Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Tsiomis Yannis, Athènes à soi-même étrangère, Naissance d’une capitale néoclassique

2017, Marseille, Parenthèses, 247 p.
Guy Burgel
p. 150
Bibliographical reference

Tsiomis Yannis, Athènes à soi-même étrangère, Naissance d’une capitale néoclassique, Marseille, Parenthèses, 247 p.

Full text

1L’ouvrage, aussi magnifiquement illustré que bien écrit, de Yannis Tsiomis porte sur un objet urbain singulier : la recréation d’une capitale en Europe au xixe siècle. C’est la question première du livre. Il s’ouvre sur des débats initiés à la période des Lumières, et qui trouvent leur écho sur le vieux continent dans le premier tiers du xixe siècle, notamment en Allemagne. Une division, toujours actuelle, oppose Rousseau, hostile à la grande ville et à une capitale, cumulant le centre de l’activité et du pouvoir, et Diderot, louant « la capitale (qui) attire tout à elle… coffre‑fort de la nation ». Chacun à leur manière, les architectes, Schinkel à Berlin, Klenze à Munich, donnent à ces différends philosophiques leur traduction formelle, en l’axant sur le dialogue nécessaire entre le classicisme et la modernité.

2À ces joutes intellectuelles la Grèce renaissante va offrir le terrain de ses travaux pratiques. Ses contradictions et ses ambiguïtés en font un cas d’école. La construction d’un État-nation sur les débuts de démantèlement de l’Empire ottoman, au terme d’une guerre d’indépendance longue (1821-1829), pose le problème des bases de la légitimité du peuple grec : perpétuation par-delà les coupures de l’histoire des Hellènes de l’Antiquité classique, ou continuité assurée, à travers Byzance et la « turcocratie », par la langue et la religion. Le choix d’un roi étranger – Othon, fils de Louis 1er de Bavière – ajoute aux hésitations un pouvoir politique partagé entre conservatisme et ouvertures. Yannis Tsiomis excelle à démêler cet entrelacs sur la construction des villes.

3Bientôt (1834), le choix d’une capitale oblige à trancher dans ces intérêts divers. Supplantant les villes déjà établies, Patras, Nauplie ou Corinthe, Athènes, un bourg alors ruiné, s’impose du seul prestige de son nom, et de ses vestiges antiques, pour asseoir la royauté naissante. Le jugement de Yannis Tsiomis est sans appel: « comme Washington ou Brasilia, l’Athènes des architectes n’est pas pensée comme ville de production, mais comme centre du pouvoir et ville tertiaire ». Il sanctionne ainsi ce que l’on a pu appeler ailleurs « la force de l’État », et annonce de façon prémonitoire le triomphe de la ville qui se montre et se représente, en se construisant, sur celle qui fabrique et développe des fonctions.

4Mais la grande affaire de l’auteur est le dessin de la nouvelle Athènes. Les architectes Kleanthis et Schaubert, des élèves de Schinkel, tracent les bases du fameux triangle, au nord de l’Acropole et de la bourgade médiévale – rue du Pirée, rue Hermès, rue du Stade –, qui encore aujourd’hui délimite le centre d’une métropole de plus de 4 millions d’habitants. Et Yannis Tsiomis de se délecter à juste titre de la façon dont la réalité s’est jouée de cette géométrie trop abstraite : la résistance de l’espace construit, la spéculation des hommes, l’expertise de Klenze, appelé en renfort, déforment les images, altèrent les schémas, mais pas au point de les rendre méconnaissables.

5Pour terminer la démonstration, l’auteur s’attarde sur les « errances » du palais royal. Prévu comme à Versailles ou à Karlsruhe au sommet du triangle, migrant à l’Ouest, il finit par atterrir à l’Est sur la place Syntagma (c’est l’actuel siège du Parlement), non sans que Schinkel ne l’ait rêvé sur l’Acropole, à côté du Parthénon ! Utopie folle, si l’on songe à l’accessibilité du lieu, mais finalement la seule qui aurait été conforme à l’irrationalité raisonnée du choix d’Athènes comme capitale.

6Au total, au-delà de la précision des analyses et de leur formulation souvent brillante, c’est la modernité du livre de Yannis Tsiomis qui restera. Une réflexion profonde sur l’histoire et la durée dans la ville, les rapports conflictuels et dialectiques entre archéologie et urbanisme, entre patrimoine et vitalité, avec cette étonnante mission dévolue aux hommes de l’art : « l’architecture sert à fabriquer de la continuité ». Mais c’est aussi ce que cette chronique du xixe siècle nous apprend sur la crise actuelle de la Grèce : peut-on à jamais mépriser l’économie réelle de la production sans affaiblir la richesse collective et individuelle ? Peut-on, par soumission à un État faible, livrer la ville aux spéculations, sans compromettre les équilibres politiques du pays ? On est presqu’étonné que, dans ces résiliences athéniennes, Yannis Tsiomis n’ait pas souligné combien « l’errance » du palais royal avait entraîné la pérennité des dissymétries sociales de la métropole, au contraire de Paris et de Londres, et des prétendus vents dominants, les riches à l’Est, les couches populaires à l’Ouest. Mais il faut bien trouver un petit manque à cette œuvre magistrale.

7Extrait de Histoire urbaine, [en ligne]

Top of page

References

Bibliographical reference

Guy Burgel, « Tsiomis Yannis, Athènes à soi-même étrangère, Naissance d’une capitale néoclassique », Méditerranée, 129 | 2017, 150.

Electronic reference

Guy Burgel, « Tsiomis Yannis, Athènes à soi-même étrangère, Naissance d’une capitale néoclassique », Méditerranée [Online], 129 | 2017, Online since 06 July 2018, connection on 15 December 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/9655

Top of page

About the author

Guy Burgel

Université de Paris‑Nanterre, France

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals