Navigation – Plan du site

AccueilNuméros129Comptes rendusPerrin Thomas (dir.), L’Europe de...

Comptes rendus

Perrin Thomas (dir.), L’Europe des régions : quel retour ? Pôle Sud : revue de science politique de l’Europe méridionale 46

2017, Montpellier, CEPEL Centre d’études politiques de l’Europe latine
Catherine Bernié‑Boissard
p. 147
Référence(s) :

Perrin Thomas (dir.), L’Europe des régions : quel retour ? Pôle Sud : revue de science politique de l’Europe méridionale 46, Montpellier, CEPEL Centre d’études politiques de l’Europe latine

Texte intégral

1Pôle Sud, revue de science politique de l’Europe méridionale, publie un numéro spécial qui interroge le régionalisme dans l’Union européenne au regard des évolutions sociopolitiques récentes. Les régions, selon les auteurs, seraient bien « de retour », en dépit de la remontée de lintergouvernementalisme.

2À partir des années 1990, selon Thomas Perrin, coordonnateur de lensemble, la notion de néo-régionalisme rend compte de laffirmation despaces intermédiaires entre le local et lÉtat, impliqués dans des réseaux daction collective et des partenariats extérieurs. Le dossier en cerne les limites, mais pour ouvrir de nouvelles perspectives. Carlo Salone le souligne : « […] as a matter of fact, the regionalism is still a current issue in the political economy of the late capitalism, even if its strength is much less disrupting than in its ‘Golden Age’ during the pre-crisis period ». Les régions et le régionalisme apparaissent comme des phénomènes plus « obstinés quobsolètes ». En témoigne la montée en tension de mouvements indépendantistes « nationaux-régionaux » au sein de certains États membres. Mais quest-ce quune région en Europe? Pour Michael Keating « Il ny a pas de définition purement objective ou technique de la région ou de labonne échelle spatiale (…) ». Ainsi, selon Carlo Salone, la régionalisation à litalienne serait caractérisée par une faible légitimé des régions dans un État où les identifications citoyennes et l’organisation des rapports de force politiques se réfèrent surtout à l’échelle locale-communale. Dans le contexte de l’Europe centrale et orientale, l’exemple roumain révèle un paradoxe – récurrent dans les dynamiques régionales – entre nécessité d’une organisation régionalisée, création non aboutie d’autorités régionales et non transfert voire recentralisation des compétences, selon Ioan Horga. Les politiques d’aménagement en Angleterre, au sein d’un Royaume-Uni qui a toujours reconnu sa pluralité multinationale, tout en demeurant un État centralisé, mettent pour leur part en évidence des problématiques liées à la régionalisation de l’État – voire à sa « désunification ». Le cas anglais confirme aussi que lon peut créer et animer des régions socioéconomiques sans, nécessairement, un fort régionalisme identitaire ou de gouvernement, à suivre Olivier Sykes et Alex Nurse. « La caractéristique principale de ce que l’on pourrait appeler « un modèle régional européen » tient à sa diversité ». François‑Olivier Seys le confirme à partir d’une approche critique de la réforme territoriale en France.

3Deux enjeux essentiels du « fait régional » se dégagent : un enjeu organisationnel d’une part, un enjeu démocratique d’autre part. L’échelle régionale apparaît importante non seulement pour « organiser » le territoire et l’économie, mais encore comme échelle d’organisation des intérêts socio-économiques, des rapports de force politique, des référentiels identitaires et culturels. On constate une résilience de l’échelle régionale dans le processus de rééchelonnement de l’action publique pour plus d’efficience, pour un meilleur service rendu à la population et une optimisation des coûts – c’est du moins un discours dominant attaché à la régionalisation. Peut-on alors voir émerger une nouvelle cartographie de l’action publique, qui valoriserait le potentiel de l’échelle régionale ?

4Les enjeux soulevés renvoient à des problématiques de la construction européenne qui font écho au développement actuel de l’Union. La science politique peut ainsi aider à comprendre comment un tel « effet miroir » peut se transformer en un « effet d’enchaînement », c’est-à-dire comment les régions peuvent contribuer à (re)construire l’Union européenne par et dans ses territoires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Bernié‑Boissard, « Perrin Thomas (dir.), L’Europe des régions : quel retour ? Pôle Sud : revue de science politique de l’Europe méridionale 46 », Méditerranée, 129 | 2017, 147.

Référence électronique

Catherine Bernié‑Boissard, « Perrin Thomas (dir.), L’Europe des régions : quel retour ? Pôle Sud : revue de science politique de l’Europe méridionale 46 », Méditerranée [En ligne], 129 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/9607 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mediterranee.9607

Haut de page

Auteur

Catherine Bernié‑Boissard

Université de Nîmes, UMR 5281 ART‑Dev, Montpellier, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search