Skip to navigation – Site map

HomeIssues127Comptes rendusD. Albera, M. Crivello, M. Tozy (...

Comptes rendus

D. Albera, M. Crivello, M. Tozy (dir.), La ségrégation urbaine

2016, Paris, La Découverte, 121 p.
Thomas Pfirsch
p. 119
Bibliographical reference

D. Albera, M. Crivello, M. Tozy (dir.), La ségrégation urbaine, Paris, La Découverte, 121 p.

Full text

Explorer la ségrégation urbaine

1Depuis les premières émeutes urbaines à la fin des années 1970, et dans un contexte de « territorialisation » croissante de la question sociale (TISSOT, 2005), le thème de la ségrégation urbaine occupe le devant de la scène médiatique et politique en France. Pourtant, on ne comptait à ce jour aucun manuel de synthèse en langue française sur la question. C’est chose faite avec ce court opus qui émane de deux sociologues, mais fait également une place à l’approche de la ségrégation par la géographie urbaine et d’autres sciences sociales. Publié dans la collection « Repères », le livre se présente comme un manuel à l’usage des étudiants en sociologie, mais il est plus que cela. Il accorde une large place aux travaux des deux auteurs sur la ségrégation résidentielle et scolaire en région parisienne, et se présente donc comme une contribution méthodologique et théorique de ces derniers aux débats actuels sur la ségrégation.

2Ainsi, assez curieusement pour un manuel, le livre ne comporte pas de chapitre épistémologique revenant sur la définition et l’histoire de la notion de ségrégation – qui est pourtant un concept voyageur ! – cette dernière étant rapidement définie en introduction comme « la séparation des groupes sociaux dans l’espace urbain » (p. 4), entendue à la fois comme état et processus. Le livre ne propose pas non plus de point de synthèse sur les débats sur les effets de la mondialisation sur la ségrégation urbaine. La mondialisation entraîne-t-elle une augmentation généralisée de la ségrégation ou seulement pour certains groupes et certains espaces ? Le concept de ségrégation est-il encore bien adapté pour décrire les divisions sociales de la ville post-fordiste ? Ces questions conceptuelles et théoriques sont bien présentes, mais abordées au fil du texte. Il s’agit là d’un parti pris assumé par les deux auteurs, qui entendent prendre leurs distances avec les théories générales de la ségrégation contemporaine. Ces dernières, pour la plupart issues d’approches critiques anglophones, restent souvent sans validation empirique solide, ou se fondent sur des généralisations à partir d’études de cas de ségrégation extrêmes, certes spectaculaires, mais qui ne sont pas les plus nombreux (la gated community élitaire, l’enclave ethnique, le ghetto social ou « racial », les quartiers brutalement gentrifiés des villes mondiales, etc.). Le livre propose au contraire une approche « intégrée » de la ségrégation, prenant en compte les situations de ségrégation intense, mais également celles – beaucoup plus fréquentes – de ségrégation relative, lorsqu’une situation de mixité résidentielle peut s’accompagner de pratiques ségrégatives sur le plan scolaire ou dans les espaces publics. Pour les auteurs, l’étude de la ségrégation doit passer par une approche générale menée à l’échelle d’une ville entière – ou mieux, d’une région métropolitaine, avec une attention particulière portée aux échelles spatiales – car « les logiques ségrégatives interagissent constamment avec des logiques opposées favorisant le mélange social » (p. 65). L’augmentation de la ségrégation dans certains quartiers ou groupes sociaux peut s’accompagner d’un regain de mixité résidentielle dans d’autres parties de la ville ou chez d’autres catégories d’habitants. C’est le cas de Paris, où la forte augmentation de la ségrégation des cadres d’entreprise, en particulier dans l’Ouest francilien, s’accompagne d’une augmentation de la mixité dans les quartiers en cours de gentrification, et surtout du maintien dans la plupart des espaces des quartiers « moyens mélangés », qui restent largement dominants à l’échelle de l’agglomération (p. 41).

3Outre cette approche intégrée, un autre intérêt du livre est qu’il propose une étude systématiquement située et contextualisée de la ségrégation urbaine. Alors que beaucoup de thèses sur la « fragmentation » ou la « dualisation » sociale sont produites à partir de métropoles d’Amérique du Nord, le livre s’attache à rendre compte d’une grande diversité de contextes urbains, villes mondiales comme villes moyennes, villes industrielles ou centres de consommation tertiaire, et ce avec des exemples allant des États-Unis à l’Europe, en passant par les villes indiennes, chinoises, brésiliennes ou sud-africaines, le tout en s’appuyant sur la compilation d’une bibliographie récente en quatre langues.

4Plutôt que de commencer par des problèmes de définition, le livre propose une entrée méthodologique. Ce choix pourra dérouter certains étudiants, mais il est conforme à l’approche empirique des auteurs, et se révèle pertinent sur un sujet où bien des oppositions théoriques sont dues à des différences de méthodes et de terrains. Mais plus qu’un véritable panorama des méthodes d’étude de la ségrégation, le premier chapitre s’apparente à une défense et illustration de l’approche des deux auteurs, et en particulier de la rigoureuse méthodologie statistique mise au point par Edmond Préteceille dans ses travaux sur la métropole parisienne. Il fournit aussi une série de liens vers des bases de données localisées en ligne très utiles. Les auteurs plaident au final pour une approche mixte, associant des études statistiques menées à l’échelle d’une ville entière qui, seules, permettent de mesurer l’intensité de la ségrégation, ses variations selon les groupes sociaux, et la diversité de ses formes spatiales, et des études qualitatives localisées par quartier, qui mettent plutôt en lumière la complexité des processus ségrégatifs. L’association des deux se révèle indispensable pour analyser les situations de ségrégation relative qui dominent dans les villes européennes, les premières permettant par exemple de faire une typologie fine des quartiers en fonction de leur structure sociale et de faire ainsi émerger la « figure spatiale méconnue du quartier mélangé » (p. 41), et les secondes d’en décrire le fonctionnement.

5Tranchant avec beaucoup d’approches géographiques se bornant à décrire de manière statique les différentes figures spatiales de la ségrégation (modèles aréolaires, sectoriels, nodulaires, etc.), le livre donne une image dynamique de la ségrégation, centrée sur les processus sociaux qui la produisent (« les causes de la ségrégation », chap. 2), et sur les dysfonctionnements qu’elle crée dans la ville (« les effets de la ségrégation », chap. 3). Assez classique, le chapitre sur les causes de la ségrégation urbaine revient ainsi sur les trois grands processus ségrégatifs identifiés par Thomas Schelling (1978) : les facteurs économiques « structurels », les logiques institutionnelles « intentionnelles », et les effets des actions individuelles. L’intérêt de ce chapitre est de montrer que l’articulation de ces différents facteurs n’est jamais automatique, mais varie considérablement en fonction des contextes urbains, nationaux et historiques. Ainsi, dans les villes occidentales dominées par une logique de marché, le facteur principal de ségrégation reste le facteur économique. La ségrégation est avant tout le reflet des inégalités sociales et « des choix d’autoségrégation des classes supérieures » (p.110), qui contraignent les choix résidentiels des autres catégories sociales. Mais les facteurs institutionnels jouent également un rôle : certes les politiques « explicitement ségrégatives » (p. 52) sont devenues rares dans le monde occidental, où ce sont plutôt des politiques « anti-ségrégatives » qui dominent, mais même ces dernières peuvent avoir des effets ségrégatifs indirects (politiques de peuplement du logement social, par exemple). Dans ce contexte, les logiques individuelles d’agrégation affinitaire ou de distanciation sociale peuvent amplifier les dynamiques ségrégatives, mais elles ne les provoquent pas, contrairement à ce que voudraient accréditer les discours politiques et médiatiques cherchant à faire des individus les responsables de la ségrégation pour mieux « en nier les causes structurelles » (p. 77).

6Mais c’est sans doute le dernier chapitre sur les effets de la ségrégation qui est le plus original. En France, si les causes et les formes de la ségrégation ont été largement étudiées, rares sont les travaux sur les conséquences de la ségrégation résidentielle en termes de trajectoire sociale ou d’accès à la ville. Les auteurs rappellent l’ambivalence des effets de la ségrégation, qui ne sont pas systématiquement négatifs et toujours contextualisés. Ainsi, dans les années 1950 et 1960, dans un contexte de plein emploi et de régulation par les États-providence, la ségrégation résidentielle forte des classes populaires a pu générer des phénomènes d’émancipation en facilitant la visibilité sociale, le poids électoral et les mobilisations collectives de groupes dominés, comme dans le ghetto noir états-unien ou les banlieues rouges françaises… Mais quand « le travail disparaît » (Wilson, 1996), une forte ségrégation amplifie les problèmes sociaux, et contribue même à générer des inégalités nouvelles : « la ville n’est pas que le reflet spatial des inégalités sociales, elle est aussi productrice d’inégalités urbaines analytiquement distinctes » (p. 80, en termes de transport, d’accès à la santé ou à l’éducation). Cette dimension proprement urbaine de la ségrégation est malheureusement peu développée (le choix du titre ségrégation « urbaine », n’est pas discuté…), c’est là une des rares limites de ce petit livre très utile, qui, plutôt que de passer en revue des théories clés en main sur la ségrégation urbaine, donne une série d’outils et de démarches précieuses pour les étudiants et les chercheurs soucieux d’explorer sans a priori les divisions sociales des villes contemporaines.

Top of page

Bibliography

SCHELLING T., (1978), Micromotives and Macrobehavior, Norton and Company, New York, 272 p.

TISSOT S., POUPEAU F., (2005), La spatialisation des problèmes sociaux, Actes de la recherche en sciences sociales, 159, p. 4-9.

WILSON J. W., (1996), When Work Disappears : The World of the New Urban Poor, Knopf, New York, 322 p.

Top of page

References

Bibliographical reference

Thomas Pfirsch, « D. Albera, M. Crivello, M. Tozy (dir.), La ségrégation urbaine », Méditerranée, 127 | 2016, 119.

Electronic reference

Thomas Pfirsch, « D. Albera, M. Crivello, M. Tozy (dir.), La ségrégation urbaine », Méditerranée [Online], 127 | 2016, Online since 01 November 2016, connection on 24 September 2021. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8497 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mediterranee.8497

Top of page

About the author

Thomas Pfirsch

Université de Valenciennes, Calhiste (EA 4343)

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search