Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Miossec Jean-Marie, Le conteneur et la nouvelle géographie des océans et des rivages de la mer. Dans le sillage de la CMA CGM

2016, Paris, L’Harmattan, 713 p.
Régis Darques
p. 152
Bibliographical reference

Miossec Jean-Marie, Le conteneur et la nouvelle géographie des océans et des rivages de la mer. Dans le sillage de la CMA CGM, Paris, L’Harmattan, 713 p.

Full text

1Après une étude consacrée à la France (Géohistoire de la régionalisation en France, 2009) et une autre à l’Europe (Rivages d’Europe, 2013), Jean-Marie Miossec élargit à nouveau son champ d’investigation pour aborder une question de dimension planétaire : la place des opérateurs cellulaires – transporteurs maritimes de conteneurs – dans la géographie mondiale. Le titre de l’ouvrage interpelle, sans aucun doute, par son caractère volontairement énigmatique. Le conteneur peut-il être considéré comme un objet géographique digne d’intérêt ? En quoi cette boîte peut-elle « faire » géographie ? Ne doit-on pas voir dans l’expression « géographie des océans et des mers » un oxymore indépassable ? Et, pour les non‑spécialistes, qu’est-ce que cette CMA CGM au sigle abscons ?

2Fidèle à cette idée phare que l’on retrouve dans nombre de ses écrits, l’auteur nous invite à regarder au-delà des horizons fermés d’une géographie trop compartimentée à son goût (la « terre barbelée »). Si les frontières nationales méritent aujourd’hui d’être dépassées à travers des études régionales renouvelées, de même l’espace mosaïque mondial doit-il être appréhendé dans toute sa complexité à partir des bouleversements enregistrés au cours des dernières décennies grâce à la transformation et à l’envolée des échanges maritimes. Parmi les acteurs majeurs de cette mondialisation conteneurisée figure la CMA CGM.

3Les superlatifs fusent dès que l’on aborde le sort de ce « géant des mers » dont l’empire s’est développé en seulement trois décennies. Fleuron européen, success-story à la française, la CMA CGM est actuellement le troisième transporteur cellulaire mondial ; elle possédait en 2016 459 navires d’une capacité totale supérieure à deux millions d’EVP (Équivalent vingt pieds). Du haut de ses 33 étages, la tour qui accueille le siège de la société, localisé à Marseille, abrite 2 100 personnes de 40 nationalités différentes. De là sont gérés 16 faisceaux, 104 lignes et 287 services maritimes ; 400 ports sont desservis, pour un chiffre d’affaires annuel global de 16 milliards d’euros. Le nombre de collaborateurs dispersés à travers le monde se monte à 16 000.

4Aborder un tel mastodonte nécessite de déployer une énergie à la mesure des enjeux. Avec plus de 700 pages, l’ouvrage se structure autour de quatre parties et dix chapitres. Après une courte introduction sur les concepts-clés du shipping, la première partie dresse un tableau général de la « mondialisation-maritimisation » des échanges. Il faut attendre la deuxième partie (« La CMA-CGM, géant des mers ») pour aborder le cœur du sujet : l’essor fulgurant d’une compagnie maritime et la saga de la famille Saadé. J.-M. Miossec y décrit l’odyssée de ces commerçants levantins qui, chassés par la guerre du Liban, ont posé leurs valises à Marseille pour y fonder et faire prospérer une entreprise au destin singulier. L’essor est dû à la capacité d’anticipation des dirigeants qui, loin de se cantonner au commerce méditerranéen, ont su saisir l’opportunité offerte par l’ouverture du marché chinois dès les années 1980. La troisième partie s’intitule « Les roues de la fortune » et décrit la manière dont le commerce maritime mondial se structure. La multiplication des rangées, hubs, clusters et autres terminaux traduit une maritimisation des territoires à l’origine de pôles économiques et d’échanges parfois gigantesques, en appui d’hinterlands puissamment pourvus en infrastructures et moyens de production. La dernière partie (« La mer et la terre : nouveaux horizons ») se veut plus géopolitique et prospective, dans la mesure où ce ne sont plus les interfaces centrales, mais les territoires en émergence, encore marginaux, qui attirent l’attention. C’est l’occasion d’analyser les raisons qui maintiennent certaines puissances terrestres en dehors des plus importants circuits maritimes. Il en découle une vision renouvelée des grands équilibres géopolitiques mondiaux.

5En arrière-plan de ces développements, J.-M. Miossec interroge continuellement un sujet qui lui tient à cœur : la relation terre-mer. Le cas CMA CGM permet de décaler le regard, d’adopter une position excentrée par rapport à la géographie classique. Les espaces maritimes sont placés au cœur des débats. Les rivages sont ainsi conçus comme des périphéries maritimes, non pas terrestres, et les arrières‑pays sont examinés sous l’angle de leurs débouchés – pour le dire autrement, le foreland organise l’hinterland. Entre les deux, la jonction est délicate et nécessite la mise en place de stratégies spécifiques de développement : collectivités locales, entreprises, et autres intermédiaires aménageurs doivent articuler leurs relations pour les rendre mutuellement bénéfiques.

6Ce dernier constat nous permet de souligner à quel point l’auteur a été sensible, sans trop le manifester, à la notion d’extraterritorialité. N’est-il pas évident que les « ports » les plus dynamiques au niveau mondial se sont constitués à des degrés divers autour de territoires autonomes, hors juridiction, en appui de statuts d’exception, en jouant sur les réglementations internationales ? Grandes places portuaires (Singapour, Malte, Hong-Kong, Khor Fakkan, Salalah, etc.) et paradis fiscaux, à travers les fonctions de service dont ils sont porteurs, adoptent des démarches similaires dans la construction de leur extraterritorialité. La logique propre aux micro-États domine. Et, curieusement, ces gouvernements quasiment hors‑sol, de même que les entreprises internationales qui les animent, sont capables de développer une vision planétaire de leurs intérêts, contrairement aux États classiques, « westphaliens ».

7Paradoxalement, l’étude des échanges conteneurisés nous permet de cerner sous un jour nouveau les conflits maritimes et terrestres, ouverts ou larvés, qui émaillent l’actualité. Deux puissances dominantes, États-Unis et Russie, sont marginalisées par le jeu des relations commerciales globalisées, pour des raisons différentes. Les États-Unis exercent leur hégémonie dans le domaine de la marine de combat, mais, après le virage raté des années 1980 et le boom des marchés émergents, leurs opérateurs cellulaires ont été relégués au second plan. Isolée par une stratégie du containment toujours effective et en « attente » d’un dégel des glaces arctiques qui lui permettrait de développer ses activités autrement que par délégation (landbridges chinois, pakistanais, iranien), la Russie apparaît plus que jamais comme un géant terrestre et un nain maritime.

8Nous devons souligner la prouesse que cet ouvrage représente. L’accès aux informations fournies par la CMA CGM, les  longs mois passés au siège marseillais, et les échanges humains d’arrière-plan sont au cœur de la démarche scientifique. Les données recueillies et traitées sont entièrement originales. En dépit des efforts déployés, plusieurs questions n’ont pu être traitées, pour des raisons que l’on imputera au respect des règles de confidentialité. La relation opérateurs globaux-États n’est pas explicitée en termes juridiques et fiscaux, par exemple. Les emboîtements de systèmes de droit qu’implique le développement d’activités commerciales sur des zones géographiques et culturelles aussi diverses ne sont pas abordés.

9Un point fort de ce livre réside en revanche dans sa capacité à jouer sur les échelles et les lieux. Les analyses « mondialisées » que l’on trouve dans la littérature sont habituellement suspectes, car très conceptuelles, validées par des bases de données dont la portée est limitée, avec le défaut souvent relevé d’une déconnexion des réalités terrestres du local. J.-M. Miossec évite cet écueil en portant une grande attention aux territoires de desserte, dispersés aux quatre coins du globe. Macro et micro-géographie entrent ainsi en dialogue constant, ce qui implique pour le lecteur de manipuler différents atlas simultanément. L’exercice n’est pas simple. Il en résulte un sentiment à la fois de complétude (analyse géopolitique globale) et de fragmentation (l’éclatement des rivages et leur diversité).

10Sur le fond, l’auteur ne masque pas ses prises de position personnelles. Il existe, selon lui, une mondialisation « heureuse » contre laquelle il serait vain de lutter, qui transcende les vieilles nations par le haut et par le bas. La famille Saadé incarne d’une certaine manière cette « réussite » dans sa capacité à anticiper l’évolution des territoires par un « regard » géographique multi-échelles. Management d’entreprise, orientations stratégiques et prospective sont ainsi intimement liés à une pratique du savoir géographique dont universitaires et chercheurs sont loin d’être les seuls dépositaires.

11Au final, ce livre ravira aussi bien les spécialistes en quête d’informations spécifiques sur la CMA CGM que les étudiants désireux de compléter leur corpus bibliographique sur les échanges maritimes ou la mondialisation. À travers un style d’écriture enjoué et une riche iconographie en couleur, à l’appui de multiples anecdotes personnelles, J.-M. Miossec est parvenu à rendre vivant un sujet a priori aride. De découvertes en renversements de situation, les 700 pages se lisent comme un roman policier. L’exactitude en plus.

Top of page

References

Bibliographical reference

Régis Darques, « Miossec Jean-Marie, Le conteneur et la nouvelle géographie des océans et des rivages de la mer. Dans le sillage de la CMA CGM », Méditerranée, 129 | 2017, 152.

Electronic reference

Régis Darques, « Miossec Jean-Marie, Le conteneur et la nouvelle géographie des océans et des rivages de la mer. Dans le sillage de la CMA CGM », Méditerranée [Online], 129 | 2017, Online since 01 June 2018, connection on 13 December 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/9676

Top of page

About the author

Régis Darques

CNRS, UMR 5281 ART‑Dev, Montpellier, France

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals