Navigation – Plan du site

Accueil

En souvenir de Jean Nicod

Texte d’André de Réparaz

En souvenir de son collègue et ami Jean Nicod, professeur honoraire de géographie physique à l’université d’Aix-Marseille (1923-2021), ancien directeur de la revue de géographie Méditerranée

Né en 1923, Jean Nicod a obtenu l’Agrégation en 1947 et entamé cette même année une thèse de doctorat d’État (Recherches morphologiques en Basse-Provence calcaire) soutenue en 1967. Sa carrière universitaire s’est déroulée essentiellement à Aix-en-Provence, à partir de 1959. Nommé professeur, il a pris sa retraite en 1989, restant émérite jusqu’en 1993. Fondateur et directeur (1971-1983) de l’ERA 282 du CNRS (Évolution karstique dans les milieux méditerranéens et alpins), il a également fondé l’Association française de karstologie dont il a assuré la présidence de 1977 à 1986.

Jean Nicod, « un maître incontesté de la karstologie », a été un analyste remarquable des phénomènes karstiques et un illustrateur de talent de ceux-ci : de ces blocs diagrammes les plus complexes aux nombreuses coupes des niveaux des écoulements karstiques et aux cartes géomorphologiques détaillées des zones calcaires avec leurs divers éléments. Ces ouvrages et publications, particulièrement « Pays et paysages du calcaire » (PUF, 1972), ainsi que ces nombreux articles prennent en compte de façon très approfondie l’adaptation des hommes et la mise à profit des ressources hydrauliques des karsts, en des textes alertes et précis. Ceux-ci se nourrissent des fréquents et lointains voyages aux quatre coins du monde, des karsts des pays tempérés aux karsts tropicaux et aux karsts glacés de hautes montagnes ou de la Laponie. Son intérêt pour tous les aspects de la karstologie amène Jean Nicod à l’étude des « grottes et spéléogenèse », et plus précisément à la spéléologie et au « tourisme spéléologique » et au rôle des cavernes et des grottes à la vie des hommes préhistoriques ou à celle des hommes d’ethnies « exotiques ». Il a, en son temps, dirigé avec dynamisme, dévouement et compétence la revue Méditerranée.

Quelques références remarquables parmi des centaines de publications

Nicod J., (1967), Recherches morphologiques en Basse-Provence calcaire, thèse de doctorat d’État, Gap, Louis Jean, 557 p.

Nicod J., (1968), Premières recherches de morphologie karstique dans le massif du Durmitor, Méditerranée 9, p. 187-216.

Nicod J., (1972), Pays et paysages du calcaire, Paris, PUF, 244 p.

Nicod J., (1976), Karsts des gypses et des évaporites associées, Annales de Géographie 471, p. 513-554.

Nicod J. (1994), Plateaux karstiques sous couverture en France, d'après des travaux récents. Caractères géomorphologiques et problèmes d'environnement, Annales de géographie 576, p. 170-194.

Nicod J., (1997), Les canyons karstiques « Nouvelles approches de problèmes géomorphologiques classiques » (spécialement dans les domaines méditerranéens et tropicaux), Quaternaire 8-2-3, p. 71-89.

Nicod J., (2012), Sources et sites des eaux karstiques, Méditerranée (hors‑série), Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 277 p.

Présentation

Depuis 2018, la revue Méditerranée est accessible uniquement au format électronique.

Fondée en 1960, la revue participe au renouvellement des problématiques et des approches géographiques sur les grandes questions des sociétés humaines et de leur milieu. Elle est dédiée à l'ensemble des pays circum-méditerranéens. Ouverte aux contributions internationales, elle rassemble des articles en français et en anglais.


Les numéros 1 à 103 (1960-2004) sont disponibles gratuitement sur la plateforme Persée.

 

Dernier numéro en ligne
132 | 2021
La ville « durable »

Interrogations méditerranéennes
The “Sustainable” City. Mediterranean Questions
Sous la direction de Hassan  Ait Haddou, Catherine Bernié-Boissard et Marc Méquignon

De quelle « ville » serons-nous demain les citadins ? Préparé de longue date, ce numéro de la revue Méditerranée veut contribuer à saisir les enjeux contemporains de la fabrique de nos territoires, urbains, périurbains, ruraux, à l’échelle régionale ou macro-régionale, en Méditerranée. Présentent-ils un caractère spécifique lorsqu’il s’agit des pays méditerranéens, contribuent-ils à clarifier les enjeux de la notion de développement durable tels qu’ils se posent dans d’autres aires géographiques ?

Il s’agit avant tout d’interroger les travaux dans le champ du « développement durable », de la conception et de la gestion des territoires potentiellement « durables » méditerranéens, travaux marqués par le débat disciplinaire et interdisciplinaire et par la controverse.

Trois axes de questionnement guident nos choix :
le premier interroge la ville, l’urbain et l’environnement durables en Méditerranée ;
le deuxième s’intéresse à la conception des espaces publics au prisme de la durabilité ;
le troisième propose une réflexion sur les notions de gouvernance en Méditerranée.

Tout au long de cet itinéraire, entre pays, entre régions, entre problématiques architecturales, urbanistiques, sociales, il s’agit de saisir quelques aspects de la question que nous pose avec vigueur la crise sanitaire : comment, avec qui, avec quels instruments, quels concepts, inventer de nouveaux modèles de ville et de territoires habités au XXIe siècle ?

  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search