Skip to navigation – Site map

HomeIssues128ArticlesLa plaine de Crau (Ouest de la Pr...

Articles

La plaine de Crau (Ouest de la Provence)

Un avenir incertain dans un contexte de changement climatique
The Crau plain (french mediterranean coast): an uncertain future in the context of climate change
Gérard Beltrando
p. 63-67

Abstracts

The Crau plain (520 km², West of the Marseille in France), is a territory with socio -economic and ecological activities in mutation since the 1960-70’s due to heavy human pressures. In the context of the Climatic Change, what are the threats generated by changes in these land use?

Top of page

Full text

1La diversité des paysages et des écosystèmes méditerranéens est le produit d’interactions plurimillénaires entre le milieu physique et les actions humaines, en particulier l’élevage itinérant. Dans ce type de territoire, l’homme est à l’origine d’une dégradation des milieux naturels préexistants, mais il peut aussi être à l’origine de la création d’écosystèmes (ou d’agro‑écosystème) originaux. Ces changements peuvent être lents, comme dans le cas du pâturage itinérant à l’origine des steppes méditerranéennes, mais ils peuvent être rapides, par exemple, lorsque le territoire aménagé par des canaux permet l’irrigation des champs et l’apport d’une eau abondante (eau de surface ou via une nappe phréatique) pour les populations et leurs activités économiques. Ces deux cas de figures sont présents dans la plaine de Crau (fig. 1), aux paysages fortement influencés au cours des dernières décennies par les activités économiques modernes.

Fig. 1 – Aire approximative du biome de Crau

Fig. 1 – Aire approximative du biome de Crau

Crédits : © Éric Gaba, Wikimedia Commons user.

2Quelles sont les menaces actuelles – et celles qui pourraient se produire dans les décennies à venir ; que ces menaces soient générées par les changements dans l’utilisation des terres et/ou par un possible changement climatiques ? Qu’elle sera demain la qualité et la quantité des eaux souterraines de cette plaine ? Cette eau est essentielle pour les besoins de 270 000 habitants ainsi que les activités commerciales industrielles, mais aussi pour préserver l’agroécosystème unique et ancestral créé par le pastoralisme itinérant pratiqué depuis des millénaires. Comment le développement socio-économique de ce territoire peut-il être encadré pour qu’il s’adapte au mieux aux nouveaux besoins économiques sans détruire ces spécificités ?

1 - Le rôle du pâturage ovin et de l’irrigation dans les paysages traditionnels

3La plaine de la Crau s’est formée durant le Quaternaire par le dépôt des limons de la Durance, fleuve qui coulait directement dans la mer Méditerranée. Puis, lorsque sa trajectoire a changé sous l’effet de mouvements tectoniques, ce paléo-delta est devenu sec. Il est depuis plusieurs millénaires couvert par une végétation qui s’est adaptée au pâturage ovin et caprin, permettant la formation d’un écosystème unique, la steppe de Crau, appelée « Coussoul » (fig. 2A).

Fig. 2 – Paysages de la Crau : A) steppe aride (coussoul), B) Canal de Craponne et C) moutons en hiver dans la Crau verte

Fig. 2 – Paysages de la Crau : A) steppe aride (coussoul), B) Canal de Craponne et C) moutons en hiver dans la Crau verte

Les trois photos correspondent à une situation hivernale

A) photo CDN / SIPA), B) et C) photographies, G. Beltrando.

4Cette steppe, définie ici comme une plaine herbeuse, utilisée pour le pâturage, constitue un environnement unique, qui abrite une flore et une faune dont la richesse et la composition sont sans équivalent au moins à l’échelle européenne (GROVE et RACKHAM, 2003). Le climat et la pression des troupeaux sont très contraignants pour la faune et la flore locales soumises toutes deux à une lutte permanente pour leur survie (pâturage itinérant, longue sécheresse estivale, vent desséchant de secteur nord qui souffle fort sur cette plaine). Avec l’aménagement des canaux d’irrigation, depuis la fin du xviie siècle, une partie de la Crau a été transformée en prairie de fauche : la «Crau verte » alors que le reste de la plaine est toujours occupé par la steppe aride. La zone industrialo-portuaire de FossurMer, située sur la bordure sud de cet espace plat, facile à aménager est très convoité depuis le début du xxe siècle pour la pratique d’une multitude d’activités économiques (sidérurgie, industries de transformations, base militaire, gare ferroviaire de triage, passage de gazoducs et d’oléoducs…).

1.1 - De l’irrigation des prairies traditionnelles à l’agriculture industrielle moderne

5Lorsque l’aménagement hydraulique a commencé avec le premier canal (fig. 2B), le limon déposé par les eaux provenant de la Durance a progressivement créé un sol alluvial riche en minéraux et en oligo-éléments. Aujourd’hui, 14 000 ha de terres agricoles sont irrigués, dont 12 500 ha pour les prairies à « foin de Crau ». Environ 15 000 à 20 000 m3/ ha / an d’eau sont répartis à raison 12 à 15 submersions par an dans les prairies (MEROT, 2007). Cette méthode d’irrigation par inondation permet l’alimentation d’environ 2/3 de la nappe souterraine (SAOS et al., 2006). Le reste provient de la pluviométrie, qui se répartie ici entre l’automne et le printemps.

6Dans les années, 1960-1970, d’autres usages du sol sont apparus [arboriculture, maraîchage, céréaliculture (blé, maïs), horticulture…]. Ce changement a eu lieu rapidement pour répondre à la demande sociétale en produits agricoles, mais aussi en raison des facilités de crédit aux agriculteurs afin qu’ils puissent réaliser les investissements nécessaires (tracteurs, stations de pompage, serres, etc.). Cette agriculture moderne, économique rentable, contribue très peu à la recharge de la nappe phréatique et elle augmente le risque de pollution de l’eau.

1.2 - Les zones sèches et irriguées de Crau : une complémentarité par le pâturage traditionnel des moutons

7Il y a plus de quatre millénaires les premiers bergers ont commencé à parcourir la Crau avec leurs troupeaux (HITCHNER, 1994) et cette activité s’est maintenue jusqu’à aujourd’hui traversant l’époque antique, médiévale et moderne avec seulement des adaptations, comme celle de l’introduction d’une nouvelle race de moutons au xviiie siècle : le Mérinos, race bien adaptée au milieu et donnant de meilleurs rendement en viande ce qui permet le maintien d’une activité économique rentable. Le climat méditerranéen, marquée par l’aridité de la saison chaude, en association avec cette activité pastorale attestée depuis la fin du Néolithique ont conduit progressivement à l’existence d’une faune et d’une association végétale herbacée toutes deux originales, voire endémiques dans certains cas. Aujourd’hui, environ 100 000 brebis parcourent le Coussoul entre mars et juin (fig. 3).

Fig. 3 – Complémentarité entre Crau sèche (Coussoul) et Crau verte : le système « pastoralisme - foin de Crau »

Fig. 3 – Complémentarité entre Crau sèche (Coussoul) et Crau verte : le système « pastoralisme - foin de Crau »

Source : BELTRANDO, 2014.

8Ensuite, à la fin du printemps, les moutons sont transportés dans les Alpes pour paître dans les vastes étendues des Préalpes. Puis, les troupeaux réintègrent la Crau verte entre septembre et octobre pour environ quatre mois de pâturage (fig. 2C) avant d’être à nouveau déplacés, vers mars, dans le Coussoul pour brouter les rares herbes qui y poussent après la saison des pluies. Ce type de pâturage, sous climat méditerranéen, explique l’existence de l’agrosystème du Coussoul.

9La présence d’une race de moutons bien adaptée à cet environnement, offre plusieurs avantages. Elle permet d’une part, un pâturage d’automne et du début de l’hiver dans la Crau verte et l’entretien du paysage, ainsi que la fertilisation des sols et cela donne en été de l’herbe de haute qualité nutritionnelle classée en Appellation d’origine protégée (AOP) (la première coupe, en partie exportée hors de France, est consommée par les chevaux de course...) ; d’autre part, un pâturage de fin d’hiver et du printemps dans le coussoul (soutien à la conservation de la biodiversité, comme l’a reconnu à la fois par la « Réserve naturelle des coussouls de Crau » (RNCC) et le « document d’objectifs Natura 2000, Crau centrale – Crau verte ». Enfin, et cela a aussi une grande importance à l’échelle suprarégionale, un pâturage d’été dans les zones de montagne ce qui permet l’entretien de vastes zones de montagnes, qui sans cette activité seraient certainement abandonnées par l’homme. Dans ce cas, la végétation naturelle recoloniserait rapidement l’espace et serait à l’origine d’une croissance des feux de végétation et d’érosion des sols. Cette spécificité de l’élevage ovin tel que pratiquée dans la Crau présente donc de nombreux intérêts écosystémiques et sociétaux.

2 - La plaine de Crau : un système socio-écologique à faible résilience dans un contexte de changements d’utilisation des terres et d’incertitude sur le devenir du climat

10Dans un contexte d’incertitudes quant à l’avenir du climat et de l’économie, la question de la durabilité des activités socio-économiques de la Crau – et de ces répercussions sur la nappe phréatique, l’élevage ovin et la diversité biologique – nécessite un accompagnement attentif.

2.1 - Le développement économique et la vulnérabilité du système pastoral traditionnel

11Que ce soit dans le Coussoul ou dans les prairies arrosées de la Crau verte, les activités humaines modernes induisent une forte pression sur les agrosystèmes préexistants.

12D’une part, les nouvelles activités économiques, en modifiant l’utilisation de l’occupation des terres, ont créé plusieurs problèmes environnementaux, en particulier pour la nappe phréatique. Celle-ci est très vulnérable en cas de pollutions agricoles ou industrielles issues des 300 km de gazoducs et oléoducs, desservant l’Europe occidentale, traversant la plaine. Le 7 août 2009, la rupture d’une canalisation de transport d’hydrocarbures liquides, de la Société du pipeline sud‑européen (SPSE), a rejeté 5 400 m3 de pétrole brut sur 5 ha dans la RNCC, sur un site classé Natura 2000 (fig. 4A).

Fig. 4 – Pollution dans la plaine de Crau : A (haut), rupture d’un gazoduc dans la réserve des coussouls de Crau ; B (centre), imperméabilisation des sols par l’agriculture sous serre à Arles ; C (bas), la décharge d’ordures de la ville de Marseille

Fig. 4 – Pollution dans la plaine de Crau : A (haut), rupture d’un gazoduc dans la réserve des coussouls de Crau ; B (centre), imperméabilisation des sols par l’agriculture sous serre à Arles ; C (bas), la décharge d’ordures de la ville de Marseille

Sources : haut : AFP/ Sapeurs‑Pompiers 13 © ; centre : Photographie : G. Beltrando ; bas : D. R.

13D’autre part, les changements dans les pratiques agricoles, en particulier avec le développement de l’arboriculture et l’abandon progressif d’une partie des prairies irriguées pour développer l’habitat pavillonnaire ou l’agriculture sous serre (fig. 4B), ont entrainé une baisse de l’infiltration et l’intrusion de polluants dans la nappe. Le développement des activités économiques a généré diverses sources de pollution comme en témoigne l’implantation du Centre de traitement biologique des résidus urbains de la Crau stockant les ordures ménagères de la ville de Marseille sur le site d’Entressen (fig. 4C). Cette immense décharge à ciel ouvert de 80 ha (la plus grande d’Europe occidentale) a stocké, sur 30 m d’épaisseur, les déchets de la ville de Marseille entre 1912 et 2010 alors que la nappe phréatique est peu profonde dans cette partie de la plaine. Des infiltrations de Cl, NO3 et SO4 ont déjà été mesurées (SDAGE‑RMC, 2010) et ce site, bien que fermé, va naturellement continuer à émettre des polluants dans la nappe.

14Dans l’hypothèse d’une augmentation de la demande en eau pour l’ensemble des usagers, ainsi que d’une baisse de la pluviométrie et de l’augmentation des températures pour les décennies à venir, des restrictions d’eau pourraient être imposées aux producteurs de foin qui utilisent tous l’irrigation par submersion des parcelles. Cette technique est très consommatrice en eau mais elle permet la recharge de la nappe souterraine et elle est imposée par le classement en AOP. Des restrictions auraient donc des impacts négatifs sur la recharge de la nappe et sur les activités économiques de la plaine.

2.2 - L’incertitude sur l’avenir du climat : une simulation complexe

15TERRAY et al. (2010) montrent que, quel que soit le scénario retenu (B1, A1B ou A2), les températures annuelles devraient augmenter et que la pluviométrie devrait diminuer, sauf en hiver. L’évolution de ces variables climatiques se traduirait par une augmentation de l’évaporation de référence (ET0) en particulier en été (tendance estivale de + 1,1 à + 2,6 mm/ an). RUGET et al. (2012) ont réalisé une étude prospective sur l’avenir des prairies avec ces hypothèses de changement de climat. En utilisant le modèle STICS-Prairie de l’INRA, ils montrent que les tendances climatiques des 30 prochaines années devraient avoir un effet positif sur la production de foin, même en situation de restriction des volumes d’eau disponibles pour cette forme d’agriculture. Dans l’hypothèse d’une diminution des surfaces submergées mais d’une augmentation du volume d’eau disponible pour les parcelles restant en prairies, cela permettrait de compenser les pertes dues à l’augmentation de l’ET0, d’autant plus qu’il a aura moins de surfaces évaporantes en raison de l’extension de l’espace urbanisé. Il ressort de ces études, que si la disponibilité en eau dans la Crau ne sera pas trop réduite pour les producteurs de foin, le rendement des prairies ne devrait pas subir de changements majeurs, car il aura plus de CO2, des températures plus élevées et donc une meilleure productivité des prairies....

16Mais l’essentiel pour le futur agricole de la Crau, est de savoir si les apports d’eau depuis le barrage de Serre‑Ponçon pourront être maintenus au niveau actuel pour tous les usagers. Ce barrage stocke l’eau de la saison des pluies et de la fonte printanière des neiges et des glaces (automne et printemps) pour la restituer en hiver (production d’électricité) et en été (irrigation des plaines, tourisme...). Donc l’évolution du cycle de l’eau dans le massif sud-alpin pourra avoir une incidence sur l’économie de la Crau, supérieure à celle de l’évolution du climat local.

2.3 - La protection de l’agroécosystème unique du Coussoul

17Il y avait 40 000 ha de coussouls à la fin du xixe siècle et seulement 10 000 en 2014. En réaction à cette tendance et aux nombreuses autres agressions dans le Coussoul, la partie steppique est cogérée par les deux institutions, l’une en charge de la production agricole (chambre d’agriculture du département), l’autre de la conservation et de protection de la nature (RNCC, Réserve naturelle des coussouls de Crau). Pour le moment cette cogestion entre agriculteurs et « écologistes », initiative étonnante, semble porter ces fruits pour maintenir le patrimoine écologique et l’élevage ovin dans des proportions raisonnables. Cependant, la répartition des parcelles de terrain acquises par la RNCC n’est pas encore totalement satisfaisante pour la protection et la restauration de la flore et la faune en raison de son morcellement (fig. 5).

Fig. 5 – Limites des parcelles de la réserve naturelle des coussouls de Crau

Fig. 5 – Limites des parcelles de la réserve naturelle des coussouls de Crau

Source : Chambre d’agriculture 13, PACA - DIREN 13 2000, fond de carte IGN, carte : édition avril 2012.

Conclusion

18Depuis l’aménagement progressif de canaux d’irrigation à la fin du xviie siècle, la submersion estivale à intervalle régulier d’une partie de la plaine de Crau (100 km à l’ouest de Marseille) a permis la production de foin de haute qualité nutritive (le « foin AOP de Crau ») et la préservation d’un système complémentaire « pastoralisme - foin de Crau «. Cette association est à l’origine de la création d’un système socio-écologique essentiel que ce soit dans la steppe de Crau (Coussoul) ou dans Crau verte avec la formation d’un sol très fertile et l’installation d’une imposante nappe phréatique. Cette nappe, qui se recharge en saison estivale sèche et chaude, grâce à l’irrigation des prairies est nécessaire pour les besoins domestiques et économiques d’environ 270 000 personnes. L’évolution du climat dans les décennies à venir, en particulier dans les Alpes, région d’où vient l’eau d’irrigation de la plaine, combinée à d’autres perturbations exogènes qui affectent la plaine pourrait être une source de tensions dans les décennies à venir. Les collectivités concernées se doivent d’analyser au mieux les changements en cours afin de mieux les accompagner dans leur évolution.

Top of page

Bibliography

BELTRANDO G., (2014), Groundwater in the plain of the Crau (South-East of France), between historical abundance and modern vulnerability. Proceedings for the 2nd Inter Conf. Water ressources and wetlands 11-13 Sept, Tulcea (Romania), p. 245‑249, [en ligne].

GROVE A. T., RACKHAM O., (2003), The nature of Mediterranean Europe. An Ecological Hystory Yale, Yale University Press, 384 p.

HITCHNER R. B., (1994), Prospection archéologique à Entressen, Les Amis du Vieil Istres, 17, p. 15-26.

MÉROT A., (2007), Analyse et modélisation du fonctionnement biophysique et décisionnel d’un système prairial irrigué, Thèse de doctorat, SupAgro, Montpellier, France, 207 p.

RUGET F., OLIOSO A., LECERF R., CHANZY A., HADRIA R., LECHARPENTIER P., (2012), Simulation prospective du drainage et des rendements des prairies irriguées à l’échelle de l’aquifère de la Crau. In actes du Séminaire du réseau Prairies. À quelle échelle évaluer les services rendus par les écosystèmes prairiaux ? Résumés du colloque «Séminaire du réseau Prairies», Lusignan, 18-19 décembre, 20 p.

SDAGE‐RMC, (2009), Carte des eaux souterraines de la Crau. [en ligne].

SAOS J.‑L., BELAUD G., CHARRON F., Le GOULVEN P., (2006), Quantification des flux d’eau en irrigation gravitaire. Cas de la plaine de la Crau, Rapport de convention de recherche ENSAM‑IRD, Montpellier, 183 p.

TERRAY L., PAGÉ I., DÉQUÉ M., FLÉCHER C., (2010), Évolution du climat en France au travers de quelques indicateurs agroclimatiques, In BRISSON N & LEVRAULT F. (éds.), Livre vert du projet Climator (2007-2010), Publication ADEME, 16 p.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Aire approximative du biome de Crau
Credits Crédits : © Éric Gaba, Wikimedia Commons user.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8586/img-1.jpg
File image/jpeg, 140k
Title Fig. 2 – Paysages de la Crau : A) steppe aride (coussoul), B) Canal de Craponne et C) moutons en hiver dans la Crau verte
Caption Les trois photos correspondent à une situation hivernale
Credits A) photo CDN / SIPA), B) et C) photographies, G. Beltrando.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8586/img-2.jpg
File image/jpeg, 232k
Title Fig. 3 – Complémentarité entre Crau sèche (Coussoul) et Crau verte : le système « pastoralisme - foin de Crau »
Credits Source : BELTRANDO, 2014.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8586/img-3.jpg
File image/jpeg, 92k
Title Fig. 4 – Pollution dans la plaine de Crau : A (haut), rupture d’un gazoduc dans la réserve des coussouls de Crau ; B (centre), imperméabilisation des sols par l’agriculture sous serre à Arles ; C (bas), la décharge d’ordures de la ville de Marseille
Credits Sources : haut : AFP/ Sapeurs‑Pompiers 13 © ; centre : Photographie : G. Beltrando ; bas : D. R.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8586/img-4.jpg
File image/jpeg, 184k
Title Fig. 5 – Limites des parcelles de la réserve naturelle des coussouls de Crau
Credits Source : Chambre d’agriculture 13, PACA - DIREN 13 2000, fond de carte IGN, carte : édition avril 2012.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8586/img-5.jpg
File image/jpeg, 453k
Top of page

References

Bibliographical reference

Gérard Beltrando, « La plaine de Crau (Ouest de la Provence) », Méditerranée, 128 | 2017, 63-67.

Electronic reference

Gérard Beltrando, « La plaine de Crau (Ouest de la Provence) », Méditerranée [Online], 128 | 2017, Online since 01 November 2018, connection on 23 September 2021. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8586 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mediterranee.8586

Top of page

About the author

Gérard Beltrando

Sorbonne‑Paris‑Cité, Université Diderot, UMR 8586 (PRODIG) (cc 7001), Paris, France

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search