Skip to navigation – Site map

HomeIssues128ArticlesLes « médicanes » : perturbations...

Articles

Les « médicanes » : perturbations atmosphériques déterminant des déluges en Méditerranée

The “médicanes”: Atmospheric disturbances determining heavy rainfall in the Mediterranean
Taoufik El Melki
p. 19-27

Abstracts

The medicanes are a special kind of atmospheric disturbances interesting occasionally the Mediterranean Sea, especially in autumn and winter when a significant vertical temperature lapse-rate characterizes the sea-atmosphere interface in addition to a Jet-stream which enhances convection when crossing an “ordinary” Mediterranean cyclone and transform it from a temperate baroclinic dynamic to a tropical barotropic dynamic. The medicanes cause very strong winds, high swells, heavy rainfall, and often, flooding, severe damages in economic and social infrastructures and sometimes some casualties, particularly in coastal areas.

Top of page

Full text

1Les médicanes présentent un type particulier de perturbations atmosphériques intéressant de temps en temps la Méditerrané, notamment sa partie occidentale et moins fréquemment ses régions centrales et orientales. Les médicanes se forment particulièrement en automne et en hiver selon les régions. Ils se forment en faveur d’un gradient thermique vertical important caractérisant l’interface mer-atmosphère, ce qui crée un(e) cyclone/dépression ordinaire des latitudes tempérées, conjugué à la présence d’un courant-jet dans la haute troposphère. Ce dernier a pour effet de renforcer la convection et provoquer le passage du dit cyclone d’une dynamique tempérée de type barocline à une dynamique tropicale barotrope. Les médicanes provoquent des intempéries : vents très forts, fortes houles, pluies diluviennes, et souvent, des inondations causant des dommages graves aux infrastructures économiques et sociales et parfois des pertes en vies humaines. Les régions côtières sont les plus touchées. Premièrement, parce que les médicanes se forment sur les eaux chaudes de la Méditerranée, et de ce fait c’est le littoral qui subit leurs effets le premier, alors qu’ils sont au maximum de leur intensité. En second lieu, parce que les régions côtières sont très souvent de faibles altitudes, facilement submersibles par les fortes houles et fortement inondables car recevant les crues de leurs propres arrières pays.

2Ce papier se propose de présenter, en premier lieu, une description sommaire des médicanes et une présentation détaillée des conditions propices à leur formation à travers un événement des plus étudiés dans la littérature appropriée : le médicane du 26/09/2006 ayant touché le Sud de l’Italie. En second lieu, un aperçu des dégâts pouvant être causés par les médicanes à travers l’exemple du 7 au 9 novembre 2011 ayant touché le Var en France.

1 - Présentation des médicanes

1.1 - Description d’un médicane

3La photo de la Méditerranée (centrale) du 16 janvier 1995 (fig. 1) permet à fine échelle (zoom de droite) et toute proportionnalité spatiale écartée de reconnaître, très aisément, la morphologie d’un cyclone tropical : un disque nuageux bien compact et bien enroulé autour d’un œil exempt de nuages et des nuages spiralés tout autour ; ce qui rappelle la structure typique des cyclones tropicaux (EMANUEL, 2005 ; CHABOUREAU et al., 2012 ; ROMERO et EMANUEL, 2013 ; etc.).

Fig. 1 – Système nuageux sur la Méditerranée centrale.

Fig. 1 – Système nuageux sur la Méditerranée centrale.

Image satellitale AVHRR du 16 janvier 1995 à 09 h 06 mn, canal 5 (Infrarouge thermique : 11.5-12.5 µm)

Source : [cliquer ici].

4Ce phénomène est baptisé TLC pour   ou TMS pour Tropical-like Mediterranean Storm ou Medigane pour Mediterranean Ouragan, ou encore medicane (BUSINGER S., et REED R. J., 1989) : contraction de Mediterranean Hurricane ; terme plus largement utilisé que les autres.

5Certes, tous les médicanes ne présentent pas sur les images satellitaires une morphologie aussi nette que celle du cas présenté dessus. Cependant, ces mêmes éléments sont toujours présents.

6Un médicane peut s’étirer jusqu’à 300 km de diamètre. Il peut avoir aussi une taille sensiblement plus réduite, inférieure à 100 km (CAVICCHIA et al., 2014). Alors que les sommets de ses nuages peuvent aller au-delà de la tropopause (fig. 6, gauche), le plafond nuageux d’un médicane est très bas : souvent autour de 1 000 m. La masse nuageuse en présence peut ainsi atteindre les 10 km d’épaisseur. Une telle extension verticale est synonyme d’une activité orageuse intense (très forte baisse de la pression atmosphérique et très forte instabilité verticale) : des vents forts et des pluies diluviennes. Un médicane est d’une durée de vie variable, variant le plus souvent entre 6 et 8 h pour le stade de maturité avec la présence d’un œil ayant souvent une soixantaine de kilomètres de diamètre. Un médicane peut perdurer jusqu’à 5 jours si toute l’activité cyclonique est considérée (CHABOUREAU et al., 2012). Les médicanes, tout comme les cyclones tropicaux, se dissipent généralement quand ils touchent la terre ferme.

7L’extension spatiale d’un médicane, l’intensité de son activité orageuse et sa persistance dans le temps dépendent des conditions de sa formation.

8Un médicane est détecté lorsque tous les critères liés à la morphologie et à la dynamique des tempêtes sont présents (CAVICCHIA et al., 2014) : la symétrie verticale du système nuageux autour de l’œil du cyclone et la présence du cœur chaud de la tempête sur plus de 10 % de la longueur de sa trajectoire ou plus de 6 heures successives.

1.2 - Répartition géographique et fréquence des médicanes

9Tous les auteurs intéressés aux médicanes s’accordent, en dépit des différents moyens d’investigation utilisés, sur les difficultés de reconstituer avec précision l’historique/inventaire spatialisé des médicanes (ROMERO et EMANUEL, 2013; CAVICCHIA et al., 2014 ; PICORNELL et al., 2014 ; etc.).

10D’une part les procédés de détection automatique, à partir des bases de données des ré-analyses, couramment utilisés pour les cyclones d’échelle synoptique, ne sont pas applicables au cas des médicanes ; la taille de ces derniers pouvant descendre à moins de 100 km de diamètre. D’autre part, les sources d’informations spatialisées à résolution suffisamment fine, adéquate à l’étude des médicanes ne sont disponibles ni dans des formats homogènes ni pour les mêmes périodes (CAVICCHIA et al., 2014).

11Selon ces mêmes auteurs, le recours à l’imagerie satellitaire n’est pas la solution idéale non plus : une étude exhaustive de quelque quatre cents événements cycloniques (étalés sur plus de 20 ans : 1982-2005) classés comme cas possibles de médicanes (TOUS et ROMERO, 2013) a montré que seuls six événements répondent strictement aux critères de sélection des médicanes : présence d’un œil du cyclone et symétrie des formations nuageuses tout autour. Il paraît, en effet, « difficile de tracer une ligne de démarcation claire entre les médicanes et les cyclones méditerranéens ‘ordinaires’ ; car dans la réalité des faits, les médicanes sont souvent des perturbations de dynamique tempérée dans les premières phases de leurs vies et subissent par la suite une transition vers une dynamique tropicale quand les facteurs favorables sont présents (CAVICCHIA et al., 2014).

12Pour toutes ces raisons, il s’avère vraiment très illusoire que de prendre pour meilleur un des résultats fournis dans les différentes littératures portant sur les médicanes. Toutefois, il a été montré (CAVICCHIA et VON STORCH, 2012) qu’un procédé de réduction dynamique d’échelle (dynamical downscaling) fondé sur le principe de « pilotage spectral » (spectral nudging) appliqué aux dépressions polaires (ZAHN et al., 2008 ; ZAHN et VON STORCH, 2008, 2010 ; CHEN et al., 2012) et aux typhons (FESER et VON STORCH, 2008 ; VON STORCH et al., 2011) a réussi à reproduire avec une bonne précision un certain nombre de médicanes précédemment étudiés dans la littérature, ceci, à condition que la résolution spatiale du modèle soit adaptée à l’échelle spatiale des médicanes. Le modèle a été validé pour une période d’essai de cinq ans (1995-1999), en utilisant des données variées et une analyse visuelle de l’imagerie Météosat (CAVICCHIA et al., 2014).

13Les résultats de cette démarche révèlent l’importante fréquence des médicanes pendant les mois de l’automne et de l’hiver (fig. 2).

Fig. 2 – Fréquences mensuelles totales absolues des médicanes (1948-2011)

Fig. 2 – Fréquences mensuelles totales absolues des médicanes (1948-2011)

Dans toute la Méditerranée (gauche) ; dans la Méditerranée occidentale (centre) et dans la mer Ionienne (droite)

Source : CAVICCHIA et al., 2014.

14D’autre part, ils montrent que la Méditerranée occidentale (fig. 3 gauche, cadre rouge) suivie de la mer Ionienne (fig. 3 gauche, cadre noir) présentent les aires de prédilection des médicanes (fig. 3).

Fig. 3 – Localisation des médicanes détectés

Fig. 3 – Localisation des médicanes détectés

Position du point de départ sur la trajectoire du médicane considéré (gauche) : grille de 0,5 (de 0,5 à 5 unités) ; et fréquences (%) des trajectoires des médicanes par cellules de 2° x 2° (droite)

Source : CAVICCHIA et al., 2014.

15Des listes établies1, non exhaustives malheureusement, permettent de voir que certaines fois la même année peut connaître deux ou même trois événement médicanes.

16En dépit des différences d’approches et des périodes considérées, la quasi totalité des résultats obtenus s’accordent sur cette répartition spatiale des médicanes (CAVICCHIA et al., 2014 ; ROMERO et EMANUEL 2013 ; etc.) : la Méditerranée occidentale et la mer Ionienne sont les aires de prédilection des médicanes. C’est dans cette partie de la mer Méditerranée que se réunissent le plus souvent les conditions optimales à la formation de ces derniers.

2 - Conditions propices à la formation d’un « médicane »

17En premier lieu, la présence d’un cyclone sur la Méditerranée est une condition indispensable. Peu importe l’origine de la dépression : qu’elle soit méditerranéenne, atlantique ou saharienne.

18Tout comme les cyclones tropicaux, les médicanes présentent un exemple illustre des interactions hydrosphère-atmosphère du système climatique. Un cyclone méditerranéen « ordinaire » se transforme en médicane lorsque toutes les conditions suivantes liées à la dynamique des tempêtes sont remplies (CAVICCHIA et al., 2014) :

  • un gradient vertical fort de température : entre la température de surface de la mer et la température de la troposphère moyenne : à 350 hPa ;

  • un cisaillement vertical du vent faible (inférieur à 4 ms) ;

  • une forte teneur en humidité relative de l’atmosphère ;

  • une très forte vorticité/hélicité de la colonne d’air, notamment au niveau 850 hPa.

19Le gradient vertical de température, premier facteur retenu, exprime tant bien que mal le degré d’instabilité verticale de la colonne d’air comprise entre les deux niveaux spécifiés d’altitude. Si l’instabilité est importante et si l’humidité de l’air ne présente pas un facteur limitant, les formations nuageuses en place, peuvent connaître un développement vertical important.

20Le cisaillement du vent correspond à un changement brusque de direction ou de vitesse de ce dernier. La faiblesse ou l’absence de ce phénomène, second facteur, constitue un facteur crucial pour l’extension verticale de la convection. Cette condition vérifiée, les nuages en place peuvent connaître un grand développement vertical.

21La formation des nuages cumuliformes (CMF) à grand développement vertical (cumulus et cumulonimbus) nécessite une très forte humidité relative de la colonne d’air en place. C’est le rôle du troisième facteur. À ce niveau, les propriétés thermo-hygrométriques de la Méditerranée sont décisives. C’est l’une des mers les plus chaudes de la Planète. La température de ses eaux superficielles excèdent en automne (saison de prédilection des médicanes) et au début de la saison froide les 20 °C. Ce caractère favorise l’évaporation d’une part, et d’autre part, il crée, une fois la Méditerranée surplombée par une masse d’air froid, un gradient vertical très fort de température (premier facteur). C’est surtout ce qui se produit lors des infiltrations précoces (automnales notamment) et les grandes coulées hivernales d’air polaire ou arctique. Les résultats d’une autre étude (AKHTAR et al., 2014) visant aussi la modélisation des médicanes montrent qu’à haute résolution, un modèle couplé est capable de mieux simuler non seulement un plus grand nombre d’événements médicanes qu’un modèle atmosphérique simple, mais aussi, de mieux reconstituer la trajectoire (longueur et tracé) du médicane, la température de son noyau et la vitesse du vent.

22Il est à noter que les trois conditions précédemment décrites sont le plus souvent réunies dans les cyclones méditerranéens « ordinaires » ; cependant, ces derniers ne se transforment pas tous en médicanes. Le dernier facteur : « une forte vorticité » constitue le facteur décisif. Cette propriété est spécifiée (CAVICCHIA et al., 2014) ainsi :

  • Un cyclone est classé comme un médicane si la vitesse moyenne du vent dans un cercle d’un rayon de 50 km autour de la pression minimale est supérieure à 18 m/s pour plus de 10 % de la trajectoire ou plus de 6 heures.

  • Un cyclone est classé comme un médicane si la vitesse du vent (en moyenne dans un cercle d’un rayon de 50 km autour de la pression minimale) à 850 hPa est supérieure à la vitesse du vent à 300 hPa.

  • Un cyclone est classé comme un médicane si la vitesse maximale du vent dans un cercle d’un rayon de 50 km autour du minimum de pression est supérieure à 29 m/s pour un temps > 4 h.

  • 2 Barocline : se dit d’un état de l’atmosphère ou d’un modèle de prévision numérique dans lequel le (...)
  • 3 Barotrope : se dit d’un état de l’atmosphère ou d’un modèle de prévision numérique dans lequel le (...)

23Une telle vorticité est responsable de la transformation du cyclone méditerranéen « ordinaire » d’une perturbation des latitudes moyennes (présence des secteurs chaud et froid d’où les isobares croisent à des angles variés les isothermes et les isopycnes (lignes d’égale densité) ; présence des fronts chaud, froid et peut être occlus ; dissymétrie des formations nuageuses par rapport au noyau de plus faible pression…) de dynamique barocline2 vers une perturbation de dynamique tropicale : barotrope3 (un seul type de masse d’air, des lignes isobares parallèles aux isothermes et aux isopycnes…) : le médicane.

24L’intérêt prêté aux médicanes revient au moins aux années quatre vingt du siècle dernier (BUSINGER S., et REED R. J., 1989) ; mais la violence du cas du 26/09/2006 a exacerbé l’intérêt des scientifiques, météorologistes surtout, à le modéliser dans le but d’améliorer la prévision de ces phénomènes (CHABOUREAU et al., 2012). La vorticité de ce dernier n’a pu être expliquée que par le passage du cyclone méditerranéen « ordinaire » sous un « courant-jet » ; ce qui a provoqué son « creusement explosif » (diminution de la pression de plus de 18 h Pa/ jour). La pression atmosphérique a pu descendre dans ce médicane qui a frappé le sud de l’Italie à 986 hPa. Le passage du cyclone méditerranéen « ordinaire » du côté droit (Sud dans l’hémisphère nord) du jet-stream (favorisant la subsidence) au côté nord, accentue la divergence dans la haute troposphère, exacerbe les ascendances (instabilité verticale) et la convection et accélère la vorticité du système. C’est uniquement en tenant compte de ce dernier facteur qu’un modèle Méso-NH a pu reconstituer correctement l’événement (fig. 4) du 26 septembre 2006 (CHABOUREAU et al., 2012).

Fig. 4 – Vue 3D et trajectoire

Fig. 4 – Vue 3D et trajectoire

Gauche : vue 3D simulée par le modèle Méso-NH du médicane (en violet) au-dessus de la mer Adriatique le 26 septembre 2006 à 12 h TU après avoir traversé le courant-jet (en grisé). Droite : trajectoire simulée par le Modèle de prévision Méso-NH du cyclone méditerranéen « ordinaire » (ligne mince) et puis du médicane (ligne épaisse) du 26/09/2006. Les valeurs indiquent le jour (jj) et l’heure (hh) : jj/hh

Source : Chaboureau et al., 2012.

25Les observations directes confirment les faits présentés dessus : le radiosondage du 26/09/2006 à 12 h 00, juste avant le passage du médicane (fig. 6, gauche), révèle à Brindisi (SE de l’Italie) une structure aérologique de type Kdm (Cinématique divergente maritime) constituée d’une très récente (absente sur le radiosondage de la veille) et mince infiltration d’air Pm (polaire maritime) assez humide mais stable, surplombée d’une masse d’air Tcs (Tropical continental saharien/sec) très stable aussi.

26Le tracé des courbes des températures (normales) de l’air (rouge) et des températures du thermomètre mouillé (bleue) est très heurté avec plusieurs subsidences. La valeur de la CAPE (Convective Available Potential Energy = énergie potentiellement disponible pour la convection) est très faible : 11 J/kg uniquement. Ces propriétés ne permettent aucune manifestation orageuse importante en dépit de la présence des fronts figurant dans les cartes synoptiques (fig. 5).

Fig. 5 – Évolution du champ barométrique du 24 au 26/09/2006

Fig. 5 – Évolution du champ barométrique du 24 au 26/09/2006

De gauche à droite : 24/09/2006 à 18 h 00 ; 25/09/2006 à 6 h 00 et à 18 h 00 ; 26/09/2006
à 6 h 00, 12 h 00 et 18 h 00

Source : [cliquer ici].

Fig.6 – Radiosondages de Brindisi (Italie)

Fig.6 – Radiosondages de Brindisi (Italie)

Le 26/09/2006 à 12 h 00 (gauche) et 24 h 00 (droite)

Source des radiosondages bruts : [cliquer ici].

27Juste après le passage du médicane, les propriétés de la troposphère sur Brindisi changent radicalement (fig. 6, droite). Une structure aérologique de type Ccm (Convective convergente maritime) se met en place ; formée d’une masse d’air très humide et très instable : les valeurs de l’humidité relative sont proches de 100 % sur les 2/3 inférieurs de la troposphère. La CAPE est très forte (proportionnelle à la zone coloriée en rouge et rose), synonyme de fortes ascendances, prés de 1 500 J/kg. Une masse nuageuse impressionnante se forme : plafond nuageux prés du sol (739 mgp) et sommets (10 797 mgp) plus élevés que la tropopause (10 611 mgp).

28Cette évolution a été initiée par la présence de la dépression venue du Sahara algérien (fig. 5), par la température élevée des eaux de surface de la Méditerranée (fig. 7, gauche) et par l’effet du courant-Jet surplombant la région (fig. 7 droite).

Fig. 7

Fig. 7

Gauche : températures des eaux de surface le 26/09/2006 à 09 h 00 TU.
Droite : position du Jet-Stream à 00 h 00 TU.

Source (gauche) : [cliquer ici]. – Source (droite) : [cliquer ici].

29Au total, les conditions indispensables à la formation d’un médicane en font un phénomène atmosphérique à risques multiples : vent très fort et pluies diluviennes causant des crues et des inondations. L’exemple du médicane du 7 au 9 novembre 2011 dans le Var, région du Sud de la France, en donne une sinistre illustration.

3 - Dégâts déterminés par des médicanes : exemple du médicane du 7 au 9 nov. 2011 dans le Sud de la France

Fig. 8 – Champs barométriques de surface

Fig. 8 – Champs barométriques de surface

Du 05/11/2011 à 18 h 00, du 08/11/2011 à 12 h 00 et du 09/11/2011 à 12 h 00.

Source : [cliquer ici].

30Le premier noyau cyclonique de cet événement s’est formé sur les îles Baléares l’après-midi du 5/11/2011 (fig. 8, gauche). Par la suite, la dépression s’est fortement creusée. À partir du 7/11 « au soir, le système présentait des caractéristiques typiquement tropicales avec des cumulonimbus aux sommets très froids (<-60 °C) accompagnés de fortes pluies autour du centre » avec « une anomalie chaude au cœur du système vers 5000 m d’altitude… Pendant la journée du 8/11, elle a continué à s’organiser et à se renforcer (fig. 8, centre)… Dans l’après‑midi et la soirée, la partie nord a atteint la côte varoise (fig. 9) avec de puissantes rafales, des pluies abondantes et une forte houle » (ROUX, 2012).

Fig. 9 – Image Meteosat-8

Fig. 9 – Image Meteosat-8

08/11/2011, 10 h 00 Tu ; Canal 12. (HRV)

Source : [cliquer ici].

31Le 8 novembre 2011, la tempête a continué à se renforcer. Au maximum de son intensité, la pression minimale observée a été de 991 hPa4. Le vent était violent : un vent de « 11 Beaufort (103 à 117 km/h) est observé sur les caps et îles exposés, avec des rafales ponctuellement supérieures à 150 km/h5. Des vagues géantes (photo. 1) se sont formées et ont causé des dégâts importants dans les villes côtières.

Photographie 1 – Vagues géantes

Photographie 1 – Vagues géantes

Nice, le 08/11/2011.

Source : Valéry Hache/AFP, [https://www.washingtonpost.com/​blogs/​capital-weather-gang/​post/​mediterranean-storm-brings-heavy-rain-and-flooding-to-italy-and-france/​2011/​11/​09/​gIQAim3N5M_blog.html].

32Une masse nuageuse d’une dizaine de kilomètres d’épaisseur s’est formée (fig. 10).

Fig. 10 – Radiosondage de Nîmes-Courbessac du 08/11/2011 à 12 h

Fig. 10 – Radiosondage de Nîmes-Courbessac du 08/11/2011 à 12 h

33Des pluies intenses ont causé des inondations, dans certaines parties de l’Espagne, de l’Italie et de la France (photo. 2, 3 et 4).

Photographie 2 – Promenade des Anglais submergée par les eaux

Photographie 2 – Promenade des Anglais submergée par les eaux

Nice, le 8 novembre 2011.

Source : Valéry Hache/AFP, [cliquer ici].

Photographie 3 – Vue aérienne de Roquebrune-sur-Argens sous les eaux

Photographie 3 – Vue aérienne de Roquebrune-sur-Argens sous les eaux

Le 7 novembre 2011

Source : [cliquer ici].

Photographie 4 – Pelleteuse tombée à l’eau après les fortes pluies dans les Alpes-Maritimes

Photographie 4 – Pelleteuse tombée à l’eau après les fortes pluies dans les Alpes-Maritimes

Un des deux ouvriers sur l’engin a été emporté par les flots.

Source (photo) : Valery Hache/AFP, [cliquer ici]. Source (article) : [cliquer ici]

34En France, les inondations ont été d’autant plus graves que les précipitations n’ont pas cessé de tomber depuis le début du mois. Du 6 au 8 novembre 2011, le médicane a produit par endroits des cumuls de l’ordre de 300 mm de pluie en 24 heures (tab. 1).

Tableau 1 – Cumuls pluviométriques du 5 novembre 2011 à 6 h UTC au 7 novembre 2011 à 6 h UTC dans le sud de la France.

Tableau 1 – Cumuls pluviométriques du 5 novembre 2011 à 6 h UTC au 7 novembre 2011 à 6 h UTC dans le sud de la France.

Sources : [cliquer ici].

35Des cours d’eau ont débordé :

le Gapeau et le Réal Martin dans la vallée de Sauvebonne-Hyères, la Giscle‑la Môle qui ont débordé dans le golfe de Saint‑Tropez et l’Argens (photo. 13) qui monte toujours mais ne devrait pas dépasser 6 m6.

36Les dégâts matériels sont énormes en France. Ce sont les zones littorales qui ont souffert le plus. « Autour de Nice, des routes sont bloquées. À Villeneuve-Loubet, quatre plages privées et leur restaurant ont été dévastés », selon … le maire de cette commune de 15 000 habitants déjà touchée par les inondations du week-end. « Il y a par endroits deux mètres de détritus » charriés par les vagues sur la route côtière», a-t-il souligné7.

37Selon une première estimation de la Caisse centrale de réassurance (CCR), portant sur « une zone s’étendant des Pyrénées‑Atlantiques aux Alpes-Maritimes et la Corse », les inondations pourraient coûter entre 550 et 800 millions d’euros aux assureurs dans le cadre du régime catastrophe naturelle8.

38Selon cette même source, et dans un bilan non encore exhaustif, des centaines d’entreprises et d’exploitations agricoles sont touchées, des infrastructures routières et des bâtiments publics et scolaires endommagés, des habitations sinistrées et quelques milliers de personnes évacuées… Des pertes humaines ont été enregistrées : au moins cinq personnes en France9 et six en Italie10.

39L’après-midi du 09/11 en abordant la terre-ferme (fig. 8, droite), tout comme les cyclones tropicaux, le médicane à commencé à faiblir. La rugosité plus forte du continent, la diminution de la fourniture en vapeur d’eau et par conséquent, la diminution de l’énergie disponible à la convection, conduisent à cet affaiblissement.

Conclusion

40Le réchauffement global, maintenant unanimement reconnu par les communautés scientifiques, induit une augmentation des températures dans tous les milieux du globe : océans, continents et atmosphère. Plus de chaleur dans le Domaine méditerranéen induit, d’une part, une augmentation de la charge hygrométrique de l’air (eau précipitable) en favorisant l’évaporation, et d’autre part et par voie de conséquence, une augmentation de l’énergie latente stockée dans l’atmosphère favorisant la convection lors des événements extrêmes : les médicanes par exemple. Dans un tel contexte, les régions méditerranéennes semblent être menacées par la recrudescence des médicanes ; des études prospectives l’ont déjà prédit (ROMERO et EMANUEL, 2013). Si dans l’avenir les faits confirment cette tendance, les sociétés méditerranéennes doivent en conséquence faire face à la recrudescence de tous les risques associés à ces événements extrêmes. Dans ce contexte se posent toutes les problématiques liées à la résilience des populations concernées et à leurs capacités d’adaptation.

Top of page

Bibliography

AKHTAR N., BRAUCH J., DOBLER A., BÉRANGER K., AHRENS B., (2014), Médicanes in an ocean–atmosphere coupled regional climate model, Natural Hazards and Earth System Sciences 14, p. 2189‑2201.

BUSINGER S., REED R. J. June, (1989), Cyclogenesis in Cold Air Masses. American Meteorological Society 4 (Weather and forcasting), p. 133‑156.

CAVICCHIA L., von STORCH H., (2012), The simulation of medicanes in a high-resolution regional climate model, Climate Dynamics 39, p. 2273‑2290.

CAVICCHIA L., STORCH H. V., GUALDI S., (2014), A long-term climatology of medicanes, Climate Dynamics 43, Issue 5-6, Publisher, Springer Berlin Heidelberg, p. 1183-1195.

CHABOUREAU J.‑P., (2012) , Tempête tropicale en Méditerranée, Magazine Scientifique Paul Sabatier, Dossier la planétologie 24, p. 18.

CHABOUREAU J.-P., PANTILLON F., LAMBERT D., RICHARD E., CLAUD C., (2012), Tropical transition of a Mediterranean storm by jet crossing, Quarterly Journal of the Royal Meteorological Society 138, p. 596-611.

CHEN F., GEYER B., ZAHN M., von STORCH H., (2012), Toward a multi-decadal climatology of north pacific polar lows employing dynamical downscaling, Terrestrial, Atmospheric and Oceanic sciences journal 23, p. 291-301.

EMANUEL K., (2005), Genesis and maintenance of “Mediterranean hurricanes”, Advances in Geosciences 2, p. 217‑220.

FESER F., von STORCH H., (2008), A dynamical downscaling case study for typhoons in SE Asia using a regional climate model, Monthly Weather Review 136, p. 1806-1815.

HART R. E., (2003), A cyclone phase space derived from thermal wind and thermal asymmetry, Monthly Weather Review 131, p. 585-616.

PICORNELL M. A., CAMPINS J., JANSÀM A., (2014), Detection and thermal description of medicanes from numerical Simulation, Natural Hazards and Earth System Sciences 14, p. 1059‑1070.

ROMERO R., et EMANUEL K., (2013), Médicane risk in a changing climate, Journal of Geophysical Research, Atmospheres 118, p. 5992–6001.

ROUX F., janvier (2012), Tempêtes méditerranéennes, Smf Info (La lettre d’information de la Société météorologique de France) 28, p. 2.

TOUS M., ROMERO R., (2013), Meteorological environments associated with medicane development, International Journal of Climatology 33, p. 1-14.

Von STORCH H., FESER F., BARCIKOWSKA M. (2011), Downscaling tropical cyclones from global re-analysis and cenarios, Statistics of multi-decadal variability of tc activity in e asia, Coastal Engineering Proceedings 1(32), management-17, 1.-.8.

ZAHN M., von STORCH H., (2008), Tracking polar lows in CLM, Meteorologische Zeitschrift 17, p. 445-453.

ZAHN M., STORCH H., (2010), Decreased frequency of North Atlantic polar lows associated with future climate warming, Nature 467, p. 309-312.

ZAHN M., von STORCH H., BAKAN S., (2008), Climate mode simulation of North Atlantic Polar Lows in a limited area model, Tellus A60, p. 620-631.

Top of page

Annex

Sites Web (visités entre le 10 et le 25/08/2015)

http://www.uib.es/​depart/​dfs/​meteorologia/​METEOROLOGIA/​MEDICANES

http://meteo.uib.cat/​medicanes/​medicanes_list.html

http://www.insu.cnrs.fr/​environnement/​ocean-littoral/​tempete-tropicale-en-mediterranee

http://www.sat.dundee.ac.uk/​abin/​piccyhtml/​avhrr/​1995/​1/​16/​0906+9/​ch5.jpg

http://www.meteo.fr/​temps/​domtom/​antilles/​pack-public/​cyclone/​tout_cyclone/​glossaire.htm

http://archives.meteo60.fr/​archives-bracknell.php

http://weather.uwyo.edu/​upperair/​sounding.html

http://archives.meteo60.fr/​archives-sst.php

http://www.meteociel.com/​modeles/​archives

http://www.eumetsat.int/​website/​wcm/​idc/​idcplg?IdcService=GET_FILE&dDocName=IMG_IL_11_11_08_C_LRG&RevisionSelectionMethod=LatestReleased&Rendition=Web

http://www.eumetsat.int/​website/​home/​Images/​ImageLibrary/​DAT_IL_11_11_08_A.html

http://www.keraunos.org/​actualites/​faits-marquants/​2011/​medicane-tropical-like-mediterranfrappe-les-c %C3 %B4tes-fran %C3 %A7aises-entre-le-7-et-le-9-novembre-2011.html

http://www.keraunos.org/​recherche/​comprendre-les-orages-pedagogie-vulgarisation/​les-structures-orageuses/​medicane-tempete-subtropicale-tropical-like-cyclone-tms.html

http://pluiesextremes.meteo.fr/​index.php#result

http://www.lemonde.fr/​planete/​article/​2011/​11/​07/​intemperies-l-etat-de-catastrophe-naturelle-et-un-plan-fisac-declares_1600225_3244.html#

https://www.washingtonpost.com/​blogs/​capital-weather-gang/​post/​mediterranean-storm-brings-heavy-rain-and-flooding-to-italy-and-france/​2011/​11/​09/​gIQAim3N5M_blog.html

http://s2.lemde.fr/​image/​2011/​11/​09/​534x267/​1600870_3_48f9_la-promenade-des-anglais-a-nice-submergee-par.jpg

http://media.rtl.fr/​cache/​dAUr17USULdXKCY7VWRiMw/​795v530-0/​online/​image/​2011/​1108/​7733269524_vue-aerienne-de-roquebrune-sur-argens-sous-les-eaux-le-7-novembre-2011.jpg

http://static.ladepeche.fr/​content/​media/​image/​zoom/​2011/​11/​10/​photo-1320926346206-4-0.jpg

http://www.ladepeche.fr/​article/​2011/​11/​10/​1212842-crues-fin-de-l-alerte-orange-dans-le-var-l-heure-du-bilan-dans-le-sud.html

Top of page

Notes

1 2 liens en ligne : [cliquer ici], [cliquer ici].

2 Barocline : se dit d’un état de l’atmosphère ou d’un modèle de prévision numérique dans lequel les surfaces de pression constante (isobares) intersectent celles de densité constante, par opposition au terme de « barotrope ». Les modèles baroclines simulent une atmosphère barocline hypothétique, et prennent en compte la structure thermodynamique de celle-ci, fournissant une prévision à plusieurs niveaux.

3 Barotrope : se dit d’un état de l’atmosphère ou d’un modèle de prévision numérique dans lequel les surfaces de pression constante (isobares) sont parallèles à celles de densité constante, par opposition au terme de « barocline ». Les modèles barotropes simulent une atmosphère barotrope hypothétique, et ne tiennent pas compte des gradients horizontaux de température, ni des cisaillements verticaux du vent. Ils fournissent une prévision à un seul niveau (souvent 500 hPa).
Source : [cliquer ici].

4 [cliquer ici] (visité le 27-07-2015).

5 [cliquer ici].

6 Lien : [cliquer ici]#

7 Lien : [cliquer ici]

8 Lien : [cliquer ici]

9 Source précédente : [cliquer ici]

10 [cliquer ici]

Et : [cliquer ici]

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Système nuageux sur la Méditerranée centrale.
Caption Image satellitale AVHRR du 16 janvier 1995 à 09 h 06 mn, canal 5 (Infrarouge thermique : 11.5-12.5 µm)
Credits Source : [cliquer ici].
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8529/img-1.jpg
File image/jpeg, 120k
Title Fig. 2 – Fréquences mensuelles totales absolues des médicanes (1948-2011)
Caption Dans toute la Méditerranée (gauche) ; dans la Méditerranée occidentale (centre) et dans la mer Ionienne (droite)
Credits Source : CAVICCHIA et al., 2014.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8529/img-2.jpg
File image/jpeg, 96k
Title Fig. 3 – Localisation des médicanes détectés
Caption Position du point de départ sur la trajectoire du médicane considéré (gauche) : grille de 0,5 (de 0,5 à 5 unités) ; et fréquences (%) des trajectoires des médicanes par cellules de 2° x 2° (droite)
Credits Source : CAVICCHIA et al., 2014.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8529/img-3.jpg
File image/jpeg, 256k
Title Fig. 4 – Vue 3D et trajectoire
Caption Gauche : vue 3D simulée par le modèle Méso-NH du médicane (en violet) au-dessus de la mer Adriatique le 26 septembre 2006 à 12 h TU après avoir traversé le courant-jet (en grisé). Droite : trajectoire simulée par le Modèle de prévision Méso-NH du cyclone méditerranéen « ordinaire » (ligne mince) et puis du médicane (ligne épaisse) du 26/09/2006. Les valeurs indiquent le jour (jj) et l’heure (hh) : jj/hh
Credits Source : Chaboureau et al., 2012.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8529/img-4.jpg
File image/jpeg, 208k
Title Fig. 5 – Évolution du champ barométrique du 24 au 26/09/2006
Caption De gauche à droite : 24/09/2006 à 18 h 00 ; 25/09/2006 à 6 h 00 et à 18 h 00 ; 26/09/2006à 6 h 00, 12 h 00 et 18 h 00
Credits Source : [cliquer ici].
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8529/img-5.jpg
File image/jpeg, 240k
Title Fig.6 – Radiosondages de Brindisi (Italie)
Caption Le 26/09/2006 à 12 h 00 (gauche) et 24 h 00 (droite)
Credits Source des radiosondages bruts : [cliquer ici].
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8529/img-6.jpg
File image/jpeg, 492k
Title Fig. 7
Caption Gauche : températures des eaux de surface le 26/09/2006 à 09 h 00 TU.Droite : position du Jet-Stream à 00 h 00 TU.
Credits Source (gauche) : [cliquer ici]. – Source (droite) : [cliquer ici].
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8529/img-7.jpg
File image/jpeg, 220k
Title Fig. 8 – Champs barométriques de surface
Caption Du 05/11/2011 à 18 h 00, du 08/11/2011 à 12 h 00 et du 09/11/2011 à 12 h 00.
Credits Source : [cliquer ici].
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8529/img-8.jpg
File image/jpeg, 128k
Title Fig. 9 – Image Meteosat-8
Caption 08/11/2011, 10 h 00 Tu ; Canal 12. (HRV)
Credits Source : [cliquer ici].
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8529/img-9.jpg
File image/jpeg, 132k
Title Photographie 1 – Vagues géantes
Caption Nice, le 08/11/2011.
Credits Source : Valéry Hache/AFP, [https://www.washingtonpost.com/​blogs/​capital-weather-gang/​post/​mediterranean-storm-brings-heavy-rain-and-flooding-to-italy-and-france/​2011/​11/​09/​gIQAim3N5M_blog.html].
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8529/img-10.jpg
File image/jpeg, 168k
Title Fig. 10 – Radiosondage de Nîmes-Courbessac du 08/11/2011 à 12 h
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8529/img-11.jpg
File image/jpeg, 228k
Title Photographie 2 – Promenade des Anglais submergée par les eaux
Caption Nice, le 8 novembre 2011.
Credits Source : Valéry Hache/AFP, [cliquer ici].
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8529/img-12.jpg
File image/jpeg, 184k
Title Photographie 3 – Vue aérienne de Roquebrune-sur-Argens sous les eaux
Caption Le 7 novembre 2011
Credits Source : [cliquer ici].
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8529/img-13.jpg
File image/jpeg, 176k
Title Photographie 4 – Pelleteuse tombée à l’eau après les fortes pluies dans les Alpes-Maritimes
Caption Un des deux ouvriers sur l’engin a été emporté par les flots.
Credits Source (photo) : Valery Hache/AFP, [cliquer ici]. Source (article) : [cliquer ici]
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8529/img-14.jpg
File image/jpeg, 196k
Title Tableau 1 – Cumuls pluviométriques du 5 novembre 2011 à 6 h UTC au 7 novembre 2011 à 6 h UTC dans le sud de la France.
Credits Sources : [cliquer ici].
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8529/img-15.jpg
File image/jpeg, 44k
Top of page

References

Bibliographical reference

Taoufik El Melki, « Les « médicanes » : perturbations atmosphériques déterminant des déluges en Méditerranée », Méditerranée, 128 | 2017, 19-27.

Electronic reference

Taoufik El Melki, « Les « médicanes » : perturbations atmosphériques déterminant des déluges en Méditerranée », Méditerranée [Online], 128 | 2017, Online since 01 November 2018, connection on 23 September 2021. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8529 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mediterranee.8529

Top of page

About the author

Taoufik El Melki

UR Géomatique et Géosystèmes – FLAH – Université de la Manouba, tmelki2004@yahoo.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search