Skip to navigation – Site map
Villes en Méditerranée : une petite « Odyssée »

La ville espagnole à l’âge post‑industriel

De la crise du « fordisme » à l’éclatement de la bulle immobilière
The Spanish City in the Post-Industrial Age. From the Crisis of “Fordism” to the Outbreak of the Real Estate Bubble
Javier Callizo‑Soneiro
p. 73-90

Abstracts

In this article the author reflects on the evolution of the Spanish city in the period between the economic crisis of the 1970s, signaling the end of the Fordist production model, and the first decade of the century leading to a new systemic crisis ; its Spanish counterpart will put the end to the stage of strong growth of the urban space known as that of the “real estate bubble”.
During these four decades, the Spanish city will try to reinvent itself in order to strengthen its role in the global urban network. It will do so with different strategies that go through support for new technologies and mainly by the “tertiarization” of its economic activity whose direct consequence will be the centrifugal movement towards the metropolitan crown of the younger workforce, now expelled and in search of an easier access to housing.
Nevertheless, what makes Spanish cities unique is their commitment to mega-events or emblematic architectural projects as engines not only of urban development but of the growth of the regional economy itself. This bet has involved a whole change in the way the city was built, ranging from the prevalence of the local urban plan, regulating land use down to the last millemeter according to a holistic consideration, to a new conception based on the principles of management and betting on the singular project – a mega-event or a unique building signed by some of the world architecture ‘stars’ – which ultimately prevails on the same plan.

Top of page

Editor's notes

Javier CALLIZO SONEIRO (1956) est professeur de géographie humaine à l’Université de Saragosse. Il soutient une thèse en 1986 sur le réseau urbain de Huesca, travaille au Centre des hautes études touristiques de l’Université d’Aix-en-Provence, à l’Académie des sciences de Varsovie et à l’institut de géographie de Cracovie. Conférencier invité à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, il a été professeur invité à l’institut de géographie de Paris. Membre du Groupe loisirs et tourisme de l’Association des géographes espagnols (AGE), de l’Association espagnole des experts scientifiques en tourisme (AECIT), il a aussi une carrière dans la vie publique en tant que ministre de la Culture et du Tourisme, vice-ministre de l’Aménagement du Territoire et directeur général du Patrimoine culturel du gouvernement de l’Aragon. Ses publications portent sur l’étude du système urbain aragonais et les problèmes d’organisation de l’espace touristique.

Javier CALLIZO SONEIRO (1956) is Professor of Human Geography at the University of Zaragoza. He is a PhD student in Huesca in 1986 and works at the Center for Advanced Studies at the University of Aix-en-Provence, the Warsaw Academy of Sciences and the Geography Institute of Cracow. Invited guest speaker at the University of Pau and Pays de l’Adour, he was a visiting professor at the Institute of Geography in Paris. He is a member of the Leisure and Tourism Group of the Association of Spanish Geographers (AGE), of the Spanish Association of Scientific Experts in Tourism (AECIT), also has a career in public life as Minister of Culture and Tourism, Deputy Minister of Territorial Development and Director General of the Cultural Heritage of the Government of Aragon. His publications deal with the study of the Aragonese urban system and the problems of the organization of the tourist area.

Full text

1Entre la crise économique des années 1970 à lorigine de pertes d’emplois dévastatrices dans les régions qui avaient été les plus dynamiques depuis la deuxième révolution industrielle, et la crise survenue depuis la mi-2007 qui a mis un point final à la bulle immobilière alimentée par une dynamique économique typiquement néolibérale, les villes espagnoles à l’âge de la mondialisation – singulièrement celles qui occupent les échelons supérieurs de la hiérarchie urbaine – suivent des modèles de croissance et de développement obéissant, mutatis mutandis, à des processus de nature semblable, bien que les temps et réponses aux défis de la crise aient été différents.

2Plus bicéphale que la plupart des systèmes urbains européens, mais un peu moins qu’avant la crise des années 1970 (au début du xxe siècle l’industrialisation avait permis à Barcelone d’être la première ville espagnole à atteindre le million d’habitants), le système urbain espagnol contemporain illustre un paradoxe intéressant : dès la Constitution de 1978 qui consacre l’« Espagne des autonomies » et construit un des États les plus décentralisés du monde, le pays assiste à une croissance stupéfiante de la métropole madrilène, avec un rythme de développement maximal atteint sous la dictature du général Franco. Parallèlement, l’évolution récente de la hiérarchie urbaine s’explique par la dynamique propre des capitales régionales : renforcement de la capacité d’attraction économique par la puissance émergente des communautés autonomes (Escolano Utrilla, 2014) ; faible croissance des communes centrales due à la migration vers la couronne métropolitaine des jeunes actifs. La lognormalité enregistrée à la fin de la décennie 1970 – la valeur du paramètre q associé au rang r dans la célèbre équation rang-taille de Zipf (1949) était alors -1,02 – atteint une valeur de -0,94 pour l’année 2016 (fig. 1 et 2).

Fig. 1 – Les deux premiers échelons de la hiérarchie urbaine espagnole, 1981

Fig. 1 – Les deux premiers échelons de la hiérarchie urbaine espagnole, 1981

En appliquant la loi rang-taille de Zipf (Pr = 1/r-q), l’équation de régression permet d’identifier la valeur du paramètre q associé au rang r

Élaboration de l’auteur d’après source INE.

Fig. 2 – Les deux premiers échelons de la hiérarchie urbaine espagnole, 2016

Fig. 2 – Les deux premiers échelons de la hiérarchie urbaine espagnole, 2016

D’après l’équation de Zipf

Élaboration de l’auteur d’après source INE.

3Toutes les villes des premiers échelons de la hiérarchie (Madrid, Barcelone, Valence, Séville, Saragosse, Bilbao) ont connu dès le début du xxe siècle et surtout dans les années de forte croissance qui font suite au Plan de stabilisation de 1959 – années dites du « desarrollismo » – une expansion considérable de leur tissu urbain en raison des processus migratoires intenses entre 1960 et 1970 ; des processus entraînant pour certaines d’entre elles (Madrid, Barcelone, Valence, Bilbao) le débordement du périmètre urbain au bénéfice d’une région métropolitaine qui accueillera les établissements industriels les plus caractéristiques de l’époque fordiste, tandis que la ville centrale subira aussi les conséquences de la désindustrialisation suite à la crise déclenchée en 1973 par la hausse des prix du pétrole après la guerre du Yom Kippour. Cependant, avec la reprise de la croissance économique au milieu des années 1980 et surtout 1990, la région métropolitaine deviendra la destination de la population expulsée de la ville centrale par la hausse du prix de l’immobilier.

4Avec les nuances qui doivent être soulignées dans les études de cas, une périodisation en trois étapes peut être appliquée à la plupart des villes espagnoles : 1) de la crise de 1973 jusqu’au milieu des années 1980 ; 2) de 1986 à la mi-1990 et 3) depuis le milieu des années 1990 à la crise de 2008.

1 - De 1973 au milieu des années 1980 : crise économique et politique

5La crise économique de 1973, avec sa réplique de 1979 lors de la révolution iranienne, met un frein aux processus de métropolisation et périurbanisation au travers desquels les grandes villes espagnoles essayaient de métaboliser la forte croissance des années 1960, tout en étant à lorigine d’une vaste destruction du tissu industriel. L’impact sera aggravé par la crise politique nationale ouverte à la mort du général Franco, bien que, lors du discours du couronnement, le roi Juan Carlos Ier ait annoncé son intention d’incarner une monarchie parlementaire « allant de la loi à la loi ». C’est-à-dire, depuis les prévisions de réforme politique contenues dans le cadre juridique franquiste, qui ne sera jamais transgressé, qui puisse assurer la restauration d’un système démocratique, qui ne connaîtra d’autres épisodes de violence que les crimes perpétrés à plusieurs reprises par l’organisation terroriste ETA.

6En fin de compte, crise économique et crise politique se croisent et se recoupent étroitement dans le cas de lEspagne. Si la résolution de la crise politique nous semble être une tâche herculéenne, l’impact de la crise économique ne pourrait pas être plus dévastateur que dans les districts industriels des grandes villes espagnoles, comme c’est le cas au sud et au sud-est de la capitale (VILLAVERDE et USERA) ainsi qu’à Getafe et Leganés dans la région métropolitaine madrilène : faillites d’entreprise, réduction des effectifs et dégradation de l’environnement industriel. Le chômage atteignait alors 21,9 % de la population active à Madrid, avec 54,7 % de chômeurs de moins de 24 ans ; et jusqu’à 64,8 %, dans les districts de Villaverde, Mediodía et Vallecas – dans la ville centrale – en tête de cette dévastation. Entre 1979 et 1984, Usera et Villaverde ont perdu 25 000 emplois, leur paysage urbain relevant désormais de l’archéologie industrielle (ALGUACIL et al., 2011).

7Une fois terminée la Transition avec la promulgation de la Constitution de 1978 rédigée par l’Assemblée constituante issue des premières élections législatives de 1977, et d’après la Constitution elle-même, les premières élections municipales sont prévues pour l’année suivante. Les nouveaux gouvernements locaux doivent faire face à des exigences sociales fortes (supposées indispensables pour le mouvement social durci idéologiquement dans la lutte contre la dictature) combinées au déficit des ressources publiques. Les communes mettront généralement l’accent (plus par nécessité que par culture stratégique) sur une politique d’espaces publics et d’équipements, en assumant par le biais des plans ou des programmes spéciaux d’action immédiate plusieurs des revendications historiques du mouvement social des quartiers (BORJA et MUXI, 2004). Il s’agit d’un urbanisme résolument participatif où convergent le mouvement associatif des quartiers et quelques professionnels de la planification urbaine de haute notoriété du fait de leur engagement politique dans la lutte contre le franquisme ; des professionnels ayant maintenant l’opportunité d’imaginer une ville pour les citoyens : une façon de construire la ville d’après les principes de « l’urbanisme urbain » énoncés par les architectes Solà Morales et Parcerisa i Bundo (1987) où l’espace public devient lieu d’intervention par excellence ; une culture urbaine qui est en mesure d’imposer son empreinte, encore visible dans le cas de Barcelone et Séville 92, mais aussi dans beaucoup d’autres villes moyennes, malgré le changement de paradigme de la décennie suivante.

  • 1 COPLACO : Comisión de Planeamiento y Coordinación del Área Metropolitana de Madrid?

8Constitués par des cadres issus du mouvement social des quartiers, les premiers conseils démocratiques accueillent avec un grand enthousiasme le travail des prestigieux cabinets de planification. Ainsi COPLACO1, dirigé par Fernando de Terán, devient l’un des sanctuaires de l’urbanisme de cette décennie. Expression d’une très vive sensibilité sociale à l’égard des déséquilibres socio‑spatiaux, leurs projets s’orientent vers la réponse aux besoins en logement, transport et équipement, avec une précision extraordinaire. Ces projets sont inséparables du contexte de crise économique : désormais, il n’est plus question de croître – le remplacement du fordisme en tant que modèle de production industrielle n’est pas tâche facile –, mais de récupérer, restructurer, rééquilibrer, remplir, équiper et harmoniser les villes. En un mot : rendre la ville aux citoyens (ALGUACIL et al., 2011).

9Au cours de ces années difficiles où l’Espagne offre au monde une preuve de sa maturité démocratique et de son sens de l’histoire, les villes sont munies de solides instruments d’aménagement – des plans locaux d’urbanisme, mais aussi des plans de réforme interne, urgente et immédiate – qui reflètent une heureuse convergence : d’une part, la volonté des nouvelles corporations démocratiques, qui tentent de résoudre les problèmes hérités des années du desarrollismo, de faire face – pas toujours avec succès – aux situations d’urgence résultant de la forte croissance urbaine ; d’autre part, l’engagement civique d’une génération de brillants techniciens urbanistes dont les analyses soutenues et les réflexions – la fameuse conception holistique qui manquera à la décennie suivante –, sont à lorigine dexcellents diagnostics. Les propositions d’intervention font l’objet de discussions interminables qui impliquent un consensus politique : la seule garantie de faisabilité.

  • 2 Le Plan General est l’équivalent français mutatis mutandis du Plan local d’urbanisme (PLU).

10Tout cela, et bien plus encore, transparaît dans le Plan General de Ordenación Urbana de Madrid de 19852, dirigé par Eduardo Leira qui, d’après les principes philosophiques de « l’urbanisme urbain » et de « l’austérité urbaine » – formulés par Campos Venuti, devenu l’un de ses conseillers –, assume l’engagement de reconstruire la ville existante en lui donnant des fonctions articulées solidairement (CAMPOS VENUTI, 1981) ; une formule résumée dans le slogan « récupérer Madrid ». Il s’agit du seul plan dans l’histoire de la ville dont le but n’est pas la croissance future – présumée très limitée dans le contexte de la dépression –, mais l’amélioration de la qualité de la vie urbaine et l’intégration sociale et territoriale, rééquilibrant surtout la ségrégation socio-spatiale nord‑sud que la crise a exacerbée.

  • 3 Museu d’Art Contemporani de Barcelone

11La même chose peut aussi être dite du mouvement qui, forgé à Barcelone, sera crucial pour la transformation de la ville – en tant que modèle du développement récent – ; un mouvement des quartiers, mais à caractère social, intellectuel et bien évidemment politique qui compte parmi ses membres des personnalités de haute stature, tels Oriol Bohigas, Manuel de Solà Morales, Jordi Borja et Josep Abat. Les premières actions du conseil municipal barcelonais ne peuvent pas être isolées du contexte économique et social de crise ; ce contexte favorise non pas les interventions majeures, mais plutôt celles ponctuelles, spécifiques, susceptibles d’être plus facilement financées. Cette forme de planification stratégique centrée sur les espaces publics met l’accent sur la reconfiguration morphologique des places, des parcs et des rues – mobilier urbain inclus – pour souligner la personnalité des différents quartiers. Cet urbanisme de « guérilla » sapplique surtout à construire ce qui été déjà construit, c’est-à-dire à récupérer, nettoyer, trier, rééquilibrer et restructurer ce qui existait déjà : l’avenue Gaudí (Màrius QUINTANA, 1985), la Via Júlia (JULIÀ et SOLA, 1985), la place Puerta del Sol (BACH et MORA, 1986) ou le Fossar de la Pedrera (GALI, QUINTANA et CASAJOANA, 1985). Dix ans plus tard, cette « acupuncture urbaine » devra compter dans bien d’autres cas avec des espaces au bord de la marginalisation. Tel était le cas du musée d’art contemporain de Barcelone MACBA3, projeté dans les années 1990 par R. Meier dans le quartier du Raval, prévu pour répondre aux mêmes principes de revitalisation du tissu historique (fig. 3).

Fig. 3 – Barcelone

Fig. 3 – Barcelone

L’avenue Gaudí après la réhabilitation dirigée par Màrius Quintana, exemple de « l’urbanisme urbain »

Source : Depositphotos: 15686217_original.jpg, © Pitatatu.

  • 4 Plan local d’urbanisme. Ut supra
  • 5 Casco Viejo : le quartier historique

12La crise des années 1970 a imposé l’austérité, mais aussi légitimé l’établissement de priorités. Un exemple de cet « urbanisme urbain » à caractère correctif (FONT, 1999) ou programmatique (RAMOS, 2009) est celui du Plan General de Ordenación Urbana4 de Saragosse 1986. Ses objectifs visent à corriger le déficit d’urbanisation de base et à répondre à la rareté des espaces verts et des équipements de quartier à travers le contrôle détaillé des volumes bâtis en vue de redresser les erreurs typiques de la planification des années du desarrollismo (De MIGUEL, 2015). Expression du débat politique et technique précédent, ce plan local d’urbanisme définit une ville compacte. La troisième rocade périphérique devient un moyen de préserver les valeurs naturelles de l’environnement – le verger ou huerta de Saragosse –. Le plan s’applique à créer des espaces publics qui améliorent la dotation en équipements et espaces verts ; il établit le système artériel et parie sur l’embellissement et la reconfiguration des espaces publics – en particulier dans le Casco Viejo5 – tout en permettant la rénovation urbaine des espaces désaffectés (De MIGUEL, 2015).

13La spécificité de l’évolution de la ville espagnole tient non seulement à la coïncidence de la crise économique avec l’incertitude créée par la transition de la dictature à la démocratie, mais relève également de l’autonomie politique des régions consacrée par la Constitution de 1978 : un modèle décentralisé pratiquement fédéral qui réserve aux régions de larges pouvoirs d’organisation territoriale. Cela concerne l’administration périphérique de l’État, bien évidemment, mais aussi l’Administration locale et particulièrement le niveau supra-municipal où les gouvernements franquistes avaient essayé de créer les premières corporations métropolitaines. Ces entités héritées sont les premières victimes du pouvoir émergent des communautés autonomes : leur abrogation est l’objet des premières lois promulguées par les nouveaux parlements autonomes (CALLIZO, 2005). Moins pour des raisons idéologiques que par crainte des villes centrales, et en particulier des gouvernements régionaux, de voir émerger un contre-pouvoir éventuel.

2 - De 1986 au milieu des années 1990 : la consolidation des conseils démocratiques

14Depuis 1986, une fois régularisées les finances communales et effectuées les premières interventions de chirurgie reconstructive, le développement économique lié à l’intégration de l’Espagne à l’Union européenne caractérise la démarche adoptée par les villes espagnoles ; démarche inséparable du soutien de quelques dirigeants locaux dont le dynamisme est à l’origine des grands projets de transformation du tissu urbain : le Plan Sur de Madrid (Vallecas, avec 7 000 habitations) ; l’urbanisme de grands événements à Séville et Barcelone – c’est également le modèle que suivra Saragosse dans la première décennie du siècle en vue d’accélérer son aggiornamento – ou le grand équipement emblématique auquel Bilbao et Valence confieront leur métamorphose. De nombreuses villes moyennes – échelons trois et quatre de la hiérarchie –, réussiront à combiner « l’urbanisme urbain » de petite ou moyenne échelle avec la grande échelle de cette période : Tolède, Saint-Jacques-de-Compostelle, Grenade, Cordoue, Tarragone, Lérida, etc. (BORJA et MUXI, 2004).

15Et pourtant, qu’il s’agisse de grands événements ou de projets singuliers et emblématiques, leur impact va modifier la façon même de construire la ville, passant d’une approche holistique où la cartographie exprime avec précision les prévisions contenues dans les plans locaux d’urbanisme à une autre que, conformément à Harvey (1989) et à son concept d’entrepreneurial city, nous pouvons identifier comme relevant de la « planification d’entreprise » : une nouvelle façon d’aborder la ville en sacrifiant le consensus politique et les réflexions critiques sur l’autel de l’efficacité gestionnaire et la capacité de répondre immédiatement aux défis associés aux différentes possibilités de développement. De cette façon, le plan renoncera à la rigueur réglementaire exposée auparavant afin d’adapter le projet devenu « étoile » de l’urbanisme dans la décennie suivante.

16Le mouvement social des quartiers qui avait conduit les revendications associées aux premières initiatives des conseils démocratiques perd petit à petit son élan initial : en partie parce que beaucoup de ses dirigeants sont déjà « installés » dans les cabinets du pouvoir municipal ; en partie aussi – et surtout – parce que les autorités locales n’ont pas réussi à gérer certains des plus graves effets de la crise économique : le chômage demeure endémique chez les jeunes ainsi que la drogue dans les quartiers ouvriers frappés par la désindustrialisation et l’insécurité.

  • 6 Décret-loi 2/1985 du 30 Avril concernant des mesures de politique économique.

17Après les années difficiles de la désindustrialisation et la restructuration industrielle, l’intégration de l’Espagne à l’Union européenne en 1986 est à l’origine du nouveau cycle économique dont la reprise tient au processus de tertiarisation qui, marquant un tournant dans le cycle de récession commencé dix ans plus tôt, va accompagner la transition du fordisme au modèle de production flexible ; une transition économique qui aura un impact majeur sur la transformation de la structure urbaine des villes métropolitaines espagnoles. Celle-ci sera possible grâce à un nouveau cadre juridique, le Decreto Ley 2/1985, de 30 de abril, de medidas de política económica6, qui définit un avant et un après pour les contrats de location. Les effets de ce décret connu familièrement sous le nom de « décret Boyer » – M. Miguel Boyer était alors ministre de l’Économie du gouvernement de M. Felipe González issu de la majorité absolue obtenue par le Parti socialiste aux élections de 1982 – sont essentiellement :

  • une forte concurrence dans le domaine résidentiel – prédominant jusque-là grâce à l’inertie des anciens baux à loyer modéré – du fait des nouvelles utilisations tertiaires, en particulier dans les meilleurs quartiers de la ville centre – distribution commerciale, services aux entreprises, technologies de la communication et économie du savoir – ; et, en raison de cette même concurrence spatiale ;

  • le déplacement de la population active jeune à la recherche dun logement économiquement accessible hors des quartiers centraux, vers les communes périphériques.

18La crise des années 1970 a également eu un impact dramatique sur l’évolution de l’Espagne, en accélérant la phase finale de la transition démographique : chute de la natalité et de la fécondité et vieillissement précoce de la population. Pour les villes des premiers niveaux de la hiérarchie, la désindustrialisation provoquée par la crise et le processus de tertiarisation ultérieur sont responsables du déclin démographique et de l’accélération du vieillissement de la ville capitale, tandis que l’espace métropolitain commence à expérimenter une évolution opposée : taux de croissance plus élevés et plus forte proportion de jeunes sur le marché de travail ; un phénomène qui atteindra sa pleine intensité la décennie suivante, même si un changement politique peut être noté à partir de 1989 avec l’arrivée à la mairie de Madrid du Parti populaire – initialement allié au Centre démocratique et social de Agustín Rodríguez Sahagún, ministre du président Suarez dans le gouvernement chargé de mener la Transition ; depuis 1991 et pendant trois mandats consécutifs, avec la présidence de Alvarez del Manzano, auquel succèdent ses collègues de parti Alberto Ruiz Gallardón et Ana Botella. Dans tous les cas, la reprise économique se fera sentir à Madrid après 1986 avec l’introduction des grandes surfaces – La Vaguada sera pionnière –, phénomène qui modifie radicalement la carte commerciale. Plus tard, 18 grands centres commerciaux ouvrent : sept d’entre eux dans « lamande » centrale et le reste au-delà de la rocade M-30 (LÓPEZ de LUCIO, 1999).

19Dès la seconde moitié des années 1980, Barcelone et Séville s’inspirent de leurs expériences historiques – exposition universelle de 1888 et internationale de 1929, à Barcelone ; exposition ibéro-américaine de Séville en 1929 – pour promouvoir des méga-événements. Il s’agit des jeux Olympiques de Barcelone et de l’exposition universelle de Séville, en 1992. Le modèle, avec les variantes associées à la valeur symbolique des bâtiments emblématiques – le musée Guggenheim, par exemple –, explique aussi la démarche adoptée par Bilbao dans son processus de reconversion fonctionnelle : du paradigme de la ville industrielle à celui de la ville tertiaire, qui inclut de nouveaux critères de tropisme touristique typiquement post-modernes. On choisira dans ce cas des projets issus des grands ateliers – star system – de l’architecture mondiale : en partie à cause de la concurrence féroce entre villes à l’âge de la globalisation – une lutte pour attirer les investissements et stimuler l’activité économique d’un marché de plus en plus mondialisé, en pariant sur un développement urbain exagéré qui dépasse les besoins en logement de la population – ; en partie aussi pour ralentir, sinon mettre en sourdine, toute contestation sociale ou politique du projet. Les plans locaux d’urbanisme rédigés à cette époque manquent délibérément de concret pour permettre, le moment venu, un confortable « emboîtement » de ces projets singuliers.

2.1 - Barcelone, une ville olympique

20Exemple paradigmatique de cette période, le cas de Barcelone influence nombre d’interventions menées dans les premiers rangs du système urbain espagnol par la singularité du pari fait sur le grand événement en tant que catalyseur du développement urbain et régional et vitrine internationale d’un marché capable de générer de nouvelles activités industrielles et tertiaires.

21En suivant la feuille de route fixée la décennie précédente lors de la nomination olympique, Barcelone peut exhiber un catalogue de brillantes interventions « d’acupuncture urbaine » : le MACBA au Raval ; la création des parcs (de l’Espanya Industrial, de la Creueta del Coll, de Joan Mirò, d’El Clot, des Països Catalans, de la place de Sants) ; la réhabilitation du Moll de la Fusta (fig. 4) en tant qu’axe principal du vieux port (Port Vell) qui a permis la redécouverte de la mer – le front de mer était jusque-là inaccessible au centre historique –. La rencontre avec la Méditerranée tire profit du plan spécial d’urbanisation de la Barceloneta et du village olympique. Mais il est aussi question de quelques grandes interventions de restructuration de la région métropolitaine visant à améliorer la mobilité, en particulier la construction des rocades entre la ville centre et la couronne métropolitaine : la Ronda Litoral (sud et sud-est) et la Ronda de Dalt (nord et nord-ouest).

Fig. 4 – Barcelone

Fig. 4 – Barcelone

Le Moll de la Fusta et la marina résultant de l’aménagement du Port Vell

Source : Banco de fotos: Depositphotos_8668140_original.jpg, © Fazon1.

  • 7 Plan General Metropolitano de Barcelona, approuvé le 14 juillet 1976

22L’une des spécificités de Barcelone tient au plan local d’urbanisme en vigueur au lendemain des élections communales de 1979, approuvé en 19767 et imprégné de la culture conservatrice de l’Espagne des années 1960 et du début des années 1990. Cependant, Oriol Bohigas marquera l’urbanisme barcelonais et son évolution. La conception holistique qui avait présidé à la rédaction du plan local est minorée au profit d’une planification axée sur des unités urbaines plus petites. Ce changement d’échelle s’établit comme nouveau paradigme dans les années 1990. Le plan local est encore jugé nécessaire, mais il se limitera à jeter les bases politiques de la ville future, en définissant les objectifs généraux. Il s’agit aussi de réduire les considérations figuratives, formelles et fonctionnelles qui correspondent spécifiquement à chacun des projets. Cela implique une plus grande flexibilité conceptuelle : du particulier on atteindra le général, et non l’inverse. Cette « acupuncture urbaine » intervient sur les points névralgiques de la ville qui produisent un effet de « métastase » positive en irradiant et stimulant le renouvellement. Dans de nombreux cas, l’initiative publique sera responsable de l’effort initial, poursuivi par l’entreprise privée : le micro-urbanisme devient l’un des traits caractéristiques du soi-disant « modèle Barcelone » dès la fin des années 1980 (BORJA, 1995).

23À la veille du grand événement de 1992, Barcelone vit dans une euphorie politique et médiatique. Le succès de sa nomination olympique aurait été impossible sans l’engagement des différentes institutions de l’État – la Couronne en tête – en plus du partenariat public-privé et des médias. Le consensus politique, social et médiatique porte sur quatre grandes interventions – le Plan 4 Esquinas, dessiné par Bohigas – : Montjuïc, Diagonal, Vall d’Hebron et Poble Nou le village olympique sera situé, entre les rocades (fig. 5). Outre ces interventions, les Jeux olympiques ont débouché sur un programme complet de régénération urbaine : construction des tunnels de Vallvidrera reliant la ville centre et le nord de la région métropolitaine – le Vallès ; urbanisation du front littoral jusqu’au village olympique et nouvelles zones de centralité : Gloriès, Plaça d’Espanya, Nou Barris. Même si l’objectif principal à atteindre est une régénération intégrale de la ville (BORJA, 1995), les interventions ne pourront pas éviter quelques délocalisations ou la disparition de certains quartiers « invisibles » (MARTÍ-COSTA  et al., 2011).

Fig. 5 – Le Plan 4 Esquinas (angles) esquissé par O. Bohigas pour la Barcelone olympique

Fig. 5 – Le Plan 4 Esquinas (angles) esquissé par O. Bohigas pour la Barcelone olympique

Ces quatre « angles » sont connectés par une rocade (Ronda de Dalt et Ronda Litoral).

Source: redessinée à partir de Martorell J., Bohigas O., Mackay D. et Puigdomènech A., (1991), La Villa Olímpica - Barcelona 92, Barcelona: Ed. Gustavo Gili.

24La nomination olympique introduit de nouvelles façons de construire la ville : alors qu’en 1979 la priorité était à la mise en ordre des affaires communales ainsi qu’à des politiques d’ensemble, la célébration des jeux Olympiques suscite un changement radical. L’accent est mis sur l’efficacité dans la gestion de la complexité urbaine. Ce changement est inséparable de l’incorporation au Conseil d’une équipe de techniciens – Francisco Longo, Xavier Sisternas, Ernest Maragall, Antoni Fernandez – dont le savoir‑faire en termes d’aménagement de l’espace tient à une logique entrepreneuriale : création d’organismes spécialisés et autonomes en matière d’investissement, de dépenses et de chiffre d’affaires ; impulsion donnée à la coopération public‑privé, avec l’entrée de capitaux privés dans l’administration publique – toute privatisation des services communaux aurait été tabou quelques années plus tôt. Cette phase d’aménagement urbain traduit l’affaiblissement du mouvement social des quartiers au profit d’une institutionnalisation de la vie politique locale.

2.2 - La Séville de l’exposition universelle de 1992

25L’autre méga-événement, l’exposition universelle de 1992, a lieu à Séville lors du cinquième centenaire de la découverte de l’Amérique inaugurant la première globalisation économique – ante litteram – de l’histoire. Se préparant à accueillir la célébration, la ville avait déjà organisé avec succès l’Exposition Internationale de 1929, occasion pour elle d’étendre son développement vers le sud, le long de l’avenue de la Palmera en direction de Cadix. Les bâtiments du parc María Luisa, siège de l’exhibition, finiront par abriter plus tard des services administratifs et culturels : musées, écoles, théâtres, consulats, etc.

  • 8 Plan General de Ordenación Urbana de Sevilla de 1987.
  • 9 AVE : acronyme de Alta Velocidad Española.

26Avec ce nouveau défi, la ville parie sur le plan local d’urbanisme de 19878. Celui-ci ordonne l’utilisation du sol et anticipe sa future évolution en prévoyant : de nouvelles rocades ; une réutilisation des friches ferroviaires ; une nouvelle gare pour accueillir le train espagnol à grande vitesse – AVE9 – d’après les projets des architectes Antonio Cruz et Antonio Ortiz, ainsi que de nouveaux passages souterrains ; la reprise de l’ancien lit du Guadalquivir ; un aéroport international conçu par Rafael Moneo, tout en essayant de transformer son port, dédié au transport de marchandises, en point nodal du trafic émergent des croisières fluviales.

27L’aménagement de l’enceinte de l’Expo 92 (fig. 6 et 7) a exigé la libération de 1 300 hectares, alors que dix ponts ont été construits sur le fleuve Guadalquivir (cinq d’entre eux exercent des fonctions pour l’ensemble de la vallée). Localisée à Mairena del Alcor, à 5 km de Séville, la ville‑expo représente le début de l’expansion urbaine au-delà de la commune, en suivant un modèle de croissance aujourd’hui considéré comme non durable par certains urbanistes : la voiture est privilégiée en tant que moyen de transport ; l’habitat favorise les maisons individuelles ou à faible densité ; de grands espaces sont destinés aux loisirs et à la consommation, etc. La ville atteint le record du plus grand nombre de mètres carrés de grandes surfaces par habitant en Espagne (BORJA et MUXI, 2004) ; cette dispersion géographique s’effectue sans croissance démographique.

Fig. 6 – Séville

Fig. 6 – Séville

Au premier plan, L’Isla de la Cartuja, enceinte de l’exposition universelle de 1992

Source : l’auteur, à partir de Google Earth.

Fig. 7 – Plan général de l’Expo de Séville 1992

Fig. 7 – Plan général de l’Expo de Séville 1992

Source : mairie de Séville.

28Derrière ces interventions on peut voir la volonté politique « musclée » du pouvoir régional des communautés autonomes, caisses de résonance du discours politique. Toutefois, ces projets n’auraient pas été possibles sans l’engagement politique – voire financier – explicite du gouvernement de la Nation et, depuis 1986, de l’Union européenne à travers l’aide de Bruxelles.

29Les grandes transformations de Barcelone et Séville – ou Saragosse, plus récemment – n’auraient pas été possibles sans la célébration des méga-événements correspondants. Une fois acceptée leur inéluctabilité, il faut admettre aussi, comme l’a souligné Cenicacelaya (CENICACELAYA, 2004), que la « mécanique » urbaine est déconnectée de la réalité dans nombre de cas, par manque de vision intégrée.

3 - Depuis le milieu des années 1990 jusqu’à l’éclatement de la bulle immobilière

30Outre les grands événements et les projets emblématiques, catalyseurs efficaces du développement urbain, lurbanisme espagnol des années 1990 a beaucoup à voir avec la mondialisation de lactivité économique. Adopté comme modèle de sortie de crise du fordisme, le capitalisme néolibéral préconise une déréglementation qui touche les relations de travail – l’excessive syndicalisation de la main-d’œuvre est jugée insupportable – ou l’exactitude des documents de planification urbaine rédigés jusque-là avec réflexion et rigueur, voire rigidité.

31Ainsi, l’aménagement urbain dans les premières années de la Transition abandonne équilibre et sagesse et succombe au concept entrepreneurial de planification urbaine, l’urbanisme étant désormais considéré comme une machine à capitalisation du secteur immobilier. Cet urbanisme ne répond en rien aux besoins des acteurs. Les moteurs de la croissance urbaine et de l’économie nationale se confondent en se concentrant sur l’activité immobilière, purement et simplement.

32Nous observons également une intensification des processus de ségrégation socio-spatiale, selon un double modèle : a) urbain, entre, d’une part, les quartiers tertiarisés à hauts revenus – dans le cas de Madrid les districts du nord tels Moncloa-Aravaca, Fuencarral‑El Pardo, Ciudad Lineal, Hortaleza et Barajas, où bureaux, entreprises et services occupent les surfaces industrielles – et, d’autre part, les quartiers ouvriers du sud et sud-est – La Latina, Carabanchel, Usera, Villaverde, Puente de Vallecas, Villa de Vallecas, Vicálvaro et San Blas, si on suit l’exemple de la capitale. Scénographie d’une désindustrialisation liée à la crise des années 1970, puis dune reconversion des quartiers industriels dans les années 1980 en zones logistiques (MÉNDEZ et al., 2006) capables d’accueillir la nouvelle immigration – maintenant étrangère – à partir des années 1990 ; et b) métropolitain, entre la ville centre, plus âgée, et la région métropolitaine, lieu de résidence des jeunes banlieusards – les commuters – qui s’adaptent à la logique du marché immobilier ; phénomène intense à Madrid et Barcelone, de plus en plus important à Séville, encore timide à Saragosse.

  • 10 BSCH : Banco de Santander-Central-Hispano.
  • 11 CBD : Central Business District.

33Les moyennes et grandes villes ont vécu un processus de tertiarisation. Madrid est l’exemple le plus significatif, avec ses sièges sociaux et financiers concentrés sur l’axe du Paseo de la Castellana prolongé vers le nord, et ses nouvelles implantations le long des grands axes routiers d’accès à la capitale – National II, VI et M-30 – ou à proximité de l’aéroport (campus BSCH10 à Boadilla del Monte, et Telefonica à Las Tablas). Décentralisation du district des affaires, le CBD11 : 17,4 % des licences d’exercice d’activité tertiaire se localisent dans la zone centrale et 82,6 % à lextérieur de la rocade M-30. La région métropolitaine de Madrid devient un nœud de relations entre l’économie nationale et le système mondial (RODRIGUEZ, 2007) ; ce qui se concrétise par la concentration des sièges d’entreprise de pointe et du secteur tertiaire décisionnel : circulation de l’information, des capitaux, des biens et des personnes ; des services financiers et du management ; des services de transport, voyage, tourisme ainsi que des activités de R & D, publiques et privées. Avec 2 % du territoire national, la communauté autonome de Madrid concentre 14,3 % de l’emploi et 17,4 % du produit intérieur brut, au-dessus de la Zone Euro et de l’ensemble de l’Espagne. Dans l’espace environnant, en particulier les communes du nord-ouest (RODRIGUEZ,  2007), six nouvelles universités privées ont vu le jour, moins par désir d’équilibrage spatial que par volonté d’investissement dans le cadre d’une économie de marché.

34Ce dynamisme économique a généré une demande de bureaux qui a atteint le chiffre record de 785 000 m2 en 2000, avec un taux de chômage de 1 % (ALGUACIL et al., 2011), aux dépens des terrains résidentiels dont les prix explosent dans les années qui précédent l’éclatement de la bulle immobilière. Le modèle de localisation des activités tertiaires avancées reproduit celui des infrastructures développées en vue d’accueillir le tourisme relationnel et d’affaires alors qu’une nouvelle décentralisation est observée au nord du Paseo de la Castellana, sur les corridors routiers – les rocades – et à proximité de l’aéroport, renforçant la ségrégation socio‑spatiale nord-sud de la ville centre elle-même.

  • 12 Proyecto de Riberas del Ebro. Anteproyecto General de Espacios Libres de las Riberas del Ebro. Cf (...)

35Il existe néanmoins des nuances dans le modèle de sortie de crise adopté par les villes espagnoles : elles réussissent lorsqu’elles ont essayé de freiner son expansion en mettant l’accent sur la réhabilitation et la reconversion fonctionnelle, comme c’est le cas à Bilbao où les interventions emblématiques dans les friches industrielles d’Abandoibarra – le musée Guggenheim en tant que grand projet culturel et touristique – et celles d’Ametzola ont permis le financement de cette « acupuncture » de réhabilitation urbaine pratiquée dans le quartier historique – Bilbao la Vieja –. Et c’est aussi le cas de Saragosse avant l’exposition internationale de 2008, avec un plan de réhabilitation de l’Èbre12, du Canal Imperial et de « l’anneau vert » – l’Anillo Verde –. Ce programme (PELLICER, 2015) a fait de Saragosse, localisée dans un environnement très xérophile, l’une des villes les plus vertes d’Espagne. Dans d’autres cas, l’euphorie constructive ou le fait de conditionner l’aménagement urbain à la célébration d’un grand événement ou à la construction d’un bâtiment emblématique sont à l’origine de nombreux excès.

36La ville espagnole est obligée de se réinventer sur de nouvelles bases économiques dans un contexte – la mondialisation – où la concurrence est acharnée pour attirer investissements et nouvelles activités économiques, tant industrielles que tertiaires ; ceci explique certains excès : aéroports inutiles, offre de logements au-delà des besoins de la population, etc.

37Madrid est un bon exemple du changement de design urbain opéré avec le Parti populaire au conseil municipal, de 1989 à 2015. Pour les urbanistes formés à l’« urbanisme urbain », avec le plan local comme feuille de route pour toute intervention, le néo-libéral exprime un modèle spéculatif à lorigine d’un patrimoine immobilier surdimensionné qui répond non pas aux besoins de logement de la population, mais à l’objectif d’expansion des milieux d’affaires : l’urbanisme n’est plus au service de la ville, il devient un moteur de sa croissance, mais aussi de l’économie nationale, inaugurant un cycle économique fondé sur la spéculation immobilière. La proportion de logements sociaux était encore importante dans l’aménagement des années 1980, mais elle subit une diminution considérable dans les années 1990.

38Les observateurs critiques du modèle néolibéral avancent l’idée que les réussites des conseils conservateurs à Madrid dans les années 1990 – il y en a eu – n’ont pas répondu à une conception globale, mais à des actions concrètes « d’acupuncture urbaine » susceptibles d’étendre leur pouvoir thérapeutique sur les zones voisines, bien qu’elles ne semblent pas avoir été conçues par une « volonté réfléchie » (BRUSQUETAS et al., 2005). Cependant, ces analyses finissent par louer à Barcelone les mêmes interventions « d’acupuncture urbaine » critiquées à Madrid.

39De toute façon – cela arrivera aussi à Barcelone –, à la fin des années 1990 Madrid est une ville où la planification urbaine devient secondaire face à la vitesse des cycles d’investissement à lâge de la mondialisation. Le plan local qui était considéré comme un socle majeur de l’aménagement urbain rencontre maintenant un solide concurrent : le projet. Dans l’ordre des priorités, celui-là oubliera la rigueur planimétrique afin de pouvoir bénéficier des possibilités de développement de celui-ci.

40La décennie 90 est donc celle « des effets pervers du succès urbain » (BORJA et MUXI, 2004). Elle exprime la force des grands groupes d’investissement privés présents dans la ville espagnole. Ainsi, de la vision globale qui inspire l’aménagement urbain jusqu’au milieu des années 1980 on passe lors de la « décennie prodigieuse » (BURRIEL, 2008) à un aménagement conçu comme un ensemble de chutes de tissu à récupérer : des espaces destinés à accueillir des investissements à rentabilité élevée immédiate.

41Le nouvel urbanisme est d’autre part le résultat de la globalisation de l’économie qui accompagne la transition du fordisme vers un modèle de production flexible. La mondialisation est aussi le théâtre d’opération d’une ville postindustrielle obligée de rivaliser avec ses concurrentes et tenue de définir son « créneau » sur l’échiquier de localisation des nouvelles activités économiques.

42Cette démarche propice à la recherche de niches d’opportunités finira par s’associer au désir d’alléger le rôle du secteur public, sous la forme d’une privatisation de la partie la plus dynamique du tissu productif. Le prestige de ce nouveau capitalisme néolibéral trouve son équivalent dans le domaine de l’urbanisme avec l’exaltation du projet d’auteur – grand nom international – sans que les cibles soient toujours claires et répondent à un projet cohérent. C’était justement ce que « l’urbanisme urbain » recherchait, dans le respect de la tradition du Siècle des Lumières ; un esprit ne partageant pas la culture post‑moderne, plus attentive aux feux d’artifice du présent qu’à la solidité des propositions du futur. Certaines de ces propositions, même involontairement, finiront par être au service de politiques aux effets non durables et non solidaires (BORJA et MUXI, 2004).

43Cet urbanisme de la spéculation est aussi favorisé par la faiblesse des structures politiques locales face à la fragmentation municipale de la région métropolitaine, ainsi que par les perspectives de rentabilité de l’immobilier et l’absence de politique ambitieuse pour le logement public ou subventionné. Les villes ne seront plus conçues d’une manière holistique, mais privilégieront des « fragments » considérés comme rentables en termes commerciaux et financiers, sans tenir compte des coûts de la congestion, ni de ceux associés à la pollution ou à la ségrégation socio‑spatiale – coûts qui finissent par dégrader la qualité de vie de la population métropolitaine elle-même.

44Le catalogue des projets appelés à transformer les villes espagnoles est vaste, en commençant par la capitale, qui va connaître des interventions majeures en matière de mobilité urbaine et intra-métropolitaine et des rénovations emblématiques : la place d’Oriente, qui abrite le Palais Royal, et la Gran Vía ; la création ex novo ou l’agrandissement d’équipements – l’Auditorio Nacional ; l’expansion de la foire aux expositions de Madrid-IFEMA ; la nouvelle gare ferroviaire d’Atocha qui accueille le train espagnol à grande vitesse AVE ; la construction des nouveaux espaces verts tels que les parcs Juan Carlos I et Agustín Rodríguez Sahagún ; le palais des congrès dans le Campo de las Naciones, et l’engagement de renforcer le rôle du Museo del Prado, avec la construction de centres d’art aux environs – le Museo Nacional Centro de Arte «Reina Sofía» et le Museo Thyssen-Bornemisza.

  • 13 CCCB : Centre de Cultura Contemporània de Barcelona

45Barcelone devient à partir de 1994 un centre de production de biens et services pour les marchés étrangers, en plus d’être un centre régional d’affaires. Grâce à son prestige de site d’accueil des J.O., elle consolide sa position dans le réseau des villes mondiales, s’engage dans les technologies de l’information et promeut son identité culturelle en tant que leitmotiv touristique. Cette stratégie se concrétise dans la figure et l’œuvre des plus grands représentants du modernisme catalan : depuis les architectes Gaudí – sa Sagrada Familia, inaugurée par le pape Benoît XVI, est déjà une référence du tourisme mondial –, Domènech i Montaner, Puig i Cadafalch, entre autres, les peintres Casas, Rusiñol, Sunyer, Anglada Camarasa, Brull, Sert, etc., jusqu’aux centres et musées d’art contemporain, en plus de la Fondation Miró, comme le CCCB13 et le MACBA. Il s’agit d’initiatives mises en place avec un important marketing urbain qui contribue à renforcer l’image de marque de Barcelone – un vrai processus de brandification de la ville.

  • 14 La vieille ville.
  • 15 Generalitat : administration de la Communauté autonome de Valence

46L’arrivée de Rita Barberá (Parti populaire) à la mairie de Valence est à l’origine de la transformation de la ville dans les années 1990. Quelques-unes des clés de ce nouvel élan ne relèvent pas de l’urbanisme propre à l’ère néolibérale, mais sont plus anciennes. À titre d’exemple, on ne peut pas comprendre le détournement du fleuve Turia (projet très contesté du point de vue scientifique) en dehors du consensus politique destiné à éviter une répétition de la catastrophe que fut l’inondation de 1957 (ALCALÁ‑SANTAELLA et al., 2011). Certains des projets des conseils conservateurs avaient été initiés par les conseils socialistes. La ville relève le défi d’une réinvention en tant que nœud concurrentiel sur le marché urbain international. Et cela de deux façons : a) la réhabilitation – orientée plus vers la restructuration que vers la protection – de la Ciutat Vella14, mise en œuvre selon le Plan Riva (1992) grâce à une convention signée entre la Generalitat15 et le conseil municipal de Valence, tout en bénéficiant de l’apport des fonds européens du programme URBAN ; et b) une nouvelle stratégie vis-à-vis du modèle de croissance urbaine (GAJA, 1996), orientée vers la côte afin de relier le centre historique et le front de mer (une zone fortement dégradée) avec le prolongement de l’avenue Blasco Ibáñez à travers le quartier du Cabanyal ; projet jugé inapproprié par de nombreux professionnels et certains groupements politiques de gauche.

Fig. 8 – Valence

Fig. 8 – Valence

La Ciutat de les Arts y les Ciències

Source : Banco de fotos: Depositphotos_6502920_original.jpg, © Karsol.

47Cette nouvelle croissance repose sur de grands projets conçus pendant la décennie précédente : transformation en jardin à fleurs de l’ancien lit du Turia déjà cité ; construction de la promenade maritime ; nouveau campus universitaire ; Ciutat de les Arts et les Ciències (fig. 8) ; expansion du port ; réintroduction du tramway et des grands axes artériels – l’avenue de la France, le prolongement de l’Alameda. Ce type d’aménagement s’éloigne de l’esprit participatif de « l’urbanisme urbain ». En adoptant des méthodes qui relèvent du management, la recherche d’un consensus est sacrifiée au bénéfice d’une plus grande efficacité et versatilité ; l’accord des citoyens est simplement un alibi – voire une feinte – servant à légitimer certaines actions dont la faisabilité n’est fonction que d’opportunités. Certains de ces projets sont issus des ateliers des grands noms de l’architecture mondiale : Norman Foster signera le Palais des Congrès, alors que Santiago Calatrava participera à plusieurs interventions, y compris celle du nouveau pont sur le lit du fleuve. La Cité de les Arts et les Ciències devient le nouveau point de repère symbolique de la ville en tant que pôle d’attraction touristique (PRYTHERCH, 2006, ALCALÁ-SANTAELLA, 2011). Bref, suivant fidèlement l’exemple de Valence, le nouveau paradigme aménagiste, la planification et la gestion de l’espace urbain restent soumis aux grands projets urbains, conçus désormais comme moteurs principaux de l’économie citadine.

48Ces projets ne reculent pas devant le rôle catalyseur des méga-événements dont l’impact avait déjà été démontré à Barcelone et Séville. Sur des principes similaires, Valence a organisé en 2007 la compétition de voile la plus exclusive du monde : l’America’s Cup. L’héritage de cette compétition sur la rénovation du port est la nouvelle marina Juan Carlos I et le bâtiment « Veles e Vents » (fig. 9) de David Chipperfield –  binôme « méga-événement plus pièce architecturale emblématique signée par un représentant du star system ». D’autres grands événements viendront consolider la vocation d’accueil de la ville : le grand prix de Formule 1 ; le Global Champions Tour d’équitation (2009) ou la rencontre de Sa Sainteté le Pape avec les familles (2006).

Fig. 9 – Valence. Bâtiment « Veles e Vents »

Fig. 9 – Valence. Bâtiment « Veles e Vents »

Œuvre de David Chipperfield sur la marina Juan Carlos I

Source : Banco de fotos: Depositphotos_136335696_original.jpg, © Photoweges.

49Séville doit faire face à cinq années de « gueule de bois » après la célébration de l’Expo 92. Bénéficiaire d’un intense processus de renouvellement, elle dispose d’une infrastructure surdimensionnée par rapport à la décennie précédente. Et pourtant, elle doit se réinventer afin de survivre une fois éteint le flux touristique des six mois de l’exhibition. Elle le fera à travers une politique orientée autour de plusieurs axes :

  • un changement de modèle social, avec un plan de quartiers de 67 unités. Les conditions de vie de la population des classes moyenne et ouvrière restées à l’écart des initiatives de l’Expo sont susceptibles de connaître une amélioration – le Polígono Sur, par exemple – grâce au plan de logement municipal qui comprend 6 495 habitations construites et livrées par la société municipale (EMVISESA), l’idée étant d’arrêter « l’expulsion » des jeunes vers les communes de la région métropolitaine ;

  • des changements dans le modèle économique, grâce à l’élargissement du port et au dragage du cours inférieur du Guadalquivir. La promotion du tourisme de croisières fluviales est présentée comme une solution à la perte d’attractivité du port dans la nouvelle carte du fret. Un engagement à développer le secteur tertiaire de pointe ainsi que l’économie du savoir implique l’Université de Séville ;

  • des changements dans la mobilité, avec un engagement explicite concernant l’espace réservé au vélo en centre-ville – quelques 120 km de pistes en 2010, pour un investissement de 30 millions d’euros (fig. 10) – ; la mise en service d’un tramway entre la Plaza Nueva et la Casa de Tabacos – le siège de l’Université – et la priorité accordée au transport public, le métro étant un facteur déterminant d’amélioration de l’accessibilité au centre-ville depuis la région métropolitaine ; les conditions d’accès ont des conséquences directes sur la consolidation de l’activité tertiaire (MARCHENA et HERNANDEZ, 2016).

Fig. 10 – Séville

Fig. 10 – Séville

Carte des voies cyclables

Source : Junta de Andalucía. Cosejeria de Fomento y Vivienda.

  • 16 Le mot espagnol « ensanche », littéralement « élargissement », désigne généralement le quartier i (...)

50Après la crise des années 1970 qui a frappé la première agglomération industrielle espagnole, Bilbao est également obligée de se réinventer. Elle essaye de le faire sur la base du Plan General de Ordenación Urbana de Bilbao publié en 1989 et adopté seulement en 1994. Celui-ci démontre une volonté d’articulation de la ville sur les principes de « l’urbanisme urbain », à savoir « coudre ce qui est décousu, unir les fragments » (CENICACELAYA, 2004). Si le plan local a garanti la conservation de l’Ensanche16 grâce au maintien des alignements et hauteurs, il n’est pas moins vrai qu’une vision métropolitaine manquait : la ville future était conçue comme une île (CENICACELAYA, 2004), le boulevard périphérique « étranglant » les possibilités de croissance future – principe qui contrevient frontalement à la structure urbaine du Bas-Nervión organisée linéairement tout au long de la vallée.

51En pariant sur la mise en œuvre d’infrastructures stratégiques de transport – le métro, avec un service exceptionnel et des installations très soignées (fig. 11) –, et grâce à un engagement renouvelé sur des bases durables, Bilbao a eu le bon sens de recréer un sentiment d’appartenance métropolitaine. L’orientation vers l’intérieur du fret ferroviaire a favorisé l’amélioration de l’accessibilité au cœur de Bilbao elle-même.

Fig. 11 – Plan du métro de Bilbao

Fig. 11 – Plan du métro de Bilbao

Source  RENFE.

52Bilbao a ainsi adopté un modus operandi qui avait été déjà testé à Londres sur les friches industrielles localisées le long de la Tamise, avec un résultat décevant de quartiers mal articulés à la ville. Mais ici, les critères du projet finiront par s’imposer : « les ordonnances de Bilbao seront ajustées au projet plutôt que le projet aux ordonnances » (CENICACELAYA, 2004) ; une forme d’aménagement que le concept thatchériste d’utilisation du sol urbain sur les docklands de Londres ne saurait démentir : il s’agit maintenant de déréglementation pure et simple.

53Parmi ces interventions, il faut remarquer celle d’Ametzola, grand parc de voies ferrées tangentes à l’Ensanche constituant une barrière entre le centre-ville et le populeux quartier de Rekalde. Conçue comme une réhabilitation de friche industrielle, cette intervention a fini par être dominée par des critères immobiliers plus qu’urbanistiques, bien qu’elle ait rapporté d’importantes plus-values permettant le financement des très coûteuses opérations d’aménagement urbain menées en parallèle sur le vieux quartier de Bilbao la Vieja, berceau de la ville historique (fig. 14).

Fig. 14 – Plan du métro de Bilbao

Fig. 14 – Plan du métro de Bilbao

D’après Mas Serra.

54La deuxième opération se situe à Abandoibarra (fig. 12), sur le terrain occupé jusqu’aux années 1970 par les chantiers navals Euskalduna ainsi que par d’autres installations portuaires.

Fig. 12 – Bilbao

Fig. 12 – Bilbao

Museo Guggenheim, Torre de Iberdrola et Palacio Euskalduna sur les anciens terrains industriels d’Abandoibarra, localisés sur la rive gauche de la « ría » du Nervión

Source : Banco de fotos: Depositphotos_30537355_original.jpg, © Quadrio.

55La formule choisie dans ce cas a été celle d’un concours restreint permettant la présélection des grandes figures de l’architecture mondiale. Ignorant la structure de l’Ensanche d’Abando, le projet a surtout oublié la rencontre de la ville avec la rivière (CENICACELAYA, 2004). Dans ce cadre, on peut admirer la solution adoptée par Gehry pour le musée Guggenheim ; la tour d’Iberdrola de César Pelli, sujet de polémique, dont le projet avait été contesté par le jury nommé, chargé d’examiner les différentes propositions, et celle du japonais Arata Isozaki pour la réhabilitation du Depósito Franco (fig. 13) construit sur les quais d’Uribitarte.

Fig. 13 – Bilbao

Fig. 13 – Bilbao

Le Depósito Franco après la réhabilitation réalisée par Arata Isozaki

Source : 2008. Arata isozaki + associates, IA + B Plaza Bizkidetasun, [http://en.bilbaoarquitectura.com/​isozaki-atea], courtoisie de M. Arteaga.

56Toutes ces actions, typiques de l’aménagement urbain post-moderne, comptent sur l’acceptation du grand public. Les spécialistes de l’histoire de l’urbanisme les ont critiquées, considérant qu’elles constituent « des opérations décousues, conçues comme de véritables entreprises commerciales dans une ville ayant déjà renoncé à se réinventer ; les fragments d’une volonté réelle de créer une ville plus articulée et proche » (CENICACELAYA, 2004).

57Au début de ce siècle, Saragosse voit sa population augmenter de 10 %, passant de 614 905 habitants au recensement de 2001 à 678 115 en 2013. Cette dynamique a bénéficié de l’avènement du train à grande vitesse AVE ainsi que de l’exposition internationale de 2008 sur le thème « L’eau et le développement durable ». Les effets socio-économiques de cette célébration ont été étudiés (ALONSO et BELLET, 2009 ; SERRANO, 2009) : le flux migratoire qui en est issu représente 12,41 % de la population de la ville.

58Malgré sa faiblesse, un processus d’expulsion des jeunes actifs vers les communes de la région métropolitaine a également eu lieu à Saragosse. Ainsi, dans la décennie 2001-2011, la population de la périphérie métropolitaine a augmenté en termes relatifs sept fois plus vite que la ville centrale. La population de Saragosse a augmenté de 10 %, tandis que la zone périphérique a enregistré une croissance de 67 %. Cependant, en termes absolus, la ville‑centre a grossi de 22 000 habitants de plus que le reste de la région métropolitaine (De MIGUEL, 2015).

59Se préparant pour l’Expo 2008, la ville a mis en œuvre un ambitieux programme d’accompagnement grâce à une convention interinstitutionnelle qui manifeste le soutien de l’État et du gouvernement de l’Aragon. En parallèle, il existe un ambitieux projet qui vise à renforcer la situation de Saragosse dans le polygone géoéconomique formé par Madrid, Bilbao, Bordeaux, Toulouse, Barcelone et Valence, avec la création de PLAZA, une grande plate-forme logistique entre l’autoroute A-II et l’aéroport. D’autres projets, tel le grand centre commercial de Puerto Venecia, viennent en complément. Localisé entre les troisième et quatrième rocades – Z-30 et Z-40 –, ce projet propose non seulement les services propres à toute grande surface commerciale, mais il intègre aussi une thématisation caractéristique des espaces de l’âge post-moderne.

60L’Expo 2008 a accéléré certains projets antérieurs : bouclage des rocades Z-30 et Z-40 ; accès nord de la ville par l’autoroute A-23 ou construction d’un nouveau terminal à l’aéroport. Le site de l’exposition a été conçu comme un élément stratégique de centralité à des fins civiques et tertiaires à partir de la transformation de 145 hectares de vergers qui recouvraient le méandre dit de Ranillas sur la rive gauche de l’Èbre. Cette décision répond à une stratégie de bonification des espaces fluviaux, à proximité de la nouvelle gare ferroviaire AVE. L’aménagement de l’enceinte intègre différents secteurs : le Parque Metropolitano del Agua (120 ha) et l’exposition elle-même (25 ha). Certains anciens pavillons abritent aujourd’hui des services – en particulier de l’administration régionale – tandis que d’autres accueillent des bureaux qui viennent s’ajouter à ceux construits par le secteur privé, signés par des architectes du star system : le complexe Aragonia, entièrement conçu par Rafael Moneo, par exemple.

61L’Expo a permis la régénération de la zone fluviale – le riverfront – avec un Plan de Riberas divisé en quatorze unités d’intervention totalisant 829 000 m2 – quelques 9 kilomètres linéaires environ (fig. 15 et 16).

Fig. 15 – Saragosse

Fig. 15 – Saragosse

Saragosse a su bénéficier de l’Expo 2008 pour établir une nouvelle relation avec son fleuve. Grâce à la transformation des berges de l’Èbre, qui étaient vides, dégradées, inaccessibles et dangereuses jusque-là, un lieu de rencontre et de représentation a été créé

D’après Pellicer, 2015.

Fig. 16 – Saragosse

Fig. 16 – Saragosse

Vue aérienne de Saragosse prise de l’est de la ville. Aménagement des rives de l’Èbre, barrage et plan d’eau permanent

Source : Pellicer, 2015.

62Comme l’ont noté Pellicer (PELLICER, 2015) et De Miguel (De MIGUEL, 2015), ce plan a conduit à une série d’actions visant à améliorer l’espace public et la sphère urbaine : rénovation complète de la voie publique ; construction d’un barrage capable de stabiliser un plan d’eau ouvert à la navigation de plaisance ; passerelles ; nouveaux ponts signés par des grands noms du génie civil et de l’architecture, par exemple, le Pabellón-Puente, de Zaha Hadid (fig. 17), ou celui du Tercer Milenio, de Juan José Arenas ; aménagement de la circulation et restauration environnementale intégrale du tronçon urbain de la rivière.

Fig. 17 – Saragosse. Le Pabellón-Puente

Fig. 17 – Saragosse. Le Pabellón-Puente

Œuvre de Zaha Hadid

Source : Banco de fotos: Depositphotos_53008175_original.jpg, © Harraez.

63Au-delà de la singularité des réponses données aux différents défis posés par la croissance urbaine des années 1990, on remarque des traits communs dans la plupart des villes espagnoles :

  1. L’augmentation des prix du logement de la ville centrale, qui provoque l’expulsion des résidents habituels vers les communes de la couronne métropolitaine ;

  2. Un processus de formation de vides productifs lié à l’occupation des sols par les activités tertiaires ;

  3. Des opérations spéculatives sur les friches industrielles dévastées par la crise, qui, dans le cas du domaine public, répondent à une volonté de transformation et sont utilisées pour financer des opérations de remise en état des centres historiques ou bien des programmes visant à améliorer la mobilité : les interventions menées à Bilbao, tramway inclus, en sont un exemple ;

  4. Une augmentation du nombre de logements ainsi que des superficies urbanisables bien au-delà de la demande effective ; au point que, comme l’a souligné De Miguel (De MIGUEL, 2015) dans le cas de la Saragosse, la ville d’aujourd’hui dispose de suffisamment de terrains pour absorber ses besoins futurs sans avoir à requalifier un seul mètre carré ;

  5. Afin d’améliorer les conditions d’accès à la propriété, un processus centrifuge de déploiement vers la périphérie affecte la population âgée de 30 à 45 ans – résidant jusque-là dans la ville centrale. Ceci est valable dans toutes les grandes villes espagnoles – phénomène atténué aux échelons inférieurs. Ainsi, entre 2001 et 2006, le solde migratoire s’élevait à Barcelone à -34 %, tandis qu’il atteignait +37 % dans le second anneau. Les communes les plus petites sont celles qui absorbent les nouveaux arrivants (MIRALLES, DONAT et BARNADA, 2007). Il s’agit donc d’un mouvement d’exurbanisation qui implique une mobilité quotidienne accrue, et une augmentation de la consommation des ressources énergétiques.

  6. En liaison directe avec tout ce qui précède, il n’est pas étonnant d’observer un engagement politique en faveur de l’amélioration de la mobilité intra-urbaine, avec la construction ex novo d’un métro à Bilbao, Valence et Séville, l’augmentation du kilométrage des lignes ferroviaires vers la banlieue et la région métropolitaine, particulièrement à Barcelone et à Madrid. Cependant, nombreux sont les auteurs (BORJA et MUXI, 2004 ; NAREDO, 2004 ; ALGUACIL  et al., 2011) – entre autres – qui, malgré les investissements réalisés à Madrid par les conseils conservateurs, parlent encore d’un pari favorable aux systèmes privés. Malgré la fluidification de la circulation dans nos grandes villes, les autorités auraient échoué à appliquer des politiques dissuasives vis-à-vis de la voiture individuelle. Une thèse désavouée par les faits. Entre 1995 et 1999, ont été construits : 56 km de voies et 38 stations de métro, en plus du bouclage de la ligne 6 (circulaire) – en 2008 le réseau atteignait 319 km ; le tracé complet de la rocade M-30 et le chemin de fer circulaire reliant les trois grandes gares de la ville – Príncipe Pío, Atocha et Chamartín – créant un « corridor vert ferroviaire » ; sans compter les nouvelles lignes à grande vitesse en direction de Séville et Malaga, Saragosse et Barcelone, Valence et Alicante, Valladolid et Saint-Jacques-de-Compostelle.

  7. Bien que d’intensité variable, l’engagement pour une mobilité durable s’est concrétisé par l’utilisation du vélo, avec des résultats remarquables à Séville, Barcelone et Saragosse – un peu moins à Madrid en raison, probablement, de la topographie ; 150 km de chemins dédiés sont en service dans la capitale, 570 sont prévus.

  8. La plupart des villes ont investi massivement dans les loisirs et en particulier dans la culture en tant que facteur d’attraction touristique, avec le risque de transformer la ville en parc thématique. Cela reste évident dans le cas de Bilbao, où la clé de la transformation a été la construction du musée Guggenheim. Cela a également été le pari de Barcelone avec la construction, après les jeux Olympiques , du Centre de Cultura Contemporània de Barcelona (CCCB) et du Museu d’Art Contemporani de Barcelona (MACBA), tous deux ayant participé à un renforcement de la centralité culturelle du centre historique. De Valence avec la création de l’Institut Valencià d’Art Modern (IVAM) ou de Saragosse, avec l’Instituto Aragonés de Arte y Cultura Contemporánea Pablo Serrano (AACC), et bien sûr de Madrid, particulièrement avec le renforcement de l’axe des grands musées, Museo del Prado, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía (fig. 18) et Museo Thyssen-Bornemisza.

Fig. 18 – Madrid

Fig. 18 – Madrid

Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía

Source : Banco de fotos: Depositphotos_22759648_original.jpg, © Pedro2009.

64Sans oublier l’offre des grands auditoriums et des nouveaux théâtres construits ex nihilo ou restaurés au cours des dernières décennies : Teatre del Liceu (après le feu) à Barcelone, Teatro Real à Madrid, Teatro de la Maestranza à Séville, Auditorio et nouveau Palais des Congrès à Saragosse, Palau de la Música à Valence, Palacio Euskalduna à Bilbao, etc.

  1. L’amélioration des infrastructures aéroportuaires n’est pas moins considérable, avec de nouveaux terminaux à Barcelone, Séville ou Saragosse et, en particulier, à Madrid‑Barajas, désormais dénommé « Adolfo Suárez ». Dans le cadre du Plan Barajas 2000, ce dernier a été agrandi dune troisième piste et dun nouveau terminal – le T4 – conçu par Lamela et Rogers (fig. 19).

Fig. 19 – Nouveau terminal T4 à l’aéroport « Adolfo Suarez » de Madrid‑Barajas

Fig. 19 – Nouveau terminal T4 à l’aéroport « Adolfo Suarez » de Madrid‑Barajas

Source : Banco de fotos: Depositphotos_8509688_original.jpg, © Photooiasson.

65La plate-forme est devenue un hub majeur au sein du réseau aéroportuaire continental. Il faut également mentionner les aéroports construits à l’initiative des communautés autonomes pendant les années d’euphorie immobilière précédant la crise, aujourd’hui en perte d’activité.

  1. Certains engagements visent à tirer profit des avantages comparatifs de la situation géographique des villes : avec la création de la plate-forme logistique PLAZA, Saragosse occupe le cinquième rang du classement des centres de transport et de logistique européens – « Freight Villages » – et le premier en Espagne selon lenquête menée dans quatre-vingt-dix parcs logistiques en Europe par Deutsche GVZ et l’Institut d’économie et de logistique d’expédition d’Allemagne ; avec l’ouverture du Superpuerto à lAbra, à l’embouchure de l’estuaire, Bilbao bénéficie de la libération des friches industrielles de l’ancien port dont la transformation en résidences a financé la très coûteuse réhabilitation de Bilbao la Vieja ; avec l’expansion de l’aéroport de Barajas, Madrid a pu construire sa plate-forme logistique pour tirer parti de l’amélioration de la connectivité intermodale.

  2. Un nouveau système de centralités urbaines est en train de se consolider sur la base des modèles spatiaux adoptés par la distribution des centres commerciaux, domaine qui a subi des transformations profondes après la crise des années 1970, avec un changement d’échelle au profit des grandes surfaces. Purs produits de la culture post-moderne, ces dernières constituent une sorte d’interface, à mi-chemin entre activité commerciale stricte et binôme loisirs-tourisme.

  3. Presque toutes les villes ont abordé le problème de leur relation avec l’environnement. Ainsi, la mairie de Madrid issue des premières élections démocratiques est intervenue sur les rives du fleuve Manzanares. Lors de la préparation des jeux Olympiques de 1992, Barcelone a requalifié le front de mer – le quartier de la Barceloneta, le Port Vell, etc. – ce qui a permis aux habitants de jouir d’un littoral auquel ils tournaient le dos jusque-là. Cela a également été le cas de la capitale andalouse grâce au développement d’une nouvelle relation entre le Guadalquivir et la ville imaginée lors de Sevilla 92 : non seulement l’enceinte de l’Exposition universelle a été construite sur ses rives, mais le cours naturel du fleuve, oublié après l’inondation de 1961, a pu être récupéré. L’exposition internationale de Saragosse 2008 s’étant projetée sur un méandre de l’Èbre, la ville a cherché à transformer la rivière en « rue principale » grâce au Plan de Riberas (PELLICER, 2015). Parallèlement, Bilbao a réalisé une excellente performance lors de la transformation des anciennes zones industrielles d’Abandoibarra en vue d’héberger le Museo Guggenheim, le Palacio Euskalduna et la Torre de Iberdrola de César Pelli, tandis que la solution conçue par Arata Isozaki pour le bâtiment du Depósito Franco construit en 1917 sur les quais d’Uribitarte continue de générer des opinions contradictoires (CENICACELAYA, 2004). Le grand chantier du détournement du fleuve Turia à Valence – projeté déjà au lendemain des inondations dans les années 1950 – en vue de la création d’un grand parc linéaire est moins abouti, mais la ville a profité de la restauration de la plage de la Malvarrosa et du port grâce à l’America’s Cup. Des voix discordantes se font entendre sur le sérieux de certaines opérations purement cosmétiques (BORJA et MUXI, 2004).

  4. La rivalité entre villes espagnoles grandes et moyennes pour attirer investissements et activités a conduit leurs dirigeants à les livrer au commerce – l’accent sera mis moins sur la fonction que sur la morphologie – ; pour cela, il aura été nécessaire de « découper » les interventions. Bilbao est un exemple du bien faire de ces années, mais les projets présentent aussi de graves défauts. La construction de la future Bilbao s’effectue à travers l’effacement des traces du passé, sans évaluation ou réinterprétation de la mémoire et des logiques qui ont conduit cette vallée à devenir la première agglomération industrielle espagnole (CENICACELAYA, 2004, URRUTIA, 1985).

  5. Ni les politiques des années d’« urbanisme urbain » ni celles qui relèvent du paradigme néolibéral n’ont été en mesure d’atténuer la ségrégation socio-spatiale déjà présente au début des années 1970. C’est ce que nous avons observé à Madrid, avec un modèle de ségrégation opposant la zone nord-nord-ouest, d’une part, et sud-sud-est, de l’autre. Entre les districts à revenus élevés et ceux ouvriers, la ségrégation s’est renforcée du fait d’une immigration étrangère hors-UE depuis le milieu des années 1980 et surtout 1990. À Barcelone, la ségrégation oppose Sant Gervasi‑Les Corts-Sarrià-Pedralbes – la « parte alta », le « top » de la ville –, qui accueille l’immigration européenne hautement qualifiée (BAYONA, 2007) aux quartiers à faibles revenus de Nou Barris – lieu de destination de la nouvelle immigration extracommunautaire – et Ciutat Vella, bien que dans ce dernier cas un processus de gentrification naissant ait été constaté. À Bilbao, l’industrie avait déterminé depuis le début du xxe siècle une ostensible ségrégation socio-spatiale, avec la rivière – la « ría » – comme frontière : sur la rive gauche, la classe ouvrière, à forte composante immigrée ; sur la droite, la bourgeoisie autochtone organisée selon un gradient de revenus est-ouest, qui s’accroît avec la proximité de l’Abra, la commune de Getxo (Las Arenas et Neguri) s’établissant au plus haut de l’échelle sociale.

  6. Les priorités de la population changent au cours de la première décennie du xxie siècle. Les revendications des quartiers en matière d’équipements s’atténuent, de nouvelles problématiques apparaissent : vieillissement de la population, immigration, racisme, écologie et environnement, etc. Il faut y voir des préoccupations caractéristiques de la culture post-moderne.

Conclusions

  • 17 La Ley 3/1980, de 18 de diciembre, de Extinción de la Corporación Administrativa «GRAN BILBAO» a (...)

66Il est impossible de comprendre l’évolution des villes espagnoles indépendamment du fait que la crise économique qui commence en 1973 coïncide en Espagne avec une crise politique sévère dont la sortie – la transition de la dictature à la monarchie parlementaire – implique également une nouvelle configuration territoriale de l’État, caractérisée par une décentralisation, sous certains aspects plus large que celle de la plupart des pays fédéraux. Est-ce que cela a des conséquences sur l’organisation de l’espace urbain ? Oui. Le pouvoir des régions a été renforcé au détriment des entités métropolitaines créées pendant le régime franquiste ; entités qui ont été abrogées par les gouvernements et les parlements régionaux17.

67Sur les ruines industrielles laissées par la crise du fordisme dans les années 1970, les villes espagnoles ont dû se réinventer en vue de survivre à l’ère de la mondialisation. Presque toutes l’ont fait en essayant de réfléchir à la structure et à l’évolution de leur espace urbain, ainsi qu’aux défis et opportunités liés aux nouvelles formes de croissance et de développement. Il sagissait de repenser la ville. Cependant, malgré le rôle grandissant accordé à certains projets-phares qui, dans de nombreux cas, ont dû intégrer la planification urbaine « le chausse-pied à la main », et malgré l’étalement urbain métropolitain avec son cortège de relations socio-spatiales dématérialisées – la ville sans centre, sans références –, les villes espagnoles demeurent un cadre relationnel exceptionnel (BORJA et MUXI, 2004).

68Les villes espagnoles ont dû faire face à un double défi après la crise des années 1970 :

  • construire la nouvelle ville sur l’ancienne, en mettant l’accent sur la récupération, le rééquilibrage et la restructuration des éléments symboliques à charge identitaire ;

  • organiser les zones péri-urbaines de faible densité, marquées par une centralité déficiente et une rare hétérogénéité.

69Certaines actions ces dernières années ont ainsi visé à résoudre les problèmes posés par la mobilité intra‑métropolitaine en ayant recours à des solutions ferroviaires qui ont permis d’améliorer l’accessibilité à la ville-centre. La conséquence en a été une tertiarisation commerciale des quartiers centraux. Tel est le cas à Madrid, Barcelone, Valence et Saragosse. La capitale peut compter aujourd’hui sur un réseau de métro et de trains régionaux parmi les meilleurs d’Europe, bien que certains auteurs insistent sur la promotion du véhicule privé à travers la construction des nouvelles rocades et autoroutes radiales.

70Néanmoins, nombre de problèmes rencontrés par les grandes villes espagnoles qui ont débordé leur périmètre historique pour s’étendre sur les communes voisines ne trouveront pas de solution facile dans le cadre strict de leurs attributions administratives. La possibilité d’une gestion métropolitaine plus efficace a été sacrifiée au profit dun pouvoir autonome privé d’une vision large des défis de la métropolisation. Une fois abrogées les organisations supra-communales créées sous le franquisme, les compétences en matière d’urbanisme ont été transférées aux gouvernements régionaux et dans une moindre mesure aux villes elles-mêmes. Du coup, les services ont été segmentés, avec des consortiums sectoriels à géométrie variable – pour le transport, l’approvisionnement en eau, etc. – au détriment d’une nouvelle administration territoriale, perçue comme un contre-pouvoir menaçant (CALLIZO, 2005).

71La mondialisation, le modèle de production flexible et la compétitivité croissante des villes ont exigé des réponses qui ne pouvaient pas être identiques à celles d’avant la crise. La transformation des villes espagnoles qui ont choisi les méga-événements – Barcelone, Séville et Saragosse – et les grands projets emblématiques – presque toutes, mais surtout Bilbao et Valence – a accéléré l’évolution de l’urbanisme. Après le modèle holistique et participatif de sortie de crise (l’« urbanisme urbain »), le développement urbain se voit sommer d’être conforme à un management territorial fragmenté et dirigiste dont les échecs finiront par être traités avec indulgence.

Top of page

Bibliography

ALCALA‑SANTAELLA F., DIAZ ORUETA F., GINES X. et LOURES M. L., (2011), VIII. Valencia, in IGLESIAS M., MARTI‑COSTA M., SUBIRATS J., TOMAS M. (eds.), Políticas urbanas en España. Grandes ciudades, actores y gobiernos locales, Barcelona, Icaria editorial, p. 201-226.

ALGUACIl J., FUENTE R. de la, MARTINEZ M. A., UBRICH T., VELASCO GONZALEZ M., (2011), V. Madrid, in IGLESIAS M., MARTI-COSTA M., SUBIRATS J., TOMAS M. (eds.), Políticas urbanas en España. Grandes ciudades, actores y gobiernos locales, Barcelona, Icaria editorial, p. 105-141.

ALONSO M. P., BELLET C., (2009), El tren de alta velocidad y el proyecto urbano. Un nuevo ferrocarril para la Zaragoza del tercer milenio, Scripta Nova. Revista Electrónica de Geografía y Ciencias sociales, XIII, 281, [en ligne].

BAYONA i CARRASCO J., (2007), La segregación residencial de la población extranjera en Barcelona : ¿una segregación fragmentada? Scripta Nova. Revista Electrónica de Geografía y Ciencias sociales XI, 235, en ligne : [en ligne].

BETRAN R., (2009), La evolución de Zaragoza de 1986 a 2008 : reforma y expansión, in Marco R., Buil C. (eds.), Zaragoza 1908-2008. Arquitectura y Urbanismo, Zaragoza, Colegio Oficial de Arquitectos de Zaragoza, p. 287-339.

BORJA J., (1995), Barcelona : Un modelo de transformación urbana, Quito, PGU.

BORJA J., (2003), La Ciudad Conquistada, Madrid, Alianza Editorial.

BORJA J., (2010), Llums i ombres de l’urbanisme de Barcelona, Barcelona, Editorial Empúries.

BORJA J., MUXI Z., (2004), Introducción : una breve y agitada historia entre lo local y lo global, in Borja J., Muxí Z. (eds), Urbanismo en el siglo XXI. Una visión crítica, Barcelona, Edicions de la Universitat Politècnica de Catalunya, p. 11-16.

BORJA J., MUXI Z., (2004), Las otras ciudades también existen, in BORJA J., MUXI Z. (eds), Urbanismo en el siglo XXI. Una visión crítica, Barcelona, Edicions de la Universitat Politècnica de Catalunya, p. 223-231.

BORJA J., (2004), Éxitos pasados, desafíos presentes, oportunidades futuras, in BORJA J., MUXI Z. (eds), Urbanismo en el siglo XXI. Una visión crítica, Barcelona, Edicions de la Universitat Politècnica de Catalunya, p. 171-182.

BRUQUETAS C. et al., (2005), El urbanismo ante el encuentro de las culturas. La inserción socio-espacial del inmigrante en la Comunidad de Madrid, Madrid, Comunidad de Madrid.

BURRIEL E., (2008), La « década prodigiosa » del urbanismo español (1997-2006), Scripta Nova. Revista Electrónica de Geografía y Ciencias Sociales, XII, 270, [en ligne].

CALVO J. L., PUEYO A., ZUÑIGA M., (2011), La ciudad de Zaragoza en un escenario de crisis : diagnóstico y propuestas territoriales para nuevos paradigmas urbanos, Geographicalia, 59-60, p. 47-60.

CALLIZO SONEIRO J., (2005), Las comarcas, solución aragonesa al minifundismo municipal, Papeles y Memorias de la Real Academia de Ciencias Morales y Políticas, 13, p. 46-57.

CAMPELO P., CAL M. L. de la, IZAOLA A., MARTINEZ MONJE P. M., URRUTIA V., ZUBERO I., (2011), IV. Bilbao, in IGLESIAS M., MARTI-COSTA M., SUBIRATS J., TOMAS M. (eds.), Políticas urbanas en España. Grandes ciudades, actores y gobiernos locales, Barcelona, Icaria editorial, p. 75-104.

CAMPOS VENUTI G., (1981), Urbanismo y austeridad, Madrid, Siglo XXI de España Editores.

CENICACELAYA J., (2004), Bilbao y la urgencia de un urbanismo sostenible, in BORJA J., MUXI Z. (eds), Urbanismo en el siglo XXI. Una visión crítica, Barcelona, Edicions de la Universitat Politècnica de Catalunya, p. 17-34.

 MIGUEL GONZALEZ R. de, (2015), Transformaciones urbanas y procesos territoriales recientes en Zaragoza y su espacio metropolitano, Estudios Geográficos, LXXVI, 278, p. 63‑106.

ESCOLANO UTRILLA S., (2012), Efectos de la capitalidad autonómica en la dinámica del sistema urbano español, in VALENZUELA M. (coord.), El impacto del modelo autonómico en las ciudades españolas. Una aproximación interdisciplinar, Madrid, Servicio de Publicaciones de la Universidad Autónoma de Madrid, p. 145‑170.

ESCOLANO UTRILLA S., (2014), Polarización de la estructura funcional de las capitales de provincia y de autonomía en España : 1981-2011, Estudios Geográficos, LXXV, 276, p. 139-175.

FONT A., (1999), El urbanismo municipal en Cataluña 1979-1999, Papers. Regió Metropolitana de Barcelona, 32, p. 59-63.

GAJA F., (1996), La transformación de Valencia (I) : grandes proyectos urbanísticos, Urbanismo, 28, p. 78-85.

GAJA F., (2006), El boom de València o la ciutat com a espectacle, in VV. AA., Llibre Verd del Territori Valencià, Valencia. Escola Valenciana – Federació d’Associacions per la Llengua.

HARVEY D., (1989), From managerialism to entrepreneurialism : the transformation of urban governance in late capitalism, Geografiska Annaler, 71, p. 3-17.

HARVEY D., (1992), Social justice, postmodernism and the city, International Journal of Urban and Regional Research, 16 , p. 588-601.

HERCE VALLEJO M., (2004), La ciudad metropolitana de Barcelona : tendencias de trasformación, in BORJA J., MUXI Z. (eds), Urbanismo en el siglo XXI. Una visión crítica, , BarcelonaEdicions de la Universitat Politècnica de Catalunya, p. 183-202.

LOPEZ DE LUCIO R., (1993), El ensimismamiento en el Urbanismo Urbano como respuesta a las limitaciones del planeamiento territorial, Ciudades, 1, p. 61-66.

LOPEZ DE LUCIO R. (ed.), (1999), Madrid 1979-1999. La transformación de la ciudad en 20 años de Ayuntamientos democráticos, Madrid, Ayuntamiento de Madrid.

MARCHENA GOMEZ M. J., HERNANDEZ MARTINEZ E., (2016), Sevilla en la primera década del siglo XXI : transformaciones urbanas. Hacia un nuevo modelo de ciudad, Boletín de la Asociación de Geógrafos Españoles, 70, p. 393-417.

MARTI‑COSTA M., IGLESIAS M., SUBIRATS J., TOMAS M., (2011), III. Barcelona, in IGLESIAS M., MARTI-COSTA M., SUBIRATS J., TOMAS M. (eds.), Políticas urbanas en España. Grandes ciudades, actores y gobiernos locales, Barcelona, Icaria editorial, p. 45‑74.

MARTORELL J., BOHIGAS O., MACKAY D., PUIGDOMÈNECH A., (1991), La Villa Olímpica - Barcelona 92, Barcelona, Ed. Gustavo Gili.

MAS SERRA E., (1985), Política de planificación territorial y urbanismo, II Jornadas Vizcaya ante el siglo XXI, Bilbao, Comisión de Vizcaya de la Real Sociedad Bascongada de los Amigos del País.

MAS SERRA E., (2011), La revitalización del área metropolitana de Bilbao : La gestión de Bilbao Ría 2000, aspectos territoriales, Boletín de la Asociación de Geógrafos Españoles, 55, p. 35-57.

MENDEZ R., GARCIA PALOMARES J. C., MICHELINI J. J., SANCHEZ MORAL S., TEBAR J., (2006), Metamorfosis industrial de las grandes ciudades y nuevas estrategias de revitalización : el ejemplo de Madrid, Boletín de la A.G.E., 42, p. 7-29.

MIRALLES C., DONAT C., BARNADA J., (2007), Habitatge i mobilitat residencial a la Regió Metropolitana i a la Província de Barcelona, Papers : Regió Metropolitana de Barcelona, 46, p. 9-46, [en ligne].

MONCLUS J., BATLLE & ROIG ARQUITECTOS et al., (2001), Proyecto de Riberas del Ebro. Anteproyecto General de Espacios Libres de las Riberas del Ebro, Zaragoza, Ayuntamiento de Zaragoza.

MONTANER J. M., (2004), La evolución del modelo Barcelona (1979-2002), in BORJA J., MUXI Z. (eds), Urbanismo en el siglo XXI. Una visión crítica, Barcelona, Edicions de la Universitat Politècnica de Catalunya, p. 203-22.

NAREDO J. M., (2004), Naturaleza de la Conurbación madrileña y sus tendencias actuales. Segunda Parte. Anatomía y fisiología de la conurbación madrileña : gigantismo e ineficiencia crecientes, in BORJA J., MUXI Z. (eds), Urbanismo en el siglo XXI. Una visión crítica, Barcelona, Edicions de la Universitat Politècnica de Catalunya, p. 101-22.

NELLO O., (2004), Las grandes ciudades españolas en el umbral del siglo XXI, Papers : Regió Metropolitana de Barcelona, 42, p. 9-62.

NELLO O., (2007), La tercera fase de metropolitanización en España, in AA.VV. : Los procesos urbanos postfordistas, VIII Coloquio y Jornadas de Campo de Geografía, Palma de Mallorca, Universitat de les Illes Balears/Asociación de Geógrafos Españoles.

PELLICER CORELLANO F., (2008), Expo Zaragoza 2008 : la metamorfosis de las riberas del Ebro, Revista de Economía Aragonesa, 37, p. 63-84.

PELLICER CORELLANO F., (2015), La recuperación de las riberas del Ebro en Zaragoza. Un efecto perdurable del evento efímero Expo 2008, in RIVA J. de la, IBARRA P., MONTORIO R., RODRIGUES M. (eds.) Análisis espacial y representación geográfica : innovación y aplicación, Zaragoza, Universidad de Zaragoza-AGE, p. 353-362.

PRYTHERCH D., (2006), Narrating the Landscapes of Entrepreneurial Regionalism : Rescaling, ‘New’ Regionalism and the Planned Remaking of València, Spain, Space & Polity, 10, p. 203-227.

PUEYO A., (2007), Zaragoza y la Expo 2008, Estudios Geográficos, LXVIII, 262, p. 359-362.

RAMOS M., (1984), El planeamiento desde la posguerra, in AA.VV. : Evolución histórico-urbanística de Zaragoza, Zaragoza, Colegio Oficial de Arquitectos de Aragón.

RAMOS M., (2009), Evolución del tejido residencial de Zaragoza. 1908-2008, in MARCO R., BUIL C. (eds.), Zaragoza 1908-2008. Arquitectura y Urbanismo, Colegio Oficial de Arquitectos de Zaragoza, Zaragoza, p. 249-285.

RODRIGUEZ E., (2007), La ciudad global o la nueva centralidad de Madrid, in Observatorio Metropolitano (ed.), Madrid ¿la suma de todos? Globalización, territorio, desigualdad, Madrid, Observatorio Metropolitano.

ROMERO J., BRANDIS D., MELO C., (2015), El giro neoliberal de las políticas para la ciudad en España. Balance a partir de los ejemplos de Madrid y Valencia, Boletín de la Asociación de Geógrafos Españoles, 69, p. 369-386.

SANCHEZ Y., (1996), Interpretación del hecho metropolitano en Zaragoza, Geographicalia, 33, p. 187-202.

SANCHO J., (1989), El espacio periurbano de Zaragoza, Zaragoza, Excmo. Ayuntamiento de Zaragoza.

SERRANO A. (coord.), (2009), Los efectos socioeconómicos de la Expo Zaragoza 2008, Zaragoza, Fundación de Economía Aragonesa.

SOLA MORALES M., PARCERISA I BUNDO J., (1987), El Urbanismo urbano. Forma urbana y planeamiento urbanístico en siete capitales españolas, Estudios Territoriales, 24, p. 33-51.

URRUTIA V., (1985), El movimiento vecinal en el Área Metropolitana de Bilbao, Oñati, Instituto Vasco de Administración Pública (IVAP).

ZIPF G. K., (1949), Human Behavior and the Principle of Least Effort , Cambridge, Mass, Addison-Wesley Press.

Top of page

Notes

1 COPLACO : Comisión de Planeamiento y Coordinación del Área Metropolitana de Madrid?

2 Le Plan General est l’équivalent français mutatis mutandis du Plan local d’urbanisme (PLU).

3 Museu d’Art Contemporani de Barcelone

4 Plan local d’urbanisme. Ut supra

5 Casco Viejo : le quartier historique

6 Décret-loi 2/1985 du 30 Avril concernant des mesures de politique économique.

7 Plan General Metropolitano de Barcelona, approuvé le 14 juillet 1976

8 Plan General de Ordenación Urbana de Sevilla de 1987.

9 AVE : acronyme de Alta Velocidad Española.

10 BSCH : Banco de Santander-Central-Hispano.

11 CBD : Central Business District.

12 Proyecto de Riberas del Ebro. Anteproyecto General de Espacios Libres de las Riberas del Ebro. Cf. Monclús, J., Batlle & Roig Arquitectos et al., (2001).

13 CCCB : Centre de Cultura Contemporània de Barcelona

14 La vieille ville.

15 Generalitat : administration de la Communauté autonome de Valence

16 Le mot espagnol « ensanche », littéralement « élargissement », désigne généralement le quartier issu du débordement de la ville historique à la suite du processus d’industrialisation, c’est-à-dire, l’espace situé au-delà de la vieille ville.

17 La Ley 3/1980, de 18 de diciembre, de Extinción de la Corporación Administrativa «GRAN BILBAO» a été l’une des premières lois à être approuvées par le Parlement basque.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Les deux premiers échelons de la hiérarchie urbaine espagnole, 1981
Caption En appliquant la loi rang-taille de Zipf (Pr = 1/r-q), l’équation de régression permet d’identifier la valeur du paramètre q associé au rang r
Credits Élaboration de l’auteur d’après source INE.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/9222/img-1.jpg
File image/jpeg, 28k
Title Fig. 2 – Les deux premiers échelons de la hiérarchie urbaine espagnole, 2016
Caption D’après l’équation de Zipf
Credits Élaboration de l’auteur d’après source INE.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/9222/img-2.jpg
File image/jpeg, 28k
Title Fig. 3 – Barcelone
Caption L’avenue Gaudí après la réhabilitation dirigée par Màrius Quintana, exemple de « l’urbanisme urbain »
Credits Source : Depositphotos: 15686217_original.jpg, © Pitatatu.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/9222/img-3.jpg
File image/jpeg, 76k
Title Fig. 4 – Barcelone
Caption Le Moll de la Fusta et la marina résultant de l’aménagement du Port Vell
Credits Source : Banco de fotos: Depositphotos_8668140_original.jpg, © Fazon1.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/9222/img-4.jpg
File image/jpeg, 320k
Title Fig. 5 – Le Plan 4 Esquinas (angles) esquissé par O. Bohigas pour la Barcelone olympique
Caption Ces quatre « angles » sont connectés par une rocade (Ronda de Dalt et Ronda Litoral).
Credits Source: redessinée à partir de Martorell J., Bohigas O., Mackay D. et Puigdomènech A., (1991), La Villa Olímpica - Barcelona 92, Barcelona: Ed. Gustavo Gili.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/9222/img-5.jpg
File image/jpeg, 72k
Title Fig. 6 – Séville
Caption Au premier plan, L’Isla de la Cartuja, enceinte de l’exposition universelle de 1992
Credits Source : l’auteur, à partir de Google Earth.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/9222/img-6.jpg
File image/jpeg, 368k
Title Fig. 7 – Plan général de l’Expo de Séville 1992
Credits Source : mairie de Séville.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/9222/img-7.jpg
File image/jpeg, 264k
Title Fig. 8 – Valence
Caption La Ciutat de les Arts y les Ciències
Credits Source : Banco de fotos: Depositphotos_6502920_original.jpg, © Karsol.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/9222/img-8.jpg
File image/jpeg, 160k
Title Fig. 9 – Valence. Bâtiment « Veles e Vents »
Caption Œuvre de David Chipperfield sur la marina Juan Carlos I
Credits Source : Banco de fotos: Depositphotos_136335696_original.jpg, © Photoweges.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/9222/img-9.jpg
File image/jpeg, 104k
Title Fig. 10 – Séville
Caption Carte des voies cyclables
Credits Source : Junta de Andalucía. Cosejeria de Fomento y Vivienda.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/9222/img-10.jpg
File image/jpeg, 88k
Title Fig. 11 – Plan du métro de Bilbao
Credits Source  RENFE.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/9222/img-11.jpg
File image/jpeg, 152k
Title Fig. 14 – Plan du métro de Bilbao
Credits D’après Mas Serra.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/9222/img-12.jpg
File image/jpeg, 388k
Title Fig. 12 – Bilbao
Caption Museo Guggenheim, Torre de Iberdrola et Palacio Euskalduna sur les anciens terrains industriels d’Abandoibarra, localisés sur la rive gauche de la « ría » du Nervión
Credits Source : Banco de fotos: Depositphotos_30537355_original.jpg, © Quadrio.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/9222/img-13.jpg
File image/jpeg, 144k
Title Fig. 13 – Bilbao
Caption Le Depósito Franco après la réhabilitation réalisée par Arata Isozaki
Credits Source : 2008. Arata isozaki + associates, IA + B Plaza Bizkidetasun, [http://en.bilbaoarquitectura.com/​isozaki-atea], courtoisie de M. Arteaga.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/9222/img-14.jpg
File image/jpeg, 208k
Title Fig. 15 – Saragosse
Caption Saragosse a su bénéficier de l’Expo 2008 pour établir une nouvelle relation avec son fleuve. Grâce à la transformation des berges de l’Èbre, qui étaient vides, dégradées, inaccessibles et dangereuses jusque-là, un lieu de rencontre et de représentation a été créé
Credits D’après Pellicer, 2015.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/9222/img-15.jpg
File image/jpeg, 164k
Title Fig. 16 – Saragosse
Caption Vue aérienne de Saragosse prise de l’est de la ville. Aménagement des rives de l’Èbre, barrage et plan d’eau permanent
Credits Source : Pellicer, 2015.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/9222/img-16.jpg
File image/jpeg, 656k
Title Fig. 17 – Saragosse. Le Pabellón-Puente
Caption Œuvre de Zaha Hadid
Credits Source : Banco de fotos: Depositphotos_53008175_original.jpg, © Harraez.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/9222/img-17.jpg
File image/jpeg, 144k
Title Fig. 18 – Madrid
Caption Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía
Credits Source : Banco de fotos: Depositphotos_22759648_original.jpg, © Pedro2009.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/9222/img-18.jpg
File image/jpeg, 188k
Title Fig. 19 – Nouveau terminal T4 à l’aéroport « Adolfo Suarez » de Madrid‑Barajas
Credits Source : Banco de fotos: Depositphotos_8509688_original.jpg, © Photooiasson.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/9222/img-19.jpg
File image/jpeg, 349k
Top of page

References

Bibliographical reference

Javier Callizo‑Soneiro, « La ville espagnole à l’âge post‑industriel », Méditerranée, 129 | 2017, 73-90.

Electronic reference

Javier Callizo‑Soneiro, « La ville espagnole à l’âge post‑industriel », Méditerranée [Online], 129 | 2017, Online since 06 July 2018, connection on 16 October 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/9222 ; DOI : 10.4000/mediterranee.9222

Top of page

About the author

Javier Callizo‑Soneiro

Departamento de Geografía y Ordenación del Territorio. Universidad de Zaragoza. Pedro Cerbuna, 12. 50009-Zaragoza (España), jcallizo@unizar.es

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals