Skip to navigation – Site map
Éditorial

Méditerranée, revue géographique des pays méditerranéens (1960-2018)

De l’édition sur papier au format électronique, les métamorphoses d’une publication
Régis Darques, Claudine Durbiano and Christophe Morhange
p. 3-4

Full text

1Au cours du xixe siècle, plusieurs sociétés de géographie ont vu le jour dans les grandes villes françaises. La Société de géographie de Marseille est fondée en 1876, sur la proposition de Ferdinand de Lesseps. Elle a pour but de concourir au progrès de la géographie et d’en encourager l’étude. En fait, elle est la fille de la Société de l’Afrique intérieure fondée en 1801 (an IX) pour l’exploration de l’Afrique afin de favoriser le négoce et d’en « faire son point d’appui au cours de sa tâche civilisatrice ». Cette société est l’ancêtre des sociétés françaises de géographie. L’abbé Grégoire en est l’un des membres fondateurs. Elle est plus ancienne que celle de Paris, créée en 1821. Mais on en perd la trace après 1814 avec la Restauration. La Société de géographie de Marseille est soutenue par la chambre de commerce et d’industrie, les compagnies de navigation et les grandes familles de négociants qui la subventionnent. Elle publie une revue qui s’intitule Bulletin de la société de géographie et d’études coloniales de Marseille. On dénombre 65 tomes annuels publiés jusqu’en 1954.

2Après la seconde guerre mondiale, le contexte a changé et la Société de géographie de Marseille décline. En revanche, le laboratoire de géographie de la Faculté des lettres d’Aix‑en‑Provence est en plein essor. Le Bulletin de géographie et d’études coloniales de Marseille devient Le Bulletin de géographie d’Aix-Marseille publié conjointement par la Société de géographie de Marseille et le laboratoire de géographie de la Faculté des lettres d’Aix‑en‑Provence de 1955 à 1959. Ce bulletin associe intimement le monde des affaires marseillais et l’université. Le financement est assuré par la publicité des grandes « maisons » marseillaises (compagnie Paquet…) insérée dans le bulletin et la participation financière de la Faculté des lettres. Elle est dirigée par le doyen de la faculté des lettres E. Bénévent qui est en même temps président de la Société de géographie de Marseille et H.  Isnard, récemment nommé professeur au laboratoire de géographie de la Faculté. Parmi les auteurs des articles de ce bulletin, on retrouve les noms d’H. Isnard bien sûr, mais aussi de J. Nicod et A. de Réparaz qui tous trois allaient devenir les piliers de la revue Méditerranée.

3Dès le départ, Hildebert Isnard conçoit la revue Méditerranée comme une revue fédératrice avec pour ambition d’être un trait d’union scientifique et un lieu d’échanges entre les diverses rives de la Méditerranée. La publication est assurée par la Faculté des lettres d’Aix‑en‑Provence en association avec la Faculté des lettres de Montpellier grâce à la collaboration de P. Marres et la Faculté des lettres d’Alger avec la collaboration de R. Capot-Rey et J. Miège. Son comité de patronage est éloquent : outre le patronage des recteurs des trois académies et des doyens des trois facultés, on note la présence de P. George, J. Dresch, R. Blanchard, P. Birot, J. Despois, M. Le Lannou, tous maîtres incontournables de la géographie française de l’époque, ainsi que la plupart des professeurs de géographie de renom des universités des diverses rives du littoral méditerranéen, des Balkans socialistes à l’Espagne franquiste, à Israël, à la Turquie et surtout à l’Afrique du Nord. Ce réseau de parrains et d’auteurs célèbres reflète l’ampleur des contacts scientifiques d’Hildebert Isnard, ses préoccupations géopolitiques, ce qui confère d’emblée à la revue un rayonnement et une audience internationale, bien au-delà d’une revue de géographie régionale classique.

4L’indépendance de l’Algérie en 1962 puis le départ d’Hildebert Isnard et le réaménagement du système universitaire français postérieurement aux événements de mai 1968 avec la création de trois universités d’Aix-Marseille, sont à l’origine d’une réorganisation de la revue. Enregistrée en juin 1971 au Journal officiel de la République française, l’association des amis de la revue Méditerranée a pour mission de promouvoir les études et les recherches sur les pays méditerranéens et d’éditer la revue Méditerranée. Elle regroupe les géographes de l’université d’Aix-Marseille 2 et des collèges littéraires universitaires de Nice et d’Avignon. De 1972 à 1987, son président Jean Nicod est le directeur de la publication et André de Réparaz, le secrétaire général de la rédaction. La revue reçoit aussi le concours financier du CNRS. La revue est modernisée. L’imprimeur Louis Jean de Gap cède la place au CRDP de Marseille et à l’offset. Le format 21 x 29,5 cm remplace le format 16 x 24 cm. À partir de 1979, des numéros thématiques doubles sont programmés à côté de varia.

5De 1987 à 2004, André de Réparaz succède à Jean Nicod comme président de l’association des amis de la revue Méditerranée et directeur de la publication et Roland Courtot devient secrétaire général de la rédaction. L’institut de géographie de l’université d’Aix-Marseille 2 reste le seul institut de géographie sur lequel s’appuie la revue à la suite de la création des universités d’Avignon et de Nice et de leur autonomie vis-à-vis des universités d’Aix‑Marseille.

6En 1990, les numéros thématiques et les numéros doubles sont généralisés, la couverture est modifiée et la publication assistée par ordinateur (PAO) est utilisée avec un nouvel imprimeur. À la demande de la région de Provence-Alpes-Côte d’Azur, la revue assure la diffusion des résultats des recherches auprès d’un large public d’enseignants et d’aménageurs avec des numéros sur Marseille, la Sainte-Victoire, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur ou le bassin méditerranéen. Ces numéros sont régulièrement utilisés pour la rédaction des ouvrages de géographie de l’enseignement secondaire et dans les grandes synthèses régionales des pays méditerranéens comme le Plan Bleu. Avec la réorganisation des laboratoires du CNRS et la création des unités mixtes de recherche (UMR), la revue obtient le concours de l’UMR TELEMME (sciences humaines des rives nord-méditerranéennes) et de l’UMR CEREGE (géosciences de l’environnement) auxquelles appartiennent la majorité des enseignants-chercheurs de l’institut de géographie de l’université de Provence. Elle publie certains résultats des programmes de recherches de ces unités.

7De 2005 à 2011, Claudine Durbiano est élue présidente de l’association « Les amis de la revue Méditerranée ». Les instances de la revue sont réorganisées. C. Durbiano (TELEMME) est rédactrice en chef de la revue assistée de deux secrétaires de rédaction : Christophe Morhange (CEREGE) et Régis Darques (ART-Dev à Montpellier 3). Le conseil scientifique est renouvelé et il traduit la volonté d’ouverture à l’ensemble du bassin méditerranéen et à d’autres disciplines partenaires (géo-archéologie, ainsi les numéros 82, 90, 94, 104, 112, 117, 126 ou urbanisme comme par exemple les numéros 111 et 114…). En 2007, l’association passe un contrat d’édition avec les Presses Universitaires de Provence. Désormais la revue Méditerranée repose sur un triple ensemble de partenaires :

  • l’association « Les amis de la revue Méditerranée » qui en assure la direction scientifique,

  • les centres de recherches TELEMME, CEREGE et ART-dev des universités d’Aix‑Marseille et de Montpellier qui constituent la base du réseau des chercheurs,

  • les PUP de l’université de Provence qui en assurent l’édition et la diffusion.

8La revue accueille à côté des géographes, des chercheurs de disciplines voisines comme les archéologues, les historiens, les sociologues, les ethnologues, les urbanistes, les aménageurs, les économistes pour croiser les approches sur les mêmes thématiques. La programmation prévoit d’équilibrer les numéros entre rives nord et rives sud, rives occidentale et orientale de la mer Méditerranée. La revue publie depuis 2007 des articles en anglais et dans les principales langues méditerranéennes. Elle offre jusqu’en 2017 aux lecteurs une version papier et une version numérique avec le portail CAIRN et un accès gratuit après une barrière de deux ans avec le portail revues.org. Tous les numéros historiques, publiés de 1960 à 2004, sont disponibles en ligne par l’intermédiaire de Persée.org (141 numéros accessibles gratuitement, soit plus de 2 000 documents). De 2004 à 2018, 25 numéros thématiques sont venus compléter la collection.

9Classée revue de référence par l’AERES, la revue Méditerranée a maintenant près de 60 ans d’existence. Elle entretient des échanges avec une centaine d’institutions dans le monde et possède des abonnés sur les cinq continents, essentiellement des institutions et des organismes universitaires. Son rayonnement ne se dément pas malgré la multiplication et la concurrence de nombreuses publications sur la Méditerranée. La revue offre donc un corpus remarquable d’informations, de réflexions et de synthèses sur les dynamiques géographiques actuelles et passées. Les publications ont de plus en plus souvent un caractère pluri-disciplinaire, au sein d’un article ou dans la composition d’un numéro thématique, les géographes étant conscients de n’apporter qu’une partie de la connaissance sur des questions complexes. En outre, depuis le début de sa publication, la revue comporte une série de comptes rendus de lecture d’ouvrages français et étrangers parus sur le monde méditerranéen qui constituent ainsi une importante source d’informations pour les chercheurs et les lecteurs en général.

10Nous remercions nos lecteurs de leur confiance et de leur fidélité et nous abordons la révolution électronique avec un enthousiasme renouvelé pour l’approfondissement des liens géographiques avec l’ensemble des rives de la mer Méditerranée. En 2018, votre revue connaît donc une nouvelle métamorphose, avec le passage au tout-numérique, l’abandon de la publication papier et la mise en place d’un comité de rédaction renouvelé et rajeuni.

11À travers cette transition, dans un esprit de continuité et d’ouverture sur l’avenir, Christophe Morhange, Régis Darques et toute l’équipe éditoriale prolongent un élan et font valoir un engagement : améliorer le format des publications ; atteindre un lectorat toujours plus large ; consolider notre positionnement sur une aire géographique qui suscite de nombreuses interrogations. Le succès de la revue s’est traduit ces dernières années par une diffusion en progression constante. La fréquentation de notre site et l’accès aux contenus numériques atteignent aujourd’hui des proportions impressionnantes : plus de 200 000 consultations ou téléchargements d’articles en texte intégral par an.

12Le tout-numérique présente des avantages manifestes : accès libre à la totalité des articles, sans barrière mobile ; possibilité de publier des manuscrits hors numéros thématiques plus librement ; rendu cartographique amélioré par la suppression des contraintes de l’édition papier (taille, couleur) ; intégration de nouveaux supports (notamment vidéo).

13Tous nos lecteurs peuvent nous rejoindre à l’adresse suivante : [http://journals.openedition.org/​mediterranee].

Top of page

References

Bibliographical reference

Régis Darques, Claudine Durbiano and Christophe Morhange, « Méditerranée, revue géographique des pays méditerranéens (1960-2018) », Méditerranée, 129 | 2017, 3-4.

Electronic reference

Régis Darques, Claudine Durbiano and Christophe Morhange, « Méditerranée, revue géographique des pays méditerranéens (1960-2018) », Méditerranée [Online], 129 | 2017, Online since 06 July 2018, connection on 10 December 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8820

Top of page

About the authors

Régis Darques

directeur scientifique de la revue depuis 2018

By this author

Claudine Durbiano

directrice scientifique de 2005 à 2011

By this author

Christophe Morhange

directeur scientifique de 2011 à 2017

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals