Skip to navigation – Site map
Articles

Le déclin de la biodiversité marine dans la baie de Monastir et ses conséquences sociales

Quels changements après la révolution ?
The decline of marine biodiversity in the bay of Munastir and its social effects
What changes after the revolution?
Racha Sallemi
p. 45-54

Abstracts

This article approaches the themes of the marine biodiversity of coastal region of the bay of Monastir. The use of eco-systematic approach allowed us to identify reasons of deteriorations, correlations between circles of different natures and interlocking between the Man and coastal region. This interlocking is of so important because it does not limit itself to manners and to their impacts, but transcends them towards questions of practices of the space and of land claims. The results of our analysis shows damaged areas within which fauna and marine flora knew many transformations from the disappearance of kinds to their replacement even of adaptation processes. Facing environmental risks, it appears that the Tunisian State tends more to react to social consequences of the deterioration of coastal region than to a “simple” disintegration of coastal region. This article highlights the authorities’s models of actions which remain not very receptive to logics of cooperation and of participation of the local populations.

Top of page

Full text

1Qualifiée autrefois de haut lieu de la pêche artisanale et ayant développé des techniques et des savoirs d’exploitation halieutiques propres, la baie de Monastir en Tunisie connait depuis ces vingt dernières années une dégradation alarmante de la biodiversité marine.

Fig. 1 – Contexte géographique de la baie de Monastir en Tunisie

Fig. 1 – Contexte géographique de la baie de Monastir en Tunisie

Crédit : R. Sallemi, 2015

2L’anthropisation importante du littoral et la croissance rapide des villes ont fait en sorte que les pouvoirs publics furent rapidement dépassés par les volumes de rejets à traiter et qui se retrouvent généralement dans la mer sans au préalable être traités. On se propose donc dans cet article de montrer la nature de la déstructuration du milieu marin par une analyse de la faune et flore marine et de voir les conséquences que constitue cette dégradation sur les populations littorales. À l’aune des profonds changements induits par la révolution en Tunisie, on se propose également de monter par là même les limites du système actuel de gestion du littoral face à la pénétration de plus en plus importante des logiques de résistance et d’aspirations locales vers la concertation.

1 - Les multiples facteurs de la déstructuration du littoral monastirien

3Dans l’optique de mettre en évidence l’état de dégradation du milieu, nous avons parcouru les études scientifiques qui ont été faites sous cet angle. Ces études ont concerné aussi bien la nature des fonds marins que la sédimentologie ou encore la géochimie. L’analyse des études sur l’état environnemental au niveau de la frange littorale nous a permis de dégager trois zones qui diffèrent selon la nature mais aussi leur degré de dégradation (figures 2 et 3).

Fig. 2 – Délimitation spatiale des faciès sédimentaires dans la frange littorale de la baie de Monastir

Fig. 2 – Délimitation spatiale des faciès sédimentaires dans la frange littorale de la baie de Monastir

(APAL, 2009)

Fig. 3 – Niveaux de déstructuration de la frange littorale de la baie de Monastir

Fig. 3 – Niveaux de déstructuration de la frange littorale de la baie de Monastir

Crédit : R. Sallemi, 2015, d’après APAL, 2009.

1.1 - Trois milieux inégalement dégradés

4La première zone correspond à une « bande littorale anoxique » (APAL, 2009) marquée par un faciès organique large de quelques centaines de mètres. Cette zone est caractérisée par une forte déstructuration environnementale. Au niveau de cette bande, le sédiment, sur une épaisseur pouvant aller jusqu’à 1m, est pollué par une charge organique importante, par les sulfures et surtout les sulfures d’hydrogène, par l’azote et le phosphore et par les hydrocarbures.

5Ce sédiment est insalubre, impropre à la vie et constitue de toute évidence un grave danger pour l’écosystème marin et pour l’homme. Cette caractéristique des sédiments est irréversible et ne peut s’assainir naturellement à cause de l’existence de trois facteurs qui agissent de manière complémentaire.

6Le premier facteur concerne la configuration même de la baie. En effet, la baie comporte des hauts fonds sableux qui représentent de véritables barrières physiques empêchant une bonne circulation et un bon renouvellement des eaux au niveau de la frange littorale. De plus, les différents bras de terre (Ras l’Enf du côté de Monastir et Ras Dimas – îles Kuriat du côté de Békalta) se présentent alors comme un large bassin restreint ressemblant dans sa dynamique aux lagunes semi-fermées voire même fermées où le renouvellement des eaux est difficile.

7Cette configuration naturelle défavorable a été accentuée par des aménagements qui ont été décidés, et réalisés sans une véritable étude d’impact sur l’environnement de la baie. Le plus important de ces aménagements est le drain de Khnis qui depuis sa construction continue à jouer un rôle très néfaste sur la baie non seulement par les sédiments fins qu’il apporte en permanence mais aussi par l’introduction de masses d’eaux douces polluées par des charges organiques riches notamment en Nitrates et Phosphates. C’est donc ce drain qui est en grande partie responsable de l’eutrophisation du milieu au niveau de la frange littorale et de la surabondance de la production organique au niveau de la baie. Selon l’APAL (2009), d’autres aménagements sont venus dégrader encore plus la situation et parmi ceux-là nous pouvons citer :

  • le port de Ksibét el Médyouni dont la digue forme un angle mort avec la côte, véritable réceptacle d’accumulation de tous les déchets organiques qui transitent dans la baie ;

  • les multiples points de rejet d’eaux pluviales, aménagés au niveau des agglomérations et dont l’apport en eaux douces, nutriments et charge organique est considérable ;

  • à tous ces aménagements s’ajoutent les rejets des cours d’eau naturels et l’activité artisanale liée au lavage de la laine qui eux aussi apportent leur contribution négative au système.

8Le deuxième facteur correspond aux points de rejets de l’Office national de l’assainissement (ONAS) qui sont situés dans des zones non adéquates car les eaux usées rejetées ne vont jamais au-delà de la largeur de la bande littorale anoxique. S’ajoutent en plus les rejets des cours d’eau naturels et l’activité artisanale liée au lavage de la laine qui eux aussi apportent leur « contribution négative » à ces mécanismes de pollution.

9Toutes ces situations ont engendré un troisième paramètre non négligeable et qui est relatif à la dynamique littorale, à l’hydrodynamisme et à la courantologie (APAL, 2009) en vigueur dans la bande littorale anoxique. En effet, au niveau de celle-ci, les courants de dérive, la houle et les vagues sont très atténués et la force développée ne permet pas de maintenir en suspension les particules fines apportées par le drain de Khnis et toutes les autres sources émettrices, pour les évacuer vers le large où la situation est plus saine et où les eaux sont moins polluées par les matières organiques. Ces particules fines se décantent donc et se déposent près de la côte et au niveau de la bande littorale anoxique, collectant les différents composés organiques en suspension. Le sédiment qui se dépose est alors un sédiment très pollué par les matières organiques et de surcroît très fin empêchant toute diffusion de l’oxygène à travers l’interface eau/sédiment et donc favorisant l’installation de l’anoxie au niveau du sédiment.

10La deuxième zone correspond à des hauts fonds sur lesquels se déposent des sédiments sableux propres, moyens à fins, bien classés et pauvres en matières organiques, sulfures et autres polluants organiques. C’est une zone dans laquelle la déstructuration est moins généralisée que la première mais qui n’en demeure pas moins importante. Les hauts fonds caractérisant cette zone sont anciens et se sont constitués par le dépôt de sables marins ramenés par les courants de dérive littorale. Ces hauts fonds sont alignés suivant une direction sensiblement NW-SE et sont séparés par des passes. Ces véritables barrières physiques sont pour beaucoup dans le développement des conditions anoxiques dans la bande littorale, car elles empêchent une bonne communication avec le large et limitent donc considérablement le renouvellement des eaux dans la bande littorale près de la côte. Ces hauts fonds constituent donc la composante principale du système dans son ensemble et un compartiment dont il faut tenir compte dans tout projet ou plan d’assainissement de la zone.

11La troisième zone est située plus au large au-delà des hauts fonds. Il s’agit d’un compartiment d’eaux vives, bien oxygénées et siège de dépôt de sédiment de sables coquilliers propres et concentrant une charge polluante organique très réduite. Cette zone n’est pas le siège de développement de conditions anoxiques et constitue le compartiment sain de tout l’écosystème marin dans cette région.

1.2 - Un littoral fragile face à une anthropisation non contrôlée

12La préoccupation de la pollution de la baie est omniprésente à la fois chez les communautés locales de pêcheurs et chez les populations des villes côtières. Les zones où la mer est la plus polluée se situent au niveau des villes de Khniss et de Ksibét El Médyouni (photographie 1).

Photographie 1 – Pollution de nature chimique de la mer au niveau de Ksibét El Médyouni

Photographie 1 – Pollution de nature chimique de la mer au niveau de Ksibét El Médyouni

Crédit : R. Sallemi le 25/09/2013.

13Cette pollution est due à l’activité de deux stations d’épuration de l’Office national de l’assainissement (ONAS) situées dans l’arrière‑pays à Lamta et Frina et qui déversent leurs rejets dans l’oued Khniss dont l’embouchure se situe sur la façade maritime de Ksibét El Médyouni. Les deux stations de l’ONAS furent implantées au début des années 1990 pour répondre à une demande urbaine de plus en plus croissante. Toutefois, depuis ces dix dernières années, elles fonctionnent largement au-delà de leur capacité théorique de traitement évaluée à 4 600 m³ d’eau par jour tandis que certains jours, plus de 16 000 m³ d’eau polluée transitent par ces deux stations (FTDES, 2013).

14Ces rejets sont composés d’eaux usées insuffisamment traitées et dont l’origine est à la fois industrielle et ménagère. La nature chimique de ces rejets est d’autant plus visible que dans certains cas, la surface de la mer se voit teintée de rouge. Cela a pour conséquence un phénomène d’eutrophisation qui se caractérise par une prolifération d’algues vertes sur la surface de l’eau. Ces algues consomment la majorité de l’oxygène de l’eau et considérant la faiblesse du courant marin près du littoral, une grande partie de la faune marine s’en retrouve menacée.

15Trois cas de pics de pollution (août 2011, septembre 2013 et septembre 2014) ont été signalés avec la présence le long du littoral de centaines de poissons morts rejetés par la mer.

Photographie 2 – Poissons et crabes morts après le pic de pollution de septembre 2013

Photographie 2 – Poissons et crabes morts après le pic de pollution de septembre 2013

Crédit : R. Sallemi le 25/09/2013.

16D’ailleurs, les pêcheurs locaux ne se risquent plus à pêcher dans ces eaux qui étaient, il y a 25 ans, réputées comme des zones de frayage. En ce qui concerne les formes de pression de lactivité de pêche sur lenvironnement et lécosystème marin, elles sont liées en premier lieu aux accostages et amarrages nombreux et non contrôlés des embarcations le long du littoral depuis le sud du port de Monastir jusquau nord du port de Téboulba qui contribuent à la destruction des herbiers ; en outre, les pseudo-appontements constituent des atteintes au littoral car ils cassent les courants et aident à la formation de zones mortes.

17L’autre forme de pression est liée aux rejets de l’activité de pêche issus du nettoyage et de la maintenance des engins de pêche qui forment des accumulations parfois assez importantes : il en est de même des déchets d’engins abimés qu’on retrouve immergés à diverses profondeurs.

Photographie 3 – Déchets résultant de l’activité de pêche

Photographie 3 – Déchets résultant de l’activité de pêche

Crédit : FTDES, 2013.

18Certains pêcheurs n’ayant pas les moyens de faire remonter leurs embarcations à sec, procèdent à la réparation et à la maintenance (vidange et nettoyage des réservoirs de gasoil) en pleine mer. Cela génère des nappes d’huile à la surface de l’eau rendant certaines zones impropres à l’activité de pêche.

2 - Une biodiversité marine qui tend vers l’homogénéité au niveau de la frange littorale

19Le phytobenthos est synonyme de flore aquatique, que ce soit en eau douce ou en eau salée. Le phytoplancton pélagique est exclu du phytobenthos. Les algues, les plantes aquatiques, les phanérogames marines appartiennent au phytobenthos.

  • 1 Les profondeurs sont en fathoms (= brasse=environ 1,8 m). En vert clair, les prairies de zostères (...)

20Ces dernières constituent alors l’appareil respiratoire de la frange littorale. Par rapport à la pratique de la pêche dans la baie, la disparition de la flore marine littorale constitue une menace sérieuse pour les ressources halieutiques dont dépend une importante proportion de pêcheurs monastiriens. Historiquement, les seules informations qui concernent la flore marine de la baie proviennent d’une carte de la Marine britannique1(figure 4).

Fig. 4 – Localisation des grands herbiers sur une carte marine anglaise (années circa 1940)

Fig. 4 – Localisation des grands herbiers sur une carte marine anglaise (années circa 1940)

Source : APAL (2009)

21Cette carte de la région marine de Monastir qui a été dressée, vraisemblablement, dans les années 1943 ou 1944, au moment des combats contre les forces de l’Axe en Afrique du Nord (aide à d’éventuels débarquements de troupes) nous donne de nombreuses indications sur les fonds marins à cette époque, notamment sur l’extension de la végétation benthique et la composition des sédiments.

2.1 - La disparition des algues benthiques

  • 2 La Smithsonian Institution est une institution de recherche scientifique, créée sous l’égide de l (...)

22Une liste des espèces présentes (tableau 1) au niveau de la baie de Monastir (sans indications géoréférencées) est fournie en 1981 par la Smithsonian Institution2. Elle concerne des prélèvements faits au milieu des années 1970.

Tab. 1 – Liste des algues marines présentes dans les années 1970

Tab. 1 – Liste des algues marines présentes dans les années 1970

On recense ainsi 31 espèces dont 10 algues brunes, 6 algues vertes, 15 algues rouges.

Source des données : APAL-2010.

23En 2001, soit quelques trente années plus tard, un inventaire est fait par l’Agence de protection et d’aménagement du littoral (APAL) sur la zone entre Téboulba, les îles Kuriat et Ras Dimes. Les espèces d’algues répertoriées sont au nombre de 14 soit la disparition de près de la moitié des espèces par rapport à la liste des algues répertoriées en 1970. En dehors de la phanérogame Posidonia oceanica, seules les espèces Caulerpa prolifera et Halimeda tuna sont données comme relativement abondantes tandis qu’Ulva rigida n’est citée qu’au niveau de la petite lagune de Ras Dimes.

24En 2007, ce sont 14 espèces d’algues et de 2 phanérogames qui sont recensées dans la baie. À ce propos, BEN SAÏD et al., (2007) fournit une liste des végétaux marins récoltés entre Monastir et Téboulba, entre les isobathes 0,3 m et 7,2 m entre les mois de mars et juin.

25Les algues les plus fréquentes (apparaissant dans les différentes stations) sont Chaetomorpha linum, les cladophores (espèces opportunistes et nitrophiles) et la rhodophycée Jania rubens (espèce de milieu à hydrodynamisme très atténué). En revanche, les plus abondantes sont en premier lieu Ulva rigida, suivie par Chaetomorpha linum, les cladophores (espèces opportunistes et nitrophiles), Flabellia petiolata (espèce sciaphile), Liagora et Lithophyllum incrustans.

26La zone incluant ainsi la radiale Ksibet El Médyouni et ses alentours est donc très nettement marquée par l’eutrophisation, ce qui témoigne d’un degré de pollution assez marqué des eaux marines (BEN SAID et al., 2007).

2.2 - La raréfaction progressive des herbiers de posidonies

27Les constatations faites quant aux impacts d’une anthropisation littorale ont conduit les scientifiques à étudier de près l’état des herbiers de la baie.

28Dans ce contexte, BEN MUSTAPHA et HATTOUR (1992) mettent en évidence sur les côtes du Sahel tunisien la présence de nombreux herbiers (figure 5).

Fig. 5 – Carte des herbiers sur le littoral du Sahel

Fig. 5 – Carte des herbiers sur le littoral du Sahel

Source : Ben Mustapha et Hattour, 1992.

29En ce qui concerne la baie de Monastir, ils relèvent :

  • près des îlots qui entourent la presqu’île d’Eghdemssi (au niveau de la ville de Monastir), la présence d’un herbier en bon état (types 2 = densité du recouvrement moyenne et 3 = forte densité du recouvrement). Mais ils notent qu’à 25 m l’herbier est très dégradé, très envasé et fortement colonisé par Caulerpa racemosa ;

  • près des îles Kuriat, un herbier en très bon état forme un récif-barrière ;

  • à Ras Dimas, un herbier qui reste en très bon état et forme, de même, un récif-barrière.

30Par ailleurs, SASSI et al., (1998) relèvent une extension de lherbier de Posidonia oceanica, dont les limites supérieure et inférieure se situeraient respectivement vers 3 m et 30 m de profondeur au niveau de la baie. On notera à cet égard que la date de cette recherche correspond à la mise en fonction de la station d’épuration située près de la ville de Lamta et que jusqu’à cette date, la zone de la baie de Monastir est considérée comme très riche en herbiers de posidonies au point d’influer sur les courants marins et d’engendrer une forte accumulation de matériel sédimentaire (SASSI et al., 1998).

31L’étude faite sur la zone de Ras Dimas par l’APAL en 2001 montre que les herbiers de Posidonia oceanica de la zone Est se présentent selon trois aspects :

  • des herbiers continus à partir de 7-10 mètres en direction du Nord-Est ;

  • des herbiers suspendus en présence de substrats rocheux ;

  • des herbiers en récif-barrière en direction de l’Est.

32La répartition spatiale de l’herbier au large est continue, avec rhizomes et mattes bien développés (APAL, 2001). À proximité de la côte, l’herbier est limité au niveau des cuvettes sableuses et au niveau des enrochements naturels ou artificiels et ruines submergées.

33EL ASMI-DJELLOULI et al., (2003) donnent une description de la végétation benthique depuis le littoral jusqu’au large comme suit :

  • entre la ligne de rivage et –1 m s’étend un herbier à Ruppia sp, puis à Cymodocea nodosa ce qui témoigne de conditions lagunaires ;

  • un important herbier à Posidonia oceanica se développe à partir de la ligne de – 1m. La densité des faisceaux qui est inférieure à 400 pousses au m² ainsi que le déchaussement des rhizomes y indique une rupture d’équilibre sédimentaire.

34L’observation de ce schéma nous semble importante car il montre que dans cette zone dite de « l’herbier ondoyant » (fort hydrodynamisme) les bandes d’un herbier vraisemblablement au préalable « tigré » ont subi de larges modifications. Ces modifications se rapportent à une « fragmentation transversale » et un « mitage » central lié à la mort des plants vivant au centre de ces bandes et transformant l’herbier « tigré » en herbier « léopardisé ». Ce phénomène est observable de la même manière que le montrent les photos satellitaires actuelles.

35L’étude des herbiers est reprise en 2006 et 2007 de façon plus détaillée par SGHAIER et al., (2011). Ils notent que l’herbier de Posidonia oceanica colonisant l’étage infra‑littoral de la baie de Monastir se présente, en fonction de la profondeur, sous trois types différents. Un herbier sous la forme d’un « récif-barrière » situé entre les profondeurs de 80 cm, 1 m jusqu’à 3 m. Il est caractéristique des fonds de baie abrités. Le deuxième type est l’herbier dit « ondoyant » qui tapisse les profondeurs comprises entre 3 et 9 m et se présente sous forme de bandes, parallèles à la côte, formées de Posidonia oceanica en alternance avec des bandes de sable nu ou colonisé par l’algue Caulerpa prolifera. Puis, à partir de 10 m et jusqu’à des profondeurs estimées entre 25 et 30 m, un herbier de plaine prend le relais (figure 6).

Fig. 6 – Cartographie de la flore benthique dans la baie de Monastir en 2013

Fig. 6 – Cartographie de la flore benthique dans la baie de Monastir en 2013

Sources : APAL, 2009 ; Ben Said et al., 2007 ; CAR/ASP, 2010 ; carte marine Maxsea Time zero – Relevés personnels au niveau des îles Kuriat (2013).

36SGHRAIER et al., (2006) affirme aussi que des différences relativement significatives sont trouvées au niveau des plants et de leurs feuilles dans les différentes profondeurs. Il démontre aussi une nette dégradation de l’état des plants en allant de la côte vers le large (densité très nettement plus faible au large).

37BEN SAÏD et al., (2007) analyse les différentes localisations de Posidonia oceanica conjointement à Cymodocea nodosa. Il donne les résultats selon les radiales suivantes :

  • Radiale Scala, présence d’un herbier en bon état de 0,5 à 1 km de la côte.

