Skip to navigation – Site map

HomeIssues128Comptes rendusJacques Bethemont et Jean-Paul Br...

Comptes rendus

Jacques Bethemont et Jean-Paul Bravard, Pour saluer le Rhône

2016, Lyon, éd. Libel, 400 p., 350 ill.
Stéphane Ghiotti
p. 69-71
Bibliographical reference

Jacques Bethemont et Jean-Paul Bravard, Pour saluer le Rhône, Lyon, éd. Libel, 400 p., 350 ill.

Full text

1Le moment où je termine la lecture de cet ouvrage et l’écriture de cette recension prend une tournure particulièrement triste. M. Jacques Bethemont vient tout juste de nous quitter. Avant de « Saluer le Rhône », qu’il me soit permis ici en préambule de saluer son travail et sa mémoire ainsi que de le remercier pour l’ensemble de ces travaux et recherches. Ces dernières, donnant lieu à une abondante littérature, ont profondément influencé un grand nombre de géographes (mais pas seulement) dont je fais partie, travaillant sur la gestion des cours d’eau.

2« Pour Saluer le Rhône » s’inscrit bien dans cette longue tradition encyclopédique de la géographie française qui consiste à intervalles réguliers, à offrir de manière volumineuse, érudite et soignée, un état très complet des savoirs dans un domaine ou espace donné. Mais il n’est pas seulement un nouvel ouvrage de synthèse sur le Rhône qu’il conviendrait de mettre à jour et auquel les auteurs se proposent modestement de contribuer dans l’avant‑propos. « Pour Saluer le Rhône » dépasse très largement cette ambition initiale.

3« Pour Saluer le Rhône » est un ouvrage de 400 pages co-écrit par Jacques Bethemont et Jean-Paul Bravard. Comme le sous‑entend son titre, il rend un très bel hommage à l’un des grands fleuves français auquel les deux auteurs ont consacré la majeure partie de leur carrière. Au regard de l’ampleur d’une telle entreprise, il était bien nécessaire de rassembler les savoirs encyclopédiques des deux spécialistes unanimement reconnus sur cette question. Dans cette lignée d’une tradition fortement présente en géographie, ce livre nous donne donc à lire et à voir une magnifique synthèse des connaissances sur le Rhône. Le pari était ambitieux compte tenu de tout ce qui a déjà été écrit sur le fleuve et la tâche des deux co-auteurs s’avérait ardue afin de rendre cette publication originale tant sur la forme que sur le fond. L’objectif est atteint. Effectuer la relecture d’un tel ouvrage oblige de préciser au préalable qu’elle ne peut être (malheureusement) que partielle et partiale. Pour paraphraser Jacques Bethmont à propos des usagers des grands fleuves, « la lecture des uns n’est pas celle des autres ».

4Il faut tout d’abord souligner la très grande esthétique de l’ouvrage. Le livre est splendide, la finition soignée, sa présentation et son économie générale n’ont d’égales que la richesse, la diversité et la pertinence de l’iconographie (environ 350 illustrations). Cartes, graphiques, tableaux, photos, gravures, peintures, dessins…, viennent à la fois illustrer et embellir l’ouvrage tout en apportant une réelle plus-value aux textes et démonstrations livrées.

5En termes d’organisation, « Pour Saluer le Rhône » se structure autour de cinq grandes parties thématiques et se découpe en vingt-quatre chapitres auquel il convient d’ajouter le chapitre conclusif. Ce choix pourrait apparaître comme une mise en tronçon du fleuve, un reflet de cette réalité à l’instar des logiques d’équipement et d’aménagement qui marquent leur objet d’étude, mais il se révèle au contraire très pédagogique en choisissant de combiner un processus et/ou un secteur géographique et/ou une thématique. La justification des cadres spatiaux et temporels est précisée par les auteurs en préambule et est marquée par des approches développées dans leurs travaux respectifs en donnant la priorité à l’interdisciplinarité, le temps long, le bassin versant et l’hydrosystème avec un focus particulier sur l’axe rhodanien concernant la dynamique fluviale. Les chapitres sont écrits par l’un ou l’autre des auteurs en fonction de leur domaine de prédilection mais aussi parfois à deux, ce qui ne nuit absolument pas au déroulé du texte et à la logique d’ensemble.

6« Pour Saluer le Rhône » est avant tout un ouvrage scientifique. Il complète très avantageusement un autre ouvrage de référence sur le fleuve, Le Rhône en 100 questions paru en 2008 et déjà co-dirigé par Jean-Paul Bravard en association avec A. Clemens, dans le cadre de la zone atelier du bassin du Rhône (ZABR). Cependant, malgré l’ampleur des informations compilées et restituées, l’ouvrage s’adresse à un public beaucoup plus large que les seuls spécialistes ou érudits et c’est l’un des tours de force de cet ouvrage. Si les connaissances scientifiques livrées sont pointues (et parfois complexes), la géométrie et l’architecture des chapitres permettent à notre sens une grande diversité de lecture et des gradients de compréhension selon son niveau d’intérêt et de compréhension. Pointons notamment en fin de chapitre, la présence systématique d’un résumé condensant l’essentiel de l’information. Le lecteur, en quête d’informations complémentaires, pourra se (re)plonger dans la lecture du texte ou se référer à l’iconographie, aux notes infra-paginales voire à la bibliographie. La possibilité d’effectuer ces va-et-vient compte parmi les réelles richesses de ce livre donnant l’occasion d’une appropriation plurielle. Notons aussi la priorité donnée à une lecture thématique et chronologique de cette géo-histoire du Rhône permettant également de naviguer au grès des envies, des territoires et des finalités recherchées.

7Il nous semble intéressant de nous arrêter un instant sur le chapitre 3. Ce chapitre expose le temps long des métamorphoses fluviales sous un angle original. D’une certaine manière, cette partie de l’ouvrage lève une partie du voile sur travail de recherche par l’explicitation des modalités de construction des connaissances scientifiques. Elle articule observations, identification des processus, mobilisation et déconstruction des savoirs existants et proposition d’un nouveau cadre interprétatif et explicatif autour du concept d’hydrosystème. Ce passage (parmi d’autres) confère à cet ouvrage une dimension supplémentaire à celle d’ouvrage de synthèse pour l’insérer dans les débats contemporains des water studies relatifs à la circulation des savoirs et à la construction critique des théories scientifiques chère aux disciplines relevant des Sciences en Société (Science et technology studies, STS). La partie III, consacrée à la modernité dans l’espace rhodanien permet également de s’inviter au sein des débats actuels initiés il y a déjà quelques années par Latour ou Descola autour de cette question de la modernité et du grand partage entre nature et culture. Par moment, l’ouvrage tend à reproduire pour l’appréhension du fleuve cette séparation ontologique propre à la modernité (qui est selon nous une des limites du concept d’hydrosystème). En revanche, la mise en perspective sur le temps long de l’aménagement du Rhône témoigne que l’approche du fleuve par ce prisme de la modernité et son corollaire le progrès est à nuancer. Les xixe et xxe siècles restent certes une période où le Rhône connaît de profondes transformations. Mais J. Bethemont montre très bien comment cette modernité s’est parfois nichée en dehors des cadres et du temps qui lui sont traditionnellement impartis par le découpage historique classique et que la modernité ne s’est pas toujours située là où on l’attendait. Ce vaste et très complet tour d’horizon de l’aménagement du Rhône et la mobilisation de ses multiples ressources réalisée par les auteurs montrent également très bien comment dynamiques du fleuve sur le temps long, matérialités physiques de ce dernier (quantité, qualité, sédiments, variabilité des régimes...), connaissances scientifiques, choix politiques et techniques s’entremêlent pour non plus saluer mais gouverner (ou du moins essayer) le Rhône.

8Si cet ouvrage est, nous l’avons dit, d’abord et avant tout un ouvrage scientifique, il ne se limite pas à être ce monument de synthèse des connaissances sur le Rhône qu’il conviendrait de posséder et qui après avoir été lu se rangerait sagement sur une étagère. Ce serait commettre une profonde injustice et une double erreur. Celle de considérer qu’il existe une frontière étanche entre d’un côté la science et les savoirs produits et de l’autre la société ; et celle d’oublier l’implication des auteurs dans la gestion « concrète » du Rhône « Pour Saluer le Rhône » est ainsi aussi un ouvrage de référence pour et à l’usage les gestionnaires. Sa façon d’articuler et de combiner solidement connaissances scientifiques, dimension réflexive et retour d’expérience dans le domaine de l’aménagement en font un outil de tout premier plan pour l’action et la gestion. J.‑P. Bravard a toujours rappelé qu’« on ne gère pas correctement, si l’on connaît pas les trajectoires » et qu’il est absolument nécessaire de disposer de connaissances les plus robustes possibles. Cet ouvrage fournit ces clés méthodologiques et de compréhension globale des processus, un vocabulaire certes scientifiques mais qui s’est forgé et renforcé par sa confrontation directe et parfois rugueuse aux questions d’aménagement et aux impératifs gestionnaires. Il fournit donc aussi un vocabulaire et un cadre commun de réflexion à un large spectre d’acteurs aux horizons et objectifs multiples. Ses auteurs montrent, au regard de leur parcours et de leurs engagements réinvestis dans ce livre, qu’il ne s’agit pas de faire de la recherche pour ou contre les politiques mais avec. S’il fallait encore le répéter, Sciences (au pluriel !), gestion et aménagement sont donc parfaitement conciliables. A l’heure où la France s’est lancée dans la reconquête du bon état écologique des eaux et s’apprête à relever le défi de la prévention contre les inondations avec la mise en œuvre de la compétence GEMAPI, ce livre, riche de ses connaissances et expériences dans le domaine de la gestion des cours d’eau, s’affirme réellement un incontournable. Qu’il me soit permis pour conclure de saluer surtout les auteurs de cet ouvrage.

Top of page

References

Bibliographical reference

Stéphane Ghiotti, « Jacques Bethemont et Jean-Paul Bravard, Pour saluer le Rhône », Méditerranée, 128 | 2017, 69-71.

Electronic reference

Stéphane Ghiotti, « Jacques Bethemont et Jean-Paul Bravard, Pour saluer le Rhône », Méditerranée [Online], 128 | 2017, Online since 01 November 2018, connection on 15 June 2021. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8604 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mediterranee.8604

Top of page

About the author

Stéphane Ghiotti

Chargé de recherches CNRS, Université Montpellier 3, Site Saint-Charles, Laboratoire Acteurs, ressources, territoires dans le développement (Art-Dev), UMR 5281, route de Mende, 34190 Montpellier cedex 5

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search