Skip to navigation – Site map

Les paysages littoraux : évolution et risque d’érosion du patrimoine

Littoral Landscapes: Evolution and Risk of Erosion of Heritage
Benoît Devillers, Pau Olmos Benlloch and Père Castanyer Masoliver

Version française

L’un des oubliés des politiques d’aménagement en relation avec le recul actuel des rivages est l’érosion du patrimoine naturel, archéologique et géomorphologique. À l’échelle européenne plusieurs initiatives ont mis en évidence la vulnérabilité du patrimoine face aux effets du changement climatique et la pression anthropique. La conservation et la mise en valeur de ce patrimoine fragile sont des défis de cette génération. La protection du patrimoine archéologique du domaine littoral accuse un retard certain par rapport aux zones marines et surtout continentales. Les raisons sont multiples : difficulté de fouilles, vitesse élevée des phénomènes d’érosion, manque de définition des compétences administratives et très forte pression foncière.

Actuellement, plusieurs équipes de recherche européennes travaillent sur la problématique de l’érosion du littoral et la protection du patrimoine archéologique, notamment sur la façade atlantique européenne : projet ALeRT (UMR 6566 CReAAH Rennes) ; Litaq (Ausonius, Bordeaux) ; SCHARP (University of Saint Andrews, Écosse) ; CITiZAN (Museum of London Archaeology, Angleterre) ; Bregantia (INCIPIT, Galice, Espagne) ; MASC project (Institut of Technology Sligo, Irlande). Les principaux résultats ont été présentés lors de conférences internationales comme le colloque Homer (Vannes, Bretagne, 2011), le colloque Weather Beaten Archaeology (Sligo, Irlande, 2015) ou bien lors de sessions spécifiques dans le colloque de l’Association Européenne d’Archéologues (EAA) (Helsinki, 2012 et Glasgow, 2015) ou le Landscape Archaeology Conference (Uppsala, 2016).

Les différents travaux menés à terme dans la façade atlantique montrent la nécessité des projets d’inventaire et de suivi de l’érosion des sites. Les épisodes de tempêtes des dernières années (2010, 2014) ont accéléré les processus de destruction et de découverte de sites archéologiques. En Méditerranée la situation est différente, les événements climatiques sont moins violents, mais on observe une érosion lente et progressive, en relation notamment avec l’urbanisation des côtes. Cependant il existe des exceptions là où la montée du niveau de la mer, les épisodes de surcote et la pression anthropique sont en train d’accélérer le processus d’érosion du littoral et la destruction du patrimoine archéologique, comme c’est le cas de l’archipel de Kerkennah en Tunisie.

Sur la côte méditerranéenne orientale et centrale d’autres initiatives ont vu le jour, notamment le projet « Noé cartodata : carte de risque du patrimoine » (2006-2010) qui visait le développement d’une réflexion sur la protection du patrimoine culturel face aux risques naturels. Plus récemment, le projet européen CLIMA (Cultural Landscape risk Identification Management Assessment) a repris cette problématique sur l’analyse des processus d’érosion du sol et des vestiges archéologiques. Si ces projets sont surtout orientés sur l’aspect du patrimoine monumental, ils ont une base similaire aux projets qui se concentrent sur le patrimoine archéologique de la côte méditerranéenne occidentale.

L’appel à article concerne principalement deux thèmes principaux.

1 - Les paléo-paysages littoraux : un patrimoine à révéler

Des études récentes changent la vision de l’histoire des littoraux de leurs points de vue archéologique et géomorphologique. Ce numéro est l’occasion de présenter de nouvelle recherches qui se distinguent par leur finesse de restitution de ces paysages ou par les apports innovants à la connaissance des littoraux, que ce soit des points géoarchéologiques ou archéologiques. Au final, les données produites constituent un patrimoine qui peut mener à une valorisation par une démarche de médiation. À partir des études géologiques et géomorphologiques en cours sur le littoral elles peuvent aussi intégrer des outils de gestion et de recherche des territoires littoraux.

2 - Inventaire et sauvegarde de la mémoire du littoral

Le deuxième objectif est le partage de l’état des lieux de l’érosion du patrimoine littoral ainsi que le partage des méthodes de travail concernant sa valorisation ou sa préservation. Nous proposons de publier le retour d’expériences en sciences participatives et des outils sociaux sur ce thème. L’objectif final est de mettre en valeur le potentiel de ce type d’initiative face aux faiblesses d’action des pouvoirs publics.

Merci de consulter avec attention les recommandations aux auteurs (http://mediterranee.revues.org/584).

Renseignements à fournir

Titre de la proposition ;

Auteur(s) (si plusieurs auteurs, souligner l'auteur correspondant) ;

Adresse du correspondant ;

Résumé et abstract (250 mots maximum) ;

Mot-clés et keywords (5 maximum) ;

Index géographique.

Contacts

Benoît Devillers, UPV-UMR 5140, Archéologie des sociétés méditerranéennes, Montpellier, bdevillers@gmail.com

Pau Olmos Benlloch, Institut Català d’Arqueologia Clàssica, Tarragona, Cataluña, España, polmos@icac.cat

Père Castanyer Masoliver, Museu d’Arqueologia de Catalunya-Empúries, L’Escala, Cataluña, España, pcastanyer@gencat.cat

English version

One of the forgotten planning policies related to the current retreat of the shorelines is the erosion of the natural, archaeological and geomorphological Heritage. At the European scale, several initiatives have highlighted the vulnerability of heritage to the effects of climate change and human pressure. The conservation and mediation of this fragile heritage are actual challenges. The protection of the archaeological heritage of the coastal area is lagging far behind marine and especially continental areas. The reasons are many: difficulty of excavations, high erosion rate, lack of definition of administrative skills and very strong land pressure.

Currently, several European research teams are working on coastal erosion and archaeological heritage, particularly on the Atlantic seaboard: ALeRT project (UMR 6566 CReAAH Rennes); Litaq (Ausonius, Bordeaux); SCHARP (University of Saint Andrews, Scotland); CITiZAN (Museum of London Archeology, England); Bregantia (INCIPIT, Galicia, Spain); MASC project (Institute of Technology Sligo, Ireland). The main results were presented at international conferences such as the Homer symposium (Vannes, Brittany, 2011), the Weather Beaten Archeology (Sligo, Ireland, 2015) conferences or during specific sessions in the symposium of the European Association of Archaeologists (EAA) (Helsinki, 2012 and Glasgow, 2015) or Landscape Archeology Conference (Uppsala, 2016).

The various works carried out in the Atlantic facade show the need for projects to inventory and monitor site erosion. Storm episodes in recent years (2010, 2014) have accelerated the process of destruction and discovery of archaeological sites. In the Mediterranean, the situation is different, the climatic events are less violent, but there is a slow and gradual erosion, particularly in relation with the urbanization of the coasts. However, there are exceptions where sea-level rise, over-spells and anthropogenic pressure are accelerating the process of coastal erosion and destruction of archaeological heritage, as is the case of Kerkennah archipelago in Tunisia.

On the east and central Mediterranean coast, other initiatives have emerged, notably the project "Noé cartodata: carte de risque du patrimoine" (2006-2010) which aimed at developing a reflection on the protection of cultural heritage in the face of natural hazards. More recently, the European project CLIMA (Cultural Landscape Risk Identification Management Assessment) has taken up this issue on the analysis of soil erosion processes and archaeological remains. While these projects are mainly oriented towards monumental heritage, they have a similar basis to projects that focus on the archaeological heritage of the western Mediterranean coast.

The call for papers concerns two main themes

1 - Coastal paleo-landscapes: a heritage to reveal

Recent studies are changing the vision of coastal history from their archaeological and geomorphological points of view. This issue is an opportunity to present new research that is distinguished by their acuteness of restitution of these landscapes or by the innovative contributions to the coastal evolution knowledge, whether from geoarchaeological or archaeological points of view. In the end, the data produced constitutes a heritage that can lead to valorization through a mediation process. From the geological and geomorphological studies in progress on the littoral they can also integrate research and management’s tools of the littoral territory.

2 - Inventory and protection of coastal memory

The second objective is the sharing of the state of the art of the erosion of the coastal heritage as well as the sharing of the methods of work concerning its valuation or preservation. We propose to publish the feedback of experiences in participatory sciences and social tools on this theme. The ultimate goal is to highlight the potential of this type of initiative in the face of weak policy action.

Please pay particular attention to the Recommendations to Authors (http://mediterranee.revues.org/584).

Information required

Title of the proposal :

Author(s) (if several authors, underline the corresponding author) :

Address of corresponding author :

Résumé and Abstract (250 words maximum) :

Mots-clefs and Key-words (5 maximum) :

Geographical index

Contacts

Benoît Devillers, UPV-UMR 5140, Archéologie des sociétés méditerranéennes, Montpellier, bdevillers@gmail.com

Pau Olmos Benlloch, Institut Català d’Arqueologia Clàssica, Tarragona, Cataluña, España, polmos@icac.cat

Père Castanyer Masoliver, Museu d’Arqueologia de Catalunya-Empúries, L’Escala, Cataluña, España, pcastanyer@gencat.cat

  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals