Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Loyer François, L’architecture de la Grèce au xixe siècle (1821‑1912)

2017, Athènes, École française d’Athènes, 361 p.
Guy Burgel
p. 151
Bibliographical reference

Loyer François, L’architecture de la Grèce au xixe siècle (1821-1912), Athènes, École française d’Athènes, 361 p.

Full text

1L’ouvrage de François Loyer s’inscrit par son contenu dans la continuité de celui de Yannis Tsiomis. Il décrit minutieusement sur près d’un siècle le remplissage des plans de 1834. C’est d’abord un beau livre, dans la tradition des grandes éditions littéraires ou artistiques. La qualité de l’écriture, le nombre et l’expressivité des illustrations photographiques, souvent en couleurs, contribuent à faire de sa lecture un itinéraire initiatique des rues et des places athéniennes.

2François Loyer a aussi écrit une œuvre savante sur l’histoire de l’architecture de la Grèce contemporaine, surtout de sa capitale, même si l’on y trouve des références utiles sur des villes de province, Patras dans le Péloponnèse, Ermoupolis dans les Cyclades. Car l’auteur excelle, non seulement dans les descriptions techniques des bâtiments, de leur conception à leur réalisation, mais dans les rapprochements, les comparaisons avec d’autres époques et d’autres lieux, qui témoignent de sa culture. L’imposant appareil critique (notes infrapaginales, bibliographie, glossaire, index) fait ainsi du livre un ouvrage de référence incontournable pour le spécialiste, comme pour l’amoureux de la Grèce.

3On sera plus sensible ici à des aspects plus généraux. François Loyer se penche à son tour sur l’identité de la Grèce moderne, à travers son architecture. De façon originale, c’est pour critiquer l’emploi banal du terme « néoclassique » (« un abus de langage »), et lui préférer celui de « néoantique ». Un syncrétisme va s’imposer entre l’idéalisation romantique de l’Antiquité, l’historisation pittoresque de l’Orient, et les désirs ostentatoires d’une bourgeoisie urbaine et commerciale. L’autre inspiration de la grécité est religieuse, à travers les églises paléochrétiennes qui sont rapprochées de l’art roman.

4Mais le grand mérite de François Loyer est de ne pas s’être limité à l’architecture monumentale et aux bâtiments d’expression du pouvoir. Même dans une capitale, le tissu conjonctif de la ville reste privé. Et il existe toute une dégradation des styles et des modèles, quand on passe de la commande publique aux hôtels particuliers des Grecs de la diaspora, à la résidence bourgeoise et à l’habitat populaire. Rapidement, la construction à Athènes s’est occidentalisée, contrairement à Thessalonique, et plus lointainement à Constantinople-Istanbul. Et se met en place précocement une fonctionnalité du bâti, qui constitue la vraie modernité de l’urbain, à différents usages et échelles. Sur les grandes artères et les places, « l’haussmannisation, note François Loyer, est en marche notamment par la continuité des bâtiments », qui permet l’économie du foncier.

5Plus prosaïquement, les analyses minutieuses de François Loyer enrichissent la perception que l’on pouvait avoir de l’histoire économique et sociale de la Grèce contemporaine. On s’arrêtera simplement ici sur le cas d’Ermoupolis, sur l’île de Syros, emporium qui fut longtemps, jusqu’à l’ouverture du canal de Corinthe en 1894, la grande rivale d’Athènes-Le Pirée. Les anomalies architecturales que l’auteur y décèle – le bâtiment de la Douane (1860), « inhabituel pour une construction aussi utilitaire », la démarchie (hôtel de ville) de la place Miaoulis (1871-1891), monumentale et imposante, si on la compare à la médiocre mairie de la capitale sur la rue Athina, et surtout à Ermoupolis même, au modeste temple « néoantique » tout proche, qui abrite la nomarchie (préfecture) des Cyclades – ne s’expliquent que par la supériorité d’une bourgeoisie mercantiliste qui a toujours méprisé un État central d’opérette, par son aveuglement aussi d’ériger les marques de sa puissance à l’aube de son déclin. L’architecture ne sert pas seulement à fabriquer de la continuité dans l’histoire, elle en marque aussi les ruptures.

6C’est certainement la conclusion qu’il faut tirer des dernières lignes de ce bel ouvrage sur la « relation paradoxale entre identité et modernité ». Citons encore François Loyer : « l’identité ne se décrit pas comme une forme de repli…encore moins la nostalgie d’un passé idéalisé… elle est le produit de multiples courants extérieurs auxquels il s’agit de donner une traduction». Puisse le peuple grec de 2018 écouter ces injonctions venues de l’histoire. Un seul regret dans ces périples urbains athéniens : qu’ils ne soient jamais assortis de cartes et de plans permettant d’accompagner le promeneur dans sa découverte de la capitale grecque. Regret certainement facilement réparable sous forme d’un guide abrégé qu’on attend maintenant avec impatience.

7Extrait de Histoire urbaine, [en ligne]

Top of page

References

Bibliographical reference

Guy Burgel, « Loyer François, L’architecture de la Grèce au xixe siècle (1821‑1912) », Méditerranée, 129 | 2017, 151.

Electronic reference

Guy Burgel, « Loyer François, L’architecture de la Grèce au xixe siècle (1821‑1912) », Méditerranée [Online], 129 | 2017, Online since 06 July 2018, connection on 13 December 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/9667

Top of page

About the author

Guy Burgel

Université de Paris‑Nanterre, France

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals