Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

N. Cheviron et J.-F. Pérouse, Erdogan, Père de la Turquie ?

2016, Paris, Éditions François Bourin, coll. « Biographie » 433 p.
Michel Bouillet
p. 126-127
Bibliographical reference

N. Cheviron et J.-F. Pérouse, Erdogan, Père de la Turquie ?, Paris, Éditions François Bourin, coll. « Biographie », 433 p.

Full text

1Rendre compte d’un livre d’où les cartes sont absentes et, de surcroît une biographie, peut sembler étonnant pour une revue de géographie. Cependant, ce livre a toute sa place dans la bibliothèque d’un géographe. D’abord parce que l’un des auteurs, Jean‑François PÉROUSE est lui-même géographe ; ensuite, car l’approche géographique fait plus qu’apparaître dans cet ouvrage : elle le structure.

2Dès la première partie traitant des trente premières années de la vie de Recep Tayyip Erdoğan (1954-1984), la description précise du quartier stambouliote de Kasımpaşa est véritablement géographique, de même que la présentation des racines familiales d’Erdoğan. Venu du département de Rize, près de la frontière géorgienne, le père a conservé des liens étroits avec les Rizeli que le fils a perpétués. Les origines familiales seraient lazes et non purement turques, ce que contestent les biographes officiels.

3Cet aspect est intéressant pour comprendre le rôle unificateur de l’islam pour la turcité dans l’esprit d’Erdoğan. Le jeune homme, passionné de football et fervent supporter du Fenerbahçe et de son attaquant mythique, le Grec Lefter, grandit donc dans un milieu religieux à une période où les militaires kémalistes imposent une laïcité exigeante. Il milite dès l’âge de quinze ans à la MTTB – l’Union nationale des étudiants turcs – où l’islam devient la référence. À 21 ans, il est déjà un dirigeant remarqué. Sa vie politique se déroule dans le sillage de Necmettin Erbakan, fondateur du premier parti de l’islam turc, le MNP (Parti de l’ordre national), libéral sur le plan économique, conservateur musulman sur le plan sociétal en lien avec les influentes confréries religieuses et nationalistes.

4La deuxième partie du livre décrit l’ascension d’Erdoğan « dans l’ombre du maître » (1984-1994) jusqu’à son élection à la mairie d’Istanbul, alors que les premières accusations visent le « versant privé de ses activités ». Elle se poursuit par la description de son action jusqu’à sa chute et à son emprisonnement en 1999.

5La troisième partie insiste de manière précise sur l’aspect fondateur de ce séjour relativement confortable à la prison de Pınarhisar (on est loin de Midnight Express…), qui aboutit à la fondation de son parti : l’AKP en 2001 (Adalet ve Kalkınma Partisi, Parti de la justice et du développement). L’utilisation de la demande d’adhésion à l’Union européenne et la naïveté des négociateurs de Bruxelles à des fins politiques intérieures sont finement analysées.

6La quatrième partie aborde de manière détaillée la période 2003-2010, qui constitue l’apogée de l’AKP au pouvoir, à qui tout semble réussir. Erdoğan semble s’affirmer comme « un Reis d’envergure mondiale » et, en même temps, un pater familias particulièrement habile pour garantir la fortune de sa maison.

7La cinquième et dernière partie s’intitule « Vertige » et couvre les années de 2010 à 2014 lorsque l’appétit pour le pouvoir personnel annonce les purges massives de 2016. Les explications des liens entre le maître d’Ankara, aspirant à se faire reconnaître comme le second père de la République turque après Mustapha Kemal – le père d’une République turque ottomane en quelque sorte –, et Fethullah Gülen s’avèrent fort utiles pour la compréhension d’événements obscurs pour les non‑spécialistes. De manière identique, les variations de la politique de l’AKP vis-à-vis des Kurdes, de la Russie et des États‑Unis sont clairement mises en lumière.

8On ne peut que louer les auteurs, vivant en Turquie, d’avoir fondé leur réflexion sur des sources en langue turque simplement complétées par quelques références en français et en anglais. Ils rendent ainsi accessibles aux lecteurs français des éléments essentiels, ce qui est bien préférable que de s’en tenir aux seules sources anglophones ou francophones, comme c’est, hélas, trop souvent le cas pour des ouvrages traitant de pays ou de régions situées à l’est de la mer Adriatique !

9En outre, ce livre est bien écrit et se lit aisément, à tel point qu’il pourrait fournir plusieurs scénarios de films ! La coordination entre les auteurs est parfaite à telle enseigne qu’il est quasiment impossible de deviner lequel des deux s’est chargé de tel ou tel chapitre.

10Une grande biographie, assurément !

Top of page

References

Bibliographical reference

Michel Bouillet, « N. Cheviron et J.-F. Pérouse, Erdogan, Père de la Turquie ? », Méditerranée, 127 | 2016, 126-127.

Electronic reference

Michel Bouillet, « N. Cheviron et J.-F. Pérouse, Erdogan, Père de la Turquie ? », Méditerranée [Online], 127 | 2016, Online since 01 June 2016, connection on 16 July 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8508

Top of page

About the author

Michel Bouillet

Ancien chercheur associé UMR TELEMME, Aix-en-Provence

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals