Skip to navigation – Site map

HomeIssues128ArticlesÉlaboration collective et recomma...

Articles

Élaboration collective et recommandations des parties prenantes face à un scénario de tempête en 2030 sur le lido de Sète

Group elaboration and recommendations from stakeholders facing a 2030 storm scenario on the Sete waterfront, France
Marc Poumadère and Raquel Bertoldo
p. 55-62

Abstracts

While the Mediterranean coast is exposed to natural phenomena of erosion or submersion, climate change threatens to accentuate and to increase coastal vulnerability. This situation holds the challenge to make the appropriate choices in order to manage environmental risks within a time perspective. Through a multidisciplinary approach, we present a process involving local stakeholders within the frame of a 2030 storm scenario on the Sète lido, France. Scenario methodology is used to create a situation in front of which stakeholders response will lead to concrete action proposals based upon the reasoning used during group deliberation. Results show that the 2030 storm scenario was considered as plausible and it allowed stakeholders to exploit both physical and socioeconomic data to formulate convergent recommendations after considering a major strategic retreat option and another on the fly.

Top of page

Full text

Cette étude a bénéficié d’un financement partiel de l’Agence nationale de la recherche (ANR). Le développement du scénario physique et l’observation des activités du groupe de parties prenantes ont été réalisés par les chercheurs du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM). L’engagement soutenu des parties prenantes a grandement contribué à l’accomplissement de cette étude.

1Le littoral méditerranéen est exposé à des phénomènes naturels d’érosion ou de submersion et le changement climatique risque d’aggraver ces phénomènes ainsi que la vulnérabilité de la côte. Comme rappelé par le GIEC (2001), la vulnérabilité repose sur une « combinaison de la sensibilité aux variations climatiques, la probabilité d’un changement climatique adverse et la capacité d’adaptation du système ». En termes de politiques publiques, cette situation présente le défi de réaliser les choix appropriés pour gérer les risques environnementaux dans la durée (CLIMATE‑ADAPT, 2014). Au niveau local, la vulnérabilité du littoral confronte singulièrement la communauté à l’alternative entre se protéger ou laisser-faire la nature. La décision de s’engager dans un sens ou dans l’autre va s’appuyer sur les évaluations scientifiques, lesquelles contribuent également à la façon dont les parties prenantes (PP) se représentent les risques de submersion marine (POUMADÈRE et al., 2015). Ces représentations s’articulent avec les différents rôles, expériences et activités des PP dans leur vie quotidienne.

2Dès lors, il apparaît problématique d’apprécier clairement le poids accordé à chacun des nombreux facteurs qui entrent en jeu dans la résolution ultime de protéger, ou pas, la côte. Outre les évaluations scientifiques et leur appropriation concrète, interviennent en effet les contraintes techniques, les capacités de financement, l’importance perçue des enjeux, la politique immobilière et touristique, la préservation du patrimoine, etc. À ces facteurs se superpose le rôle déterminant des anticipations :

C’est une simplification grossière de traiter (…) les écosystèmes, dans lesquels l’homme est à la fois observateur et acteur, comme s’il s’agissait de systèmes dynamiques physiques (…). L’avenir dépend causalement de la façon dont il est anticipé.
(Dupuy, 2004)

3Si l’aggravation prévisible de la vulnérabilité par le changement climatique met les acteurs au défi de réaliser les choix appropriés, se pose aussi la question d’une méthodologie de recherche susceptible d’appréhender pleinement cette problématique. Dans cette optique et en recourant à une approche multidisciplinaire, un dispositif visant la mise en relation de plusieurs niveaux de savoirs a été développé. Associé à un scénario de tempête en 2030 sur le lido de Sète, un processus d’élaboration collective dans le cadre d’un atelier structuré permet de créer une situation face à laquelle les PP formuleront des propositions d’actions.

1 - Le dialogue des savoirs scientifiques et sociaux

4Au sein du débat actuel sur l’adaptation aux conséquences incertaines du changement climatique et des menaces qu’il peut représenter, des actions à court terme doivent être engagées par les responsables des politiques publiques. À cet effet, pour réaliser les choix pertinents d’un point de vue scientifique, politique et social, ils s’appuient non seulement sur les évaluations scientifiques mais également sur les valeurs sociales et les idées culturellement partagées se rapportant à l’environnement et aux risques (DELICADO et al., 2012).

5Depuis l’étude novatrice de WHITE (1945) conduite dans des zones inondables aux États‑Unis où les habitants maintenaient néanmoins leur résidence, la question s’est en effet posée des relations entre une population et son environnement potentiellement dangereux. Les nombreuses études en perception des risques (SLOVIC, 2000) fourniront des éléments de réponse, et la recherche précisera également les conditions et les modalités selon lesquelles un risque peut faire l’objet d’une amplification sociale ou, au contraire, d’une atténuation tendant à en sous-estimer la gravité (PIDGEON et al., 2003). Face à la complexité et à l’incertitude qui caractérisent certaines situations, l’engagement des parties prenantes dans le processus de gestion est mis en avant par la gouvernance des risques (RENN, 2008).

6Loin d’être une question subsidiaire, l’implication des PP est recherchée pour mieux comprendre et intégrer les variables socio-économiques dès l’amont de la prise de décision. Les points de vue des PP reposent généralement sur un ensemble d’informations, en partie détenues de façon informelle, qui circulent entre différents groupes sociaux et institutions pour former des représentations sociales, lesquelles contribuent à orienter et organiser les conduites et les communications (MOSCOVICI, 2008). Contrairement au modèle théorique du déficit qui tend à « juxtaposer l’objectivité des scientifiques à l’irrationalité du public dans plusieurs théories de la réponse humaine au risque » (JOFFE, 2003), l’approche par les représentations sociales considère la construction de sens non pas comme une distorsion de données objectives, mais plutôt comme un savoir particulier. Dans un contexte spécifique où se trouvent impliquées des parties prenantes, un degré de complexité supplémentaire apparaît : les PP disposent de savoirs experts provenant de leur activité professionnelle comme de leur engagement sur le terrain. Apparaît donc la gageure d’instaurer un dialogue entre les différents types de savoirs convoqués par la vulnérabilité du littoral et sa gestion. Par ailleurs, les délicates décisions de gestion du littoral n’étant pratiquement jamais prises individuellement, il s’agit également d’inclure les interactions de groupe dans le processus de décision afin d’éviter un biais de généralisation : ce qui est vrai pour l’individu ne l’est pas forcément pour le groupe (BALES, 2002). En effet, il n’est guère possible d’occulter l’intersubjectivité inhérente aux échanges humains, ni les modalités de la formation de consensus ou le rôle joué par les influences dans la prise de décision, laquelle ne saurait se réduire à l’agrégation de plusieurs opinions individuelles (DOUGLAS, 1994).

7Dans cette perspective, la méthodologie du scénario d’événement extrême et de l’atelier structuré de parties prenantes vise le double objectif d’associer plusieurs niveaux de savoirs à la réflexion, tout en intégrant la dimension groupale de la prise de décision.

2 - Le scénario de tempête en 2030 sur le lido de Sète

2.1 - Méthodologie du scénario

8Cette approche a précédemment été utilisée pour étudier le cas du delta du Rhône confronté à une élévation du niveau de la mer de 5-6 mètres en 2100 (TOL et al., 2006 ; POUMADÈRE et al., 2008). En s’appuyant sur la contribution des parties prenantes locales, ce projet a permis d’analyser qualitativement un scénario extrême et de « comprendre la réponse de la société confrontée à un changement majeur » (TOL et al., 2006).

9L’étude que nous présentons recourt également à la méthodologie du scénario en l’appliquant au contexte du lido de Sète avec l’occurrence en 2030 d’une tempête d’ampleur inhabituelle, mais dont les caractéristiques peuvent être considérées comme plausibles (IDIER et al., 2013). En contraste avec l’étude réalisée par TOL et al. (2006), le scénario utilisé ici ne constitue donc pas un « pire cas imaginable » : le scénario du lido de Sète est construit en rassemblant des niveaux de vent, de vagues et de marée certes maximum mais déjà rencontrés séparément ; de plus, la perspective temporelle, 2030 au lieu de 2100, permet aux PP de considérer les enjeux dans leur contexte et de les aborder sous un angle relativement proche de leur vie quotidienne.

10L’événement futur, une tempête en 2030, est décrit à la fois en termes physiques et socio-économiques. Lors de l’atelier d’élaboration collective, toutes les données de ce scénario seront utilisées par les PP qui auront pour mission de conseiller les futurs décideurs publics quant au type d’actions à engager en réponse à l’impact de la tempête de 2030. Des données scientifiques spécifiques sont mises en avant, se rapportant par exemple à des scénarios hydrodynamiques réels et dont la discussion par les PP permet de questionner la précision des modèles hydrodynamiques quand ceux-ci sont intégrés à des objectifs de protection du site, ou de laisser-faire la nature (IDIER et al., 2013). Cette approche donne également aux PP l’opportunité et les moyens de réfléchir plus concrètement aux enjeux futurs qui devront être gérés dans leur contexte, et d’envisager collectivement les conséquences associées à l’une ou l’autre des décisions envisagées. Paradoxalement, la prévention d’un événement redouté demande en effet que l’on soit convaincu qu’il va se réaliser (DUPUY, 2004). Les descriptions de la tempête de 2030 et de son impact physique et socio-économique doivent donc être précises et paraître aussi réalistes que possible.

2.2 - Le contexte de l’étude : la plage du lido de Sète

11Le contexte de l’étude a fait l’objet d’une caractérisation complète (VINCHON et al., 2008) dont seuls quelques éléments sont mentionnés ici. Le lido de Sète à Marseillan est constitué d’une bande sableuse, longue d’environ douze kilomètres sur moins de deux kilomètres de large, séparant la mer Méditerranée de l’étang de Thau. Le lido accueille deux infrastructures de déplacements majeurs, une voie ferrée avec la ligne qui relie Montpellier et Narbonne, ainsi qu’une route littorale. Les villes de Sète et Marseillan font partie avec six autres communes de la Communauté d’agglomération du bassin de Thau (CABT), rassemblant une population totale d’environ 85 000 personnes. Parmi les activités économiques, on remarque la conchyliculture, la viticulture, la pêche, ainsi que le tourisme.

12Reconnu comme étant vulnérable, des travaux de réhabilitation et de protection du lido sont nécessaires pour éviter sa disparition prévisible. Le réaménagement du lido de Sète à Marseillan illustre une des orientations explicitement retenues dans le cadre de la stratégie de l’État français pour la gestion du trait de côte (DEBOUDT, 2010). Engagés pendant la période 2008-2012, ces travaux constituent une des plus grandes opérations de sauvegarde en Méditerranée pour un coût total de quelque 55 millions d’euros. Un montage financier a permis de répartir ce coût entre l’État (30 %), l’Europe (20 %), la CABT (20 %), la Région (15 %) et le Département (15 %). Divers aménagements sont réalisés fig. 1), ainsi que des apports de sable, et un dispositif de géotubes atténuateurs de houle est expérimenté.

Fig. 1 – Aménagement du Lido de Sète à Marseillan

Fig. 1 – Aménagement du Lido de Sète à Marseillan

Source : DREAL Languedoc-Roussillon, 2012.

13Cependant qu’une évaluation technique du dispositif de géotubes souligne l’efficacité de ces défenses douces (BALOUIN et al., 2015), se pose la question de la mise en perspective de l’ensemble des aménagements, notamment dans la durée et par rapport aux changements environnementaux prévisibles qui renouvelleront à terme la problématique de l’adaptation. Créer les conditions pour rendre possible cette mise en questionnement est l’un des objectifs visés par le scénario de tempête en 2030 qui sera proposé aux PP.

2.3 - Les caractéristiques d’une tempête en 2030 sur le lido de Sète

  • 1 Le nivellement général de la France (NGF) est constitué d’un réseau de repères altimétriques diss (...)
  • 2 La hauteur significative (Hs) est une quantité statistique utilisée pour caractériser l’état de l (...)

14Le scénario de tempête repose sur deux parties complémentaires, physique et socio-économique. Le scénario physique développé par des chercheurs en géosciences comprend notamment les aspects concernant la dynamique de la plage (évolution topo-bathymétrique, forçage hydrodynamique), sur une échelle décennale mais aussi à court-terme (quelques jours). Les caractéristiques physiques de la tempête du 15 avril 2030 sont précisément décrites à l’aide de graphiques : rafales de vent (jusqu’à 160 km/h), niveaux d’eau (+1,44 m NGF1 dans port de Sète), hauteur des vagues au large (HSmax – 7.5 m ; Hs2 > 4 m pendant près de 60 heures). Pour la construction du scénario socio-économique, seize entretiens individuels approfondis ont été conduits avec des PP locales, représentant les services publics, les élus, les associatifs, les entreprises (voir la liste ci-dessous en 3.1). Dans le cadre d’un entretien semi-directif, il leur était demandé de se prononcer notamment sur les points suivants : l’évolution démographique et économique du contexte à l’horizon 2030 ; les travaux d’aménagement à prévoir ; les zones et les enjeux qui seraient le plus impactés par une tempête d’une ampleur inhabituelle ; et les réponses qu’ils anticiperaient de la part des responsables locaux et de la population.

15Les divers éléments physiques et socio-économiques d’une tempête en 2030 sont ensuite rassemblés pour former les données du scénario qui sera présenté aux PP réunies en atelier d’élaboration collective pendant une demi-journée. Les deux articles rédigés avec l’aide d’un journaliste professionnel et rassemblant les divers niveaux d’impact de la tempête sont également remis aux PP. Le premier, « Un tsunami sur le lido », publié par l’Écho du Midi en date du 16 avril 2030 décrit la tempête et les dégâts quelle a causés (fig2).

Fig. 2 – Article fictif de LÉcho du Midi en date du 16 avril 2030

Fig. 2 – Article fictif de L’Écho du Midi en date du 16 avril 2030

16Quant au second, « Cristallisation », publié par l’hebdo en date du 20 avril 2030, il prend du recul et complète le tableau en replaçant la tempête dans l’historique des travaux préalablement entrepris sur le site (fig. 3).

Fig. 3 – Article fictif de LHebdo en date du 20 avril 2030

Fig. 3 – Article fictif de L’Hebdo en date du 20 avril 2030

17Ensemble, ces deux articles procurent un panorama à la fois large et précis des impacts de la tempête, dans un style journalistique cherchant à dépeindre de façon réaliste la couverture médiatique de ce type d’événement (témoignages, anecdotes, questionnement, recherche de responsabilités, controverses...).

3 - Déroulement et résultats de l’atelier d’élaboration collective

3.1 - Le groupe de parties prenantes

18Il a été possible de rassembler pour cette étude un important groupe de PP, malgré les difficultés généralement inhérentes à cette tâche. Outre les empêchements rencontrés pour réunir en un même lieu et le même jour un groupe de PP qui sont par définition fortement mobilisées par leurs activités locales, la notion même de participation à un processus de délibération peut susciter diverses réactions se traduisant par l’indifférence ou le rejet (TIRONI, 2014). Ces obstacles constituent une des limites propres aux nombreux dispositifs de concertation tant recherchés et qui supposent l’implication active des porteurs d’enjeux (MEDDE, 2014). La participation effective des PP dans cet atelier d’élaboration collective peut s’expliquer, d’une part, par leur engagement individuel dès la phase initiale de la construction du scénario socio‑économique (donnant lieu à un premier contact et à une présentation du dispositif d’ensemble) et, d’autre part, par la mobilisation de ressources interdisciplinaires leur donnant accès à une approche globale de la problématique.

  • 3 L’Institut national de la recherche agronomique (INRA) gère le domaine de Vassal à Marseillan, co (...)
  • 4 L’usine de Listel assure la vinification, le conditionnement et l’expédition des vins de son vign (...)

19Le groupe de PP ayant effectivement participé à l’étude recouvre en grande partie les enjeux présents dans le contexte, puisque constitué des représentants des organisations suivantes : Association des écologistes de l’Euzière ; Communauté de communes Thau Agglomération ; Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins ; Conseil général de l’Hérault ; Conseil régional ; Conservatoire du littoral ; Direction régionale de l’environnement (DIREN) ; Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement – Languedoc Roussillon (DREAL) ; Direction régionale du tourisme ; Entente Interdépartementale pour la Démoustication du littoral méditerranéen ; Institut national de la recherche agronomique3 ; Réseau ferré de France ; Réserve naturelle du Bagnas ; Usine Listel4.

20Sans pouvoir être exhaustive, cette liste montre que se trouvent rassemblées différentes parties prenantes porteuses des principaux enjeux présents dans le contexte de l’étude.

3.2 - Le déroulement de l’atelier d’élaboration collective

21Après un rappel du contexte physique et hydrodynamique du lido de Sète (avec des éléments tels que la submersion, la fréquence des tempêtes, l’érosion, les niveaux de seuils, la variabilité saisonnière), les chercheurs en géosciences présentent les derniers résultats concernant le comportement physique de la plage du lido de Sète issus d’études de terrain et de modélisations. Sont mis en en avant les résultats les plus exploitables par les PP, avec notamment : le seuil de dépassement, l’oscillation saisonnière de l’érosion et de la reconstruction de la plage, le seuil d’érosion corrélé aux climats de vague au large, la tendance d’élévation du niveau de la mer. Cette présentation a suscité des réactions et des demandes de précisions révélant le niveau de connaissances des PP, certaines paraissant rodées aux travaux scientifiques. Les chercheurs présentent ensuite très précisément les caractéristiques physiques de la tempête. La présentation inclut des figures et des images évoquant la tempête et ses impacts, et les deux articles de journaux couvrant la dimension socio-économique de cette catastrophe en 2030 sont alors remis aux PP.

22Un chercheur en sciences sociales anime les discussions de groupe pour assurer une expression égale des divers points de vue, accompagner l’élaboration collective et garantir que le résultat des délibérations serait correctement pris en compte. Ce type d’animation doit être attentif à l’expression des contenus exprimés en lien avec les interactions entre participants, car la dimension groupale introduit une dynamique particulière : un point de vue exprimé peut susciter l’assentiment des uns et l’opposition des autres, comme il peut évoquer par association ou par analogie une idée nouvelle chez un autre participant ; des sous-groupes peuvent se former temporairement autour de certains enjeux, puis se défaire quand une nouvelle argumentation attire l’attention, etc. À la fois distincte du focus-group et de l’exercice de crise, on remarquera que l’élaboration collective diffère des approches souvent utilisées quand des PP sont impliquées. Le plus souvent, les PP sont interviewées individuellement pour connaître leur perception des risques ou leurs représentations sociales, mais cette approche ne permet pas d’aborder la dimension intersubjective et collective des raisonnements. Dans d’autres cas, les PP se trouvent engagées dans des débats ex nihilo, lesquels risquent soit de déboucher sur des généralités, soit d’exacerber les conflits d’intérêts latents. En contraste, il est ici demandé aux PP d’élaborer ensemble des recommandations en utilisant, dans un cadre structuré et en plus de leur implication dans le contexte, les données physiques d’un scénario scientifiquement plausible. Faisant également partie du dispositif, un chercheur se met en position d’observateur non-participant pour préparer un compte rendu complet des activités du groupe.

23Les chercheurs en géosciences qui avaient préparé le scénario physique et qui l’ont présenté aux PP étaient présents dans la salle de réunion, sans pouvoir participer directement aux discussions. Pendant l’élaboration groupale des données, des précisions relatives à certains points du scénario sont apparues nécessaires. Les PP ont alors utilisé la possibilité d’adresser trois questions écrites aux chercheurs qui formuleront leurs réponses par écrit également, pour éviter que les PP ne se détournent de leur tâche principale en s’engageant dans de longs échanges avec les chercheurs qui demeuraient extérieurs à la tâche d’élaboration collective.

3.3 - Les résultats de l’élaboration collective

24Dès le début des discussions portant sur la tempête de 2030, la question de la protection des populations, de l’habitat et des commerces dans le quartier impacté constitue une priorité évidente pour la plupart des PP. En contraste, d’autres enjeux paraîtront moins débattus, comme l’usine de Listel, la route littorale, le camping du Castellas ou le vignoble. Issues de cette première phase de débat, deux options « stratégiques » se dégagent :

3.3.1 - Option de recul stratégique significatif

25Cette option est activement soutenue par plusieurs participants qui, relevant les dégâts importants causés par la tempête, s’appuient sur un argument central : « Aucun enjeu n’est pas déplaçable ». Il s’agit donc, suite à la tempête de 2030, de repenser l’utilisation du lido. Face à la pression exercée par les changements environnementaux sur cette zone vulnérable, l’abandon des enjeux actuels (route, voie ferrée, bâti) pour une revalorisation touristique et naturelle du Lido s’avère être la solution la plus raisonnable. Dans un premier temps, cette option paraît retenir l’assentiment du groupe de PP, globalement saisi par la gravité de la tempête. Toutefois, à mesure que les conséquences de l’abandon de chaque enjeu revêtent un contour plus précis et concret, cette option suscite des réticences chez plusieurs PP : tout en reconnaissant les vertus de la revalorisation du site, ils soulignent les problèmes économiques, politiques et patrimoniaux liés à l’abandon des enjeux actuels.

3.3.2 - Option au fil de l’eau

26Cette option, progressivement mise en avant par d’autres PP, se base essentiellement sur la réussite de la gestion du lido entre 2000 et 2030. Ils considèrent que l’analyse coûts-bénéfices (ACB) alors réalisée dans le cadre du projet d’aménagement durable du littoral du lido de Sète (ERNST & YOUNG, 2008), a permis d’amortir sur trente ans les investissements. Les valeurs d’usages (activités marchandes : par exemple, le nautisme, la pêche, la viticulture) ont été évaluées, ainsi que les valeurs de non-usages (par exemple, l’environnement, les espaces naturels, le patrimoine), ces deux types de valeurs devant être traités identiquement (DREAL-LR, 2012). Concrètement, cette option défendue par plusieurs participants consiste à remettre en sécurité les enjeux actuels pour les trente prochaines années (2030-2060) en suivant les mêmes méthodes quen 2000. Les avantages économiques dont bénéficie la région lorsquelle entreprend des travaux de protection de son littoral ont constitué un argument de poids en faveur de cette option qui va gagner en ascendance dans le groupe de PP.

  • 5 Lors de la préparation du scénario, une discussion entre chercheurs a porté sur l’inclusion de vi (...)

27Vint un moment où les arguments parurent s’équilibrer et il était difficile de dire dans quel sens la balance penchait. Aussi le groupe s’est demandé s’il ne pourrait pas en rester là, en constatant sagement : « Dans une telle situation, ces deux options paraissent justifiées. » Mais la tâche du groupe étant de formuler des recommandations, il a dû trancher entre les deux visions en présence car elles indiquaient des voies d’actions fort différentes voire opposées. À cette fin, le groupe a délaissé la confrontation directe entre les deux options en évitant une bipolarisation du type « pour ou contre » et a préféré passer systématiquement en revue les différents critères sous-jacents aux arguments discutés préalablement : les critères scientifiques (tendance de la montée des eaux, occurrence de ce type de tempête), les critères économiques (coût des investissements, ACB, dynamique économique du territoire), les critères politiques (réglementation, courage politique, conviction et intérêt des élus), ainsi que les critères patrimoniaux (mémoire, legs du passé, attachement). Cette approche normative a également permis au groupe de se départir de l’inévitable charge affective associée aux destructions décrites dans le scénario
de tempête5. Pendant cette étape, les PP ont utilisé la possibilité d’adresser trois questions écrites aux chercheurs en géosciences. Ils ont ainsi obtenu des informations complémentaires s’appliquant à la période précédant la tempête en 2030, notamment : la tendance de la montée des eaux, la fréquence de ce type de tempête et l’évolution de la réglementation. Suite aux délibérations qui ont accompagné cette étape, et compte tenu de l’ensemble des arguments examinés dans le cadre des critères sus-cités, l’option « au fil de l’eau » s’est finalement démarquée pour emporter un quasi-consensus.

3.4 - Le débriefing après l’élaboration groupale

28À l’issue de l’élaboration groupale, un débriefing a permis des échanges informels entre les PP et l’ensemble des chercheurs sur l’expérience de l’atelier. Cette étape est nécessaire compte tenu des contraintes imposées aux PP dans le cadre de l’atelier. Une tâche précise et complexe était impartie au groupe de PP et les données du scénario de tempête en 2030 les confrontaient à un événement extrême mettant à mal un lieu auquel ils sont attachés pour des raisons tant professionnelles que personnelles. Le travail d’élaboration a pu être éprouvant pour leur sensibilité quand les PP ont dû considérer l’abandon d’enjeux actuels, la proximité avec des enjeux familiers faisant que l’on préfère le plus souvent éviter de penser à leur disparition. Pendant les interactions de groupe, la frontière séparant les désaccords sur le fond et les oppositions personnelles devenait parfois mince. Les rôles pendant l’atelier induisaient des séparations : l’animateur accompagnait le processus d’élaboration groupale sans se prononcer sur le fond de chaque argument exprimé ; les chercheurs ne pouvaient pas participer aux discussions, malgré leur envie parfois et malgré les attentes des PP.

29Pendant les échanges de débriefing, les PP ont commenté leur implication, soulignant que la qualité des données du scénario 2030 comme le sérieux des discussions, parfois intenses, leur ont fait vite oublier qu’il s’agissait d’une situation fictive. Aussi leur contribution correspond à ce qu’ils pensent vraiment et aux idées qu’ils défendraient en situation réelle. Les discussions n’ont omis aucun point important et leur décision finale repose sur l’examen attentif des deux options qui ont émergé dans le groupe. Les PP ont également commenté leur attachement au lieu et comment cette dimension émotionnelle leur a donné accès à une autre compréhension de la vulnérabilité du littoral : se résigner à abandonner les enjeux existants paraît difficile, le réflexe de se défendre contre la mer lemporte, mais jusquà quand ? Poursuivant ce dilemme, un des chercheurs a remarqué la difficulté de sortir des schémas de pensée actuels en constatant que les décisions retenues pour 2030 sont quasiment identiques à celles prises en 2010, malgré l’analyse attentive des données du scénario de tempête. Un autre a regretté le fait qu’il faille attendre le « big one » pour prendre des décisions radicales et innovantes, la tempête cinquantennale ne paraissant pas suffisante pour justifier ce genre de décision. L’observateur a constaté le blocage à trente ans dans les perspectives d’aménagement alors même que certains enjeux doivent être observés à plus long terme (comme dans le cas de la voie ferrée avec une perspective de 100 ans). Chacun s’est accordé sur l’idée que l’élaboration groupale aurait été différente si les chercheurs y avaient pris part directement et l’idée d’envisager un tel dispositif pour une autre étude a été évoquée.

Conclusion

30Cette étude a mobilisé des ressources interdisciplinaires pour mieux comprendre comment les parties prenantes locales envisagent les décisions à prendre face à la vulnérabilité du littoral et à son évolution prévisible. Un scénario de tempête sur le lido de Sète en 2030, comprenant des caractéristiques physiques et socio-économiques, a été construit à cet effet. Les données du scénario ont été remises à un groupe de parties prenantes dans le cadre structuré d’un atelier d’élaboration collective. Le scénario a été considéré comme plausible et a mobilisé les PP qui ont pu utiliser dans leurs discussions les données du scénario en plus de leur connaissance du contexte. A l’issue des délibérations et après avoir considéré une option de recul stratégique majeur signifiant l’abandon d’enjeux importants (route, voie ferrée, bâti) au profit d’une revalorisation naturelle du lido, le groupe de PP retiendra finalement l’approche au fil de l’eau pour formuler ses recommandations visant à remettre en sécurité les enjeux présents sur cette partie du littoral.

31Le processus de délibération n’est donc pas linéaire mais passe plutôt par des phases où le poids accordé aux arguments en présence change et peut s’inverser. Issus de mobilisations individuelles et d’interactions groupales, des arbitrages subtils entre différents niveaux de savoirs et d’émotions ponctuent l’élaboration collective. Les résultats font également apparaître des points pouvant faire l’objet de recherches ultérieures. L’ambivalence exprimée dans un premier temps par les parties prenantes témoigne des modalités « d’actualisation» des connaissances scientifiques au niveau local, des éléments identitaires et groupaux cohabitant avec des arguments techniques et scientifiques pour définir l’action locale (JOVCHELOVITCH, 2006). Ainsi il pourrait être intéressant de vérifier si ce type d’actualisation se retrouve dans d’autres contextes et avec quelles conséquences. Se trouvant au croisement de différentes logiques portées par les PP, les modalités de définition de l’horizon temporel retenu comme pertinent pour cadrer et justifier les projets d’aménagement du littoral pourraient également être étudiées plus avant.

32La méthodologie du scénario d’événement futur et de l’atelier de parties prenantes permet donc d’associer un savoir scientifique à un processus d’élaboration collective transparent, tout en tenant compte des valeurs sociales et de l’implication émotionnelle, conformément aux principes de la gouvernance des risques. Le dialogue entre plusieurs niveaux de savoirs et d’expériences qui en découle favorise la formulation de raisonnements et de résolutions à la mesure de la complexité de la problématique. Issue d’une construction interdisciplinaire, cette méthodologie pourrait s’appliquer à d’autres contextes où la vulnérabilité du littoral et son extension, autant vraisemblable que préoccupante, requièrent une réflexion à la fois scientifique et sociétale (NEUMANN et al., 2015).

Top of page

Bibliography

BALES R. F., (2002), Social Interaction Sytems: Theory and measurement, London : Transaction Publishers.

BALOUIN, Y., LONGUEVILLE F., COLOMBE F., (2015), Video monitoring of soft coastal defenses at the lido of Sète, France, 3rd Coastal and Maritime Mediterranean Conference, Ferrara - Italy, 25-27 novembre.

DEBOUDT P., (2010), Vers la mise en œuvre d’une action collective pour gérer les risques naturels littoraux en France métropolitaine, Cybergeo : European Journal of Geography.

DELICADO A., SCHMIDT L., GUERREIRO S., i GOMES C., (2012), Pescadores, conhecimento local e mudanças costeiras no litoral Português, Revista de Gestão Costeira Integrada 12(4), p. 437‑451.

DOUGLAS M., (1994), Risk and blame: Essays in cultural theory, Londres : Routledge.

DREAL-LR, (2012), Plan de gestion des sédiments du Languedoc-Roussillon. Tache A1 : Les pratiques de gestion des sédiments dans le Languedoc‑Roussillon, Départements du Gard et de l’Hérault, p. 49.

DUPUY J.-P., (2004), Pour un catastrophisme éclairé, Seuil : Paris.

CLIMATE-ADAPT, (2014), European Climate Adaptation Platform, Available at: [online], accessed on 25 August 2014.

ERNST & YOUNG, (2008), Analyse coûts-avantages de l’opération de protection et d’aménagement durable du lido de Sète à Marseillan – Projet Lido. Communauté d’Agglomération du Bassin de Thau, Rapport final (confidentiel), Ernst & Young, conseil en économie et statistiques, p. 121.

GIEC, (2001), Bilan 2001 des changements climatiques : Les éléments scientifiques. Contribution du groupe de travail I au troisième rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, OMM-PNUE.

IDIER D., CASTELLE B., POUMADÈRE M., BALOUIN Y., BERTOLDO R., BOUCHETTE F., VINCHON C., (2013), Vulnerability of sandy coasts to climate variability, Climate Research 57(1), p. 19‑44.

JOFFE H., (2003), Risk: From perception to social representation, British Journal of Social Psychology 42, p. 55‑73.

JOVCHELOVITCH S., (2006), Knowledge in Context: Representations, Community and Culture. London : Routledge.

MEDDE, (2014), Programme Concertation Décision Environnement. Apports de 20 projets de recherche (2008-2013), Direction de la recherche et de l’innovation (DRI) du Commissariat général au développement durable (CGDD), [online].

MOSCOVICI S., (2008), Psychologie sociale (1re édition: 1984), Paris : Presses Universitaires de France.

NEUMANN B., VAFEIDIS A. T., ZIMMERMANN J., NICHOLLS, R. J., (2015), Future Coastal Population Growth and Exposure to Sea-Level Rise and Coastal Flooding-A Global Assessment, PLOS one 10(3), e0118571, [online].

PIDGEON N., KASPERSON R., P. SLOVIC, (2003), Risk Communication and social amplification of risk, Cambridge: Cambridge University Press.

POUMADÈRE M., BERTOLDO R. B., IDIER D., MALLET C., OLIVEROS C., ROBIN M., (2015), Coastal vulnerabilities under the deliberation of stakeholders: The case of two French sandy beaches, Ocean & Coastal Management 105, p. 166‑176, [http://dx.doi.org/10.1016/j.ocecoaman.2014.12.024].

POUMADÈRE M., MAYS C., PFEIFLE G., VAFEIDIS A. T., (2008), Worst case scenario as stakeholder decision support: a 5- to 6-m sea level rise in the Rhone delta, France, Climatic Change 91, p. 123-143.

RENN O., (2008), Risk Governance: Coping with uncertainty in a complex world. London : Earthscan.

SMNLR, (2003), Orientations stratégiques pour la gestion de l’érosion en Languedoc-Roussillon, Service maritime et de navigation du Languedoc-Roussillon, p.24.

TIRONI M., (2014), Disastrous publics: Counter-enactments in participatory experiments, Science, Technology & Human Values 40, p. 564‑587.

TOL R. S. J., BOHN M., DOWNING T. E., GUILLERMINET M., HIZSNYIK E., KASPERSON R., LONSDALE K. et al., (2006), Adaptation to Five Metres of Sea Level Rise, Journal of Risk Research 9, p. 467‑482.

VINCHON C., IDIER D., BALOUIN Y., CAPO S., CASTELLE B., CHATEAUMINOIS E., CERTAIN R., CRILLON J., FATTAL A., HEQUETTE M., MAANAN M., MALLET C., MASPATAUDD A., OLIVEROS C., PARISOT J. P., RUZ M., THIEBOT J., (2008), Projet VULSACO. Vulnérabilité de plages sableuses face au changement climatique et aux pressions anthropiques. Module 1 : Caractérisation des sites. Rapport Final, BRGM/ RP-56618-FR, p. 114.

WHITE G. F., (1945), Human adjustment to floods: A geographical approach to the flood problem in the United States. Chicago: University of Chicago, [online].

Top of page

Notes

1 Le nivellement général de la France (NGF) est constitué d’un réseau de repères altimétriques disséminés sur le territoire français, le « niveau zéro » pour la France métropolitaine étant déterminé par le marégraphe de Marseille.

2 La hauteur significative (Hs) est une quantité statistique utilisée pour caractériser l’état de la mer.

3 L’Institut national de la recherche agronomique (INRA) gère le domaine de Vassal à Marseillan, conservatoire où sont rassemblés quelque 4 000 cépages du monde entier. On notera que le transfert de ce conservatoire a commencé en 2014, compte tenu des menaces liées à la montée prévisible du niveau de la mer et à la salinisation des sols.

4 L’usine de Listel assure la vinification, le conditionnement et l’expédition des vins de son vignoble.

5 Lors de la préparation du scénario, une discussion entre chercheurs a porté sur l’inclusion de victimes parmi les conséquences de la catastrophe. Il a été décidé de ne pas inclure de victimes pour éviter d’alourdir la charge émotionnelle des PP. Toutefois, les victimes de tempêtes ou de submersions faisant malheureusement partie de la réalité, l’option aurait pu être retenue dans le cas où le même groupe de PP aurait dû considérer un second scénario avec des niveaux d’impacts plus dramatiques.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Aménagement du Lido de Sète à Marseillan
Credits Source : DREAL Languedoc-Roussillon, 2012.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8573/img-1.jpg
File image/jpeg, 300k
Title Fig. 2 – Article fictif de LÉcho du Midi en date du 16 avril 2030
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8573/img-2.jpg
File image/jpeg, 504k
Title Fig. 3 – Article fictif de LHebdo en date du 20 avril 2030
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8573/img-3.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Top of page

References

Bibliographical reference

Marc Poumadère and Raquel Bertoldo, « Élaboration collective et recommandations des parties prenantes face à un scénario de tempête en 2030 sur le lido de Sète », Méditerranée, 128 | 2017, 55-62.

Electronic reference

Marc Poumadère and Raquel Bertoldo, « Élaboration collective et recommandations des parties prenantes face à un scénario de tempête en 2030 sur le lido de Sète », Méditerranée [Online], 128 | 2017, Online since 01 November 2018, connection on 27 September 2021. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8573 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mediterranee.8573

Top of page

About the authors

Marc Poumadère

Institut Symlog, 75005 Paris, poumadere@wanadoo.fr

Raquel Bertoldo

ESPACE (UMR 7300) – CNRS / Aix-Marseille Université, Université d’Avignon, Université de Nice Sophia-Antipolis, Europôle méditerranéen de l’Arbois – Aix-en-Provence, raquel.bohn-bertoldo@univ-amu.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search