Skip to navigation – Site map

HomeSectionsUrban SpacesCartographie de la vulnérabilité ...

Cartographie de la vulnérabilité des communes de la baie d'Alger

Approche socio-économique et physique de la côte
Mapping the vulnerability of the Bay of Algiers
A socio-economic and physical approach to understanding the coast
Walid Rabehi, Mokhtar Guerfi and Habib Mahi

Abstracts

With an urbanization rate of about 66%, the Mediterranean coastal zone is one of the most densely urbanized areas in the world (PNUE / PAM, 2012). Within this context, the Algerian coastal zone and the Bay of Algiers are amongst the regions most populated (PNUE, 2005). Due to natural hazards such as earthquakes, tsunamis, coastal erosion and marine intrusion, combined with other anthropogenic factors such as urban sprawl, pollution, loss of biodiversity, this coastal area is particularly vulnerable (PNUE/PAM-PLAN BLEU, 2009; EGIS EAU,  2013). A degradation of this coastline is clearly visible, despite all the protective measures introduced, which, in some instances, have accentuated its vulnerability. The aim of this work is to produce a Coastal Vulnerability Index (CVI) related to erosion and sea-level rise. This index, created in 1994 (GORNITZ and WHITE, 1994), was focused on the "physical parameters of the coast". It has been subsequently improved (MCLAUGHLIN et al, 2002, MCLAUGHLIN and COOPER, 2010) to include further parameters such as demography, land use, infrastructure... The index is obtained by integrating various factors of coastal vulnerability into a Geographic Information System, including satellite imagery and other data. These factors are then analyzed using multicriteria method after being grouped into three sub-indices; "Physical characteristics of the coast", "Coastal forcing" and "Socio-economic factors", in order to produce the final CVI map. The results from this work will be stored on a cartographic server and made freely available to local actors and university researchers, in order to support decision-making in these areas.

Top of page

Full text

Ce travail s'inscrit dans le cadre des travaux de doctorat/projet interne menés par Walid Rabehi et réalisés conjointement au Centre des techniques spatiales d'Arzew (entité opérationnelle de l'Agence spatiale algérienne) et à l'École nationale des sciences de la mer et de l’aménagement du littoral (ENSSMAL-Alger, Laboratoire EcoSysMarl). Les résultats de cette analyse seront disponibles, en accès libre, à partir de septembre 2018, sur un serveur cartographique (Geoserver ©) afin d'appuyer la prise de décisions et les politiques de gestion côtière. WR remercie particulièrement François Sabatier et Christophe Morhange, ainsi qu’un relecteur anonyme, pour la relecture précise et la correction d’un premier manuscrit.

1Aujourd’hui 91 % de la population algérienne vit le long de la côte méditerranéenne sur 12 % de la surface totale du pays et près de la moitié de la population est urbaine (MATE,  2006). L'urbanisation continue à se propager malgré les efforts du gouvernement pour tenter de réduire la saturation démographique des villes côtières. Alger est soumise à une pression humaine particulièrement élevée (HAFFAD,  2004), avec plus de 3 millions d’habitants selon l'Office statistique algérien (BERRAH,  2015) et jusqu’à 7,7 millions selon certaines organisations non gouvernementales (POPULATION DATA, 2015). C’est le noyau central de l'économie et des affaires en Algérie.

2Depuis les années 2000, plusieurs politiques de planification ont été mises en œuvre en vue d’une occupation plus durable de l’espace côtier : comme les Plan d’occupation des sols, ou d’Aménagement urbain, au niveau local, supervisés par un grand Schéma national d’aménagement du territoire (MATE, 2006). De nombreuses études ont été menées, notamment concernant l'évaluation de la vulnérabilité de la zone orientale de la baie (EGIS EAU, 2013). Ces travaux ont démontré un état dégradé, avec des perspectives assez pessimistes (PNUE/PAM-Plan bleu, 2009), mais aucune étude n’a encore fourni une cartographie locale pertinente de la vulnérabilité en prenant compte tous les facteurs intervenants.

3La vulnérabilité peut être définie comme le degré auquel une personne, une communauté ou un système sont susceptibles de subir des dommages en raison d'une exposition à un stress externe (O'BRIEN et al., 2004). Bien qu'il n'y ait pas de définition universellement acceptée de la vulnérabilité et que son application ne soit pas encore standardisée (FÜSSEL, 2007), cette notion est devenue très importante dans l'étude des relations homme-environnement (MCLAUGHLIN et al., 2002 ; MCLAUGHLIN et COOPER, 2010 ; TURNER, 2010 ; TORO et al., 2012 ; MUKHOPADHYAY et al., 2012).

4Diverses méthodologies ont été élaborées pour évaluer la vulnérabilité des zones côtières. La plupart de ces méthodes reconnaissent la nécessité d'intégrer les aspects humains (SIVA SANKARIA et al., 2015), mais peu ont été en mesure de le faire (McLAUGHLIN et COOPER, 2010). Pour cartographier la vulnérabilité, plusieurs approches existent, soit à l’aide d’indices simples tel l’Indice de vulnérabilité côtière (IVC) (MUKHOPADHYAY et al., 2012) où d’approches intégrées au niveau local en essayant d’incorporer les aspects socio-économiques. Généralement quatre types d’approches sont utilisées ; CM pour « Méthodologie commune » (GIEC/IPCC, 1992), SURVAS pour « Synthèse et valorisation de la mer » (NICHOLLS, 2002), DIVA pour « Évaluation dynamique et interactive de vulnérabilité » (McFADDEN et al., 2007) et CCHZ pour « Zone de risque de changement côtier » (BARON, 2011).

5L'Indice de vulnérabilité côtière (IVC), développé à l'origine par GORNITZ et al. (1991 et 1994) pour évaluer les risques d'élévation du niveau de la mer le long de la côte est des États-Unis, a été amélioré par ajout des facteurs socio-économiques et adapté aux caractéristiques des zones étudiées (McLAUGHLIN et al., 2002 ; HAMMAR‑KLOSE et al., 2003 ; MANI MURALI et al., 2013…). En Algérie, plusieurs analyses ont déjà été réalisées (GHODBANI et BERRAHI-MIDOUN, 2013). Certaines études concernaient l'évaluation des risques (NOURI et OZER, 2014), les perspectives d’une gestion intégrée de la bande côtière (MREE-PAP, 2015), mais aussi l'incapacité législative de protéger les côtes face à l'urbanisation croissante (KACEMI, 2013). Cependant au niveau académique, l’évaluation de la vulnérabilité côtière à l’aide des IVC est rare, principalement en raison de l'absence de données de base permettant de calculer cet indice. Les deux principales applications de l’IVC étaient une approche physique de la région d’Alger (MIHOUBI et al., 2014), qui ne prend pas en compte les paramètres socio-économiques. Une autre approche, dans la baie de Béjaia, utilise certains paramètres socio-économiques sans expertise locale (DJOUDER et BOUTIBA, 2017).

6Ce travail tente de répondre à trois problématiques: (1) Comment cartographier la vulnérabilité côtière dans la baie d'Alger tout en tenant compte de sa dynamique socio-économique ? (2) Comment mettre en œuvre un IVC dans un contexte de manque flagrant de données de base (occupation du sol, érosion, géomorphologie...) ? (3) Quel est le niveau de vulnérabilité des communes de la baie d’Alger ?

1 - Zone d'étude

7La baie d'Alger, située à l'Est de la plaine de Mitidja, s'étend sur une longueur de 35 km et comprend 11 communes côtières (fig. 1).

Figure 1 - Zone d'étude (communes de la baie d'Alger)

Figure 1 - Zone d'étude (communes de la baie d'Alger)

8Directement exposée aux facteurs hydrodynamiques marins, la baie d’Alger composée essentiellement de plages de poche, de promontoires rocheux et de falaises subit une érosion significative (MAOUCHE et al., 2009). De nombreuses structures de protection ont été construites pour limiter le recul du rivage (mur de soutènement, brise-lames...) sans que ces équipements montrent une réelle efficacité à moyen terme. Une variabilité météorologique élevée est caractéristique des zones étudiées, avec une alternance de périodes de sécheresse et de pluies exceptionnelles, qui ont provoqué par le passé plusieurs désastres (DJELLOULI et SACI, 2003). Plusieurs oueds débouchent dans la baie, dont les plus importants sont l’oued El Harrach, l’oued El Hamiz et l’oued Koriche, caractérisés fréquemment par des inondations comme ce fut dramatiquement le cas en 2001 pour ce dernier. La plaine est aussi bordée par la présence des reliefs prononcés (zone est, mont de Bouzareah) qui sont sujets à des glissements de terrain, des risques de coulée de boue... (EGIS EAU et al., 2013).

9Les côtes algériennes sont des zones de forte sismicité, en raison de leur localisation proche du Sahel. Des tremblements de terre dévastateurs ont affecté, par exemple, Boumerdes en 2003 (YELLES-CHAOUCHE et al., 2009). L'activité sismique génère également un risque de submersion par tsunami (MAOUCHE et al., 2009). Ce risque a une probabilité d'occurrence de quelques décennies à 100 ans, sur la base d'événements historiques connus (EGIS EAU et al., 2013).

2 - Méthodologie

10L’Indice de vulnérabilité côtière appliqué dans ce travail et le processus d’application sont décrits ci-dessous.

2.1 - L'Indice de vulnérabilité côtière (IVC)

11L’indice retenu est l’IVC selon MCLAUGHLIN (2002 et 2010). C’est un indice simple d’utilisation, peu exigeant en données en entrée (à partir de trois facteurs seulement) et multi-échelle (local, régional, national). L'indice intègre trois sous-indices : (1) un sous-indice décrivant la résilience et la susceptibilité côtière à l'érosion (MIHOUBI et al., 2014), (2) les variables contribuant à l'érosion induite par les vagues et les marées (3) des facteurs socio-économiques décrivant les biens matériels et humains potentiellement menacés (population, réseau routier, occupation du sol...). Chaque sous-indice regroupe plusieurs facteurs, ces derniers possèdent une identification spécifique (rang et poids) en fonction de l'échelle d'application considérée. Les facteurs utilisés pour générer les trois sous-indices dans le cas de la baie d'Alger sont illustrés ci-dessous (fig. 2)

Figure 2 - IVC et ses trois sous-indices

Figure 2 - IVC et ses trois sous-indices

2.2 - Sous-indices de l’IVC

12Comme décrit dans la figure 2, les facteurs influençant la vulnérabilité sont regroupés en trois sous-indices.

2.2.1 - Caractéristiques physiques de la côte (CC)

13Quatre facteurs intervenants dans la vulnérabilité « physique » de la côte sont mis-en-œuvre ; « la bathymétrie, la pente, et le trait de côte » synthétisés dans la figure ci-dessous (fig. 3), ainsi que la géologie illustrée plus bas.

Figure 3 - Bathymétrie, pente et trait de côte

Figure 3 - Bathymétrie, pente et trait de côte

2.2.1.1 - Bathymétrie

14La bathymétrie a été extraite d’une combinaison entre une carte géologique géo-référencée (1964, 1:50 000) et une carte bathymétrique issue de la GEBCO « Carte bathymétrique générale des océans » (WEATHERALL et al., 2014).

2.2.1.2 - Pente côtière

15En géomorphologie côtière, on considère parfois que les côtes où la pente est élevée sont les plus exposées à l'érosion (MANI MURALI  et  al.,   2013). La carte des pentes a été obtenue à partir des données SRTM (Shuttle Radar Topographic Mission, USGS) d’une résolution de 30 m. Les pentes varient entre 35 % d’inclinaison à l’ouest de la baie, à proximité des zones de relief, jusqu’à 2 % à l’est.

2.2.1.3 - Trait de côte

16L’extraction de l’érosion apparente s’est faite via une différenciation entre le trait de l’an 2000 et le trait de côte de 2015 sur un SIG. Le trait de côte a été extrait à l’aide d’une imagerie aérienne ancienne (1999, INCT/ENSSMAL). Pour l’année 2015, nous avons utilisé une combinaison entre une image satellitale Alsat 2B (2016, 2,5 m de résolution) et une scène Google Earth  de 2015 géo-référencée via une carte topographique de 1987 (1:50 000).

2.2.1.4 - Géologie

17Nous avons utilisé une carte géologique d'Alger, géo-référencée avec le système de projection Universal Transverse Mercator "UTM Zone 31N/WGS‑84" (source : Carte géologique de l'Algérie, 1964) et une image aérienne ancienne (1999), la lithologie littorale a été numérisée, corrigée puis classée.

2.2.2 - Facteurs de forçage côtiers (FC)

2.2.2.1 - Moyenne des marées

18La moyenne significative des marées est la différence verticale entre la marée la plus haute et la marée la plus basse. Dans le bassin algérois, la marée moyenne est de 0,16 m (ALBÉROLA et al., 1995). Elle est considérée comme faible.

2.2.2.2 - Hauteur significative des vagues

19Les côtes algéroises se caractérisent par une hauteur moyenne de vagues faible à moyenne (entre 0,2 et 3 m d’amplitude). Malgré l’absence de données précises sur l’hydrodynamisme de la région, la hauteur maximale des vagues observées, au cours des dix dernières années, est de 3 m (LARARA et al., 2012). Les hauteurs entre 2 et 3 m n’étant atteintes en Algérie que lors des épisodes spécifiques de haute énergie comme des tempêtes ou lors de séismes (YELLES-CHAOUCH et al, 2009), on retiendra la hauteur de 1 m correspondant aux hauteurs les plus significatives en baie d’Alger (HEMDANE et al., 2016).

2.3 - Facteurs socio-économiques (SE)

20Trois couches composent ce sous-indice ; l’urbanisation, le réseau routier et la densité de population.

2.3.1 - Urbanisation

21La télédétection par traitement des images Landsat de 2000 à 2015 (tableau 1), a permis de cartographier le taux d’urbanisation par commune (fig. 4).

Figure 4 – Taux d’urbanisation côtière

Figure 4 – Taux d’urbanisation côtière

Tableau 1 - Caractéristiques des données

images Landsat

capteurs

caractéristiques

Landsat 8 (01-05-2015)

OLI/TIRS

(L1T level)

Spectral : 8 Bands + Panchromatic

Spatial : 30 m (MS), 15 m Pan

Landsat 7 (15-08-2000)

ETM

(L1T level)

Spectral : 8 Bands + Panchromatic

Spatial : 30 m (MS)

22Les deux scènes Landsat ont été calibrées radiométriquement (converties des valeurs du compte numérique à des valeurs de réflectance), puis comparées à l'aide d'une méthode de détection du changement "différenciation directe univariée de bande spectrale" (GONG et al., 2013), pour extraire le taux urbanisation (à partir de la bande 1 des deux scènes). Cette méthode est utilisée en raison de sa simplicité (HUSSAIN et al., 2013).

2.3.2 - Densité de population

23À l'aide de données démographiques recueillies auprès de l'Office algérien de la statistique (BERRAH, 2015), la densité de population par commune est illustrée ci-dessous (fig. 5).

Figure 5 - Densité de population par commune

Figure 5 - Densité de population par commune

2.3.3 - Réseau routier

24À l'aide d'une couche vectorielle des routes d'Alger (site internet de l'Institut national de cartographie et télédétection) mise à jour et corrigée, par photo-interprétation, une carte de densité du réseau routier par commune a été réalisée (fig. 6).

Figure 6 - Densité du réseau routier par commune

Figure 6 - Densité du réseau routier par commune

2.4 - Pondération des facteurs

25Le processus analytique de hiérarchisation (AHP) est une approche multicritère développée par SAATY (1990) pour les processus d’aide à la décision. Cette méthode est utilisée principalement pour la pondération des facteurs composites (MOLINES, 2007). Elle est réalisée en plusieurs étapes. Tout d’abord, les facteurs sont disposés en matrice et comparés par paires. La matrice obtenue est ensuite normalisée suivant l’importance relative de chaque facteur. On détermine ensuite la valeur propre de chaque facteur et le vecteur propre qui lui correspond. Le vecteur propre indique l’ordre de priorité des caractéristiques étudiées. C’est la mesure qui permettra d’évaluer la cohérence et la qualité de la solution obtenue (EL AMRAOUI et al, 2017). Par la suite la matrice de comparaison est normalisée de façon à ce que la somme de tous les poids soit égale à 1.

26Pour valider la pondération, deux indices sont proposés ; l’Indice de cohérence (IC) et le Ratio de cohérence (RC), calculés comme dans (1) et (2) :

  • IC = (λmax ˗̵̶ n)/(n-1)………………………………… (1)

27Avec n : nombre des éléments comparés et λmax, valeur calculée sur la base de la moyenne des valeurs de la matrice de Saaty des vecteurs propres.

  • 𝑅𝐶= ,𝐼𝐶/𝐼𝐴 ……………………………………………… (2)

28Où IA est l’Indice aléatoire. Il est fixé en fonction du nombre de facteurs inscrit dans le tableau 2.

Tableau 2 - Indice aléatoire en fonction du nombre de facteurs

N

5

6

7

8

9

10

IA

1,12

1,24

1,32

1.41

1.45

1,49

2.5 - Génération de l’IVC

29Pour calculer l’IVC, les facteurs sont classés selon une échelle de 1 à 5 (où 5 est la plus haute valeur). Le tableau 4 illustre les règles utilisées pour classer les facteurs constituant les trois sous-indices de vulnérabilité pour une application à échelle locale.

30Les valeurs des sous-indices sont normalisées selon la formule suivante (McLAUGHLIN et COOPER, 2010) ;

31

32Ce qui donnera les formules de sous-indices suivantes :

33L'indice IVC final est calculé par la moyenne des trois valeurs des sous-indices, comme le montre la formule ci-dessous :

  • IVC = (sous-indice CC + sous-indice FC + sous-indice SE) / 3(7)

Tableau 3 - Classement des facteurs du IVC

Rang/score

Sous-indice

Facteur

1

2

3

4

5

Caractéristiques de la côte (CC)

1 Géomorphologie

Sol alluvial ancien

Sol alluvial nouveau

Dunes consolidées

Sable grossier argile

Sable fin

2 Bathymétrie (m)

< 5

[5 – 10]

[10-20]

[20-50]

> 50

3 Pente de la côte (%)

< 5

[5-10]

[10-20]

[20-30]

> 30

4 Érosion du trait de côte (m)

< 1

1- 3

3-5

5-10

>10

Socio-économique (SE)

5 Urbanisation (%)

<20

20-40

40-60

60-80

>80

6 Densité de la population (hab./km²)

<50

50-200

200-500

500-1000

>1000

7 Réseau routier (%)

<1

1-5

5-10

10-20

>20

Forçage côtier (FC)

8 Hauteur moyenne de la marée (m)

< 0,05

0,05-0,1

0,1-0,2

0,2-0,3

0,3-0,4

9 Hauteur significative des vagues (m)

< 0,5

0,5-1

1-1,5

1,5-2

>2

3 - Résultats

34Les scores des sous-indices et de l’IVC final sont synthétisés dans le tableau 4. Ces valeurs sont classées selon les seuils de PAEGELOW (2000) comme suit : [0-35] vulnérabilité faible, [35-45] vulnérabilité moyenne, [> 45 ] vulnérabilité forte.

Tableau 4 - Scores par communes et classement du niveau de vulnérabilité

communes

scores

niveau de vulnérabilité

CC

SE

FC

IVC

Rais Hamidou

43,7

16,66

25

28,47

faible

Bologhine

37,5

41,66

25

34,72

faible

Bab el Oued

56,25

50

25

43,75

moyenne

Casbah

31,25

33,33

25

29,86

faible

Alger Centre

43,75

25

25

39,58

moyenne

Belouizdad

56,25

41,66

25

40,97

moyenne

Hussein Dey

62,5

58,33

25

48,61

forte

Mohamadia

56,25

66,66

25

49,3

forte

Bordj El Kiffan

50

83,33

25

52,77

forte

Bordj El Bahri

43,75

50

25

39,58

moyenne

El Marsa

56,25

16,66

25

32,63

faible

35Les trois sous-indices de vulnérabilité ainsi que l’indice final IVC sont présentés cartographiquement (fig. 7, 8, 9, 10).

Figure 7 - Sous-indice ; caractéristiques de la côte par commune

Figure 7 - Sous-indice ; caractéristiques de la côte par commune

Figure 8 - Sous-indice ; forçage côtier par commune

Figure 8 - Sous-indice ; forçage côtier par commune

Figure 9 - Sous-indice ; facteurs socio-économiques par commune

Figure 9 - Sous-indice ; facteurs socio-économiques par commune

Figure 10 - Indice de vulnérabilité côtière IVC par commune

Figure 10 - Indice de vulnérabilité côtière IVC par commune

36Les trois communes à très forte vulnérabilité (Hussein Dey, Mohammadia, Bordj El Kiffan) (fig. 10) sont caractérisées par une forte vulnérabilité socioéconomique (urbanisation, forte démographie, densité du réseau routier, fig. 9), ainsi que par des caractéristiques physiques de la côte défavorables (érosion importante, littoraux sableux fragiles… fig. 7). Ce sont donc des communes ayant connu une artificialisation intensive, car l’ouest de la baie (centre-ville historique) était déjà très urbanisé (Alger-centre, Casbah, Bab Eloued). C’est le centre et l’est de la baie qui ont subi les pressions humaines les plus importantes en matière de logement (BELHAI-BENAZZOUZ et DJELAL 2010) du fait de l’exode rural et d’un foncier plus disponible (NEDJAI et al., 2016). De plus, les caractéristiques physiques littorales ne font qu’accentuer le taux de vulnérabilité (fig. 11).

Figure 11 - Érosion côtière à l’est de la baie d’Alger

Figure 11 - Érosion côtière à l’est de la baie d’Alger

37Les communes moyennement « vulnérables » (Bordj El Bahri, Belouizdad, Alger-Centre) se caractérisent par la présence d'au moins un facteur marqué de vulnérabilité : forte « densité de population » et fort « réseau routier » pour Alger-Centre, « érosion du trait de côte » pour Belouizdad, fort « taux d'urbanisation » pour Bordj El Bahri. Ces communes doivent faire l’objet de mesures anticipées, (limitation de l’urbanisation côtière, protection des dunes littorales et du sable de plage...), pour éviter de passer au niveau « forte vulnérabilité » dans un futur proche.

38Certains ouvrages récents de protection côtière, ne sont que des solutions temporaires, souvent mal-adaptées. Elles ne font qu’accentuer la vulnérabilité (RABEHI et al., 2017), ou dévier l’intensité des courants vers d’autres plages riveraines (Fig. 12).

Figure 12 - Érosion/protection du littoral de Bordj El Kiffan, Alger-est

Image 20000009000055E000006386E66BFC54.wmf

Crédit photographique : KADRI, 2017.

39Les solutions à venir doivent être donc porter vers des méthodes éco-responsables de protection côtière (CAMINADE, 1995), comme les végétaux brise-vent pour la fixation du sable, des récifs artificiels pour atténuer les impacts des courants, ou bien des pièges à sédiment pour récupérer le sédiment rejeté par les oueds à fort débit.

40Les communes faiblement « vulnérables » (Rais Hamidou, Bologhine, Casbah, El Marsa) se localisent aux deux extrémités de la baie, particulièrement sur la côte occidentale.

4 - Discussion

41Nous remarquons que dans cette étude, l’IVC est relativement plus influencé par le volet socio-économique que par les caractéristiques physiques de la côte ou les forçages côtiers (fig. 8). Par exemple, deux des trois communes les plus vulnérables (Mohamadia et Bordj El Kiffan,) sont des communes ayant subi la plus forte urbanisation au cours des dernières décennies (BERRAH, 2008), car ces communes possédaient le plus de foncier libre et ont donc fait l'objet d'une fort développement de l’habitat précaire (BRAHITI, 2008). Les parties centrale et orientale de la baie (communes d’Alger-centre, de Belouizdad...) étaient déjà urbanisées, ce qui explique la forte dégradation des rivages, comme le prélèvement de sédiments de plage ou le rejet direct des eaux usées (PNUE, 2005), entraînant des pollutions marquées et une urbanisation de la bande des 30 m du rivage, interdite « normalement » à la construction par la loi de 2002 (KACEMI, 2013).

42On constate que les communes qualifiées de vulnérables sont caractérisées par la présence de nombreuses structures récentes de protection contre l'érosion côtière (fig. 13). Ces équipements sont une réponse des autorités locales à une dégradation notable des littoraux, ce qui confirme leur vulnérabilité et donne plus de pertinence à la carte de l’IVC.

43Nos résultats confirment la vulnérabilité élevée des zones centrale et orientale de la baie d’Alger, comme le montrait déjà MIHOUBI et al. (2014). Au niveau national, l’application récente de l’IVC sur la baie de Béjaia (DJOUDER et BOUTIBA, 2017) montre également une vulnérabilité littorale croissante du fait des pressions démographiques. Notre approche se démarque cependant de ces travaux antérieurs, car elle adopte une application stricte de l’approche de MCLAUGHLIN et COOPER (2010).

44L’application de l’IVC sur la baie d’Alger, montre une influence forte des facteurs « socio-économiques » ; (urbanisation, densités de peuplement…), alors que sur les côtes libanaises (EL HAGE et al., 2011), le facteur « littoraux sableux » joue un rôle déterminant et au Brésil, dans l’estuaire d’Apodi-Mossoro, ce sont les littoraux les plus bas qui sont les plus vulnérables (BOORI, 2010). Dans ces deux exemples comparatifs, les « caractéristiques physiques de la côte » ont le plus d’influence sur le calcul de l’IVC, ce qui montre que la vulnérabilité varie nettement en fonction des spécificités locales des régions étudiées. Dans la baie d’Alger, les causes d’origine anthropique semblent prépondérantes dans le calcul de l’IVC.

45La caractérisation de la vulnérabilité propose plus une mesure de l’exposition des littoraux qu’une qualification finale du taux de risque (BORUFF et al., 2005). Les cartographies produites par ce type d’approche nécessitent donc une concertation avec les collectivités locales, pour une validation finale par expertise sur le terrain. L’évaluation du degré de vulnérabilité côtière permet une assistance aux gouverneurs pour la prise en compte de l’érosion côtière lors des mises à jour des plans d’aménagement communaux et régionaux (POS, PDAU). Cela permettrait une sélection préliminaire des communes les plus vulnérables (DURIYAPONG et NAKHAPAKORN, 2011). Afin de faire face à l’érosion généralisée des plages, une évaluation des impacts des ouvrages de protections existants (digues portuaires, épis, brise-lame…) sur les courants dominants de la baie est inéluctable. Cela permettrait de limiter les effets « accrétion en amont – érosion en aval », classiquement générés par certains ouvrages mal dimensionnés, et permettrait un diagnostic argumenté, nécessaire pour tout aménagement anti-érosion dans le futur.

5 - Conclusion

46La cartographie de la vulnérabilité, via l’application de l’IVC, est une méthode simple et aisément reproductible à différentes échelles géographiques (MUKHOPADHYAY et al., 2012). L'absence de données de base sur la baie d’Alger a été comblée en partie par les données de télédétection (urbanisation, réseau routier, trait de côte...). Ces résultats pourraient être améliorés dans le futur en alimentant les sous-indices de calcul de l’IVC avec d'autres types de données (patrimoine, cadastre agricole, réseau ferroviaire, carte sismique...).

47Les communes considérées comme vulnérables doivent subir une révision de leurs politiques de gouvernance, mais aussi une remise en question de l'efficacité des structures de protection côtière déjà établies, car leurs lignes de rivage demeurent encore particulièrement vulnérables.

48Pour une meilleure pertinence de la carte de vulnérabilité, les résultats peuvent être optimisés à l'avenir à une échelle plus grande. Cela nécessitera des efforts des différents acteurs locaux et nationaux pour disposer d’informations géographiques pertinentes, en particulier par la réalisation de campagnes de terrain.

49Pour une meilleure gestion intégrée des littoraux de la baie d’Alger, cette étude sera combinée à d'autres cartes locales dans une interface participative (Serveurweb, application SIG...). Cette initiative aura comme objectif de faire face au manque cruel de données de base et permettre de soutenir les projets de gestion durable.

ALBÉROLA A., ROUSSEAU S., MILLOT C., ASTRALDI M., FONT J., GARCIA-LAFUENTE J., GASPARINI G. P., SEND U., VANGRIESHEIM A., (1995), Tidal currents in the western Mediterranean Sea, Oceanologica Acta 18, 2, p.  273‑284.

BARON H.M., (2011), Coastal hazards and community exposure in a changing climate: the development of probabilistic coastal change hazard zones. M. Sc. thesis, Oregon State University, Corvallis, USA, p.  14‑19.

BERRAH M.K., (2008), Recensement général de la population et de l’habitat, Armature urbaine. Office national des statistiques, Collections statistiques 163/2011, 213 p.

BERRAH M.K., (2015), Démographie Algérienne-2014, Office national des statistiques, 690, 16 p.

BELHAI-BENAZZOUZ A., DJELAL N., (2010), Le foncier vecteur de l'étalement urbain Algérois, Acte de colloque Identity and territorial competitiveness, 20-22 septembre 2010, ASRDLF-AISRE, Aoste, Italie, p. 2‑5.

BOORI M. S., (2010), Coastal vulnerability, adaptation and risk assessment due to environmental change in ApodiMossoro estuary, Northeast Brazil, International Journal of Geomatics and Geosciences 1, 3, p. 620‑638.

BORUFF B. J., EMRICH C., CUTTER S-L., (2005), Erosion Hazard vulnerability of US coastal counties, Journal of Coastal Research 21, 5, p. 932942.

BRAHITI A., (2008), La problématique du foncier en Algérie, état des lieux et perspectives, Séminaire régional sur la problématique du foncier dans le développement socio-économique local, 25, 26 février 2008, Biskra-Algérie. p. 7‑24

CAMINADE D., (1995) Ouvrages de protection des côtes, Techniques de l’Ingénieur, traité de construction, C4 960, 16 p.

DJELLOULI Y., SACI A., (2003), Catastrophe naturelle : Les inondations dévastatrices du 9 et 10 novembre 2001 à Bab el Oued (Algérie). Publication de l'Association Internationale de Climatologie 15, p. 236242.

DJOUDER F., BOUTIBA M., (2017), Vulnerability assessment of coastal areas to sea level rise from the physical and socioeconomic parameters: case of the Gulf Coast of Bejaia, Algeria, Arabian Journal of Geoscience 10, 299, p. 17‑20.

DURIYAPONG F., NAKHAPAKORN K., (2011), Coastal vulnerability assessment: a case study of Samut Sakhon coastal zone, Songklanakarin Journal of Science and Technology 33, 4, p. 469476.

EGIS EAU, IAU-IDF, BRGM, (2013), Étude sur la vulnérabilité et l’adaptation de la Wilaya d’Alger au changement climatique et aux risques naturels. Phase 1 – Évaluation et représentation des sources de vulnérabilité, 12 p.

EL AMRAOUI S.M., ROUCHDI M., BOUZIANI M., EL IDRISSI A., (2017), Intégration du SIG et de l’Analyse hiérarchique multicritère pour l’aide dans la planification urbaine : étude de cas de la province de Khemisset, Maroc, Papeles de Geografía 63, p. 71-90.

EL HAGE M., FAOUR G., POLIDORI L., (2011), L'impact de l'élévation du niveau de la mer (2000-2100) sur le littoral libanais une approche par télédétection et cartographie diachronique, Revue française de photogrammétrie et de télédétection 194, p. 41-44.

FÜSSEL H.M., (2007), Vulnerability: a generally applicable conceptual framework for climate change research, Global Environmental Change 17, 2, p. 155-167.

GIEC/IPCC., (1992), A common methodology for assessing vulnerability to sea level rise- second revision. In: Global climate change and the rising challenge of the sea. Report of the Coastal Zone Management Sub-group, IPCC Response Strategies. 182 p.

GONG P., WANG J., YU L., Zhao Y., LIANG L. et al. (2013), Finer resolution observation and monitoring of global land cover: first mapping results with Landsat TM and ETM + data. International Journal of Remote Sensing 34, p. 2607–2654.

GORNITZ V.M., WHITE T.W., DANIELS R.C., BIRDWELL K.R., (1994), The development of a coastal risk assessment database: vulnerability to sea level rise in the US southeast, Journal of Coastal Research, SI 12, p. 327‑338.

GORNITZ V.M., WHITE T.W., CUSHMAN R.M., (1991), Vulnerability of the US to future sea level rise, Coastal Zone, Proceedings of the 7th Symposium on Coastal and Ocean Management, American Society of Civil Engineers, p. 1345‑1359.

GHODBANI T., BERRAHI-MIDOUN F., (2013), La littoralisation dans l’Ouest algérien : analyse multiscalaire des interactions hommes-espaces-écosystèmes, Espace populations sociétés 1-2, p. 231‑243.

HAFFAD T., (2004), Quelques conséquences économiques et sociales de l’évolution démographique en Algérie, Revue des sciences économiques et de gestion 3, p. 95-100.

HAMMAR-KLOSE E.S., PENDLETON E.A., THIELER E.R., WILLIAMS S-J., (2003), Coastal vulnerability assessment of Cape Cod National Seashore (CACO) to sea-level rise,  US Geological Survey, Open File Report 02-233, 18 p.

HEMDANE Y., BOUHMADOUCHE M., ATROUNE F., (2016), Identification des zones côtières à fort potentiel en énergie marine renouvelable (vagues/houles) à travers l’étude de la morphologie côtière et sous-marine et hydrodynamique, Revue des énergies renouvelables 19, 4, p. 543-552.

HUSSAIN M., CHEN D., CHENG A., WEI H., STANLEY D., (2013), Change detection from remotely sensed images: From pixel-based to object-based approaches, Journal of Photogrammetry and Remote Sensing 80, p. 91-106.

INSTITUT NATIONAL DE TÉLÉDÉTECTION ET DE CARTOGRAPHIE-ALGÉRIE (répertoire de téléchargement des couches numériques de base), [en ligne].

KACEMI M., (2013), Protection et valorisation du littoral en Algérie : Législation et instruments, Le cas des communes littorales d’Oran, Études caribéennes 20.

KADRI I., (2017), Impacts de l’implantation des ouvrages de protection sur la frange côtière de Bordj El Kiffan, Mémoire de fin d’études en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur d’état en sciences de la mer, École nationale supérieure des sciences de la mer et aménagement du littoral, Alger. 108 p.

LARARA M., NEDJARI A., MAOUCHE S., BENHAMOUCHE A., MEGHRAOUI M., (2012), Littoral algérien et risques de Tsunamis, Bulletin du service géologique national 23, 3, p. 241-251.

MANI MURALI R., ANKITA M., AMRITA S., VETHAMONY P., (2013), Coastal vulnerability assessment of Puducherry coast, India using analytical hierarchical process, Natural Hazards Earth System Sciences 13, p. 3291‑3311.

MAOUCHE S., MORHANGE C., MEGHRAOUI M., (2009), Large boulder accumulation on the Algerian coast evidence tsunami events in the western Mediterranean, Marine Geology 262, 1-4, p. 96-104.

MINISTÈRE DE L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE ET DE L’ENVIRONNEMENT (MATE), (2006), Rapport sur l’état et l’avenir de l’environnement, 490 p.

McFADDEN L., NICHOLLS R.J., VAFEIDIS A., TOL R.S.J., (2007), A methodology for modelling coastal space for global assessment, Journal of Coastal Research 23, 4, p. 911-920.

McLAUGHLIN S., McKENNA J., COOPER J.A.G., (2002), Socio-economic data in coastal vulnerability indices: constraints and opportunities, Journal of Coastal Research, SI 36, p. 487-497.

MCLAUGHLIN S., COOPER J.A.G., (2010), A multi-scale coastal vulnerability index: A tool for coastal managers? Environmental Hazards 9, 3, p. 233-248.

MIHOUBI M.K., BELKESSA R., LATRECHE M.A., (2014), Study of the Vulnerability of Coastal Areas of the Algerian Basin with the GIS, International Journal of Environmental Science and Development 5, 6, p. 522-525.

MOLINES N., (2007), Analyse de la valeur sociale des composantes environnementales d’un territoire soumis à l’introduction d’une nouvelle infrastructure linéaire, Apport des SIG et des méthodes multicritères, SAGEO 2007, p. 8-13.

MREE-PAP RAC/PAM., (2015), Stratégie nationale de gestion intégrée des zones côtières en Algérie, Appui PAMMedPartnership, UNESCO, 94 p.

MUKHOPADHYAY A., DASGUPTA R., HAZRA S., MITRA D., (2012), International Coastal Hazards And Vulnerability: A Review, Journal of Geology, Earth and Environmental Sciences 2, 1, p. 57-69.

NEDJAI R., BENSAID A., TUAN V.N., HAOUCHICHE A., NASREDINE M.N. (2016), Application of Remote Sensing and GIS to Assess the Construction Pressure on the Environment of Algiers (Algeria) During the Three Last Decades and Their Evolution by the Use of Markov Chain, Journal of Remote Sensing & GIS 5, 2, p. 1-8.

NICHOLLS R.J., (2002) Rising sea levels: potential impacts and responses. In: HESTER R, HARRISON RM (eds), Global environmental change, Environmental Science and Technology. Royal Society of Chemistry, Cambridge, 17, p 83-107.

NOURI M., OZER A., (2014), The urban fabric against natural hazards Case of the bay of Tipaza-Algeria, Geo-Eco-Trop 38, 1, p. 103-110.

O’BRIEN K., ERIKSEN S., SCHJOLDEN A., NYGAARD L., (2004), What’s in a word? Conflicting interpretations of vulnerability in climate change research. CICERO Working Paper 4, p. 1-16.

PAEGELOW M., (2000), L’Expression cartographique - Traitement statistique de l'information : La discrétisation, [en ligne], p. 83-87.

PNUE/PAM-PLAN BLEU, (2009), État de l’environnement et du développement en Méditerranée. PNUE/PAM-Plan Bleu, Athènes, Plan d’action pour la méditerranée, 204 p.

PNUE/PAM, (2012), État de l’environnement marin et côtier de la Méditerranée, PNUE/PAM – Barcelona Convention, Athènes, 96 p.

PNUE-CENTRE D'ACTIVITÉS RÉGIONALES, (2005), Gestion intégrée de la zone côtière GIZC, Plan d’aménagement côtier (PAC) de la zone côtière algéroise, 126 p.

POPULATION DATA, (2015), Atlas des populations des pays du monde, [en ligne].

RABEHI W., GUERFI M., MAHI H., (2016), Remote Sensing Data for Coastal Zone Vulnerability Assessment – The Bay of Algiers Case, Proceedings of Living Planet Symposium 2016, 9–13 May 2016 Prague, Czech Republic, ESA, p. 1-7.

SAATY T.L., (1990), How to make a decision : The Analytic hierarchy process. European Journal of Operational Research 48, p. 9-26.

SIVA SANKARIA T., CHANDRAMOULIA A.R., GOKULA K., MANGALA SURYAA S., SARAVANAVELA J., (2015), Coastal Vulnerability Mapping Using Geospatial Technologies, In Cuddalore-Pichavaram Coastal Tract, Tamil Nadu, India, Aquatic Procedia 4, p. 412- 418.

TORO J., DUARTE O., REQUENA I., and ZAMORANO M., (2012), Determining vulnerability importance in environmental impact assessment: the case of Colombia, Environmental Impact Assessment Review 32, 1, p. 107–117.

TURNER II B-L., (2010), Vulnerability and resilience: coalescing or paralleling approaches for sustainability science? Global Environmental Change 20, 4, p. 570-576.

WEATHERALL P., MARKS K.M., JAKOBSSON M., RICKARDS L., (2014), Global Bathymetric Data Sets - General Bathymetric Chart of the Oceans – GEBCO, [en ligne].

YELLES-CHAOUCHE A., ROGER J., DEVERCHERE J., BRACENE R., DOMZIG A., HEBERT H., KHERROUBI A., (2009), The 1856 Tsunami of Djidjelli (Eastern Algeria): Seismotectonics, Modelling and Hazard Implications for the Algerian Coast, Pure and applied geophysics 166, p. 283-300.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 - Zone d'étude (communes de la baie d'Alger)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8625/img-1.jpg
File image/jpeg, 2.1M
Title Figure 2 - IVC et ses trois sous-indices
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8625/img-2.jpg
File image/jpeg, 184k
Title Figure 3 - Bathymétrie, pente et trait de côte
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8625/img-3.jpg
File image/jpeg, 276k
Title Figure 4 – Taux d’urbanisation côtière
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8625/img-4.jpg
File image/jpeg, 204k
Title Figure 5 - Densité de population par commune
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8625/img-5.jpg
File image/jpeg, 92k
Title Figure 6 - Densité du réseau routier par commune
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8625/img-6.jpg
File image/jpeg, 124k
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8625/img-7.png
File image/png, 3.1k
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8625/img-8.jpg
File image/jpeg, 12k
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8625/img-9.png
File image/png, 4.4k
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8625/img-10.png
File image/png, 4.7k
Title Figure 7 - Sous-indice ; caractéristiques de la côte par commune
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8625/img-11.jpg
File image/jpeg, 260k
Title Figure 9 - Sous-indice ; facteurs socio-économiques par commune
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8625/img-12.jpg
File image/jpeg, 260k
Title Figure 10 - Indice de vulnérabilité côtière IVC par commune
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8625/img-13.jpg
File image/jpeg, 400k
Title Figure 11 - Érosion côtière à l’est de la baie d’Alger
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8625/img-14.png
File image/png, 1.5M
Top of page

References

Electronic reference

Walid Rabehi, Mokhtar Guerfi and Habib Mahi, « Cartographie de la vulnérabilité des communes de la baie d'Alger », Méditerranée [Online], Urban Spaces, Online since 19 April 2018, connection on 02 March 2021. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8625

Top of page

About the authors

Walid Rabehi

Doctorant, École nationale supérieure des sciences de la mer et de l’aménagement du littoral (ENSSMAL), BP 19, campus universitaire Dely Brahim, Alger, Algérie, Ingénieur, Centre des techniques spatiales, 1 avenue de la Palestine, BP 13 Arzew, Algérie, rabehi.walid@gmail.com

Mokhtar Guerfi

Professeur, Université des Sciences et Technologies Houari Boumediene, USTHB, BP 32 El Alia, Bab Ezzouar Alger, Algérie, sguerfi@yahoo.fr

Habib Mahi

Maître de recherches, Centre des techniques spatiales, 1 avenue de la Palestine, BP 13 Arzew, Algérie, hmahi@cts.asal.dz

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search