Skip to navigation – Site map
In memoriam

Jean Vaudour (1933-2017), l’un des nôtres

Fernando Díaz del Olmo
Translated by Emmanuelle Vaudour-Dupuis
p. 5-6

Full text

1Jean Vaudour (1933-2017) est décédé : professeur à l’Institut de géographie de l’université d’Aix-Marseille II (faculté d’Aix-en-Provence), directeur du programme de recherches du CNRS « Géosystèmes karstiques » (ERA 282, puis UA 903), chercheur passionné sur les sols, membre du noyau fondateur, en 1973, du Groupe espagnol de travail sur le quaternaire GETC (antérieurement à l’AEQUA), il était veuf de Nicole et père de Philippe et d’Emmanuelle.

2Homme bon, affable, familier, simple, cultivé et courtois, il a toujours placé l’Espagne, la science espagnole et les chercheurs espagnols au centre de ses préoccupations, depuis ce printemps 1965 où il est arrivé pour la première fois à Madrid.

3Initié à la géopédologie par Jean Pouquet (auteur de L’Introduction à la géopédologie, 1966), Vaudour fut le disciple de Pierre Birot (1908-1984), l’un des maîtres de la géomorphologie française du xxe siècle, qui connaissait l’Espagne par l’entremise de son terrain de thèse des Pyrénées, ainsi qu’à travers les références des auteurs antérieurs (tels que Huguet del Villar), et ses liens avec son contemporain Luis Solé Sabarís (1908-1985). C’est par l’influence scientifique de Birot que s’est diffusé en Europe occidentale et méridionale le concept de formations corrélatives (sols, paléosols et sédiments continentaux) (BIROT, 1955, chapitre II), concept qui puise ses racines dans lesdites « formations géologiques contemporaines » de Walter Penck (1888-1923) (PENCK, 1924). Le maître, qui montrait dans ses travaux la nécessité d’impliquer les sols, paléosols et sédiments dans l’évolution cyclique, paléoclimatique, structurale et tectonique des reliefs, compta sur son élève Vaudour, certes jeune, mais non débutant, pour l’interprétation des formations des environs du massif de Guadarrama, des monts de Tolède et de la dépression du Tage (les rañas, les sols, les sédiments alluviaux du Tage, les encroûtements calcaires des páramos). L’objectif était certes d’atteindre le titre de docteur d’État (mention géographie physique) afin d’obtenir l’accès au corps des professeurs des universités, mais en chemin le chercheur se fit des amis et jeta les bases de son engagement scientifique.

4Jean Vaudour avait 32 ans quand débuta sa relation avec l’Espagne, qui le mit en contact avec les chercheurs illustres de l’époque José María Albareda (1902‑1966), Francisco Hernández Pacheco (1899-1976) et Manuel de Terán (1904‑1984). Ce sera Terán, comme Vaudour se le rappelera toujours, qui le fit renoncer à un projet d’étude sur les « sols et les hommes » : « …Vous, consacrez-vous aux sols et laissez-moi les hommes ». Et ce fut ainsi. Son approche géopédologique le conduisit au Consejo Superior de Investigaciones Científicas (CSIC, équivalent espagnol du CNRS) et à l’Université, au contact des chercheurs en sciences du sol, en géologie et géographie physique de sa génération (F. Monturiol, Josefina Pérez Mateos, Antonio Guerra, Carlos Roquero, Emiliano Aguirre, Juan Gallardo, Eusebio García Manrique,…), et bien sûr des jeunes doctorants de cette thématique dans les années 1960 et 1970 (Eloy Molina, Carlos Martín Escorza, Alfredo Pérez González, Cari Zazo, Francisco López Bermúdez, Manuel Pezzi, …). C’est avec quelques-uns d’entre eux qu’il fondera le GETC et participera à Madrid (octobre 1973) à la Ire Réunion nationale (ALEIXANDRE et al., 1974). Jamais, dès ce moment, il ne cessa de s’intéresser à l’Espagne. Il était à jour des progrès des équipes, jouait le rôle de referee dans les congrès, participait aux réunions et programmes de doctorat, et il était membre du comité éditorial de notre revue Cuaternario y Geomorfología (2002-2010). Vingt-cinq ans après la formation du GETC, au cours de la IVe Réunion du quaternaire ibérique à Huelva (septembre 1997), alors que les quaternaristes étaient regroupés depuis 1985 en Association espagnole pour l’étude du quaternaire (AEQUA), un hommage fut rendu à ceux qui se maintenaient encore présents : J. Vaudour, E. Aguirre, A. Pérez González, T. Aleixandre, L. Clemente y M. Santonja (RAÑA, 1997, p. 20).

5Il soutint sa thèse à Aix en juin 1977. Ce travail fut publié sous forme d’une monographie (La Région de Madrid, altérations, sols et paléosols) assortie d’une carte morphopédologique exemplaire (VAUDOUR, 1979). La géopédologie avait gagné un pan de recherches. Quand je fis personnellement la connaissance de Jean Vaudour en 1983, pendant mon travail postdoctoral en France, les accumulations carbonatées et les sols associés focalisaient son plus grand intérêt. Il avait commencé le travail précurseur du travertin de Saint‑Antonin-sur-Bayon avec l’appui de J.-L. Guendon et avait propulsé le groupe de géosystèmes karstiques du CNRS : une approche intégrée de l’évolution du karst à travers ses formations corrélatives carbonatées avec des datations absolues et l’imbrication de sédiments détritiques, tourbes, sols bruns hydromorphes et sols rouges. C’était la nouvelle version des classiques formations corrélatives. Le colloque international de 1985 (Tufs et travertins holocènes…) (VAUDOUR et al., 1985) ouvrit la voie vers la consolidation de l’étude multidisciplinaire des dépôts travertineux.

6En sciences de la Terre, l’influence scientifique ne s’exerce pas seulement avec les idées et les publications. La pratique du travail de terrain (des profils et des profils, toujours plus), la mise en œuvre minutieuse des techniques de laboratoire et les heures d’échange sur les données (séminaires, tables rondes, relevés cartographiques) ont un poids incalculable. Ceci fut le quotidien de Jean Vaudour. Ceci et l’enseignement universitaire. Il souffrait beaucoup de la gestion bureaucratique aliénante du CNRS et de l’Institut…, mais il compensait cela en étudiant les avancées de l’étude des catenas de sols afin d’oublier les désagréments administratifs. Par cela, et en sachant proches la famille et les amis, en se rappelant ses séjours en Espagne et réitérant son intérêt pour le progrès de la pédologie, de la géomorphologie et du quaternaire. Nous, nous l’avons fréquemment amené en Andalousie et nous pouvons affirmer que, comme Claude Wheeler, le héros du roman de Willa Cather (1873-1947), Jean Vaudour est l’un des nôtres.

Top of page

Bibliography

ALEIXANDRE T., GALLARDO J., PÉREZ GONZÁLEZ A., (1974), Actas de la I Reunión Nacional del Grupo Grupo de Trabajo del Cuaternario, Madrid, 8-11 Octubre 1973, CSIC, Trabajos sobre Neógeno-Cuaternario, no 2, 230 p.

BIROT P., (1955), Les méthodes de la morphologie, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Orbis », 177 p.

PENCK W., (1924), Die Morphologische Analyse, Stuttgart, J. Engelhorns Nachf, 278 p.

RAÑA, (1997), Boletín de la Asociación Española para el Estudio del Cuaternario y Sociedad Española de Geomorfología, n22-23, 77 p.

VAUDOUR J., (1979), La Région de Madrid, altérations, sols et paléosols. Contributions à l´étude géomorphologique d’une région méditerranéenne semi-aride, Gap, Ophrys, 390 p.

VAUDOUR J., DANNA A., DEL GIOVINE A., GUENDON J.‑L., MAGNIN F., MARTIN Ph., (1985), Tufs et travertins holocènes des Bouches-du-Rhône, Livret-guide de l’excursion en Basse Provence, Institut de géographie, UA 903‑CNRS, Université Aix-Marseille II, 58 p.

Top of page

References

Bibliographical reference

Fernando Díaz del Olmo, « Jean Vaudour (1933-2017), l’un des nôtres », Méditerranée, 129 | 2017, 5-6.

Electronic reference

Fernando Díaz del Olmo, « Jean Vaudour (1933-2017), l’un des nôtres », Méditerranée [Online], 129 | 2017, Online since 06 July 2018, connection on 17 August 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8768 ; DOI : 10.4000/mediterranee.8768

Top of page

About the author

Fernando Díaz del Olmo

Professeur de géographie physique,université de Séville, Espagne

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals