Skip to navigation – Site map

Les politiques hydrauliques et les modèles socio‑économiques d’aménagement de l’espace géographique dans l’Espagne de la dictature (1939‑1975)

Water Policies and Socio-Economic Models of Land Planning in Spain during the Dictatorship (1939-1975)
Gabino Ponce Herrero

Abstracts

From the late 19th century onwards, evidence of Spain’s economic underdevelopment sparked the interest of various Governments, seeking to use water more intensively (more infrastructures and increased irrigated areas). Up to the mid -20th Century, various irrigation, hydraulic engineering and colonisation plans were drawn up, with a clear sociopolitical bias, guided by growing interventionism, in the face of reticence from the private sector (agrarian and industrial). In the first stage of Franco’s regime, marked by autarchy, hydraulic policies were oriented towards the extension of irrigation systems, while the generation of hydroelectricity was relegated to a strongly regulated private sector. The progressive insertion of the dictatorial regime in the global economy was followed by a change in socioeconomic development strategies: the Government understood the important role of electrical energy and became a producer, in direct competition with private enterprise.

Top of page

Full text

1 - Introduction, hypothèse et objectifs

1Depuis la fin du xixe siècle, mais surtout au début du xxe, avec les grandes transformations sociales et politiques qui se sont produites dans toute l’Europe, les grands propriétaires agricoles fonciers espagnols ont vu dans la limitation de la productivité agricole une manière efficace de freiner les revendications sociales et de maintenir les structures politiques rigides du « vieil ordre », protégées par une monarchie faible (Alphonse XIII, 1886‑1931). Cette politique a conduit à la dictature du général Primo de Rivera (1923-1930). Dans ce contexte historique, le contrôle de l’eau s’est établi comme un outil efficace à la disposition de l’aristocratie latifundiste pour maintenir son statu quo, en opposition croissante aux deux autres grandes forces sociales du moment : a) la paysannerie revendicative, qui provoquait d’innombrables émeutes ; b) la bourgeoisie libérale qui, comprenait que l’augmentation de la productivité agricole favoriserait ses intérêts commerciaux (COURTOT, 1972), mais qui, convoitait le contrôle technique des débits pour faciliter l’usage industriel de l’eau, aux dépens des excédents agricoles.

2Pour cette raison, dans un pays éminemment agricole, bourgeois et commerçants ont défendu une réforme agraire (CARRION, 1931) inspirée de la pensée géorgiste (MARTIN, 2014). La réforme a dérivé vers des approches plus radicales (expropriations et confiscations) pendant la Seconde République espagnole (1931‑1936) et pendant la guerre civile.

3La victoire des forces conservatrices et l’instauration d’un régime fasciste ont fait régner les intérêts les plus développementalistes de la bourgeoisie. Avec la dictature du général Franco (1938‑1975), on reprend avec intérêt les travaux de règlement hydraulique, conçus comme des outils efficaces pour maintenir l’idéal ruraliste du nouveau régime (forcé par l’isolationnisme international), soutenir la perpétuation du pouvoir. Après la seconde guerre mondiale et le « nouvel ordre international », l’ouverture au monde occidental une évolution significative des stratégies.

4L’objectif général vise le passage progressif des politiques d’expansion des zones irriguées à la génération d’hydroélectricité, l’idéal de développement harmonieux (agricole) pour toutes les régions cédant le pas à une croissance industrielle inégale, dont la géographie de l’Espagne contemporaine est l’héritière. Selon ce schéma, les régions agricoles du versant occidental de la péninsule Ibérique – l’Espagne humide qui stocke l’eau et produit de l’électricité – voient leur croissance limitée au profit d’autres régions – l’Espagne sèche où la bourgeoisie soutient le développement industriel. Il s’agit de la même bourgeoisie qui, avec la démocratie et la nouvelle orientation socio-économiques favorables au secteur tertiaire, réclamera ces ressources pour assouvir sa soif de développement touristique et résidentiel. Cette réorientation s’effectue aujourd’hui plus difficilement que pendant le franquisme à cause des stratégies développées par chaque communauté autonome, en pleine bataille pour le contrôle de cette ressource si éminente. Les communautés méditerranéennes insistent sur le fait que l’eau doit être acheminée là où elle obtient une plus grande productivité – industrie, urbanisme, tourisme –, tandis que du côté atlantique on retient les débits pour permettre l’expansion de nouvelles zones irriguées – la rentabilité de ces opérations est incertaine (leur viabilité est assurée par les subventions de la Politique agricole commune), mais elles ont l’avantage de retenir la population, en limitant les départs migratoires.

5Historiquement, la réglementation de l’usage des ressources hydriques a constitué une stratégie essentielle pour améliorer les rendements agricoles et nourrir la population. La présente étude porte sur la gestion des stratégies à caractère public, cristallisées au xxe siècle sous la forme de politiques d’exploitation des ressources hydriques, appliquées à la transformation de la société et de l’économie, avec l’appui politique des gouvernements. Notre attention portera spécialement sur la dictature franquiste, car c’est à cette époque qu’ont eu lieu les réalisations les plus importantes (plans nationaux pour les ouvrages hydrauliques, l’irrigation, la colonisation et l’électrification). Une nette différence s’établit entre la période qui précède et celle qui suit l’isolement international du régime.

6Nous soumettons l’hypothèse que les plans d’exploitation de l’eau, guidés continuellement par des intérêts politiques et de classe, ont davantage bénéficié de facteurs conjoncturels – l’autarcie et les stratégies internationales – que des plans de développement. Nous affirmons notamment que, pendant la première période franquiste, la politique hydraulique a été orientée vers l’agrarisme au nom de certains intérêts idéologiques, en négligeant les bénéfices sociaux de la production électrique. Ces événements se sont produits dans un pays doté alors d’un développement industriel exceptionnel, capable d’engendrer des emplois plus nombreux et productifs que le secteur agricole, tout en développant chez la classe ouvrière une conscience propre, revendicatrice et dynamique. Pendant la seconde étape de la dictature, en revanche, les facteurs extérieurs (pression internationale) ont favorisé une réorientation de « l’intérêt général » vers l’électricité, en dépit du contexte libéral d’ouverture aux marchés internationaux, qui ont atténué (et non empêché) le contrôle dictatorial sur cette ressource si convoitée.

7L’objectif principal de cet article est de démontrer que les changements de politique hydraulique en Espagne dépendent de facteurs externes. Il s’agit d’analyser l’influence des idées du réformisme libéral (fin du xixe siècle), du « régénérationnisme » (Deuxième République) et du premier franquisme sur ces politiques. Le second objectif est d’analyser le déséquilibre régional hérité du franquisme, et d’étudier la manière dont les grandes infrastructures créées pour l’expansion de l’irrigation ont été exploitées en vue du développement industriel et tertiaire de régions éloignées. Les sources statistiques proviennent des Anuarios Estadísticos de España, édités par l’Institut national de statistique et du volumineux recueil intitulé Estadísticas históricas de España, coordonné par Carreras et Tafunell (CARRERAS et TAFUNELL, 2005).

2 - Retard de développement et gestion de l’eau

2.1 - Le retard en contexte

8La croissance de la population espagnole dans la première moitié du XXe siècle est l’une des plus importantes d’Europe occidentale, et ce, malgré des ressources limitées (emplois temporaires mal rénumérés dans la campagne, faible industrialisation). Le taux de croissance annuel moyen de la population entre 1913 et 1950 est de 0,87 % en Espagne, de 0,64 % en Italie, de 0,45 % au Royaume‑Uni, de 0,13 % en Allemagne et de 0,02 % en France (source INE). Dans ces conditions, le surplus démographique suscite un intense courant migratoire, principalement vers l’Amérique latine, favorisé par la Loi sur l’émigration de 1907 et par les facilités offertes par bon nombre de pays récepteurs. On estime qu’entre 1900 et 1930, 4,4 millions de migrants ont abandonné l’Espagne à destination de l’Amérique (SALLE, 2009). À l’exception de quelques villes, l’économie en Espagne était basée sur l’agriculture et les modes de vie étaient proprement ruraux. La richesse était limitée, comme le montrent les chiffres du PIB en 1913, en comparaison avec les pays voisins : Royaume‑Uni 4 921 dollars, Allemagne 3 648 dollars, France 3 485 dollars, Italie 2 564 dollars et Espagne 2 255 dollars (Instituto Nacional de Estadística).

9Le changement de modèle économique et le décollage industriel amorcé dans les années 1910 ont été entravés par un enchaînement de circonstances : les effets de la crise mondiale de 1929, puis la guerre civile espagnole (1936‑1939). Plus tard, l’isolement économique et politique international du régime franquiste conduira le pays vers l’autarcie, qui sera le moteur d’un développement agricole réel pendant les premières années de la « dictature ». Le traité signé avec les États‑Unis en 1953 ouvrira de nouveaux horizons, concrétisés par le Plan de développement de 1959, suivi de trois autres Plans de développement économique et social (1964-1967, 1968-1971 et 1972-1975). En fin de compte, il faudra attendre les années 1960 pour que l’économie se modernise sous l’impulsion des autorités, décidées à soutenir l’industrialisation et le tourisme.

2.2 - La gestion de l’eau, stratégie nationale de développement

10C’est à partir des propositions « réformistes » du xviiie siècle que, grâce à l’initiative de la Couronne, de nombreuses petites entreprises privées apparaissent dans toute l’Espagne (GIL, 1992). Elles travaillent à la construction d’ouvrages hydrauliques à échelle locale avec des résultats très variés : inachèvement, échec ou succès remarquables (LOPEZ, 1995), surtout dans les régions les plus arides du Sud (GIL, 1972 ; MULA, HERNANDEZ, GRIS, 1986), et toujours avec le soutien financier des corporations d’irrigants. Le développement de l’économie est un objectif prioritaire du réformisme. L’extension de l’agriculture et l’amélioration de ses rendements sont alors des questions essentielles, tout comme l’essor du commerce et de l’artisanat (DOMINGUEZ, 2016). Néanmoins, ce n’est qu’à partir de la fin du xixe siècle, avec le « Mouvement régénérationniste » que les entreprises de gestion de l’eau augmentent en nombre et en envergure, soutenues par l’initiative publique (GOMEZ, ORTEGA, 1987). Elles donnent lieu à la cristallisation d’une « politique hydraulique » à échelle nationale, favorable au développement d’une irrigation stratégique capable de « fixer » la croissance démographique – sans oublier l’usage de l’eau comme force motrice de développement industriel (GOMEZ, 1992). L’objectif est de retenir durablement la population et de surmonter le problème de la pauvreté rurale endémique. Ces propositions issues d’un débat ouvert entre intellectuels et hommes politiques sur la gestion adéquate de l’eau visent tant à renforcer l’économie qu’à favoriser la modernisation du pays (SWYNGEDOUW, 1999).

11Au début du xxe siècle, Joaquín Costa propose une politique nationale de transformation massive des terres non irriguées en terres irriguées, conformément à ce que devait être, selon lui, l’expression sublimée de la politique économique de l’Espagne (COSTA, 1911). À cette époque, la superficie totale irriguée atteint 1,08 millions d’ha en Espagne (environ 6 % du total de la surface cultivée). Ces zones sont considérées comme « terres irrigables historiques » par les plans et les lois qui vont plus tard favoriser le développement de cette technique (tableau 1).

12La Loi du 7 juillet 1911 sur les grandes terres irriguées (modifiée en 1925) constitue un précédent significatif pour le franquisme, bien qu’elle ait eu peu de succès, avec l’inauguration d’une véritable politique d’irrigation : l’État prend en compte « la rédaction des projets de lacs de barrage et de canaux d’irrigation en raison de leur grande utilité pour l’amélioration de la richesse nationale, et en tenant compte, du point de vue agronomique, des conditions de la zone irrigable » (GÓMEZ, 1953). Malgré des objectifs ambitieux, inertie et caciquisme dominants dans le monde rural (BARCIELA, 2002) ont fait que seuls 316 000 ha ont été transformés sous l’impulsion de cette loi. En 1932, le gouvernement socialiste de la Seconde République approuve la Loi de base (loi-cadre) de la réforme agraire pour l’expropriation et la répartition de terres « non cultivées ou mal cultivées ».

  • 1   Il y eut d’autres précédents avec peu ou pas du tout de succès, tels que les plans sur les ouvra (...)

13C’est dans ce même but qu’en 1933 le gouvernement de la Seconde République espagnole (ORTEGA, 1984) crée le Centre d’études hydrographiques et formule un Plan national sur les ouvrages hydrauliques1. Le directeur de ce plan, Lorenzo Pardo, met significativement l’accent sur le fait que l’initiative privée en milieu rural n’a pas obtenu de résultats probants en matière de modernisation agricole, alors que les agents sociaux employés dans le développement de l’industrie hydroélectrique « en dehors de l’action directe de l’État » rapportent beaucoup plus à l’économie espagnole, sans l’aide de l’État (PARDO, 1933). Il en conclut que l’intervention directe du gouvernement espagnol est nécessaire pour la coordination et le développement de tous les ouvrages de gestion hydraulique pour l’irrigation (GÓMEZ, 1953).

Tableau 1 – Espagne. Évolution de la superficie irriguée (milliers ha), eau retenue (millions de m3) et rapport m3/ha

Année

ha terres irriguées

% terres irriguées/total superficie cultivée

Eau stockée

rapport m3/ha

1900

1077

6

97,7

90,7

1935

1393

6,3

4033,4

2895,5

1950

1450

6,9

6445

4444,8

1960

1828,3

8,9

17314

9470,0

1965

2055

10,1

22876

11131,9

1970

2198,4

10,7

36628

16661,2

1976

2650,8

12,8

39165

14966,8

Source – Carreras et Tafunell, 2005, élaboré par l’auteur.

Fig. 1 – Capacité de stockage de l’eau (millions de m3), surface irriguée (milliers d’hectares), rapport m3 eau stockée/ha surface irriguée, à l’échelle de l’Espagne.

Fig. 1 – Capacité de stockage de l’eau (millions de m3), surface irriguée (milliers d’hectares), rapport m3 eau stockée/ha surface irriguée, à l’échelle de l’Espagne.

Source – INE, Anuarios Estadísticos, élaboré par l’auteur.

14La guerre civile (1936-1939) et ses effets empêchent l’exécution de ce plan, qui inspirera pourtant les politiques hydrauliques de la dictature (ORTEGA, 1993) – bien que d’une façon moins harmonieuse et intégrée à la nature (GÓMEZ, 1992, 257) –, proclamées par le Plan national sur les ouvrages hydrauliques de 1940, qui, au début, va connaître un développement très lent. Entre 1935 et 1950, environ 57 000 ha sont transformés en terres irriguées (tableau 1) et la production d’électricité reste faible, sans grande variation jusqu’en 1950 (fig. 3). À partir de 1950, l’État assume comme priorité stratégique la transformation en terres irriguées. Mais l’augmentation la plus importante de la capacité de stockage se produit dans les années 1960, lorsque la politique d’irrigation est déjà reléguée au second plan face à l’industrialisation prioritaire et à l’approvisionnement urbain, conformément au changement de modèle socio‑économique de développement adopté par la dictature. Si le premier franquisme a vu dans la politique de colonisation une façon de surmonter la réforme agraire de la deuxième république (considérée comme plus politique et spoliatrice de droits fonciers que technique et efficace), cette stratégie entre en crise au milieu des années 1950 (ORTEGA, 1993). Le régime franquiste lui-même la considère comme coûteuse, économiquement inefficace et peu viable. Le rapport de 1962 de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement, élaboré en vue de la modernisation économique de l’Espagne, a plus de poids, et souligne, entre autres recommandations, la nécessité d’allouer des ressources en eau à des secteurs plus productifs (fig. 1).

2.3 - La première production d’hydroélectricité

  • 2 Certaines de ces entreprises se sont consolidées et sont aujourd’hui parmi les principaux fournisse (...)

15Pendant les premières décennies du xxe siècle, plusieurs petites entreprises de génération et de transport (très local) d’électricité vers les villes et les entreprises industrielles vont se succéder, en alternant diverses sources énergétiques2. Leur activité est toujours conditionnée par le fait que les ressources hydrauliques sont à réorientation des ressources hydrauliques destinées prioritairement à l’irrigation (depuis la Loi sur les eaux de 1879 jusqu’à la Loi sur les eaux de 1985).

16La Loi sur les grandes surfaces irriguées de 1911 insiste sur la vocation agricole des grands ouvrages d’infrastructure privés (qui étaient prioritaires, conformément aux idées libérales de l’époque), mais aussi des nouveaux ouvrages publics. À partir de 1925, le Décret de modification de la loi de 1911, signale que les agrandissements des lacs-réservoirs à des fins énergétiques et que la construction de nouveaux lacs dans ce même but peuvent être exécutés par le gouvernement, mais avec l’appui de particuliers, sous forme d’entreprises à capital mixte. Ce décret réglemente l’utilisation de l’énergie des barrages à partir des nouveaux excédents générés par l’expansion des capacités de stockage, en imposant des « aides » ou des redevances que les entrepreneurs industriels doivent reverser aux syndicats d’irrigation.

Tableau 2 – Eau stockée (millions de m3) et énergie électrique produite (millions de kWh)

1900

1939

1949

eau

électricité

eau

électricité

eau

électricité

TOTAL

97,7

-

4033,4

1059,5

6101,4

1982,4

Nord

-

-

135,4

26,8

213,4

56,7

Duero

-

-

1376

215,8

1613

334,9

Tage

24,2

-

341

90

376

101,9

Guadiana

15

-

37

0

37

0

Guadalquivir

-

-

722

137,2

1404

224,1

Sud

0,5

-

91,5

34,6

91,5

34,6

Segura

43

-

361

83,7

361

83,7

Júcar

14

-

58,7

5,5

908,7

631,4

Èbre

1

-

901

464,9

1087

514,1

Pyrénées orientales

-

-

9,8

1

9,8

1

Source – INE, Anuario Estadístico 1951, élaboré par l’auteur.

17En 1939, la capacité de production hydroélectrique est estimée à 1 059,5 millions de kWh (tableau 2), avec une distribution par bassins versants qui fait de l’Èbre (pourvoyeur des régions industrielles de Catalogne et du Pays Basque) le principal fournisseur (43,9 % du total des installations en Espagne), suivi du Duero (20,4 %) et du Guadalquivir (12,9 %). Dans le bilan effectué en 1949, on constate que près de 58 % de l’eau stockée se trouve dans les fleuves et rivières qui traversent les régions les moins développées de l’Espagne (Duero, Guadalquivir, Tage, bassins du Sud). Ce sont des espaces agricoles qui ont vu dans les réformes agraires une opportunité de développement. On y considère que l’exportation d’électricité vers les régions les plus développées du pays est une sorte d’expropriation sans dédommagement. Cette question se reposera plusieurs décennies plus tard (Juárez, 1998).

3 - La première période franquiste : l’autarcie en tant que vertu

3.1 - Irrigation et colonisation

18Il est généralement admis que le premier franquisme concevait l’irrigation comme un moyen privilégié d’améliorer la situation économique de la campagne espagnole. Situation qui accélérait le dépeuplement – sur fond d’injustice sociale historique – et encourageait le développement de mouvements politiques associatifs prompts à adopter des « idéologies dangereuses ». Le nouveau régime dictatorial se présente socialement comme le bienfaiteur des défavorisés, bien que dans la pratique les autorités soutiennent les grandes oligarchies de propriétaires fonciers, industriels et capitalistes (GÓMEZ, 1953 ; ORTEGA, 1993).

19Ainsi, les objectifs économiques-productivistes et politiques-sociaux peuvent expliquer la création rapide de l’Institut national de colonisation (INC). Trois textes sont promulgués : la Loi de base (loi-cadre)s pour la colonisation des grandes zones (en 1939, année où la guerre civile espagnole prend fin), la Loi d’expropriation des propriétés agricoles pour cause d’intérêt social en 1946, et la Loi sur la colonisation et la distribution de la propriété dans les zones irrigables en 1949. La nouvelle loi-cadre, en réponse à la loi de 1932, accusée de favoriser des « intérêts illégitimes », considère que la Seconde République est incapable de moderniser et de transformer les structures agraires, pour les rendre conformes au modèle capitaliste. Elle établit que les travaux d’infrastructure et la colonisation de vastes terres non irriguées, l’expansion des zones irriguées, mais aussi l’assèchement et la mise en culture des marais présentent un « grand intérêt national ».

20Ces deux dernières lois n’échappent pas à la controverse, car la protection de la propriété privée est au cœur du coup d’État et de la politique franquiste, en réaction à la distribution des terres entreprise par la Seconde République.

21Pour le Mouvement national (directives essentielles du franquisme), les stratégies d’irrigation se transforment en politiques sociales, avec un pas en avant qualitatif : plusieurs dispositions sont mises en place, de la simple transformation en terres irriguées jusqu’à la colonisation des terres (de préférence irrigables, mais aussi non irrigables) par le biais de nouveaux établissements de peuplement, et ce, sous l’impulsion de l’État.

22La politique de colonisation vise la création d’entreprises agricoles capables d’obtenir un niveau de production qui rendrait possible le maintien de la main-d’œuvre familiale et des ouvriers agricoles dans la campagne, tout en « semant » les principes du régime parmi les colons. Des aides économiques sont accordées pour tout ouvrage « visant à améliorer ou à participer à l’élévation du niveau de vie dans les campagnes, à créer des richesses et à contribuer au bien-être spirituel ou moral des paysans » (GÓMEZ, 1953).

23Bien que le gouvernement se soit érigé en défenseur de la propriété privée, le nouveau cadre légal permet d’exproprier les terres et d’exécuter les travaux nécessaires à l’installation des colons, ou de subventionner les ouvrages privés dans ce but. L’État assume la totalité des coûts des grands travaux d’infrastructure (lacs-réservoirs, grandes voies de communication, équipements urbains) ; il prend en charge jusqu’à 40 % du budget des réseaux secondaires (canaux, canalisations et voies d’accès) et jusqu’à 30 % des travaux privés (habitations et plantations).

24Cependant, ni les expropriations de l’État ni les transformations d’initiative privée ne sont suffisantes. C’est donc en 1949, par le biais de la nouvelle Loi sur la colonisation, que l’État s’arroge le rôle d’acteur principal, en accord avec la nature dogmatique et paternaliste du fascisme :

  • les terres à transformer sont classées en trois catégories : terres épargnées (qui avaient déjà été transformées), terres en réserve (20 ha par enfant légitime ou « légitimé » et par « famille agricole », superficie maximale de 125 ha) (CELESTINO, 2002) – les terres ne pouvant être expropriées restent en possession des propriétaires spoliés d’une partie de leurs biens) –, et les terres en excédent (le reste des terres expropriées, que l’État distribue aux colons) ;

  • le poids social important assigné à la famille s’observe à travers la distribution des terres par le biais de lots ajustés au travail d’une unité familiale. Ainsi, la petite exploitation familiale se développe, modèle unique reproduit dans toute transformation en terre irriguée. Un lot de 4 à 8 ha est vendu à chaque colon qui doit payer un intérêt annuel de 3 %, en espèces ou par le biais d’un pourcentage de la production, et ce durant une période de 15 à 35 ans. En outre, l’INC vend aux colons les moyens nécessaires à la réalisation des travaux agricoles (animaux, outils, instruments et engrais). Le colon devient donc un petit propriétaire endetté auprès de l’État, ce qui le rend plus docile. Moins enclin aux idées révolutionnaires, il devient aussi plus productif : lui et toute sa famille (femme et enfants) doivent s’appliquer quotidiennement aux tâches agricoles ;

  • cet endettement, auquel s’ajoutent parfois la mauvaise qualité de la terre et la méconnaissance des techniques d’irrigation et de travail des nouvelles plantations (déterminées par l’INC), rend non viables bon nombre d’exploitations. Les abandons donnent lieu à une redistribution aux propriétaires des parcelles limitrophes, qui voient leurs superficies grandir. Ce phénomène explique peut-être le décalage des chiffres du tableau 3 pour le nombre de colons rapporté en 1951 et 1956 par l’INE.

25Grâce à l’augmentation de la part de l’État, environ 1,2 million d’ha sont transformés entre 1950 et 1975 (tableau 1). Cependant, cette politique n’a pas eu la forte empreinte sociale qu’annonçait la propagande officielle. En effet, les grands propriétaires terriens ont pu bénéficier, tout comme l’État, des avantages du cadre légal et de l’aide économique. À la fin du processus, les propriétaires latifundistes ont accaparé près de 70 % des terres bonifiées par l’irrigation, contre 30 % attribuées aux nouveaux colons (Juárez, 1998).

26On en conclut que, au-delà des apparences, la politique de colonisation franquiste a favorisé les grands propriétaires terriens. Dans le cas de l’Espagne, les prétendus effets favorables de l’accroissement des superficies irriguées, selon les recommandations de la FAO dans le Projet de développement de la région méditerranéenne (1959-1959), ont commencé à être remis en question à partir de 1960, date à laquelle les observateurs ont commencé aussi à admettre l’impossibilité de résoudre le problème des campagnes par le biais d’une politique de colonisation.

27En 1953, l’accord signé avec les États-Unis met un terme à l’autarcie. La dictature change de modèle socio‑économique. Le revirement se manifeste à travers le Plan de stabilisation de 1959 (fig. 1) qui abandonne la planification des zones de colonisation, suite aux critiques émises sur les résultats de l’INC (PEPERKAMP, 1979). En effet, la demande d’adhésion de l’Espagne aux Communautés européennes en 1962 s’accompagne d’un audit externe réalisé par des experts de la Banque mondiale ; ceux-ci, dans leur rapport de 1962, remettent en question les pratiques interventionnistes de l’État et proposent un paquet de mesures de libéralisation. Ce rapport propose notamment de mettre fin aux pratiques de surdéveloppement caractéristiques de l’autarcie, telles que la colonisation agricole et la construction par l’État de grandes infrastructures d’irrigation car, d’après l’analyse de la Banque mondiale, ces pratiques n’ont eu qu’un succès limité, surtout si l’on tient compte du coût élevé des investissements publics. La Banque mondiale affirme que le gouvernement espagnol doit mettre fin aux interventions publiques destinées à corriger le dépeuplement des campagnes et les inégalités régionales (BANQUE MONDIALE, 1962). Les autorités sont invitées à orienter leurs stratégies de développement, y compris les politiques hydrauliques, vers l’industrialisation, le tourisme et le développement urbain.

3.2 - Le modèle physique et social des villages de colonisation agricole

28Le premier franquisme cherche, à travers la colonisation, à justifier une politique d’amélioration générale de la productivité agricole. D’une part, il voit dans l’irrigation, dans un contexte libéral, une contribution à la bonification des terres (en rendant les petites et moyennes exploitations rentables) plus efficace que les expropriations de grandes propriétés. D’autre part, il tente de dépasser les idéaux de justice sociale de la réforme agraire de la deuxième république : les colons propriétaires (contrairement à leur ancienne condition de travailleurs journaliers) sont plus attachés au nouveau régime politique. Mais cela exige d’avoir des stratégies claires pour appliquer de manière adéquate ces politiques (ORTEGA, 1993). Parmi celles-ci, le langage urbanistique devait être un moyen de transmettre de nouveaux messages éducatifs : zonage social, réminiscences historiques et paternalisme de l’État.

29L’établissement et la dimension des nouveaux villages dépendent de l’étendue des terres transformées (et distribuées par l’État), des caractéristiques physiques de la zone et de l’approvisionnement en eau potable (facteur limitatif important). C’est pourquoi la taille des villages varie fortement, entre 50 et 250 habitations.

30L’« Ordre nouveau » imposé par le régime définit un programme architectural et urbanistique conforme aux principes du Mouvement national, clairement réactionnaire, par opposition aux styles propres de la période précédente. est Le régime franquiste utilisera les aspects fonctionnels et formels du Mouvement moderne, mais ignorera les éléments de progrès social recueillis dans les Congrès internationaux d’architecture moderne – CIAM – célébrés dans la première moitié du xxe siècle.

31Pourtant, dans la pratique, les programmes de renouvellement urbain continuent de se développer, bien que tempérés par l’utilisation d’une architecture « traditionnelle », « typiquement » espagnole, en référence aux époques passées et glorieuses du pays (ALMARCHA, 1997). Il s’agit de stratégies bien réfléchies, conformes à la psychologie des peuples et aux théories de Baumeister, qui explicitent que le comportement des groupes humains peut être conditionné par l’exaltation de l’identité ethnique, en tant que réaction face au cosmopolitisme et aux influences étrangères (COLE, 1999).

Tableau 3 – Les résultats de l’INC, selon les annuaires statistiques d’Espagne

 

Superficie propriété de l’INC (Ha)

Colons installés

 

Terres irriguées

 

total

Annuaire 1956

Annuaire 1961

Annuaire 1956

Annuaire 1951

Jusqu’en 1944

86830

7315

 

11857

11963

1945

24959

5228

 

3482

2931

1946

29929

2703

 

2603

2718

1947

20114

1441

 

1794

3389

1948

9228

1451

 

1607

1515

1949

20229

4265

 

1541

539

1950

14756

2035

 

700

1120

1951

11519

1707

316

813

 

1952

12349

2813

710

481

 

1953

9727

1660

269

173

 

1954

18802

2783

215

1087

 

1955

30631

5468

544

2589

 

1956

15075

 

376

 

 

1957

23132

 

769

 

 

1958

19928

 

985

 

 

1959

20041

 

228

 

 

1960

7491

 

521

 

 

total

374740

38869

4933

28727

24175

Les informations diffèrent selon les annuaires : elles apparaissent dans l’annuaire de 1950 et elles sont peu à peu interrompues dans les annuaires de 1956 (colons) et de 1960/1961 en raison des travaux du Recensement agricole de 1962.

Source – INE, Annuaires Statistiques, élaboré par l’auteur. 

32Les propositions franquistes exaltent la famille, perçue comme le cœur de la tradition, de la spiritualité et de la culture la plus conservatrice. C’est pourquoi le « foyer », de préférence rural, est l’espace idéal de récupération et de glorification de ces valeurs. Cette formule est également employée en ville, afin d’offrir une solution au manque persistant de logements, en utilisant des slogans paternalistes qui se concrétisent par la vente de « maisons bon marché », à l’aide de moyens publics. L’acquisition par les ouvriers est amortie sur de longues périodes qui peuvent atteindre jusqu’à 40 ans. La « remise des clefs » donne lieu à des mises en scène fastueuses.

33Le discours urbanistique se veut rationaliste : on adopte un certain zonage social et fonctionnel, on applique la ségrégation des flux (rues piétonnes, voies pour charrues, tracteurs, animaux et autres véhicules). Ainsi, la planification moderne se met en place sous couvert de conquête : les plans prévoient l’application « des principes organiques de différenciation des fonctions, telle une hiérarchie, mais avec l’intérêt déclaré d’exprimer unité et harmonie » (ALMARCHA, 1997).

  • 3 À ce sujet, il est très intéressant de consulter, entre autres dispositions, la circulaire (sans nu (...)

34L’objectif est clair : « fixer définitivement une famille d’agriculteurs produit un indéniable bienfait politique et social en créant une réserve morale dans le pays, et donne lieu à la naissance d’une force de résistance contre tout mouvement révolutionnaire » (LAMO, 1953). Pour cela, les colons sont sélectionnés d’après le nombre de leurs enfants et les rapports de bonne conduite, établis par les techniciens de l’INC3. Bon nombre d’entre eux proviennent des brigades de transformation en terres irriguées, d’autres de villages abandonnés suite à la construction de lacs-réservoirs, d’autres encore sont des travailleurs journaliers sans terres, mariés, à la tête de familles nombreuses (les enfants étant considérés comme une main-d’œuvre auxiliaire). C’est pourquoi les logements disposent de 3 à 5 chambres à coucher, ainsi que de locaux annexes prévus pour un petit élevage de bétail destiné à l’autoconsommation.

Fig. 2 – Distribution par provinces des villages de colonisation (logements regroupés et dispersés) de l’INC-IRYDA (chaque point représente un village)

Fig. 2 – Distribution par provinces des villages de colonisation (logements regroupés et dispersés) de l’INC-IRYDA (chaque point représente un village)

Source – Archives historiques de l’INC, élaboré par l’auteur.

35La figure 2 illustre la distribution de 227 nouveaux villages de colonisation agricole et leur rapport avec les plans régionaux d’irrigation. En tout, au cours de la période 1939-1975, 264 villages sont construits (bien que certains aient été ensuite abandonnés). Le nombre de colons établis (en terres non irriguées et irriguées) se monte à 53 601, et le nombre total de logements (regroupés et dispersés) atteint 29 666 (ORTEGA, 1969). En 1975, l’Andalousie, l’Estrémadure et l’Aragon accaparent 75 % des terres transformées par l’INC, ainsi que 75 % des nouveaux colons.

4 - Vers la production d’électricité : l’industrialisation comme priorité

36En raison des effets de la guerre et de l’autarcie, les niveaux de production industrielle de 1929 ne seront atteints de nouveau que vers 1950. Grâce à une main‑d’œuvre bon marché et docile en conséquence de la suppression des syndicats ouvriers, les années 1950 voient s’amorcer un processus de décollage industriel qui sera relancé dans les années 1960 grâce aux nouvelles technologies de production (mécanisation, fordisme et taylorisme), dépendantes d’un approvisionnement régulier et bon marché en énergie électrique.

37Jusqu’en 1957 (ESPEJO, 2010), l’approvisionnement est très irrégulier, avec des coupures continuelles de distribution électrique qui affectent aussi bien les rythmes de production industrielle que les outils (pannes continuelles dues aux oscillations de courant).

38Conformément au profil interventionniste du franquisme et afin de garantir l’approvisionnement, le gouvernement s’efforce de prendre le contrôle du marché de l’électricité, qui jusqu’alors était aux mains de compagnies privées (ANTOLÍN, 1999). Il crée en 1944 la Empresa Nacional de Electricidad (ENDESA), initiative très mal reçue par les compagnies privées, qui voient leurs tarifs bloqués, alors qu’avant la guerre civile elles avaient dominé le marché en signant des accords de cartels (Díaz, 2008).

Fig. 3 – Évolution de la production et des prix de l’électricité en Espagne

Fig. 3 – Évolution de la production et des prix de l’électricité en Espagne

Le prix relatif est mesuré en pourcentage d’augmentation depuis 1913 (base = 100).

Source – Carreras et Tafunell, p. 378, 2005, élaboré par l’auteur.

39Les premières décisions de la compagnie ENDESA visent la construction de centrales thermiques (la première en 1949) afin de restreindre la forte dépendance vis-à-vis du secteur privé. Dans les années 1960, la production thermoélectrique publique devient une véritable alternative à l’hydroélectricité privée, pour finalement la surpasser dans les années 1970 (figure 4), au moment même où les premières centrales nucléaires sont mises en fonction (la première centrale est celle de Zorita, 1969), toutes étant propriété du domaine public.

40Par le biais de l’Institut national de l’Industrie, l’État intervient directement dans la production hydroélectrique en instituant trois groupes : Empresa Nacional Hidroeléctrica Ribagorzana, créé en 1946; Hidroeléctrica de Galicia, en 1956, et Hidroeléctrica de Moncabril, en 1957 ; ces sociétés sont à capital mixte : 60 % État, 40 % privé.

41L’énergie nucléaire est soutenue par le gouvernement à travers la Junta de Investigaciones Nucleares, créée en 1951, avec des applications spécifiques à partir de 1955, lorsque les traités de défense signés avec les États-Unis permettent l’installation en Espagne du premier réacteur nucléaire et l’acquisition d’uranium enrichi. À partir de cette collaboration, dans les années 1960, l’État entreprend la construction de seize centrales nucléaires destinées à la production d’électricité, bien que cinq d’entre elles ne soient jamais entrées en service.

42Dans la figure 3, nous observons la stagnation de la production électrique due aux effets de la guerre civile (1936-1939) et à l’effondrement des prix consécutif à l’intervention de l’État, après-guerre, avec le blocage des tarifs. Ceci se fait au détriment des bénéfices des compagnies privées, paralysées dans leur capacité d’investissement pendant le premier franquisme (SUDRIÀ, 1994). À ce moment-là, l’État accorde encore la priorité aux politiques agraires dans la maîtrise de ses ouvrages hydrauliques, pour ensuite réglementer et contrecarrer le marché de la production électrique par le biais de sources alternatives publiques, ce qui permet un approvisionnement stable à prix contenus.

43La première réaction des compagnies privées est d’arrêter tout investissement dans la production d’hydroélectricité. Par la suite, elles signent divers contrats afin de se partager territorialement la production d’énergie et d’unifier le réseau de distribution. C’est dans ce but qu’en 1944, un groupe important d’entreprises s’unit sous le nom d’Unidad Eléctrica S.A. (UNESA), et prend le contrôle de 80 % de la production électrique nationale. Cette entité, dont le poids est énorme, entre constamment en conflit avec l’État (situation qui perdure encore aujourd’hui) à propos de l’utilisation du réseau de distribution et des tarifs.

44Du point de vue normatif, l’État fait un autre pas en avant avec la promulgation du Décret du 12 janvier 1951 qui établit le Réseau général péninsulaire, avec la collaboration obligatoire des compagnies privées. Ces dernières vont assister à la diminution de leurs bénéfices en raison de l’implantation d’un système unique de tarifs (PUEYO, 2007).

45La pression exercée par les entreprises et la libéralisation progressive imposée par la lente ouverture aux marchés internationaux permettent l’entrée, dès le milieu des années 1960, d’investisseurs étrangers. Le résultat ne se fait pas attendre : la quasi-totalité des rivières utilisables se retrouve impliquée dans la production d’énergie électrique, aussi bien les cours supérieurs que les cours moyens, à travers la construction de grands lacs‑réservoirs. Ce schéma suit les directives du Plan national des ouvrages hydrauliques de 1940, mais le marché privé est désormais le principal bénéficiaire des installations. C’est la fin des idéaux de développement régional et d’équilibre territorial qui avaient inspiré les plans de la première moitié du e siècle, aussi bien les plans des « régénérationnistes » que ceux de la Seconde République et du premier franquisme.

Fig. 4 – Production d’énergie électrique en Espagne, 1935-1980 (milliers de kWh)

Fig. 4 – Production d’énergie électrique en Espagne, 1935-1980 (milliers de kWh)

Source – Carreras et Tafunell, 2005, p. 410-411, élaboré par l’auteur.

Fig. 5 – Plans de développement 1964-1975, génération d’électricité

Fig. 5 – Plans de développement 1964-1975, génération d’électricité

Source – Commissariat des plans de développement. Ministère de l’Industrie, 1965, élaboré par l’auteur.

46Les figures 5 et 6 font valoir les nouveaux objectifs territoriaux de développement industriel à partir de la diversification des sources de production d’électricité. En général, on observe que la plupart des dispositifs concernent les régions les plus retardataires d’Espagne. La figure 6 illustre la proposition d’industrialisation élaborée par le Commissariat des plans de développement en 1965. Inspiré par les « plans indicatifs » français des années 1940 – impulsés par Jean Monnet –, un espace géographiquement délimité pour le libre jeu du marché est mis en avant face aux modèles de planification centrale soviétique (RAMOS, PIRES, 2009). Ainsi, le développement des plans du Commissariat a établi trois grandes catégories, conformément au niveau de développement de chaque zone géographique choisie (bien que dans la pratique, les catégories aient été plus flexibles et moins définies). Pour les secteurs les plus en retard, on établit deux zones, selon s’il s’agit de ville(s) – les Pôles de développement – ou de région(s) – les Zones de développement. Pour les secteurs à revenu moyen, trois zones sont établies en fonction de la taille et des ressources existantes : les Zones préférentielles pour le développement des villes/régions, basées sur la diversification des activités, y compris le traitement des produits agricoles, les Zones d’emplacement industriel préférentiel pour le développement industriel de villes/régions, et les Zones d’emplacement industriel préférentiel sur une seule activité pour le développement industriel spécialisé de villes/régions, selon les ressources existantes dans chacune d’entre elles. Pour les secteurs de développement industriel intense, les Zones de décongestion sont créées pour favoriser l’expansion industrielle à partir des territoires voisins.

47Tous ces sites de production ont bénéficié, dans une plus ou moins grande mesure, d’exonérations fiscales (jusqu’à 95 %), de financements privilégiés, d’expropriations forcées pour leur installation et de formations pour adapter la main d’oeuvre aux nouveaux emplois prévus, à condition que leurs activités se rattachent, plus ou moins directement, à la Loi 152 / 1963 sur les industries d’intérêt préférentiel.

Fig. 6 – Propositions de développement et d’industrialisation

Fig. 6 – Propositions de développement et d’industrialisation

Zones : 1-Plan Galice ; 2-Plan Spécial Tierra de Campos ; 3-Valle del Cinca ; 4-Cáceres-Plasencia ; 5-Plan Badajoz ; 6-Plan Jaén ; 7-Dérivation Tage-Segura; 8-Campo de Gibraltar ; 9-Îles Canaries.

Source – Commissariat des plans de développement, ministère de l’Industrie, 1965, élaboré par l’auteur.

5 - Conclusion. Les héritages géographiques

48Jusqu’au milieu des années 1950, l’augmentation des capacités de stockage en eau est le fruit de stratégies de transformation agraire. La croissance limitée des années 1955-1965 concorde avec la fin d’un cycle : de nouveaux objectifs de développement sont assignés au pays. La reprise du stockage de l’eau dans les années 1960 répond au renouveau de l’intérêt porté à la production d’hydroélectricité (aussi bien de la part des entreprises privées que du secteur public). Finalement, la chute de la production d’énergie électrique des années 1970 est due à la régulation de tous les cours d’eau disponibles, et à la concurrence des énergies alternatives, tandis que la nouvelle expansion des terres irriguées est rendue possible grâce à l’exploitation des aquifères souterrains.

49On conclut donc, de ce qui a été exposé ici, que le secteur électrique a été le grand bénéficiaire de la politique hydraulique pratiquée en Espagne. Les politiques hydrauliques développées au cours du xxsiècle ont eu un rôle fondamental dans la planification du territoire national, favorisant un développement régional déséquilibré, qui a amené l’eau vers les régions les moins développées et l’énergie électrique vers les régions les plus développées. Cependant, à partir de l’analyse du développement normatif du franquisme et des données statistiques de cette époque, on peut affirmer que le premier franquisme a fait de la politique hydraulique un outil de transformation sociale, en partant du principe que le développement devait découler de l’expansion des terres irriguées, avec l’objectif supplémentaire d’obtenir une « rénovation morale ».

50La remise en question de l’agrarisme en tant que moteur de développement, l’ouverture au monde capitaliste et l’adoption des nouvelles directives internationales imposées par les pays occidentaux, a réorienté l’intérêt vers la production d’électricité, toujours dominée par le secteur privé. L’irruption de l’État en tant que régulateur et producteur a facilité le développement industriel et tertiaire des années 1960, et ces changements ont permis une transformation sociale par éloignement du fascisme et intégration des principes de l’économie libérale.

51Au cours de ce processus, les régions les plus en retard, où les lacs‑réservoirs et la production d’hydroélectricité se concentrent, qui auraient dû bénéficier des retombées positives de l’irrigation des terres et des politiques franquistes d’industrialisation sur la base de l’exploitation hydroélectrique, ont vu leurs intérêts relégués au profit des régions les plus développées, vers lesquelles l’énergie électrique et, avec elle, la plupart des bienfaits économiques et sociaux, fut acheminée.

52La question de l’équilibre territorial est encore débattue et suscite des disputes fréquentes entre gouvernements autonomes, pour qui la question de l’eau s’est transformée en véritable symbole d’autonomie de gestion – marketing politique –, reléguant toute autre considération au second plan. En d’autres termes, la gestion de l’eau est encore un outil politique dans l’Espagne post-agricole et post‑industrielle. Le soi‑disant développement spatial équilibré du franquisme, au moyen de plans de développement régionaux agricoles et de pôles d’industrialisation dans les régions retardataires, a disparu avec le changement de cap des stratégies étatiques depuis le milieu des années 1960. Les politiques libérales imposées par l’Union européenne, suivies fidèlement par les technocrates du régime de Franco, ont freiné la capacité d’intervention de l’État pour corriger les déséquilibres, même avant l’intégration de l’Espagne à l’Union. De plus, la structure fédérale de l’État, avec des gouvernements autonomes dotés d’une grande capacité de gestion, a entraîné une forte concurrence entre régions pour les ressources, ce qui permet paradoxalement aux déséquilibres hérités de se maintenir.

53Dans un esprit de solidarité entre régions, le gouvernement socialiste a essayé en 1993 de faire approuver un Plan hydrologique national dans l’idée de redistribuer les débits vers les districts les plus déficitaires. Ce plan a été rejeté, entre autres, par les présidents des communautés autonomes, pourtant gérées par des socialistes. D’autres ont tenté de développer de nouveaux Plans hydrologiques nationaux (2001 et 2010), qui ont très difficilement obtenu un consensus entre communautés autonomes, du fait de la persistance des querelles agricoles – de grand intérêt politique – dans la gestion de l’eau. Le Plan hydrologique de l’Èbre approuvé en 1985 illustre parfaitement la disparité des normes territoriales. Ce plan, prévu initialement pour l’ensemble du bassin versant, a été remplacé par les plans propres des communautés autonomes parcourues par l’Èbre : Plan hydraulique de La Rioja (1991), le Plan hydrologique du secteur de bassin fluvial de Catalogne (2017), lui-même dénoncé par le Gouvernement d’Aragon.

54Entre 2000 et 2014, les superficies irriguées sont passées de 3,3 à 3,6 millions d’ha, tandis que la consommation d’eau a diminué de 17,7 à 15,8 Hm3. On libère de l’eau, mais celle-ci n’est pas distribuée localement. Ainsi, face au déficit hydrique des territoires où le grand développement urbain et tertiaire a lieu – l’Espagne sèche méditerranéenne –, d’autres régions préfèrent étendre les surfaces irriguées au profit de cultures très consommatrices en eau, comme le maïs fourrager et d’autres céréales qui ne sont viables que grâce aux subventions de la PAC. En 2014, selon le ministère de l’Agriculture (2015), les herbacées consommaient 57,8 % du total de l’eau stockée pour l’irrigation (céréales, légumineuses, riz, maïs et autres plantes fourragères). La même année, la plupart des terres irriguées sur l’ensemble du territoire espagnol étaient occupées, paradoxalement, par des cultures non irriguées en franche expansion : céréales 27,8 %, oliviers 20,5 % et vignobles 9,8 %, pourcentages qui détonnent avec les surfaces occupées par des cultures d’irrigation comme les agrumes (7,8 %) et les arbres fruitiers (7,5 %).

55En raison des difficultés récentes à étendre le nombre de réservoirs – toutes les grandes rivières sont régulées  –, le niveau de production hydroélectrique reste stable, avec des progrès limités permis par l’installation de mini-centrales hydrauliques dans des lits secondaires (MITC, 2006). L’activité de ces nouvelles infrastructures est conditionnée par une réglementation environnementale plus stricte, mais aussi par les droits des irrigants, les transferts entre bassins et l’approvisionnement urbain. Ainsi, l’électricité nucléaire reste prioritaire, même si entre-temps des sources alternatives ont été développées, toujours encadrées par la politique européenne et ses stratégies environnementales (Directive 2001/42/CE, Directive 2009/28/CE, Directive 2009/29/CE, Directive 2009/31/CE).

56Le Plan de promotion des énergies renouvelables de 1999, conforme aux directives européennes, prévoyait pour 2010 que 30 % de la consommation électrique provienne d’énergies renouvelables (FABRA, FABRA, 2009). Ce seuil a été dépassé en 2015, avec 37 %, mais la dépendance nucléaire reste encore substantielle (tableau 4). La multiplication des sources est une alternative stratégique : le plan Mix énergétique 2030-2050 que le gouvernement doit présenter auprès de la Commission européenne en 2019 respecte le programme Énergie 2020 : stratégie pour une énergie compétitive, durable et sûre (COMISIÓN EUROPEA, 2010), qui prévoit l’importation d’énergie à partir de pays tiers. En 2015, le bilan des échanges avec la France laisse transparaître un déséquilibre : les importations dépassent les exportations de 7 313 GWh. Entre-temps, les compagnies électriques ont obtenu un moratoire pour prolonger l’exploitation des centrales nucléaires au-delà du temps d’exercice initialement prévu, pourvu que les principes de sécurité énergétique soient respectés et que le ratio de dépendance externe diminue.

Tableau 4 – Espagne 2015. Production intérieure d’énergie primaire (KTEP*)

KTEP

%

gaz naturel

54

0,2

pétrole

236

0,7

charbon

1202

3,6

hydraulique

2397

7,2

biomasse, biocarburants et résidus

7014

21,1

éolien, solaire et géothermie

7476

22,4

nucléaire

14927

44,8

total

33306

100,0

*Tonne équivalent pétrole.

Source – MIET, 2017, élaboré par l’auteur.

57Dans ce contexte, les aléas météorologiques et la contraction des ressources hydriques stockées ont induit une perte de compétitivité de l’hydroélectricité, avec une production très irrégulière qui tend à être compensée par l’énergie thermique. La production nationale d’énergie hydroélectrique se montait à 23 824 GWh en 2012, 42 528 GWh en 2014 et 31 218 GWh en 2015 (RED ELÉCTRICA DE ESPAÑA, 2016). Ces fortes variations rendent le gouvernement sensible aux demandes des entreprises électriques de maintenir la génération nucléaire.

58À la concurrence déjà existante entre irrigation, production électrique et approvisionnement urbain viennent s’ajouter les nouveaux besoins des activités touristiques et de loisir. La régulation a commencé à être appliquée dans les années 1960 (VALENZUELA, 1989) avec le maintien de débits minimaux dans des communes de l’intérieur du pays, touchées très négativement par des épisodes d’inondation de terres et cultures. Depuis les années 1990 (et encore actuellement, avec un tourisme d’hinterland en essor), ces communes enclavées ont multiplié la construction de réservoirs pour la pratique de sports nautiques, ou comme simple ressource paysagère. Un nouveau débat est lancé entre les usages récréatifs (compétence des gouvernements locaux), la délimitation du domaine public hydraulique (compétence des gouvernements autonomes) et la gestion des masses d’eau (concurrence des confédérations hydrographiques de bassin).

59Reste la question du sort réservé aux premiers villages de colonisation. Les réservoirs étant préservés, la conservation des villages et des grandes infrastructures de canalisation a été conditionnée par la répartition originelle des terres (AREQUE et al., 2006). La non‑viabilité économique du modèle d’exploitation associant logement et jardin potager a provoqué l’effondrement des villages eux-mêmes, qui ont dû subir une forte émigration vers les zones industrielles et touristiques. Ce processus a affecté considérablement la morphologie des bourgs et hameaux, en raison de leur abandon et des défauts de réglementation urbaine, ce qui a entraîné un grave problème d’aménagement (affectation du patrimoine architectural et urbain) (MEDINA, OLIVA, 2008). Les infrastructures sont aujourd’hui très détériorées (parfois jusqu’à la ruine) à cause du manque d’entretien : c’est le cas des canaux d’irrigation et des chemins. Les structures agraires initiales n’ont pas résisté à l’aliénation et à la concentration parcellaire et leur disparition a entraîné celle des sociétés rurales concernées. Les villages ont conservé une partie de leur idiosyncrasie uniquement lorsque le partage des terres a permis aux familles de disposer d’exploitations suffisamment grandes. Certaines exploitations et bourgades rurales sont parvenues à prospérer, bien qu’au prix d’une modification du programme agricole. Une agriculture pluviale (oliveraies, céréales et vignes) s’est développée sur les parcelles destinées aux cultures irriguées et des efforts de modernisation des systèmes et techniques d’irrigation ont pu être consentis.

Top of page

Bibliography

ALMARCHA M.E., (1997), Arquitectura y urbanismo rural durante el periodo de la autarquía en Castilla-La Mancha, DGRDRR e INC, Cuenca, 602 p.

ANTOLÍN F., (1999), Iniciativa privada y política pública en el desarrollo de la industria eléctrica en España. La hegemonía de la gestión privada, 1875-1950, Revista de Historia Económica 2, p. 411-448.

AREQUE E., SÁNCHEZ J.D., GALLEGO V.J., GARRIDO A., (2006), Balance de la actuación del Instituto Nacional de Colonización en la Provincia de Jaén, Investigaciones Geográficas 41, p. 15-32.

BANCO MUNDIAL, (1962), Informe-resumen del Banco Mundial sobre la economía española, Banco de Vizcaya, Bilbao, 55 p.

BARCIELA C., (2002), Guerra Civil y primer franquismo (1926‑1959), Historia económica de España, siglos X-XX, Crítica, Barcelona, p. 331-367.

CARRERAS A., TAFUNELL X. (coord.), (2005), Estadísticas históricas de España. Siglos XIX-XX, Fundación BBVA, Bilbao, 1438 p.

CARRIÓN CARRIÓN P., (1931), La reforma agraria. Problemas fundamentales, Estudios Políticos, Económicos y Sociales 14, Sociedad de Estudios Políticos, Económicos y Sociales, Madrid, 138 p.

CELESTINO R., (2002), La encuesta española de presupuestos familiares de 1940, Estadística Española 44, n° 150, p. 257- 272.

COLE M., (2003), Psicología cultural, Ed. Morata, Madrid, 336 p.

COMISIÓN EUROPEA, (2010), Energía 2020: Estrategia para una energía competitiva, sostenible y segura, (639 final), [en ligne]

COSTA J., (1911), Política hidráulica (misión social de los riegos en España), Biblioteca J. Costa, Madrid, 353 p.

COURTOT R. (1972), Irrigation et propriété citadine dans l’Acequia Real del Jucar au milieu du XIXe siècle, Études rurales 45, p. 29-47.

DE PALAU M., (1879), Ley de Aguas de 13 de junio de 1879, Librería Sanmartín, Madrid, 207 p.

DÍAZ P., SAN ROMÁN E., (2008), Causas de la restricción eléctrica en el primer franquismo: Una aportación desde la historia empresarial, IX Congreso Internacional de la Asociación Española de Historia Económica, Murcia, p. 73‑95.

DOMÍNGUEZ ORTIZ A., (2016), Carlos III y la España de la Ilustración, Alianza Editorial, Madrid, 408 p.

ESPEJO C., (2002), La producción de electricidad de origen nuclear en España, Boletín de la Asociación de Geógrafos Españoles 33, p. 65-77.

EUROSTAT, (2016), Producción e importación de energía, Statistic Explained, [en ligne]

FABRA N; FABRA J., (2009), Competencia y poder de mercado en los mercados eléctricos, Cuadernos Económicos del ICE 79, p. 17-43.

GIL A., (1972), Embalses españoles para riego de los siglos XVIII y XIX, Estudios Geográficos 129, p. 557-596.

GIL A., (1992), Las políticas hidráulicas del Reformismo Ilustrado, Hitos históricos de los regadíos españoles, Ministerio de Agricultura, Alimentación y Medio Ambiente, Madrid, p. 143-182.

GÓMEZ E., (1953), El papel del Estado en las grandes obras de transformación agraria, Revista de Estudios Agro-Sociales 4, p. 37-67.

GÓMEZ MENDOZA J., (1992), Regeneracionismo y regadíos, Hitos históricos de los regadíos españoles, Ministerio de Agricultura, Alimentación y Medio Ambiente, Madrid, p. 231-262.

GÓMEZ MENDOZA J., ORTEGA CANTERO N., (1987), Geografía y regeneracionismo en España (1875-1936), Sistema 77, p. 77-89.

JUÁREZ C., (1998), Agua y regadío en España. Etapas, objetivos y resultados, Revista de Extremadura 25, p. 37-57.

LAMO E., (1975), Proceso formativo de la Ley de Reforma y Desarrollo Agrario, Revista de Estudios Agro-Sociales 91, p. 7-56.

LÓPEZ GÓMEZ A., (1995), Proyectos y realizaciones del reformismo ilustrado, Planificación hidráulica en España, CAM, Murcia, p. 17-68.

MARTÍN M., (2014), El Georgismo en España. Liberalismo social en el primer tercio del s. XX, Civitas, Thomson Reuters, Pamplona, 333 p.

MEDINA A., OLIVA J., (2008), Los poblados de colonización en la “zona de Levante”, Pueblos de colonización durante el franquismo: la arquitectura en la modernización del territorio rural, Junta de Andalucía, Sevilla, p. 287-311.

MINISTERIO AGRICULTURA, PESCA, ALIMENTACIÓN Y MEDIO AMBIENTE, (2015), Aumenta la superficie regada en España pero se mantiene una tendencia a la baja en el volumen de agua de riego utilizado en el sector agrario, [en ligne].

MINISTERIO AGRICULTURA, PESCA, ALIMENTACIÓN Y MEDIO AMBIENTE, (2017), El Gobierno aprueba el Plan Hidrológico del distrito de cuenca fluvial de Cataluña, [en ligne].

MINISTERIO DE INDUSTRIA, TURISMO Y COMERCIO, (2006), Minicentrales hidroeléctricas, IDEA, Madrid, 180 p., [en ligne].

MULA A. J., HERNÁNDEZ J., GRIS J., (1986), Las obras hidráulicas en el Reino de Murcia durante el reformismo borbónico. Los reales pantanos de Lorca, C.I.C.C.P., Murcia, 268 p.

ORTEGA CANTERO N., (1984), Las propuestas hidráulicas del reformismo republicano: del fomento del regadío a la articulación del Plan Nacional de Obras Hidráulicas, Agricultura y Sociedad 32, julio-septiembre, p. 109‑152.

ORTEGA CANTERO N., (1993), Algunas orientaciones de la política agraria posterior a la guerra civil: de la colonización a la ordenación rural, Medio siglo de cambios agrarios en España, I. Juan Gil-Albert, Alicante, p. 15-30.

PARDO L., (1933), Plan Nacional de Obras Hidráulicas, Ministerio Obras Públicas, Madrid, 3 vols.

PEPERKAM G., (1979), Las actividades colonizadoras del INC/IRYDA en las zonas de Ejea y de La Violada (Cuenca del Ebro) antes de 1974, Geographicalia 4, p. 3-46.

PUEYO A., (2007), El sistema regulador de las Tarifas Tope Unificadas, Electra y El Estado. La intervención pública en la industria eléctrica bajo el franquismo I, Thomson-Civitas y Comisión Nacional de Energía, Pamplona, p. 163-280.

RAMOS J. L., PIRES L. E., (2009) Los economistas españoles frente a la planificación indicativa del desarrollismo, Entre el mercado y el Estado: los planes de desarrollo durante el franquismo, Universidad Pública de Navarra, Pamplona, p. 27-60.

RED ELÉCTRICA DE ESPAÑA, (2016), Estadística del sistema eléctrico, [en ligne].

SALLÉ M. A. (coord.), (2009), La emigración española en América: historias y lecciones para el futuro, Ministerio de Trabajo e Inmigración, Madrid, p. 194.

SUDRIÀ C., (1994), Un factor determinante: la energía, La Economía española en el siglo XX. Una perspectiva histórica, Ariel, Barcelona, p. 313-363.

SWYNGEDOUW E., (1999), Modernity and Hybridity: Nature, Regeneracionismo, and the Production of the Spanish Waterscape, 1890‑1930, Annals of the Association of American Geographers 89, p. 443-465.

VALENZUELA M., (1989), Los espacios para el ocio asociados al agua, Los paisajes del agua, UV y UA, Valencia, p. 371-383.

Top of page

Notes

1   Il y eut d’autres précédents avec peu ou pas du tout de succès, tels que les plans sur les ouvrages hydrauliques de 1902 et 1909, la Loi sur les aides pour les ouvrages hydrauliques de 1913 (origine du Plan de Guadalhorce), 1916 et 1919. Les projets ont été freinés ou n’ont jamais été réalisés en raison des crises et des intérêts les plus réactionnaires des grands propriétaires latifundistes, opposés à toute réforme.

2 Certaines de ces entreprises se sont consolidées et sont aujourd’hui parmi les principaux fournisseurs d’énergie hydroélectrique espagnols (ESPEJO, 2010).

3 À ce sujet, il est très intéressant de consulter, entre autres dispositions, la circulaire (sans numéro) sur les « Normes pour la sélection des colons », et la circulaire n247 sur l’« Ordre circulaire réglementant les missions spirituelles dans les villages ruraux à charge de l’Institut », du 23 novembre 1949. Archive IRYDA-INC

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Capacité de stockage de l’eau (millions de m3), surface irriguée (milliers d’hectares), rapport m3 eau stockée/ha surface irriguée, à l’échelle de l’Espagne.
Credits Source – INE, Anuarios Estadísticos, élaboré par l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8711/img-1.jpg
File image/jpeg, 164k
Title Fig. 2 – Distribution par provinces des villages de colonisation (logements regroupés et dispersés) de l’INC-IRYDA (chaque point représente un village)
Credits Source – Archives historiques de l’INC, élaboré par l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8711/img-2.jpg
File image/jpeg, 312k
Title Fig. 3 – Évolution de la production et des prix de l’électricité en Espagne
Caption Le prix relatif est mesuré en pourcentage d’augmentation depuis 1913 (base = 100).
Credits Source – Carreras et Tafunell, p. 378, 2005, élaboré par l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8711/img-3.jpg
File image/jpeg, 120k
Title Fig. 4 – Production d’énergie électrique en Espagne, 1935-1980 (milliers de kWh)
Credits Source – Carreras et Tafunell, 2005, p. 410-411, élaboré par l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8711/img-4.jpg
File image/jpeg, 676k
Title Fig. 5 – Plans de développement 1964-1975, génération d’électricité
Credits Source – Commissariat des plans de développement. Ministère de l’Industrie, 1965, élaboré par l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8711/img-5.jpg
File image/jpeg, 212k
Title Fig. 6 – Propositions de développement et d’industrialisation
Caption Zones : 1-Plan Galice ; 2-Plan Spécial Tierra de Campos ; 3-Valle del Cinca ; 4-Cáceres-Plasencia ; 5-Plan Badajoz ; 6-Plan Jaén ; 7-Dérivation Tage-Segura; 8-Campo de Gibraltar ; 9-Îles Canaries.
Credits Source – Commissariat des plans de développement, ministère de l’Industrie, 1965, élaboré par l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8711/img-6.jpg
File image/jpeg, 700k
Top of page

References

Electronic reference

Gabino Ponce Herrero, « Les politiques hydrauliques et les modèles socio‑économiques d’aménagement de l’espace géographique dans l’Espagne de la dictature (1939‑1975) », Méditerranée [Online], Rural Areas, Land Planning, Online since 19 September 2018, connection on 07 December 2019. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8711

Top of page

About the author

Gabino Ponce Herrero

Département de géographie humaine, Université d’Alicante (Espagne), gabino.ponce@ua.es

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals