Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Lorrain Dominique (dir.), Métropoles en Méditerranée. Gouverner par les rentes

2017, Paris, Presses de SciencesPo, 315 p.
Guy Burgel
p. 149
Bibliographical reference

Lorrain Dominique (dir.), Métropoles en Méditerranée. Gouverner par les rentes, Paris, Presses de SciencesPo, 315 p.

Full text

1Sous un titre banal et un sous-titre sibyllin, c’est un livre important, par les informations qu’il apporte sur quatre villes maîtresses du bassin méditerranéen (Beyrouth, Le Caire, Alger, Istanbul), mais surtout par les perspectives générales de leurs expériences. Car il ne s’agit pas moins de s’interroger sur une des boites noires des études urbaines contemporaines : les formes de « gouvernement » des métropoles. Saluons au passage la clarté du mot, qui a l’insigne qualité de ne pas tomber dans les poncifs vagues et galvaudés de la « gouvernance ».

2Éric Verdeil ouvre la série des monographies avec Beyrouth. Sur fond de divisions et de luttes communautaristes, engendrant une insécurité permanente, la reconquête urbaine après la Guerre civile (1975-1990) paraît se résumer à deux fronts : la reconstruction spéculative du centre-ville sous l’égide d’une société privée (Solidere), où se mêlent intrigues gouvernementales (clan Hariri), spéculations et corruptions, et l’extension, plus ou moins informelle et segmentée, des périphéries.

3Au Caire, étudié par Pierre-Arnaud Barthel, le schéma spatial est inversé, mais le fonctionnement urbain, pas nécessairement différent. Ce sont ici les villes nouvelles du désert qui concentrent de longue date l’intérêt de l’État, se transformant au fil des décennies en cités de privilégiés, interdites et sous-occupées, tandis que des densifications, le plus souvent spontanées, remanient les tissus historiques du vieux Caire. Le tout se déploie sur un fond pérenne de contradictions entre les aspirations au libéralisme d’une classe moyenne en expansion, et le maintien de pouvoirs militaires autoritaires.

4À Alger, présenté par Taoufik Souami, la redistribution de la rente pétrolière, inégalitaire socialement, est une constante depuis l’Indépendance. Au milieu des soubresauts sécuritaires dramatiques, elle achète la paix sociale, et s’efforce de couvrir la contradiction essentielle du système, entre l’affirmation d’une planification urbaine d’État, vaguement socialisante et impuissante, et la nécessité d’accepter une informalité généralisée de la construction.

5Enfin, il revient à Jean François Pérouse d’analyser le cas d’Istanbul, la seule métropole de l’étude, qui, par sa taille démographique (15 millions en 2016, pourtant loin des quelque 20 millions du Caire), la volonté surtout de ses promoteurs politiques actuels (le président Recep Tayyip Erdogan et son parti, l’AKP), aspire au statut de ville-monde. Ployant sous le poids des projets et des réalisations pharaoniques (ponts sur le Bosphore, aéroports internationaux, grands ensembles immobiliers et commerciaux), et les velléités de reprendre en main l’informalité populaire productrice de basse densité, au profit d’acteurs publics et de logements collectifs, la mégalopole vogue entre Mer Noire, Corne d’Or et Mer de Marmara, incertaine de son présent et inquiète de son avenir.

6De ces images kaléidoscopiques, auteurs et coordonnateur s’essaient à trouver des lignes directrices. Elles sont lumineuses. À défaut de trouver l’idéal politique d’un gouvernement métropolitain institutionnel, le maintien d’infrastructures techniques et de services assure la mission élémentaire de cohésion et d’existence sociales.

7La deuxième conclusion – elle éclaire quelque peu la « rente urbaine ! » – est contenue dans l’expression imagée de la « fabrique de la ville », autrement dit de la production indispensable du logement, à la fois comme base économique de l’urbanisation, beaucoup plus que l’industrie manufacturière, et comme acteur incomparable de diffusion, inégale, de l’enrichissement dans le corps social. De façon plus inattendue, il en résulte que l’urbanisme, ou ce qui en tient lieu, doit ici se décliner à l’envers : au lieu, chronologiquement et logiquement, d’instituer, d’aménager et de construire, ici, on construit d’abord, on légalise ensuite, et on tente de régulariser la ville enfin. La somme n’est pas nécessairement satisfaisante, mais est-elle substituable ?

8C’est poser la question dans ces métropoles méditerranéennes de la violence urbaine et de l’accroissement des inégalités sociales. Dans leurs héritages contrastés d’urbanité, toutes les villes étudiées sont partagées entre civilisation et brutalité, sinon barbarie. Ce n’est ni nouveau, ni certainement unique, mais néanmoins une marque spécifique de la Méditerranée. Les empêchera-t-elle d’accéder au rang de villes-mondes ? Une dernière interrogation porterait sur la place mineure qu’occuperaient dans les métropoles méditerranéennes la créativité architecturale et l’innovation urbanistique. C’est certainement vrai aujourd’hui. Ce l’était moins il y a un demi-siècle. Mais ce sont là des sensibilités de spécialiste. L’ouvrage dirigé par Dominique Lorrain est un livre dense, qu’il faut lire, car il donne à réfléchir et à comprendre sur l’urbanisation contemporaine.

9Extrait de Lectures.org, [en ligne]

Top of page

References

Bibliographical reference

Guy Burgel, « Lorrain Dominique (dir.), Métropoles en Méditerranée. Gouverner par les rentes », Méditerranée, 129 | 2017, 149.

Electronic reference

Guy Burgel, « Lorrain Dominique (dir.), Métropoles en Méditerranée. Gouverner par les rentes », Méditerranée [Online], 129 | 2017, Online since 01 June 2018, connection on 20 August 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/9640

Top of page

About the author

Guy Burgel

Université de Paris‑Nanterre, France

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals