Skip to navigation – Site map
Villes en Méditerranée : une petite « Odyssée »

Nicosie mon amour

Nicosia my Love
Grégoire Polet
p. 37-41

Abstracts

A literary text where the narrator meanders in Nicosia, remembering what people he met there told him about their city, their country and their story. The narrator is accompanied by a Cypriot who is a good French speaker, a young mother of one, and he makes her cross the green line for the first time, militarised border line separating the Greek part from the Turkish part of Nicosia. Their walk leads them to the mosque. The text-stroll is the opportunity for a subjective anamnesis of the narrator in echo with the anamnesis of the Cypriot national history.

Top of page

Index terms

Mots-clés :

ville, ligne verte, frontière

Geographical index :

Nicosie, Chypre, République Turque
Top of page

Editor's notes

Grégoire Polet est docteur ès lettres de l’Université catholique de Louvain, avec une thèse en littérature espagnole. Un temps chercheur à la faculté de sociologie de l’Université Saint-Louis à Bruxelles, il se consacre désormais à l’écriture de romans et de scénarios.

Grégoire Polet is a doctor of the arts from the Catholic University of Louvain, with a thesis on Spanish literature. Once researcher at the social sciences faculty of Saint-Louis University in Brussels, he now focuses on writing novels and scenarios.

Full text

Que je fasse entrer dans le crâne des masses ceci
la force ne fait que tuer et cela
le plus important
le Printemps
même lui
est un produit de l’homme.
O. Elytis

1Pas de lignes d’avion dans le ciel, double sillage de vapeur dans l’azur, rien pour me rappeler que dans deux heures je m’en vais. Que dans deux heures le taxi, puis l’attente dans l’aéroport de Larnaca, puis l’avion, tous ces chapitres du retour, vont commencer d’annuler le voyage et d’archiver la vie. Combien que je ne le veuille pas. Mais c’est la loi de l’hypocrisie. Maintenant, je suis près de pleurer sur Nicosie ; et bientôt ce ne sera qu’une vague anecdote à faire valoir en société: oui, j’ai vu Nicosie, j’ai passé le fameux check point de la rue Ledra, ça m’a beaucoup marqué comme voyage, oui bien sûr j’ai pris des photos, évidemment, regarde, attends. Je m’entends déjà.

2Restaurant panoramique, rue Ledra, à cent mètres du check point, au dernier étage ou presque d’un grand magasin, Debenhams, j’avais compris « patinoire » quand Vassilis me l’a recommandé. Je cherchais un point de vue. Il m’a dit le dernier étage du Debenhams. On m’a regardé bizarrement quand j’ai demandé dans la rue Ledra la patinoire, s’il vous plaît ? Pardon ? Oui, une patinoire, il paraît qu’au dernier étage il y a un restaurant avec vue panoramique, ou un café, je ne sais pas.

3Une patinoire rue Ledra, et qu’est-ce qu’on ne va pas inventer, qu’il a l’air de penser le vieux en s’en allant, hésitant sans doute à attribuer cette folie à la mauvaise gestion de l’argent public par l’administration, ou à l’idiotie prévisible d’un touriste blond sur chaussures de marche.

4J’ai pris du vin, parce que ça me fait trop de peine de partir et d’effacer. Pas d’avions dans le ciel. Mais la vue panoramique sur les montagnes au Nord qui lambrissent l’azur derrière la partie turque de Nicosie, où pas un bâtiment ne s’élève au-dessus de la cathédrale gothique et de ses minarets ottomans, respectant par pauvreté les règles du Moyen Âge. Et puis du côté grec, il suffit que je me retourne, la verticalité dense de la modernité, des grues, de la construction, et le soleil mettant pour moi à contre-jour l’immeuble que je cherche des yeux, le sien, Olga, la terrasse, d’où je voyais en buvant son café les réservoirs d’eau chaude sur les toits des immeubles voisins, bonbonnes blanches branchées aux panneaux solaires, portant la vie et le désordre jusqu’au niveau de la canopée de la ville. Et puis tout au bout, les montagnes du Nord, les deux drapeaux dessinés sur le versant, immenses, des hectares de drapeaux, l’un chypriote turc et l’autre turc tout court, le premier calqué sur le second, illuminés la nuit, me dit-elle, avec une phrase que je ne peux pas lire, au-dessous, mais qu’elle me traduit : quel bonheur d’être Turc.

5Oui, bien sûr j’ai pris des photos, regarde, ça, ce sont les remparts, vénitiens, oui, ils entourent tout à fait la vieille ville, un cercle parfait avec des bastions, je ne les ai pas comptés, mais imagine le cadran d’une montre, douze bastions posés sur un cercle, et tu vois le plan de Nicosie depuis les Vénitiens. C’est saisissant. On voudrait en faire le tour, mais ce serait sans compter avec la fameuse greenline, cette espèce de mur, tu sais bien, de zone tampon qui coupe la ville en deux secteurs, oui, je l’ai vue aussi, attends, dans les photos suivantes, du coup le tour des remparts est impossible, oui, c’est idiot cette séparation, mais bon, il faut comprendre l’opposition séculaire des Grecs et des Ottomans, je veux dire des Turcs, il est extrêmement difficile d’obtenir sur Chypre une information qui ne confine pas à la propagande, volontaire ou involontaire, c’est une question où la neutralité n’existe pas, mais moi, moi, historiquement, ce qui me frappe, c’est qu’il y a toujours eu un gouvernement politique de l’île étranger à sa population grecque, pour une raison très simple : l’île a toujours été considérée comme, avant tout, une position stratégique, à cent kilomètres de la Terre Sainte, et du coup, à l’époque des Croisades, gouvernée par des croisés ou ex-croisés, des Français en l’occurrence, famille de Lusignan, Poitevins, à cause de quoi, et ça c’est très marrant, Nicosie est une ville gothique, en fait, presque comme Jérusalem, je ne vais pas dire que je me suis cru à Paris près de saint-Séverin, mais quasiment, quoi, puis, quand ce n’est plus la guerre sainte, c’est le saint commerce, et Venise qui prend le contrôle de l’île en la rachetant à l’héritière Lusignan, puis, devenus plus forts que Venise, les Ottomans, de 1571 jusqu’en 1878 à peu près, c’est-à-dire après l’ouverture du canal de Suez, et les Anglais, qui veulent garder sur la zone du canal une position de sûreté, marchandent avec l’empire Ottoman une alliance militaire en échange du contrôle de Chypre, alors voilà les Anglais aux commandes jusqu’en 1960, c’est ça l’histoire politique de Chypre, toujours une gouvernance exogène, et le peuple chypriote dans ses montagnes et ses ports, dans ses églises surtout et dans ses monastères, parlant sa langue à lui, son grec, c’est-à-dire à nouveau jamais la même langue que son gouvernant, il faut se rendre compte, mais au fond le peuple chypriote s’est toujours senti suffisamment indépendant dès lors que son église était indépendante, et ça, au cinquième siècle, c’est acquis, l’Église orthodoxe de Chypre est reconnue autocéphale, c’est-à-dire étant à la tête d’elle-même, pour les Chypriotes depuis le cinquième siècle, en fait, leur identité est indépendante, leur autonomie c’est l’Église orthodoxe, leur nation c’est la langue grecque, leur fierté c’est leur île, et beaucoup de Chypriotes d’ailleurs n’ont pas compris le résultat des sanglantes luttes pour l’unification à la Grèce, fin des années 1950, quand ils voulaient que les Anglais les laissent disposer d’eux-mêmes, beaucoup ne voyaient pas exactement où l’on voulait en venir, à la fin, avec cette indépendance, c’est étonnant à dire, mais c’est comme ça, sous le mot de liberté se mêlaient deux idées, l’indépendance et l’unification à la Grèce, ce qu’ils appelaient l’enosis, et leur grand homme Monseigneur Macaire, Makarios III, ethnarque, c’est-à-dire chef de l’Église et chef de la nation, lui aussi mélangeait les deux discours, alors moi j’ai dit qu’en fin de compte, et ça, ça l’a fait bondir, qu’en fin de compte les Chypriotes sans se l’avouer étaient bien contents que l’ONU soit encore là pour contrôler la greenline, ça maintient la gouvernance par un tiers, mais vraiment ça l’a fait bondir et il n’était pas content, oui, lui, c’est mon traducteur en grec, quand j’ai su que j’allais à Nicosie, je l’ai prévenu, il habite les faubourgs, regarde c’est lui sur la photo suivante, un homme vénérable, de grande qualité, parle un français remarquable, très cultivé, très chypriote grec, il s’efforce d’être impartial, mais il le dit lui-même, il n’y a pas d’objectivité sur cette île, et par exemple il s’est vexé, il a littéralement bondi, quand j’ai sous-entendu l’indifférence, par habitude historique, des habitants de Chypre à s’autogouverner. Il s’est fâché tout rouge. Il m’a renvoyé à la Belgique : vous vous croyez bien placé pour donner des leçons ? Des crotteux Wallons et des bouseux Flamands, d’une mesquinerie mondialement célèbre, dont l’incapacité à se gouverner est devenue proverbiale, alors qu’il n’y a entre vous que des broutilles, demandez à ma femme ce qu’elle pense de l’armée turque qui assassine son frère le premier jour de l’invasion, hein ? Marina ! Marina ! Il l’appelle… Moi, pas trop à l’aise. Je ne l’avais encore qu’entrevue, quand elle avait servi le café, puis elle avait disparu avec leur femme de ménage indonésienne (il y en beaucoup, des femmes de ménage indonésiennes, à Chypre, curieux), et la revoilà, docile à son mari, s’asseyant dans le canapé, le visage d’une grande douceur, elle ressemblait à Victoria Abril avec quelques kilos de plus, charmante. Vassilis lui dit : Marina, parle-lui de Kyrenia, de 74… Tiens, regarde, je l’ai en photo aussi, là, avec Vassilis, pas vrai qu’elle est jolie ? Qu’elle ressemble à Victoria Abril ? Pas mal, hein ? Oui, leur baraque aussi, c’est des gens aisés. Voilà, là tu as le fameux mur, la zone tampon, c’est une sorte d’immense chancre urbain, un couloir interdit d’accès à quiconque, où tout est tombé en ruine et où rien ne peut être réparé, c’est un paysage de désolation, paraît-il infesté d’animaux nuisibles, des immeubles éventrés, des poutrelles en pagaille, de la végétation résiduelle, pour l’homme occidental c’est joliment pittoresque, quoi, ça lui rappelle Berlin, ça lui donne l’impression qu’une guerre en Europe est encore possible, histoire de faire passer des sensations sur son mortel ennui. Là, c’est le check point de la rue Ledra, Ledra, c’est l’ancien nom de Nicosie, c’est pour passer côté turc de la ville, interdit de photographier, oui, bien sûr, mais je prends ces photos-là avec mon téléphone, c’est discret, et puis là, ah, plus de batterie, attends, je vais chercher le chargeur, sers-toi quelque chose à boire si tu veux, j’ai ramené du retsina, oui, quoi, je sais, le retsina c’est pas chypriote, c’est grec en général, mais j’aime bien, j’adore ça, voilà, quoi, oui, ah ben dis donc tu as passé plein de photos à la fois, ça t’emmerde ou quoi, je comprends, oui, ça c’est la cathédrale gothique construite par les Lusignan puis transformée en mosquée, les deux minarets effilés, beaux comme des crayons pour dessiner le ciel, et inquiétants comme des skuds, oui, si tu veux, et là c’est l’intérieur, tout recouvert de tapis, au sol, et sur les voûtes tout repeint en blanc, pas d’images dans l’Islam, iconoclastes, totalement, tu sais bien, merci, si tu le dis, oui, c’est une photo assez réussie, le rayon de lumière oblique qui tombe sur le Turc en prière, et la jolie fille voilée pieds nus sur les tapis, pas une musulmane, non, c’est la nièce de mon traducteur, il m’avait dit après que Marina m’a eu raconté son histoire, la mort de son frère sous les coups de l’armée turque le premier jour de l’invasion, comme elle a dû fuir, comme elle s’est trouvée réfugiée à Nicosie, comme elle est retournée à Kyrenia il y a cinq ans, pour la première fois, comme la population a doublé à cause de l’afflux de colons turcs encouragés fiscalement par Ankara, comme ça lui était étrange de voir sa maison habitée par des gens qui y avaient déjà trente ans d’habitudes, dur à entendre tout de même, parce qu’elle a encore la gorge nouée, Marina, le cimetière, les tombes de sa famille joyeusement saccagées, toutes les croix pétées, les dalles fendues, effondrées, pour te blesser dans l’immatériel, pour elle, la Turquie en Europe, c’est pas l’Eurovision et la Champions League, tu vois, ça lui va loin, on ne pourra passer au-dessus du problème chypriote qu’en enjambant ses victimes, bref, il m’avait dit, après, Vassilis, allez voir ma nièce, elle a plutôt votre âge, elle a des idées différentes, que je ne partage pas du tout, mais vous serez mieux informé en écoutant des Chypriotes de plusieurs générations, puisqu’il n’y a pas d’objectivité à Chypre, essayez au moins le son stéréo, elle est née, elle, justement, en 1974.

6Il faudrait réfléchir sur les retours de voyage et la transformation du monde en reportage photos. Je me dégoûte, par avance, mes photos, je devrais les supprimer toutes. Finalement les militaires de la zone tampon ont raison: photographs are forbidden, interdit de photographier. Tout ramener, tout rapporter, tout réduire au petit boîtier, passer l’extension de la vie à la moulinette d’un récit de voyage, d’un bavardage avec les copains autour d’un écran, d’une tablette. C’est répugnant au point de s’arracher la voix comme on s’arracherait un œil.

7Pas d’avions dans le ciel, qui passe d’azur à mauve, encore une heure. Pas d’avion, parce que plus d’aéroport, à Nicosie. Les bâtiments servent à héberger le personnel des Nations unies.

— C’est pour ça que vous atterrissez à Larnaca. Tous les vols. Mais la route n’est pas trop longue, vous allez voir.

8Je l’entends me le dire, le chauffeur, cela, qu’à Nicosie il n’y a plus d’aéroport. Il roule dans une Skoda neuve, voiture tchèque-allemande, il la cherchait sur le parking de l’aéroport en actionnant la télécommande, attendant que les clignotants de sa voiture répondent et la lui signalent dans la nuit. Je découvrais l’air incroyablement humide de la côte au crépuscule, tout début du printemps, chargé de sel et d’odeurs tièdes, cette mixture épaisse de l’air et de l’eau de la mer, dont naquit, disent les traditions, sur la côte de l’île, au bord de Paphos, l’invention de l’amour, Aphrodite.

— Par l’autre côté…

9Il me dit ça dans un délicieux anglais chypriote. Je m’apprêtais à monter à droite, mais on roule à gauche, ici, et c’est à droite que s’installe le chauffeur.

— Si vous allez dans la partie turque, vous allez être encore plus étonné, parce que là on roule des deux côtés ! C’est-à-dire, en principe, ils se sont calqués sur la Turquie, ils se sont mis à rouler à droite, mais les habitudes, vous voyez, et puis quand ils achètent une voiture qui n’est pas importée de là-bas, ils ont le volant comme nous…

10Il a conduit des gens de l’ONU. Il a longtemps travaillé pour eux, comme chauffeur VIP. C’étaient tous les mêmes, qu’il me dit. Ils nous coûtent cher et ils ne font rien. Là, à gauche, regardez, c’est l’église arménienne. Je les aime bien, les Arméniens, c’est des travailleurs, et puis ils sont très proches les uns des autres, they’re very close to each other. Il lâche le volant pour me montrer les doigts serrés de sa main.

— Et chez vous, en Belgique, ça se passe comment, les gens sont aussi très proches les uns des autres ? Je n’ai jamais été en Belgique. J’ai habité à Londres pendant quatre ans, mais je n’ai jamais été. Vous avez des bonnes équipes de foot ?

11Puis on est arrivé chez lui, il m’a montré ma chambre. Il y avait dans le salon une table avec des lampes à huile, des veilleuses odorantes et de l’encens, une nappe brodée, un livre ouvert, deux icônes et un cadre avec la photo en pied de sa femme, la mère de ses quatre enfants, entre 25 et 17 ans, morte trois mois plus tôt d’un arrêt du cœur.

— Oh, je ne suis pas chrétienne, c’est Olga qui parle, je ne suis pas religieuse du tout, et c’est pour ça que je ne suis pas une vraie Chypriote, je ne suis pas chrétienne mais j’aime par-dessus tout Jésus qui dit en regardant le temple, l’énorme temple de pierre, de poids, d’or et de temps, à Jérusalem, et qui dit détruisez-le. Vous pouvez le détruire, ça m’est égal. Il peut être détruit parce que de toutes manières il le sera un jour et que par nature il est destructible et donc par essence il est déjà destruction. Et je serais peut-être chrétienne si les chrétiens imitaient ce Jésus-là, prêt à ne rien défendre des intérêts matériels et misant tout sur la vie intérieure, mais vraiment tout, pour que cette vie intérieure prenne le pas sur la vie extérieure, pour que l’épanouissement et le désir de la matière et du monde enfin se réalise et s’assouvisse, pour que la chrysalide enfin donne lieu au papillon. Mais moi je ne vois que des chrétiens et des religieux en général qui se défendent ou qui attaquent, qui se préservent, qui sont comme des gardiens, qui tirent leur glaive quand l’ennemi présumé s’approche de leur église ou de leur foi, et qui n’écoutent pas Jésus leur dire rentre ton épée dans le fourreau, et qui l’empêchent de guérir l’oreille de Malchus, et qui lui interdisent d’aller mourir sur la croix parce qu’ils veulent d’un Dieu et d’un Roi pour eux ici tout de suite, dans leur pays, efficace et qui ne suppose pas le sacrifice de la chrysalide. Ils le gardent parce qu’ils ne veulent pas le suivre. Ils l’enferment, parce qu’ils le haïssent. Ils pontifient parce qu’ils n’osent pas le croire.

12Olga s’emporte. Je lui dis qu’elle est au fond très religieuse – évidemment non, ou alors je suis la seule. Il y a deux flammes sur ses pommettes depuis tout à l’heure, elle remet derrière l’oreille une mèche de cheveux qui n’a jamais le temps d’en retomber.

13L’ascenseur de son immeuble, tout neuf, sentait exactement comme le mien. Probablement quelque produit pour les câbles ou le coulissement. Je pousse la porte, je suis entré chez elle. Son oncle l’avait prévenue, elle a lu ma biographie sur Internet, erreurs incluses. Son petit garçon est à la crèche, et son mari en photo sur le mur. On boit un café sur la terrasse, on se vouvoie. Ma peau de blond chauffe et doit rougir sous les rayons redoublés par la blancheur des murs et la nudité de la terrasse. Au loin, sur le flanc des collines, côté turc, les hectares de drapeaux.

— Moi, dit-elle, si on m’écoute, on peut faire table rase, et si les politiques veulent faire de la politique, qu’ils commencent, qu’ils choisissent une base stable : reconnaissons, Chypriotes, qu’en 1974 nous avons perdu une guerre. Rien que ça, ce que je viens de dire, est inadmissible, mon oncle a dû vous signifier qu’on ne s’entendait pas, au moins sur ce sujet. Ça le fait hurler. Il me trouve indigne et scélérate. Pourtant c’est un point de départ possible. Trancher le nœud gordien. Les Grecs ont commis erreur sur erreur, et les Turcs en ont toujours profité très habilement, sans scrupules et avec une cruauté parfois terrifiante. C’est comme en 22, il y a 90 ans, la Grèce envahit la Turquie, se plante, et Mustafa Kemal profite des désordres de la guerre pour éliminer sa minorité grecque qui l’emmerde, sur le Pont, et la population de Smyrne.

— Les Micrasiates smyrniotes ?

— C’est ça. Des milliers de morts en quelques jours.

— On m’a dit qu’à Smyrne au début l’armée grecque aussi avait essayé d’éliminer les Turcs.

— Pas que je sache ! Mais justement, si on remonte aux origines de la discorde, on n’y arrivera jamais. Il faut trancher le nœud gordien. Vous pouvez rapporter tout ça dans votre texte, je n’ose pas dire que c’est objectif, mais c’est une opinion. Vous allez faire quoi, comme texte ? Je ne connais pas vos romans, quel genre d’écrivain êtes-vous ? Que faites‑vous cet après-midi ?

14C’est une question à laquelle le temps répond. Sur les trottoirs étroits des larges avenues, l’avenue Akropoleos – vous connaissez l’Acropole –, nous marchons, puis l’avenue Nikis – ça veut dire la victoire, rapport à 1960, l’indépendance –, autobus, grosses voitures, petites voitures, puis l’avenue Grivas – le chef des combattants de la libération –, au poste de police à gauche sur l’avenue Makarios – le leader que les Britanniques ont exilé aux Seychelles, drôle, les Anglais ne doutent de rien –, quelques dangers de mort courus en traversant dans le trafic, distraits vous et moi par la conversation, ou protégés par elle, lui faisant en tout cas une confiance étonnante, puisque vous risquiez, Olga, quand le camion bleu vous frôla, vos trente-huit ans, votre mari, votre enfant, pour un mot, une phrase, pour ne pas sortir de la bulle ou sphère que les mots volubiles échangés soufflent, du cocon que la conversation et l’entente tissent, si grande est donc leur valeur, pour me parler d’un livre d’Odysseus Elytis, pour me faire entrer dans une librairie et me l’offrir, sans omettre de plier dans le recueil un coin de page, comme on indique au visiteur un coin de ville qu’il ne doit pas manquer, comme on trace un cercle sur un plan en disant : c’est une petite place, le soir, qui est charmante. Et de reprendre notre flottaison dangereuse, car je risque moi aussi femme et enfants, ma vie, sur l’esquif de la conversation avec vous et le trafic démonté, jusqu’aux remparts vénitiens, bastions, le cercle parfait comme un cadran d’horloge, jusqu’au musée où les saints des icônes vivent dans leurs auréoles comme dans leurs maisons, et comme nous dans la conversation, nimbés dans cette sphère de parole que tout à l’heure le trafic a respectée comme une bulle d’auto-protection, comme les bêtes craignent le feu et sa sphère de lumière.

15Mon chauffeur dit que la greenline n’en a plus pour longtemps. Que le prix des loyers et du mètre carré habitable à Nicosie aura bientôt fait comprendre aux autorités des deux bords ce que les spéculateurs répètent depuis longtemps, qu’il y a dans ce chancre immense des milliers de millions d’euros laissés aux rats, aux serpents et aux belettes. Et que l’argent va faire la paix entre les peuples, parce que les gens s’entendent mieux au moyen de leurs vices que de leurs vertus. Faites l’union par la religion, vous n’aurez pas de succès ; faites l’union par l’argent, par la cupidité, et vous allez voir. Qu’il me dit. Vous souriez, Olga, peut-être à cause de cela ou parce que le milicien imberbe dans sa cahute entourée de barbelés, fusil mitrailleur dans une main, tient dans l’autre un iPhone, avec toute apparence d’être actif sur facebook.

— Je vais passer dans le secteur turc. Je veux voir la mosquée gothique. M’accompagnez-vous ?

16Le ciel est violet. Nicosie grisonne sous la lumière tombée en poussière sur elle. Toujours pas d’avions dans le ciel, mais un dernier quart d’heure au cadran. Tout est vu tellement différemment, quand on le quitte. Nicosie commence à flotter dans les mauves rompus du crépuscule, et Chypre sans doute, personnelle Atlantide, sur l’eau tranquille et insistante de la Méditerranée. Île pour toujours avec moi, dans cette réalité intérieure où j’accède en fermant les yeux, en laissant mon corps extérieur dans un abandon pacifique vaste et vide comme la surface de l’océan, et où je peux demeurer définitivement si je me décide à ne plus vouloir vivre séparé de personne.

17Éteindre tous les écrans, baisser les paupières, et garder l’île en moi, pacifique, ou son incarnation, jeune femme, tout étonnée de voir que sa petite carte d’identité chypriote suffit pour passer le check point, qu’il n’y a pas besoin de son passeport, que tout est plus facile que prévu et que le mur est moins mur qu’il n’y paraît, jeune femme plus électrique quand on est passé du côté turc, comme une gamine à qui on a lâché la main et qui peut courir seule.

— Ça m’est étrange d’être de ce côté, j’ai laissé mon garçon de l’autre, et si je ne pouvais pas retourner ?

18Elle, qui met ce fichu sur sa tête à l’entrée de la cathédrale gothique que je veux voir, transformée en mosquée, comme la mosquée de Cordoue, que je connais bien, fut transformée en cathédrale, elle, l’obligatoire fichu sur la tête, et ayant ôté ses ballerines pour fouler pieds nus les profonds tapis musulmans, quand j’enlevais, moi, mes gros souliers de marche et quand je la suivais sous les voûtes blanches de cet espace sans lieu, elle, en visite, tournant la tête vers le mihrab, levant les yeux vers les clés, les lucarnes trilobées conservant le cryptosymbole de la Trinité chrétienne, les vitraux convertis en apparences de moucharabiehs, le rayon de lumière tombant obliquement sur l’homme en prière, et elle, qui avance sur les tapis qu’on dit peut-être volants en Orient à cause de cette vertu magique qu’ils ont d’effacer le bruit des pas, de rendre flottante la démarche et silencieux l’éloignement, elle, se déplaçant avec la lumière et hors du son, elle, et autour d’elle, comme une sphère, Nicosie, Chypre, la mer, le ciel, la nuit. Et mon avion.

Top of page

Bibliography

Barcelona !, Paris, Gallimard, 2015. (Roman-portrait de la ville de Barcelone pendant les années de crise 2008‑2012.)

Dictionnaire insolite de Barcelone, Paris, Cosmopole, 2016. (En collaboration avec Émilie Brehain.)

TOUS, Paris, Gallimard, 2017. (Roman, fiction politique des mouvements d’indignation et de démocratie participative.)

Dans les coulisses du Traité de Rome, ARTE TV, mars 2017, (52’, documentaire historique reconstituant les négociations ayant donné naissance à l’UE.)

Top of page

References

Bibliographical reference

Grégoire Polet, « Nicosie mon amour », Méditerranée, 129 | 2017, 37-41.

Electronic reference

Grégoire Polet, « Nicosie mon amour », Méditerranée [Online], 129 | 2017, Online since 06 July 2018, connection on 16 August 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/9011 ; DOI : 10.4000/mediterranee.9011

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals