Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

M. Filandri, Proprietari a tutti i costi. La disuguaglianza abitativa in Italia

2016, Rome, Carocci, 144 p.
Thomas Pfirsch
p. 121‑122
Bibliographical reference

M. Filandri, Proprietari a tutti i costi. La disuguaglianza abitativa in Italia, Rome, Carocci, 144 p.

Full text

De la France à l’Italie : les inégalités cachées du « tous propriétaires »…

Alors que dans la plupart des pays européens les politiques publiques continuent à vanter les bienfaits de l’accession généralisée à la propriété, deux livres récents, l’un sur la France, l’autre sur l’Italie viennent montrer les limites du modèle de la « république des propriétaires ». Bien qu’ils traitent de deux contextes nationaux assez différents (par leur taux de propriétaires : plus de 70 % en Italie, contre 58 % en France ; ou leur modèle d’accession : recours massif au crédit en France, appui sur les filières familiales et la construction « abusive » dans la péninsule), et qu’ils se fondent sur des méthodologies différentes, ces deux livres aux titres étonnamment proches montrent comment le mythe de la propriété généralisée, largement encouragée dans les deux pays, arrive aujourd’hui à saturation et devient un puissant facteur de reproduction des inégalités, générant même de nouvelles formes de ségrégations socio-spatiales.

  • 1 Indagine Longitudinale delle Famiglie Italiane
  • 2 European Union Statistics on Income and Living Conditions

1Paradoxalement, alors que la casa est au centre des débats politiques et du consensus social dans la péninsule depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, les études sur le logement en Italie sont assez rares. C’est tout l’intérêt du petit livre de Marianna Filandri qui, appuyé sur une solide bibliographie en anglais et en italien, et sur l’exploitation statistique de deux enquêtes quantitatives permettant de croiser des données sur le logement et sur l’origine sociale des habitants (l’enquête italienne ILFI1, et la base européenne EU-SILC2), entend faire le point sur les relations entre accession à la propriété et inégalités sociales en Italie. L’objectif du livre est clair : il sagit de révéler les coûts, à la fois économiques et sociaux, du modèle de laccession généralisée, en montrant que, loin de réduire les inégalités sociales, la propriété du logement reste un élément structurant des inégalités de classe dans la péninsule.

2De lecture facile (en italien…), l’ouvrage est bien structuré et illustré (une trentaine de tableaux et graphiques). Les trois premiers chapitres étudient les relations entre inégalités sociales et statut d’occupation du logement. L’auteur rappelle que, d’un côté, la propriété s’est aujourd’hui largement diffusée dans toute la société italienne. C’est parmi les classes supérieures que le taux de propriétaires est le plus élevé, mais la proportion de propriétaires reste nettement supérieure à 50 % dans toutes les classes sociales, y compris les catégories populaires. Cette large diffusion de la propriété est à mettre au compte d’un modèle d’accession « sud-européen » reposant sur la solidarité et la transmission familiale. Comme le rappelle un intéressant graphique comparatif (p. 43) : par opposition aux pays de « propriétaires de fait » que sont devenus les anciens États communistes d’Europe orientale après le rachat des logements publics par leurs occupants, et aux pays de « propriétaires à crédit » d’Europe du Nord-Ouest, l’Italie et ses voisins d’Europe du Sud se situent à un niveau intermédiaire où l’accession repose autant sur la solidarité familiale que sur le crédit. Le pays se singularise par exemple par le nombre élevé de logements occupés à titre gratuit ou en usufruit (en fait dans des logements de propriété familiale).

3Mais, malgré cette large diffusion sociale de la propriété, l’auteur montre que les inégalités de classe continuent à avoir un impact fort sur le statut du logement en Italie. En fait, c’est moins la propriété en elle-même, que les usages de la propriété et les modalités d’accession qui restent discriminantes socialement. Ainsi, la propriété apparaît comme une « condition nécessaire, mais non suffisante » pour sortir du mal-logement et de la pauvreté. Au sein des classes populaires, la fracture entre propriétaires et locataires est profonde, les premiers étant mieux logés que les seconds, et surtout moins soumis à l’insoutenabilité financière de leur logement (p. 76). En revanche, on ne retrouve pas cette différence entre propriétaires et locataires au sein des classes supérieures. Ainsi, c’est moins la propriété en elle-même que cet usage de la casa comme welfare qui apparaît comme une ligne de fracture encore forte entre des classes populaires fragilisées qui voient dans la propriété une protection contre les aléas de la vie et des classes supérieures dont les revenus et l’insertion dans le marché du travail stable et formel constituent déjà une source de sécurité sociale importante. Il s’agit là cependant d’une conclusion jamais mise en valeur ni approfondie par l’auteur, qui aurait pu relier ce résultat aux processus plus larges de précarisation qui traversent la société italienne à l’heure du postfordisme : dans un contexte où le travail formel et bien rémunéré se fait plus rare et où les États-providence se restructurent, la propriété du logement devient pour les classes populaires une source de protection sociale essentielle.

4Les inégalités de classe ont aussi un impact sur les modalités d’accès au logement, et en particulier sur le premier logement des jeunes adultes (chapitre 4). Là encore, ce n’est pas sur le statut d’occupation du logement que le rôle de l’origine sociale se fait sentir : en Italie, près de la moitié des jeunes adultes quittent le domicile de leurs parents pour s’installer dans un logement en propriété, et ce que ce soit dans la bourgeoisie ou la classe ouvrière urbaine. En revanche, au sein des classes populaires, cette accession se fait au prix d’un départ plus tardif de chez les parents, et reste encore souvent attachée au mariage et à des modèles « traditionnels » de formation de la famille, moins prégnants dans les élites. Les jeunes des classes populaires apparaissent plus dépendants de la proximité et des ressources localisées de leur famille pour sinstaller, et donc également moins enclins à une mobilité résidentielle pourtant devenue indispensable sur le marché du travail.

5Enfin, le chapitre 5 fait le point sur les politiques du logement en Italie. Au niveau national, l’auteur revient sur le déplacement des investissements du locatif social et privé vers l’incitation à l’accession. Mais elle insiste également sur l’importante décentralisation de la politique du logement vers les communes et surtout les régions depuis les réformes de 1998-2001, provoquant une forte fragmentation/diversification des politiques. Le livre s’achève sur l’exemple de la région Piémont, qui, à l’inverse de la tendance nationale, met l’accent sur le soutien à la construction de logements sociaux et les aides aux loyers privés, sans que l’on sache si cet exemple est le symptôme d’une réorientation par le bas des politiques de logement en Italie, ou si cette décentralisation peut contribuer à accentuer ou à réduire la fracture nord-sud dans le pays.

6Il s’agit là d’un défaut assez récurrent du livre qui, malgré l’intérêt de son sujet, laisse le lecteur un peu sur sa faim. Très court, souvent plus descriptif que véritablement analytique, le livre passe beaucoup de temps à revenir sur des débats scientifiques connus, et passe au contraire très vite sur les thèmes les plus novateurs (les politiques piémontaises, les différences entre propriétaires à crédit ou par transmission familiale, les modalités d’accès à la propriété des jeunes), qui sont rarement mis en perspective dans les évolutions structurelles plus larges de la société et du système politique italien. Une autre limite importante du livre réside dans son aspect un peu désincarné, mal relié au contexte historique et territorial. L’accent sur le rôle des inégalités de classe est un parti pris compréhensible de l’auteur, mais laisse dans l’ombre d’autres fractures importantes de la société italienne, celles de génération, de genre et surtout les inégalités territoriales. Le lecteur géographe est ainsi frappé par le peu d’allusions aux variations territoriales de l’accession à la propriété et du « mal logement » dans une péninsule pourtant marquée par une profonde opposition nord-sud : les inégalités régionales du taux de propriétaires sont ainsi évoquées rapidement dans un graphique (p. 115) sans véritablement être expliquées… Il en est de même pour les inégalités entre petites villes et métropoles (les taux de propriété sont beaucoup moins élevés dans ces dernières), ou entre centres et périphéries urbaines, quasiment absentes de l’analyse. L’essor de la propriété du logement, en Italie comme ailleurs, a pourtant largement reposé sur l’étalement urbain. Les relations entre propriété et mobilité résidentielle constituent d’ailleurs un des points faibles de l’analyse, l’auteur rappelant à plusieurs reprises le lien simple et direct entre propriété et faible mobilité, sans jamais vraiment le démontrer.

7Ces limites tiennent sans doute aux données et à la méthode utilisée. Elles appellent d’autres travaux, peut-être plus localisés et qualitatifs, qui viendront montrer la complexité des inégalités (de genre, de « race », de génération, de territoire…) qui, outre la classe sociale, continuent à traverser les « sociétés de propriétaires » comme l’Italie.

Top of page

Notes

1 Indagine Longitudinale delle Famiglie Italiane

2 European Union Statistics on Income and Living Conditions

Top of page

References

Bibliographical reference

Thomas Pfirsch, « M. Filandri, Proprietari a tutti i costi. La disuguaglianza abitativa in Italia », Méditerranée, 127 | 2016, 121‑122.

Electronic reference

Thomas Pfirsch, « M. Filandri, Proprietari a tutti i costi. La disuguaglianza abitativa in Italia », Méditerranée [Online], 127 | 2016, Online since 01 November 2016, connection on 11 December 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8501

Top of page

About the author

Thomas Pfirsch

Université de Valenciennes, Calhiste (EA 4343)

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals