Skip to navigation – Site map

HomeSectionsRural Areas, Land PlanningLe futur espace hydraulique miner...

Le futur espace hydraulique minervois

Mutations de l’irrigation dans le contexte de la mise en place du projet Aqua Domitia
The future hydraulic system of the Minervois Region
Irrigation changes within the framework of the implementation of the Aqua Domitia project
Émilie Lavie, Morgane Guillemot and Coralie Mangeret

Abstracts

In the Languedoc Region (South of France), the on-going realisation of the project Aqua Domitia is expected to connect and extend three hydraulic systems: Jouarres, Orb and Rhône. In the Minervois Region, the current studied phase is the extension of Jouarres System by 2020. Property of BRL – company under concession of the Languedoc-Roussillon Region (now Occitania) –, the future interconnected network is expected both to secure access to irrigation-water and to limit the pressure on a fragile hydrosystem. However, this system should impact other water uses, as for drinking-water supply. A scientific survey is underway on the future connected area Jouarres and its margins; this paper presents some of the first results. Studying the making of a hydraulic landscape of networks archipelagos, fieldwork could allow highlighting territorial mutations.

Top of page

Full text

Les auteures souhaitent remercier ici l’ADREUC (Association pour le développement des rencontres et des échanges universitaires et culturels) de l’Aude pour sa participation au financement des missions de terrain des étudiantes en Master 1, ainsi que Gilles Arnaud-Fassetta et les relecteurs anonymes de la revue Méditerranée pour leur relecture et leurs commentaires pertinents sur notre texte.

1L’écrêtement des extrêmes hydro-climatiques en Méditerranée a été l’un des enjeux de la seconde moitié du xxe siècle. À l’échelle du département de l’Aude, la gestion des crues est prise en compte par les élus depuis la création du SMMAR (Syndicat mixte des milieux aquatiques et des rivières, Établissement public territorial de bassin), après les inondations catastrophiques en basse vallée de l’Aude, en 1999 (ARNAUD-FASSETTA et al., 2002 ; VINET et MESCHINET de RICHEMOND, 2005). À l’inverse, la gestion des pénuries n’est qu’une préoccupation politique récente et est née de la mutation de l’objectif du projet Aqua Domitia, à partir de 2009 (RIVIERE‑HONEGGER, 2010 ; RUF, 2012, 2015a). En effet, le premier projet Aqua Domitia, à savoir le transfert des eaux du Rhône vers Barcelone, a été refusé par la capitale catalane en 2009. Qu’importe, Aqua Domitia sera promu localement par la région Languedoc-Roussillon (RUF, 2012) : les eaux du Rhône seront utilisées pour sécuriser la demande en eau dans un contexte de croissance touristique et de changements climatiques. Si la priorité a d’abord été donnée à la mutation de la viticulture vers un vignoble irrigué, le projet doit aussi servir à sécuriser l’eau domestique des villes du littoral et, délester des pompages actuels les rivières et leurs nappes alluviales associées (BRL, 2015) ; il semble d’ailleurs que cet objectif deviennent de plus en plus important. Le projet est piloté par le groupe BRL (une société d’aménagement régional, délégataire de service public spécialisé dans les aménagements hydrauliques et le développement rural) sous concession avec la région.

2Le maillon Minervois est le système le plus éloigné du Rhône, et son projet dédié comporte deux phases :

  • À court terme (2020), le système Jouarres géré par BRL, qui irrigue les terres des communes d’Azille, Pépieux, Siran et la Livinière, devrait être étendu vers l’ouest. Aux moments de nos travaux de terrains (2016, 2017) les discussions étaient en cours sur le tracé, formalisé en grande partie en juillet 2017 (BRL, 2017).

  • À long terme, l’idée est de connecter des systèmes hydrauliques existants, à savoir les Systèmes Rhône (P. Lamour), Orb et Jouarres (fig. 1), afin de sécuriser l’accès quantitatif à la ressource en eau. L’extension du système Rhône est en cours, avec la finalisation des premières tranches des maillons Sud‑Montpellier, Nord Gardiole et Bitterois ; il en est de même avec l’extension du système Orb par la finalisation du maillon Littoral audois. L’interconnexion du maillon Minervois avec le système Orb n’est pas encore finement étudiée.

Figure 1 : Le système Aqua Domitia

Figure 1 : Le système Aqua Domitia

©Lavie, Guillemot, Mangeret, 2018, d’après divers documents BRL

3Le territoire du Minervois – situé dans et aux marges du système Jouarres – nous paraissait donc être un laboratoire intéressant pour comprendre dans un premier temps comment se fabrique un hydrosystème artificiel. La zone d’étude sur laquelle nous avons travaillé (environ 100 km²) correspond au tiers-ouest du pays Minervois (et non à l’appellation AOC éponyme, puisque seule une petite partie est classée) : il s’agit de plusieurs secteurs irrigués en rive gauche du fleuve Aude, sur le piémont de la Montagne noire (fig. 2).

Figure 2 : Schéma des systèmes irrigués dans la zone étudiée du Minervois audois

Figure 2 : Schéma des systèmes irrigués dans la zone étudiée du Minervois audois

©Lavie, Guillemot, Mangeret, 2018

4Au-delà des premières observations (compréhension de la pluralité des systèmes d’irrigation, types de cultures, organisation de la gestion, etc.), des entretiens semi-directifs auprès de gestionnaires, d’usagers et d’élus, nous ont aussi permis de mettre en évidence les dynamiques géographiques en jeu dans ce contexte d’extension d’un réseau d’irrigation. Par exemple, les intérêts des divers usagers de l’eau et des acteurs du territoire semblent présenter de nouveaux jeux de pouvoir ; la volonté d’homogénéisation de la gestion de l’irrigation, des types de réseau, et de production, se heurte à certaines difficultés topographiques, économiques ou de stratégies individuelles.

5Les recherches menées dans le Minervois visent donc à observer la mise en application sur plusieurs années d’un programme politique régional et ses implications à l’échelle d’un territoire d’une dizaine de communes. Plus généralement, ce cas d’étude sera à rattacher dans le cadre d’une réflexion sur les mutations techniques et gestionnaire des systèmes d’irrigation, dans un contexte d’agriculture mondialisée et de changements climatiques.

6Cet article présente donc des résultats d’une recherche en cours sur l’extension des systèmes irrigués. Après 1) un court état de la question sur l’irrigation en Méditerranée française et 2) la présentation de la méthodologie d’enquête, nous proposerons 3) une typologie de l’archipélisation de l’espace hydraulique du Minervois. Le contexte ainsi connu, nous pourrons discuter 4) des politiques régionales et locales qui font le cadre des mutations de l’espace hydraulique et 5) du développement de nouvelles logiques territoriales.

1 - De la gestion des pénuries à la gestion de l’abondance en Méditerranée française

7Le développement de l’irrigation en Méditerranée est lié aux extrêmes climatiques, et notamment aux problèmes de sécheresses édaphiques en période estivale. En France, ce furent « d’abord les usages domestiques (fontaines, captages de sources, lavoirs…) et surtout l’énergie hydraulique qui conduiront à la dérivation et à la canalisation de nombreux cours d’eau pour faire fonctionner les moulins » (ASPE, 2012, p. 8). Les premiers agrosystèmes irrigués se sont donc développés dès le Moyen Âge en Provence (VIDAL‑NAQUET, 1993 ; AMIEL et AMIEL‑DROUARD, 1998) et dans le Roussillon (RUF, 2012) depuis ces canaux à moulins. D’autres secteurs irrigués se créent plus tardivement dans la plaine de la Crau au xvie siècle (BELTRANDO, 2015). Mais ces aménagements restent peu importants : « seules les régions périphériques pratiquent l’irrigation : terres basses de Camargue, regatiu pyrénéen et terrasses cévenoles » (RUF, 2012).

8« La rupture d’une irrigation à plus grande échelle se fit lorsque les transformations économiques l’imposèrent » (ASPE, 2012), à savoir avec la Révolution industrielle qui a marqué le paysage de son empreinte. Beaucoup de systèmes gravitaires actuels sont ainsi hérités du xixe  siècle. Les premières décennies de l’hydraulique agricole de la Provence et du Languedoc-Roussillon sont marquées par les tours d’eau. Chantal Aspe (ASPE, 2012) fait d’ailleurs allusion aux vols d’eau dans les œuvres de Marcel Pagnol, Jean Giono ou Pierre Magnan, qui ont aussi participé à inscrire cette rareté de l’eau du ciel méditerranéen dans les mémoires collectives. Mais l’irrigation des grandes plaines n’était pas la seule vocation de cette hydraulique de grande taille. L’édification du canal de Marseille en 1849 qui détourne les eaux de la Durance, offre à la ville une possibilité d’irriguer les jardins ouvriers de certains secteurs (CONSALES, 2000) et surtout une sécurisation de l’adduction en eau potable. « En revanche, son usage agricole ne paraît jamais avoir été vraiment prioritaire. Comme si, malgré leur immense terroir, les Marseillais avaient jugé inutile de l'irriguer et de l'exploiter pour assurer l'autonomie alimentaire de la ville » (VIDAL‑NAQUET, 1993, p. 45).

9La seconde moitié du xxe  siècle marque une deuxième rupture dans ce système, avec le développement des barrages, jouant à la fois le rôle de protecteur contre les crues et de régulateur des débits, en somme des écrêteurs des extrêmes hydro-climatiques. D’immenses systèmes d’irrigation nés de la dérivation des eaux de rivières transforment peu à peu le territoire du Languedoc et de la Provence à partir du Rhône, du Verdon ou de la Durance notamment. Ces transformations infrastructurelles s’accompagnent de changements dans les structures de gestion à l’échelle des grands bassins, avec la Commission d'aménagement dite du Bas-Rhône pour l'aménagement de l'irrigation de la Camargue en 1947, devenue BRL ou la Société du canal de Provence née en 1957. Ces mutations dans la gestion se retrouvent aussi à l’échelle locale avec le développement des associations de propriétaires irrigants. Or la multiplication des barrages « a joué un rôle indéniable dans l’amnésie des savoir-faire et des connaissances populaires sur le système hydrologique des cours d’eau et affranchit les pratiques de gestion de la pénurie (…) [effaçant] ces siècles d’histoire avec une surprenante rapidité » (ASPE, 2012, p. 8). Les risques liés aux extrêmes hydro-climatiques – crues ou pénuries – sont souvent inacceptables pour les habitants, agriculteurs, voire même élus locaux.

10Sur le plan plus théorique, on est donc passé d’une pénurie en eau liée au milieu (supply-induced scarcity (PERCIVAL et HOMER‑DIXON, 1998) soit first-order scarcity (TURTON et OHLSON, 1999)), à, à l’inverse, une abondance induite structurellement par l’hydraulique (KAUFFER, 2006).

Cette représentation s’est rapidement inscrite dans les esprits, au point de faire imaginer aux générations nées dans les années 1960 qu’il en a toujours été ainsi. Difficile dans ce cadre de faire admettre qu’aujourd’hui, d’autres exigences naissent » (ASPE, 2012, p. 8).

11Il est d’ailleurs assez intéressant d’observer que ce passage très rapide de la pénurie à l’abondance dans le contexte de la grande hydraulique à l’échelle de la Méditerranée française, avait déjà été observé pour la seule ville de Marseille avec l’arrivée du canal dérivé de la Durance au xixe siècle : c’est

l'ancien rapport que les Marseillais avaient établi au fil des siècles avec l'eau que le Canal de la Durance vient brutalement modifier. Le manque chronique d'eau avait fait naître une culture de la rareté. Avec le Canal, c'est une culture d'abondance qui émerge et qui bouleverse l'ancien équilibre (VIDAL‑NAQUET, 1993, p. 76).

12La synthèse bibliographique ainsi dressée du passage de la gestion de la pénurie à celle de l’abondance – toute relative soit-elle – permet de mieux comprendre la situation locale du Minervois, et notamment l’attente de l’effectivité du maillon Minervois du projet Aqua Domitia.

2 - Méthodologies

13Afin de comprendre les mutations en cours sur ce territoire, nous avons réalisé 48 entretiens semi-directifs Si la plupart ont été faits de visu, un a été réalisé par téléphone, un second par échanges de mails. Les terrains se sont déroulés en février 2016, et en février et mai-juin 2017, ce qui nous a permis de rencontrer certains acteurs à deux ou trois reprises ; ainsi, 40 personnes ont été enquêtées, via des entretiens d’une à deux heures, non enregistrés mais retranscrits via des prises de notes. Les terrains de 2016 ont été réalisés dans le cadre de deux travaux de Master sur l’irrigation de la vigne (MANGERET, 2016), des vergers et des horts (GUILLEMOT, 2016) sur un secteur d’étude plus grand que celui présenté dans cet article ; les grilles d’entretiens dépendaient de chacune des deux problématiques. Lors des terrains de 2017, les grilles d’entretiens auprès des gestionnaires, élus et agriculteurs ont été modifiées en fonction des résultats précédents et de la redéfinition des objectifs.

14Parmi les acteurs interrogés, la moitié sont gestionnaires de l’eau (Chambre d’agriculture, syndicats de bassins, VNF (Voies navigables de France), syndicats d’arrosage) ou élus. Nous faisons le choix de ne pas en dire plus sur le nombre et la fonction afin de respecter au maximum l’anonymat.

15Ces entretiens nous ont permis de mieux saisir les enjeux liés à la protection de la ressource et aux politiques de partage de l’eau entre les différents usages : eau domestique, eau agricole, petits et grands irrigants, irrigation collective ou individuelle. Les échanges avec ces acteurs, souvent impliqués aussi à l’échelle du Département ou de la Région, mettent en lumière les axes prioritaires en matière de politique territoriale, mais aussi leurs possibles freins.

16Une autre série d’entretiens a été réalisée auprès d’agriculteurs, irrigant ou non. Il s’agit de viticulteurs et de producteurs de fruits et d’olives. L’intérêt de ces rencontres, au domaine ou en coopérative, était de saisir les stratégies collectives et individuelles, la complexité des liens et des tensions entre des agriculteurs aux philosophies de production assez différentes, afin de dégager de possibles trajectoires du territoire dans le cadre du maillon Minervois.

17Ce travail d’enquête sur les trajectoires de l’irrigation a été complété par la lecture de documents publiés par BRL et les élus régionaux, et le visionnage des vidéos de communication de BRL depuis 2008. Plus récemment, nous suivons également leur communication sur le réseau Twitter.

18Enfin, nous souhaitions ajouter à cette étude des modes de gestion de l’irrigation, une représentation graphique des réseaux, afin de mieux comprendre les mutations techniques. Nous avons ainsi réalisé sous SIG une synthèse des documents cartographiques de l’IGN pour les canaux d’irrigation superficiels (BD Carthage), et de BRL pour les réseaux lui appartenant. Pour les systèmes d’irrigation de la basse vallée de l’Argent-Double, nous avons effectué un recensement des pompages et des réseaux d’irrigation en février 2016 et en mai 2017. Cette cartographie permet de mieux visualiser l’extension des réseaux et leurs transformations.

3 - Un archipel de systèmes hydrauliques

19Les systèmes d’irrigation de ce secteur d’étude sont un « patchwork » (MANGERET, 2016) de situations liées à la réalité hydrologique et hydraulique. La topographie, les sources d’eau, mais aussi l’histoire et des choix politiques, ont façonné ce territoire de l’hydraulique. À termes probablement interconnectés, en cette fin de décennie 2010 les systèmes sont indépendants les uns des autres, ce qui nous permet de faire allusion aux archipels de réseaux d’eau potable étudiés en particulier par K. Bakker dans les périphéries des villes du Sud (BAKKER, 2003 ; KOOY et BAKKER, 2008).

20Quatre systèmes différents ont été mis en valeurs par nos travaux de terrain, sur cinq secteurs (fig. 2).

3.1 - L’irrigation gravitaire dans l’étang asséché de Marseillette

21L’étang asséché de Marseillette est une dépression fermée naturellement endoréique (DAVID et CAROZZA, 2013) qui se remplit d’eau lors des saisons humides (fin de l’automne à la mi-printemps). Repère de moustiques vecteurs de paludisme au Moyen Âge, l’étang a subi plusieurs tentatives d’assèchement. D’abord en 1626, par le creusement d’un drain (la Rigole de l’étang) qui a permis pendant quelques années aux eaux de s’écouler vers l’Aude (ASSOCIATION HISTOIRE D’AIGUES‑VIVES, [en ligne]). À l’image de l’asséchement et la mise en culture de l’étang de Montady (RUF, 2012), une dépression également fermée (DAVID et CAROZZA, 2013), l’étang de Marseillette est définitivement asséché au début du xixe siècle. Trois grandes rigoles complètent la Rigole de l’étang et drainent les eaux hivernales vers l’Aude ; peu à peu les sols se sont déchargés de leurs teneurs en sels (Association Histoire d’Aigues-Vives). Afin de disposer d’une eau douce, un tunnel a été creusé depuis l’Aude vers l’étang asséché, sur plus de 2 km (fig. 3).

Figure 3 : L’irrigation dans l’étang asséché de Marseillette

Figure 3 : L’irrigation dans l’étang asséché de Marseillette

a : Arrivée d’eau douce de l’Aude en sortir du tunnel de Naudy, b : Vue sur l’étang asséché de Marseillette et sa pluralité de cultures, c : Jeunes vergers équipés d’un système d’irrigation en goutte-à-goutte

Sources : Fond de carte et hydrographie : fonds IGN ; réseau d’irrigation : fonds IGN et relevés de terrain 2017 ; limite de l’ASA : BRL ; photographies : Lavie É., février et mai 2017.

22 Un canal fait le tour des anciennes rives de l’étang, points les plus hauts, et assure l’essentiel des entrées d’eau douce. Quelques cours d’eau intermittents du piémont complètent ce système. Au centre, les rigoles existent toujours et assurent le drainage des eaux vers l’Aude. C’est aujourd’hui une Association syndicale autorisée (ASA), en somme un syndicat d’arrosage, qui gère les droits d’eau et l’entretien du système (entretiens 2016, 2017). On y trouve de la vigne, beaucoup de vergers irrigués par des systèmes pressurisés, quelques fourrages et maraîchages, et des parcelles de riz. Ici, l’irrigation gravitaire est majoritaire, ce qui en fait un cas à part dans le Minervois. C’est aussi ce qui explique une certaine hétérogénéité des cultures et des paysages.

3.2 - Les irrigants ayant un droit d’eau sur le canal du Midi

23Réunis soit en ASA, soit en Association syndicale libre (ASL) lorsqu’ils sont moins nombreux, les irrigants riverains du canal du Midi ont pour certains des droits de dérivation ou de pompages dans le canal. L’eau est principalement dérivée de l’Aude à la prise de Villedubert, et transite vers le Minervois par le canal : « On y a droit car nos anciens ont participé à la construction de la prise » d’eau (entretien auprès d’un agriculteur, 2017). Parmi ces systèmes, on peut citer celui de l’ex-ASA des Plos (fig. 4) qui vient de fusionner avec d’autres dans l’ASA de Castelnau-La Redorte en 2016 (entretiens, 2016, 2017).

Figure 4 : Exemples de systèmes d’irrigation avec droit d’eau sur le canal du Midi

Figure 4 : Exemples de systèmes d’irrigation avec droit d’eau sur le canal du Midi

a : Prise d’eau dans le canal du Midi pour l’ex-ASA des Plos (canal de Puicheric8La Redorte), b : Système d’irrigation pressurisé et collectif dans l’ex-ASA des Plos. NB : Nous ne disposons pas du système d’irrigation précis de l’ASL Chemin du Birou (dit Valsèque), ce qui explique que le système soit schématisé.

Sources : Fond de carte et hydrographie : fonds IGN ; limites ZNIEFF : Inventaire national du patrimoine naturel ; réseau d’irrigation : relevés terrain 2017 et fonds IGN ; limite des ASA : BRL ; photographies : Lavie É., juin 2017

24 Une ASL est particulièrement intéressante, celle du chemin de Birou (entretien, juin 2017). Sur la partie haute du petit bassin versant de la Valsèque, se trouve l’étang de l’Estagnol (fig. 4). Il appartient à la Fédération des chasseurs et de la nature de l’Aude qui voit tout l’intérêt de le laisser en permanence en eau, afin d’une part de limiter la fermeture de ce paysage, et d’autre part d’éloigner quelques espèces (comme le sanglier) et laisser nicher plus tranquillement certaines espèces d’oiseaux. Il est d’ailleurs classé en ZNIEFF 1. Si l’hiver il se remplit seul avec les pluies, il lui fallait un soutien en été puisqu’il est artificiellement exoréique suite au creusement d’un drain. Les agriculteurs du bassin versant se sont vus proposer il y a une dizaine d’années un système ingénieux : ils participaient conjointement avec la Fédération des chasseurs à la construction d’une station de pompage dans le canal du Midi et au réseau d’irrigation (7 km de réseau, 16 bornes). Ce réseau quitte le canal et aboutit en amont du bassin versant : il alimente d’abord quelques hectares irrigués, puis l’étang puis d’autres agriculteurs en aval. 85 ha sont irrigués sur l’ensemble des 135 ha de cette ASL.

3.3 - Le système BRL depuis l’étang de Jouarres

25Le système Jouarres est un réseau géré par BRL mais indépendant des autres Systèmes Orb et Rhône/Philippe Lamour (fig. 2, fig. 5 et fig. 1). L’eau est prélevée dans l’Aude au niveau de Villedubert ; elle transite dans le canal du Midi (sous gestion de VNF) pour atteindre la réserve de Jouarres. Cet étang, dépression fermée au même titre que Marseillette (DAVID et CAROZZA, 2013), est ennoyé les mois humides et utilisé les mois secs pour alimenter le réseau BRL Jouarres ou un autre réseau plus en aval via le canal du Midi. Ce territoire est irrigué depuis les années 1990 par un réseau de canaux enterrés et des systèmes d’irrigation pressurisés, micro-aspersion et goutte-à-goutte (entretien, 2016). En bout de réseau, trois ASA (La Livinière, Siran et Pépieux) utilisent aussi l’eau de l’étang de Jouarres. C’est ce système hydraulique qui doit être étendu vers l’ouest.

Figure 5 : L’irrigation dans la basse vallée de l’Argent-Double et dans le système Jouarres

Figure 5 : L’irrigation dans la basse vallée de l’Argent-Double et dans le système Jouarres

a : Un hort cultivé en artichauts, arbres fruitiers, oliviers et vignes, b : Hort de maraîchage avec de la vigne non-irriguée au second plan, c : Seuil sur l’Argent-Double qui dérive l’eau vers des vignes, prélèvement in situ à substituer via Aqua Domitia.

Sources : Fond de carte et hydrographie : fonds IGN ; réseau d’irrigation : fonds IGN, BRL (système Jouarres), relevés terrain 2016 (Guillemot, 2016) et 2017 (vallée de l’Argent‑Double) : photographies : Lavie É. février et octobre, 2017.

3.4 - La basse vallée de l’Argent-Double

26Cet hydrosystème est le seul alimenté par les eaux de la Montagne noire. C’est-à-dire par les pluies cévenoles. De régime d’oued, l’Argent-Double, affluent de l’Aude en rive gauche, connaît des assecs ou des écoulements intermittents en saison sèche, à la fois dus aux variabilités climatiques et à la structure morphologique karstique, avec ses résurgences et ses pertes (ARNAUD-FASSETTA et al., 2002).

27Plusieurs systèmes individuels et collectifs cohabitent dans cette basse vallée. De fait, l’histoire a laissé des structures plus vraiment adaptées à la réalité de l’offre en eau.

28Sur les basses terrasses inondables de l’Argent-Double, les riverains pratiquent du maraîchage ; c’est ce que l’on nomme les horts. Parfois organisés en ASA, ces horts ressemblent plus à des jardins familiaux, où les maraîchers cultivent pour leur consommation personnelle.

29À Rieux-Minervois par exemple (fig. 5), les adhérents de l’ASA (près de 190) paient une adhésion avec droit d’arrosage d’environ 8 €/are annuellement (entretien, 2016). Deux seuils détournent les eaux de la rivière, en amont de la commune pour l’ASA et en aval pour d’autres jardins communaux. Des pompes dans la nappe alluviale assurent le relais lorsque la rivière ne fournit pas de débit suffisant (observations de terrains 2016, 2017).

30Eu égard aux écoulements intermittents de la rivière et à la circulation souterraine dans la nappe d’accompagnement, la plupart des agriculteurs qui irriguent (vignes et oliviers) ne pompent pas uniquement dans la rivière mais en sous-sols. Cela leur assure un complément lors des étés trop secs ou chauds, malgré parfois des absences d’autorisation ou des restrictions préfectorales d’usage.

Le caractère assez anarchique de ces pompages crée quelques conflits de voisinage entre ceux qui sont situés en amont, et bénéficient d’une plus grande quantité d’eau, et ceux situés en aval qui se plaignent de ne pas avoir assez d’eau, voire de ne pas avoir d’eau du tout » (MANGERET, 2016),

31à tel point qu’un acteur local a qualifié de « Far West » le bassin de l’Argent‑Double (entretien, 2016).

32Certains grands domaines dérivent à titre individuel les eaux de l’Argent-Double. L’un d’entre eux dispose même d’un « droit d’eau » sur la rivière et un affluent, acquis depuis le xixe siècle (entretiens, 2016, 2017). Le propriétaire a consacré une partie de sa vie à enterrer des tuyaux, constituant un réseau secondaire d’irrigation, une sorte d’ASA sans le statut puisqu’il ne s’agit pas d’association de propriétaires.

33Sur le plan technique, la plupart des irrigants ont recours au goutte-à-goutte, rares sont ceux qui arrosent par des canons ou qui ennoient les terres.

34En basse vallée de l’Argent-Double, l’hétérogénéité des situations individuelles et collectives, amène de fait des inégalités d’accès à la ressource. Conjugué à des étés 2015 et 2016 exceptionnellement secs, le contexte explique logiquement le succès du projet Aqua Domitia auprès des acteurs rencontrés (agriculteurs, gestionnaires, élus).

35Le quadruple secteur d’étude, avec son paysage en archipels de réseaux indépendants, individuels ou collectifs, est voué à muter, vers un système interconnecté régional, que la communication BRL et les élus nomment « modernisation ». Le projet maillon Minervois permettra à terme d’étendre les secteurs irrigués par l’étang de Jouarres vers l’ouest, en l’occurrence la basse vallée de l’Argent-Double pour ce qui est de la première phase. L’observation de la « modernisation » en cours sur ce secteur aval de l’Argent-Double, géographiquement au centre de secteurs déjà irrigués, permet de discuter de l’opportunité pour le Minervois, de participer au projet Aqua Domitia.

4 - Les mutations de l’espace hydraulique minervois : quels objectifs ?

36Si le projet Aqua Domitia est régional, le maillon Minervois permet aussi de répondre à des intérêts à l’échelle du bassin hydrographique comme du territoire local. Cela concerne de manière générale la sécurisation des ressources en eaux domestique et agricole afin de soutenir la durabilité du territoire.

4.1 - Un objectif politique régional : Aqua Domitia

37Le projet Aqua Domitia actuel correspond au prolongement du canal Philippe Lamour – géré par BRL – vers Narbonne, Béziers et la frontière espagnole. Il s’agit d’une artère littorale qui conjuguera à terme les eaux des fleuves Rhône (canal P. Lamour), Orb (RIVIERE‑HONEGGER, 2010 ; RUF, 2012 ; BRL, 2015 ; RUF, 2015a) et Aude (système Jouarres). Une combinaison de tuyaux d’eau brute et d’eau potable est peu à peu en train de transformer ce territoire. L’actuel système Orb, qui fournit de l’eau du fleuve éponyme aux communes héraultaises, va ainsi être lié au système Jouarres dans le Minervois et au système Rhône, interconnectant ces trois réseaux BRL. Aqua Domitia entre donc dans le cadre du projet Aqua 2020, devenu Réseau hydraulique regional de la région Languedoc-Roussillon puis de la région Occitanie.

38Ce projet s’insère dans un contexte à la fois environnemental (variations climatiques) et politique (décentralisation) (RIVIERE‑HONEGGER, 2010). D’abord, des années sèches (2005 par exemple) ont conduit à une situation de crise hydrique pour les agriculteurs notamment. Ensuite, le recul de Barcelone sur l’achat d’eau à potabiliser en 2009 fait suite à une politique française de décentralisation en 2008 :« l’État s’est désengagé de BRL et a remis à la Région l’entreprise et tout ce qu’elle possède (…). Les étapes successives d’avancées du projet (RUF, 2015a) ont été présentées par T. Ruf, géographe et ancien élu local écologiste, références auxquelles nous renvoyons les lecteurs (RUF, 2012, 2015b). Il y présente aussi ses doutes personnels sur l’intérêt d’un tel projet. Pour lui,

En Languedoc, la Région se considère maître de l’eau. Elle reprend une nouvelle fois le dossier du transfert du Rhône vers le sud. Si Barcelone a encore « mal choisi sa solution », cela n’empêchera pas de promouvoir Aqua Domitia en région » (RUF, 2012).

39« Le projet Aqua Domitia de 2011 est une sorte de projet très rétréci du premier », que ce soit en débit maximal ou en volume disponible « 10 % du projet antérieur, soit quelques 15 m3(essentiellement mobilisé entre juin et septembre) » (RUF, 2015a). Il a, au départ, surtout été soutenu par les agriculteurs (RUF, 2012) désireux de sécuriser leur production. Mais la demande en eau potable sur le littoral touristique est aussi un enjeu régional, comme l’attestent les nombreuses vidéos en ligne réalisées par BRL ou d’autres moyens de communication comme twitter et la presse locale.

4.2 - Un objectif politique local : substituer les prélèvements

40Le maillon Minervois serait, de fait, à long terme connecté aux Systèmes Orb et Rhône. Mais la phase qui est en cours de discussion consiste d’abord à étendre le système Jouarres. Sur les 3,8 millions de m3 d’eau que peut contenir l’étang, moins de 50 % des volumes sont actuellement utilisés par BRL et ses ASA clientes (fig. 2). 2 millions de m3 sont donc disponibles théoriquement pour étendre le réseau d’irrigation. Or, les besoins ont évolué, les secteurs à connecter n’ont pas encore été totalement définis, et surtout, les demandes de connexion ont tellement évolué entre les recensements de 2013 et 2015, qu’il est impossible d’alimenter tous les agriculteurs qui le souhaitent. Le phasage proposé par BRL et ses partenaires institutionnels prévoit dans un premier temps de connecter la seule basse vallée de l’Argent-Double, à savoir les communes d’Azille, La Redorte et Rieux-Minervois (fig. 5) (BRL, 2016, 2017). Les tensions actuelles entre les coopératives viticoles des secteurs semblent ralentir le processus (entretiens 2017) : pour simplifier, les coopératives représentant les viticulteurs les plus éloignés et les plus hauts sur le plan topographique, sont inquiètes que les travaux ne s’arrêtent qu’à la phase 1 – par manque de moyens économiques et de ressources disponibles, voire de volonté politique – et que les producteurs ne bénéficient pas d’eau à moyen terme, alors qu’ils ont eux-mêmes beaucoup œuvré à la mise en place du projet. Les coopératives où adhèrent les viticulteurs des zones basses, vraisemblablement connectés en premier, s’inquiètent de la pression mise par les secteurs hauts, leur reprochant de fragiliser le projet en étant trop gourmands trop vite.

41Pourquoi alors une telle volonté d’accélérer les processus et pourquoi un tel consensus des acteurs locaux sur l’aboutissement de ce projet ? Il s’agit d’un véritable enjeu d’aménagement du territoire.

42Pour le SMMAR (Syndicat mixte des milieux aquatiques et des rivières (cf. supra) et son syndicat de bassin en charge de l’Argent-Double le SMAC (Syndicat mixte Aude centre), substituer les prélèvements des agriculteurs dans l’Argent-Double et sa nappe d’accompagnement, est un enjeu majeur. Il faut répondre à la Directive cadre européenne sur l’Eau (DCE) de 2000 et aux lois nationales sur l’eau de 2006 (LEMA, Loi sur l’eau et les milieux aquatiques) et de 2014 (GEMAPI, Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations), dont un des objectifs est la continuité écologique des cours d’eau. Or l’Argent‑Double avec son régime d’oued et ses prélèvements est en très mauvais état. La basse vallée est même classée en ZRE (Zone de répartition des eaux) par la préfecture, ce qui implique une interdiction de l’augmentation des prélèvements, même pour la fourniture d’eau potable. Dès lors, la commune ne peut plus croître. Le département de l’Aude, via le SMMAR, a signé le premier Plan de gestion des ressources en eau (PGRE) de la région Occitanie (entretien, 2017). Il prévoit notamment la substitution des prélèvements agricoles, qui concernent 50 % des volumes.

43L’intérêt est triple : sécuriser la production des agriculteurs, laisser plus d’eau aux usages domestiques (eau potable) qui puisent aussi dans la nappe d’accompagnement de l’Argent‑Double, et améliorer l’état écologique de la rivière.

44En effet, l’interdiction de prélever de l’eau dans la rivière et sa nappe en 2020 dans le cadre de cet arsenal juridique (DCE, LEMA, GEMAPI, PGRE), devrait logiquement faire remonter le niveau piézométrique dans la basse vallée. La dépression causée par les prélèvements actuels accélère les écoulements souterrains. Leur arrêt pourrait alors ralentir l’inféroflux, faisant théoriquement remonter peu à peu les niveaux piézométriques d’aval en amont, permettant des résurgences légères dans le cours d’eau. Une moindre pression sur cette nappe d’accompagnement sécuriserait surtout la couverture d’eau potable. En effet, les communes de Peyriac-Minervois, Rieux-Minervois et La Redorte puisent leur eau dans la nappe d’accompagnement de l’Argent-Double et ont connu, notamment à l’été 2016, de graves problèmes de déficit. La remonté probable du niveau piézométrique avec la substitution des prélèvements agricoles est un bénéfice clairement attendu (entretiens, 2017).

45Le soutien des élus au maillon Minervois est fort, leurs intérêts étant souvent liés. Par exemple, le président du SMMAR et le président du SMAC sont respectivement maire et 1er adjoint de la commune de La Redorte ; le conseiller départemental du secteur concerné par l’extension du réseau est aussi l’administrateur de BRL, au CA duquel siège aussi le premier cité ; ils sont tous deux vice-présidents de Carcassonne-Agglo, la communauté d’agglomération de Carcassonne, gestionnaire de l’eau domestique des communes de la vallée de l’Argent-Double (à l’exception de Rieux-minervois). La substitution des prélèvements in situ par BRL leur permettrait donc de sortir de la Zone de répartition des eaux (ZRE), de sécuriser l’accès à l’eau potable pour leurs communes, circonscription et agglomération, tout en aidant financièrement BRL et les agriculteurs. Le soutien politique des élus locaux est fort, les promesses sont grandes, ce qui fait douter quelques usagers locaux (entretiens, 2017) : le projet n’est-il pas surdimensionné et trop médiatisé pour être réalisable ?

4.3 - Pour les irrigants, des objectifs différents

46Le projet maillon Minervois actuellement discuté a donc un double objectif : le premier est direct, il s’agit de l’irrigation de la vigne. Le second aura des effets à long terme : la substitution des prélèvements devrait soulager l’hydrosystème et sécuriser l’adduction en eau potable qui se fait via la nappe d’accompagnement de l’Argent-Double.

47La vigne est donc le premier maillon du projet sur le plan chronologique. Les viticulteurs qui ne peuvent pas irriguer par manque de financements, par éloignement à la rivière ou par choix de moins produire pour des questions de cahier des charges d’AOC Minervois, ont pu par exemple s'orienter vers des cépages plus adaptés aux conditions de sécheresse ; mais la plupart des viticulteurs rencontrés nous ont affirmé vouloir disposer d’un accès à l’eau. Jusqu’aux années 1980, l’irrigation en Languedoc-Roussillon a été utilisée pour maximiser les rendements dans les basses plaines. Depuis le tournant qualitatif, elle est au contraire utilisée pour améliorer la qualité et la stabilité de la production (LEREBOULLET, 2014 ; MANGERET, 2016). Cette mutation vers le qualitatif est mise en avant dans les médias et la bibliographie scientifique. Pour autant, elle ne semble pas si évidente dans le secteur étudié. En effet, nous pouvons retenir de nos entretiens auprès de viticulteurs et de gestionnaires locaux, deux philosophies principales : des viticulteurs seniors installés sur les terres les plus basses et les plus proches de l’Aude irriguent déjà dans le but de produire plus de vins de table afin de concurrencer les vins espagnols ; leur production est souvent vendue au négoce. Cette stratégie de production est à l’inverse rejetée par les viticulteurs et/ou vignerons de moins de 50 ans qui optent pour une irrigation de quelques parcelles d’AOC Minervois et surtout d’IGP Pays d’Oc. Ceux-là irriguent ou veulent irriguer pour sécuriser la production les années les plus sèches. Les orages dits « du 14 juillet et du 15 août » semblent suffire à plusieurs viticulteurs pour assurer le développement de leurs raisins. L’irrigation pourrait donc combler les manques lors des étés sans orage comme en 2016, ou avec un seul épisode pluvieux comme en 2017.

48Tous les autres usagers des rivières et des nappes seront les bénéficiaires des effets indirects. On peut notamment compter les distributeurs d’eau domestique (cf. supra), mais aussi les maraîchers des communes de Rieux-Minervois et Peyriac-Minervois. Regroupés en ASA sur les terrasses de l’Argent-Double, ils dérivent l’eau de la rivière ou ont recours à des pompages dans la nappe alluviale lorsque le cours d’eau est en assec (entretiens, 2016 et observations de terrain, 2017). Leur pression sur le milieu n’est pas très forte en termes de volumes puisque la plus grande part repart à la rivière. Mais ils court-circuitent un tronçon du cours d’eau et agissent donc sur la continuité écologique (entretien, 2017). Ils devront vraisemblablement à terme optimiser leurs usages (entretien, 2017), mais la substitution des prélèvements viticoles devrait leur être bénéfique : en effet, une moindre pression sur la nappe en aval devrait ralentir l’inféroflux et rehausser les niveaux d’eau, en sous-sols, dans les sols et en surface. Riverains directs, ils pourraient ainsi disposer de plus d’eau.

49Bien que marqueur territorial du Minervois, la vigne ne constitue donc pas un usage de l’eau déconnecté des autres, mais bien un maillon de la gestion de l’hydrosystème. La lecture et le visionnage des documents et vidéo des élus régionaux et de BRL publiés depuis 2008 montre un glissement des objectifs d’Aqua Domitia vers les usages domestiques. Les contraintes imposées par l’Europe du retour à un bon état écologique des rivières et l’urgence de sortir de la ZRE changent la donne en termes de jeux de pouvoir. En effet, si la substitution des prélèvements passera par les viticulteurs, l’objectif ne s’arrête pas à leurs seuls besoins : la baisse de la pression sur les milieux et l’augmentation des volumes disponibles pour les usages domestiques deviennent prioritaires dans les politiques de gestion des hydrosystèmes. Cette trajectoire a été notamment permise par la mise en application de la loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République) de 2015, spécialement le transfert des compétences d’adduction en eau potable des communes vers Carcassonne-Agglo, moins intimement liée au milieu viticole. Ces jeux de pouvoirs au sein de l’agglomération entre son centre et ses périphéries plus agricoles, devront être étudiés par des enquêtes plus approfondies.

5 - De nouvelles logiques territoriales

50Les travaux en cours dans le Minervois nous permettent, après deux années de terrain, de proposer quelques pistes qui pourront être observées dans les années à venir. De nouvelles logiques territoriales sont donc en train de se développer : cela concerne la gestion de l’irrigation et des processus d’homogénéisation du territoire.

5.1 - Un retour à l’irrigation collective

51Les systèmes irrigués méditerranéens se sont développés via des actions collectives. En effet, détourner l’eau des rivières et fleuves et la distribuer via un réseau d’irrigation sous‑entend de fait une collectivisation de l’alimentation en eau (RUF et RIAUX, 2008 ; GHIOTTI et RIVIERE‑HONEGGER, 2009 ; ASPE, 2012). Cette gestion à l’échelle locale

est le point fort des associations syndicales autorisées (ASA) françaises qui disposent de la reconnaissance de leurs droits anciens établis parfois au Moyen Âge, reconnus par le Code civil après la révolution française comme des droits fondés en titre, et confirmés par la loi de 1865 instituant les associations syndicales, puis la récente loi de modernisation des ASA » (RUF et RIAUX, 2008).

52Or, les chercheurs ont mis en exergue une mutation dans les systèmes d’irrigation dans les années 1990-2000 : d’une part une gestion de plus en plus individuelle, grâce aux flous juridiques ou des incitations politiques aux forages dans les nappes ; d’autre part le recours de plus en plus courant à une irrigation pressurisée (goutte-à-goutte, aspersion). À l’échelle mondiale, ces mutations ont aussi été observées dans les grandes oasis mondialisées comme à Ica ou dans la Pampa de Villacuri au Pérou (MARSHALL, 2009, 2014), dans le Cuyo argentin (ROBILLARD, 2010 ; MORABITO et al., 2012 ; LAVIE et al., 2017), ou encore à Gabès en Tunisie (ABDEDAYEM, 2009 ; VEYRAC-BEN AHMED et ABDEDAYEM, 2017). La Méditerranée septentrionale ne fait donc pas exception (RUF et RIAUX, 2008).

53Dans le Minervois, la vallée de l’Argent-Double se démarque puisque des stratégies individuelles existent depuis le xixe siècle, avec des droits d’eau accordés à certains domaines (que l’on appelle localement des campagnes). L’adaptation des agriculteurs aux demandes des marchés a entraîné le recours à des variétés plus gourmandes en eau – comme l’olive de bouche ou la syrah – en même temps que les totaux pluviométriques baissaient. Dès lors, des cultivateurs qui n’irriguaient pas ont commencé à demander des autorisations de prélèvements, concluant à une multiplication des prises d’eau par des individuels dans la nappe ou le cours d’eau.

54De fait, l’extension du réseau va s’accompagner d’un retour à la collectivisation de l’irrigation. La Région soutient le projet à la condition que BRL ne connecte pas de propriétaires individuellement mais des ASA (entretiens, 2017). La connexion directe à BRL est un peu plus onéreuse, mais au moins un propriétaire la privilégierait, craignant qu’une ASA soit moins réactive en cas de problème, tandis qu’avec un contrat de maintenance avec le concessionnaire, les travaux seraient entrepris de suite. Pour autant, il devra comme les autres adhérer à une ASA qui passera le contrat avec BRL.

55Cette collectivisation est actuellement en cours sur le territoire :

  • Sur les bords d’Aude, les ex-ASA des Plos, de Castelnau, des coteaux de La Redorte, et des Parets, ont fusionné dans l’ASA fusionnée de Castelnau‑La Redorte, elle-même adhérente à l’Union des ASA Aude Centre (fig. 2 et fig. 5).

  • Les propriétaires individuels d’Azille et Rieux-Minervois qui souhaitent être connectés devraient à terme adhérer à une nouvelle ASA en construction, sous l’égide d’Alliance Minervois, cave coopérative majeure de la région (entretiens, 2017).

56De fait, le maillon Minervois via l’extension du système Jouarres est un retour à une gestion collective, seule la technique hydraulique diffère du contexte du xixe siècle.

5.2 - Homogénéiser le territoire : avant-postes et freins

57L’ensemble des observations faites concourent à une certaine homogénéisation du territoire (MANGERET, 2016). Avec son futur réseau d’irrigation d’échelle régionale, la technicisation via le goutte-à-goutte, la collectivisation de l’irrigation via les ASA (fusionnées ou créées), voire homogénéisation de la production, etc., l’extension du système Jouarres est un réel avant-poste de ce processus. Les acteurs rencontrés dans la basse vallée de l’Argent-Double pointent cette homogénéisation, soit en la déplorant, soit en la soutenant.

58Pour autant, ce processus connaît aussi un certain nombre de freins. D’abord parce que des poches y résistent, notamment aux marges du futur système Jouarres. C’est le cas des ASA de jardins familiaux par exemple, dont le réseau collectif permet une irrigation gravitaire via dérivation des eaux de la rivière. C’est aussi le cas de l’étang asséché de Marseillette, unique sur ce territoire avec sa pluralité de cultures et son irrigation gravitaire. On peut aussi soulever le fait qu’avec la baisse des prélèvements dans l’Argent-Double et sa nappe d’accompagnement, la rivière pourrait retrouver une dynamique plus naturelle et se singulariser dans le paysage. La mosaïque paysagère sera probablement plus complexe qu’une homogénéisation totale du territoire.

Conclusions

59L’espace méditerranéen français a connu des siècles de gestion des pénuries en eau. Le recours à de grandes politiques de l’hydraulique a permis de réduire ce risque : d’abord au xixe siècle avec la dérivation des cours d’eau pour l’industrie des moulins ou l’adduction en eau potable suite aux épidémies de choléra, puis au xxe siècle avec les barrages qui ont permis de réguler les extrêmes hydro-climatiques. Cette gestion des extrêmes a participé à un imaginaire collectif de richesse en eau, induite par l’hydraulique. Or si le risque d’excès d’eau est régulièrement rappelé aux habitants, gestionnaires et élus, le risque de pénurie est une préoccupation finalement nouvelle. Les variations climatiques avec leurs années sèches et la décentralisation des services publics comme celui de l’hydraulique régionale, ont participé à un nouvel intérêt pour la gestion de la rareté de la ressource en eau.

60L’aménagement du territoire donne lieu à des spécialisations économiques qui revêtent des besoins en eau bien différents : les littoraux s’urbanisent et profitent du tourisme, les arrière-pays sont voués à une agriculture irriguée, particulièrement viticole. Il faut donc permettre le développement des espaces urbains et agricoles dans un contexte de péjoration des précipitations en saisons chaudes. Cela passe en Provence, dans le Languedoc et le Roussillon, par le recours à une irrigation dite moderne, économe en eau. L’idée n’est pas neuve, elle a fait l’objet de nombreux débats, notamment en Espagne (CLARIMONT, 2010 ; BUCHS, 2016) : transporter l’eau de territoires qui en ont vers des territoires qui en manquent, passer à des techniques pressurisées comme le goutte-à-goutte et revenir à une gestion collective pour optimiser la distribution et limiter les gaspillages. Le projet régional Aqua Domitia est donc un grand aménagement territorial qui suit des logiques de technicisation de l’irrigation et de spécialisation des activités économiques déjà mis en exergue dans de récents travaux sur les espaces irrigués (LAVIE et MARSHALL, 2017).

61À l’échelle du Minervois audois, nos travaux ont aussi mis en avant deux logiques qui ne s’opposent pas à la dynamique régionale : d’une part le retour à une gestion collective de l’irrigation, d’autre part la substitution des prélèvements afin de répondre à des politiques européennes de gestion des ressources. L’irrigation progresse donc, participant ainsi à une uniformisation des structures et des paysages agricoles. Elle pourrait à terme présenter un territoire avec des espaces irrigués assez homogènes et des rivières retrouvant des dynamiques plus naturelles avec la baisse des prélèvements in situ.

62Mais le front de cette homogénéisation, dont la basse vallée de l’Argent-Double est un laboratoire intéressant, permet surtout de mettre en lumière une situation actuelle très hétérogène. En effet, l’espace hydraulique minervois est très archipélisé : une pluralité des acteurs dans sa gestion, des sources d’eau variées (rivière, canal du Midi, pompages) avec leurs inégalités d’accès, des techniques d’arrosage multiforme (gravitaires, goutte-à-goutte, canon) et une production qui reste diversifiée (vignes, vergers, oliviers, fourrages, riz).

63Le futur espace hydraulique du Minervois tend donc vers une homogénéisation, avec le passage probable d’un archipel de réseaux vers un système interconnecté régional. Ces logiques territoriales mises en avant ici pourront être observées dans la décennie à venir. Pour nous, un nouvel objectif de recherches se détache en fin de quatrième partie : le passage d’une hydraulique pour l’agriculture à une hydraulique pour les usages domestiques. Cette mutation se fera de fait avec les agriculteurs et dans un contexte de variations climatiques et de protection de la ressource.

Top of page

Bibliography

ABDEDAYEM S., (2009), Mutations socio-spatiales et modes de gouvernance de l’eau dans les oasis périurbaines du gouvernorat de Gabès (Sud-est tunisien), Nanterre, Université Paris 10.

AMIEL G., AMIEL-DROUARD C., (1998), Histoire d’eau du pays de Manosque, Aix-en-Provence, Volx, 243 p.

ARNAUD-FASSETTA G., BELTRANDO G., FORT M., PLET A., ANDRE G., CLEMENT D., DAGAN M., MERING C., QUISSERNE D., RYCX Y., (2002), La catastrophe hydrologique de novembre 1999 dans le bassin versant de l’Argent Double (Aude, France) : de l’aléa pluviométrique à la gestion des risques pluviaux et fluviaux, Géomorphologie : relief, processus, environnement, 8,
n° 1 p. 17‑33.

ASPE C., (2012), Introduction. In Aspe C. (coord.), De l’eau agricole à l’eau environnementale. Résistance et adaptation aux nouveaux enjeux de partage de l’eau en Méditerranée, Paris, Quae, p. 7‑17.

ASSOCIATION HISTOIRE D’AIGUES-VIVES ([en ligne]) Un résumé de l’histoire de l’étang asséché de Marseillette.

BAKKER K., (2003), Archipelagos and networks: Urban water privatization in the South, The Geographical Journal, 169, n° 4, p. 328-341.

BELTRANDO G., (2015), La plaine de la Crau (ouest de la Provence), un territoire aux enjeux socio-économiques et écologiques en mutation, Cybergeo : European Journal of Geography, article 755.

BRL, (2015), Schéma directeur de desserte en eau brute sur le territoire du Miervois et à proximité de la réserve de Jouarres, 162 p.

BRL, (2016), Projet d’extension du Réseau Hydraulique Régional sur le Minervois - 1re Phase. Étude de faisabilité.

BRL, (2017), Projet d’extension du Réseau Hydraulique Régional sur le Minervois - 1re Phase. Étude de faisabilité.

BUCHS A. (2016), La pénurie en eau est-elle inéluctable ? Une approche institutionnaliste de l’évolution du mode d’usage de l’eau en Espagne et au Maroc, Bruxelles, Belgique, Peter Lang, 331 p.

CLARIMONT S. (2010), Le transfert d’eau : radioscopie de la contestation du projet de connexion Èbre-Llobregat (Espagne). In Schneier-Madanes G. (dir.), Paris, la Découverte, p. 255–273.

CONSALES J. N., (2000), Les jardins familiaux marseillais : laboratoires territoriaux d’une agriculture urbaine en Méditerranée. Méditerranée 95, Aix‑en‑Provence, Presses universitaires de Provence, p. 81-88.

DAVID M., CAROZZA J. M., (2013), Les dépressions fermées du Languedoc central et du Roussillon : inventaire, caractérisation géomorphométrique et essai de typologie, Géomorphologie : relief, processus, environnement, 19,
n° 4, p. 407‑424.

GHIOTTI S., RIVIERE-HONEGGER A., (2009), Eaux sous « pressions » et développement des territoires périurbains en Méditerranée occidentale (Languedoc-Roussillon). La vigne, le Sphaeromide raymondi et les piscines, Norois 211, p. 37-52.

GUILLEMOT M., (2016), La gestion de l’eau dans le bassin-versant de l’Argent-Double (Aude) : quelle(s) influence(s) sur les façons d’irriguer et de cultiver ? Mémoire de M1, Paris, Université Paris‑Diderot.

KAUFFER E., (2006), Le Mexique et l’eau : de la disponibilité naturelle aux différents types de rareté, Géocarrefour, 81, n° 1, p. 61-71.

KOOY M., BAKKER K., (2008), Splintered networks: The colonial and contemporary waters of Jakarta, Geoforum, 39, n° 6, p. 1843-1858.

LAVIE É., MARSHALL A., (2017), Oases and globalisation: ruptures andcontinuités, Berlin, Springer, 255 p.

LAVIE É., MORABITO J. A., SALATINO S. E., (2017), The Transformation of the Oases of Mendoza (Argentina): How the Provincial Socio-spatial Structure Was Reversed by the Crises of the 1980s and 2000s. In Lavie E. et Marshall A. Oases and Globalisation: Ruptures and Continuities, Berlin, Springer, p. 227‑242.

LEREBOULLET A. L., (2014), Vulnérabilité et capacité d’adaptation au changement climatique de deux systèmes vitivinicoles méditerranéens. Un cas d’étude comparatif France (Roussillon) - Australie (McLaren Val). Thèse de doctorat, Paris, Université Paris-Diderot.

MANGERET C., (2016), Une stratégie d’adaptation économique d’un territoire viticole : l’irrigation de la vigne dans le Minervois (bassin versant de l’Argent-Double). Mémoire de M1, Paris, Université Paris-Diderot.

MARSHALL A., (2009), S’approprier le désert. Agriculture mondialisée et dynamiques socio-environnementales sur le piémont côtier du Pérou. Le cas des oasis de Viru et d’Ica-Villacuri. Thèse de doctorat, Paris, Université Panthéon-Sorbonne - Paris I.

MARSHALL A., (2014), Apropiarse del desierto. Agricultura globalizada y dinámicas socioambientales en la Costa peruana, Lima, IRD-IFEA.

MORABITO J., SALATINO S.E., SCHILARDI C., (2012), El desempeño del uso agrícola del agua en los oasis de los ríos Mendoza y Tunuyán a través de nuevos indicadores, VI Jornadas de Actualización en Riego y Fertirriego, Mendoza.

PERCIVAL V., HOMER-DIXON T., (1998), Environmental Scarcity and Violent Conflict: The Case of South Africa, Journal of Peace Research, 35, n° 3, p. 279-298.

RIVIERE-HONEGGER A., (2010), Les Associations syndicales autorisées en Languedoc-Roussillon : entre l’expérience ancestrale et une vocation de gestion concertée de la ressource (France). In Schneier-Madanes G. (Dir.) L’eau mondialisée, Paris, la Découverte, p. 323‑335.

ROBILLARD J., (2010), L’accès à l’eau dans l’Oasis de Valle de Uco (Province de Mendoza, Argentine). Quand l’agriculture sort des périmètres irrigués traditionnels pour transformer le désert en vignoble. Mémoire de M2, Paris, Université Panthéon-Sorbonne - Paris I.

RUF T., (2012), Le projet Aqua Domitia : intérêt et limites, Pour, 213 n° 1, p. 65‑74.

RUF T., (2015a), Transférer l’eau du Rhône dans le Languedoc : regard critique sur les incidences du projet Aqua Domitia et les contradictions territoriales, Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement, 25-26.

RUF T., (2015b), Controverses autour d’Aqua Domitia. Jeux d’acteurs et implication d’un géographe, In Vidal L. (dir.) Les savoirs des sciences sociales : débats, controverses, partages, Marseille, IRD, p. 125-145

RUF T., RIAUX J., (2008), Innovations sociales et institutionnelles dans la gestion de l’irrigation en Méditerranée - Synthèse générale, ISIIMM, 122 p.

TURTON A., OHLSON L., (1999), Water scarcity and social stability: towards a deeper understanding of the key concepts needed to manage water scarcity in developing countries, MEWREW Occasional Paper No. 9.

VEYRAC-BEN AHMED B., ABDEDAYEM S. (2017) Oases in Southern Tunisia: The End or the Renewal of a Clever Human Invention? In Lavie É. et Marshall A., Oases and Globalisation: Ruptures and Continuities, Berlin, Springer, p. 3‑16.

VINET F., MESCHINET DE RICHEMOND N., (2005), Territoires et acteurs du risque d’inondation torrentielle en France méditerranéenne, Bulletin de l’Association de géographes français, 82 n° 1, p. 116‑126.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 : Le système Aqua Domitia
Credits ©Lavie, Guillemot, Mangeret, 2018, d’après divers documents BRL
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8656/img-1.png
File image/png, 88k
Title Figure 2 : Schéma des systèmes irrigués dans la zone étudiée du Minervois audois
Credits ©Lavie, Guillemot, Mangeret, 2018
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8656/img-2.png
File image/png, 91k
Title Figure 3 : L’irrigation dans l’étang asséché de Marseillette
Caption a : Arrivée d’eau douce de l’Aude en sortir du tunnel de Naudy, b : Vue sur l’étang asséché de Marseillette et sa pluralité de cultures, c : Jeunes vergers équipés d’un système d’irrigation en goutte-à-goutte
Credits Sources : Fond de carte et hydrographie : fonds IGN ; réseau d’irrigation : fonds IGN et relevés de terrain 2017 ; limite de l’ASA : BRL ; photographies : Lavie É., février et mai 2017.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8656/img-3.jpg
File image/jpeg, 308k
Title Figure 4 : Exemples de systèmes d’irrigation avec droit d’eau sur le canal du Midi
Caption a : Prise d’eau dans le canal du Midi pour l’ex-ASA des Plos (canal de Puicheric8La Redorte), b : Système d’irrigation pressurisé et collectif dans l’ex-ASA des Plos. NB : Nous ne disposons pas du système d’irrigation précis de l’ASL Chemin du Birou (dit Valsèque), ce qui explique que le système soit schématisé.
Credits Sources : Fond de carte et hydrographie : fonds IGN ; limites ZNIEFF : Inventaire national du patrimoine naturel ; réseau d’irrigation : relevés terrain 2017 et fonds IGN ; limite des ASA : BRL ; photographies : Lavie É., juin 2017
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8656/img-4.jpg
File image/jpeg, 340k
Title Figure 5 : L’irrigation dans la basse vallée de l’Argent-Double et dans le système Jouarres
Caption a : Un hort cultivé en artichauts, arbres fruitiers, oliviers et vignes, b : Hort de maraîchage avec de la vigne non-irriguée au second plan, c : Seuil sur l’Argent-Double qui dérive l’eau vers des vignes, prélèvement in situ à substituer via Aqua Domitia.
Credits Sources : Fond de carte et hydrographie : fonds IGN ; réseau d’irrigation : fonds IGN, BRL (système Jouarres), relevés terrain 2016 (Guillemot, 2016) et 2017 (vallée de l’Argent‑Double) : photographies : Lavie É. février et octobre, 2017.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8656/img-5.png
File image/png, 503k
Top of page

References

Electronic reference

Émilie Lavie, Morgane Guillemot and Coralie Mangeret, « Le futur espace hydraulique minervois », Méditerranée [Online], Rural Areas, Land Planning, Online since 21 June 2018, connection on 28 September 2021. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8656

Top of page

About the authors

Émilie Lavie

Université Paris-Diderot, Sorbonne-Paris-Cité, UMR PRODIG (CNRS-8586), emilie.lavie@univ-paris-diderot.fr

Morgane Guillemot

Master 2 GEDELO, Université de Nanterre, guillemot.morgane@hotmail.fr

Coralie Mangeret

Master 2 BIOTERRE, Université Panthéon-Sorbonne, coralie.mangeret@gmail.com

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search