  • Radiale Ksibét El Médyouni, l’herbier (en mauvais état) n’apparaît qu’à 1 km de la côte

  • Radiale Sayada, l’herbier, en bon état, est présent de 0,25 à 1 km de la côte avec des feuilles de 27 cm. Ceci, en fait, est une longueur que l’on peut considérer comme relativement faible si la feuille est entière (on ne nous donne pas d’indications quant à un broutage éventuel). Une feuille de posidonie « adulte », en effet, mesure en moyenne 60 cm.

2.3 - Le macrobenthos : un indicateur de la pollution du littoral

38Le macrobenthos comprend les espèces les plus grandes et visibles (de plus de 1 mm de longueur). On y compte par exemple les vers polychètes, les coquillages bivalves, les échinodermes, les anémones de mer, les coraux, les éponges, les ascidies, les turbellariés et les plus grands des crustacés dont les crabes, langoustes, homards, araignées de mer, etc.

39En 2001, 27 espèces sont inventoriées par l’APAL et le constat qui a été fait est qu’aucune d’elle n’est très abondante. Seuls les mollusques Cerithium vulgatum, Phyllonotus trunculus, Donax trunculus et Loripes lacteus (qui est globalement le plus abondant) sont cités dans tous les milieux prospectés :

Pinna nobilis est présente à partir de 3 m de profondeur.

Pinctada radiata n’est pas citée, il semble en effet que sa « remontée » à partir du golfe de Gabès ce soit faite il y a relativement assez peu de temps.

• Le madréporaire Cladocora caespitosa est relativement abondant

40BEN SAÏD et al., (2007), récolte 43 espèces entre 0,3 et 7,2 m de profondeur dont le groupe le plus important est celui des mollusques avec 33 espèces.

41Les espèces les plus fréquentes et les plus abondantes seraient (déterminations à préciser dans de nombreux cas) Bittium reticulatum, Cerithium vulgatum Dentalium vulgare (scaphopode répertorié comme gastéropode).

42On notera, en revanche, la grande rareté de l’espèce dite « des herbiers de posidonies en bon état » Pinna nobilis (1 seul individu – on pourrait, donc, penser que cette espèce s’est raréfiée depuis 2001) et inversement, la relative fréquence de la pintadine de mer Rouge très tolérante aux conditions extrêmes Pinctada radiata.

43On notera également l’absence d’espèces trouvées en 2001 par l’APAL telles que :

  • le gastéropode nécrophage Phyllonotus trunculus ;

  • l’espèce caractéristique des milieux para lagunaires Loripes lacteus ;

  • le madréporaire Cladocora caespitosa dont on sait qu’il est très sensible à une montée des températures.

44Il apparaît ainsi que le principal apport des études réalisées sur le macrobenthos laisse croire que la dégradation de la situation environnementale de la frange littorale s’accélère de plus en plus. En outre, les effets de cette dégradation ne se limitent plus aux écosystèmes marins et touchent à présent, d’une manière direct et indirecte les populations littorales de la baie.

3 - La population face à la déstructuration du littoral : l’émergence d’une conscience environnementale locale ?

45L’importante croissance urbaine ainsi que l’important développement économique qu’a connu la région de Monastir ont suscité l’implantation de deux stations d’épuration de l’ONAS dont celle de Sayada-Lamta en 1993. Toutefois, au fil des années, ces stations ont commencé à être suspectées par la population riveraine et les pêcheurs qui les pointaient du doigt chaque fois que les mauvaises odeurs (eutrophisation) se dégageaient de la mer. Toutefois, hormis quelques scientifiques qui se sont penchés sur la question (EL KHOJA, 2009 ; SASSI et al., 1998), la majorité des populations littorales ne se doutaient pas de l’ampleur de la dégradation environnementale.

46Le premier incident écologique fût signalé en 2006 (photographie 4) et à la suite duquel de nombreux citoyens de Ksibét El Médyouni (dont de nombreux pêcheurs) sont sortis dans la ville de Ksibet Mediouni, soutenus en cela par les villes voisines.

Photographie 4 – Première manifestation contre la pollution de la baie en 2006

Photographie 4 – Première manifestation contre la pollution de la baie en 2006

Crédit : El Khoja (2014).

  • 3 Les pouvoirs régionaux ont rapidement adopté l’explication du phénomène d’eutrophisation d’origin (...)

47Ces derniers manifestaient contre l’indifférence de l’État face à la situation environnementale. En réponse à cela, L’État se justifiait à grand renfort d’expertises-alibi et faisait appel à des universitaires expliquant le désastre par des interprétations qui oscillaient entre « des causes naturelles3 » et « ce n’est pas un cas isolé dans le monde ! » (EL KHOJA, 2014).

48Pourtant, les conséquences du déversement massif des eaux polluées sont indéniables pour la première fois en 2006 avec une quantité importante de poissons morts et la formation d’une mare de boue d’une hauteur d’un mètre dans le port de Ksibet El Médiouni. Pendant plusieurs jours au cours des mois de mai et juin 2006, les mauvaises odeurs dégagées par l’hydrogène sulfuré provenant de la mer placent les habitants face à ce terrible phénomène qui provoque insuffisance respiratoire et violentes migraines.

  • 4 Le fait de manifester sans autorisation était passible de prison en Tunisie avant la révolution ( (...)

49Suite à la dégradation de l’environnement côtier et marin de la zone entre Ksibét El Médyouni et Monastir, des manifestations ont eu lieu à partir de 2006 bien que le fait de manifester4 était une action très lourde en termes de poids politique. Toutefois, le rejet de poissons morts par la mer et l’intensité des mauvaises odeurs qui persistaient pendant des semaines ont conduit les populations locales ainsi que les pêcheurs à manifester leur colère devant le siège du gouvernorat, n’accordant à leurs communes respectives aucun crédit et sachant pertinemment qu’une action devant l’autorité régionale avait plus de chance d’être prise en considération. Effectivement, quelques mois après, l’État s’est engagé à remédier au problème de pollution de la baie par la protection du trait de côte relatif à la frange littorale de la baie de Monastir. Cette tâche fut confiée à l’Agence de protection et d’aménagement du littoral qui lança une étude dont l’objectif fondamental est d’aboutir à travers une démarche scientifique, à l’évaluation environnementale globale de la baie, à identifier les causes de sa dégradation et à proposer un plan d’action pour dépolluer le site. Cette étude comporte les trois volets suivants :

  • Caractérisation environnementale : Il sagit de réaliser un diagnostic sur létat actuel de la baie en sappuyant sur les informations existantes et les investigations complémentaires, à une compréhension des mécanismes hydrodynamiques qui régissent la contamination de la zone, à une identification des sources de nuisances et à une quantification des apports de contaminants responsables de sa pollution ;

  • Action de réhabilitation urgente : Ces actions concernent essentiellement des travaux de génie environnemental de réhabilitation relatifs en particulier à lamélioration du fonctionnement hydrologique, la rectification des berges et la dépollution des exutoires des oueds et des canaux ;

  • Stratégie de développement : Il sagit didentifier les orientations et les stratégies à développer pour réhabiliter la frange côtière dans sa globalité et détablir un programme détaillé d’actions prioritaires à mettre en place afin d’initier le processus de développement local.

50Avec la révolution de 2011, les revendications locales sont venues secouer un pouvoir régional fragilisé et on voyait alors les autorités appeler enfin à la concertation sous forme de consultation publique. Ce n’est que le 8 septembre 2012 qu’a eu lieu la première réunion de concertation entre les autorités et la société civile. Lors de cette consultation publique, les autorités régionales ont présenté trois scénarios possibles d’assainissement qui constituaient le résultat d’une étude technique de l’APAL. Les conclusions et les propositions de cette étude furent rejetées par la société civile locale car elles n’offraient pas une alternative aux rejets des eaux usées et insuffisamment traitées dans la mer.

51En 2012, seulement les deux premières tâches relatives à la caractérisation environnementale et la définition des actions de réhabilitation urgentes ont été réalisées. Ainsi, malgré l’existence d’une finalité de développement économique local dans cette étude, l’aspect technique demeure dominant. Les recommandations d’ordres socio‑économiques nous ont semblé détachées des réalités du site. Il est à noter également que cette étude n’a pas encore évolué en un volet opérationnel. En effet, nos entretiens avec l’APAL ont révélé qu’outre les coûts élevés des aménagements à réaliser, l’étude souffre dès le départ de l’absence d’un montage financier qui définirait les modalités de financement des travaux.

52En outre, les modifications que préconise l’étude du trait de côte par le dragage et l’ensablement de certaines zones auront pour conséquence la fermeture des ports de Khniss et de Ksibét El Médyouni, élément qui a rencontré de l’hostilité à la fois de la population locale et officieusement de l’autorité régionale.

53Il est à signaler également que l’étude est toujours en cours et la grande difficulté que rencontre l’APAL concerne la limitation des rejets domestiques et industriels dans la baie ; cela supposera une action coordonnée avec l’Office national d’assainissement (ONAS) pour améliorer ses techniques de traitement mais aussi sa capacité à traiter des volumes d’eaux usées. Ces eaux usées étant de plus en plus importantes, les pouvoirs publics doivent faire face également à des acteurs locaux menés par la société civile qui sont hostiles à tout rejet dans les eaux de la baie et qui exigent une alternative que l’État est actuellement incapable de leur fournir.

54Deux années plus tard, le 24 juillet 2014, l’ONAS présente un projet de détournement des eaux usées, un projet qui ne prend en compte ni les concertations faites en 2012, ni les appels de la société civile à « ne déverser aucune goutte d’eaux usées dans la baie ». Bien au contraire, ce sont les eaux usées industrielles du nouveau pôle technologique et la zone industrielle de Monastir qui vont être amenées par un émissaire à 10 m de profondeur. Ce projet fut alors l’élément déclencheur d’une série de manifestations, parfois violentes contre l’ONAS (intrusion dans la station et séquestration des employés) et faisant également suite ainsi à des manifestations contre les autorités régionales (fermeture de la principale route de la côte et une grève générale en septembre 2013) car jugées comme partiales et de connivence avec l’administration centrale.

  • 5 Ci-après notre propre traduction des slogans écrits en arabe sur la photographie 5 : « nous nous (...)

55On remarque alors que les slogans et la rhétorique employés dans les manifestations sont très variés5 (photographie 5) et témoignent d’une multitude d’acteurs pour des objectifs tout aussi différents.

Photographie 5 – Manifestation de colère de la population locale contre l’ONAS

Photographie 5 – Manifestation de colère de la population locale contre l’ONAS

Crédit : El Khoja (2014).

56L’ONAS, qui demeure un service public d’une importance vitale pour les habitants, cristallise et concentre ainsi les frustrations d’une population privée pendant des années du droit de s’exprimer et de défendre son environnement : en somme c’est l’État et son système de gouvernance qui sont visés à travers ces protestations.

  • 6 FTDES section Monastir Ksibét El Médyouni, Festival national du tapis à Ksibét El Médyouni, Assoc (...)

57Face à l’État, on dénombre ainsi aujourd’hui 8 associations6 qui tentent de faire pression tant au niveau local que central pour remédier à la détérioration de la situation environnementale. Ces associations participent par ailleurs à des actions de sensibilisation des populations locales face aux dangers qu’ils encourent. Ces actions se font au moyen de diffusion de spots informatifs dans les cafés ou bien par l’organisation de réunions d’information.

Conclusion

58Les risques de l’irréversibilité de la déstructuration du littoral monastirien sont bien présents, à des degrés divers certes, mais qui dans l’état actuel des choses et sans les mesures appropriées pourraient contrevenir à une réversibilité de la situation environnementale. La violence de conflits sociaux fussent-ils avec les pêcheurs ou bien avec les populations littorales témoignent d’une désappropriation de l’espace marin qui était considéré comme un bien commun à la baie. L’État régulateur étant le principal mis en cause, les actions proposées par ce dernier sont discréditées d’avance par les acteurs locaux. En effet, face à cette situation, la gestion du littoral et de l’espace marin en Tunisie demeure, à l’instar du système politique actuellement, en période de transition entre deux logiques. Une logique « traditionaliste transversale » d’aménagement « par le haut » en proposant divers outils et documents, dont la conception et l’approbation se font à l’échelon central, moyennant des concertations techniques avec des administrateurs locaux. Or l’échec des projets d’aménagement a montré que ces derniers ne sont généralement acceptés ni à l’échelon local de l’autorité publique ni par la population. Partant de cet état de fait, les institutions chargées de l’aménagement du territoire et de la gestion des littoraux se retrouvent « forcées » de se réorienter vers l’adoption de concepts tels que la gestion intégrée des zones côtières (GIZC) pour développer des outils plus aptes à être acceptés par des acteurs locaux (syndicat, associations, communes…). Ces derniers jouissant de leur liberté d’expression nouvellement acquise après la révolution, exigent de plus en plus un certain droit de regard sur les actions liées à la gestion de leur territoire.

Top of page

Bibliography

APAL, (1999), Étude de gestion de la zone sensible littorale des îles Kuriat-Phase 1, Tunis, ministère de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire, 86 p.

APAL, (2001), Zone sensible littorale de Ras Dimes, Tunis, ministère de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire, 81 p.

APAL, (2009), Étude de la frange littorale de Monastir-Stratégie de réhabilitation-phase 1, Tunis, ministère de l’Environnement et du Développement durable, 432 p.

AUBERTIN C., (2002), De Rio à Johannesbourg, les avatars de la biodiversité, in J. Martin (dir), Développement Durable: Doctrines, Pratiques, Evaluations, Paris, IRD éditions, p. 95-124.

BEN MUSTAPHA K., HATTOUR A., (1992), Les herbiers de posidonies du littoral tunisien, Bulletin de l’INSTOP 2, p. 1‑42.

BEN SAID R., ROMDHANE M., EL ABED A., M’RABET R., (2007), La rhodophycée Gelidium Spinosum (S.G. Gmelin) P.C. Silva, des cotes de Monastir : lumière sur quelques aspects hydro-biologiques, Bulletin de l’INSTM de Salambo 34, p. 81-89.

CORMIER‑SALEM M.‑C., (2002), Le littoral, de ressource à projet de société. Évolution des approches en géographie humaine, Océanis 28, p. 39-56.

EL ASMI‑DJELLOULI Z., DJELLOULI A., ABDELJAOUED S., (2000), Présentation des herbiers de la baie de Monastir. in A-D. Marine, Proceedings of the first Mediterranean symposium on marine vegetation, Tunis, CAR/ASP Publications, p. 132-135.

EL KHOJA H., (2009), Structure et fluctuation spatiotemporelle de la macrofaune benthique dans la lagune de Monastir, Mémoire de Master, Tunis, INAT- Université de Carthage, 106 p.

EL KHOJA H., (2014), La baie de Monastir : concertation État-ONG, Monastir, Association tunisienne des études et recherches sur les cétacés - HOUTIYAT, 15 p.

FTDES, (2013), Le désastre écologique de la baie de Monastir, Tunis, Carthage Publicité, 8 p.

SALLEMI R., (2014), Stratégies spatiales et gestion de la biodiversité marine : le cas de l’Aire marine protégée et côtières des îles Kuriat en Tunisie, Thèse de Doctorat de géographie, Paris, MNHN/IRD, 406 p.

SASSI R., SOUISSI F., SOUSSI N., BACCAR F., ADDED A., CHAREF A., ABDELJAOUED S., (1998), Diagnostic environnemental du nord de la baie de Monastir (Tunisie orientale) par l’étude géochimique des sédiments superficiels, Bulletin des laboratoires des ponts et chaussées 218, p. 49-58.

SGHAIER Y., ZAKHAMA-SRAIEB R., CHARFI-CHEIKHROUHA F., (2011), Posidonia Oceanica Meadows along the eastern coast of Tunisia: Feature and health status, Bulletin de l’INSTM 38, p. 89‑99.

Top of page

Notes

1 Les profondeurs sont en fathoms (= brasse=environ 1,8 m). En vert clair, les prairies de zostères, en vert foncé, les herbiers de phanérogames

2 La Smithsonian Institution est une institution de recherche scientifique, créée sous l’égide de l’administration américaine en 1846. Elle a, au fil des années, développé ses vocations éditoriales, muséographiques, pédagogiques et éducatives. La Smithsonian Institution est associée aujourd’hui à un vaste complexe de dix-neuf musées et neuf centres de recherche principalement situés à Washington, gérée par son organisme fondateur, le gouvernement fédéral américain.

3 Les pouvoirs régionaux ont rapidement adopté l’explication du phénomène d’eutrophisation d’origine naturelle qui dégageait l’État de toute responsabilité.

4 Le fait de manifester sans autorisation était passible de prison en Tunisie avant la révolution (2011) et de se voir fiché par les services de police comme élément pouvant constituer un trouble à l’ordre public et de se voir interdit d’embauche à la fonction publique en étant classé comme élément subversif. Pour les pêcheurs locaux, les sanctions consistaient généralement à leur retarder la délivrance du renouvellement des licences de pêche.

5 Ci-après notre propre traduction des slogans écrits en arabe sur la photographie 5 : « nous nous en remettons à Dieu pour vous juger », « station du terrorisme environnemental », « station de la mort : on exige son démantèlement », « ONAS : suceur du sang des peuples », « la mer est devenue une malédiction »…

6 FTDES section Monastir Ksibét El Médyouni, Festival national du tapis à Ksibét El Médyouni, Association Notre Grand Bleu, Association Ibn Rochd pour la culture et les sciences, UGTT – section locale de Lamta-Bouhjar, Association de l’environnement de Khniss, JCI Tunisie‑Sayada et l’Association tunisienne des études et recherches sur les cétacés - HOUTIYAT.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Contexte géographique de la baie de Monastir en Tunisie
Credits Crédit : R. Sallemi, 2015
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8568/img-1.jpg
File image/, 164k
Title Fig. 2 – Délimitation spatiale des faciès sédimentaires dans la frange littorale de la baie de Monastir
Credits (APAL, 2009)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8568/img-2.jpg
File image/, 152k
Title Fig. 3 – Niveaux de déstructuration de la frange littorale de la baie de Monastir
Credits Crédit : R. Sallemi, 2015, d’après APAL, 2009.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8568/img-3.jpg
File image/, 92k
Title Photographie 1 – Pollution de nature chimique de la mer au niveau de Ksibét El Médyouni
Credits Crédit : R. Sallemi le 25/09/2013.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8568/img-4.jpg
File image/, 200k
Title Photographie 2 – Poissons et crabes morts après le pic de pollution de septembre 2013
Credits Crédit : R. Sallemi le 25/09/2013.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8568/img-5.jpg
File image/, 88k
Title Photographie 3 – Déchets résultant de l’activité de pêche
Credits Crédit : FTDES, 2013.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8568/img-6.jpg
File image/, 184k
Title Fig. 4 – Localisation des grands herbiers sur une carte marine anglaise (années circa 1940)
Credits Source : APAL (2009)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8568/img-7.jpg
File image/, 328k
Title Tab. 1 – Liste des algues marines présentes dans les années 1970
Caption On recense ainsi 31 espèces dont 10 algues brunes, 6 algues vertes, 15 algues rouges.
Credits Source des données : APAL-2010.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8568/img-8.jpg
File image/, 132k
Title Fig. 5 – Carte des herbiers sur le littoral du Sahel
Credits Source : Ben Mustapha et Hattour, 1992.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8568/img-9.png
File image/, 24k
Title Fig. 6 – Cartographie de la flore benthique dans la baie de Monastir en 2013
Credits Sources : APAL, 2009 ; Ben Said et al., 2007 ; CAR/ASP, 2010 ; carte marine Maxsea Time zero – Relevés personnels au niveau des îles Kuriat (2013).
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8568/img-10.jpg
File image/, 232k
Title Photographie 4 – Première manifestation contre la pollution de la baie en 2006
Credits Crédit : El Khoja (2014).
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8568/img-11.jpg
File image/, 140k
Title Photographie 5 – Manifestation de colère de la population locale contre l’ONAS
Credits Crédit : El Khoja (2014).
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8568/img-12.jpg
File image/, 159k
Top of page

References

Bibliographical reference

Racha Sallemi, « Le déclin de la biodiversité marine dans la baie de Monastir et ses conséquences sociales », Méditerranée, 128 | 2017, 45-54.

Electronic reference

Racha Sallemi, « Le déclin de la biodiversité marine dans la baie de Monastir et ses conséquences sociales », Méditerranée [Online], 128 | 2017, Online since 01 November 2018, connection on 17 August 2019. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8568 ; DOI : 10.4000/mediterranee.8568

Top of page

About the author

Racha Sallemi

UMR 208 PALOC (IRD/MNHN-Paris), UR BiCADE (FLAH Manouba - Tunisie), racha.sallemi@ird.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals