courante en sciences sociales – la ségrégation (ou son contraire, la mixité) désigne ainsi la séparation spatiale plus ou moins marquée de différents groupes : leur propension statistique à habiter à distance (ou à proximité) les uns des autres (COUSIN, 2014c). L’expression ségrégation discriminante est en revanche utilisée pour désigner une dynamique de mise à distance d’un groupe, intentionnelle et fondée sur l’altérisation et la discrimination de ce dernier.

3 La situation d’entretien autour d’une thématique connotée moralement ou politiquement amène souvent l’interviewé-e à exposer ses motivations et ses raisons (BOLTANSKI, 1990 ; BOLTANSKI et THÉVENOT, 1991), même si les questions posées ne concernent de prime abord que ses pratiques ; et d’autant plus dans le cas des habitants des quartiers refondés que le capital culturel des classes supérieures et leur rapport usuel à l’exercice de sociabilité qu’est la conversation les prédisposent à s’engager en régime de justification et à produire des discours complexes, décomposables et analysables par une herméneutique des opérations critiques.

4 La question a été traduite et déclinée dans les versions italiennes 1999 et 2008 du questionnaire en la rapportant aux « zingari » mais aussi aux « Rom e Sinti ». Par ailleurs, on peut noter qu’une question similaire de l’Eurobaromètre 2008, mais posée selon une méthode différente (une échelle de 1 à 10), aboutit à une prévalence encore plus élevée de l’antitsiganisme au sein de la population italienne (71,8  %). À ce propos, voir VITALE et al., 2011.

5 Le terme extracomunitario, introduit dans le discours public italien à la fin des années 1980, se référait théoriquement à tout étranger ne possédant pas la nationalité d’un pays de la CEE, puis de la Communauté européenne. De fait, il n’est presque jamais utilisé dans le langage courant pour désigner les ressortissants de pays riches (Suisses, Américains, Australiens, Japonais, etc.), mais est le plus souvent réservé aux immigrés des pays plus pauvres que l’Italie, y compris parfois à ceux de pays d’Europe de l’Est entrés récemment dans l’Union européenne.

6 Sur le quartier de via Padova, voir notamment RIVIÈRE, 2016.

7 La mosquée sunnite Al-Rahmàn – aujourd’hui l’une des plus fréquentées de Lombardie – fut la première mosquée italienne dotée d’un minaret et d’une coupole, depuis la destruction en 1300 de celle de Lucera (Pouilles) par les « croisés » de Charles II d’Anjou.

8 De fait, les cambrioleurs n’étant presque jamais appréhendés, il devrait être difficile de spéculer sur leur identité… Mais on peut remarquer que, au cours des années 2007 et 2008, les cas de vols par effraction ne coïncidèrent pas particulièrement avec les périodes où des Roms étaient installés à proximité. Quant à la mosquée de Segrate, qui n’est certes pas particulièrement progressiste, les seules attaques auxquelles elle a été liée sont celles dont elle fut victime : la tentative de meurtre de son imam, l’italo-jordanien Ali Abu Shwaima, par un coreligionnaire fondamentaliste le 18 avril 2004, et des jets de cocktails molotov dans la matinée du 6 août 2007 (très certainement l’œuvre d’un islamophobe d’extrême droite).

9 D’autres, exerçant souvent les professions d’employé de maison, d’assistante maternelle à domicile ou d’assistant de vie, participent d’une certaine mixité fonctionnelle (Taboada Leonetti, 1987), sociale et ethnique, au sein du quartier. Ces aides familiales à plein temps sont en effet majoritairement philippines ou sud-américaines (équatoriennes, péruviennes), et parfois est-européennes, conformément à une spécialisation professionnelle sectorielle de ces communautés nationales, liée notamment à leur catholicisme et que l’on observe dans toute l’Italie. La plupart d’entre elles habitent à proximité du quartier de leur employeur (presque jamais au domicile de celui-ci), mais en 2008 quelques familles philippines étaient établies à San Felice même, où certaines d’entre elles avaient acheté et converti en logements des caves munies de larges soupiraux, et scolarisé leurs enfants dans les écoles locales.

10 Notamment parce que la principale inégalité territoriale ressentie, et discutée au niveau national, n’est pas celle entre les beaux quartiers et les espaces populaires des grandes villes, mais celle entre le Nord et le Sud du pays : en ce sens la « question méridionale » (les stéréotypes qu’elle véhicule, et les problèmes de pauvreté et de violence criminelle qu’elle représente pour l’action publique) occupe d’une certaine façon la place qui échoit à la « question urbaine » dans le débat public français. Par ailleurs, depuis le début des années 1990 et l’accélération des flux migratoires vers l’Italie, le bas de la hiérarchie socioprofessionnelle (italienne et milanaise) est de plus en plus souvent occupé par une population immigrée, davantage appréhendée – par l’opinion comme par les pouvoirs publics – en termes de catégories ethniques, plutôt que sociales.

11 L’attachement aux spécificités locales et aux liens au sein du quartier peut néanmoins, à d’autres moments des entretiens, être présenté comme une stratégie d’accumulation de capital social (COUSIN, 2012, p. 100-101).

12 Certains pointent aussi une fâcheuse habitude qu’auraient leurs voisins de leur rendre visite à l’impromptu.

13 La dénonciation des ragots et rumeurs s’accompagne, chez la plupart des hommes qui les évoquent, de la désignation par le terme de comari (commères) des groupes de femmes qui sont les principaux vecteurs de leur diffusion. Au-delà de la connotation sexiste certaine de cette appellation, il faut remarquer qu’elle n’en est pas moins étymologiquement exacte : à San Felice comme à Milano 2, les groupes les plus investis dans la vie du quartier étaient composés au moment de mon enquête de retraités et – surtout – de jeunes femmes au foyer (bien plus nombreuses que dans les espaces refondés franciliens) qui avaient souvent grandi elles-mêmes dans le quartier, avaient fréquenté les mêmes écoles durant leur jeunesse, et avaient désormais à leur tour des enfants du même âge fréquentant les écoles, la paroisse et le club multisports locaux. Si l’on ajoute à cela que leurs propres parents habitaient généralement encore le quartier, on comprend qu’elles constituaient des nœuds difficilement contournables au sein des principaux réseaux d’interconnaissance locale, et que leur hostilité pouvait être durement ressentie par celles et ceux des nouveaux arrivants qui étaient obligés de les croiser quotidiennement sans réussir pour autant à sympathiser.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Barrière et poste de garde panoptique à l’entrée de San Felice (juillet 2007).
Credits Source : D. R.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8470/img-1.jpg
File image/jpeg, 552k
Title Fig. 2 – Panneau d’orientation à l’intérieur de San Felice (juillet 2007)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8470/img-2.jpg
File image/jpeg, 262k
Top of page

References

Bibliographical reference

Bruno Cousin, « Ségrégation discriminante et rapport à l’injustice spatiale dans les quartiers supérieurs refondés de Milan », Méditerranée, 127 | 2016, 93-100.

Electronic reference

Bruno Cousin, « Ségrégation discriminante et rapport à l’injustice spatiale dans les quartiers supérieurs refondés de Milan », Méditerranée [Online], 127 | 2016, Online since 01 November 2016, connection on 19 December 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8470 ; DOI : 10.4000/mediterranee.8470

Top of page

About the author

Bruno Cousin

Sciences Po, Centre d’études européennes – CNRS, bruno.cousin@sciencespo.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals